Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Deuxième partie. Le Portugal, l'atlantique et les “Trois Mondes” (1481-1495)

5. L’Afrique et les “Portes de l’Inde” : la voie de l’Atlantique Sud et l’Éthiopie du Prêtre Jean

Texte intégral

1En effet, parallèlement à l’organisation de la conquête et de l’exploitation du Sénégal-Gambie et du Golfe de Guinée et Mina, D. João II veilla personnellement à relancer l’activité des découvertes maritimes en reprenant les activités que son père avait sous-traitée à Fernão Gomes. Il avait réussi à en récupérer la charge dès 1474 en tant que prince héritier.

2La confiance de D. João II se porta sur la personne de Diogo Cão. Sa famille s’était illustrée auprès du fondateur de la dynastie d’Avis, D. João I, au moment de la crise de 1383-1385 et lors du conflit avec la Castille. Dans un premier temps, Diogo Cão avait d’ailleurs surtout contribué à défendre le Golfe de Guinée contre les incursions castillanes en 1479- 1480. Dès que D. João II eut les mains libres, il confia à son écuyer le soin d’explorer la côte africaine au-delà du Cap Lopez.

3Diogo Cão quitta le Tage au prinptemps 1482. Après avoir fait ascale à la Mina, dont la forteresse était en pleine construction, il franchit le cap Santa Catarina et atteignit l’énorme estuaire du rio Poderoso, c’est-à-dire le fleuve Zaïre. Là, il fit élever un premier “padrão”, le “padrão” S. Jorge véritable bloc de pierre de près d’une demi tonne attestant la prise de possession du territoire découvert par la monarchie portugaise sur la rive gauche de l’estuaire du fleuve, au Ponta do Padrão qui s’appellera S. Antonio do Zaïre. Puis, il poursuivit vers le Sud.

4Mais son premier contact avec le Congo avait été une révélation : quel était donc réellement ce royaume inconnu apparemment riche et puissant dont on supposait que le monarque était chrétien et dont il constatait l’existence pour la première fois ? Diogo Cão laissa sur place quatre messagers afin de prendre contact avec le roi Nzinga a Nkuwu puis reprit son exploration de la côte.

5Il longea alors la côte angolaise, dépassa la baie de Luanda, les rivières Cuanza et Catumbela, dépassa encore Benguela et fit élever un second “padrão”, le “padrão” de São Agostinho, au cap de Santa Maria, encore appelé Cap Lobo, vraisemblablement en septembre 1483. Là, à court de vivres, il fut obligé de repartir vers Lisbonne avec sa flotille, où, parmi ses officiers, on notait la présence d’un certain Pêro Dias, frère de Bartolomeu.

6Diogo Cão fut de retour à Lisbonne - les sources divergent - à l’automne 1484 ou au début du printemps 1485. L’accueil de D. João II fut extrêmement chaleureux. Il présenta au monarque quatre otages noirs ramenés du Zaïre car il n’avait pas retrouvé ses messagers sur le chemin du retour et affirma être alors parvenu à ce point extrême de la côte africaine d’où il était possible d’accèder à l’Océan Indien, c’est-à-dire “aux portes de l’Inde”.

7João II ne pouvait que l’anoblir et lui accorder une rente annuelle de dix mille réaux d’argent. L’ambassadeur portugais à Rome confirma d’ailleurs au pape Innocent VIII, le 11 décembre 1485, la découverte de ce “promontoire Prasso où commençait le Golfe d’Arabie”, à l’occasion de l’“Oraison d’Obédience” qu’il était chargée de présenter au nom du roi. Aussi, pour repérer avec plus de précision cet endroit enfin atteint qui confirmait les hypothèses de Fra Mauro, Diogo Cão fut chargé tout de suite d’une nouvelle mission. Il repartit vraisemblablement à la fin de l’été 1485. Après l’escale désormais traditionnelle à São Jorge da Mina, il fila vers l’estuaire du Zaïre. En ramenant les otages, il retrouva aussi sa délégation. Il décida alors de remonter le fleuve. Franchissant le “chaudron de l’enfer”, il fut arrêté par les rapides de Yellala. Afin de laisser trace de son passage, il fit graver son nom et celui de ses compagnons sur un rocher -le rocher de Mattadi - au point extrême de sa prospection fluviale. Peut-être espérait-il trouver, par ce moyen fluvial intérieur au continent, la possibilité de rejoindre l’Ethiopie du Prêtre Jean dont l’Europe tout entière, et plus particulièrement, D. João II, aspirait à localiser l’empire afin d’achever l’encerclement vers l’Est de terres d’Islam désormais contournées à l’Ouest et au Sud ? Une telle mission n’avait-elle pas été aussi confiée à João Afonso Aveiro à partir du fleuve Sénégal ? Diogo Cão l’avait-il accompagné ?

8Le retour de Diogo Cão après son premier voyage d’exploration avait donc provoqué bien des illusions. Toutefois, à la fin de 1485, lors de son second voyage, bloqué dans sa remontée du Zaïre, Diogo Cão n’en avait pas moins établi des relations avec Nzinga a Nkuwu après une longue marche en brousse. Puis il reprit la mer après avoir élevé un troisième “padrão” au Cabo Negro, le 18 janvier 1486. Diogo Cão chercha alors en vain à franchir ce passage vers les Indes dont il avait certifié l’existence à D. João II.

9Le continent africain, désespérément, continuait de plonger toujours plus au Sud. Un quatrième “padrão” fut élevé au Cabo do Padrão, actuel Cape Cross. Sans doute Diogo Cão poussa-t-il un peu plus au Sud jusqu’à l’actuelle Walvis Bay et aux limites du Tropique du Capricorne. Tels sont, du moins, les deux points figurant respectivement deux cartes célèbres, le globe de Martin Behaim, qui affirma avoir accompagné Diogo Cão, datant de 1492 et réalisé à Nuremberg pour le Cabo Negro - et la carte de Henricus Martellus de 1489, établie après le retour de Bartolomeu Dias, concernant le Cabo do Padrão. Diogo Cão fut alors obligé d’arrêter là son second voyage d’exploration à bout de forces. Il revint à Lisbonne sur cet échec : la “porte des Indes” promise et annoncée n’avait pas encore été franchie alors que D. João II venait d’éconduire, une première fois, au début de l’année 1485, Christophe Colomb qui lui avait proposé de joindre l’extrême Asie par l’Atlantique. A Lisbonne, D. João II ne pardonna pas à Diogo Cão de l’avoir bercé d’illusions.

10D. João II ne pouvait donc que prendre la décision de prolonger l’effort entrepris. Dans les premiers mois du printemps 1487 et au début de l’été, il organisa avec soin une extraordinaire opération à deux niveaux afin de franchir ces “portes de l’Inde”. Effectuer une double jonction quasi simultanée avec le royaume du Prêtre Jean et les Indes à partir de la voie méditerranéenne au Nord et de la voie Atlantique au Sud de l’Afrique apparaissait comme la véritable grande idée de découverte de D. João II, au-delà de l’entreprise guinéenne. Une opération de franchissement maritime et terrestre des frontières de la Chrétienté latine à partir de la Méditerranée orientale et de la Mer Rouge par Alexandrie, Le Caire, Suez et Aden en direction de l’Orient, de l’Abyssinie-Ethiopie aux Indes fut confiée à Afonso de Paiva et à Pêro da Covilhã ; ils partirent de Santarém le 7 mai 1487. Une opération de franchissement océanique aux frontières de l’Afrique connue au-delà de l’avancée extrême de Diogo Cão fut confiée à Bartolomeu Dias. Le frère de Pêro Dias avait déjà mérité la confiance du roi en Guinée, notamment en participant à la défense des côtes africaines contre les Castillans, et connaissait bien la route océane ; il partit de Lisbonne dans les premiers jours d’août 1487.

11Le mythe du royaume du Prêtre Jean était un des mythes les plus significatifs de la Chrétienté des croisades. Au début du xiii° siècle, l’évêque d’Acre, Jacques de Vitry, dans son “Histoire de Jérusalem” avait identifié le prince chrétien à un certain David dont il certifiait sa prochaine attaque de La Mecque. Or, à Jérusalem, nombreux étaient les prêtres coptes qui venaient d’Ethiopie en pélerinage entretenant même un monastère. Le roi d’Ethiopie était présenté comme un redoutable guerrier, descendant de Salomon, qui avait combattu le Sultan du Caire. Il contrôlait les sources du Nil. Le chroniqueur Joinville (1225-1317), dans son “Histoire de Saint Louis”, ne considéra-t-il pas que le Nil sortait du Paradis Terrestre ? Au xiv° siècle, l’identification du Prêtre Jean avec le Négus d’Ethiopie était réalisée. Des marchands italiens s’étaient rendus en Abyssinie-Ethiopie. Ils confirmaient l’existence de ce souverain aux “cent vingt royaumes” dont Fra Mauro, dans sa carte mondiale de 1459, dessina les contours entre la Nubie et les portes de l’Inde. Rome, dès avant la prise de Constantinople, avait essayé de nouer des relations avec les rois d’Axoum pour mieux faire entrer l’empereur d’Ethiopie dans un cadre sacerdotal à sa convenance. Les terres du Prêtre Jean, localisées en Abyssinie, étaient donc en pleine actualité.

