Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Deuxième partie. Le Portugal, l'atlantique et les “Trois Mondes” (1481-1495)

4. Exploitation de l’empire atlantique africain et réorganisation de l’État monarchique

Texte intégral

1D. João II monta sur le trône le 31 août 1481. A Cintra, trois jours de larmes et de deuil avaient été consacrés à la mort de D. Afonso V. Le nouveau monarque fera ajouter à son titre traditionnel de “roi de Portugal et des Algarves” celui de “seigneur de Guinée”. En effet, l’Afrique de D. João II sera bien celle de la côte tropicale et équatoriale, celle du Golfe de Guinée et du comptoir de Mina, non celle du Maroc et des croisades. Mais ce sera aussi la côte du Sud-Ouest africain et celle du Cap de Bonne Espérance. Décrite par Bartolomeu Dias (+ 1500) lors de son retour à Lisbonne en décembre 1488, après un voyage d’environ un an et demi, cette Afrique atlantique avait alors fortement le goût des Indes.

2Ce voyage traduisit bien la maîtrise des techniques de navigation portugaises dans l’Atlantique de haute mer, l’Atlantique de l’hémisphère Nord et l’Atlantique de l’hémisphère Sud. Après avoir réussi, au prix d’un entêtement remarquable, à longer vers le Sud, depuis la côte gabonaise, la côte du continent africain pour enfin trouver cette route océane qui ouvrait la route des Indes, les navigateurs portugais étaient parvenus à inventer la route du contournement du continent noir, grâce à une double “volta”, mise au point techniquement entre 1488 et 1497. Cette invention de la voie océane des Indes consacrait la maîtrise totale de l’Atlantique africain. Elle fut semblable, toutes proportions gardées, à la première invention de la route açoréenne qui conduisit, entre 1434 et 1443, Gil Eanes à doubler le cap Bojador, Nuno Tristão à atteindre le banc d’Arguin et Dinis Dias à parvenir au Cap Vert. Mais, en 1497, lorsque Vasco da Gama (1468-1524) partit de Lisbonne pour son voyage des Indes, D. João II était mort depuis deux ans.

3Le destin n’avait donc pas permis à D. João II de voir se concrétiser les retombées d’un des choix les plus difficiles qu’il eut à assumer pendant son règne, entre 1484 et 1488 : celui d’avoir parié sur l’Atlantique africain pour assurer la jonction avec l’Asie, alors qu’il avait rejeté l’hypothèse que lui avait présentée Christophe Colomb concernant la jonction de l’Europe atlantique avec l’Asie par l’Atlantique Ouest.

4Or, grâce à cette hypothèse indirectement confirmée, la Castille, l’Andalousie maritime et l’Aragon se proposèrent d’assurer leur revanche sur le demi-siècle de domination portugaise outre-mer initiée par D. Henrique, le “navigateur”. Peut-on imaginer les angoissses de D. João II sur la fin de sa vie, lui que les chroniqueurs, en écho aux opinions des contemporains, appelèrent le “prince parfait”, lorsqu’en 1492-1494, il dut soutenir au maximum les talents de ses diplomates à Rome et à Tordesillas, afin de sauvegarder ce qu’il estimait être l’essentiel du monopole portugais outre-mer, à savoir l’Atlantique africain, alors que les Rois catholiques paraissaient avoir réussi à joindre ce continent de l’extrême Asie que les navigateurs de Lisbonne poursuivaient avec persévérance depuis tant de longues années ? L’épopée portugaise des grandes découvertes maritimes fut alors à un tournant de son histoire, mieux à un tournant de l’Histoire.

5D. João II fut d’abord le “seigneur de Guinée”. Avec la construction du fort de São Jorge da Mina, une des premières décisions du jeune roi de vingt six ans fut de transférer la Casa da Mina de Lagos à Lisbonne. C’est au roi qu’appartenait l’or de la Mina, c’est lui qui l’exploitera, directement, dans des comptoirs établis à cette fin. Il n’était pas question d’affermer l’exploitation de cette région comme son père, D. Afonso, l’avait fait lors de sa découverte avec Fernão Gomes. Le résultat fut considérable : 220 000 doublons d’or aux dires de Duarte Pacheco Pereira (1460-1533), l’auteur de l’“Esmeraldo de Situ Orbis” écrit vers 1505, mais dont les renseignements concernaient surtout le règne de D. João II.

6La première construction du fort de São Jorge avait été conçue à Lisbonne : outre sa flotille de caravelles Diogo de Azambuja transporta dans deux hourques spécialement affrêtées de nombreux matériaux en dur, pré-taillés, et une centaine de maçons et de charpentier afin de construire un “château de pierre”. La pierre, voilà le matériau noble de l’empire outre-mer de D. João II, la pierre alliée au bois et non plus le bois seul, exclusivement utilisé jusqu’alors. Ce fut en pierre et non plus en bois, que la route des avancées portugaises outre-mer au-delà du Gabon fut désormais tracée, par le moyen de bornes sculptées, les “padrões”, qui parsemèrent la descente vers le Cap de Bonne Espérance jusqu’en 1488.

