Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Troisième partie. Le Portugal, des frontières de l'Europe aux frontières du monde (1495-1550)

7. Vers l'empire d'outre-mer et l'épuisement de la dynamique des “frontières” maritimes

Texte intégral

1En effet, rien ne permettait, a priori, de prévoir l'accession de D. Manuel au trône du Portugal le 27 octobre 1495. Il fallut plusieurs concours tragiques de circonstances pour que le beau-frère et cousin de D. João II soit conduit à assumer la succession de la dynastie d'Avis.

2L'affirmation du pouvoir monarchique de D. João II face à la haute noblesse avait provoqué de nombreuses rancoeurs. Celles-ci se réveillèrent assez brusquement dans la dernière décennie du xv° siècle. Afin d'établir un modus vivendi avec la Castille, D. João II avait négocié le mariage de son fils, le prince héritier, D. Afonso, avec la fille ainée des Rois catholiques, Isabelle, en 1490. Mais D. Afonso se tua accidentellement lors d'une course à cheval en juin 1491. Dès lors, la reine, D. Leonor (1458-1525), s'efforça de mettre en avant son frère, D. Manuel, à la fois beau-frère et cousin de D. João, pour accéder au trône. A ses yeux, D. Manuel n'apparaissait-il pas comme le plus proche parent du roi par les mâles en lignée légitime ?

3En fait, D. Manuel, comme troisième enfant du frère de D. Afonso V, le duc de Viseu D. Fernando, se trouvait être lui aussi un des petits-fils de D. Duarte, le deuxième roi de la dynastie d'Avis. Mais sa chance fut précisément d'être seulement le troisième enfant de D. Fernando et le second de la lignée mâle. Car, de la même manière qu'avec la maison des Bragance, les relations de D. João II avec les ducs de Viseu, en dépit de son mariage avec D. Leonor, s'étaient dégradées et étaient devenues très conflictuelles. A tel point que D. Diogo, frère de la reine D. Leonor et de D. Manuel, avait été exécuté en 1484 par D. João II à la suite d'une sanglante conspiration. Si le roi avait pris sous sa protection directe le jeune frère de D. Diogo, D. Manuel, n'était-ce pas surtout pour contrôler la branche des ducs de Viseu ?

4Mais, à la mort de D. Afonso, D. Leonor imposa D. Manuel pour héritier légitime. Légalement, D. João II ne pouvait que reconnaître cet héritage. Certes, il aurait préféré voir monter sur le trône son fils illégitime qu'il estimait bien plus digne d'accéder à la couronne, mais afin d'éviter de graves troubles dynastiques, il finit par se rallier au critère de légitimité. D. Manuel fut reconnu comme héritier. Seules les disparitions successives de D. Diogo, son frère, puis de D. Afonso, le prince héritier, et la volonté de sa sœur, la reine D. Leonor, avaient donc provoqué la “fortune” royale de D. Manuel.

5Cette “fortune” se conjugua avec le franchissement des “portes de l'Inde”. D. João II avait espéré ce franchissement pendant tout son règne. Bartolomeu Dias par l'Atlantique d'une part, Pêro da Covilhã par la Méditerranée d'autre part, en avaient montré les potentialités. Si D. João II avait joint à son titre de “roi de Portugal et des Algarves” celui de “seigneur de Guinée”, D. Manuel I y ajoutera celui de “seigneur de la navigation, conquête et commerce de l'Ethiopie, de l'Arabie, de la Perse et de l'Inde”, bref de tout cet Orient mythique qui fascinait l'imaginaire européen du xve siècle. Admirable formule qui montrait à quel point le Portugal était sorti d'une situation de frontière de l'Europe médiévale pour parvenir aux frontières du Monde moderne. Assurer la continuité de cette transition à travers le pouvoir monarchique d’une organisation impériale concrétisa les objectifs de l’expansion maritime et marchande.

6Car, D. Manuel I s’attacha beaucoup plus à mettre en œuvre une politique de conquêtes qu’une politique d’expansion maritime. Cette politique de conquêtes réengagea la monarchie sur la voie d’une réconciliation avec la noblesse traditionnelle : à la conquête de l’Inde, une conquête étendue jusqu’aux Moluques, s’ajouta le renouveau des croisades symbolisé par la relance d’une conquête marocaine de proximité aux frontières du Portugal.

