Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

II - Les changements socio-démographiques

“Militarisation” de la frontière États-Unis-Mexique

Annick Tréguer

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, les scénarios les plus extravagants ont été envisagés pour contrôler le flux de mexicains et de latino-américains le long de la frontière Mexique/États-Unis, et on les a vus ressurgir régulièrement, tel un serpent de mer.

2De la fiction, on en est maintenant arrivé au stade de la réalité. Subrepticement, en effet, puis de façon beaucoup plus ouverte dernièrement, la frontière Mexique-États-Unis est en train de se militariser. Le constat s’impose. On aurait pu croire qu’il ne s’agissait que d’un contrôle et d’une surveillance policière renforcés. On peut néanmoins douter que les choses s’en tiennent là.

3Il suffit pour celà, entre autres exemples éloquents, de lire dans le Journal Le Monde daté du 22 septembre 1993, le court article de Régis Navarre. Celui-ci y rapporte les propos du Gouverneur (républicain) de l’État de Californie qui a entrepris une véritable croisade contre les clandestins de cet État et souhaite l’intervention de la Garde Nationale ; soutenu dans sa démarche par les deux sénateurs (démocrates) de Californie, il va jusqu’á préconiser l’utilisation de l’armée mexicaine pour encercler les mexicains qui tentent de franchir la frontière. Le tout double d’une volonté avouée de faire remettre en question le “jus soli” ainsi que l’attribution de la nationalité américaine accordée aux enfants d’étrangers. De tels faits nous permettent évidemment de mieux prendre la mesure de la gravité de la situation.

4Déjà des deux côtés de la frontière, on assiste à des levées de boucliers d’associations “chicanas”, d’associations humanitaires et de défense des droits de l’Homme ; on assiste aussi à une sensibilisation collective et à une mobilisation contre les effets négatifs de ce “durcissement” de la frontière. Et j’en veux pour preuve tangible et visuelle les “graffiti”, slogans et mots d’ordre qui couvrent en lettres gigantesques les rives bétonnées du Rio Bravo, lorsque l’on traverse à pied ou en voiture l’un des deux ponts frontaliers de Ciudad Juarez/El Paso : “Denuncie abusos de la Migra. Reporte al n° ...” (et suit un numéro de téléphone).

5Je vals donc aborder le thème de la frontière, sous son aspect le plus sombre et le plus polémique, celui de barrière entre deux pays. Nous sommes, en effet, à la veille de l’entrée en vigueur de l’ALENA, ce traité triangulaire qui englobera les échanges commerciaux entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Les négociations ont été longues et difficiles, on le sait, en particulier en ce qui concernait la protection de l’environnement et son financement. Par contre, le silence le plus grand a été observé en ce qui concerne le traitement réservé aux individus appelés à se déplacer au nord comme au Sud, “el intercambio humano”.

6Si la proximité de l’entrée en vigueur du Traité n’a pas directement provoqué réflexions et prises de conscience de la part des spécialistes comme du grand public. elle en a en tout cas accéléré la formulation et l’expression. C’est du moins l’impression qui se dégageait de certaines analyses et déclarations entendues lors d’un Colloque Bilingue et Binational qui s’est tenu sur ce sujet les 28 et 29 avril 1993 à Tucson, Arizona (à moins de cent kilomètres du point frontière de Nogales) : “Inventando las fronteras/Inventing the borderlands : como se construye, revisa e interpreta la frontera Mexico-Estadunidense”. Les participants rassemblés là étaient essentiellement des chercheurs nord-américains et mexicains du Colegio de la frontera Norte (COLEF) et de l’Université d’Arizona (politologues, démographes, sociologues, médecins, juristes, architectes, urbanistes, etc.).

7Jorge Bustamante. Directeur du COLEF, avait insisté lors de l’ouverture de ce colloque sur la nécessité de démythifier cette frontière, en en soulignant la perméabilité dans les deux sens, pour des raisons qui ne se limitent pas toujours à des circonstances économiques. L’image qu’il avait retenue pour illustrer les idées fausses que l’on a pu en avoir était bien traduite selon lui par la représentation de certaines cartes de géographie nord-américaine qui représentent par un blanc éloquent le Sud de la frontière en question, c’est à dire tout simplement le Mexique, la 13e puissance économique mondiale. Toujours selon J. Bustamante. l’une des réalités à ne pas perdre de vue est l’intensité inégalée ailleurs dans le monde des passages de population (qu’ils soient Nord/Sud, ou Sud/Nord), le long de ces quelques 3 000 km de frontière : soit plus de 200 millions enregistrés en 1992, pratiquement l’équivalent de la population des États-Unis.

8J’ai donc choisi pour ce colloque de me limiter à examiner quelques-uns des aspects liés au contrôle de cette frontière. Et pour analyser cette réalité à laquelle sont confrontés quotidiennement ses riverains, j’ai essayé de combiner plusieurs approches : connaissance du terrain depuis une dizaine d’années, entretien semi-directif avec un chef de la Patrouille Frontalière, échanges moins formels avec des témoins impliqués dans le passage de la frontière, lecture de la presse nord-américaine anglophone et hispanophone, et même mexicaine. J’ai aussi délibérément concentré mon attention sur des points et lieux de cette frontière, moins rebattus que la réduction habituelle à Tijuana/San Diego, Ciudad Juarez/El Paso. Mes pas m’ont ainsi amenée à Ambos Nogales (Sud de l’Arizona) ou la transgression de la frontière est terrestre et à Nuevo Laredo/Laredo ou la transgression est fluviale. En dépit des particularités et spécifités propres aux villes en question, au delà des divergences ponctuelles et locales, on retrouve néanmoins des problèmes comparables à ceux des autres points de passage.

9Bien sur, cette frontière, comme toutes les autres au monde, est d’abord une division entre politique entre deux pays. J’ai retenu essentiellement ici l’idée d’une zone qui, plus qu’autre part peut-être, est devenue une entité originale, en raison d’une histoire sociale particulière, en raison aussi des activités industrielles qui s’y sont développées, tout ceci découlant en outre à la fois de l’expansionnisme américain et du déséquilibre économique avec “el Coloso del Norte”. J’ai donc privilégié dans mon travail, d’une part la transgression de cette ligne de démarcation, repère à la fois réel et artificiel qui sert de frontière internationale entre le Mexique et les États-Unis, et d’autre part la façon dont les États-Unis s’évertuent officiellement à essayer de contrôler à grands renforts de moyens militaires ce que d’ores et déjà les media nord-américains eux-mêmes comparent à une passoire.

10Mes réflexions s’organisent ainsi autour de deux axes : quelles sont les missions de la “Border Patrol” et comment ont-elles évolué depuis la fin des années 90 ? Quelles sont les causes et conséquences et les solutions à la mentalité d’état de siège qui règne à la frontière Mexique/États-Unis ?

11Je vais d’abord tenter de dégager l’essentiel d’un entretien avec le Border patrol Superviser David S. qui a eu lieu en Août 1990. A l’époque, un séjour en tant qu’enseignante à l’Université de Laredo (Texas), sur le Rio Grande, m’avait sensibilisée à l’omniprésence policière. En effet, le Campus de l’Université situé en bordure du fleuve était en permanence inspecté, de jour comme de nuit et à tour de rôle, par les vigiles du Campus, par la police de Laredo et par les patrouilles de la Border Patrol (et ce, à pied, à cheval, et en voiture...).

12L’entretien (en anglais) avait duré environ une heure et demie et avait porté essentiellement sur les missions de la Border Patrol (appelée “Migra” par les mexicains et chicanos), sur les techniques employées pour contrôler la frontière, et avait également débordé tout naturellement sur d’autres thèmes : les uns directement liés à la situation particulière géographique, historique et sociale de Laredo ; les autres ayant trait à la perception par un “Anglo” de l’immigration mexicaine aux États-Unis. Derrière les faits énoncés avec conscience professionnelle et conviction par mon interlocuteur, il y avait avant tout un discours précis, modéré, soucieux de l’importance de l’image que lui et ses hommes donnent de la Border Patrol. Néanmoins, ce même discours sous-tendait à l’insu de celui qui le prononçait une vision Anglo du phénomène migratoire : d’une part, une vision protectionniste, conservatrice qui transparaissait malgré une distanciation et une analyse certaines ; d’autre part, un mépris inconscient ou inavoué de ce pauvre mexicain inculte, analphabète, inadaptable à la société nord-américaine, victime en outre de ses féroces congénères, les mexicains-américains “coyotes”, et autres passeurs ou trafiquants de drogue.