7Le fort de S. Jorge fut très rapidement élevé au rang de cité, par la carta regia du 15 mars 1486, afin de stimuler le peuplement et développer le trafic. Avec le comptoir d’Axim, légèrement postérieur à celui de Mina, proche du Cap das Tres Pontas, puis - en 1500, il est vrai-, plus à l’Est, le “resgate” du cap das Redes, les trois points forts de l’exploitation aurifère de cette région étaient établis.

8D’où venait le métal jaune ? De l’intérieur de l’Afrique, du pays ashanti, du pays mossi et du lointain empire du Bor-Mali en pays mandingue. Comment était-il transporté ? A dos d’hommes, c’est-à-dire à dos d’esclaves que le “resgate” des esclaves du Bénin fournissait en nombre à partir de 1484. D’ailleurs, le succès des marchés aux esclaves fut tel -pas seulement en Afrique où la main-d’œuvre noire devait ausi transporter vers l’intérieur les produits portugais (des hambels, des draps rouges et bleus, des toiles, des manilles en laiton, des coquilles, des coraux, du vin blanc...), pas seulement dans les îles à sucre de Madère qui fournissaient désormais les grands ports européens, notamment français (Rouen, Dieppe, Marseille...), pas seulement dans l’Algarve et dans tout le Portugal, surtout à Lisbonne, que la Casa dos Escravos fut fondée en 1486.

9Ainsi, dans ces années 1480, la terre d’Afrique, grâce à l’Atlantique africain, apparaissait bien au centre de l’empire portugais d’outre-mer. Cet empire avait désormais deux pôles, celui de Bojador-Arguin d’une part, celui du Golfe de Guinée et la Mina d’autre part. Ces deux pôles détournaient l’essentiel du commerce des routes terrestres transhariennes qui avaient fait la force de l’Afrique du Nord méditerranéenne.

10A partir de la côte, D. João II essaya de percer l’intérieur de l’Afrique tropicale. A partir des fleuves Sénégal et Gambie, en 1486 et 1487, il envoya João Afonso Aveiro au Bénin, ainsi que des émissaires à Tombouctou et Tucurol (Takrur), en pays mossi et en pays shongai, commandés par Gonçalo Eanes et Pêro de Evora. A partir de la côte de Mina, il attira les richesses de l’Afrique des forêts. Ainsi, cinquante ans plus tard, D. João II pouvait considérer comme achevé le projet de l’infant D. Henrique qui avait initié l’aventure maritime et le franchisement du Cap Bojador.

11Comme en témoigna le chroniqueur João de Barros dans le Livre III de la première “Década” de son “Asia” imprimée en 1552 mais rédigée entre 1539 et 1549, un João de Barros véritable expert en la matière puisqu’il fut administrateur de la Casa da Guiné (ou Casa da Mina) et de la Casa da India : “Par le château d’Arguin, les resgates de Cantor et de la Serra Leão, et par la forteresse de la Mina, une grande partie de la terre de Guinée était saignée de son or... Ainsi, l’or n’aillait pas se déverser entre les mains des Maures, venus le chercher à travers tant de déserts en caravanes de chameaux qui souvent restaient enterrés dans les sables de la Lybie sur lesquels ils marchaient”.

12Si le comptoir d’Arguin joua son rôle au moment où l’infant D. Henrique était au faîte de sa puissance et de sa renommée - la forteresse d’Arguin fut édifiée en 1461-, ce rôle fut cependant largement dépassé par le comptoir de la Mina. Son exploitation fut inaugurée par D. João II. Elle se réalisa de façon intensive jusque dans les années 1530 pour Arguin et jusqu’au milieu du xvie siècle pour Mina et Axim après avoir connu un fléchissement partiel vers 1521.

13Comment s’étonner, dans ces conditions, que le roi de Portugal, en 1519, puisse être surnommé, à Venise, le “Re di l’Oro” et que les ambassadeurs du roi de Cannanore et du roi de Cochin que Vasco da Gama ramenait vers l’Inde lors de son second voyage en 1502 ne fussent eux-mêmes émerveillés lorsqu’ils rencontrèrent, au port d’Ale, en Guinée, une caravelle venant de la Mina qui transportait deux cent cinquante marcs d’or en manilles et en bijoux que les Noirs avaient l’habitude de porter sur eux ?

14Le Portugal, à partir de 1435, avait pu recommencer à frapper des monnaies d’or après un demi-siècle de carence et le lancement du cruzado en 1457 avait traduit cet essor de la frappe de l’or. Cette arrivée massive d’or fut telle que le dernier tiers du xvème siècle connut, à Lisbonne, une surévaluation de l’argent. Mais à partir de 1485, l’or de la Mina et du Soudan permit d’attirer suffisamment l’argent allemand, pour assurer une stabilisation monétaire en 1489 dont tout le mérite revînt à D. João II. Comme le remarquait le meilleur historien de l’économie de l’empire portugais d’outre mer, Vitorino Magalhães Godinho : “les découvertes portugaises drainent l’or du golfe de Guinée vers Lisbonne, et le peuplement de Madère transforme la géographie sucrière ; l’or et le sucre, voilà deux atouts de l’économie portugaise à partir de 1475 environ”. Deux atouts dans un jeu comprenant l’“innovation” de la caravelle. D’où un nouvel élargissement des buts à partir de la décennie 1480 vers les épices orientales. “Pour atteindre cet objectif, concluait V. Magalhães Godinho, la mise sur pied de l’art nautique astronomique vient mettre à la disposition du commerce portugais les moyens efficaces”.

15Grâce aux ressources tirées de l’exploitation du Golfe de Guinée, D. João II put aussi renforcer le pouvoir de la monarchie au Portugal même. Peut-être eut-il à coeur de s’inspirer de la politique de l’infant D. Pedro pendant la régence du règne de D. Afonso ? En tout cas, il avait trop subi lui-même les inconséquences de la politique de son père, notamment les faveurs envers une noblesse arrogante, surtout entre 1475 et 1477 lorsqu’il exerça personnellement le pouvoir au moment où D. Afonso était plongé dans son rêve ibérique et accomplissait son voyage en France, pour ne pas s’efforcer de redonner au Portugal un prestige monarchique fondé sur l’expansion outre-mer.

16Son hostilité envers la réaction nobiliaire le conduisit donc à une grande méfiance dans le choix de ses conseillers. Il s’entoura avant tout d’un groupe de fidèles serviteurs dont la constitution d’une garde personnelle de cent vingt deux compagnons fut une des manifestations les plus symboliques. La plupart des actions entreprises au Portugal même dans la réorganisation administrative et financière du royaume comme outre-mer fut mise en oeuvre par les membres de cette garde personnelle, à la fois redoutée et enviée par la haute et la petite noblesse qui se rappelaient, avec nostalgie, de l’époque de D. Afonso et de ses chevauchées. Parmi eux, on pourra trouver le chroniqueur Rui de Pina (1440-1522), le futur amabassadeur à Venise, Pêro Correia, ou encore le véritable conquérant de l’Inde et de l’Asie, Afonso de Albuquerque (1462-1515).

17D. João II établit aussi de nouvelles règles du jeu avec la bourgeoisie marchande. Celle-ci avait bénéficié des larges donations du pouvoir royal, y compris cette bourgeoisie d’origine flamande ou italienne, très intéressée aux initiatives outre-mer et à l’exploitation des nouveaux produits-rois de la conquête. Elle dut se plier à ce que certains historiens ont appelé un peu rapidement sans doute un “capitalisme monarchique d’État”.

18Ainsi, dans un contexte européen où nombre de monarques s’efforçaient de mettre en œuvre la construction d’un nouveau type d’organisation politique dans lequel le pouvoir royal allait s’identifier à l’État, dans une Europe où les institutions monarchiques s’engageaient dans la voie d’un absolutisme au détriment de la prépondérance féodale, à l’image du déclin politique de plusieurs grands seigneurs comme le constataient les contemporains frappés par l’écroulement du duché de Bourgogne de Charles le Téméraire, l’action centralisatrice de D. João II marqua la reconstruction politique du Portugal et de son nouvel empire outre-mer. D. Manuel I, son successeur, bénéficiera de cette réorganisation que traduisirent, à leur manière, les Ordenações manuelinas (Ordonnances manuelines), en pleine gloire de la conquête des Indes.

19Certes, le Maroc et les croisades ne furent pas totalement absents des préoccupations de D. João II. Si, après le choc du siège et de la destruction d’Otrante par les Turcs en 1480, des rumeurs de croisades furent diffusées par Rome en 1485-1486, elles ne se concrétisèrent point. D. João II était préoccupé par un projet bien plus ambitieux : essayer de joindre le royaume éthiopien du Prêtre Jean pour mieux servir la cause de la Chrétienté. Toutefois, D. João II, installé à Tavira, fut obligé d’envoyer en 1489, coup sur coup deux flottes de secours pour venir en aide à la garnison d’un fort qui venait d’être créé à Graciosa, une petite île située à quelques kilomètres de Larache. Une telle obligation ne pouvait guère se produire à un plus mauvais moment : Bartolomeu Dias venait de revenir à Lisbonne après son long périple océanique vers le Sud de l’Afrique et son ambassade vers l’Éthiopie était parvenue à Aden à l’extrémité de la Mer Rouge. Mais si D. João II se garda bien de relancer toute réanimation de la politique de croisades au Maroc, qui avait mobilisé les énergies de son père et de sa noblesse, il ne pouvait pas risquer une défaite, même partielle, dans cette région. Son seul souci fut donc d’éviter tout dérapage éventuel du conflit marocain après avoir aidé l’établissement fortifié de Graciosa. Mais, en 1489 et 1490, l’irruption du Maroc sur la scène africaine montrait que l’on ne pouvait impunément négliger cette frontière de proximité même si toute la volonté politique de la monarchie était alors portée vers d’autres horizons.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540