7Mais, D. Manuel I, comme D. João II, fut confronté au dilemme de l’Atlantique ouest et certains de ses choix permettent de mieux comprendre ses hésitations sur la conduite de l’entreprise portugaise des grandes découvertes. Du temps de D. João II, le premier acteur de ce théâtre d’hésitations avait été un Génois formé au Portugal, Christophe Colomb. Pour D. Manuel I, deux autres acteurs intervinrent : l’un fut un négociant florentin devenu navigateur, Americo Vespucci ; l’autre, un petit noble portugais, originaire du Nord du pays, de la région de Tràs-os-Montes, Fernão de Magalhães, devenu grand navigateur au service de l’Espagne de Charles Quint.

8Le négociant florentin Americo Vespucci (1454-1512) travaillait à Séville pour le compte de la maison d’affaires dirigée par Giannotto Berardi depuis 1492, lorsqu’il fut appelé à Lisbonne par D. Manuel I en 1501. Il venait de revenir d’un long voyage dans l’Atlantique, effectué en 1499-1500, à la demande de Ferdinand le Catholique (1452-1516), participant comme pilote à une expédition confiée à Alonso de Hojeda et dans laquelle se trouvait aussi le navigateur cartographe Juan de La Cosa. Longeant les côtes du littoral Nord de l’Amérique du Sud, à l’Ouest et à l’Est du Vénézuela, cette expédition avait-elle conduit le navire de Vespucci à parcourir la côte Nord du futur Brésil, hors des limites attribuées aux Rois Catholiques par le traité de Tordesillas et donc dans la zone relevant du Portugal ? Parti en mai 1499, Vespucci était de retour à Séville en juin-juillet 1500, alors que la flotte de Cabrai, qui avait quitté le Tage en mars 1500, n’avait fait connaître à D. Manuel I sa “découverte officielle” du Brésil qu’en mai-juin de la même année. La plupart des pilotes portugais se trouvaient alors sur les navires de la flotte de Cabrai qui devait se rendre à Calicut. Aussi D. Manuel I sollicita-t-il le concours du Florentin pour participer à une expédition, commandée sans doute par Gonçalo Coelho, chargée d’explorer la côte de cette terre découverte par Cabral. Vespucci partit en mai 1501 et regagna Lisbonne pendant l’été 1502. Quelques mois plus tard, en 1503, était imprimée en latin à Paris, sous le titre de “Mundus Novus”, une lettre envoyée par Vespucci à l’ambassadeur de Florence à la Cour de France, Lorenzo di Pietro Medici, relatant ce voyage. De nombreuses rééditions témoignèrent du grand succès du “Mondus Novus”.

9Peut-être Americo Vespucci eut-il alors l’opportunité d’effectuer un second voyage avec Gonçalo Coelho pour le compte de D. Manuel I, entre mai 1503 et juin 1504 ? Les historiens en débattent toujours. En tout cas, un récit décrivant ce dernier voyage fut à nouveau imprimé en latin, en 1507, cette fois par les soins d’un groupe d’humanistes de la ville de Saint-Dié-des-Vosges, au service du duc René II de Lorraine. Le titre de ce récit, appelé à jouer un rôle essentiel dans la diffusion des informations géographiques des découvertes maritimes, était “Quattuor Navigationes”. Cet ouvrage rassemblait, sous forme de livret, un ensemble de textes attribués à Vespucci relatant quatre navigations que le Florentin aurait effectuées, deux au service de la monarchie espagnole en 1497-1498 et en 1499-1500, deux autres au service de la monarchie portugaise, en 1501-1502 et en 1503-1504. Le “Quattuor Navigationes” fut reproduit en annexe d’un ouvrage savant de cosmographie, la “Cosmographiae Introductio”, auquel était jointe une carte du monde dessinée par Waldseemuller. Au chapitre sept de la “Cosmographiae Introductio”, on pouvait lire cette phrase : “Aujourd’hui, ces parties de la terre (l’Europe, l’Afrique et l’Asie) ont été plus complètement explorées, et une quatrième partie a été découverte par Amérigo Vespucci... Et comme l’Europe et l’Asie ont reçu des noms de femmes, je ne vois aucune raison pour ne pas appeler cette autre partie Amerigé, c’est-à-dire terre d’Amérigo, ou America, d’après l’homme sagace qui l’a découverte. On pourra se renseigner exactement sur la situation de cette terre et sur les coutumes de ses habitants par les quatre navigations d’Amérigo qui suivent”. Quant à la carte de Waldseemuller, elle mentionnait sous le nom d'”America” la partie Sud du Nouveau Monde, à la hauteur du Rio São Francisco, la côte Nord-Est de l’Amérique du Sud relevant des possessions des Rois Catholiques ainsi que les îles découvertes par Christophe Colomb. Figurait aussi sur la carte cette partie Nord du Nouveau Monde qui deviendra, par la suite, l’Amérique du Nord.

10Ainsi, grâce aux moyens techniques de cette invention de la Renaissance que fut l’imprimerie, l’invention de l’Amérique venait de prendre toute sa place dans l’épopée des Grandes découvertes maritimes. Et le choix de D. Manuel I, appelant le Florentin Vespucci à son service, donna-t-il, indirectement, au Portugal, l’occasion d’effacer le nom du Génois Christophe Colomb de la découverte du Nouveau Monde. Les hésitations de D. João II à l’égard de Colomb ne trouvaient-elles pas, dans la diffusion de la littérature savante des humanistes géographes de Saint-Dié, une justification inattendue ?

11Toutefois, l’objectif affirmé du quatrième voyage de Vespucci, le second qu’il aurait effectué au service de D. Manuel I, n’était-il pas de se rendre en Asie, c’est-à-dire vers cette “île dénommée Melcha” (Malacca), “havre pour tous les navires de la mer gangétique ou indienne”, au-delà de Calicut ? La fascination exercée par les Indes d’Asie, dans l’enjeu de la maîtrise de la route atlantique, jouait bien sûr, au Portugal, un rôle majeur. Or, D. Manuel I, vers la fin de son règne, fut confronté à l’épopée maritime d’un deuxième navigateur, connaissant bien déjà, lui, les îles à épices d’Asie, aspirant à trouver par l’Atlantique Ouest, cette route océane d’Orient par l’Occident, dont Christophe Colomb avait espéré prouver l’existence et sollicité, pour ce faire, l’appui de D. João II. Ce projet était alors défendu par un Portugais, Femão de Magalhães (1480 ? - 1521), à qui l’on a donné, en France, le nom de Magellan. En rupture avec la monarchie portugaise, Fernão de Magalhães engagé au service de la Castille rivale, partit en 1519 vers l’Atlantique pour entreprendre la première circumnavigation en direction de l’ouest. Evidemment, D. Manuel, pas plus que Fernão de Magalhães, morts tous deux la même année en 1521, ne connurent les résultats de ce périple autour du monde. Mais le nouveau partage du monde qui en résulta en 1529, au Traité de Saragosse, délimita les frontières du Pacifique comme Tordesillas, en 1494, avait délimité les frontières de l’Atlantique. Les limites de l’épopée maritime étaient atteintes. Pourtant, une dernière phase d’expansion en direction de l’extrême Asie et du Japon eut bien lieu dans les années 1540, mais elle connaissait tous les signes de l’essoufflement. Entre l’extrême Europe et l’extrême Asie, au xvi° siècle, l’établissement de relations directes ne pouvait encore engendrer qu’un contact épisodique. La Chine, le Japon résistèrent à la conquête tant militaire que spirituelle du Portugal de D. João III (1502 -1557) qui avait porté les frontières de son empire d’outre -mer aux frontières du monde. Car D. João III fut surtout confronté à la gestion de la conquête, à la gestion de l’empire. Et, la dynamique de l’expansion maritime -la dynamique des découvertes- dépassait les seules limites de l’équilibre politique du Portugal. L’empire n’existait plus que par l’exploitation de la conquête. La grande période de l’expansion maritime, son épopée, s’achevait.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable