Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

III - Les mutations territoriales

Frontière Nord-Sud et modèles spatiaux : Valle de Mexicali - Impérial Valley1

Michel Portais

Texte intégral

  • 1 Recherche menée sur le terrain en 1991 avec la participation de Jesus Roman Calleros, du Colegio d (...)

1Les régions frontières peuvent se révéler des lieux privilégiés pour tester la validité de concepts ou de grilles de lecture dans le domaine de l’organisation de l’espace.

2Ainsi, dans une perspective de modélisation, on apprécie de pouvoir opposer, de part et d’autre d’une ligne artificielle et parfaitement identifiée - la frontière -des situations ou les effets de telle ou telle variable sur les systèmes spatiaux.

3Dans la plaine qui voisine le delta du Colorado, la frontière Mexique-États-Unis passe au centre d’une région homogène du point de vue du milieu naturel. Or, dans l’explication des paysages et de leurs différences, les facteurs naturels ont une part importante et complexe. Pouvoir les écarter contribue donc largement à simplifier tout modèle d’organisation de l’espace et donc à faire ressortir les conséquences de telle ou telle autre variable..

4La plaine qui borde le delta du Colorado a pour nom “Valle de Mexicali” au sud de la frontière ; on y trouve un peu plus de 200 000 ha de terres irriguées ; elle a pour nom “Imperial Valley” au nord, du côté nord-américain et s’étend également de ce côté-ci sur 200 000 ha ; le milieu naturel est le même, à de très légers détails près de part et d’autre de la frontière : un même climat aride, avec de fortes variations de températures entre l’été et l’hiver et un grand système d’irrigation dont les bases furent créées entre 1896 et 1902. On peut donc faire abstraction des facteurs naturels pour expliquer les différences de paysages. Qui plus est, on peut également faire abstraction de tout facteur historique antérieur à un siècle : avant les dernières années du xixe siècle, il n’existait aucune limite naturelle ou artificielle pour les quelques groupes indiens qui vivaient sur les bourrelets de berge des fleuves Gila et Colorado.

5Les différences de paysages sont donc dues uniquement aux aménagements humains, aux différentes logiques d’organisation de l’espace qui ont prévalu, depuis le début de ce siècle, de part et d’autre de la ligne frontière.

6Or, ces différences sont éclatantes comme en témoignent deux faits :

  • Le simple examen de l’image satellite spot (fig. 1) caricaturant les différences de mise en valeur agricole.
  • L’opposition entre une plaine irriguée sans aucune ville de plus de 30 000 habitants, et quasiment sans industries, au nord ; et cette même plaine irriguée qui, au sud, a vu naître une agglomération d’un demi-million d’habitants avec d’immenses parcs industriels.

7Nous ne citerons pas ici les évidentes différences de prospérité entre les deux parties, avec les paysages que génèrent les habitats cossus d’une part, et les quartiers populaires non consolidés d’autre part, toutes les situations intermédiaires étant représentées.

  • 2 cf Antheaume (B.), Delaunay (D.), Portais (M.) 1987 ; PORTAIS (M.) 1992.

8Nous nous trouvons donc dans une situation privilégiée pour comparer deux logiques d’organisation de l’espace dont nous pensons, par hypothèse, qu’elles constituent deux pôles opposés et complémentaires permettant de mieux lire cette organisation2 :

  • Il s’agit d’une part des logiques qui ressortent de ce que l’on peut appeler les logiques territoriales, qui visent à reproduire l’ordonnance d’un territoire donné ou l’ordonnance d’une société dans un territoire donné. Ce sont des logiques d’enracinement, qui peuvent être régionales ou nationales selon le territoire considéré, et qui ressortent de ce que l’on nomme aujourd’hui, les logiques identitaires.
  • Et d’autre part, celles qui ressortent du développement des échanges et des réseaux de toutes sortes et qui transcendent les limites frontalières. Ce sont des logiques d’universalité, de libre-échange voire de “mondialisation” et qui, dans la réalité, s’ordonnent sous forme de réseaux, avec leurs mailles et leurs nœuds, leurs centres et leurs satellites, qui sont particulièrement remarquables aujourd’hui dans leurs réalités financières (légales ou illégales) et médiatiques ; nous les appelons donc les logiques réticulaires.
  • 3 Bonnemaison (J.), 1986. Voir aussi Portais (M.) 1989 sur l’organisation de l’espace andin précolom (...)

9Cette opposition entre deux logiques nous est familière, car nous vivons une phase de conflit tout à fait réelle, entre elles, mais cette opposition-complémentarité, en réalité, a toujours existé, comme l’ont montré les travaux de J. Bonnemaison3 sur les sociétés traditionnelles du Pacifique. L’alternance de la prévalence de l’une ou de l’autre a façonné, effectivement, de multiples paysages.

10Après ,cent ans d’aménagements humains et cent ans d’effet frontière, on est donc passé de paysages identiques à de fortes différenciations. Or, ce sont ces différences qui constituent, actuellement, des facteurs d’attraction et de création d’activité. Sans ces contrastes, la région frontière perdrait une grande partie de ses atouts et entrerait probablement dans une grave crise économique et démographique.

11Pour comprendre ces différences, il nous faut donc reprendre l’histoire de cet espace régional. J’ai choisi de diviser ce siècle d’aménagement du delta du Colorado en trois périodes, en fonction de ce qui m’a semblé être, en se plaçant prioritairement du côté mexicain, la prévalence de l’une ou de l’autre des logiques d’organisation de l’espace ainsi présentées.

1896-1935. LA FRONTIÈRE EFFACÉE

12En 1896, Rockwood et Chaffey, un ingénieur et un financier, s’unissent pour créer une compagnie dont le but était la colonisation et l’irrigation par les eaux du Colorado de la plaine constituée par le delta du fleuve et la dépression de “Salton”.

13En effet, lors de la construction du chemin de fer de Yuma à Los Angeles, le Southern Pacific Railway, inauguré en 1875, les ingénieurs-topographes s’étaient rendu compte que la plaine qu’ils devaient franchir, à l’ouest du Colorado, était une dépression tectonique prolongeant le golfe de Californie et qu’elle se trouvait au-dessous du niveau du Colorado ; la partie la plus basse, occupée par des salines, se trouvant à 70 mètres au-dessous du niveau de la mer.

14Cette plaine est désertique, il y tombe moins de 100 mm d’eau par an et, à l’exception des berges du Colorado et du Gila, en amont de Yuma, elle est vide de toute implantation humaine. Il existe donc bien là un vaste domaine pour une entreprise fantastique, à condition de pouvoir maîtriser la déviation des eaux du Colorado.

15Cependant, les conditions topographiques, avec l’existence d’une zone dunaire en territoire nord-américain, séparant le Colorado de la dépression, obligeaient les ingénieurs américains à faire passer le canal de dérivation en territoire mexicain. De ce côté-ci, un autre entrepreneur, mexicain, Guillermo Andrade, avait obtenu du gouvernement de Porfirio Diaz la concession de 312 000 hectares de terres. Les moyens techniques et financiers lui faisaient défaut pour mener à bien un projet similaire à celui de Rockwood et Chaffey. Ils s’unirent donc et créèrent la Mexican Colorado River Land Company, qui obtint, sous statuts mexicains, l’autorisation de faire passer un canal de dérivation sur le territoire du Mexique en s’engageant à doter en eau la partie mexicaine jusqu’à concurrence de la moitié du débit total disponible.

16La prise d’eau, en territoire nord-américain, était très sommaire et on utilisait, en réalité, le lit d’un ancien affluent du Colorado, le rio Alamo qui était actif lors des grandes crues et dirigeait alors une partie des eaux du Colorado vers la dépression située au nord de la frontière. Recreusé et canalisé, le rio Alamo commença à irriguer la plaine en 1902.

17Les investisseurs américains avaient plus de problèmes pour attirer les hommes que pour disposer d’eau. Ils commencèrent donc par donner à la région, au nord de la frontière, le nom attractif qui lui est resté : Imperial Valley par référence à la Vallée du Nil et lancèrent une campagne de publicité de grande envergure dans les journaux de Los Angeles pour attirer les frustrés de la “ruée vers l’or”.

18Ils dépensèrent dans cette campagne et pour l’accueil des nouveaux colons une grande partie de leurs moyens et négligèrent les ouvrages d’irrigation. L’insuffisance de l’eau disponible dans le canal principal, pour irriguer 40 000 ha déjà en production en 1904, incite la compagnie à ouvrir une brèche dans la berge du Colorado, en territoire mexicain. Mal maîtrisée, celle-ci donna lieu à une catastrophe en 1905 et un déversement gigantesque d’eau dans la dépression devenue alors le “Mar Salton”.

19La compagnie ferroviaire “South Pacific”, inquiète pour sa ligne, participa largement aux travaux de remise en état et, en contrepartie, devint majoritaire dans le capital de la compagnie.

20L’entrelacement des sociétés et capitaux américains et américano-mexicains fut dès lors des plus complexes. Pour l’essentiel cependant, deux sociétés à capitaux majoritairement américains, se partageaient la responsabilité de la colonisation (la Colorado River Land Company) et la réalisation et l’entretien du réseau d’irrigation (la Sociedad de Riego y Terrenos de Baja California). Une troisième société fut créée peu après pour se charger de l’égrenage et de la vente du coton, destiné en totalité aux États-Unis. C’est en effet cette culture qui allait rester, jusque dans les années soixante, la principale spéculation agricole de cette vaste plaine. En réalité, les investisseurs américains ne faisaient guère de distinction entre les deux parties de leur domaine, au nord et au sud de la frontière, qui s’étendait déjà sur 40 000 ha en 1905 et qui allait atteindre peu à peu plus de 400 000 ha, devenant “la plus grande plantation cotonnière du monde”.

  • 4 “Desert Land Act and Homestead Law”
  • 5 “Geary Act”

21Pourtant, une différence importante dans le peuplement des deux parties allait avoir des conséquences à long terme. Si, au nord, la société avait fait appel aux colons européens par voie de presse, à Los Angeles, ces mêmes colons ne pouvaient bénéficier, au sud, des droits aux terres que leur accordait le gouvernement américain4. La société fit donc appel à des Chinois à qui elle donna des terres sous forme de location, sur la partie mexicaine de sa concession. Ces Chinois, recrutés pour la construction des voies ferrées et pour assurer les récoltes en Californie étaient environ 30 000 dans cet État à la fin du xixème siècle. Le Congrès américain chercha dès lors à limiter cette vague, au point d’interdire l’immigration chinoise en 19025. La vallée de Mexicali devint donc un exutoire pour beaucoup d’entre eux. 5 000 agriculteurs chinois étaient installés dans la Vallée en 1919 et, en 1937, ils étaient 7 000, plus nombreux que les Mexicains sur la concession de la Colorado River Land Company. La place laissée libre par les Chinois en Californie fut occupée par des... Mexicains venus principalement de la région centre-ouest (Jalisco), les troubles révolutionnaires accentuant cette émigration. Ces flux croisés de migrants vont à nouveau se modifier lors de la grande crise de 1929 qui voit de nombreux Mexicains refluer de Californie vers la Basse Californie et Mexicali en particulier.

22Les Chinois, eux, commencent à abandonner la terre pour se reconvertir dans le commerce, alors florissant à la frontière où la prohibition de l’alcool aux États-Unis, entre 1920 et 1933, crée bien entendu des opportunités.

23Les situations qui viennent d’être décrites aboutissent à une certaine forme d’organisation de l’espace. Les logiques qui les sous-tendent sont presque toutes de type ré titulaire. Résumons-les (fig. 3) :

  • Les capitaux investis sont, bien entendu, extérieurs à la région et les investisseurs le sont aussi (Américains de la côte Est ou du Canada et Mexicains du Mexique central).
  • La région se peuple de colons américains d’origine européenne, entraînés par la ruée vers l’ouest, de Mexicains du Jalisco, Sinaloa, Sonora, Nayarit, plus attirés par la Californie des États-Unis que par Mexicali, passant et repassant la frontière ; et de Chinois, arrivés récemment, ballottés au gré des lois d’immigration.
  • La culture quasi-exclusive, le coton, est destinée aux industries textiles de la côte Est des États-Unis.
  • 6 Periodico Oficial 1903, Tome XVI, p. 31

24La domination caricaturale des logiques réticulaires aboutit, pour la plaine de Mexicali, à une emprise presque totale des réseaux de forces centrés sur les États-Unis. Les groupes régionaux sont alors quasi-inexistants dans la vallée et la réalité de l’État mexicain se limite essentiellement à une présence militaire, pour essayer de dissuader les appétits d’annexion de ce territoire par des groupes d’intérêt américains. Curieusement, un décret de 1903 dispense le Territoire de Basse Californie de service militaire6

25L’un des événements les plus symboliques et les plus significatifs de cette époque, pour toute cette région de Basse Californie, fut l’épisode de la première phase révolutionnaire mexicaine, au cours de laquelle des bandes anarchistes inspirées par le libéral mexicain Flores MAGON, mais commandées par des aventuriers de toutes nationalités, venus en grande partie du Nord (laissés pour compte de la “ruée vers l’or”), s’emparèrent un moment de Tijuana et de Mexicali. Leur but était d’établir, en Basse Californie, une utopie socialiste (logique universaliste).

26Face à tout cela, les premières tentatives pour “mexicaniser” la Vallée de Mexicali sont extrêmement limitées, avec la création de colonies spéciales de petits propriétaires mexicains en 1923, par le général Rodriguez. Les droits de douane, de 7 % en 1918, peu élevés et mal perçus, s’ajoutaient à quelques taxes sur les sociétés et permettaient d’entretenir la dignité des fonctionnaires et des militaires mexicains et de créer quelques écoles. La seule monnaie en circulation dans le commerce était le dollar. Sous l’influence de ces forces réticulaires, et des réseaux d’influence extérieure, la frontière est très peu visible, très peu présente et on a pu craindre un temps, même, une annexion pure et simple de la Vallée au territoire des États-Unis. A l’issue de cette première période, en 1933, se situe l’épisode de la création de la zone libre frontalière, qui libère peu à peu de droits de douane toute la frange des villes frontières, de Tijuana à l’ouest jusqu’à Matamoros, sur le Golfe du Mexique. Cette mesure, qui, sur le territoire mexicain, suscite des différences entre villes frontières et villes de l’intérieur, fut décidée au lendemain de l’abolition de la prohibition, pour aider les villes concernées à surmonter la crise qui en découlait pour elles, en créant des conditions favorables à une possible reconversion. A long terme, cette mesure contribuera à forger l’originalité des villes frontières et ouvra la voie à l’installation des industries maquiladoras.

1935-1982. TERRITOIRES À L’ABRI DE LA FRONTIÈRE : L’ÉPANOUISSEMENT DES DIFFÉRENCES

27La création d’une zone libre frontalière est ambigü. Elle procède à la fois d’une logique réticulaire car c’est une mesure d’ouverture, mais elle ne fait, en réalité, que déplacer la frontière douanière et ne devient significative que dans la mesure où celle-ci se transforme en une réelle barrière protectionniste.

28De fait, nous entrons bien dans une phase interventionniste où. à des logiques d’organisation de l’espace presque exclusivement réticulaires, vont succéder, en réaction, des logiques territoriales et d’enracinement, pour ne pas dire identitaires. Elles vont dominer de façon évidente du côté mexicain, mais elles ne sont pas absentes non plus du côté nord-américain. Désormais la frontière va se dessiner dans le paysage et celui-ci se différencier plus profondément entre le nord et le sud.

29Cette phase va durer de 1935 à 1982.

30Pour la plaine de Mexicali, région encore essentiellement agricole, cette nouvelle phase correspond tout d’abord à la période nationaliste de la révolution agraire mexicaine. Comme il est logique, l’enracinement va commencer par l’emprise sur la terre.

31En 1935, l’État lance un projet de colonisation des terres de la Colorado River Land Company non encore occupées. Celle-ci résiste mais un accord est finalement obtenu, la Colorado s’engageant à vendre l’essentiel de ses terres à des petits colons en l’espace de vingt ans. Les clauses restrictives étaient telles que la compagnie espérait bien demeurer maîtresse de ses terres pour un temps indéterminé. Mais le mouvement n’était plus contrôlable et l’impatience des paysans locataires de la Colorado et des salariés agricoles aboutit à des invasions de terre en 1937. En quelques mois, le gouvernement de Lázaro Cárdenas transforme ce mouvement en une expropriation et une gigantesque répartition des terres sous forme ejidale. L’abondance de l’offre provoque alors une ruée de demandeurs dont une grande partie n’avait rien à voir avec l’agriculture locale : commerçants et artisans de Mexicali, mais aussi cousins, parents éloignés que l’on fait ou que l’on tente de faire accourir. A chacun l’on remet des droits sur environ 20 ha de terres, irriguées ou irrigables. A la fin de 1938, 213 500 ha, dont 155 600 en terres ejidales et le reste en petites propriétés étaient réparties auprès de 12 000 exploitants. La superficie des exploitations, légèrement inférieure à 20 ha, n’a pas changé depuis.

32La Colorado River Land Company ayant perdu sa raison d’être, peu soutenue par le gouvernement Roosevelt désireux d’entretenir de bonnes relations avec le Mexique, vendit ses actions au gouvernement mexicain en 1945 pour la somme de 10 500 000 dollars.

33Dans un tel milieu, la maîtrise de l’eau, bien sûr, est plus importante que celle de la terre. Une société distincte de la Colorado River Land Company, la Sociedad de Irriga¢in y Terrenos de Baja California, elle aussi dominée par les capitaux et les techniciens américains, avait été chargée des travaux du système d’irrigation, de son entretien et de sa gestion, branche “mexicaine” de l’ensemble chargé de toute la région, des deux côtés de la frontière. Deux décisions américaines modifièrent le panorama de cette gestion de l’eau : d’une part la construction, sur le cours du Colorado, du barrage de Boulder, alors le plus grand du monde, chargé de régulariser le débit du fleuve et de produire de l’énergie, mis en eau en 1935 ; ensuite la construction du canal All American et, lié à celui-ci, du barrage Imperial. Le canal All American, mis en service en 1942, longeait la frontière au nord en traversant la zone de dunes, il permettait d’irriguer toute la vallée Impériale en évitant le rio Alamo et le territoire mexicain. Il redonnait aux Américains une totale maîtrise de l’eau. A cette logique territoriale américaine, répondit une logique nationale mexicaine : la violation des termes de l’accord de 1904 sur le partage des eaux, à partir de la mise en service du canal All American, fut l’occasion pour le Mexique de demander la convocation d’une conférence internationale qui aboutit, en 1944 au traité international sur les eaux du Colorado. Celui-ci garantit au Mexique 9 % du débit total du fleuve, le reste étant réparti entre les sept états nord-américains riverains.

34L’État mexicain, peu à peu, se fit responsable du district d’irrigation, entreprenant par l’intermédiaire des institutions fédérales responsables, tout une série de travaux d’aménagement et d’amélioration, comme le barrage de dérivation de Morelos (1950), le creusement de 630 puits profonds (1955-1958), les travaux de réhabilitation des canaux, des prises d’eau, le nivellement de terrains et le creusement de canaux de drainage. Ces mêmes institutions fixaient les droits sur l’eau et recouvraient les taxes correspondantes, dans un souci de subvention et d’aide à l’agriculture. C’est donc bien une logique territoriale et d’intervention de l’État national qui a prévalu durant toute cette période, des deux côtés de la frontière, dans le domaine essentiel de la maîtrise de l’eau.

35L’intégration de la vallée au reste du territoire mexicain fut aussi le fait de cette période. Aucun port n’ayant pu être établi à l’embouchure du cours changeant du Colorado, à l’exception de débarcadères utilisés par de petits transports de passagers, c’est le train qui constitua le premier moyen de communication moderne pour désenclaver la vallée. Dès la création de Calexico, en 1901, celle-ci fut reliée au réseau américain, mais il fallut attendre 1949 pour voir inaugurée la voie de Mexicali au Sonora à travers le désert de 1’Altar. Dans les années cinquante, ce furent les réseaux routiers et aériens qui se développèrent pour faciliter l’intégration de la région à Tijuana et au reste du pays, donnant lieu, par là même, à une accélération du mouvement migratoire vers la région frontière.

36La politique économique du Mexique, durant toute cette période, et spécialement dans les années soixante et les années soixante-dix, fut tournée vers une plus grande intégration nationale. A la crise du coton, produit d’exportation dans les années soixante, fait suite une politique de diversification des cultures, par le moyen de prêts agricoles modulés. Le coton ne représente plus que 30 % des surfaces en 1978 et le blé l’a rattrapé. Sorgho, luzerne, ray-grass se développent, de même que l’orge, destiné à la brasserie de Tecate.

37Des entreprises locales, petites ou grandes, s’insèrent alors de plus en plus dans le système productif de la Vallée : alimentation pour bétail, moulins, brasserie de Tecate, participant à l’émergence d’une véritable “groupe économique régional” au cours de ces années. Une nouvelle classe d’entrepreneurs prend les moyens de se développer et de se renforcer en appuyant ou en créant un système de formation de cadres remarquable. Le CETYS, filiale de l’Instituto Tecnológico Superior de Monterrey vient ainsi compléter le système public, représenté par l’université autonome de Basse-Californie, dont la faculté d’agriculture a pourvu d’ingénieurs le système agricole de la Vallée.

38Cependant, dès les années 1970, se met en place le système des maquiladoras, qui va se généraliser dans les villes frontières après 1980. Le retour à d’autres logiques d’organisation de l’espace apparaît alors.

1982... LES MAILLES VARIABLES DE LA FRONTIÈRE : LES AMBIGÜITÉS D’UNE FAUSSE UNION

39A partir de l’arrivée au pouvoir de Miguel de La Madrid à Mexico, qui suit de peu, en 1982, celle de Reagan aux États-Unis, un nouveau cours des choses va radicalement modifier les logiques d’organisation de l’espace dans la région frontière. Désengagement de l’État et ouverture vont guider des politiques qui auront, sur ces logiques, des conséquences très importantes. Du côté mexicain, les réformes s’accélèrent rapidement après 1988, avec le “sexenio” de Carlos Salinas de Gortari et la mise en chantier de l’Accord de libre échange avec les États-Unis et le Canada (ALENA). Les régions, désormais, ne font plus l’objet d’une volonté politique d’aménagement du territoire. Elles se développeront en fonction de leur situation dans les nouveaux réseaux d’échanges internationaux. L’État n’intervient plus que ponctuellement, surtout avec le programme Solidaridad, pour prévenir les lignes de fracture les plus graves du tissu social. Il y parvient en grande partie, mais ne se soucie pas de prévenir les lignes de fracture territoriales et c’est ainsi que les différences spatiales de développement joueront un rôle important dans la rébellion du Chiapas en janvier 1994.

40La Vallée de Mexicali, région frontière, se trouve donc au cœur de grands changements, face à l’un des états nord-américains les plus dynamiques : la Californie.

  • 7 Source : INEGI

41La première conséquence, ici, au cours de ces dernières années en est le développement de la maquiladora. On ne s’attardera pas sur ce phénomène amplement commenté par ailleurs. Rappelons tout de même que Mexicali, en une dizaine d’années, voit la création de 21 300 emplois industriels dans 149 établissements, représentant 80 millions de dollars en salaires, en 19907. L’industrie est ainsi devenue le premier secteur de l’économie. Il s’agit d’un secteur qui demande une main d’œuvre abondante et qui génère une nouvelle classe de consommateurs : les grands centres commerciaux, dans la région, ne sont plus aujourd’hui au nord, mais au sud de la frontière.

42Dans le domaine agricole, les deux logiques économiques suivies auparavant des deux côtés de la ligne, ont évidemment abouti à accentuer les différences dans le paysage rural. Le système d’irrigation et de drainage est techniquement supérieur au nord, mais les paysans, les farmers, y ont pratiquement disparu. Cinq grandes sociétés se partagent les trois-quarts des superficies, rachetant ou louant leurs terres aux anciens occupants, devenus pour beaucoup, rentiers à San Diego (Roman Calleros 1991). Ces grandes compagnies s’appuient sur un grand nombre d’entreprises de sous-traitance, qui gèrent l’irrigation par aspersion ou l’épandage de fertilisants, la location de machines agricoles ou l’engagement de la main d’œuvre. 11 s’agit d’un système financier, dont la logique de rentabilité peut être totalement étrangère à la gestion du potentiel naturel ; l’accroissement des rendements ne correspondant pas toujours à l’accroissement des bénéfices.

43Au sud de la ligne frontière, toute la terre, ou presque, est entre les mains de petits exploitants. Avant la récente contre-réforme agraire, la distinction n’était pas très évidente, ici, entre petits propriétaires et ejidatarios, la moyenne des surfaces étant, dans les deux cas, d’une vingtaine d’hectares par exploitation. Les regroupements de celles-ci sont nombreux. L’État a supprimé le système des prix garantis qui avait fait la fortune du blé après la crise du coton. Il se dessaisit également du système d’irrigation, remis peu à peu à la gestion des agriculteurs.

  • 8 Les chiffres de la Secretariat à l’Agriculture -SARH- indiquent 19 700 ha de légumes en 1989 contr (...)

44Le crédit se dirige exclusivement vers les productions les mieux commercialisées et les agriculteurs les plus efficaces. Les formules d’agriculture sous contrat se développent, sous l’influence de sociétés américaines. Ces contrats concernent la totalité du processus de production et de commercialisation. Ils s’appliquent en priorité aux productions de légumes (asperge, oignon, laitue, melon, etc.). Ils sont proposés par des sociétés ou des brokers américains, qui agissent par l’intermédiaire d’agents mexicains installés au nord. On a pu appeler ce processus la maquiladora agricole. En 1991, selon les évaluations, 20 à 40 000 ha soit entre 10 et 20 % des surfaces, étaient ainsi cultivées ; mais appliqué aux productions légumières, ce système représentait, en réalité, entre 20 et 40 % de la valeur totale de la production8. Celle-ci est destinée, pour 90 % aux marchés urbains californiens.

45La Californie a trouvé là une vaste zone maraîchère où la rente foncière est 2 à 3 fois moins chère, la main d’œuvre 3 ou 4 fois moins chère, l’eau 6 fois moins chère que dans le district voisin d’Imperial Valley. Mais tout cela est éminemment changeant, et repose sur l’habile utilisation de différences générées par la frontière et par les logiques d’organisation de l’espace de la phase antérieure.

46Du côté mexicain, les acteurs économiques ont bien changé. Les groupes économiques locaux ne craignent plus de monter des affaires au nord de la frontière, en liaison avec la forte colonie hispanique de Californie. Des entreprises mexicaines, régionales ou nationales, s’intéressent au marché que représente cette colonie. Bimbo, l’une des grandes entreprises mexicaines de boulangerie industrielle, vient d’installer à Mexicali une fabrique utilisant le blé produit dans la vallée pour placer, sur le marché des chicanos de Californie, des produits de la tradition mexicaine. Televisa, premier groupe de télévision mexicain a fait de même pour la production de vidéocassettes.

47Enfin, l’équilibre démographique est rompu : au recensement de 1990, on trouvait 714 000 habitants dans la vallée côté mexicain et seulement 108 000, dont 70 % d’origine mexicaine au nord, dans Imperial Valley. La région du delta du Colorado est désormais peuplé, à 95 %, de “Mexicains”.

48C’est donc un nouveau schéma d’organistion de l’espace que l’on peut constituer pour la période actuelle. Diverses forces s’y mettent en place et il n’est pas aisé de déterminer le sens de leur résultante. Ce qui semble nouveau c’est que, contrairement aux périodes précédentes, caractérisées par la nette domination de l’une puis de l’autre des grandes logiques territoriales que nous avons considérées, nous entrons dans une phase où ces deux logiques semblent se superposer : réseaux des grandes sociétés, des investissements, de la maquiladora industrielle et agricole, réseaux des migrations aussi, d’une part ; mais d’autre part, développement des groupes régionaux mexicains, et constitution, peut-être, d’un ensemble “Grande Californie” où les Mexicains joueraient un rôle conforme à leur présence démographique et... à l’histoire.

***

49Aujourd’hui, l’histoire semble hésiter. La signature du traité de libre commerce, l’ALENA, ne s’est pas faite sans difficultés et les résurgences nationalistes sont réelles au Mexique. Surtout, ce traité et l’évolution de la société du nord semblent vouloir araser la frontière pour permettre le libre passage des marchandises mais, en même temps, les pratiques américaines cherchent à la rendre de plus en plus difficile à franchir aux hommes.

50Enfin, nul ne sait si édictant de multiples mesures de réglementation, concernant l’environnement en particulier, les États-Unis ne sont pas entrés dans une logique où la protection territoriale l’emportera sur l’ouverture des réseaux. Un type d’échange bien difficile à appréhender dans ses modalités et dans ses conséquences : le trafic de drogues et la circulation des narco-dollars, pour lesquels la frontière entre Californie et Basse Californie joue un rôle de première importance, a eu, a, et aura une influence, consciente ou inconsciente, probablement considérable sur l’évolution des mentalités.

51Protéger l’environnement, protéger la société, c’est, en réalité, permettre à une organisation territoriale de se reproduire. Mais le cadre national n’est pas un cadre territorial immuable ni forcément adéquat à une telle reproduction. Des entités régionales naissent et peuvent s’emboîter selon des schémas nouveaux. La Grande Californie peut se révéler comme une réalité et une composante de la grande région américaine que veut préfigurer l’ALENA, ou bien devenir un lieu d’affrontement entre plusieurs cultures. Mais alors, la frontière de ces affrontements sera-t-elle entre Mexicali et Calexico ou passera-t-elle au sein des quartiers de Los Angeles ?

Photo SPOT-CNES 1991

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ANTHEAUME (B.), DELAUNAY (D.) et Portais (M.). 1987. “L’abeille et l’araignée”, Bulletin de liaison, Orstom, Dt. H., n° 7 : 3-6.

APPENDINI (K.), 1988. El papel de la agricultura en el desarrollo nacional : una reflexión sobre la agricultura de la Frontera Norte. Cuadernos de trabajo, Tijuana, Colegio de la Frontera Norte, multigr., 36 p.

BERNAL RODRUIGUEZ (F.), 1991. Eficiencia y productividad agricola en el Valle de Mexicali, Mexicali, Colegio de la Frontera Norte, multigr., 7 p.

Bonifaz Hernandez (R.), 1987. “Baja California” in Visión Histórica de la Frontera Norte de México, Tomo III, Mexicali, UABC : 131-144.

BONNEMAISON (J), 1986. L’arbre et la pirogue, Paris, Orstom, 540 p.

BUENROSTRO CEBALLOS (A., éd.), 1990. Fronteras en Iberoamérica ayer y hoy, Mexicali, UABC, 2 tomes, 381 p. et 340 p.

BUSTAMENTE (J.), 1990. “Subsidio claro como el agua”, Excelsior, 6 août 1990.

CARRILLO (J.), 1993. Condiciones de empleo y capacitación en las maquiladoras de exportación en México, Mexico STPS-COLEF, 258 p.

GONZALES-ARECHIGANA (B.) et Barajas (R.), (ed. sc), 1989. Las maquiladoras : ajuste estructural y desarrollo regional, Tijuana, COLEF-Fondation Friedrich Ebert.

INEGI. Anuarios estadisticas, maquiladora 04/91, Aguascalientes, Mexique.

JOHNSTON (B. E.), Luiselli (C), Cartas (C.) et Norton (R.), 1987. U.S.-Mexico relations, agriculture and rural development, Stanford Californie. Stanford Univ. Press.

Office of Agricultural Commissioncr, 1985 à 1990. Imperial Country. Agricultural crop and liverstock report.

PEREZ ESPEJO (R.), 1986. “Principales características de la agricultura en los estados fronterizos : evolución del patrón de cultivos”, Estudios fronterizos, año III, n° 9, UABC. Mexicali.

PORTAIS (M.), 1989. La conquête inca : une étape dans l’histoire de l’espace andin équatorial, in “Tropiques Lieux et liens”, Paris, Orstom : 445-452.

PORTAIS (M.). 1992. Reconversion et nouveaux espaces réticulaires au Mexique, Paris, L’Espace Géographique, n° 3 : 231-238.

PORTAIS (M.). 1992. La Vallée de Mexicali : un satellite agricole de la Californie ? Paris, Orstom, Cah. Sci. hum. 28(4): 603-623.

RANFLA (A.), 1987. “Polarización y Subregionalización de la producción agrícola y el comercio en la Frontera Norte”, Ciencias Sociales, serie 3, N° 4, UABC, Mexicali, 60 p.

RANFLA (A.), (coordin.). 1991. Mexicali, una historia, Mexicali, UABC, 2 tomes, 307 et 157 p. et annexes.

ROMAN CALLEROS (J.). 1990. Origen y desarrollo de dos freas de riego, Tijuana, Colegio de la Frontera Norte, 184 p.

ROMAN CALLEROS (J.), Bernai (F.), Lares Bocanegra (V.) (éd.), 1989. La Problemática del agua en usos agrícolas en el Valle de Mexicali, Mexicali, Colegio de la Frontera Norte, 118 p.

SANCHEZ RAMIREZ (O.). 1990. Crenica agrícola del Valle de Mexicali, Mexicali, UABC, 274 p.

STAMALIS MALDONADO (M.), 1987. “El Valle de Mexicali : agricultura e inversión extranjera (1901 -1986)”, Estudios fronterizos, año V, n° 12-13 :41-51.

STAMALIS MALDONADO (M.). 1991. Reporte de investigación : Agricultura e inversión extranjera en el valle de Mexicali, édition provisoire, Mexicali, UABC : 136-153.

WALTHER MEADE (A.), 1991. Origen de Mexicali, 2e édition, Mexicali, UABC, 170 p.

WALVEN (J.) et MOSTHOFF (A.). 1987. California-Mexico agricultural relations, Californie, San Diego State University, Institute for Regional Studies of the Californias.

Notes

2 cf Antheaume (B.), Delaunay (D.), Portais (M.) 1987 ; PORTAIS (M.) 1992.

3 Bonnemaison (J.), 1986. Voir aussi Portais (M.) 1989 sur l’organisation de l’espace andin précolombien.

4 “Desert Land Act and Homestead Law”

5 “Geary Act”

6 Periodico Oficial 1903, Tome XVI, p. 31

7 Source : INEGI

8 Les chiffres de la Secretariat à l’Agriculture -SARH- indiquent 19 700 ha de légumes en 1989 contre 7 600 en 1981.

Notes de fin

1 Recherche menée sur le terrain en 1991 avec la participation de Jesus Roman Calleros, du Colegio de la Frontera Norte, que je remercie pour son accueil et pour les contacts qu’il m’a facilités.

Table des illustrations

Légende Photo SPOT-CNES 1991
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Directeur de Recherche à l’ORSTOM

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540