Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

10. Le choix de l’empire, du Maroc des croisades aux conquêtes du “Gouvernement” des Indes, de la Mer Rouge au détroit de Malacca

Texte intégral

1En six mois, de juillet 1501, dès le retour de Cabral, à février 1502, au moment du nouveau départ de Vasco da Gama, le sort des découvertes portugaises allait se jouer, passant définitivement de l’épopée maritime à l’épopée conquérante de l’empire d’outre-mer. En confiant à Pedro Álvares Cabral le commandement de l’escadre du second voyage des Indes, D. Manuel I avait déjà opté pour l’homme de guerre au détriment du navigateur. Les deux “découvertes” officielles du voyage - le Brésil et Sofala - furent donc le fait d’un représentant de la haute noblesse. Mais, s’il pouvait y avoir risque de guerre avec le Samorim, l’heure était encore à la négocation. Négociation commerciale et négociation religieuse. L’armement de l’escadre de Cabrai avait été conçu à des fins plus défensives qu’offensives. Aussi, afin de profiter des avantages acquis, et apparemment persuadés que les instructions données à Cabral trouveraient confirmation sur le terrain, D. Manuel I autorisa le départ d’une troisième expédition vers les Indes bien avant le retour de cette deuxième escadre. Composée de quatre naves, la troisième expédition vers les Indes quitta Lisbonne au printemps 1501 avec un objectif essentiellement commercial. Elle était commandée par João da Nova (+ 1509).

2L’un des quatre navires devait rejoindre le comptoir de Sofala que les frères Dias, en principe, auraient dû créer, afin de mieux assurer la complémentarité des actions entre São Jorge da Mina et les mines d’or du Monomotapa. Les trois autres navires devaient parvenir au comptoir des épices de Calicut. Deux des quatre navires étaient affrêtés par des intérêts privés, l’un fourni par Bartolomeo Marchionni, le Florentin, l’autre par D. Álvaro, frère du duc de Bragance. La nave de Marchionni était commandée par le Florentin Messer Fernam Vinet. Heureusement, João da Nova, faisant aiguade à São Bras, après un voyage sans histoire, prit connaisance d’un message laissé par la flotte de Cabral sur le chemin du retour relatant les difficultés rencontrées. João da Nova adopta alors de nouvelles règles de conduite : il emmena avec lui le navire destiné à l’embarquement de l’or et fit voile vers Cochin, évitant Calicut. En dépit de l’existence du comptoir installé par Cabral, les résultats commerciaux de l’étape de Cochin ne furent guère spectaculaires. L’étape de Cannanore se révéla, par contre, très fructueuse : les Portugais purent charger, à crédit car ils ne disposaient pas de moyens de paiement en or, mille quintaux de poivre, quatre cent cinquante quintaux de cannelle et cinquante quintaux de gingembre, négociant en plus l’installation d’un comptoir.

3Mais au moment de repartir, la flotille de João da Nova se trouva encerclée par une centaine de voiles en provenance de Calicut. Le Samorim et ses alliés, Maures et Vénitiens, ne tenaient pas à laisser se développer le commerce portugais dans les royaumes rivaux. Si Cabral avait dû bombarder Calicut, João da Nova dut engager une bataille navale qu’il domina grâce à la supériorité absolue de son artillerie.

4Dès lors, l’enjeu commercial tournait lui aussi à l’affrontement : dans la mesure où la reconnaissance des “découvertes” octroyait à Lisbonne le monopole des relations avec les partenaires des Indes par le biais de l’autorité spirituelle et religieuse outre-mer concédée par Rome, pouvait-il en être autrement ? Les marchands musulmans, naturellement, apparaissaient en situation d’exclusion des routes commerciales qu’ils contrôlaient depuis des siècles et, par la même occasion, Venise risquait de voir se tarir la source de son ravitaillement en épices. Mais l’instauration du monopole commercial ne rendait-il pas le conflit inévitable ?

5A son retour, en septembre 1502, João da Nova confirma l’appréciation de Cabrai du point de vue militaire. Quant au domaine religieux, depuis le retour de Cabral à Lisbonne, le caractère illusoire de l’existence d’un monde chrétien aux Indes était entièrement dissipé. Cependant, D. Manuel I n’avait plus besoin de thèses renforçant son point de vue conquérant : la décision avait déjà été prise, pendant l’hiver 1501-1502, de conquérir militairement les places résistantes à l’avancée portugaise dans la “Carrière des Indes”. Ni Cannanore ni Cochin, ni évidemment Melinde n’étaient considérées comme suffisantes à l’expansion de l’empire. D. Manuel I n’était-il pas désormais le “seigneur de la navigation, de la conquête et du commerce de l’Ethiopie, Arabie, Perse et Inde” réunis ? La grande armada de Vasco da Gama était donc partie depuis plusieurs mois lorsque la flotille de João da Nova regagna le Tage. Pour D. Manuel I, l’heure n’était plus à la négociation. Nommé “amiral des mers d’Arabie, Perse, Inde et de tout l'Orient”, Vasco da Gama commença à cette occasion une nouvelle phase de sa carrière.

6En fait, rivalité des hommes, le commandement général de la flotte devait être assuré par Pedro Álvares Cabral. Mais un conflit l’opposa à D. Manuel I dans la désignation de ses adjoints notamment Vicente Sodré, oncle maternel de Vasco da Gama. Cabrai ne voulut pas céder. D. Manuel nomma alors Gama commandant en chef de la flotte. La “Carrière des Indes” laissait place aux audacieux. Après avoir connu quelques avatars, Vasco da Gama, premier comte de Vidigueira, finira par acquérir le titre suprême de Vice-Roi des Indes en 1524, sous D. João III il est vrai. Mais il ne lui restait plus alors que quelques mois à vivre. Il mourut le 25 décembre 1524 à Cochin.

7Cette quatrième flotte dont il assuma lui-même le commandement en 1502 était composée de trois escadres. Son départ s’échelonna de février à avril. Une première escadre partit du Restelo le 10 février : dix naves accompagnaient le navire amiral de Vasco da Gama. Une deuxième escadre de quatre naves suivit sous les ordres du capitaine Vicente Sodré. Une troisième escadre de cinq naves quitta le Portugal sous les ordres d’un cousin de l’amiral, Estêvão da Gama. Vasco da Gama disposait ainsi de vingt navires pour assurer la police des mers de l’Océan Indien, dotés d’une fabuleuse artillerie. Ses instructions étaient précises : établir de façon pacifique des relations commerciales avec tous ceux qui reconnaitraient le monopole portugais et faire la guerre à ceux qui s’y opposeraient ; pourchasser les “nefs de La Mecque” partout dans l’Océan Indien pour anéantir le trafic de la Mer Rouge ; contrôler le commerce de l’or du Monomotapa à partir de Sofala et réduire Kilouan en vasselage tout en créant un comptoir à Mozambique ; obliger le Samorim de Calicut à entrer dans l’alliance portugaise ou combattre Calicut et ses alliés musulmans. De plus, une escadre portugaise devait demeurer en permanence dans l’Océan Indien afin de protéger les comptoirs et courser les navires des Maures de façon à couper la route traditionnelle des épices.

8Cette expédition de 1502 ouvrit une période de quinze années de conquêtes pendant lesquelles l’Inde portugaise allait devenir le joyau de l’empire et le théâtre de conflits sanglants.

9Le deuxième voyage de Vasco da Gama, celui de l’inauguration de la conquête, se termina à Lisbonne en octobre 1503. Il fut marqué par de spectaculaires violences montrant à quel point la terreur était devenue une forme d’action politique. Tel fut le cas par exemple de la destruction d’une très grosse nef égyptienne, la “Meri”, dont tous les membres de l’équipage et les passagers - plusieurs centaines de personnes, hommes, femmes et enfants - furent brûlés vifs au large de la côte du Malabar au milieu de l’escadre portugaise. Mais avant d’arriver aux Indes, Vasco da Gama avait obtenu un premier succès à Kiloua en juillet 1502 : le sultan avait accepté de payer un tribut de vassalité de mille cinq cents miticais d’or. C’était le premier tribut de ce type payé en Orient.

10Arrivé devant Calicut, Vasco da Gama entreprit un véritable blocus du port. Puis, la ville fut à nouveau bombardée et nombre de pêcheurs mutilés et massacrés. Loin de céder à la pression, le Samorim s’efforça de nouer des alliances avec Cochin et Cannanore afin de limiter toutes transactions commerciales, ce qui accrut l’irritation de l’amiral envers les alliés officiels de Lisbonne. Plusieurs contacts navals eurent lieu dont Vasco da Gama sortit vainqueur. Il finit par imposer aux “rois” de Cochin et de Cannanore des traités de commerce particulièrement avantageux : sa flotte rentra à Lisbonne avec trente mille quintaux d’épices, quinze fois plus que n’en avait ramené Cabrai et près de vingt fois plus que João da Nova. L’affaire se révélait excellente : la terreur et la force avaient payé.

11Comme convenu, Vicente Sodré était resté avec son escadre afin de protéger les comptoirs de Cochin et de Cannanore des incursions prévisibles des armées du Samorim. L’impérialisme du poivre était né. Vicente Sodré ne se contenta pas de protéger les comptoirs ; il s’efforça aussi, selon les instructions reçues, de couper la route de la Mer Rouge aux nefs de La Mecque, pratiquant pendant plusieurs semaines une fructueuse guerre de course autour de l’île de Socotra. Il croisait entre le Cap Guadarfui et la côte d’Arabie lorsqu’une tempête le surprit et coula deux de ses six navires en mai 1503. Entretemps, le Samorim avait profité de son absence pour occuper Cochin. Réfugiés dans l’île de Vaipim, le roi de Cochin et les Portugais du comptoir ne furent sauvés que par l’arrivée d’une nouvelle escadre commandée par Francisco de Albuquerque, la cinquième flotte des Indes, à la tête de trois naves imposantes. Francisco de Albuquerque avait, au passage de l’île d’Angédive, récupéré les quatre navires de l’escadre de Sodré échappés à la tempête et commandés alors par Pêro de Ataíde. Cochin était aussitôt reconquise. Deux autres escadres vinrent se joindre à celle de Francisco de Albuquerque ; l’une était ccomandée par son cousin, Afonso de Albuquerque, l’autre par Antonio Saldanha. L’ère des Albuquerque, ces grands seigneurs de la conquête des Indes, était commencée avec ce premier voyage de 1503-1504. Elle succéda à celle des Gama. Et Afonso de Albuquerque n’allait pas tarder à devenir, selon l’expression du Châh de Perse, le “lion des mers”.

12La décision fut prise de construire la première forteresse des Indes, à Cochin, en 1504. En fait, l’escadre des deux Albuquerque était partie de Lisbonne avant le retour de Vasco da Gama : tel était bien désormais le cycle annuel de la “Carrières des Indes”, imposant le départ de Lisbonne au printemps alors que les flottes ne revenaient que seize à dix huit mois plus tard pendant l’été ou à l’automne. Les Albuquerque complétèrent leur chargement dans une troisième ville Quilon. Outre Cochin et Cannanore, Quilon devint ainsi le troisième comptoir de la côte du Malabar.

13Ils laissèrent à Cochin, à leur départ, une petite garnison, avec trois navires, commandée par Duarte Pacheco Pereira. La mission du cosmographe était de défendre les comptoirs portugais que le Samorim ne manquerait pas d’attaquer à nouveau. A cette occasion, Duarte Pacheco Pereira se révéla grand capitaine et réussit à maintenir puis repousser une armée de près de soixante mille hommes alors qu’il ne disposait que du tiers de ces effectifs et de cent soixante Portugais.

14Mais il était quand même grand temps que les nouveaux renforts arrivent : ce fut l’escadre de Lopo Soares de Albergaria, en septembre 1504, avec douze grosses naves et mille deux cents hommes d’armes, une bonne partie de la noblesse portugaise. Le scénario fut identique : guerre navale contre Calicut et ses alliés et embarquement d’épices dans les royaumes amis. Les bénéfices aussi : au retour les cargaisons étaient toujours égales à vingt cinq ou trente mille quintaux d’épices. Mais ce fut à la suite du retour de la flotte des deux Albuquerque que, pendant l’hiver 1504-1505, D. Manuel I décida d’intensifier la conquête : l’”État” portugais des Indes allait être crée, avec un véritable gouvernement sur place et D. Francisco de Almeida, le premier gouverneur leva l’ancre du Restelo en mars 1505. Il porta même, pour la circonstance, le titre de “vice-roi” des Indes.

15Du 22 octobre 1505 au 19 février 1509, de son arrivée à Cannanore à son départ de Cochin, D. Francisco de Almeida (1450 - 1510), fils du comte d’Abrantes, habitué de la cour et membre de la très haute noblesse du Portugal, assuma la charge nouvelle de vice-roi du premier Gouvernement des Indes. Cette charge, nous disent les chroniqueurs, aurait du revenir à Tristão da Cunha (1460 ? - 1540) mais la maladie empêchant ce dernier de partir, le choix de D. Manuel I se porta sur la famille des comtes d’Abrantes.

16D. Francisco de Almeida s’était couvert de gloire dans la péninsule ibérique. Il avait notamment participé au corps expéditionnaire du Portugal aux côtés des Rois catholiques lors de la conquête de Grenade contre l’Islam C’était lui que D. João II avait désigné pour commander la flotte qui, en 1493, aurait pu, en cas de besoin, faire concurrence à l’armada expéditionnaire constituée par Christophe Colomb pour son second voyage au cas où les négociations entre l’Espagne et le Portugal n’auraient pas ouvert les perspectives d’un compromis, signé finalement à Tordesillas en 1494. Il avait surtout acquis une double expérience nautique et militaire à l’occasion de plusieurs missions militaires au Maroc. En fait, l’engagement de D. Francisco de Almeida dans la “Carrières des Indes” traduisit bien la manière dont la haute noblesse avait réussi à s’intégrer définitivement dans un processus de conquête maritime, projetant outre-mer l’esprit de croisade qui prévalait au Maroc. La barrière de l’Océan, maitrisée par les navigateurs et les commerçants, n’était plus un obstacle à la noblesse, si elle l’avait jamais été. Entre l’expansion conquérante de la frontière de proximité du Nord de l’Afrique relancée par D. Manuel à partir, elle aussi, de 1505 et celle des limites de l’Océan Indien par delà l’Atlantique, un théâtre d’actions communes était désormais établi.

17Au Maroc, D. Manuel I, au contraire de D. João II, avait repris les traditions de D. Alfonso V et cultivé l’héritage de Ceuta, Alcácer Ceguer, Arzila et Tanger. Il s’engagea dans la fondation de nouvelles forteresses dont certaines furent entreprises à l’initiative d’intérêts commerciaux. Tel fut le cas du chateau de Santa-Cruz de Aguer, au Cap Ghir (Agadir), construit sous l’impulsion de João Lopes de Sequeira. L’intervention militaire qui en résulta permit D. Francisco de Castro de s’illustrer contre les Maures mais faillit aussi entrainer un conflit avec la Castille protégeant sa route maritime des Canaries. Les zones respectives d’influence entre les deux puissances ibériques à leurs frontières de proximité furent précisées, après de laborieuses négociations, au traité de Sintra en 1509. Tel fut le cas aussi de la forteresse royale de Mogador en 1507 sur le Maroc atlantique à laquelle Diogo de Azambuja consacra une bonne partie de son énergie après avoir réussi l’édification de São Jorge da Mina.

18Mais la conquête de Safi par Diogo de Azambuja en 1508 ne devint la véritable première grande affaire marocaine du règne de D. Manuel I qu’avec le siège de 1510 et les hauts faits militaires de Nuno Fernandes de Ataíde. Safi était alors devenue un enjeu essentiel de la côte marocaine, d’Azemmour à Mogador. Azemmour tomba en 1513 puis Mazagan en 1514. La conquête d’Azemmour occupa dans les mémoires une place identique à celle de Ceuta mobilisant les énergies de toute la noblesse et du pays : deux mille cavaliers et treize mille hommes d’armes furent transportés du Tage puis de Faro à bord de près de cinq cents voiles, sous le commandement du duc de Bragance, D. João de Meneses. Parmi eux se trouvait un certain Fernão de Magalhães. Dès que la nouvelle de la prise d’Azemmour fut connue à Lisbonne, D. Manuel organisa une extraordinaire cérémonie. Cette grande fête du 19 septembre 1513 marqua les esprits du temps, selon le témoignage de Gil Vicente (1465 ? - 1537).

19Les débouchés maritimes du Maroc fertile, celui des plaines du blé si nécessaire au Portugal, étaient alors contrôlés par ces comptoirs-forteresses qui assuraient en même temps la sécurité des relations avec Madère et les îles à sucre. Ataíde se lança alors dans la conquête de l’intérieur du pays, rêvant de prendre Marrakech, la capitale des Saadiens, dont l’action militaire et religieuse portait ombrage à la dynastie wattasside de Fès. Sans succès. L’hypothèse d’une conquête de Fès fut aussi entretenue. Mais, face à une résistance grandissante, D. Manuel eut la sagesse de ne pas insister. Le pouvait-il d’ailleurs sans risquer la défaite ? Outre Agadir, Mogador et Safi, les victoires prestigieuses d’Azemmour, puis, dans une moindre mesure, de Mazagan, suffisent à ses ambitions marocaines. Il est vrai qu’une partie de sa noblesse se trouvait aussi mobilisée aux Indes où D. Francisco de Almeida puis Afonso de Albuquerque entre 1505 et 1515 avaient besoin de mille à mille cinq cents hommes d’armes par an. Car, en s’engageant dans la conquête des Indes, la monarchie portugaise n’avait pas oublié sa noblesse, au contraire. Et D. Manuel I réussit le tour de force de lui faire franchir l’Océan et non plus seulement le détroit de la Méditerranée.

20Les instructions données à D. Francisco de Almeida dès le 7 février 1505, complétées par le “Regimento” du 5 mars, tenaient compte de l’évolution de la situation sur le terrain des Indes. Mais elles précisaient surtout le fonctionnement du “Gouvernement” dont il était chargé pour trois ans et qu’il devait fonder de façon permanente. Il convenait d’installer plusieurs forteresses permettant de mieux contrôler la route, tant en Afrique orientale qu’aux Indes elles-mêmes. Melinde, Cochin, Cannanore mais aussi Quilon étaient des partenaires privilégiés, et l’île d’Angédive voyait son rôle stratégique et commercial renforcé. Sofala et Kiloua se devaient d’être définitivement intégrées aux possessions portugaises. La “Casa da Mina” de Guinée n’allait pas tarder à devenir “da Guiné e India”. Calicut, bien sûr, demeurait l’adversaire mais l’ennemi irréductible apparaissait surtout à travers ses alliés de La Mecque, d’Aden à Ormuz. Au demeurant, d’autres régions devaient être prospectées et découvertes plus à l’Est du Dekkan, notamment Ceylan, Malacca et “quelques autres” dont on connaissait l’existence et les richesses puisque les navires musulmans les fréquentaient assidûment. Des relations devaient être établies avec le grand empire hindou de Vijayanagar, cet immense royaume qui contrôlait la plus grande partie de l’immense péninsule indienne et dont dépendaient en fait les villes côtières que Vasco da Gama avait fréquentées.

21L’instauration d’un “Etat” portugais impliquait la mise en place d’un corps permanent de fonctionnaires avec la création d’un appareil financier, judiciaire et religieux. Le financement de cet appareil serait assuré sous forme d’impôts établis à partir du droit de propriété éminente de la Couronne portugaise sur les terres”conquises”. Le moyen le plus immédiat de faire payer ces impôts n’était-il pas de multiplier les tributs de vassalité, indépendamment des taxes sur les produtis et des revenus espérés du quinto ?

22Toutefois, l’établissement de l’”État” portugais de l’Inde ne concernait pas seulement les premiers intéressés, c’est-à-dire les habitants conquis, de gré ou de force, et les adversaires de la foi, ces fils de La Mecque, que l’on espérait chasser de l’Océan Indien. Le Gouvernement portugais des Indes était aussi une réponse aux entreprises de la Sérénissime république de Venise, la concurrente commerciale, qui venait d’engager une offensive diplomatico-religieuse d’envergure à Rome contre l’expansion portugaise. Face à l’activisme conquérant de la Couronne portugaise dont la présence s’affirmait aux sources mêmes du commerce des épices, Venise avait entrepris, dès 1501, plusieurs opérations de communication auprès des potentats hindous et de leurs alliés musulmans. Ces opérations visaient à saper le prestige de la monarchie portugaise en pratiquant des actions de “dénigrement”. Une telle entreprise de désinformation, aux yeux des Portugais bien évidemment, avait connu le succès que l’on sait auprès du Samorim Elle était organisée par le Comité des épices, créé à l’initiative du Conseil des Dix.

23D’autre part, le repérage des Indes avait fait l’objet d’une connaissance cartographique précise : outre la carte de 1500 attribuée à Pedro Reinel, faisant état des progrès de la connaissance hydrographique et des mesures graduées du méridien résultant de la pratique de la navigation astronomique, le planisphère dit de Cantino, réalisé entre septembre et octobre 1502, avait permis à Venise et à l’Italie de suivre dans le détail la progression des découvertes portugaises dans l’Océan Indien. Le planisphère de Nicolau Caverio, entre 1502 et 1506, apportait aussi des précisions complémentaires.

24Mais, en 1504-1505, devant la réussite croissante des expéditions portugaises asséchant la route traditionnelle des épices de vingt cinq mille quintaux par an, Venise avait essayé de convaincre le Pape en personne des dangers que l’expansion portugaise en Asie pouvait faire courir aux chrétiens orientaux et sur le Saint-Sépulcre lui-même. Le prieur du couvent du Sinaï, Frei Mauro, au nom des communautés chrétiennes vivant en pays musulmans, se rendit à Rome et en octobre 1504 informa le Pape des risques de représailles dont le Sultan du Caire menaçait les chrétiens. Très fortement affectée par une crise dynastique sur laquelle s’était greffée la crise économique et commerciale due au double détournement du trafic des épices et de l’or de Sofala-Kiloua, l’Égypte des mameluks s’engageait aux côtés de Venise dans une lutte pour sa survie.

25Venise d’ailleurs, constatant l’échec de son entreprise à Rome et la création de l’”Etat” portugais des Indes, n’hésitera pas en 1507-1508 à apporter sa contribution technique à l’armement des navires égyptiens de Mir Husain. L’armada portugaise qui eut à combattre cette flotte alliée au sultan de Goujrat et à d’autres princes comme le Samorim de Calicut était alors placée sous le commandement du fils du vice-roi : D. Lourenço de Almeida y perdit la vie et le Portugal une grande partie de sa réputation maritime.

26A son départ de Lisbonne, en mars 1505, l’armada de D. Francisco de Almeida apparaissait comme la plus importante des flottes jamais envoyées aux Indes par le Portugal jusqu’alors : vingt deux navires, mille six cents hommes d’armes. Plusieurs naves de l’armada au service de la Couronne avaient cependant été affrêtées par des intérêts privés selon les règles du jeu définies par la monarchie elle-même : initiatives et gros investissements de l’Etat et du pouvoir royal n’excluaient pas des participations de banquiers et marchands de Lisbonne ou d’ailleurs. Dans cette armada de 1505, une nave avait été commanditée par Fernando de Noronha, le riche donataire d’une île au large des côtes du Brésil, qui s’adonnait au commerce du bois précieux et trois autres par un groupe mixte de marchands italo-allemands. Dans ce groupe figurait l’inévitable Marchionni mais aussi, chose nouvelle, les Welser, Voehlin, Imhof, et autres Fugger qui se portaient désormais acquéreurs d’épices à Lisbonne élargissant leur zone d’approvisionnement jusqu’alors concentrée à Venise et à Gênes.

27Après avoir doublé le Cap de Bonne Espérance le 19 juillet 1505, l’escadre atteignit son premier objectif, l’Afrique orientale. Là, D. Francisco de Almeida installa tout d’abord une forteresse à Mozambique. Mais l’enjeu véritable était Kiloua dont le sultan refusait de payer le tribut. Dès lors, l’armada s’empara de la ville et les Portugais entreprirent la construction sur place d’une forteresse. Quittant Kiloua le 9 août, l’escadre arriva devant Mombassa le 13. Hostile, la ville fut brulée au passage. Puis un comptoir fut fondé à Melinde.

28Départ vers les Indes, le deuxième objectif. Le 13 septembre, l’île d’Angédive était en vue. Elle fut fortifiée. Le 22 octobre, à Cannanore, D. Francisco de Almeida prit officiellement le titre de vice-roi et prépara sa véritable mission en s’installant à Cochin le 30. Cochin devenait le siège du premier Gouvernement des Indes.

29Pendant que des négociations commerciales se déroulaient à Cannanore, Cochin et Quilon, la tension avec Calicut s’aiguisait. De plus, Angédive se trouva menacée par le roi de Goa. Le vice-roi confia à son fils le commandement des actions militaires. Un combat naval s’engagea entre D. Lourenço de Almeida et la flotte du Samorim le 18 mars 1506 ; il consacra la supériorité militaire portugaise. Le vice-roi chargea ensuite son fils de reconnaître Ceylan et les Maldives mais l’expédition, mal conduite, ne donna pas les résultats escomptés.

30En fait les véritables premières difficultés commencèrent. Difficultés en Afrique orientale où la situation des Portugais demeurés à Sofala et à Kiloua s’était dégradée. Difficultés à l’île d’Angédive. D. Francisco de Almeida n’était-il pas victime de la pesanteur administrative inhérente à la mise en place du Gouvernement ? En tout cas, sa conception “statique” de la conquête inhérente à la phase de gestion gouvernementale, peut-être aussi fondée sur une certaine prudence, lui fut reprochée. Ces reproches lui furent d’autant plus facilement adressées qu’une nouvelle armada de quinze naves sous la responsabilité de Tristão da Cunha, le rival malheureux, était arrivée du Portugal fin 1506.

31Tristão de Cunha commandait directement neuf de ces quinze naves auxquelles les groupes florentins et gênois commandités par Bartolomeo Marchionni et un consortium composé des Welser, représentés par Lucas Rem, et du marchand de Lisbonne Rui Mendes, avaient été associés pour le commerce des épices. De son côté, D. Afonso de Albuquerque avait reçu mission de se joindre à Tristão da Cunha à la tête des six autres navires. Le premier objectif de cette nouvelle armada était de s’emparer de l’île de Socotra aux frontières de la Mer Rouge. Il fut atteint dès 1506. Ensuite, Tristão da Cunha s’achemina vers les Indes alors que D. Afonso de Albuquerque demeura au large des côtes d’Arabie afin de s’emparer d’Ormuz.

32En effet, D. Manuel avait confié au capitãomor Afonso de Albuquerque une responsabilité bien particulière : bloquer la Mer Rouge mais aussi entreprendre de développer des relations avec la Perse avant de succéder à D. Francisco de Almeida. Afonso de Albuquerque concentra ses efforts, à partir de Socotra, sur les villes de la côte d’Arabie, s’emparant de Calaiate (Qalhât), de Curiate (Quryât), de Mascate, de Soar (Suhar) et d’Orçafão (Hurfakan), parvenant devant l’île d’Ormuz et le Golfe persique en octobre 1507. La principale richesse d’Ormuz consistait en l’exportation de textiles de luxe et de chevaux très prisés par les rois des Indes, en échange d’épices. C’était aussi le lieu d’approvisionnement de l’argent de la Perse, ces fameux “larins” dont le métal blanc constituait, plus que l’or, le métal monétaire de l’Orient. Le monarque d’Ormuz était vassal du Châh de Perse où la nouvelle dynastie des Séfévides sunnites venait de s’installer à Tabriz sous l’impulsion de Châh Ismail (1487 - 1524). Ormuz devint alors une des places stratégiques de l’empire portugais d’Orient.

33D. Afonso de Albuquerque signa avec le jeune Seifardim II un accord à partir duquel le roi d’Ormuz reconnaissait la suzeraineté de D. Manuel I au détriment du Châh, lui garantissait le paiement d’un tribut de vassalité et acceptait la construction d’une forteresse et d’un comptoir. Mais un tel succès ne fut qu’apparent. Albuquerque fut obligé, provisoirement, de lâcher prise en raison de discordes avec ses capitaines. La conquête de l’entrée du Golfe persique fut remise à plus tard. D. Afonso de Albuquerque partit alors vers Cannanore où il arriva le 6 décembre 1508. Les trois années du mandat de D. Francisco de Almeida s’étaient écoulées et il estimait qu’il était grand temps de lui succéder à la tête du Gouvernement des Indes, selon les instructions de D. Manuel I.

34Un conflit aigu opposa les deux hommes. Le vice-roi reprocha-t-il à son successeur ses incursions militaires aux frontières des Indes, aux limites de l’Arabie et de la Perse, alors qu’il avait été obligé de faire face, sans appui, à l’offensive de la flotte de Mir Husain où son fils avait perdu la vie ? Quoiqu’il en soit, D. Francisco refusa de céder le pouvoir ; il fit garder Albuquerque sous bonne escorte à Cannanore.

35En fait, D. Francisco de Almeida préparait surtout sa revanche personnelle sur Mir Husain. Ce dernier avait jeté l’ancre devant Diu, dans le Golfe de Cambay. Un combat naval d’une rare intensité s’engagea le 3 février 1509. La flotte portugaise de D. Francisco de Almeida, victorieuse au large de la barre de Chaul, effaça des mémoires la défaite de D. Lourenço et Mir Husain prit la fuite. Toutefois, D. Francisco préféra traiter avec le roi de Cambay, Meliqueaz, qui avait observé une prudente réserve au moment du combat et parvint à convaincre son armée de ne pas s’emparer de Diu.

36Le retour de D. Francisco de Almeida à Cannanore puis à Cochin fut triomphal. Seule l’arrivée à Cochin de l’escadre de D. Fernão Coutinho en octobre 1509, confirmant les instructions de passation des pouvoirs en faveur d’Afonso de Albuquerque, parvint à faire libérer ce dernier et à convaincre D. Francisco de Almeida de quitter le Gouvernement des Indes. Le vice-roi obéit à contre cœur : il voyait en Afonso de Albuquerque plus une tête brûlée avide de hauts faits militaires que l’administrateur responsable d’un empire. Mais le destin n’autorisa pas le vice-roi des Indes à plaider sa cause auprès de D. Manuel I. Sur le chemin du Portugal, à l’occasion d’une aiguade à Saldanha en pays cafre, non loin du Cap de Bonne Espérance, D. Francisco de Almeida trouva la mort dans une embuscade, en portant secours à ses compagnons d’armes.

37Avec D. Afonso de Albuquerque comme gouverneur, le Gouvernement des Indes allait devenir le quartier général d’une guerre de conquête permanente, repoussant les frontières militaires des Indes vers l’Est jusqu’à Malacca mais aussi vers l’Ouest entre Aden et Ormuz. L’épopée de la conquête impériale atteignait son apogée et le “lion des mers” Albuquerque connaisait son heure de gloire. Pendant six ans, de 1509 à 1515, D. Afonso de Albuquerque assuma la charge de gouverneur de l’Etat portugais de l’Inde. Six années de conflits presque permanents pendant lesquelles l’entreprise de découverte s’identifia à l’activité militaire conquérante.

38Selon les chroniqueurs, trois faits d’armes de prestige ont caractérisé son gouvernement : la conquête de Goa, celle de Malacca et celle d’Ormuz. Est-ce à dire qu’Afonso de Albuquerque ne connut que des succès ? La prudence est de règle car les chroniqueurs, habiles hagiographes, ne retiennent des combats engagés que la succession des victoires. Or, même du seul point de vue militaire de celui des vainqueurs, bien des engagements restèrent sans victoires. Sans victoires mais aussi sans véritables défaites. La “fortune” de D. Afonso de Albuquerque n’a t-elle pas été avant tout de ne pas avoir subi de défaites tragiques, comme en avait connues D. Francisco de Almeida, de la même manière que, sur l’ensemble de son règne, la “fortune” de D. Manuel I a pu se révéler par l’absence de graves revers dans une expansion impériale conduite en Ethiopie, Arabie, Perse et Inde ? Même si cette fuite en avant dans la conquête, véritable transformation systématique de l’expansion maritime en épopée conquérante, condamnait inévitablement à l’échec ses successeurs, l’impression dominante s’est traduite par l’enchaînement des victoires.

39En fait, dès son accession au Gouvernement des Indes, D. Afonso de Albuquerque fut confronté à une première difficulté : en janvier 1510, sa tentative de conquête de Calicut tourna mal. Il faillit même payer de sa vie cette aventure militaire. Les chroniqueurs en firent porter la responsabilité sur l’inexpérience de D. Fernando Coutinho, qui venait d’arriver avec son escadre. L’habilité d’Albuquerque fut de reprendre immédiatement l’initiative sur un autre terrain, Goa. La sécurité du relais de l’île d’Angédive passait par le contrôle du pays des Ghâtes, au milieu de la côte du Malabar. Le siège et la prise de Goa, entre février et novembre 1510, devinrent le symbole de la réussite conquérante. Ainsi, D. Afonso de Albuquerque, qui gardait un mauvais souvenir de Cochin, fit de Goa la résidence de son Gouvernement.

40En fait, l’affaire de Goa, elle aussi, avait failli mal tourner. Afonso de Albuquerque n’avait obtenu de résultat décisif que grâce au renfort de la flotte envoyée désormais annuellement de Lisbonne, partie en avril 1510, soit deux escadres commandées respectivement par Diogo Mendes de Vasconcelos et Gonçalo de Sequeira. Alors que D. Afonso de Albuquerque, après deux tentatives malheureuses devant Goa, faisait voile vers Ormuz, sa rencontre avec l’escadre portugaise le fit revenir à Goa. Le 25 novembre 1510, Goa était prise et le premier succès enfin assuré.

41Doué d’un remarquable sens de l’opportunité, D. Afonso de Albuquerque laissa encore une fois de côté son projet de conquête vers la Mer d’Arabie. L’heure était alors à l’expansion vers l’Est, vers l’Insulinde. Diogo Lopes de Sequeira en avait décrit les richesses ; la cour de Lisbonne, fascinée, évaluait les potentialités de cette nouvelle frontière au-delà des Indes.

42En effet, le 8 avril 1508, à l'époque où D. Francisco de Almeida était encore vice-roi des Indes, une flotille, commandée par Diogo Lopes de Sequeira, était partie du Tage avec un objectif bien particulier : établir une relation directe avec les îles à épices à travers l'Océan Indien sans avoir à remonter la côté orientale de l'Afrique jusqu'à Melinde de façon à éviter le "mare islamicum" de la Mer d'Arabie. Cette flotille longea donc les côtes de Madagascar puis mit cap Est-Nord-Est droit sur Ceylan, la terre de la cannelle. Opération réussie. Elle se dirigea ensuite vers l'Insulinde et parvint au détroit de Malacca. Parmi les membres de cette expédition "découvrant" l'Insulinde en 1509 figuraient Fernão de Magalhães et Francisco Serrão.

43A Malacca, Diogo Lopes de Sequeira enregistra le maximum de renseignements sur les îles à épices de l'Est, notamment les îles de la Sonde, les Célèbes et les Moluques. Les sources mêmes de l'approvisionnement du marché des épices étaient bien aux portes de Malacca. Le contrôle militaire de la Mer d'Arabie avait-il dès lors la même importance ?

44Lorsque Diogo Mendes de Vasconcelos et Gonçalo de Sequeira étaient partis de Lisbonne, ils ne connaissaient pas encore les résultats de la flotille de découverte de Diogo Lopes de Sequeira. Il reçurent donc en 1510 mission d'aller à la "découverte de Malacca", si celle-ci n'était pas., déjà découverte. Depuis 1502, la description de Nicolo di Conti, traduite en portugais par Valentim Femandes, certifiait que les portes de Malacca ouvraient le chemin de ces véritables îles de production des épices redistribuées aux Indes et en Orient par les ports de la côte du Malabar.

45D. Afonso de Albuquerque saisit donc l'occasion de porter sa gloire militaire au-delà des Indes. Prenant prétexte du fait que Diogo Lopes de Sequeira n'avait établi avec Malacca que des relations commerciales sans parvenir à imposer la fondation d'un comptoir, D. Afonso de Albuquerque, avec sa fougue habituelle, se lança vers la conquête des portes du détroit qu'il atteignit le 25 juillet 1511. Le 24 août, le roi de Malacca faisait sa soumission. Afonso de Albuquerque entreprit alors de faire construire une forteresse pour mieux assurer les échanges commerciaux.

46A partir de Malacca, dans la foulée de la conquête, plusieurs expéditions de reconnaissance commerciales engagèrent les premiers parcours à travers l’extrême Asie. Trois terrains furent reconnus. Dès novembre 1510, Afonso de Albuquerque avait confié le commandement d’une flotille de trois navires -deux naves et une caravelle- à Antonio de Abreu accompagné de Francisco Serrão et Simão Afonso Bisagudo, afin de gagner ces fameuses îles Moluques, les îles du clou de girofle.

47Antonio de Abreu passa plus d’un an à inventorier l’Insulinde : Sumatra, Java, Bali, Sumbawa, Flores, puis remontant vers le Nord jusqu’à Banda. Il laissa Francisco Serrão partir seul vers les Moluques retournant lui-même à Malacca en décembre 1512. De son côté, Francisco Serrão parvint à Ternate. Très bien reçu par le roi de cette île, il s’y installa jusqu’à sa mort. De Ternate, Francisco Serrão fit parvenir à son ami Fernão de Magalhães de précieux renseignements sur les Moluques qui se révèleront fort utiles en vue de l’élaboration du projet de circumnavigation. La route de la noix muscade de Banda, celle du girofle des Moluques, celle du santal de Timor, bref des épices et drogues d’Insulinde et des Moluques était ouverte.

48Les deux autres expéditions de reconnaissance organisées à partir de Malacca partirent l’une, vers la Cochinchine et Pégou, du Siam à la Birmanie, l’autre vers la Chine. La Chine du Sud, celle de Canton, connut ainsi ses premiers contacts directs avec les Portugais vers 1513 et 1515 grâce à Jorge Alvares et ses compagnons. Pouvait-il en être autrement puisque les jonques chinoises fréquentaient régulièrement le port de Malaisie ? Outre les feuilles de bétel que mâchaient traditionnellement les Indiens, les Portugais étaient ainsi parvenus en accès direct aux lieux de cultures de l’opium, du musc, de la rhubarbe, du camphre, du benjoin : parfums, onguents, aromates, drogues de toutes sortes à usage de médecine s’ajoutaient aux épices. Duarte Barbosa (1480 ? - 1521), Tomé Pires (1465 ? - 1540 ?) puis, cinquante ans plus tard, Garcia de Orta (1501 -1568) feront cet inventaire détaillé de toutes ces “drogues” et “épices” d’Asie dont l’Europe ne connaissait que les produits finis ignorant tout des plantes et des techniques de fabrication.

49Avec la conquête du déroit de Malacca, D. Afonso de Albuquerque avait imposé sa volonté conquérante au-delà des Indes. La dynamique commerciale s'engageait d'elle-même vers ces nouvelles voies. Mais D. Afonso de Albuquerque se consacra surtout à mettre en œuvre son projet initial : contrôler la Mer d'Arabie et lancer vers Aden et Ormuz une croisade "maritime" contre l'Islam afin de menacer directement La Mecque. L'empire portugais des Indes ne se révèlerait-il pas ainsi mille fois plus glorieux à travers l'incomparable prestige d'une conquête de l'Arabie et de la Perse que cette Europe chrétienne subissant de plein fouet l'essor de l'empire ottoman et où le Portugal s'efforçait de relancer au Maroc l'épopée des croisades conquérantes dont Ceuta avait été le symbole conquérant. Après avoir rétabli son autorité à Goa et assuré le contrôle de Calicut, D. Afonso de Albuquerque entreprit donc sa grande expédition de conquête du "mare islamicum" : une expédition fut préparée contre Aden et la Mer Rouge à partir de l'île de Socotra en 1513. Sans succès. A son retour vers Goa, il fonda, au passage un comptoir à Diu afin de mieux contrôler l'accès de la côte du Malabar parcourue par les nefs de La Mecque. Puis, il confia à son neveu, Pêro de Albuquerque, à la tête d'une flotte de guerre de cinq navires, le soin de repartir bombarder Aden et d'exiger ensuite du roi d'Ormuz la reconnaissance de son allégeance envers le roi de Portugal. De son côté, il rassembla toutes les énergies : en janvier 1515, une nouvelle armada de conquêtes, forte cette fois de vingt huit navires et de trois mille huit cents hommes dont mille huit cents nobles et hommes d'armes portugais, quittait Goa pour se lancer dans la croisade maritime de la Mer d'Arabie. Sachant les propositions de soumission du roi d'Ormuz et connaissant les résultats positifs des ambassades avec le Chah de la monarchie séfévide, Afonso de Albuquerque fit d'abord route vers Ormuz. Il y imposa la construction d'une forteresse dont il confia le commandement à Pêro de Albuquerque.

50Mais là s'arrêta sa croisade maritime. Malade, D. Afonso de Albuquerque se résolut à regagner Goa où il mourut le 27 décembre 1515. De toute manière, son aventure militaire était achevée : un nouveau gouverneur, Lopo Soares de Albergaria, était arrivé depuis quelques semaines aux Indes pour le remplacer. D. Afonso de Albuquerque n'avait-il pas quitté son monde de conquête aussi déçu et amer que D. Francisco de Almeida six ans plus tôt ?

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540