Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Portugal à la rencontre de trois mondes

 | 
Guy Martinière

Première partie. Le Portugal, l'atlantique et l'Afrique (1415-1481)

2. Les croisades marocaines, frontières d’outre-mer de la Reconquista

Texte intégral

1L’arrivée au pouvoir de D. Afonso V, consécutive à sa majorité, en 1446, provoqua assez rapidement le déclin du duc de Coimbra, l’infant et régent D. Pedro, frère de D. Henrique. Autour du jeune roi, se reconstitua bien vite, en symbole de la réaction nobiliaire, l’activité d’une fraction de la noblesse rassemblée autour du comte de Barcelos, élevé, à titre exceptionnel, au titre de duc de Bragance en 1442. Le fils ainé du comte de Barcelos, le comte d’Ourém (+ 1460), avait affiché un profond mécontentement lorsque la charge de connétable de Nuno Álvares Pereira, qu’il estimait héréditaire dans sa famille, lui avait échappé. Autour du duc de Bragance, de son fils ainé le comte d’Ourém et de l’archevêque de Lisbonne, Pedro de Noronha, s’était donc constitué un groupe de “fidalgos” très puissant au Nord du Portugal, puisant des forces neuves dans la petite et batailleuse noblesse des régions de Beira, d’Entre-Douro-e-Minho et de Trás-os-Montes. Les villes de Porto, de Guimarães et Ponto do Lima devinrent des alliés fidèles du duc de Bragance dont l’influence était grandissante auprès du roi.

2Appelé par D. Afonso V à Lisbonne, le duc de Bragance entreprit le voyage à partir de Guimarães et, pour mieux montrer son influence, tînt à se faire accompagner d’une suite importante d’hommes en armes. L’ancien régent s’opposant à leur passage dans ses terres de Coimbra, le conflit s’envenima.

3On se prépara même au combat. Le combat entre les fidèles du duc de Coimbra et ceux du duc de Bragance, aidés par l’armée royale, eut lieu à Alfarrobeira le 20 mai 1449, près de Santarém. L’infant D. Pedro y perdit la vie. Ce n’est qu’en 1455 que les restes de D. Pedro furent transférés à Batalha par les soins de D. Henrique. Les guerres féodales avaient repris. Toutefois, elles ne pouvaient demeurer intestines : l’entreprise de croisades au Maroc, qui avait déjà montré l’exemple en 1415 et en 1437, fut relancée. Cette entreprise paraissait alors d’autant plus importante que la Chrétienté latine cherchait à reprendre l’initiative après la chute de Constantinople en 1453. La riche Méditerranée orientale, celle qui permettait à Venise d’assurer par Alexandrie et Le Caire la relation entre l’Occident et l’Orient, l’Orient de Marco Polo, se trouvait de plus en plus menacée par l’essor de l’empire ottoman. Aux frontières de proximité du Portugal, l’esprit de croisade retrouva une nouvelle vigueur : à l’affront de Tanger, s’ajoutait celui de Constantinople. D. Henrique lui-même, en tant que responsable de l’Ordre du Christ, reporta sur le Maroc l’essentiel des activités de Lagos. Le Conseil royal décida une nouvelle intervention à Tanger.

4En 1458, les forces portugaises étaient prêtes à intervenir. Les fils et petits-fils des héros de Ceuta se lançaient dans une nouvelle croisade marocaine. Elle allait durer près de quinze ans.

5Alcácer Ceguer (Ksar-es-Seghir) tomba en 1458. L’expédition rappela l’épopée de Ceuta : plus de deux cent vingt navires, peut-être deux cent quatre vingt, et vingt cinq mille hommes, en provenance de Porto commandés par le comte d’Ourém en pleine force de l’âge, de Lagos commandés par le vieux D. Henrique et de Setubal en raison d’une nouvelle épidémie de peste à Lisbonne, avec à leur tête D. Afonso V. Le fils de D. Pedro de Meneses, premier capitaine de Ceuta, D. Duarte de Meneses (1414-1464), fut nommé responsable de la nouvelle conquête et nombre de jeunes nobles furent faits chevaliers.

6Mais la prise de Tanger n’eut pas lieu. Ce fut la déception. Toutefois, fascinée par la possibilité de belles heures de gloire, à partir de la place forte d’Alcácer, les combats continuèrent de façon désordonnée, selon les initiatives des uns et des autres. De retour au Portugal, D. Henrique mourût sans avoir vu Tanger occupée. Une incursion portugaise plus au Sud permit de fonder le port de Dar Beida, la future Casablanca, en 1461. Mais une nouvelle expédition contre Tanger fut préparée en 1463.

7En fait, pour D. Afonso, l’exemple de la Castille ne pouvait pas ne pas être égalé. Or, en 1463, Gibraltar venait d’être occupé par les Castillans et D. Joana, la sœur de D. Afonso V, avait épousé Henri IV de Castille (1423-1474) deux ans plus tôt. Toute une politique d’alliances était donc en train de se dessiner, confirmée lors d’une entrevue entre Henri IV de Castille et D. Afonso V en janvier 1464 à Gibraltar même. Cette politique prévoyait le mariage de D. Afonso avec l’infante de Castille, Isabelle, et celui du prince D. João, héritier du trône du Portugal, avec Jeanne, princesse héritière de Castille. Si le plan d’alliances ne s’accomplit pas comme prévu, il n’en demeura pas moins que D. Afonso ne voulait pas être en reste envers les succès de la Castille contre les Maures. A partir de Ceuta et d’Alcácer, il reprit l’initiative au Maroc.

8Tanger était toujours l’objectif. Après deux nouveaux échecs, le frère de D. Afonso V, l’infant D. Fernando (1433-1470) tenta, de nuit, un coup de main hardi. Ce fut un nouveau désastre : deux cents morts et près de cent prisonniers parmi la fine fleur de la noblesse. D. Afonso poursuivit le combat. Sans doute souhaita-t-il s’emparer, à défaut de Tanger, de la ville d’Arzila ? Toujours est-il qu’il faillit se perdre dans les montagnes du massif de Benagorfate et ne fut sauvé que grâce au sacrifice de D. Duarte de Meneses dont le corps fut transféré à Santarém.

9L’alerte avait-elle été suffisamment chaude pour que D. Afonso mesurât les risques encourus ? En tout cas, il fallait bien panser les plaies. Pendant quelques années, la conquête marocaine marqua le pas alors que la situation intérieure du royaume de Fès se dégradait profondément. En 1465, le dernier souverain Mérinide fut exécuté lors d’une révolte populaire. Une grave crise de pouvoir s’en suivit. D’âpres rivalités opposèrent les différents clans aspirant à contrôler le royaume. Mohammed echcheikh, à la tête de l’un d’entre eux, abandonna la ville d’Arzila et s’empara de Fès en août 1471, où il fonda la nouvelle dynastie des Wattasides.

10Tenu au courant de la situation marocaine, D. Afonso considéra le moment venu de lancer une nouvelle expédition au Maroc. Bien que quelque peu précipitée, l’organisation de l’expédition de 1471 réunit à nouveau une flotte en provenance de Porto, une autre de Lisbonne, une troisième de Lagos. Selon les chroniqueurs, elle fut composée de trois cent trente huit - ou quatre cent soixante dix sept - navires et de vingt quatre mille hommes d’armes. Tout ce que le Portugal comptait de noblesse fut à nouveau sur pied de guerre. A sa tête, la flotte était dirigée par D. Afonso et par le prince héritier D. João, le futur D. João II (1455- 1495).

11Objectif : la prise immédiate d’Arzila. Le succès fut total. Arzila tomba le 24 août. Traumatisés par cette défaite, les défenseurs de Tanger abandonnèrent la ville. Quelque peu incrédules, les troupes de l’armée portugaise, avec à leur tête D. João, le fils du duc de Bragance, pénétrèrent dans la ville sans défense le 28 août.

12D. Afonso demeura sur le terrain de ses conquêtes jusqu’au 17 septembre. S’il prit alors le titre de “Rei de Portugal e dos Algarves, daquém e dalém mar em Africa”, (Roi du Portugal et des Algarves d’en delà et d’au-delà des mers en Afrique), il se considéra surtout comme le conquérant d’Alcácer et d’Arzila dans la mesure où la prise de Tanger ne put être identifiée à un haut fait d’armes. Néanmoins l’échec de 1437 était vengé. Et le corps de l’infant D. Fernando, dont l’emprisonnement et la mort avaient été transfigurés en martyr, put ainsi être rapatrié au monastère de Batalha après diverses négociations avec le nouveau pouvoir Wattasside et placé près des tombeaux de D. João I et de la reine Philippa.

13La monarchie portugaise célébra de façon grandiose la nouvelle conquête marocaine. Non seulement, dès le retour du roi à Lisbonne, de grandes fêtes et processions furent organisées mais aussi des commandes publiques à caractère culturel furent programmées. Nuno Gonçalves et son atelier reçurent diverses commandes. Peut-être, l’une d’entre elles fut-elle à l’origine de certains panneaux du Polyptyque de S. Vicente da Fora, ce magnifique ensemble de six panneaux de bois peint à l’huile actuellement conservé au Musée d’art ancien de Lisbonne. En tout cas, une des plus belles tapisseries du siècle, celle de Pastrana, tissée vers 1480, célébra dignement l’évènement.

14Avec la prise d’Arzila et l’occupation de Tanger, la noblesse portugaise était parvenue à ses fins. D. Afonso V avait bien mérité de cette réaction nobiliaire. Si le prince héritier D. João participa à l’expédition victorieuse, là cependant se limita son expérience marocaine. Les horizons de D. João II devaient se porter bien au-delà des frontières de proximité du Portugal, bien au-delà du Maroc et de la Méditerranée atlantique africaine. Le “prince parfait”, pendant son règne, fut confronté à l’outre-mer du grand large, celui de l’Afrique atlantique équatoriale qui, grâce à la maîtrise de la mer océane, ouvrit la voie aux deux autres mondes, d’Asie et d’Amérique, au tournant du xvie siècle.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540