Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Les nouvelles dimensions politiques

Chapitre 2. Le “ménémisme”, ou les paradoxes d’une logique libérale

Gérard Guillerm

Texte intégral

  • * Gérard GUILLERM est l’auteur du livre Le Péronisme, histoire de l’exil et du retour. Publications (...)

1Note portant sur l’auteur*

2L’objet de cette étude est de tenter d’explorer les traits saillants de ce qu’on nomme communément aujourd’hui, après quelque quatre ans et demi d’expérience de gouvernement, le “ménémisme”, d’en dégager les lignes-force et de mettre en lumière la relation d’affinité ou au contraire d’antinomie qui existe par rapport au péronisme dont il est directement issu en tant que régime politique. La relation entre ménémisme et péronisme ouvre, en effet, un vrai débat. Car alors même que le ménémisme continue à se réclamer de ses origines péronistes, nous ne pouvons qu’être frappés du contraste qui existe entre le péronisme classique, lequel a servi d’idéal-type pour l’élaboration du concept du populisme latino-américain, et le ménémisme, qui paraît se confondre avec le modèle libéral. En effet, avec C. Menem et l’orientation qu’il a imprimée à son régime depuis juillet 1989, l’un des paradoxes -et non le moindre- est le suivant : celui qui conduit la politique paraissant la plus antinomique du modèle péroniste d’antan est précisément celui-là même qui non seulement est issu des rangs du péronisme mais qui de surcroît continue à se recommander de la doctrine justicialiste. On peut dès lors, comme l’ont fait la plupart des analystes politiques, être tenté de trancher une fois pour toutes en faisant ressortir que le ménémisme avait délibérément rompu avec son passé péroniste et qu’il se situait aux antipodes du modèle populiste-péroniste. Pour notre part, notre démarche consistera à laisser d’abord subsister le doute, en faisant observer que si, effectivement, le ménémisme en tant que mode de gouvernement s’est jusqu’ici essentiellement caractérisé par son appropriation de l’économique comme moyen de désidéologisation de la société argentine et de légitimation politique, cela au travers de la logique libérale d’ouverture, il n’en demeure pas moins que cette logique libérale d’ouverture n’est pas exempte d’un certain nombre d’autres paradoxes qui sont inhérents à la notion même des origines du ménémisme. C’est précisément la question relative à la gestion de son ambivalence en tant que régime politique libéral issu d’un mouvement national-populaire qui nous conduit à formuler deux questions récurrentes : en quoi le ménémisme s’identifie-t-il au modèle libéral ? Et : le ménémisme peut-il se réduire au modèle libéral ?

3Tout d’abord, la logique d’ouverture du projet ménémiste correspond au choix premier d’une remise en ordre d’une économie destinée, face à la crise, à être pleinement intégrée au système mondial.

POURQUOI CETTE LOGIQUE LIBERALE ?

  • 1 Ce qui situera l’inflation à environ 4 900 % pour 1989 (388 % pour 1988, 175 % pour 1987).
  • 2 Soit 23 % à la fin du mandat de R. Alfonsín contre 50 % dans les années 1950.
  • 3 Environ 16 % de la population active.
  • 4 La dette extérieure atteint début 1989 près de 64 milliards de dollars, soit la troisième dette mo (...)

4Rappelons-nous l’état de chaos et d’ingouvernabilité dans lequel se trouve l’Argentine à la fin du premier semestre de 1989 et qui oblige le président Alfonsín à remettre l’écharpe présidentielle à son successeur le 8 juillet, soit quelque cinq mois avant la date prévue par la Constitution. Autour de la date-charnière de l’élection présidentielle du 14 mai, l’indice des prix explose, se situant à 200 % pour le seul mois de juillet1. L’hyperinflation n’était alors que la partie la plus visible d’une crise économique qui affectait en profondeur les structures sociales du pays et qui se traduisait, corrélativement à la baisse du taux de participation du salariat à la richesse nationale2, par une chute importante de la consommation, la progression du taux de chômage et du sous-emploi3, le déficit budgétaire croissant lié au maintien de situations de monopole dans les secteurs protégés et à la croissance des dépenses publiques, l’explosion de la dette extérieure4 et la prédominance d’une culture de spéculation au détriment de la production. Au moment où Menem était élu président, une évidence s’imposait à la société : l’hyperinflation, avec ses conséquences sur le tissu social, était ressentie comme le premier facteur du déclin argentin.

  • 5 Ces résultats étaient directement issus du plan Martinez de Hoz mis en œuvre entre 1977 et 1981 et (...)

5Quels en étaient les antécédents de cette crise sans précédent ? Dès 1987, l’irruption électorale du péronisme comme nouvelle alternative crédible (avec la figure de A. Cafiero, élu gouverneur de la province de Buenos Aires), avait signifié le déclin inexorable de la gestion radicale. L’héritage reçu des militaires en 1983 avait, certes, été particulièrement lourd à assumer : une inflation annuelle d’environ 300 %, un déficit budgétaire de 14 % du PIB, une dette extérieure de 45 milliards de dollars5. Ce n’est qu’en juin 1985 que le gouvernement de R. Alfonsín avait tenté de remonter la pente en lançant le plan Austral qui visait, notamment par le blocage des prix et des salaires, la stabilisation des principales variables économiques.

  • 6 Il s’agissait de celle de septembre 1985, troisième grève générale après celles de septembre 1984 (...)
  • 7 En janvier, mars, juin et octobre 1986, et cela malgré le succès de la lutte contre l’inflation (8 (...)

6Or, malgré le choc de confiance et l’appui de l’opinion publique à la nouvelle politique économique, le gouvernement radical avait continué à subir les coups de boutoir de l’opposition syndicale péroniste conduite par S. Ubaldini : une grève générale était lancée au lendemain de la mise en marche du plan6 et, malgré le triomphe de l’UCR lors des élections partielles de novembre 1985 et le ralentissement de l’inflation, quatre grèves générales étaient de nouveau déclenchées au cours de l’année 19867. Après une période d’acalmie qui coïncidait entre septembre 1987 et septembre 1988 avec la gestion du ministre péroniste C. Alderete au portefeuille du Travail et qui avait permis le lancement du plan Primavera (août 1988), de nouvelles grèves générales se succédaient qui venaient obérer chaque fois davantage la marge de manœuvre du gouvernement. Au total, treize paros organisés par la CGT.

7L’offensive péroniste avait-elle été la seule cause de la perte de crédibilité progressive du pouvoir en matière économique ? Certes, depuis les élections de 1987, le péronisme, renforcé par le surgissement inattendu de C. Menem à la suite des internas de juillet 1988 au sein du justicialisme, contrôlait 17 des 24 provinces. Il était le second bloc en importance à la Chambre des députés (les radicaux n’ayant pas de majorité absolue) et le premier groupe au Sénat. Mais les luttes intestines au sein du pouvoir radical (notamment entre la Coordinadora avec son “cabinet occulte” d’Olivos et le gouvernement), jointes aux erreurs économiques, préparaient déjà l’isolement progressif du ministre de l’économie J. Sourrouille et sa future exclusion. D’autre part, fin 1988, l’Argentine était clouée au pilori par ses créanciers extérieurs, ceux-ci ayant coupé toute aide au motif qu’elle s’était rendue coupable d’un moratoire de fait quant au paiement des intérêts de la dette et qu’elle était incapable d’honorer ses engagements relatifs à la remise en ordre de son économie. Quant au gouvernement nord-américain, il avait opéré le lâchage en douceur d’Alfonsín, estimant qu’il était trop tard de continuer à soutenir un gouvernement radical qui avait démontré son incapacité à mettre en œuvre un programme libéral d’ajustement structurel.

8Laissant loin derrière lui ses velléités nationalistes, c’était sur ce constat que Menem allait lancer sa politique libérale d’ouverture dès son accession à la Casa Rosada.

COMMENT SE MANIFESTE LA LOGIQUE D’OUVERTURE ?

9Tournant le dos à l’ancien modèle national-populaire dont il était l’héritier, le nouveau président péroniste, dès son entrée en fonction, va tout subordonner à une remise en ordre de l’économie en créant les conditions d’une véritable économie de marché. Si Alfonsín concevait son rôle comme celui de restaurateur de l’état de droit et de conducteur de la transition à la démocratie, Menem se veut être, également, l’initiateur d’une ère nouvelle restauratrice de l’ancienne prospérité argentine. La logique d’ouverture, en tant que moyen du passage obligé au capitalisme, part du postulat suivant : le redressement économique de l’Argentine passe par sa réinsertion totale dans les mécanismes de l’économie mondiale. Pour rendre crédibles sa politique économique et sa volonté de réforme, elle doit obtenir, à l’intérieur, la confiance des principaux groupes économiques et financiers liés au marché mondial et, à l’extérieur, l’appui des États-Unis et du FMI dans la négociation des aides financières.

10Or l’appui financier extérieur est lui-même soumis à un préalable, à savoir la stabilisation de l’économie et singulièrement celle des prix. Dès lors, l’objectif prioritaire, qui va conditionner le succès ou l’échec des différents plans mis en œuvre par l’administration ménémiste, apparaît comme étant la lutte contre l’hyperinflation. Se détachant des autres objectifs destinés à opérer la stabilisation et la remise en ordre de l’économie (réduction du déficit budgétaire, réforme de la politique fiscale, renégociation de la dette extérieure), le programme de privatisations et la réforme de l’État sont érigés en principes fondamentaux de la nouvelle politique économique.

  • 8 Miguel Roig, brutalement décédé le 14 juillet 1989, soit une semaine après l’installation de Menem (...)

11Dans ce but, Menem conclut dès son entrée en fonction une alliance tacite de gouvernement avec les secteurs libéraux de l’Ucédé et les grandes entreprises au premier rang desquelles la multinationale Bunge y Bom, qui lui fournit ses deux premiers ministres de l’Économie8. Les mesures les plus spectaculaires concernent les privatisations d’entreprises étatisées sous le premier gouvernement péroniste : la compagnie téléphonique Entel et la compagnie nationale d’aviation Aerolíneas Argentinas. Le programme concerne une centaine d’entreprises parmi lesquelles des chaînes de télévision, les chemins de fer, la compagnie pétrolière YPF, la compagnie d’électricité Segba, les ports, etc. S’agissant de la réforme de l’État, le décret de rationalisation du secteur public signé en décembre 1990 prévoit la suppression en trois ans de 122 000 emplois, l’appareil d’État ne devant plus employer, à terme, que 460 000 salariés.

  • 9 Du nom du ministre de l’Économie, Ermán Gonzalez, en poste entre décembre 1989 et janvier 1991.

12Ce programme drastique d’ajustement, qui se traduit par la mise à niveau des tarifs publics et une restructuration en profondeur du secteur public et de l’industrie, est officiellement justifié par la nécessité d’honorer les engagements internationaux de l’Argentine en matière de dette extérieure et de combler les pertes massives du secteur public dont le déficit est encore aggravé par l’évasion fiscale. Après l’échec du plan BB et des différents plans Ermán9 en matière de lutte contre l’inflation, l’arrivée de D. Cavallo au poste de l’économie en janvier 1991 vient signifier un approfondissement de la logique libérale et l’apparition des premiers résultats concrets de la stabilisation : inflation ramenée à un taux de 84 % pour 1991, de 18 % en 1992 et de 6 % en 1993, stabilité du taux de change, quasi disparition du déficit budgétaire (déficit de 10 milliards de dollars en 1989), reprise de l’investissement et du PIB. Ce plan, fondé sur la convertibilité totale de la monnaie (parité de 10 000 australes pour un dollar et, depuis le 1er janvier 1992, de 1 peso pour 1 dollar), la discipline monétaire (émission monétaire gagée sur les réserves en or et devises) et la suppression des mécanismes d’indexation, sera complété, après le succès du ménémisme lors des élections partielles du second semestre 1991, par un plan de déréglementation de l’économie (notamment par l’élimination des mécanismes de contrôle de l’État mis en place depuis 1930).

13Il faut à cet égard souligner, ainsi que l’ont confirmé les résultats électoraux de 1991 et surtout de 1993, le rôle fondamental joué par l’économique dans la légitimation du ménémisme, alors même que le régime néopéroniste était en tant que tel affaibli par ses luttes intestines et ses affaires de corruption. Les privatisations, singulièrement, ont été utilisées par le pouvoir comme outil pédagogique et, in fine, idéologique, en tant qu’acte fondateur d’une nouvelle ère pour l’Argentine. Associées à des objectifs de lutte anti-inflationniste, elles ont été d’autant mieux ressenties par l’opinion que ces objectifs, avec le plan Cavallo initié en 1991, ont atteint leur cible. C’est donc en prétendant ériger l’économique comme terrain apolitique que le ménémisme, en réalité, confère à son action une valeur idéologique fortement connotée. Car là encore, les autres politiques, à savoir la politique étrangère et la politique intérieure n’ont, dans les faits, pas d’autre statut que celui d’auxiliaire par rapport à la politique économique.

  • 10 Les ménémistes se répartissent en deux courants qui se comportent, au moins jusqu’à 1992, en group (...)
  • 11 Différentes offres ont d’ailleurs été faites à Eduardo Angeloz pour qu’il entre au gouvernement. D (...)
  • 12 Au travers, notamment, de ses représentants les plus notoires : Alvaro Alsogaray, ou sa fille Marí (...)

14Au plan interne, l’ouverture se traduit d’abord dans la composition des gouvernements où se vérifie l’absence ou la quasi absence des péronistes qui se définissent comme tels et, au contraire, la prééminence de ménémistes10, de techniciens apolitiques et de libéraux. Elle se traduit aussi par une série de “signaux” destinés à l’opinion publique : main tendue au secteur angélociste de l’UCR11, confirmation de la volonté d’intégrer l’Ucédé et autres anciens ennemis de classe dans les structures du pouvoir12, bannissement du lexique présidentiel des vieilles images de la rhétorique justicialiste (schématiquement, le qualificatif oecuménique de hermano se substitue désormais à l’ancien cri de ralliement militant compañero), absence du président aux cérémonies du 17 octobre, jour de la “loyauté” péroniste, etc. Elle se traduit encore, du point de vue du pouvoir, par l’une des mesures les plus décriées : l’indulte présidentiel réalisé en deux étapes (octobre 1989 et décembre 1990) et qui bénéficie à des responsables de l’Armée et de la police accusés de violations des droits de l’homme pendant la dictature militaire, aux responsables des rébellions carapintada sous le gouvernement d’Alfonsín, aux anciens chefs du Proceso ainsi qu’à des civils, parmi lesquels les anciens dirigeants montoneros. Enfin, sur le terrain syndical, l’ancien édifice construit par Perón se voit ébranlé sans être démantelé (possibilité de négociation collective par entreprise et préconisation d’un système de libre affiliation aux œuvres sociales, le gouvernement faisant toutefois machine arrière pour ce qui concerne le contrôle par l’État des fonds), avec pour conséquence la marginalisation du rôle politique joué par les 62 organisations au sein du syndicalisme péroniste. Bref, la fonction totémique de l’ancienne culture justicialiste est mise en sommeil au profit d’une politique de réconciliation nationale. Ce n’est point qu’à la mystique d’Evita et des montoneros on choisisse de réhabiliter la doxa de l’amiral Rojas et des généraux rebelles de 1955, mais le discours et l’action sont mis au service du dépassement des anciennes antinomies qui, jadis, configuraient les deux Argentines.

  • 13 On se souvient que l’Argentine avait adhéré au mouvement des non-alignés en 1973 lors du retour dé (...)

15En ce qui concerne la politique étrangère, les faits les plus saillants sont le rétablissement des relations avec la Grande-Bretagne dès février 1990 et surtout le grand alignement sur les États-Unis. Sur le terrain de la diplomatie, la Realpolitik de l’administration Menem répond au souci de l’ouverture entendue comme adhésion maximale à la politique nord-américaine afin, puisque les États-Unis font figure de sésame, de réinsérer l’Argentine dans le contexte mondial et d’obtenir un traitement de faveur en ce qui concerne les soutiens financiers nécessaires à la politique économique. A cet égard, les décisions les plus retentissantes seront celle d’engager deux navires de guerre aux côtés des puissances occidentales au moment de la guerre du Golfe, celle de retirer l’Argentine du mouvement des non-alignés13 (septembre 1991)., et celle de l’abandon du projet de missile Condor II (novembre 1992).

COMMENT EST RESSENTIE LA POLITIQUE D’OUVERTURE ?

16Lorsque Menem met en œuvre cette politique, l’effet-surprise est total. On attendait le nouveau président sur ses positions nationalistes et populistes de la campagne électorale (îles Malouines, moratoire de la dette, etc.). La plateforme électorale du PJ en 1989 n’insistait-elle pas sur les ingrédients classiques des politiques populistes (ainsi, le Pacte social considéré comme le symbole des engagements réciproques de l’État, des syndicats et des entreprises, le salariazo, etc.) ? Menem, dans ses entretiens, ne parlait-il pas d’économie de nature nettement sociale, en opposition avec l’économie “libérale” prônée par le candidat du radicalisme ? Or, dès son installation à la Casa Rosada, se profile un Menem libéral et iconoclaste par rapport aux anciens dogmes péronistes.

17Dès lors, les critiques les plus vives vont associer dans un même mouvement des secteurs aussi opposés que l’extrême-gauche du MAS (“Menem a trompé le peuple”), le radicalisme alfonsinien (“avec Menem, c’est le retour de l’oligarchie conservatrice”) et certains secteurs du péronisme traditionnel représentés notamment par la CGT dissidente de S. Ubaldini (jusqu’en 1991), les 62 organisations de L. Miguel, le groupe des “8” à la Chambre des députés et le secteur cafiériste du parti justicialiste (“Menem a trahi Perón”). Élément nouveau : la gauche et le radicalisme alfonsinien ne stigmatisent plus, comme c’était le cas avant le 14 mai, le populisme incarné par le candidat Menem, mais le fondamentalisme libéral qu’incarnerait le nouveau président.

18Cependant, ces critiques n’ont dans l’opinion publique qu’un faible écho. D’une part, l’opposition n’a pas d’alternative économique crédible à proposer face à la crise (le projet de R. Alfonsín relatif à l’Estado de bienestar qu’il oppose au projet ménémiste apparaît décalé par rapport à la réalité ; quant au programme national-populaire un moment esquissé par la CGT dissidente et par les archéos du péronisme, il est tellement anachronique qu’il se présente mort-né à l’approche des élections du 8 septembre 1991 auxquelles se présente S. Ubaldini). D’autre part, la défaite de ces secteurs lors de ces élections partielles achève de ruiner dans les esprits toute perspective à moyen terme de solution national-populaire ou social-démocrate. Lors des élections d’octobre 1993, une alternative crédible au modèle ménémiste demeure absente au sein du marché politique.

  • 14 En 1991, lors des élections partielles du 11 août (3 provinces), du 8 septembre (13 provinces) du (...)

19Ainsi, malgré les affaires de corruption et de blanchiment des narco-dollars qui ont éclaboussé de hauts fonctionnaires du gouvernement et des proches du président (en particulier au moment du Yomagate, du nom de la belle-famille du président), malgré les crises affectant certaines provinces en cessation virtuelle de paiement, malgré l’âpreté de certains conflits sociaux (mouvement des retraités, grève des enseignants, conflits des entreprises Acindar, Somisa, etc.), le ménémisme, jugé à l’aune de la politique d’ouverture libérale et surtout de la crédibilité du plan Cavallo, s’est vu non seulement confirmé par les résultats électoraux du second semestre 1991, mais encore conforté par ceux d’octobre 1993 portant sur le renouvellement de la moitié des députés à la Chambre14.

20Toutefois, cette logique libérale d’ouverture ne va pas sans paradoxes qui pourraient apparaître comme autant de défauts de cohérence et qui traduisent surtout l’étonnante capacité du populisme à s’adapter au système dominant et à la nouvelle donne mondiale, et, dans le cas du ménémisme, qui traduisent aussi son aptitude à gérer son ambivalence en tant que pouvoir qui continue à postuler sa filiation péroniste.

QUELS SONT CES PARADOXES ?

21Dans la pratique de la logique d’ouverture, on assiste à un certain nombre de réflexes qui illustrent toute la complexité du ménémisme et qui peuvent apparaître comme des signes de discontinuité, ou de moindre cohérence, au regard de la logique libérale d’ouverture.

22Ainsi, le recours aux pratiques du modèle péroniste reste relativement prégnant dans le répertoire de l’action politique de Menem. Citons, par exemple, l’augmentation du nombre des juges de la Cour Suprême réalisée en avril 1990 (de cinq à neuf juges) et qui a conduit l’opposition radicale à dénoncer une atteinte grave à l’état de droit ; la réforme de la vieille Constitution libérale de 1853, en introduisant, à l’instar de la Constitution justicialiste de 1949, la possibilité d’une réélection immédiate du président (sur ce point, l’accord “historique” de novembre 1993 signé avec R. Alfonsín, chef du parti radical, conforte toutefois le ménémisme dans son rôle de transformateur consensuel du système politique argentin) ; la préférence appuyée pour le maintien, voire le renforcement, du régime présidentiel qui se manifeste, notamment, par les decretazos, la pratique de l’intervención dans les provinces, en dépit de la relance affirmée du fédéralisme et même si ces pratiques se sont parfois réalisées au détriment d’alliés politiques ; le style personnel de Menem, mélange d’ethos caudillesque et de conception du pouvoir que les adversaires qualifient volontiers d’“orientale” et qui est foncièrement péroniste, ou encore son “instinct politique”, pour désigner vainement le flou qui entoure l’indéniable charisme du président. De ce style personnel on prendra comme exemple : le fondement de la ligne successorale sur le concept de la famille après que E. Duhalde ait renoncé à sa fonction de vice-président en devenant fin 1991 gouverneur de la province de Buenos Aires (à cet égard la ligne Menem-Menem n’est pas sans rappeler la formule Perón- Perón de 1973) ; la vigilance du président à contenir les hommes-clé de son système de pouvoir, notamment le ministre de l’économie D. Cavallo confiné dans un statut de brillant technicien de l’économie ; son goût immodéré de la prophétie auto-réalisatrice (il est devenu président par la grâce de Dieu, et parce qu’il ne pouvait en être autrement ; le nouveau modèle qu’il impose à son pays étant le plan de Dieu ; il est “missionné”, et tant qu’il le sera, il échappera à la mort, etc.) ; ses apparitions publiques, où la mise en scène est le plus souvent dominée par le don d’improvisation de l’acteur (depuis son protagonisme dans des rencontres sportives jusqu’au baiser à un malade atteint de choléra).

23Il s’agit, aussi, de l’appel à la remobilisation des péronistes lors du discours de mars 1991 au théâtre Cervantes pour lancer l’actualisation doctrinaire du justicialisme. Menem y défendait l’économie populaire de marché, relançait le thème de la Troisième Position et soutenait qu’il ne fallait pas tomber dans le manichéisme qui “consiste à dire que tout ce qui est étatique est pervers et tout ce qui est privé est angélique”. Ou lors de la réouverture de la session ordinaire du Congrès le 1° mai 1992, quand Menem corrige de nouveau le cap en invoquant “l’économie populaire de solidarité”, laquelle est corrélée à l’idéal de “justice sociale”. Il s’agit, encore, de la gestion dûment contrôlée de la revendication concernant le dernier symbole du nationalisme argentin, à savoir les îles Malouines. Ainsi, dans sa pédagogie de transformation en profondeur de la société argentine, au travers de la propre métamorphose de son ancien mouvement, Menem n’en postule pas moins le péronisme comme fondement de sa légitimité de chef d’État et use des structures de l’appareil d’État (parti justicialiste ménémisé et CGT péroniste) comme vecteur électoral de son pouvoir. C’est ainsi qu’il reste perçu comme étant “globalement” péroniste, dans la mesure où les secteurs sociaux les plus défavorisés, qui apportaient leurs voix au parti justicialiste au moment du retour de Perón en 1973, ont continué à voter PJ comme l’attestent les résultats électoraux de 1991 et de 1993. Cette perception est d’ailleurs entretenue par un principe sur lequel Menem n’a jamais transigé et qu’on pourrait qualifier de son droit à exister politiquement : la source de légitimité la plus constamment invoquée par lui est celle de son ancien statut de proscrit politique qui lui a valu cinq années de détention. C’est là, répète-t-il, le prix qu’il a du payer lorsque le coup d’État militaire de 1976 est venu interrompre son mandat de gouverneur péroniste de la province de La Rioja.

24En fait, ces paradoxes ne sont qu’apparents dans la mesure où la logique d’ouverture ne peut se concrétiser que si elle est associée à la gestion du legs péroniste dont Menem a hérité.

25Toute l’ambiguité du ménémisme est là : dans cet essai de relever le pays sur les ruines des anciennes antinomies (péronisme et anti-péronisme), dans cette adaptation forcée des contraires, dans cette tentative singulière de réaliser la synthèse entre la nécessité de s’ouvrir totalement au monde extérieur et le réflexe de conserver certains traits de l’identité communautaire propre à l’ancien modèle populiste. La réactualisation des principes et l’appel à la remobilisation des péronistes répondent, du reste, à une nécessité. Car même à supposer que Menem soit parvenu à instrumentaliser le péronisme pour construire le ménémisme, projet conçu comme la tentative de bâtir un vrai parti présidentiel sur la base des anciennes structures péroniste, radicale et conservatrice, il n’en demeure pas moins que l’essai ne s’est guère conclu. Si l’Ucédé a été effectivement phagocytée en tant que parti politique par le boa néopéroniste, il apparaît néanmoins que, tout divisé qu’il soit, et malgré sa concession au système ménémiste lors du pacte historique sur la réforme de la Constitution, le radicalisme demeure un pôle d’opposition plus puissant que ce que laissent apparaître les résultats électoraux de 1991 et de 1993. De sorte que pour le ménémisme, qui aurait volontiers dessiné la configuration d’une structure de pouvoir entièrement nouvelle, il s’agit d’abord de conserver, à partir d’un péronisme à visage libéral, la base électorale dont il a besoin pour gouverner jusqu’à 1995, voire au-delà.

  • 15 S’agissant de la Pologne, on observera avec quelle facilité L. Walesa, ardent défenseur, au cours (...)

26Il n’est d’ailleurs pas exclu de la part du ménémisme, si la stabilité économique chèrement acquise se voyait menacée par une montée irrépressible des mobilisations populaires en quête du lien social perdu, que celui-ci ait plus tôt qu’on ne le croit recours à la réaffirmation du projet communautaire et de la fonction sociale de l’État. Gardons-nous, en effet, de tenir pour négligeables les facteurs liés à la formation politique de l’homme Menem (l’imprégnation péroniste qui demeure vivace dans sa structure de pensée, son long passé de militant péroniste depuis 1955), au coût qu’il a dû acquitter en 1976 avec son incarcération et aux gages qu’il a donnés au péronisme dans sa phase de conquête du pouvoir depuis 1983... Pour ces raisons, il nous semble que l’aggiornamento idéologique que Menem impose au péronisme, s’il contribue puissamment à la mise en œuvre de la logique libérale, n’en signifie pas pour autant une conversion au modèle libéral. À tout le moins, il signifie la formidable capacité des leaders populistes et/ou des mouvements nationaux-populaires à s’adapter aux changements socio-culturels et à la nouvelle donne économique mondiale, comme on le constate au demeurant dans d’autres pays (Pologne de Walesa15, Russie de Eltsine, etc.). Pour ce qui concerne le ménémisme, on objectera que l’adaptation libérale participe d’un phénomène observable dans d’autres pays (Brésil, Colombie, Pérou, etc.) et qu’en conséquence il peut se présenter comme totalement indépendant de la source et de la trajectoire péroniste (l’exemple mexicain étant invoqué en ce sens) L’argument, pour pertinent qu’il soit, nous semble cependant contestable au moins pour trois raisons. D’une part, le péronisme historique ne s’est-il pas caractérisé, lui aussi, par son adaptation permanente aux circonstances, c’est-à-dire par l’inflexion plus libérale de ses politiques économiques après l’échec de son modèle dirigiste-autarcique ? S’agissant, par exemple, de la décennie originelle, on en voudra pour preuve les deux plans de stabilisation mis en œuvre en 1949 puis en 1952 par le ministre de l’Économie A. Gómez Morales (successeur de Miguel Miranda, appelé le “tsar de l’économie”) ainsi que les changements introduits par le second plan quinquennal en décembre 1952 avec l’apparition des concepts de productivité et de rendement, tels qu’ils seront affirmés en 1953 à l’occasion du discours de Perón lors du “Congrès National de Productivité et de bien-être social”, ou encore l’ouverture aux capitaux étrangers avec le vote de la loi du 21 août 1953 sur les investissements et la discussion début 1955 du projet de loi sur la nouvelle politique pétrolière (Perón qualifiant alors ses opposants au Congrès de “nationalistes d’opérette”). S’agissant du péronisme de la deuxième période, on évoquera les changements d’orientation économique par rapport à la politique dirigiste et distributionniste de J. B. Gelbard avec l’arrivée de A. Gómez Morales en 1974 et le passage météorique de C. Rodrigo en 1975. En tout cas, les changements par rapport au modèle dirigiste-autarcique d’origine sont plus que symboliques : ils illustrent une mutation en profondeur de la politique économique péroniste.

27En effet, prenons ici, un instant, le recul nécessaire. Le péronisme de gouvernement a toujours été confronté à une contradiction de fond en tant que régime politique ayant historiquement pour base sociale le mouvement ouvrier. Le régime péroniste s’est construit et enraciné en instrumentalisant l’incorparation des travailleurs dans le système politique issu de l’après-guerre. Or la nature même de ce régime a conduit à l’exacerbation croissante entre l’idéologie du fondateur - le justicialisme - et le péronisme de gouvernement. Il y a toujours eu un combat quasi antagoniste entre les deux facettes d’un régime qui se voulait par essence différent : péronisme et justicialisme. Le péronisme a été le pouvoir réel, le justicialisme étant le péronisme rêvé. L’idéologie justicialiste a été la toile de fond conçue pour le jeu de l’acteur charismatique. La doctrine a toujours renvoyé, en définitive, au “pragmatisme” de Perón, c’est-à-dire à son art de gouverner.

28L’art de gouverner de Menem, c’est aussi cette gestion de l’ambivalence entre les sources et la pratique instituée en 1989. Constitue-t-elle, au regard de ce qui vient d’être dit, la caractéristique propre du régime ménémiste ? Elle a constitué, en tout cas, la caractéristique peut-être la plus criante du régime péroniste. C’est pourquoi nous prendrons une position qu’on espère être de bon-sens, position qui, s’agissant du ménémisme, n’est pas pour autant la plus répandue, qui nous conduit à éviter d’exclure abusivement le ménémisme du cycle péroniste. Nous aurons garde, également, de le couper de l’ère inaugurée par R. Alfonsín en 1983, considérant en cela d’autres critères, lesquels paraissent justifier cette position, en particulier sur la question de la consolidation de la démocratie. A cet égard, le “pacte démocratique” ratifié (décembre 1993) par le principal parti d’opposition, l’UCR, sur la réforme de la vieille Constitution de 1853, constitue la pièce maîtresse, avec la stabilité économique retrouvée, de l’apport du ménémisme à la construction de la démocratie argentine. Cet apport marque somme toute une certaine continuité avec l’ère inaugurée en 1983 par Alfonsín.

29Pour ce qui est de l’objet qui nous occupe, notre démarche de repositionnement du ménémisme, en évitant de réduire ce dernier à la taxonomie strictement libérale sous laquelle il est communément classifié, aura, à défaut d’être partagée, probablement l’avantage d’être plus conforme à la réalité.

30En tout cas, il sera toujours loisible et significatif, pour une meilleure intelligibilité de cette expérience de gouvernement, d’observer sur la durée comment s’intégreront, dans la poursuite de l’expérience, l’habitus péroniste de Menem et l’évolution de la logique libérale d’ouverture du régime ménémiste, et si cette ambivalence, qui laisse le champ ouvert à des retours de balancier, pourra continuer à désigner, non pas la singularité, mais le mode d’approche du phénomène ménémiste.

Notes

1 Ce qui situera l’inflation à environ 4 900 % pour 1989 (388 % pour 1988, 175 % pour 1987).

2 Soit 23 % à la fin du mandat de R. Alfonsín contre 50 % dans les années 1950.

3 Environ 16 % de la population active.

4 La dette extérieure atteint début 1989 près de 64 milliards de dollars, soit la troisième dette mondiale après celle du Brésil et celle du Mexique.

5 Ces résultats étaient directement issus du plan Martinez de Hoz mis en œuvre entre 1977 et 1981 et qui avait combiné un accroissement incontrôlé de l’endettement privé et public avec des taux d’intérêt élevés.

6 Il s’agissait de celle de septembre 1985, troisième grève générale après celles de septembre 1984 et de mai 1985.

7 En janvier, mars, juin et octobre 1986, et cela malgré le succès de la lutte contre l’inflation (82 % en 1986).

8 Miguel Roig, brutalement décédé le 14 juillet 1989, soit une semaine après l’installation de Menem à la présidence, et Néstor Rapanelli.

9 Du nom du ministre de l’Économie, Ermán Gonzalez, en poste entre décembre 1989 et janvier 1991.

10 Les ménémistes se répartissent en deux courants qui se comportent, au moins jusqu’à 1992, en groupes de pression : les rojo punzó (inconditionnels de Menem) et les celestes, dont la figure de proue est Eduardo Menem, frère du président, actuel président du Sénat et N° l dans l’ordre de succession (depuis que E. Duhalde ait cessé ses fonctions de vice-président en devenant, fin 1991, gouverneur de la province de Buenos Aires).

11 Différentes offres ont d’ailleurs été faites à Eduardo Angeloz pour qu’il entre au gouvernement. Dans le même temps, tout est fait pour isoler davantage l’ex-Président Alfonsín dans sa fonction de Président de l’UCR, fonction qu’il abandonnera en octobre 1991 pour la reprendre en novembre 1993.

12 Au travers, notamment, de ses représentants les plus notoires : Alvaro Alsogaray, ou sa fille María Julia, ou encore Adelina de Viola.

13 On se souvient que l’Argentine avait adhéré au mouvement des non-alignés en 1973 lors du retour définitif du général Perón en Argentine.

14 En 1991, lors des élections partielles du 11 août (3 provinces), du 8 septembre (13 provinces) du 27 octobre (6 provinces) et de décembre (2 provinces), le ménémisme allait trouver un second souffle en s’imposant pour les sièges de gouverneurs dans 16 des 24 provinces. A la Chambre des députés, la coalition ménémiste, composée du PJ, de l’Ucédé et de partis provinciaux, représente environ 140 sièges sur un total de 254. En 1993, lors des élections du 3 octobre, le PJ totalise 42 % des suffrages (+1 % par rapport à 1991) contre 30 % à l’UCR, et obtient 10 sièges de plus, frisant ainsi la majorité absolue.

15 S’agissant de la Pologne, on observera avec quelle facilité L. Walesa, ardent défenseur, au cours de la campagne électorale, des aspirations sociales de Solidarité, a, une fois élu président, confirmé la rigueur de la politique libérale.

Notes de fin

* Gérard GUILLERM est l’auteur du livre Le Péronisme, histoire de l’exil et du retour. Publications de la Sorbonne et EMS (Éditions et Matériels Scientifiques). Il assure des cours à l’Institut d’études hispaniques et ibéro-américaines, Paris-TV Sorbonne, sur la politique et l’économie des pays d’Amérique latine.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540