Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Conclusion. Découvertes, humanisme et empire : entre l'utopie et les croisades

Texte intégral

1Au début du xvie siècle les découvertes maritimes, initiées par l’entreprise de D. Henrique, avait fait du Portugal, selon la belle expression de l’historien Luís Filipe Barreto, une véritable “banque planétaire de données” au carrefour de trois univers culturels : l’univers scolastique, marqué par la tradition du savoir médiéval, l’univers humaniste, impulsé en Europe du Sud par l’Italie de la Renaissance et en Europe du Nord par Erasme, et un univers expérimentaliste dominé par le rationalisme des Découvertes. Cette culture des découvertes, essentiellement mise en œuvre à partir de Lisbonne, ne bénéficia guère d’une politique de diffusion et de communication du savoir, contrairement à la culture humaniste. Son originalité était articulée sur la science nautique et la géographie-cartographie, des techniques plus que des sciences d’ailleurs, en amont des mathématiques et de l’astronomie, en amont de l’anthropologie, de la botanique et de la zoologie. Sans doute aussi le moment de la naissance de l’esprit scientifique n’était-il pas encore venu et l’esprit de découverte, pragmatique et expérimental, ne bénéficiait pas du champ théorique nécessaire à l’expression du savoir scientifique.

2Pourtant, les connaissances acquises pendant ce moment de l’ouverture du monde chrétien à la dimension planétaire ne pouvaient pas ne pas avoir d’influence. Elles provoquèrent un certain rayonnement intellectuel du Portugal en Europe même. “Messager du monde”, le Portugal se trouva confronté aux débats entre la scolastique et l’humanisme à une place de choix.

3Dans les milieux intellectuels de l’Europe, les découvertes réalisées par le Portugal aidèrent à l’éclosion de cette nouvelle culture humaniste. Lorsque l’ambassadeur d’Henri VIII (1491-1547) d’Angleterre, Thomas More (1478-1535), ami d’Erasme (+ 1536), fut envoyé en Flandre en 1515 auprès de Charles de Castille, le futur Charles Quint, il affirma avoir aperçu, convervant à Anvers avec un de ses amis, le marin portugais Raphael Hythlodée. Ancien compagnon de Vespucci, du temps où le navigateur et humaniste florentin parcourait le Nouveau Monde pour le compte de la monarchie portugaise, Raphael Hythlodée affirmait avoir embarqué sur les côtes du Brésil pour débarquer en l’île de Taprobane (Ceylan) avant de parvenir à Calicut puis revenir à Lisbonne. Personnage mythique, ce navigatuer portugais n’avait-il pas atteint cette région d’Utopie dont Thomas More, par inadvertance, avait oublié de lui demander dans quelle partie du Nouveau Monde elle était située ? Quelques mois plus tard, en 1516, l’ouvrage de l’humaniste anglais était imprimé : cette “île de nulle part”, cette “île d’Utopie”, d’où venait le marin portugais devint le modèle d’une organisation sociale, politique et religieuse idéale à laquelle allaient se référer les humanistes européens. Mais la diffusion de l’Utopie”, au Portugal, fut d’une discrétion extrême et l’ouvrage mis à l’index en 1624. L’utopie humaniste et l’esprit de découvertes n’ont-ils pas cédé devant l’esprit des croisades ?

4Suivant l’influence intellectuelle de la “dynastie” des Gouveia, l’essor intellectuel du Portugal s’était affirmé à Paris et à Bordeaux. Diogo de Gouveia Senior (1471 - 1557) n’effectua-t-il pas une grande partie de sa carrière de théologien et d’humaniste à l’Université de Paris dès le tout début du xvi° siècle (1500-1501) avant diriger le Collège de Sainte Barbe en 1520 ? André de Gouveia (+ 1548), son neveu, n’assumait-il pas, en 1534, la charge de principal du Collège de Guyenne à Bordeaux ? Mais précisément, les débats entre humanistes n’étaient-ils pas en train de connaître une grave crise au Portugal ? Sous l’influence conjuguée de Rome et de son voisin ibérique, D. João III avait instauré l’Inquisition en 1536. Damião de Góis, l’humaniste aux accents érasméens, allait être dénoncé devant son tribunal en 1545 ainsi que des professeurs du Collège des Arts de Coimbra en 1549, un an après sa création. Dans ces années 1530-1550, lorsque l’Université fut transférée de Lisbonne à Coimbra en 1537 pour être accueillie au couvent de Santa Cruz dont le prieur était l’oncle de Camões, le tournant de ce que l’on appelera la Contre Réforme avait été pris. L’appel de D. João III à l’activité missionnaire de la Compagnie de Jésus à Rome pour entreprendre la conquête spirituelle de l’empire mais aussi la reconquête intellectuelle du Portugal allait dans le même sens : si les frontières de l’humanisme européen avaient été atteintes, la défense de l’empire et l’offensive de la conquête spirituelle néo-thomiste devenaient désormais prépondérantes. D. João de Castro n’apparaissait-il pas dès lors, comme la garantie scientifique d’un humanisme renaissant de la Foi ? Entre 1549 et 1555, la Compagnie de Jésus ne parvenait-elle pas à exercer son contrôle pédagogique sur le Collèges des Arts de Coimbra mais aussi à fonder le Collège Santo Antão à Lisbonne et le Collège Espírito Santo à Evora, siège de la future Université ?

5Certes, en ce milieu du xvi° siècle, D. João III et la cour de Lisbonne, en dépit de solides rivalités entre les factions, dont fut d’ailleurs victime à son tour D. João de Castro, n’avaient pas encore, et de loin, été imprégnés par ce regain de réaction nobiliaire qui allait atteindre son point culminant avec l’accession au trône de D. Sebastião en 1568 à sa majorité. Si l’épopée conquérante des croisades n’avait pas été absente des préoccupations d’un D. Cristovão da Gama (1516 -1542), un des cinq fils de Vasco da Gama et frère du gouverneur des Indes Estãvão da Gama, se lançant dans une expédition militaire en Abyssinie en 1541 au secours du Négus, montrant toujours combien la stratégie d’Albuquerque de conquête de la Mer Rouge demeurait présente dans les esprits, la sagesse de D. João III avait été de ne pas s’entêter outre mesure au Maroc et d’essayer même de se dégager de la reconquête islamique. Successivement, les villes fortes de Safi et d’Azemmour en 1542, d’Alcácer Ceguer en 1549, d’Arzila en 1550 furent abandonnées. C’était beaucoup. Un tel redéploiement favorable à la priorité impériale des Trois Mondes ne pouvait être compris par une société encore dominée par les vertus chevaleresques et la nouvelle renaissance de la foi.

6Dans l’extrême Asie, aux frontières du Pacifique, le Portugal de l’empire s’était heurté à la Castille qui contrôlait, avec son empire des Indes du Nouveau Monde, la relation Atlantique-Amérique-Pacifique. L’or et surtout l’argent du Mexique et du Pérou avaient pris la place de l’or de Guinée et de Mina. Quant aux épices, les Philippines n’allaient pas tarder à en récupérer leur part alors que Venise rétablissait à son profit des voies commerciales réorganisées par l’empire ottoman et la domination de l’empire moghol de Delhi aux Indes d’Asie. La division de l’empire des Habsbourg, l’empire de Charles Quint, loin de provoquer l’affaiblissement de la Castille, renforça la rivalité ibérique. Trop isolé au sein de l’Europe atlantique, confronté aux difficultés d’une gestion de plus en plus dispendieuse de son empire d’outre-mer, le Portugal de D. João III résista difficilement à cette confrontation.

7En 1574, reprenant les traditions vieilles de près d’un siècle de D. Afonso V, D. Sebastião se lança dans une première expédition au Maroc. Il nommait D. Antonio, le prieur de Crato, capitãomor de Tanger. En 1577, il occupait à nouveau Arzila. En 1578, le 4 août, avait lieu la bataille funeste d’Alcacer Kébir (Al-Ksar-El-Kébir) : D. Sebastião y trouva une mort tragique avec douze à quatorze mille chevaliers et hommes d’armes. La noblesse portugaise était décapitée. D. Sebastião était parti de sa résidence de Belém le 24 juin avec une extraordinaire armada comprenant presque autant d’hommes que le Portugal en un siècle et demi n’en avait mobilisé autour l’expansion maritime en Afrique, en Asie et dans le Nouveau Monde réunis.

8La nouvelle fascination de D. Sebastião pour la frontière marocaine de proximité, véritable renouveau de l’imaginaire médiéval des croisades, symbolisé par le mythe de Ceuta, Tanger et Azemmour, sacrifia l’empire portugais d’outre-mer. Mais à ce moment, le Portugal ne trouvait plus dans la dynamique des découvertes et de l’expansion maritimes un substitut aux crises d’une société encore empreinte de féodalité. L’épopée des croisades avait-elle triomphé de l’épopée maritime ?

9La nation portugaise vécut alors des années dramatiques, substituant au mythe de D. Henrique le navigateur, le mythe du roi chaché et momentanément perdu : le sébastianisme était né. Mais parti de Lisbonne, D. Sebastião laissait intacts les chefs-d’oeuvre de l’art manuélin, construits à cette époque où l’épopée portugaise s’était identifiée à l’épopée maritime. Telle était, par exemple, cette tour de Belém, conçue par Francisco de Arruda entre 1515 et 1520, et qui apparaissait comme un des éléments clés de la défense du Tage tout autant que de l’ouverture au monde. Tel était, par exemple, cet extraordinaire monastère de Santa Maria de Belém, le monastère des Jerónimos (Hiéronymites), dont le plan tracé par l’architecte Diogo Boytac jouxtait la plage de Restelo. Construit sur l’emplacement de la chapelle fondée par D. Henrique, le prince navigateur, le monastère n’était pas encore achevé. Il symbolisa, au même titre que le poème épique des “Lusiades” imprimé en 1572, un siècle et demi après l’initiative de D. Henrique, cent ans après l’admirable fresque du Polyptyque de São Vicente de Nuno Gonçalves, l’époque assurée de la découverte des Indes, celle où l’épopée maritime n’était pas encore devenue l’épopée de la conquête impériale. Celle où l’humanisme et l’ouverture au monde connaissaient un seul et unique destin.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable