Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Deuxième partie. Le Portugal, l'atlantique et les “Trois Mondes” (1481-1495)

6. L’Atlantique lusitanien entre l’Asie et l’Amérique

Texte intégral

1Est-ce à dire, cependant que D. João II ne s’intéressa pas à l’Atlantique à l’Ouest des Açores et du Cap Vert ? Assurément non. Diogo de Teive avait montré la voie, identifiant dès 1452, les deux îles de l’extrême occident, celle de Flores et celle de Corvo, à plus de 2 000 kms de Lisbonne. D. Afonso V avait cédé plusieurs capitaineries aux intérêts flamands, alors contrôlés par le duché de Bourgogne : Jérôme de Bruges s’installa à Terceira, Van den Hagh à São Jorge, Joss Van Huertere à Faial.

2Pêcheurs et navigateurs flamands rivalisaient de hardiesse dans cet archipel que les intérêts portugais commencèrent à réinvestir dans les années 1470-1480. Par exemple, Rui Gonçalves da Câmara récupéra la capitainerie de l’île de São Miguel en 1474, João Vaz Corte Real celle de São Jorge en 1483. En 1475, alors que le prince héritier D. João venait de se voir attribuer la responsabilité de l’héritage de l’infant D. Henrique, Fernão Teles était autorisé à entreprendre des explorations à l’ouest de l’Atlantique africain. Sans doute, la Mer des Sargasses fut-elle atteinte. Peut-être les navigateurs portugais acquirent-ils même des confirmations partielles de l’intuition de l’existence d’autres îles que la légende atlantique entretenait, telles Antillia, Sanataxio, Brazil, à l’ouest de l’ensemble, bien réel, des Açores, des Canaries, de Madère, du Cap Vert ?

3Le débat, quoiqu’un peu vieilli, existe toujours parmi les historiens, confrontés à ce que l’on appelle “l’historiographie portugaise du secret” puisque, selon Jaime Cortesão, si découverte il y eut, elle fut tenue secrète par les autorités monarchiques portugaises. En tout cas, lorsque D. João II accepta de recevoir, vers la fin de 1484, Christophe Colomb, proposant son projet de jonction de l’Europe à l’extrême Asie par la voie atlantique vers l’ouest, au-delà des Açores, le jeune Génois fut éconduit.

4Les experts de la cour de D. João II ne faisaient alors plus sérieusement cas des hypothèses du savant florentin Paolo da Pozzi Toscanelli reprises semble-t-il par le Génois. Trop confiant dans le témoignage de Marco Polo, Toscanelli surévaluait de façon inconsidérée l’étendue du continent asiatique vers l’Est, ramenant les distances entre le Japon et les Canaries à 2 400 milles. On sait, dans la réalité, que cette distance est de 10 600 milles. Si dans les années 1480, la distance réelle entre les îles identifiées de l’Atlantique et le Japon n’était évidemment pas connue, les hypothèses de l’extension de l’Asie vers l’Est et donc de l’immensité du continent asiatique, proposées par Toscanelli, dont les milieux de Lisbonne avaient été informées par la correspondance échangée entre le savant florentin et le chanoine Martins en 1474, n’étaient plus retenues. Dès lors, le projet du Génois n’apparaisait pas fiable. De plus, les prétentions politiques et financières de Colomb, dont les capitulations de Santa Fé traduisent la réalité conformément à l’accord passé avec les Rois catholiques sept ans plus tard, frisaient, à Lisbonne, l’inconscience ou la provocation.

5Au moment où D. João II s’efforçait de placer la monarchie au centre même du processus de découverte, d’expansion et d’exploitation des terres d’outre-mer, lui était-il possible d’accepter que ledit Colomb puisse devenir “amiral dans toutes ces îles et continents qui, par son travail et son industrie, seront découverts ou acquis dans lesdites mers océanes, lui sa vie durant et, après sa mort, ses héritiers et successeurs, de l’un à l’autre perpétuellement avec tous les Droits et Privilèges appartenant à cet office” ?