13La Border Patrol est une organisation relativement peu importante qui comptait à l’époque de l’entretien environ 5 000 agents dans tous les États-Unis. Son rôle est de couvrir les trois côtes, soit le Pacifique, l’Atlantique et le Golfe du Mexique ainsi que les 3 000 miles de la frontière canadienne et les 2 000 miles de la frontière mexicaine. Certains agents sont également en poste outremer. Au total donc, moins d’agents que la moindre des polices des grandes métropoles (New York, Los Angeles, Chicago).

14Sa mission initiale et fondamentale est de faire respecter la loi, en recherchant et en arrêtant les “indocumented aliens”. Il s’agit avant tout d’un rôle de surveillance, de contrôle, de détection de la présence illégale d’individus sur le territoire, et accessoirement de la protection contre la contrebande (cette dernière étant d’ailleurs partagée avec d’autres institutions). Les techniques et les moyens employés pour ce faire sont les plus divers, et relèvent parfois du signe de piste et de la poursuite du chat et de la souris. Une fois repérés le ou les individus en situation de franchissement illégal de la frontière, la tâche du Border Patrol Agent est de les suivre et de les appréhender. Le territoire de juridiction de la B.P. s’étend à 25 miles, à vol d’oiseau, au Nord de la frontière (et plus parfois, puisque la B.P a le droit d’intervenir dans des lieux aussi éloignés que Los Angeles ou Albuquerque). Chaque station frontalière exerce son contrôle sur une longueur variable. En l’occurrence, pour Laredo cette couverture s’étend à environ 200 miles de fleuve, de part et d’autre de l’agglomération. Il faut savoir que le Rio Bravo del Norte (Rio Grande pour les États-Unis) y est très peu profond et selon la saison il est possible de le passer à pied.

15D’autres tâches concrètes incombent aussi à la “Migra”, telles que l’interception de faux-documents, les instructions en vue de poursuites judiciaires, les saisies de véhicules, les recherches de travailleurs clandestins dans les entreprises locales, etc. Une fois arrêté l’individu mexicain ou latino-américain ou autre (car on a répertorié jusqu’à 80 nationalités différentes impliquées dans le passage illégal de cette frontière...), plusieurs possibilités se présentent : s’il s’agit d’une première arrestation et d’un individu dépourvu d’antécédents criminels, il est tout simplement renvoyé au Mexique sur sa demande ; il peut aussi choisir d’être déporté (ce qui est un processus judiciaire beaucoup plus lent). Il peut aussi demander l’asile politique. S’il s’agit d’un récidiviste, il sera emprisonné et traîné enjustice.

  • 1 Informations recucillies auprès du Border Patrol Superviser David S., à Laredo (Texas), en Août 19 (...)

16Le Border Patrol Superviser interviewé s’était efforcé lors de l’entretien de donner une image non-violente, pacifique de ses agents, tout en reconnaissant qu’il pouvait parfois y avoir des “bavures” et il avait, de surcroît, souligné la vanité des efforts de contrôle de la frontière (certains clandestins étant parfois arrêtés trois fois au cours de la même nuit). Il avait également signalé le fait que ses hommes participaient involontairement à des saisies de drogue de plus en plus fréquentes et avait attiré mon attention sur la technique qui consiste à utiliser des “mineurs” comme passeurs ou contrebandiers (puisqu’ils ne tombent pas sous le coup de la loi en raison de leur âge)1.

  • 2 Tous les détails cités concernant la “militarisation” de la zone frontalière émanent du Départemen (...)