12Mais, l’initiative de D. João II avait une signification particulière pour l’empire outre-mer en construction : si une liaison directe entre Lisbonne et l’Abyssinie était réalisée, non seulement l’alliance entre princes chrétiens de part et d’autre de l’Islam était assurée, mais les “portes de l’Inde” et donc les épices se trouvaient grandes ouvertes. Dès lors, l’Occident n’était plus dépendant du monopole vénitien des échanges avec Alexandrie et le Portugal prenait sa place.

13Partis de Santarém, Afonso de Paiva, originaire de Castelo Branco, et Pêro da Covilhã qui, après avoir passé sa jeunesse à Séville, apparaissait comme un des meilleurs connaisseurs de l’Islam africain, se rendirent à Lisbonne puis Valence, Barcelone, Naples et à l’île de Rhodes. Ils gagnèrent ensuite Alexandrie, Le Caire et Suez jusqu’à Aden, à l’extrémité de la Mer Rouge. Là, ils se séparèrent. Paiva chercha à joindre directement l’Abyssinie pendant de Pêro da Covilhã se rendit à Cannanore, à Calicut et à Goa en suivant les routes maritimes des marchands arabes qu’il s’efforça de connaître au mieux. La liaison entre le Portugal et les Indes fut donc réalisée du vivant de D. João II mais par la voie Méditerranée- Mer Rouge en 1489-1490. De retour au Caire par Ormuz, à la fin de l’année 1490 - début 1491, Pêro da Covilha apprit l’échec et la mort d’Afonso de Paiva. Il se proposa alors de se rendre lui-même en Abyssinie afin de terminer l’ambassade qui lui avait été confiée.

14Le récit de cette ambassade nous est connu : le P. Francisco Álvares (1490-1540) fit le récit, imprimé en 1540, de cette expédition. Pêro da Covilhã arriva ainsi à la cour du jeune roi Lebna Denguel, le futur David II, dont l’impératrice Hélène, veuve de Baeda-Maryam, décédé en 1478, assurait la régence.

15Mais du Caire, Pêro da Covilhã avait fait parvenir à D. João II, en 1491, par l’intermédiaire de deux marchands juifs, Rabbi Abraham et José de Lamego, des informations sur les routes commerciales orientales et son séjour en Inde. Il avait notamment décrit l’importance économique de la ville des épices, Calicut. Il précisait même que l’on pouvait joindre les Indes à partir de Sofala, sur la côte Est de l’Afrique, par la “mer guinéenne”. João de Barros, dans sa description de l’Asie, affirma que Pêro da Covilhã s’était rendu lui-même à Sofala en provenance de Goa. Peut-être. Toujours est-il qu’en 1491, D. João II pouvait être enfin rassuré sur la réalité de la liaison entre l’Afrique et l’Asie par l’Est de la mer océane. Or, Bartolomeu Dias, de son côté était enfin parvenu à contourner l’Afrique en franchissant le Cap de Bonne Espérance et avait transmis à D. João II cette excellente nouvelle dès la fin de l’année 1488 : la voie de l’Afrique océane était donc bien ouverte. Elle conduisait bien à Calicut, aux Indes.

16En effet, début août 1487, Bartolomeu Dias avait quitté le Tage. Il était parti une flotille de trois navires : deux caravelles, le São Cristovão et le São Pantaleão, et un troisième navire commandé par Pêro ou Diogo Dias, on ne sait. Ce troisième navire était affecté au ravitaillement. Bartolomeu Dias était accompagné par trois des meilleurs pilotes portugais : Pêro de Alenquer, Alvaro Martins e João de Santiago, un ancien compagnon de Diogo Cão. Pour couper la route océane au plus vite, la flotille se rendit directement sur la côte angolaise, sautant l’étape de São Jorge da Mina. Le 4 décembre 1487, la flotille atteignait la côte de Santa Barbosa et le Cabo do Padrão où Diogo Cão avait planté son quatrième “padrão”. Le 8 décembre, elle longeait Walvis Bay puis parvenait au golfe de Santa Vitoria (Hottento Bay) le 23. Mais la descente de la côte africaine se révélait de plus en plus difficile, vent de face. Le 21 décembre, l’expédition parvenait au golfe de Santo Estevão (Elizabeth Bay). Longer la côte contre les alizés constituait dès lors une véritable barrière : début janvier, l’expédition se trouvait à peine à la hauteur du 27° degré Sud. Le dernier jour de l’an, au nord de la rivière Orange, était identifiée la Terre de la Saint Sylvestre. Le 6 janvier 1488, fête des Rois Mages, Bartolomeu Dias aperçut une chaîne de montagnes qu’il appela Serra dos Reis (les Monts Matsikamma). Alors, hasard d’une tempête, ou décision mûrement réfléchie, une expérience fut tentée, et réussie. La flotille repartit au large, plein Ouest, pour contourner les vents du Sud côtiers qui freinaient l’avancée de l’expédition. L’initiative était osée : elle s’inspirait de l’expérience et de la maîtrise de la navigation hauturière et supposait que les règles régissant l’hémisphère nord avaient leur équivalent au Sud. Le vent du grand large poussa alors les navigateurs jusqu’au 37° degré de latitude Sud selon une direction Sud puis Sud-Est. Bartolomeu Dias avait réussi : il avait contourné l’Afrique. Mais il n’avait pas aperçu la côte. Pour revenir auprès des côtes, la flotille mit donc cap vers le Nord. La terre enfin aperçue fut appelée Angra dos Vaqueiros (Fish Bay), car les navigateurs observèrent un troupeau de bovins surveillé par des gardiens. C’était le 3 février 1488, le jour de São Bràs, Bartolomeu Dias entra dans la baie de São Bras (Mossel Bay). Le premier contact avait été établi avec la population des Hottentots.