6Certes, les prétentions du Génois s’inspiraient fortement des chartes de donation accordées en leur temps par la monarchie portugaise, notamment aux Açores. Mais, précisément, D. João II tenait à ne plus dilapider le patrimoine royal - ou celui de l’Ordre du Christ - comme l’avait fait D. Afonso V. Et comme l’avait fait, parfois aussi, l’infant D. Henrique lui-même d’ailleurs, surtout lorsqu’il avait accepté l’aide des navigateurs italiens.

7Mais en 1484, la situation du Portugal n’était plus identique à celle qui avait permis à Bartolomeu Perestrello de s’établir à Porto Santo, dans l’archipel de Madère, et faire ainsi bénéficier une monarchie inexpérimentée en matière d’expansion maritime du précieux concours italien. En 1484, la monarchie portugaise n’avait plus besoin d’être stimulée par l’entreprise génoise même si le monopole royal n’excluait pas, au contraire, la bourgeoisie marchande italienne des retombées du commerce maritime. Or, là précisément, se situait la différence : l’association avec la bourgeoisie mercantile italienne s’effectuait en aval et non plus en amont des découvertes.

8Erreur scientifique plus faute politique, dans le premier semestre de 1485, Colomb ne pouvait être qu’éconduit. Mais il fut éconduit poliment avec les égards dus à son rang, acquis par son mariage avec Felipa Perestrello-Moniz, même si celle-ci venait de mourir. Toutefois, prudent, D. João II proposait en 1486 à deux navigateurs, le Flamand Dulmo et João Afonso do Estreito, d’entreprendre des explorations vers l’Atlantique ouest.

9Christophe Colomb revint à la charge quelques années plus tard. Il proposa à nouveau ses services en 1488, après avoir essayé entre temps de convaincre les Rois catholiques. D João II le reçut à nouveau, fit examiner une fois encore ses propositions. Il les fit examiner avec d’autant plus d’attention que Fernão Dulmo, un Flamand, et João Afonso do Estreito étaient revenus sans succès de leurs expéditions vers l’Ouest, au-delà des Açores. La discussion entre experts fut même assez animée car, si la possibilité théorique d’effectuer une liaison par l’ouest entre l’Europe et l’Asie était bien reconnue, comme le pensait le cartographe Martin Behaim, de Nuremberg, qui se trouvait alors à Lisbonne et bien d’autres, y compris les cosmographes portugais, seule la possibilité pratique de réaliser un tel voyage était rejetée en raison de l’énormité des distances à parcourir directement, sans ravitaillement ni relais préalablement assurés. Mais c’était bien là l’essentiel car l’idée d’une telle liaison était dans l’air : le 14 juillet 1493, Hieronymus Muntzer, par exemple, adressera à D. João II une lettre proposant à peu près le même projet de navigation que Colomb. Il justifiait son raisonnement par les travaux de Martin Behaim dont le globe de 1492, réalisé à Nuremberg, avait concrétisé les recherches.

10Peut-être Christophe Colomb avait-il pensé en 1488, que le fait d’avoir proposé son projet aux Rois catholiques, les rivaux du monopole portugais outre-mer, notamment à Isabelle de Castille et aux milieux de l’Andalousie maritime, ces milieux qui avaient tellement contesté l’exclusivité portugaise de la route de Guinée entre 1476 et 1481, jusqu’au traité d’Alcáçovas confirmé à Tolède en mars 1480, provoquerait-il chez D. João II un retournement d’opinion ?