17Que s’est-il passé depuis lors ? En 1987, l’Immigration Reform Control Act (IRCA) et la loi d’amnistie pour les clandestins en mesure de prouver qu’ils résidaient depuis plus de 5 ans aux États-Unis provoqua à la fois un redoublement du nombre de documents falsifiés ainsi qu’ un nouvel afflux de clandestins en provenance du Mexique. La parade du Gouvernement Fédéral face à cette situation a été immédiate et très simple : avant même la fin des année 80, le budget de l’Immigration National Service avait été multiplié par trois, atteignant 859 millions de dollars. Simultanément, celui de la Border Patrol passait de 75 à 235 millions de dollars, également multiplié par trois. 80 % des 5 000 membres et officiers de la Border Patrol sont maintenant stationnés sur la frontière Mexique/États-Unis2. Pendant le mandat de Bush, on a assiste à une intensification de la présence de la National Guard, à la mobilisation croissante de militaires de carrière sur la frontière, à l’instauration de manœuvres conjointes armée/Marines, et en 1992 (année fiscale), un milliard 200 millions de dollars ont été dépensés par le Department of Defense pour cette frontière. Les militaires n’ont bien sur pas le droit d’inspecter les individus, ni de faire des saisies, ni d’intercepter véhicules ou avions, ni d’appréhender les clandestins, ni de les menacer, été. Mais, ils sont armes et ont le droit d’utiliser leurs armes en cas de légitime défense. L’armée a aussi pour rôle de former la Border Patrol à l’utilisation de nouveaux équipements, dont certains ont été utilisés soit au Vietnam, soit pendant la Guerre du Golfe. Parallèlement aussi, les Douanes et la Drug Enforcement Agency (D.E.A) ont vu s’accroître leurs effectifs. Matériellement. ont été entrepris le creusement de fossés défigurant les sites ainsi que l’érection de barrières métalliques destinées à contenir le flux migratoire (c’est le cas, en particulier, à Tijuana et à Nogales). En outre, des équipements très sophistiqués de surveillance ont été mis en place (dont six dirigeables qui couvrent la frontière des Barbades à San Diego).

18Tout ces efforts très onéreux sont justifiés en haut lieu par la Campagne Anti-Drogue. Il ne s’agit là que de quelques exemples de ce que l’on pourrait appeler la “militarisation” de la frontière Mexique/États-Unis. On sent bien qu’il s’est opéré un glissement et une confusion des missions de la Border Patrol dans les tâches qui lui incombaient initialement, entre le contrôle des clandestins (qui relève essentiellement d’un problème de main d’œuvre) et le contrôle de la contrebande et des filières de la drogue.

19Quelles sont les raisons d’une telle évolution génératrice de tensions entre les deux pays ? Les causes de ce renforcement des moyens et équipements militaires mis à la disposition des différentes entités qui ont la responsabilité de la surveillance de la frontière sont multiples. L’explosion démographique spectaculaire et objective des deux côtés de la ligne frontière en est une. L’aggravation de la contrebande, qu’il s’agisse de marchandises, de drogue, ou tout simplement d’hommes, en est une autre. La montée de la criminalité, du simple pick-pocket au racket organisé, la multiplication des agissements de tous ordres entre mexicains eux-mêmes vient en outre compliquer le tableau. Et à cela vient s’ajouter la migration croissante en provenance d’Amérique Centrale depuis les années 80, les guerres internes et les interventions des États-Unis. Cette dernière a eu un effet direct sur la migration des populations vers le Nord, contraignant les États-Unis à construire un centre de déténtion qui abrite environ 2 500 réfugiés politiques au Sud du Texas, dans l’attente de voir traitées leurs demandes d’asile politique.

20C’est essentiellement la National Drug Control Strategy annoncée par Bush en septembre 1989 qui décrivait la frontière du Sud Ouest comme une aire de vulnérabilité et recommandait le renforcement de la Border Patrol qui a accéléré le processus. La campagne Anti-Drogue a donc changé les missions de la Border Patrol, qui est devenu Facteur numéro un de la lutte contre la drogue, puisqu’en tout État de cause, les clandestins et les narcotrafiquants empruntent les mêmes chemins et les mêmes voies d’infiltration. Par ailleurs, les membres des forces armées se trouvent de plus en plus impliqués dans cette lutte, du fait de la diminution de la présence militaire des États-Unis à l’extérieur.

21Les conséquences de cette évolution sont préoccupantes. Outre le fait que les dépenses engagées alourdissent l’impôt du contribuable nord-américain, la surveillance policière et “militarisée” de la frontière entraîne surtout une aggravation de l’atmosphère de violence dans ses parages. Et ce, paradoxalement, à un moment ou Fon observe une ouverture réelle des relations entre le Mexique et les États-Unis, empreintes de courtoisie et de désir de coopération.

  • 3 Témoignage apporté lors du Colloque “Inventando las Fronteras...” (Tucson, 28 avril 1993) par le c (...)

