Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Préface

Olivier Compagnon

Texte intégral

  • 1 Pour une mise en perspective de cette problématique, cf. François-Xavier Guerra, « L’Euro-Amérique (...)
  • 2 Sur le cas du Mexique en particulier, cf. Annick Lempérière, « Mexico “fin de siècle” et le modèle (...)

1Les relations entretenues par les élites latino-américaines avec l’Europe à la fin du xixe et au début du xxe siècle constituent un thème classique de l’historiographie. De très nombreux travaux ont montré l’importance des transferts culturels entre les deux rives de l’Atlantique durant le siècle séparant les Indépendances et la Première Guerre mondiale, discuté l’image traditionnelle de l’afrancesamiento des intellectuels et tenté d’évaluer la part des legs européens dans le processus de construction d’une modernité latino-américaine1. Au Mexique en particulier, la période du Porfiriato (1877-1910) a souvent été présentée comme celle de l’européanisation par excellence, marquée à la fois par une importante immigration en provenance du Vieux Continent, par un « état d’esprit cosmopolite » au sein duquel la France occupait une place centrale et par l’appropriation – certes partielle et inégale selon les classes sociales – d’une culture matérielle importée des principales métropoles européennes2.

2Sur ce terrain apparemment balisé, le travail de Guillemette Martin apporte des données fondamentales et permet de penser avec une nouvelle acuité la question des relations politiques, économiques et culturelles, ainsi que celle des représentations et des imaginaires, entre le Mexique et l’Europe à la charnière des xixe et xxe siècles. Sa grande originalité réside en effet dans l’approche régionale d’une problématique qui n’a souvent été pensée qu’à l’échelle nationale – celle-ci se résumant d’ailleurs à l’étude de la seule ville de Mexico dans une grande majorité de cas. À partir d’un dépouillement exhaustif du Juan Panadero, journal indépendant de la ville de Guadalajara, qui donne à voir avec une grande précision la nature et le fonctionnement de la presse de l’époque, ce livre restitue avec beaucoup de finesse les ambiguïtés de la relation entre les élites de l’État du Jalisco et l’Europe. D’une part et comme on pouvait s’y attendre à l’aune de la bibliographie existante, la référence européenne – dans le discours, dans les pratiques et la vie quotidienne, dans le tissu social et relationnel de la ville – est gage de modernité et de civilisation. Elle ne manque toutefois pas, d’autre part, de soulever des questionnements identitaires complexes au point d’apparaître comme l’une des matrices de la cohésion sociale parmi les élites. Surtout – et c’est là le principal apport de cet ouvrage –, les représentations de l’Europe chez les élites jaliscenses sont indissociables de la relation tendue qui existe entre la seconde ville du pays et la capitale, dans le contexte particulier de la construction de l’État-nation. Plus le pouvoir central de Mexico légitime son action en recourant à l’Europe, plus les intellectuels de Guadalajara tendent à réévaluer une identité régionale spécifique et à insister sur les modes d’appropriation des références européennes qui leur seraient spécifiques, dans une stratégie de distinction dont le Juan Panadero rend compte tout au long de la période.

  • 3 Cf. Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil-Gallimard (...)
  • 4 Cette recherche en cours est intitulée « Construction culturelle régionale et discours national da (...)

3Témoignant des vertus de la micro-histoire tout en ne cessant jamais de rapporter le contexte local à la perspective nationale, ce livre est donc une invitation au jeu d’échelles et à la multiplication des cadres spatiaux de l’analyse, seuls capables de rendre compte de « la structure feuilletée du social »3. Il préfigure avec bonheur la thèse de doctorat que Guillemette Martin a entamée depuis septembre 2008 dans la continuité de ce travail, en ajoutant à la problématique régional/national celle du comparatisme4.

4Un défi ambitieux sans aucun doute, mais porteur de réelles innovations dans une historiographie latino-américaniste confinant encore trop souvent ses analyses dans les seuls cadres nationaux.

Notes

1 Pour une mise en perspective de cette problématique, cf. François-Xavier Guerra, « L’Euro-Amérique : constitution et perceptions d’un espace culturel commun », in Les civilisations dans le regard de l’autre, Paris, Unesco, 2002, p. 183-192.

2 Sur le cas du Mexique en particulier, cf. Annick Lempérière, « Mexico “fin de siècle” et le modèle français », in Annick Lempérière et al. (coord.), L’Amérique latine et les modèles européens, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 369-389 ; Javier Pérez Siller (coord.), México-Francia. Memoria de una sensibilidad común. Siglos xix-xx, México, BUAP-El Colegio de San Luis- CEMCA, 1998 ; Javier Pérez Siller et Chantal Cramaussel (coord.), El sentido de la presencia francesa en México. Siglos xix-xx, México, BUAP-El Colegio de Michoacán-CEMCA, 2004.

3 Cf. Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil-Gallimard, 1996.

4 Cette recherche en cours est intitulée « Construction culturelle régionale et discours national dans la presse. Une analyse comparée Mexique/Pérou (1880-1920) ». À partir d’une lecture de la presse écrite et diffusée dans les quatre grands pôles urbains que sont Arequipa et Cuzco au Pérou d’une part, Guadalajara et Oaxaca au Mexique d’autre part, il s’agit d’analyser comment sont pensées et exprimées les identités nationales depuis des capitales régionales aux identités fortes.

Auteur

Maître de conférences en histoire, directeur de la recherche novembre 2008

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540