17L’exploration de la côte africaine vers l’Est fut alors entreprise. Mais là encore, la navigation côtière se révela difficile. Bartolomeu Dias voulait au moins atteindre le point de la remontée de la côte africaine vers le Nord-Est. Le 2 mai, le jour de Santa Cruz, il était parvenu à un petit ilôt. Il fit escale dans une des baies de cet ilôt et là, fit élever un des “padrões” de l’expédition. Ce “padrão” fut dressé au Penedo das Fontes, au 33 degré 48 de latitude Sud. Atteints par le scorbut, les navigateurs se préparaient à faire demi tour lorsque Bartolomeu Dias, entêté, prolongea encore la navigation vers l’Est pendant deux à trois jours. Il parvînt ainsi à l’embouchure du Rio do Infante, l’actuel Gret Fish River. Comme l’écrivit le chroniqueur Antonio Galvão (+ 1557) dans son “Tratado dos des-combrimentos” : “il lui avait été permis de voir mais non d’entrer dans la terre promise”.

18Sur le chemin du retour, l’expédition s’attacha à longer cette côte de l’extrême sud du continent africain qui n’avait pu être observée en raison de la navigation hauturière du mois de janvier. Le 16 mai 1488, Bartolomeu Dias entrait dans le golfe de Dentro das Serras (False Bay) qui se prolongeait par le majestueux promontoire du Cap des Tempêtes. Bien entendu, un “padrão”, le “padrão” de S. Filipe, y fut déposé. Selon João de Barros, la dénomination du Cap des Tempêtes fut modifiée par D. João II : au retour de l’expédition, le roi le transforma en Cap de Bonne Espérance.

19Bartolomeu Dias fit encore escale dans le golfe de São Cristovão le 24 juillet (Dias Point). Il y déposa le “padrão” de S. Tiago. Ne tenait-il pas à bien marquer l’endroit où sa flotille avait mis cap à l’Ouest pour réussir son contoumement de la côte Sud ? L’Angra das Voltas symbolisa désormais l’invention de cette “volta” du Sud de l’Afrique, que l’on a pu comparer avec la “volta” du franchissement du Cap Bojador, un demi siècle plus tôt.

20Bartolomeu Dias reprit alors la route océane connue pour regagner Lisbonne. Faisant escale à l’Ilha do Principe, il ramena le cosmographe Duarte Pacheco Pereira, puis longea la côte de Mina et arriva à Lisbonne quelques jours avant la fin de l’année 1488. Anobli à son tour, élevé au rang d’écuyer du roi, il reçut une pension de douze milreis perçus sur les revenus de la Casa da Guiné. Pourquoi ne figurait-il pas parmi les membres de l’expédition de Vasco da Gama aux Indes alors qu’il avait ouvert les portes océanes de l’Asie ?. Il accompagna la flotille de Vasco da Gama jusqu’au Cap Vert avant de gagner le Golfe de Guinée où l’accaparèrent ses fonctions de receveur de l’“Armazem da Guiné”. Toutefois, Bartolomeu Dias fut un des capitaines de la flotte de Pedro Álvares Cabrai qui réalisa la deuxième liaison Lisbonne-Calicut, et était accompagné de Diogo Dias. Il eut ainsi la satisfaction du devoir accompli : son expédition avait bien placé le Portugal, via l’Afrique et la mer océane, aux “portes de l’Inde”. Il ne put lui-même les franchir, emporté par les flots au large de ce Cap de Bonne Espérance qui mérita, pour lui-même, le nom de Cap des Tempêtes.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540