11Peut-être aussi le Génois aurait-il servi D. João II en suggérant aux Rois catholiques de s’engager dans la recherche d’une route vers les Indes dont les navigateurs, qui avaient exploré les îles à l’ouest des Açores - les Antilles-, avaient considéré qu’elles ne présentaient aucun intérêt en comparaison avec la route des Indes de contournement de l’Afrique dont le Portugal espérait enfin la concrétisation en attendant avec impatience le retour de Bartolomeu Dias ? Mais peut-on croire sérieusement que le Génois, si persuadé de sa mission divine de “découvreur”, aurait accepté une mission aussi secondaire dont l’objectif aurait été de détourner l’attention des Rois catholiques vers les Antilles afin que ces derniers ne soient plus à même de relancer la contestation de la route de l’Atlantique africain ? En effet, à partir du retour de Dias en décembre 1488, le Portugal ne s’efforçait-il pas de préparer dans les meilleurs conditions le voyage direct vers le Cap de Bonne Espérance, notamment en étudiant les conditions techniques d’une liaison Lisbonne-Le Cap au large de l’Atlantique Sud, donc à l’Ouest des îles africaines intégrant de fait le Brésil dans la double “volta”, seule possibilité de réduire raisonnablement le temps de la durée de la navigation vers les Indes ?

12La commémoration du cinquième centenaire de 1492 est féconde : elle stimule l’imagination des historiens. Nombre de travaux ont proposé d’autres portraits de Christophe Colomb et de ses relations avec D. João II. Sans qu’il soit nécessaire de leur prêter des intentions aussi “machiavéliques” à l’égard des Rois catholiques dont la conquête de Grenade ne pouvait que développer une puissance susceptible de relancer l’expansion hispanique soit en Afrique du Nord soit vers les Indes, il convient toutefois de remarquer que, lors de sa difficile navigation de retour à la fin de son premier voyage, au début de mars 1493, après l’escale historique du 12 octobre 1492, Colomb reconnut avec plaisir le rocher de Cintra et se résolut à entrer dans l’estuaire du Tage. Toutefois, justifier un tel retour à Cascais, aux portes de Lisbonne, du protégé des Rois catholiques par la seule cause d’une “tempête” paraît quand même une explication un peu courte. En tout cas, le 8 mars 1493, Colomb était convoqué par D. João II. Le 9 mars se déroulait leur entretien : Colomb affirmait avoir découvert les Indes. Que n’a-t-on pas écrit à propos de cet entretien ! D. João II le reçut avec tous les honneurs ; il se montra satisfait des bons résultats de l’expédition mais accueillit avec scepticisme son affirmation concernant les Indes. Puis, nous dit, Bartolomé de Las Casas (1484-1566), il rappela que, “selon les capitulations qui avaient été établies entre lui et les rois, il avait l’impression que cette conquête-là lui appartenait”. Las Casas poursuivit : “A cela, l’amiral répondit qu’il n’avait pas connaissance des capitulations dont il lui parlait, et que la seule chose qu’il savait, c’était que les Rois lui avaient ordonné de ne pas aller aux Mines, ni en aucun point de Guinée, et que c’était là ce que l’on avait fait publier dans tous les ports de l’Andalousie”.

13Colomb passa trois jours à la cour de D. João II puis quitta le Tage le 13 mars pour Palos. Et de Palos pour Séville. La “Lettre” dite “Lettre à Santagel” de Colomb relatant son voyage fut imprimée au tout début avril. Elle connut une diffusion assez extraordinaire dans toute l’Europe. De Séville, Colomb se rendit à Barcelone par Cordoue où les Rois catholiques le reçurent en présence de sept des dix Indiens ramenés du voyage portant perroquets et cadeaux destinés à leurs Majestés. La réception à la cour fut grandiose. La première rédaction de la bulle Inter Coetera date du 3 mai. Sa rédaction définitive fut achevée en juin. La ligne de partage entre les terres portugaises et les terres espagnoles était établie, de pôle à pôle, à cent lieues “vers l’ouest et au sud de l’une quelconque des îles communément appelées Açores et Capt Vert”. A l’Est, le Portugal ; à l’Ouest, l’Espagne. La bulle Aeterni Regis de 1481 était donc revue et corrigée par le pape Alexandre VI. D. Fernando de Almeida, l’ambassadeur du Portugal à Rome, ne pouvait que constater l’avantage pris par les Rois catholiques. Une négociation difficile s’engagea dès lors entre les deux monarchies.

14Dans un premier temps, Rui de Pina, accompagné de Pêro Dias, se rendit à Barcelone. En août 1493, alors que Colomb se préparait à un second voyage, il informait les négociateurs espagnols de l’éventualité, pour le Portugal, de lui couper la route nouvellement découverte à partir des Açores si une révision des lignes de démarcation du partage n’était pas établie entre les deux monarchies. Les négocations furent ainsi relancées. Colomb put partir sans menaces du port de Cadix le 25 septembre pour son deuxième voyage avec une grande flotte de dix sept voiles. Pendant ce temps, les négociations se poursuivaient, compliquées par de difficiles questions de succession dynastique.

15Début mars 1494, D. João II donna pleins pouvoirs à Rui de Sousa, D. João de Sousa et Aires de Almada, ses ambassadeurs en Castille, pour repousser le méridien de deux cent soixante dix lieues à l’ouest. Le 7 mars 1494, le navigateur espagnol Antono de Torres, parti avec Colomb, rentrait en Andalousie et confirmait l’inexistence de terres entre la ligne des cent lieues et celle des trois cent soixante dix lieues. Le traité entre les deux monarchies pouvait alors être signé. Il fut signé à Tordesillas le 7 juin 1494. La ligne de partage était officiellement déplacée de deux cent soixante dix lieues : elle s’établissait à trois cent soixante dix lieues à l’ouest des îles africaines du Cap Vert et non plus à cent lieues comme le précisait la bulle d’Alexandre VI. Parmi les membres de la délégation portugaise, composée de sept personnes, figurait Duarte Pacheco Pereira, le futur auteur de l’“Esmeraldo de Situ Orbis”. Duarte Pacheco était-il sûr de ses calculs ? Afin d’en vérifier l’exactitude, il aurait reçu mission de prospecter l’ouest de l’Atlantique. Mais cette mission, si elle fut effectivement réalisée, ne lui fut confiée qu’en 1498, soit quatre ans plus tard. Il convenait alors d’étudier la possibilité d’élargir la route océane suivie par Vasco da Gama lors de son départ en 1497 et de tester la double “volta” de l’Atlantique africain. Certains historiens en ont conclu que Duarte Pacheco Pereira avait repéré les côtes du Brésil dès cette époque. En tout cas, Pedro Álvares Cabrai (1467-1520) suivit effectivement cette voie. L’Amérique, le Nouveau Monde, n’avait alors d’intérêt pour le Portugal qu’en fonction des nécessités imposées par la navigation vers les Indes d’Asie, les Indes véritables.

16Si l’Atlantique à l’Ouest des Açores et du Cap Vert fut donc loin d’être négligé par les navigateurs de D. João II, puis ceux de D. Manuel I (1469- 1521), c’était d’abord parce qu’il se révélait utile au contournement de l’Afrique. Bien évidemment, cette voie océane réserva des opportunités : outre le Brésil, l’Atlantique Nord apparut comme une nouvelle frontière de l’expansion maritime portugaise. Un Atlantique Nord particulièrement riche en ressources de pêches -la morue, voire le thon - et João Femandes et Pedro de Barcelos auraient reconnu la péninsule du Labrador l’année même du premier voyage de Colomb. Le domaine des Corte Real n’allait pas tarder à se dessiner, entre Terre Neuve et la Floride, au tournant du siècle nouveau.

17Mais la terre du Nouveau Monde, celle du Nord comme celle du Sud, était alors bien secondaire par rapport aux Indes d’Asie. D. João II avait choisi la voie océane africaine. Il savait qu’il ne s’était pas trompé. Pêro da Covilhã lui avait donné raison. Bartolomeu Dias avait confirmé la possible liaison. Sa mort le 25 octobre 1495, à Alvor, ne lui permit pas de bénéficier entièrement de la justesse de son choix. D. Manuel I, le “Fortuné”, en profita. Le Portugal, grâce à sa maîtrise de l’Atlantique se trouvait désormais au centre de “trois mondes” : l’Afrique, l’Amérique et l’Asie.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable