Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Les nouvelles dimensions politiques

Chapitre 4. Neuquén : le fédéralisme à l’épreuve du temps

Nicole Maurice

Texte intégral

  • * Chercheur au CREDAL-CNRS

1Note portant sur l’auteur*

2Au début des années soixante s’annonce dans la province de Neuquén, le début d’une triple dynamique, à la fois économique, démographique et urbaine dont la lecture serait incomplète sans la prise en compte des particularités de la scène politique locale dominée depuis 1963 par le Mouvement populaire de Neuquén (MPN).

ÉCONOMIE ET POLITIQUE DANS L’ANCIEN “TERRITOIRE NATIONAL”

3Jusqu’en 1955, Neuquén était administrée sous le régime des “Territoires nationaux”. La vie politique locale était limitée à quelques élections municipales et le gouverneur était nommé par le Sénat à Buenos Aires. Ce n’est qu’après la provincialisation que les habitants de Neuquén participent pour la première fois aux élections présidentielles (1958), qu’ils élisent leur gouverneur et les députés à l’Assemblée provinciale. C’est également à cette époque, en 1961, qu’est fondé le parti provincial, le MPN, par une des familles les plus puissantes de la province, le “clan” Sapag.

4L’économie locale était également limitée jusqu’à cette époque à l’élevage de bovins et d’ovins dont la production était essentiellement destinée au marché de consommation chilien. Depuis la deuxième moitié du xixe siècle et jusqu’aux années 1930, l’élevage était devenu l’activité dominante dans la province, le long de la cordillère où habitait 80 % de la population, dans l’aire d’influence des principaux centres urbains de l’autre côté des Andes.

5A partir des années quarante, les travaux liés à la construction du réseau d’irrigation dans la haute vallée du Rio Negro et du Neuquén ainsi que les nouvelles politiques douanières, déplacent l’activité économique vers l’est de la province, vers le département de Confluencia qui détenait déjà à cette époque l’essentiel des réserves de gaz et de pétrole du pays.

6Il faut attendre le début des années soixante et la mise en place des politiques énergétiques pour que la province de Neuquén cesse d’être un espace marginal tant du point de vue politique qu’économique. Les politiques desarrollistas ainsi que la provincialisation annonceront donc la véritable expansion économique sinon le début de l’exploitation intensive des ressources naturelles de la province et l’organisation politique de celle-ci.

ÉCONOMIE, PROJET POLITIQUE ET URBANISATION A PARTIR DE 1960

7En réalité, le pétrole était exploité à Plaza Huincul, située à 100 km à l’ouest de Neuquén, depuis 1918 par Yacimientos Petrolíferos Fiscales (YPF). Jusqu’en 1968, YPF avait l’exclusivité de l’exploitation mais progressivement des entreprises privées obtiennent des concessions et installent leurs filiales à Neuquén-capitale. C’est également le cas des entreprises liées à la construction des complexes hydroélectriques en amont du Limay, des entreprises de bâtiment et travaux publics et des PME, hôtels, banques et organismes de l’administration nationale et provinciale.

  • 1 Censo Nacional de Población y Vivienda de 1960, 1970,1980 et 1991.

8Si en 1960, la population de la ville était de 16.738 habitants, en 1970 elle est de 43.070, en 1990 de 90.089 et en 1991 de 167.078 habitants1 En 1980, la population active de la province était employée à 55 % dans le secteur public, à 19 % dans le commerce, à 14 % dans le bâtiment et à 12 % dans le secteur primaire.

9Le boum de l’exploitation des réserves énergétiques de la province est en même temps synonyme de royalties, la principale source de revenu de l’administration et du projet politique des élites locales. Qui sont donc ces élites et quel était leur projet ?

Les élites locales

  • 2 Vicente Palermo. Neuquén, creación de una sociedad. Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, (...)
  • 3 “(...) mencionar apellidos de manera tan concreta (...) merece una explicación que puede contribui (...)
  • 4 Située à 200 Km. à l’ouest de Neuquén, Zapala a toujours compté avec une importante population d’o (...)

10L’histoire de Neuquén, comme de la plupart des provinces d’Argentine, est liée à celle des familles les plus puissantes, de celles qui, à travers le contrôle de l’économie locale et de l’organisation de l’administration provinciale ont su consolider leur pouvoir. Les classes dominantes dans la province constituent une “bourgeoisie locale sans tradition”2 dont les origines remontent au début du siècle. Figure dominante de la vie politique locale, les Sapag3 font partie de cette bourgeoisie, issue d’un courant de peuplement arabe. Le fondateur du clan, Canaan, s’installe à Zapala4 en 1920 et fonde une famille de huit enfants dont Elias, l’aîné sera sénateur provincial pratiquement sans interruption de 1963 jusqu’à sa mort en 1993 et Felipe, quatre fois gouverneur, trois fois à l’issue de scrutins démocratiques et une fois pendant la dictature du général Onganía.

11Au départ, la famille tirait l’essentiel de ses revenus de l’élevage des bovins et de la commercialisation de la viande. Progressivement ses activités se diversifient dans l’exploitation minière et l’industrie du bâtiment. La famille était devenue le principal fournisseur de barytine et de bentonite de YPF et possède, entre autres, une importante fabrique de ciment, “Sapag Hermanos” à Zapala.

  • 5 Cutral-Co est située à 100 km. à l’ouest de Neuquén en face de Plaza Huincul.

12La carrière politique des enfants de Canaan commence très tôt à la mairie de Cutral-Co5 où Felipe Sapag, alors conseiller municipal péroniste, se rebelle contre l’état d’abandon dans lequel l’Etat central laissait les territoires nationaux : (Cutral-Co era una población abandonada de las autoridades centrales, situada junto al campamento de Plaza Huincul. Tampoco las autoridades de YPF manifestaban preocupación alguna por ese núcleo que iba creciendo sin planes ni orden. Los vecinos habían construido el hospital, la escuela, en fin todo, proque nada podiás esperar de nadie.

13C’est dans le péronisme qu’a traditionnellement milité l’immigration d’origine arabe en Argentine. Déjà en 1954, lors d’un acte public au ministère des Affaires étrangères et Culte, la communauté arabe du pays témoignait son adhésion à l’œuvre du président Perón et aux principes politiques du justicialisme.

14Le MPN est en effet, un parti “néopéroniste” fondé pendant la présidence de Frondizi et la période de proscription du péronisme. Ses fondateurs eux-mêmes étaient péronistes au départ et leur adhésion aux principes péronistes d’une “patrie socialement juste” et “politiquement souveraine” est proclamée de manière explicite dans le programme d’action politique du parti. Mais il se différencie du péronisme à travers la “revendication fédéraliste”, c’est à dire la revendication pour la propriété des ressources naturelles - touristiques et énergétiques de la province - une revendication autour de laquelle s’articule l’ensemble du projet politique et économique des leaders du MPN.

LES CARACTERISTIQUES DU PROJET PROVINCIAL

15La planification de l’action provinciale en matière de travaux publics est le rôle du Copade (Consejo de Acción para el Desarrollo) crée en 1966 par Felipe Sapag. Le Copade avait la charge d’orienter et d’actualiser la planification intégrale de la province et de préparer des dossiers de présentation des atouts de la province, essentiellement destinés à attirer des capitaux, notamment dans la pétrochimie.

  • 6 COPADE. Potencialidad del Neuquén frente a su grado de desarrollo relativo. Colección NEU, 1971, s (...)

16En effet, le projet de développement provincial part d’un simple constat : “Neuquén est la province la plus pauvre du Comahue tant du point de vue économique que social”6 et reposera sur trois secteurs clés : l’industrie, les travaux publics et le tourisme.

PROVINCE DE NEUQUÉN

PROVINCE DE NEUQUÉN

17Dès 1966 est votée la Loi de promotion industrielle à l’origine de la création de parcs industriels situés à proximité des grandes villes, dont celui de Neuquén-capitale, de 300 hectares et regroupant une trentaine d’entreprises liées à l’industrie du bâtiment, de la céramique, du bois et de l’électronique. A cette même époque est mise en chantier la construction d’un important réseau routier, d’aéroports, d’écoles, d’hôpitaux et de logements destinés aux flux d’immigrants qui arrivaient, notamment dans la ville de Neuquén.

18Sont également planifiés deux pôles touristiques, Copahue-Caviahue et Villa La Angostura. Copahue-Caviahue, situé au nord-est de la province est essentiellement destiné au tourisme thermal, de randonnées et au ski alpin. Le coût de sa réalisation s’élève à 80 millions de dollars dont 40 seraient à la charge du secteur privé. Villa La Angostura, sur les rives du Nahuel Huapi est surtout une petite station dont la beauté du paysage fait une halte privilégiée sur le chemin de Bariloche ou de San Martín de los Andes.

Les grands projets industriels

19Le pôle pétrochimique, d’un coût total d’un milliard de dollars est une des premiers projets industriels du Copade et a été érigé, d’un point de vue politique, dans le symbole de l’industrialisation de la province. Il n’a jamais été réalisé mais Raúl Alfonsín l’avait déclaré d’intérêt national en 1988 (Décret N° 424), un projet profondément fédéraliste dans le sens où il annonçait l’espoir du développement du sud du pays et dont le point de départ était la construction de la nouvelle capitale à Viedma, à 500 km de Neuquén. Felipe Sapag était par ailleurs, un candidat potentiel au “mnistère de la Patagonie” une idée esquissée par l’administration radicale et que M. Menem n’avait pas rejeté pendant sa campagne présidentielle en 1989.

20De même, M. Angeloz, rival radical de Carlos Menem, avait proposé à Felipe Sapag le ministère des Travaux Publics de la Nation, en cas de succès aux présidentielles.

21Le processus d’intégration avec le Chili constitue le deuxième projet-symbole de la souveraineté provinciale. Ce processus devait s’amorcer avec le prolongement de la ligne de chemin de fer entre Zapala et Talcahuano, le port de Concepción. Dans le cadre d’un accord de réciprocité, les produits argentins auraient à leur disposition les ports chiliens du Pacifique et la production chilienne, les ports argentins de l’Atlantique. Dans un deuxième temps, Zapala devait être déclarée “zone franche” et devenir la plaque tournante du commerce entre l’Argentine et le Chili, le centre stratégique du développement provincial.

Les limites du projet provincial

22Les projets décrits plus haut n’ont jamais vu le jour. Les relations privilégiées entre Felipe Sapag et les principaux leaders du radicalisme ou même, les déclarations de Carlos Menem selon lesquelles la “révolution productive” commencerait par la Patagonie, n’auront pas suffi pour négocier à Buenos Aires des investissement d’une telle envergure.

  • 7 “Proponen unión de partidos provinciales”, Diario del Neuquén, 17 août 1987, p. 3.

23Le poids de ces échecs a renforcé les convictions fédéralistes de Felipe Sapag, ou tout du moins, détérioré les relations entre la province et la nation. Le manque de poids politique de la province et son incapacité à influer sur les décisions prises à Buenos Aires ont mené les gouverneurs de certaines provinces de Patagonie et du reste du pays à organiser la première réunion des partis provinciaux d’Argentine, une initiative appuyée, entre autres, par le leader du Bloquisme de San Juan, Aldo Cantoni : “Il est nécessaire, prudent et opportun que les partis provinciaux s’unissent et forment une confédération de partis provinciaux (...) et conditionnent la politique nationale (...)”7

24De même, en décembre 1990 et en octobre de la même année, les principaux leaders des partis provinciaux de Patagonie se sont réunis en Terre de Feu et à Neuquén et ont déclaré : Planteamos este foro para que los patagónicos podamos convertirnos en el gran tercer partido (...) hace falta formar la Patria Chica para que nos escuche la Patria Grande (...)”

25Les élections de septembre 1991 dans les provinces ont montré que l’émergence des partis provinciaux comme force politique nationale est encore à faire. Felipe Sapag ne sera probablement pas le candidat patagon à l’élection présidentielle de 1995 mais si l’on en croit les déclarations de Tomás Cané, président du Parti d’Action Chubutense, “il est possible qu’en l’an 2000, l’Argentine puisse avoir un président patagon”.

Notes

1 Censo Nacional de Población y Vivienda de 1960, 1970,1980 et 1991.

2 Vicente Palermo. Neuquén, creación de una sociedad. Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, 1986, p. 20.

3 “(...) mencionar apellidos de manera tan concreta (...) merece una explicación que puede contribuir al esclarecimeinto de muchas situaciones políticas en las provincias, no sólo de la época que estoy escribiendo, sino de muchas antes y posteriores. Me refiero a la incidencia de los grupos familiares en la vida política del interior del país (...) A la manera de las gens romanas, las familias con gravitación en la vida política local solían actuar como partidos políticos. La sangre operaba a modo de elemento aglutinante, a falta de elementos ideológicos.” Felix Luna. Soy Roca. Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 1989, p. 71.

4 Située à 200 Km. à l’ouest de Neuquén, Zapala a toujours compté avec une importante population d’origine syrienne et libanaise à tel point que la ville est la seule localité de la province qui a construit une synagogue avant même une église. Revista de la Provincia del Neuquén, N° 1.

5 Cutral-Co est située à 100 km. à l’ouest de Neuquén en face de Plaza Huincul.

6 COPADE. Potencialidad del Neuquén frente a su grado de desarrollo relativo. Colección NEU, 1971, s N° p.

7 “Proponen unión de partidos provinciales”, Diario del Neuquén, 17 août 1987, p. 3.

Notes de fin

* Chercheur au CREDAL-CNRS

Table des illustrations

Titre PROVINCE DE NEUQUÉN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540