22Plus inquiétantes encore sont les cas d’atteinte à l’intégrité physique des individus régulièrement déclarés et dénoncés. Nombreux sont les exemples de sévices corporels, les brutalités, passages à tabac dont font État les consulats du Mexique locaux3.

  • 4 Lire à ce sujet l’article de Roberto Rodriguez et Patricia Gonzalez dans le Journal La Opinion, de (...)

23Plusieurs associations dont l’American Friends Services Committee (AFSC), base à Houston, rassemblent les plaintes en la matière. Elles ont récemment déposé des pétitions devant la Commission Interaméricaine de Droits de l’Homme de la O.E.A. (Organizacion de Estados Américanos). Le but recherché est que celle-ci considère les abus perpétrés à la frontière par les différentes forces de l’ordre stationnées à la frontière “comme une violation de la charte des droits de l’homme de la O.E.A et de l’O.N.U4.

24L’argument principal et officiel des États-Unis pour justifier cette politique agressive et intensive de protection de leur frontière Sud est qu’il y existe une violence directement liée à la fois au trafic de la drogue et au passage des “indocumentados”, établissant par la même un amalgame des deux phénomènes. Il est, par conséquent, aisé d’en déduire que les agents de la Border Patrol sont les victimes de ce climat de violence frontalier, et non plus la cause de cette violence, comme on l’affirme du côte mexicain. C’est cette absence de consensus sur les causes et les conséquences de la surveillance militaro-policière qui constitue le plus grand obstacle à une concertation politique entre les deux pays sur ce sujet. Un accord qui permettrait d’aller plus loin qu’un simple désir d’éviter les abus et affrontements ponctuels et plus loin aussi que de simples actions concertées entre les polices locales.

25Les États-Unis, en refusant de voir le passage clandestin de la frontière, essentiellement comme un problème de main d’œuvre, le limitent à une transgression de la loi du voisin et déplacent le problème, faisant fi des implications économiques profondément liées à la chose.

26En avril 1993, le Mexique (selon le Consul de Tucson, Enrique Castresana) soulignait l’incompréhension qui règne entre les deux pays à ce propos, ainsi que l’existence de mesures unilatérales inefficaces et même “contraproducentes”. Les quelques essais de dialogue sur la question de l’émigration ont consisté de la part des États-Unis à exiger du Mexique un contrôle en contradiction avec les lois mexicaines : il est en particulier impensable de faire intervenir la police mexicaine pour s’opposer à l’émigration i1légale aux États-Unis, puisque la Constitution Mexicaine autorise le passage par son territoire national d’étrangers. Ce que semblerait souhaiter les mexicains, c’est une plus grande concertation sur la guerre anti-drogue ; ce qui impliquerait aussi une stratégie visant à endiguer la contrebande de drogue au Mexique même, et la mise en place de réseaux binationaux responsables du contrôle du narcotrafic ? Coopération bilatérale qui, en l’état actuel des choses, paraît politiquement difficile.

27Passant sous silence les aspects économiques des flux migratoires liés à la disparité des niveaux de vie ainsi que la nécessité de se continuer à se procurer, entre autres, une main d’œuvre docile qui leur permet de produire biens et services à de moindres frais... les États-Unis n’auraient-ils pas réussi à provoquer dans l’opinion publique du pays une assimilation simpliste et une confusion dramatique pour les mexicains, selon laquelle tout indocumentado serait un narcotrafiquant ? Et ne serait-ce pas alors la porte ouverte à une avalisation et à une banalisation de tous les agisssements et de toutes les violences possibles, en transformant le mexicain en bouc émissaire responsable de bien des maux économiques et criminels actuels des États-Unis ?

Notes

1 Informations recucillies auprès du Border Patrol Superviser David S., à Laredo (Texas), en Août 1990.

2 Tous les détails cités concernant la “militarisation” de la zone frontalière émanent du Département de Political Science de l’Université d’Arizona à Tucson, et en particulier d’Edward Williams et Irasema Coronado.

3 Témoignage apporté lors du Colloque “Inventando las Fronteras...” (Tucson, 28 avril 1993) par le consul de México à Tucson, Luis Enrique Castresana.

4 Lire à ce sujet l’article de Roberto Rodriguez et Patricia Gonzalez dans le Journal La Opinion, de Los Angeles, le 19 mai 1993.

Auteur

Maître de Conférences à l’Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable