Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Epilogue. “Deux” ou “Trois” Mondes ?

Texte intégral

1Dix ans après la publication des “Lusiades”, était imprimé à Paris, en 1582, l'ouvrage d'un historien, Lancelot Voisin, seigneur de La Popelinière, passionné par l'entreprise des découvertes : “Les Trois Mondes”. Originaire de Guyenne, La Popelinière s'était aussi illustré dans la carrière des armes, participant activement aux Guerres de religion du côté huguenot. Il proposait à la France de Henri III (1574-1589), dans l'esprit de l'Amiral de Coligny (1519-1572), de poursuivre l'épopée de découverte maritime et d'empire d'outre-mer en suivant les traces de l'expérience portugaise en Afrique, Asie et Amérique, à la recherche d'un “troisième monde”. Ce “troisième monde”, encore inconnu, était identifié à un immense continent austral. A ses yeux, le Monde, aussi bien l'Ancien Monde, c'est-à-dire l'Europe, l'Afrique et l'Asie, que le Nouveau Monde, baptisé en 1507 Amérique, laissait encore bien des espaces à découvrir. Parmi eux, se trouvait cette immense Terre australe dont nombre de savants humanistes estimaient l'existence certaine et qui devait être située dans l'hémisphère Sud afin d'assurer une symétrie parfaite avec les terres de l'hémisphère Nord. D'évidence, l'hypothèse de l’existence de cette immense Terre australe était tout aussi erronée que celle qui avait conduit Christophe Colomb à joindre l’Orient par l’Occident, situant, pour ce faire, Cipangu (le Japon) à la hauteur de Cuba, réduisant ainsi considérablement la dimension du monde. Mais l’hypothèse sur laquelle s’appuyait La Popelinière autorisait aussi les Etats rivaux des monarchies ibériques (France, Angleterre, Provinces-Unies) à reprendre à leur compte la dynamique d’expansion des Grandes découvertes afin de saisir leur part dans ces frontières d’outre-mer démultipliées depuis un siècle et demi.

2Au demeurant, La Popelinière ne dissimulait pas son admiration pour l’entreprise portugaise dont les stratégies d’implantation avaient épousé les côtes maritimes, dressant une suite continue de comptoirs-forteresses au contact permanent des peuples des régions découvertes. Et il opposait cette stratégie portugaise à celle des Espagnols, dont la “conquista” avait ravagé l’Amérique, en bon adversaire de Philippe II et de ses partisans de la Ligue catholique en France.

3Si l’existence de cette Terre australe, en dépit de la découverte de l’Australie, se révéla un mythe, la dynamique des puissances rivales de l’Espagne et du Portugal, dont Philippe II porta la couronne en 1581, n’allait pas tarder à s’affirmer. Et, parmi ces puissances rivales, les Provinces-Unies se distinguèrent dans l’art de substituer leur entreprise maritime d’outre-mer à ces “Trois Mondes” réels de l’Afrique, de l’Asie et de l’Amérique, que le Portugal, en premier, avait rencontrés.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540