Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

9. L'irruption du Brésil sur la “Route des Indes”

Texte intégral

1La deuxième expédition vers les Indes fut préparée en quelques mois. Compte tenu du succès de Vasco da Gama, D. Manuel I tenait à accélérer les évènements.

2Il avait annoncé ses intentions dans une lettre adressée aux Rois catholiques dès le retour à Lisbonne du premier navire de l’expédition de Vasco da Gama : s’appuyer sur une population supposée chrétienne aux Indes -qui devait être mieux intégrée à la religion romaine, afin de détuire l’Islam ; détourner au profit de Lisbonne le trafic des épices et des pierres précieuses qui, par La Mecque, Le Caire et Alexandrie, reliait les Indes au commerce européen grâce à la nouvelle route du Cap. En même temps, il rappelait à son ambassadeur à Rome, le cardinal D. Jorge da Costa, de bien faire comprendre que les donations du Pape, en permettant à la couronne du Portugal d’agir en seigneur et d’exercer son contrôle sur tous domaines maritimes, accordaient aux Portugais la possibilité de découvrir encore de nouvelles terres. Enfin, une nouvelle monnaie d’argent, au nom symbolique et évocateur d”’indiens” (indios), avait été spécialement frappée pour le voyage de Cabrai : elle devait concurrencer le marc d’argent vénitien sur son propre terrain commercial, Calicut. Charger Cabral d’éclairer les Chrétiens de l’Inde avec l’envoi de missionnaires, un grand théologien et des capucins, et installer deux comptoirs, l’un à Sofala pour l’or, l’autre à Calicut pour les épices, concrétisèrent ces choix politiques.

3Peut-être même, dans son empressement à montrer la nouvelle puissance du Portugal à la face du monde chrétien, notamment à l’égard des Rois catholiques avec lesquels l’alliance matrimoniale se trouvait confirmée par son second mariage avec l’infante Marie précisément en 1500, après le décès d’Isabelle, D. Manuel I commettra-t-il quelque imprudence ? En tout cas, le départ d’une flotte susceptible de franchir le Cap de Bonne Espérance au début de l’hiver austral en Atlantique sud ne fut sans doute pas étranger au drame du naufrage frappant trois ou peut-être quatre des navires de l’expédition à la fin du mois de mai 1500.

4Ce naufrage coûta la vie à Bartolomeu Dias, Aires Gomes da Silva, Simão de Pina et, vraisemblablement Vasco de Ataíde dont on a dit aussi qu’il se serait perdu en quittant l’expédition au bout de quelques jours à destination de l’Atlantique nord. Ce naufrage provoqua aussi la dispersion de plusieurs autres navires dont celui de Diogo Dias. Si les autres navires se regroupèrent à Kiloua, avant de partir vers Calicut et après avoir manqué les relais du Cap de Bonne Espérance et de São Bràs, Diogo Dias, livré à lui-même, essaya de parcourir cet Océan Indien avant de rejoindre les Indes. Cependant, il n’atteignit jamais sa destination et surtout ne put se rendre à Sofala où il avait été chargé, avec son frère Bartolomeu, d’installer le comptoir de l’or. Après avoir découvert la côte de Madagascar, il prolongea son itinéraire vers la corne de l’Afrique, en Somalie, au delà de Mogadiscio parvenant au Cap de Guadarfui et à l’île de Socotra. De là, il pénétra dans le Golfe d’Aden et débarqua dans le port de Berbera.

5Cette ville fascina les Portugais par la blancheur de ses maisons et le charme de ses fenêtres orientales. Mais la séduction fut de courte durée : après avoir confessé au sultan de Berbera qu’il avait perdu contact avec la flotte de Cabral et qu’il cherchait à rejoindre Calicut, Diogo Dias, selon le chroniqueur Gaspar Correia (+ 1561), dans ses “Lendas da India”, dut faire face à de nombreuses attaques de navires mauresques. Il ne réussit à échapper au massacre que grâce à l’efficacité des canons de son navire et à une fuite éperdue. Lorsque Cabrai, à son retour des Indes en 1501, rencontra par hasard Diogo Dias, qu’il croyait perdu, à Beziguiche, ce dernier n’avait plus avec lui que treize hommes valides à bout de forces. Mais l’entrée de la Mer Rouge par l’Océan Indien avait été identifiée. Un tel repérage des côtes somaliennes se révélera très utile pour les expéditions conquérantes ultérieures des Portugais.

6Cependant, tous les épisodes du voyage de la flotte de Pedro Álvares Cabral ne furent pas aussi malheureux. Après son départ de Lisbonne, le 9 mars 1500 et la messe, désormais traditionnelle, célébrée la veille à Santa Maria de Belém en présence du roi et de toute la cour, l’ensemble imposant de la flotte -treize navires dont dix naves et trois caravelles- avait fait voile vers les Canaries puis le Cap Vert. Elle atteignit l’île de São Nicolau après deux semaines de navigation. Rassembler en quelques mois autant de navires performants pour cette deuxième expédition vers les Indes, ayant à leur bord mille deux cents à mille cinq cents personnes, était une entreprise considérable. Outre les cinq capitaines déjà mentionnés qui furent éprouvés par la fortune, les autres commandants du bord étaient Pêro de Ataide, le frère du malheureux Vasco, qui allait devenir une figure légendaire de la conquête des Indes, Simão de Miranda de Azevedo, Nicolau Coelho, à peine revenu de son voyage avec Vasco da Gama, et aussitôt reparti, Nuno Leitão da Cunha, Lufs Pires, Gaspar de Lemos, Sancho de Tovar, le commandant en second de la flotte et, bien sûr, Pedro Álvares Cabral.

7En fait, rien ne prédisposait Pedro Álvares Cabral à se lancer dans l’épopée maritime. Fils de Fernáo Cabral et de D. Isabel de Gouveia, le seigneur de Belmonte et donataire de Azurara était le neuvième enfant d’une famille de haute noblesse qui avait servi D. Afonso V dans ses croisades africaines et ses aventures militaires dans la péninsule. Or précisément, l’objectif de cette expédition navale aux Indes était beaucoup plus d’évaluer les risques militaires de l’établissement des relations commerciales et religieuses avec le monde oriental, c’est-à-dire fonder “la Carrière des Indes”, que d’entreprendre de nouvelles découvertes. D. Manuel I n’avait donc pas besoin de confier la responsabilité de commandement de la flotte à un navigateur mais au contraire à un homme de guerre, un chef d’armée. Au demeurant, Pedro Álvares Cabral était accompagné de capitaines de navires confirmés, les deux frères Dias et Nicolau Coelho, du cosmographe Duarte Pacheco Pereira et des excellents pilotes, Luís Pires et Pêro Escobar. Même le commandant en second de l’expédition, Sancho de Tovar, était un “fidalgo” de bonne noblesse. A trente deux ans, ce chevalier de bonne lignée qu’était Pedro Álvares Cabral trouva donc dans cette expédition navale une belle occasion de gloire. Les évènements de l’Histoire en ont fait le “découvreur du Brésil”.

8En effet, après l’étape du Cap Vert, la flotte fila dans la direction Ouest-Sud-Ouest pour suivre la route inaugurée par Vasco da Gama. Hasard d’une tempête, selon les commentaires quelque peu fantaisistes de Gaspar Correia, ou plus vraisemblablement navigation délibérément plus orientée vers l’Ouest, la flotte poussa jusqu’à la côte américaine : la “Terra de la Vraie Croix” que D. Manuel I fit appeler “Sainte Croix” en 1501 mais que l’on désigna communément à partir de 1503 comme ’Terre du Brésil”, fut ainsi “découverte” le 22 avril 1500.

9Que n’a-t-on écrit à propos de cette partie du voyage de Cabral et de la lettre d’information rédigée par le commentateur officiel de l’expédition, Pêro Vaz de Caminha, et portée à D. Manuel I par les soins de Gaspar de Lemos, un des douze capitaines de la flotte ! Découverte “officielle” du Brésil, tout à fait intentionnelle, véritable conséquence directe du compromis de Tordesillas après le repérage effectué par Duarte Pacheco Pereira deux ans plus tôt ou découverte officielle “accidentelle” due aux caprices de la mer et à une navigation mal orientée vers l’Ouest ? Les débats entre historiens ont été nombreux. En tout cas, l’objectif d’atteindre Calicut dans les meilleurs délais était tellement recherché qu’il est difficile d’admettre que la flotte de Cabrai ait pu se permettre de perdre trop de temps à explorer une zone maritime atlantique que le Portugal avait obtenue par la négociation officielle avec les Rois catholiques six ans plus tôt. Et si la “terre de la Vraie Croix” était déjà connue des Portugais, cela valait-il la peine de diminuer le potentiel de cette flotte des Indes en se privant de la nave de Gaspar de Lemos pour effectuer l’annonce officielle de la découverte ? A moins, précisément, que l’effet d’annonce n’ait été délibérément voulu, sachant que tous les regards de la chrétienté latine s’étaient trouvés braqués sur le départ d’une expédition qui devait ouvrir officiellement la Carrière des Indes ?

10Quoiqu’il en soit, les renseignements tirés de la “lettre” de Pêro Vaz comme ceux tirés d’un autre document, la “Relação do piloto anónimo”, confirmèrent la date de l’arrivée de l’armada en ce 22 avril. La flotte se trouvait alors au large de l’embouchure d’une rivière et Nicolau Coelho reconnut la plage avec un petit équipage. Puis elle se dirigea vers le Nord afin de trouver un mouillage possible et sûr. Le 24 avril, elle jeta l’ancre dans une baie appelée par la suite Cabralia, dominée par “une énorme montagne, haute et ronde” qui reçut, en cette veille de Pâques, le nom de Monte Pascoal. Il s’agit de l’actuelle Coroa Vermelha, proche de la rivière Mutari, dominant cette baie de Porto Seguro décrite par Pêro Vaz de Caminha. Cabral fit déposer un “padrão” et élever une croix en bois devant des Indiens étonnés et amicaux. Une première messe fut célébrée par Frei Henrique de Coimbra. Pêro Vaz de Caminha décrivit avec zèle les richesses potentielles de cette nouvelle terre luxuriante, notamment la qualité et l’abondance de son bois rouge, et l’extrême gentillesse de ses habitants. Pedro Álvares Cabral devint ainsi “l’homme qui inventa le Brésil” selon la belle formule d’Afranio Peixoto, et la “lettre” de Pêro Vaz de Caminha fut désormais considérée comme l'“acte de baptême du Brésil”.

11Dix jours plus tard, le 2 mai, la flotte de Cabral reprenait la route de Calicut. Ce fut pendant cette traversée de l’Atlantique sud, entre le Brésil et l’Afrique, qu’elle eut à affronter cette terrible tempête aux conséquences dramatiques. Le 20 juillet, seuls quatre navires s’ancrèrent à Mozambique : ceux de Cabral, de Pêro de Ataíde, de Nicolau Coelho et de Simão de Miranda de Azevedo. Après avoir fait aiguade, les quatre navires de Cabral atteignirent la riche cité de Kiloua où les naves de Sancho de Tovar et de Nuno Leitão da Cunha parvinrent à les rejoindre. Cabral essaya de négocier un traité avec le sultan de cette ville, Abraemo, qui contrôlait le commerce de l’or de Sofala. Mais sans succès. L’ensemble des six navires de la flotte se retrouva le 2 août à Melinde après avoir passé au large de Mombassa. Désormais en pays allié, Cabral prit alors des pilotes arabes afin de joindre les Indes.

12L’Océan Indien fut traversé sans encombre. Une première escale fut faite à l’île d’Angédive atteinte le 22 août, au large de Goa. Calicut était en vue le 13 septembre. L’objectif était atteint sept mois à peine après avoir quitté le Tage mais l’armada était réduite à six navires sur treize. Si, selon les instructions précises reçues de D. Manuel I, Cabral voulait négocier en position de force un traité avec le Samorim, reconnaissant au Portugal le monopole des relations commerciales et la prédominance de l’Église romaine au risque d’une “guerre juste”, les péripéties de la mer avaient singulièrement diminué son potentiel militaire. Pedro Álvares Cabral sollicita une audience du Samorim qui le reçut sans enthousiasme. Mais les négociations s’engagèrent afin d’établir un comptoir. Aires Correa et les Portugais installés dans le comptoir y trouvèrent la mort. Cabrai bombarda Calicut.

13Afin d’obtenir les épices convoitées, les Portugais cherchèrent alors d’autres partenaires. Les négociations furent entamées le 25 décembre avec le roi de Cochin, une autre ville située à dix neuf lieues au sud de Calicut. Elles furent fructueuses : poivre et épices furent embarqués. Un comptoir fut établi à Cochin dont la responsabilité échut à Gonçalo Gil Barbosa, natif de Santarém, aidé de Lourenço Moreno et de Bastião Alvares, avec le concours d’un interprète natif de Tanger, Gonçalo Madeira. Le 16 janvier 1501, la flotte de Cabrai pouvait repartir de Cochin et faire escale à Cannanore. Quatre cents quintaux de cannelle furent négociés dans cette ville. Une autre cité se révèlera par la suite accueillante aux Portugais, Quilon. Certes, Cochin, Cannanore et Quilon n’étaient pas des royaumes aussi prestigieux que Calicut, mais ils n’en étaient pas moins devenus d’excellents relais commerciaux et constituaient des points d’appui solides. Le 31 janvier, la flotte de Cabral pouvait quitter Cannanore et repartir en direction de Lisbonne, via l’Afrique. Elle amenait aussi des ambassadeurs des rois de Cochin et de Cannanore. L’armada atteint Melinde le 12 février. Un nouvel incident se produisit alors au large de Sofala : le navire de Sancho de Tovar fut détruit par un incendie mais il n’y eut perte ni d’hommes ni de cargaison.

14L’armada revenait à Lisbonne avec seulement quatre navires, ceux de Pedro Álvares Cabral, de Pêro de Ataíde, de Nuno Leitão da Cunha et de Nicolau Coelho lorsqu’elle retrouva Diogo Dias à Beziguiche. Toutefois, Sancho de Tovar avait pris le temps de se rendre à Sofala à bord d’un petit navire d’accompagnement pour mieux connaître la nature de la production aurifère en provenance du Monomotapa, région que Bartolomeu Dias et Diogo Dias auraient dû explorer si leur voyage s’était passé normalement. Les 23 et 24 juillet 1501, les navires rescapés de l’expédition arrivèrent à Lisbonne, y compris le frêle esquif de Sancho de Tovar. Ce dernier était porteur de la nouvelle “découverte de Sofala”. Diogo Dias ne rentra à Lisbonne qu’en septembre 1501. Sur les treize navires du départ, seuls cinq d’entre eux purent ainsi revenir des Indes puisque Gaspar de Lemos avait regagné Lisbonne depuis longtemps après avoir quitté la flotte pour annoncer l’autre “découverte”, celle du Brésil.

15La flotte de Cabrai avait-elle rempli la mission confiée par D. Manuel I ? Deux nouvelles terres avaient été officiellement “découvertes” - le Brésil et Sofala. Mais les comptoirs dont l’installation avait été prévue à Sofala et à Calicut n’avaient pu être crées. Cochin et Cannanore s’étaient substitués à Calicut dont le Samorim apparaissait définitivement hostile et l’axe Kiloua-Sofala rendait impropable un détournement du produit des mines aurifères du Monomotapa sans intervention militaire. Mais les succès de Cochin et Cannanore aux Indes, la confirmation de l’alliance avec Melinde en Afrique orientale ne pouvaient-ils satisfaire les ambitions nouvelles qui s’étaient dessinées à Lisbonne ? Du point de vue commercial, les résultats de l’expédition furent loin d’être négligeables. Comme le constata Vitorino Magalhães Godinho, le voyage de Cabrai remboursa “de cinq à cinquante fois le capital investi”. La couronne portugaise avait donc bien été payée de ces retours d’épices. Elle pouvait envisager favorablement de promouvoir directement d’autres opérations avec ses noveaux partenaires bien identifiés. Même si l’initiative des expéditions revenait à la couronne, des intérêts privés n’avaient pas été entièrement absents de l’expédition de Cabral. Mais, seuls, deux navires sur les treize avaient été affrêtés par des intérêts privés. La caravelle commanditée par D. Diogo da Silva de Meneses, premier comte de Portalegre, avait coulé au large de l’Atlantique sud. La nave “Nossa Senhora da Anunciade” arriva à Lisbonne le 24 juillet ; elle avait été affrétée par D. Álvaro de Bragança, associé à deux marchands italiens de Florence, Bartolomeo Marchionni et Girolamo Sernigri et un commerçant de Lisbonne, Antonio Salvago.

16Cependant, si les deux mille quintaux d’épices négociés à bon prix aux Indes permirent de bien rentabiliser le coût de l’investissement, les pertes en hommes et matériels n’en furent pas moins sensibles. Peut-être est-ce la raison pour laquelle Pedro Álvares Cabral ne reçut pas, de la part de D. Manuel I, un accueil digne de celui de Vasco da Gama ? En tout cas, le Brésil avait fait irruption dans la “Carrière des Indes”. Et l’objectif militaire de conquête présentait désormais un certain goût de revanche pour la monarchie portugaise à l’égard du Samorim de Calicut.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540