Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

II - Les changements socio-démographiques

Les sources de données pour une étude “régionale” de la fécondité dans le Nord frontalier du Mexique

Carole Brugeilles

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie Maria Eugenia Cosio Zavala pour les remarques apportées à la première version de (...)

1Note portant sur l’auteur1

2Depuis 20 ans, les études sur la fécondité mexicaine ont été très nombreuses. Presque toutes les recherches considèrent le pays dans son ensemble ou s’intéressent à des sous-groupes de populations définis par une ou plusieurs caractéristiques socio-économiques : le statut matrimonial, l’activité... A l’exception des recherches qui mettent en évidence les différences de comportement entre le milieu urbain et le milieu rural, les études dont l’unité de référence est un espace tel que la région, l’état, la commune ou un ensemble spatial délimité par un chercheur sont peu développées. Or, la théorie de la transition démographique associe la baisse de la fécondité au développement social et économique et au contexte culturel. L’hypothèse peut être émise de l’existence d’une évolution et de comportements spécifiques quant à la fécondité dans des espaces aux caractéristiques propres.

3Si les études démographiques “régionales” sont rares au Mexique, elles ne sont pas inexistantes, et c’est le Nord du pays qui, le plus souvent, est pris en compte. En effet, l’hypothèse que les comportements sont singuliers dans la population qui jouxte les États-Unis est largement répandue. Les espaces les plus septentrionaux sont fréquemment considérés comme une zone à part, mal intégrée à l’espace national, mais dont on a du mal à définir le contour et l’identité. Leur originalité imputable en partie à la distance qui les sépare du centre du pays et à la présence de la frontière s’exprime par une croissance rapide et par une dynamique et un type de peuplement particulier dû à la migration et à l’urbanisation. De nombreuses caractéristiques de la population sont marquées par le contexte économique, social et culturel lié aux échanges avec les États-Unis. La pluralité de cette identité est généralement admise. La proximité et les relations avec les États-Unis ne s’expriment pas de la même façon le long des 3000 kilomètres et dans les différents domaines de la vie économique et sociale.

4Afin d’étudier la fécondité dans le Nord du Mexique nous voulons savoir si les niveaux de fécondité et les comportements liés à la reproduction (calendrier des naissances, usage de méthodes contraceptives...) dans le Nord du Mexique se distinguent de ceux des autres espaces mexicains et s’ils présentent une certaine homogénéité ou si plusieurs espaces se dessinent. Puis, au sein de cet espace ou de l’un des espaces frontaliers, nous souhaitons étudier les comportements de différents sous-groupes (selon l’origine des femmes, leur itinéraire migratoire, leur relation avec les États-Unis,...) afin de tenter de comprendre la spécificité de la zone.

5Pour réaliser cette étude, différentes sources de données sont disponibles. Elles peuvent être séparées en deux grands types. Les premières sont nationales. Elles existent à différentes échelles, pour l’ensemble du territoire mexicain. Les secondes sont locales. Nous présentons ici, à partir d’un travail documentaire et bibliographique, un panorama des sources disponibles, les possibilités offertes par chacune et leurs limites.

LES SOURCES NATIONALES

6Quatre sources de données ont une couverture nationale tout en présentant des données désagrégées pour des sous divisions spatiales : le recensement, l’état civil, les statistiques du ministère de la santé et les grandes enquêtes de fécondité. Elles fournissent des informations différentes qui se complètent et constituent un potentiel très important. Malheureusement, il est en grande partie gâché par la mauvaise qualité de certaines d’entre elles. Mauvaise qualité connue au plan national mais qui s’aggrave lors d’une étude régionale. De plus, des limites méthodologiques propres à leur utilisation pour des sous divisions spatiales apparaissent.

Les recensements

7Souvent critiqué par les démographes mexicains pour ses lacunes et ses défauts structurels, le recensement est pourtant la source de données la plus appropriée pour étudier et comparer les niveaux de fécondité à une échelle fine. C’est en effet la plus exhaustive y compris au plus bas échelon des divisions administratives, le municipe. Jugé convenable dans sa globalité par les experts des Nations Unies, le recensement est rarement évalué à l’échelle des divisions administratives en raison du manque de données comparables. Cependant, même au niveau général, il n’échappe pas aux distorsions classiques de cette source d’information. Elles ont deux origines différentes : la conception et l’organisation de l’opération et la confrontation avec la réalité du terrain.

8L’histoire de la collecte d’information concernant la fécondité au moyen du recensement débute en 1921. Le caractère rétrospectif des questions explique l’omission de certaines naissances surtout chez les femmes en fin de vie féconde dont des enfants sont morts en bas âges. La formulation des questions, les confusions notamment entre les morts nés et les enfants nés vivants qui décèdent ensuite puis dans des étapes ultérieures la codification et le “nettoyage” des données sont des facteurs d’erreurs auxquels les responsables du recensement ont tenté de remédier. Malheureusement les données antérieures à 1960 ne sont pas utilisables pour des raisons diverses telles que l’exclusion d’une large frange de la population (1921, exclusion des célibataires), l’absence de collecte sur ce thème (1930), la non publication des résultats (1940), l’exploitation partielle des données, la publication de tableaux avec des chiffres arrondis (1950. Escobeda, Ramirez, 1986)

9À partir de 1960, la population considérée est celle des femmes de 12 ans et plus. Par contre, le souci d’améliorer la collecte a amené les responsables à changer la formulation des questions et leur place dans l’ensemble du questionnaire (voir annexe 1). La recherche de l’exactitude s’est parfois faite au détriment de la clarté dans le libellé des questions, notamment en 1980. A cette date, au niveau national, 9,37 % des femmes recensées n’ont pas déclaré combien elles avaient eu d’enfants. Cette proportion varie selon les régions et les groupes d’âges. Ainsi est-elle de 24,69 % pour les 20-24 ans. Le questionnaire de 1990 est plus concis et clair mais son efficacité n’a pas encore été évaluée.

10Dans les faits, il n’est pas certain que la qualité des données se soit beaucoup améliorée au cours du temps. Les apports théoriques et méthodologiques ne compensent pas toujours les erreurs engendrées par les difficultés du terrain. Ainsi, le recensement de 1980 compte parmi les plus mauvais. Conçu et organisé au niveau national, le recensement est effectué sous la responsabilité de l’INEGI ou des institutions qui l’ont précédé dans toutes les communes au même moment dans des conditions théoriquement identiques : même questionnaire, même formation des enquêteurs... Mais le caractère exhaustif de l’opération peut être très variable suivant les terrains. Les difficultés semblent grandes dans certains milieux urbains en expansion rapide et anarchique. De plus, le manque de motivation des agents recenseurs surtout à l’occasion des deux dernières opérations en 1980 et 1990 a pu gêner (Corona 1992). Lors de la collecte, la qualité des données relatives à la fécondité peut être affectée également. En effet, ce n’est pas toujours la femme concernée qui répond. Cela peut être un autre membre du ménage, ce qui augmente encore les risques d’erreur.

11Néanmoins malgré les problèmes de qualité, depuis 1960 les recensements sont les sources incontournables d’une étude régionale de la fécondité. Ils indiquent directement ou donnent les éléments pour calculer :

  • Le nombre moyen d’enfants nés vivants par femme (descendance à l’âge x).
  • Le nombre moyen d’enfants survivants par femme.
  • Des taux de fécondité par âge calculés à partir de méthodes indirectes.
  • Les probabilités d’agrandissement.
  • Les descendances finales.

12Seuls les taux rendent possible l’étude de la fécondité du moment. Or les taux de fécondité, calculés nécessairement au moyen de méthodes indirectes, sont les indices les moins intéressants au niveau des municipes et des états. En effet, ils sont souvent assujettis à des hypothèses de populations stables et fermées ce qui est en contradiction totale avec la réalité de la frontière. Tous les autres indices sont des mesures d’une fécondité cumulée qui permettent donc plus une étude longitudinale que transversale. Dans un contexte de forte migration la fécondité étudiée n’est pas celle de l’état ou du municipe considéré ni celle des natives mais celle des femmes présentes au moment du recensement quel que soit leur itinéraire passé. Cependant, quoique imparfait, le nombre moyen d’enfants par femmes permet de réaliser une comparaison spatiale synchronique des étapes de la transition démographique de la fécondité et s’approche ainsi de l’analyse transversale. Le dessin des espaces de la fécondité au Nord du Mexique a ainsi pu être révélé de 1970 à 1990. (Delaunay, Brugeilles 1992). Il témoigne de forts contrastes au sein des onze états les plus au Nord du pays. Des espaces réticulaires de niveaux de fécondité plus faibles sont remarquables à l’ouest en Basse Californie puis le long d’un couloir qui relie Nogales à Mazatlán, au centre sur un axe Ciudad Juarez/Chihuahua et à l’Est dans un triangle Nuevo Laredo/Monterrey/Matamoros.

L’état civil

13L’état civil est la source d’information la plus classique pour l’étude des niveaux de fécondité. Comme le recensement, il propose des données à trois échelles, le municipe, l’État, le pays et présente en principe un caractère exhaustif. En théorie beaucoup plus riche que lui en variables socio-démographiques, son utilisation est malheureusement encore plus limitée pour une étude régionale.

14Déclarer une naissance est une obligation. Lors de l’enregistrement de nombreuses informations relatives à l’identité mais aussi aux caractéristiques socio-démographiques de l’enfant et de ses ascendants sont relevées (Annexe n° 2-A). En pratique, très peu de ces données sont disponibles et leur qualité est très contestée. Le manque d’intérêt des gouvernements a généré un manque de moyens et une instabilité dans l’organisation de la centralisation, du traitement et de la publication des données. Même si des publications existent (Direccion general de estadística) les données antérieures à 1982 sont difficiles d’accès. Au début des années 80 le gouvernement exprime la volonté de renforcer la qualité de l’état civil pour différentes raisons dont la création d’une carte d’identité nationale. Malheureusement, vers la fin des années 80, les autorités semblent se désintéresser de nouveau de l’état civil et les crédits manquent. Les données de certains états ne sont pas encore publiées pour la période 1982-1989 et aucune publication n’est parue pour la période 1990-1993. En 1992, le service responsable était en pleine restructuration et n’était pas assuré de son avenir.

15A la base, le problème le plus important est l’omission. À l’échelle nationale les omissions ont été estimées à partir d’enquêtes. Elles représentent, selon l’âge de la mère et l’année, entre 4 % et 32 % des naissances (Cosio, Juarez, Quilodran, 1989). L’enregistrement tardif des naissances constitue la seconde grande entrave à l’utilisation de l’état civil. En 1950, 7,5 % des naissances enregistrées une année correspondait à des personnes âgées de plus de un an. En 1983, cette proportion s’élève à 24,72 %, en 1988 elle redevient inférieure à 20 %, ce qui n’était pas arrivée depuis 1972 (Figueroa, 1986). L’auteur n’a jamais présenté ces données au niveau des états. Par contre, une étude des enregistrements tardifs selon le sexe lui a permis de mettre en doute la qualité dans de nombreuses entités fédérales. Beatriz Figueroa a calculé la proportion de femmes parmi les enregistrements effectués pour des enfants de moins de un an et parmi les personnes enregistrées après leur premier anniversaire de 1964 à 1981. Si la déclaration des naissances était correcte, la proportion de femmes devrait être comprise entre 48,08 % et 49,26 % or le pourcentage dans un certain nombre d’états se trouve au-delà ou en-deçà de cet intervalle. Comme il n’y a pas de compensation entre la proportion avant et après un an et que la mortalité infantile ne suffit pas à expliquer les anomalies, l’auteur conclut que le problème se situe au niveau de la collecte. Les états du Nord ne se singularisent pas par un comportement particulier mais présente incontestablement des sources d’erreurs (voir tableau).

POURCENTAGE D’INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE MOINS DE UN AN

POURCENTAGE D’INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE MOINS DE UN AN

POURCENTAGE D'INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE PLUS DE UN AN

POURCENTAGE D'INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE PLUS DE UN AN

16Les inexactitudes dans la déclaration des renseignements socio-démographiques et, notamment l’âge de la mère, entachent la fiabilité des informations. Les inexactitudes sont encore plus importantes quand il s’agit d’enregistrement tardif. Dans ce cas par exemple, il arrive que ce soit l’âge de la mère au moment de l’enregistrement et non au moment de la naissance qui soit noté. Une étude à l’échelle des états a été faite sur la variable “lieu d’accouchement” (Figueroa, 1991 ). Elle peut servir de test à la qualité de la saisie de ce type de données. En 1989 13,35 % des bulletins ont répondu à la question mais les différences entre états sont très importantes. Dans les états frontaliers la proportion de non-réponses est inférieure à 7 % sauf au Tamaulipas (95 % de non-réponses). Nous pouvons donc supposer une relativement bonne saisie des variables socio-démographiques pour les états frontaliers. Aucune évaluation n’est faite à l’échelle des municipes.

17Si la disponibilité des données et leur qualité sont des obstacles à l’utilisation de l’état civil de nombreux problèmes méthodologiques la complique encore. De 1982 à 1989, les publications mettent à la disposition du public des données brutes et des indices démographiques pour presque tous les états (Annexe n° 2-B).

18Le problème général de l’utilisation des données brutes est bien sur celui de la mauvaise déclaration et de l’enregistrement tardif des naissances.(à l’échelle nationale, l’on dispose d’une méthode qui permet d’estimer le nombre de ces naissances). Mais au niveau des états et a fortiori des communes se pose un autre problème. Les données sont présentées soit par lieu de résidence de la mère au moment de la déclaration soit par lieu de déclaration de la naissance indépendamment du lieu de résidence de la mère et jamais selon le lieu de naissance de l’enfant. Dans les deux cas, en raison des migrations, on ne sait pas à quelles femmes rattacher les naissances. Les sources d’erreurs sont donc encore plus importantes que lors de l’utilisation du recensement.

19Les indices proposés dans les publications sont peu satisfaisants. En effet, ils sont calculés sur la base de toutes les naissances enregistrées, une année donnée, sans tenir compte de l’année de naissance. Pour être valable, l’hypothèse d’une compensation entre les naissances non enregistrées de l’année considérée et l’enregistrement tardif des années précédentes devrait être vérifiée. Or, cela suppose soit une stabilité du nombre de naissances de l’année non déclarée et des déclarations tardives soit une évolution parallèle des deux. Ces conditions sont peu susceptibles d’être remplies.

20A l’heure actuelle, il semble donc plus raisonnable d’utiliser seulement quelques informations socio-démographiques fournies par l’état civil et de ne pas tenter d’estimer les niveaux de fécondité pour les entités fédérales ou les municipales.

Les données du ministère de la Santé

  • 2 “Secretaria de Salubridad y Asistencia”, S.S.A, l’”Instituto Mexicano de Seguro Social”, IMSS, l’” (...)

21La mise en place des programmes de planification familiale dans le cadre de la loi générale de la population (loi ratifiée en janvier 1974 dont les décrets d’application sont parus en avril 1976) a eu un effet stimulateur sur les études démographiques de la fécondité. Le ministère de la santé a été amené à publier des données pour chaque entité fédérale. De 1979 à 1990, en plus d’une compilation d’informations socio-démographiques, ces publications proposent deux types de données propres au ministère et élaborées à partir des activités des principales institutions publiques de santé2 : des données sur les infrastructures, le matériel médical ou pédagogique, le budget et le personnel au service de la planification, des données sur les objectifs et les résultats concernant l’adhésion des femmes au programme de planification familiale (nombre de patientes régulières, de nouvelles patientes et comportements contraceptif de ces deux groupes de femmes. Annexe n° 3).

22Les rapports du ministère de la santé sont à considérer comme une source d’information non négligeable bien qu’ils ne s’intéressent qu’à la population s’adressant aux services publics de santé et au contrôle des naissances. En effet, le ministère ne propose aucune estimation des niveaux de fécondité. En raison de leur nature, des concepts, des conditions et de l’esprit dans lequel elles sont collectées, ces données doivent être utilisées avec quelques réserves. Les doubles comptes ne sont pas exclus. Les informations viennent des différentes institutions sans qu’il existe un croisement nominatif des fichiers de chacune. Croisement impossible à effectuer tant que seul les centres de la SSA sont informatisés. Ce problème est accentué dans les zones de migrations et conduit à une surestimation du nombre des utilisatrices de méthodes contraceptives. Les hôpitaux ou les dispensaires ont pour objectif d’augmenter l’effectif de leurs patientes et de prescrire une contraception à toutes les femmes en état de procréer. En cas de refus de la femme, les responsables encouragent la prescription de la pilule. Les centres de santé peuvent alors afficher une couverture de quasi 100 % qui satisfait tout le monde mais ne correspond pas à la réalité. Ainsi, par exemple, l’hôpital général de l’IMSS à Tijuana assurait une couverture de 99,20 % en 1991 et de 99,58 % pour les six derniers mois de 1992 ; respectivement 27,57 % et 37,95 % des femmes utilisaient des contraceptifs oraux (données non publiées obtenues auprès du service statistique de l’IMSS). Au sein de la population des patientes, la proportion des utilisatrices de moyen de contraception est donc aussi surestimée.

23La non-informatisation de la majorité des services statistiques dans les centres de santé réduit considérablement les possibilités d’utilisation des fiches médicales des patientes qui sont assez complètes. Elle introduit des inégalités dans les potentiels de production statistique des différentes institutions. Ainsi si la SSA fournit les données les plus complètes, celles de l’ISSSTE, certaines années, ne sont pas prises en compte dans les tableaux de base. De plus, le visiteur ne peut que s’étonner des conditions artisanales de la production des statistiques au sein des centres de santé, preuve du peu d’intérêt qu’on leur porte. L’on peut donc douter de la qualité des données dont la collecte est souvent vécue — et de fait est — comme un contrôle des activités par les autorités externes.

Les enquêtes de fécondité

24Les enquêtes permettant l’étude de la fécondité sont nombreuses au Mexique. Certaines sont très localisées telle que l’enquête de la ville de Mexico en 1964 ou les enquêtes sur la fécondité en milieu rural, mais la plupart prennent en compte l’ensemble du territoire ainsi nous disposons de :

  • l’enquête mexicaine de fécondité du programme de l’enquête mondiale de fécondité 1976-77 (EMF)
  • l’enquête nationale de prévalence dans l’utilisation des méthodes de contraception 1978 (EMP, 1978)
  • l’enquête nationale de prévalence dans l’utilisation des méthodes de contraception 1979 (EMP, 1979). L’échantillon de cette enquête a été augmenté dans la zone frontière afin de la rendre représentative (dans les 6 états frontaliers et dans 8 municipes limitrophes “témoins”), quelques questions spécifiques ont été ajoutées et des résultats pour la zone ont été publiés (Instituto Mexicano del Seguro Social, 1981)
  • l’enquête nationale démographique 1982 (END)
  • l’enquête nationale de la fécondité et de la santé 1987 (ENFES).

25Les enquêtes sont les sources les mieux adaptées, les plus complètes et les plus fiables pour étudier la fécondité au niveau national (Cosio, Juarez, Quilodran, 1989). L’EMF, L’END et l’ENFES sont les plus utilisées. Les enquêtes de prévalence ne proposent pas d’histoires génésiques, ce qui a réduit les possibilités de leur utilisation. Il n’existe, à notre connaissance, aucune étude sur la qualité des enquêtes au niveau des ensembles régionaux.

26Lors d’une étude régionale, le découpage du pays en grands ensembles, regroupant plusieurs états, impose l’échelle. Les ensembles régionaux de l’EMF et de l’END sont identiques (CONAPO, 1985). Les états frontaliers sont répartis entre trois zones : le Noroeste constitué de la Basse Californie, de la Basse Californie Sud, du Sinaloa, du Sonora, du Nayarit, le Norte qui comprend les états de Chihuahua, Coahuila, Durango, Zacatecas, San Luis Potosi, Aguascalientes et le Noreste, Nuevo Leon, Tamaulipas. Pour l’ENFES, (Secretaria de Salud, 1989) les états du Nord sont répartis en seulement deux groupes : la zone 1 qui correspond au Noroeste et Norte de l’EMF auquel il faut soustraire le Coahuila et la zone 2 qui correspond au Noreste et au Coahuila.

27Différentes d’une enquête à l’autre, les régions proposées sont difficilement comparables. Mais la limite à leur utilisation est surtout leur extension spatiale et leur hétérogénéité interne. Elles englobent, en effet, des espaces aux caractéristiques socio-économiques différentes tels que des villes et des campagnes, des zones littorales et des montagnes, des zones d’émigration et des zones d’immigration, des états et des municipes dont on sait, grâce au recensement, que les niveaux de fécondité sont très divers. Les particularités sont nivelées. Leur utilisation paraît donc incompatible avec les objectifs d’une étude régionale.

28Aucune des sources de données n’est idéale. Une étude régionale ne peut être envisagée que par l’association et la confrontation des sources existantes. Malheureusement, quelques-unes doivent être écartées. Grâce à la cartographie des espaces de la fécondité effectuée à partir de recensement, nous pouvons affirmer qu’il n’y a pas une fécondité caractéristique de tout le Nord du pays. Un choix devait donc être fait quant à l’espace retenu pour une étude plus approfondie. La Basse Californie, état où les traits attribués à la frontière sont exacerbés, a retenu notre attention. C’est, en effet, l’entité qui enregistre la croissance la plus importante, le nombre de migrations le plus élevé et où le contraste avec les États-Unis est des plus saisissants ; le contact se fait avec l’état le plus riche de ce pays, la Californie. Ce choix est également influencé par l’existence de sources de données plus abondantes pour cet état.

LES SOURCES SPÉCIFIQUES AU NORD DU MEXIQUE

29Les sources spécifiques au Nord du Mexique se présentent à différentes échelles : un état dans le cas de l’enquête démographique de Basse Californie, plusieurs villes dans celui de l’”Encuesta Socioeconómica Anual de la Frontera” ou de l’”Encuesta Nacional de Migración en Areas Urbanas”, une ville ou un secteur particulier de cette ville pour l’enquête de l’hôpital de l’IMSS à Tijuana et les entretiens approfondis. Elles sont de deux types, quantitatives et qualitatives. Tout comme les sources nationales, leur utilisation est restreinte par des limites. Cependant, leur qualité est meilleure et elles permettent d’essayer de dégager et de comprendre les spécificités de la région au-delà de la mesure des niveaux.

L’enquête démographique de Basse Californie de 1986

  • 3 Projet commun à L’”Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Autónoma de Baja Califo (...)

30L’enquête démographique de Basse Californie de 1986 s’inscrit dans un projet de recherche intitulé “Processus démographiques en Basse Californie”3. L’enquête constitue un volet de ce programme dont l’objectif est de disposer de données démographiques quantitatives à l’échelle de l’état, des quatre municipes (Mexicali, Tijuana, Ensenada, Tecate) en pouvant faire la distinction, pour chacune, entre les zones urbaines et rurales (définition du recensement de 1980) et d’identifier les tendances et les comportements nouveaux en matière de fécondité, mortalité et migration ainsi que leurs incidences sur la dynamique démographique globale (Consejo Estatal de Poblacion, Baja California, 1987). Signalons qu’une opération similaire a été effectuée en 1990. Ces données récentes ne sont pas encore disponibles.

31Adaptée aux problématiques de la Basse Californie, cette enquête présente le défaut des opérations “généralistes” ; elle glane des informations sur tout sans rien approfondir à l’exception des migrations. Ainsi les sections “fécondité” et “contraception” du questionnaire sont relativement sommaires. Elles permettent cependant de connaître le niveau de fécondité des différentes générations puisqu’il est demandé aux femmes de 12 ans et plus le nombre de filles puis de garçons nés vivant qu’elles ont eu. Le nombre des survivants est aussi demandé, en distinguant toujours les deux sexes. Quelques éléments éclairent les comportements liés à l’accouchement — le lieu — et à l’allaitement — existence et durée de l’allaitement au sein — à partir du vécu avec le dernier enfant dont on connaît la date de naissance et celle du décès s’il y a lieu. Enfin, les comportements en matière de contraception sont connus par la pratique actuelle d’une contraception, sa nature, la durée de son utilisation et son lieu d’obtention. Il est dommage que pour cette dernière question les modalités de réponses se référent uniquement au type d’institution ou de commerce et non à leur localisation au Mexique ou aux États-Unis. Cela aurait permis de savoir si les Mexicains utilisent des options offertes par la proximité des États-Unis.

32Par contre, la place réservée aux migrations est très importante. Elle capte l’émigration et l’immigration résidentielle, l’émigration et l’immigration temporaire. Deux types de migrations définies par leur mobile, le travail et l’éducation, sont considérées à part. Pour tous les déplacements les mouvements entre le Mexique et les États-Unis sont identifiables. L’enquête s’appuie sur le concept traditionnel de résidence habituelle, ce qui est regrettable dans une zone où des personnes partagent leur vie entre deux pays.

33Le questionnaire recueille les éléments d’une histoire simplifiée des migrations “définitives” (migrations impliquant un changement de résidence habituelle) de chacun des membres du ménage. Les personnes sont interrogées sur leur lieu de naissance, leur lieu de résidence à 12 ans, leur lieu de résidence en 1970 et en 1980, leur lieu de résidence antérieure. L’actuel est connu puisqu’il coïncide avec celui où a lieu l’enquête. Le temps écoulé depuis l’installation dans ce dernier lieu est également demandé. Pour ces différentes étapes, la localité, la commune, l’entité fédérale ou le pays sont indiqués. Le choix des repères est justifié par les auteurs du questionnaire (Conepo, 1987). La connaissance des lieux de naissance et de résidence actuelle permet de faire une première distinction entre la population migrante et une population non migrante habitant en 1986 dans la même localité qu’à sa naissance. Si l’on considère uniquement ces deux points de repère spatiaux temporels, les personnes qui ont migré au cours de leur vie puis sont revenues à leur lieu d’origine sont considérées à tort comme non migrantes. Ainsi, la question sur la résidence antérieure permet de détecter l’existence d’une migration au moins entre les deux repères bornes et de quantifier les migrations de retour. Elle permet également de ranger les migrants par cohortes d’âge ou d’époque d’arrivée. Compte tenu de l’importance accordée dans la littérature aux années de formation, notamment en matière de fécondité, le lieu de résidence à 12 ans, est demandé. Enfin, les lieux de résidence de 1970 et de 1980 ont été retenus dans le souci d’avoir des points de comparaison avec les recensements notamment dans la perspective d’évaluer leur qualité respective. Ce choix parait d’autant plus judicieux que ces débuts de décennie sont de bons repères dans le temps qui garantissent une meilleure qualité aux informations supplémentaires fournies sur l’itinéraire des migrants.

34Des limites apparaissent dans cette grille de collecte basée sur une structure de jalons fixes. En effet, aucune des migrations effectuées entre les repères proposés n’est relevée. Ainsi on ne peut pas connaître le nombre total de déplacements, ni dans le détail l’itinéraire des personnes. A cela s’ajoute une autre limite intervenue dans la collecte proprement dite. Il semble que les personnes aient très mal répondu aux questions sur les localités et les communes. Aucune utilisation n’a pu en être faite et ces variables n’apparaissent pas dans la base de données informatisée. Seule la migration entre les entités fédérale peut donc être mesurée et il n’est pas possible de faire la distinction entre lieux de résidences urbains et ruraux.

35L’enquête procure également des données pour estimer l’émigration “définitive”. Pour capter directement cette émigration, l’enquête demande dans chaque ménage si certaines personnes ont déménagé au cours des 12 mois précédents et, en cas de réponse positive, leur nombre. Pour chacune d’entre elles le nom, la relation de parenté avec le chef de ménage, le sexe, l’âge et le lieu de résidence actuel sont précisés. Une section permet d’identifier et de caractériser les migrations temporaires et les migrants. Six questions cernent l’émigration temporaire de chaque membre du foyer majeur de 12 ans. Elle est définie par l’absence, une nuit ou plus, du domicile. Les périodes de référence choisies sont la semaine précédant l’enquête, du dimanche au samedi, et la nuit avant le passage des enquêteurs. S’il y a eu absence, elle est caractérisée par sa durée, le lieu de visite et le mobile. L’immigration temporaire est appréhendée grâce à des questions sur la présence, pendant les mêmes périodes de référence, de personnes n’étant pas membres habituellement du ménage et sur le nombre de ces visiteurs hébergés. Pour chacun, en distinguant les visites de la semaine de celles la nuit antérieure, un tableau rassemble les informations suivantes : le nom, la relation de parenté avec le chef de ménage, le sexe, l’âge, le motif de sa présence, son lieu habituel de travail ou de recherche d’emploi, la durée de son séjour, le lieu de résidence habituel, l’alphabétisation, l’état civil et pour les personnes présentes, la semaine précédant l’enquête, le nombre de nuits passées dans le foyer enquêté, leur présence la nuit avant l’enquête. L’ensemble de ces informations permet d’appréhender le niveau d’implication des différents membres du ménage, et du ménage dans sa globalité dans une dynamique de migration.

36Peu riche en éléments concernant la fécondité cette enquête présente pourtant plusieurs intérêts. Elle permet la mise en évidence des différences de comportement. Différences entre des sous-groupes de femmes, comme cela a été fait entre les natives et les non natives de l’état grâce à une application du modèle de Bongaart. Pour l’ensemble de la Basse Californie (Estrella, 91) ou pour la ville de Tijuana (Chavez, Hernandez, 90) les conclusions ont été similaires : les natives semblent avoir des comportements “plus modernes” que les migrantes. Cette étude différentielle peut être poursuivie. En comparant les divers sous-ensembles de population (selon le lieu d’origine, la durée de séjour, l’âge d’arrivée,...) ou par l’analyse multidimensionnelle, il est possible de vérifier les principales hypothèses émises sur les liens entre la fécondité et la migration et notamment l’adaptation des migrants à leur nouvel environnement, l’importance du lieu de socialisation des femmes, les perturbations dues à la séparation temporaire des couples. De plus, les données offrent la possibilité d’étudier la fécondité en prenant en compte l’environnement familial dans son ensemble et pas seulement la mère.

37Les différences entre les municipes peuvent aussi être considérées. Les quatre municipes de Basse Californie n’ont pas les mêmes dynamiques démographiques et économiques. Les comparer, c’est approcher la diversité de la frontière.

Enquête en milieu hospitalier : “Condición social de la mujer y salud reproductiva en Tijuana. El caso de la Clinica de gineco-obstetricia n° 7 del IMSS”

38Fruit d’une collaboration entre le “Colegio de la Frontera Norte” et l’IMSS de Tijuana, cette enquête répond aux soucis de cette dernière institution de connaître ses patientes pour mieux s’adapter à leurs besoins. Elle permet d’élaborer un diagnostic sur les questions de santé relatives à la vie reproductive des femmes en liaison avec leurs caractéristiques socio-économiques. Différents aspects sont envisagés tels que la surveillance médicale prénatale et les problèmes de santé rencontrés, les comportements notamment l’hygiène de vie pendant la grossesse, l’histoire génésique, la connaissance et l’utilisation des méthodes contraceptives, la mortalité infantile. Réalisée à l’Hôpital Général d’obstétrique et de gynécologie de l’IMSS à Tijuana auprès de plus de 2.500 femmes hospitalisées au printemps 1993, la collecte s’effectue en deux temps. Les femmes sont d’abord interrogées au moment de leur sortie de l’hôpital dans la salle où elles attendent la famille ou les amis qui viennent les chercher puis des enquêteurs relèvent pour chacune des données directement sur le registre de l’hôpital.

39Cette enquête est la source la plus riche en variables directement liées à la fécondité ; malheureusement, elle est pauvre en éléments concernant la migration. Néanmoins, l’histoire génésique permet d’étudier les niveaux et les calendriers de la fécondité pour différentes cohortes de femmes établies selon la génération, l’origine (native ou non native de Tijuana ou de Basse Californie), l’âge d’arrivée à Tijuana, la durée du séjour dans cette ville. La connaissance et la pratique de la contraception peuvent aussi être étudiées selon ces populations. Mais les intérêts principaux de cette enquête sont de permettre d’une part une étude de la planification familiale au-delà du discours officiel (les prescriptions médicales peuvent être étudiées en fonction des caractéristiques sociales, de la fécondité et de la santé des patientes. L’acceptation par la femme de la méthode prescrite est connue et d”autre part, d’explorer les liens entre la santé par rapport aux grossesses et aux accouchements et la fécondité.

Les enquêtes socio-économiques

40Certaines enquêtes dont la vocation n’est pas l’étude des niveaux de fécondité ni celle des comportements ou de la planification familiale et qui ne comportent pas ou peu de questions relatives à ces sujets peuvent néanmoins être utilisées. Nous présenterons brièvement l’”Encuesta Socioeconómica Anual de la Frontera” réalisée en 1987, 1988 et 1989 et 1’”Encuesta Nacional de Migracion en Areas Urbanas” (ENMAU) réalisée entre août 1986 et juillet 1987.

41Étant donné la carence d’informations statistiques relatives à la zone frontière, le COLEF a ressenti le besoin de faire une opération de collecte. L”’Encuesta Socioeconómica Anual de la Frontera” a donc été réalisée pour étudier les processus socio-économiques et de montrer l’originalité de la zone par rapport au reste du pays. L’enquête porte sur 11 villes et est représentative pour chacune d’entre elles. Sept sont situées à la frontière et 4, présentées comme des villes de comparaison, se trouvent dans le Nord et le centre du pays. En 1987, un questionnaire par ménage et un questionnaire individuel sont passés dans les villes frontières de Tijuana, Ciudad Juarez, Nuevo Laredo, et dans la ville de San Luis Potosi. En 1988, le module individuel est définitivement abandonné et l’enquête est effectuée à Nogales, Reynosa, Torreón et Monterrey. En 1989, c’est au tour de Ciudad Acuna, Piedras Negras et Monclova d’être enquêtées. Au total 6 009 ménages ont répondu. L’enquête s’intéresse à l’habitat, à la composition du ménage et aux caractéristiques de ses membres ; scolarité, activité économique, migrations internes et avec les États-Unis, connaissance de l’anglais, présence de parents aux États-Unis, opinions sur l’appartenance nationale et sur la politique. Ces deux derniers thèmes ont été abandonnés dès 1988. Elle ne présente aucune variable propre à l’étude de la fécondité cependant à l’aide de méthodes indirectes des estimations ont été faites pour les villes de Tijuana, Nuevo Laredo, Ciudad Juarez (Gonzalez, 1992)..

42L”’Encuesta Nacional de Migración en Areas Urbanas” a pour objectif la production de statistiques sur les flux migratoires internes qui se dirigent vers les 16 principales villes du pays et sur les caractéristiques des migrations et des migrants. Quatre villes frontières font partie de l’échantillon : Matamoros (1621 ménages), Nuevo Laredo (1784 ménages), Ciudad Juarez (1832 ménages), Tijuana (1928). Les données sont représentatives pour chacune d’entre elles. Réalisée par le CONAPO et l’INEGI dans les ménages, l’enquête est effectuée en même temps que l’”Encuesta Nacional de Empleo Urbano” (ENEU) sur les caractéristiques économiques de la population dont elle constitue, dans les faits, un volet additionnel. Tout comme pour l’ESAF les données sur la composition du ménage peuvent servir de base à une étude fondée sur des méthodes indirectes. Deux questions ont été posées directement sur le sujet, sauf à Mexico, aux femmes de 12 ans et plus : le nombre d’enfants survivants et la date de naissance du dernier enfant. Ces deux variables nous informent peu. Connaître le nombre d’enfants survivants ne donne qu’une idée approximative, élaborée à partir d’hypothèses sur la mortalité, de la fécondité. Nous avons vu avec le recensement de 1980 que la question sur la date de naissance du dernier enfant n’était pas opérationnelle, du moins quand elle n’était pas limitée dans le temps. Nous pouvons donc nous interroger sur son efficacité lors de l’enquête. Quelques tableaux ont été publiés, aucun ne porte sur la fécondité (CONAPO 1987).

43Ces deux enquêtes présentent peu d’intérêt pour une étude régionale de la fécondité. Lors des estimations de niveaux réalisées à l’aide de la structure des ménages, des méthodes indirectes soumises aux mêmes hypothèses que celles utilisées pour calculer des taux à partir du recensement sont nécessaires. Redondantes par rapport aux sources nationales, elles ne permettent donc même pas d’en faire une évaluation très fiable.

Entretiens approfondis

44Trois séries d’entretiens, non représentatifs statistiquement ont été effectuées sur les thèmes de la famille ou de la fécondité à Tijuana. Elles ont chacune des axes différents.

45Les premiers entretiens sont centrés sur l’étude de la famille et des relations familiales dans une ambiance binationale où les familles mixtes sont nombreuses. Après l’enquête pilote démographique de la frontière Mexique États-Unis réalisée en octobre 1988, un échantillon de 38 ménages (20 à San Diego, 18 à Tijuana) a été sélectionné. Sous la direction de Norma Ojeda (Ojeda, 1990) une histoire de vie des chefs de ménage et de leur conjoint fut réalisée et les personnes interrogées ont été amenées à donner une opinion sur les relations avec les États-Unis dans le cadre du couple (possibilité de mariages mixtes, relation hommes/femmes,...) et de la famille (lien de parenté, éducation des enfants,...) et à faire des comparaisons entre les modes de vie et de relation mexicains et américains. Ces entretiens contiennent peu de données directes sur la fécondité ou sur la pratique contraceptive mais donnent des éléments intéressants pour comprendre le contexte.

46Une seconde série d’entretiens a été menée en parallèle dans trois villes Tijuana, Merida au Yucatán et Guadalajara au Jalisco. Elle est axée sur le vécu des femmes par rapport au travail et à la famille.

47Enfin, la troisième série d’entretiens porte directement sur les comportements reproductifs à Tijuana. Pour tenter de savoir s’il existait une “marque de la frontière” sur le comportement, deux sous-groupes de population frontalière ont été formés ; l’un est constitué de femmes qui vivent depuis leur naissance ou leur petite enfance dans l’ambiance de la frontière (natives de Tijuana ou venues y vivre au plus tard à 5 ans) et qui possèdent des papiers leur autorisant le passage légal aux États-Unis, l’autre regroupent des femmes qui ne sont pas originaires de Tijuana et qui ne possèdent pas de documents leur permettant légalement d’aller dans le pays voisin. Les 46 femmes ont été interrogées sur leurs antécédents familiaux, leur histoire migratoire, matrimoniale et génésique, leur connaissance et leur pratique contraceptive et sur leurs opinions relatives au couple, à la famille, au choix et à la décision de procréer. Ces données devraient permettre de faire une typologie des itinéraires et des comportements.

48Originales par rapport aux autres sources ces opérations très ponctuelles permettent une approche qualitative du phénomène.

CONCLUSION

49Ce panorama montre que les études régionales en démographie, de surcroît dans un pays à statistiques imparfaites, posent de nombreux problèmes. Les limites posées par la disponibilité, la qualité des sources et les problèmes méthodologiques sont nombreuses et contraignantes. Chaque source constitue l’élément d’un puzzle, qui reste incomplet et dont les morceaux ne concordent pas toujours exactement.

50Cependant, les différents types de sources disponibles pour réaliser une étude de la fécondité dans le Nord frontalier du Mexique sont complémentaires et autorisent à jouer avec plusieurs échelles. Les sources nationales permettent de délimiter des espaces avec des niveaux de fécondité présentant une relative homogénéité et de définir ainsi les limites spatiales de l’étude. La cartographie apparaît alors comme un outil intéressant ; elle propose une solution. Elles permettent aussi de situer les niveaux de fécondité des zones frontalières, dans le passé et actuellement, par rapport au reste du pays et de faire des comparaisons quant à l’application de la politique de planification familiale et à l’usage de la contraception. Grâce aux sources locales nous pouvons faire une étude plus fine de certaines zones frontalières et dégager ce qui fait ou explique leurs particularités. Elles rendent possible l’observation de comportements différentiels notamment en fonction des itinéraires migratoires des femmes et de leur famille, de la situation familiale des femmes et l’étude des conditions locales d’application des programmes de planification familiale ou encore d’explorer les liens entre fécondité et santé.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CHAVEZ GALINDO A M HERNANDEZ BRINGAS H H (1990), La fecundidad de las mujeres de Tijuana. Variables intermedias y factores socioeconómicos. Investigacion demográfica en Mexico, Cuarta Reunión Nacional, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de investigaciones multidisciplinarias, Mexico, 24 p.

CONSEJO ESTATAL DE POBLACION, BAJA CALIFORNIA (1987), Encuesta Demográfica de Baja California, 1986

CONSEJO NACIONAL DE POBLACIÓN (1987), Características de la migración en las grandes ciudades del país. Resultados preliminares de la encuesta nacional de migracion en areas urbanas (ENMAU), 189 p.

CONSEJO NACIONAL DE POBLACION (1985), Resultados principales de la encuesta nacional demográfica de 1982, Mexico, 210 p.

CORONA VAZQUEZ R. (1990), Reflexiones sobre la exactitud de los resultados preliminares del xi censo general de población y vivienda de 1990. Estructura y perspectiva de la frontera : Primer simposio interno. El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, Baja California, México, 35 p.

ESCOBEDA DE LA PENA B. RAMÍREZ SUAREZ A. (1986), Los censos y la medición de la fecundidad en México, I.N.E.G.I., 38 p.

ESTRELLA VALENZUELA G. (1991), Fertility and migration : a proximate determinants analysis in the case of Baja California, México. Théses Ph. D. en démographie, 272 p.

FIGUEROA B. (1991), El registro extemporáneo de los nacimientos y la importancia de los datos complementarios en las actas de nacimiento. XI Reunion nacional del registro civil, México, 15 p.

FIGUEROA B. (1986), Registro extemporaneo de los nacimientos según sexo en México. III Reunión Nacional Sobre la Investigación Demográfica en México, 3 al 6 de noviembre de 1986, El Colegio de México, Ciudad de México, 33 p.

GONZALEZ RAMIREZ R.S. (1992), Fecundidad en la frontera norte de México : Tijuana, Ciudad Juarez, Nuevo Laredo. Cuaderno n° 3, El Colegio de la Frontera Norte, Departamento de Estudios de Población, Tijuana, Baja California, 69 p.

COSIO M-E. JUAREZ F. QUILODRAN J. (1989), Les tendances recentes de la fécondité au Mexique, Document de recherche n° 63,CREDAL, Paris, 50 p.

INSTITUTO MEXICANO DEL SEGURO SOCIAL (1981), Fecundidad, uso de métodos anticonceptivos y atención materna en la zona fronteriza México-Estados Unidos. Jefatura de servicios de planificación familiar, 79 p.

INEGI (1990), XI Censo General de Población y Vivienda.

INEGI (1990), XI Censo General de Población y Vivienda,l990, México.

JUAREZ F. (1991), La fecundidad en las encuestas : Alcances y limitaciones de la información. Análisis y evaluación de datos de población, INEGI/FNUAP, 26 p.

OJEDA N. (1990), Hogares transfronterizos. IV Reunión Nacional de Investigación Demográfica en México, SOMEDE, 25-27 avril 1990, 22 p.

NATIONS UNIES (1984), Techniques indirectes d’estimation démographiques, New York, U.S.A.

SECRETARIA DE GOBERNACIÓN (1982-1983, 1984, 1985, 1986-1988, 1989), Nacimientos Registrados. Dirección General del Registro Nacional de Población. Baja California, Baja California Sur, Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo León, San Luis Potosi, Sinaloa, Sonora, Tamaulipas, Zacatecas.

SECRETARIA DE SALUD (1990, 1991, 1992), Programa de planificación familiar 1990. Dirección general de planificación familiar. Baja California, Baja California Sur, Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo León, San Luis Potosí, Sinaloa, Sonora, Tamaulipas, Zacatecas.

SECRETARIA DE SALUD (1989), Encuesta Nacional sobre Fecundidad y Salud, 1987. Subsecretaría de servicios de salud, Dirección general de planificación Familiar. México, Démographie and health surveys, Institute for resource development/Macro Systems Columbia USA, 231 p.

SECRETARIA DE SALUD (1986), Diagnóstico sociodemográfico para el prrograma estatal de planificación familiar. Subsecretaria de servicios de salud. Dirección general de planificación familiar.

Baja California, Baja California Sur, Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo León, San Luis Potosi, Sinaloa, Sonora, Tamaulipas, Zacatecas.

SECRETARIA DE SALUD (1986-1990, publication annuelle), Anuario Estadístico. Dirección general de estadstica.

Annexes

ANNEXE N° 1. ÉVOLUTION DE LA COLLECTE DES DONNÉES SUR LA FÉCONDITÉ PAR LE RECENSEMENT ET DE LEUR PUBLICATION DEPUIS 1960

1960

- Légende : “Número total de hijos vivos que ha dado a luz la empadronada, estén o no vivos en la fecha del censo”

• La question n’est pas formulée ce qui laisse une large part à /’interprétation de l’agent recenseur.

• La situation matrimoniale est demandé avant la fécondité ce qui entraîne probablement un sous enregistrement des naissances des célibataires.

1970

- Cuántos hijos que nacieron vivos ha tenido en toda su vida ?(Estén vivos o no actualmente).

• Le terme générique “hijos”, enfants, semble être compris par une partie de la population dans le sens restrictif d’enfants de sexe masculin.

• La catégorie non-réponse n’apparaît pas dans les tableaux et il n’y a pas d’explications sur leur assignation.

1980

- Cuántas hijas o hijos que nacieron vivos ha tenido en toda su vida están vivos o no actalmente ?

- Cuántos de estos hijos o hijas están vivos actuamente ?

- En que mes y año tuvo a su último hijo (a) que nació vivo ?

• Manque de clarté dans la rédaction des questions.

• Echec de la question sur la date de naissance du dernier enfant à cause de problèmes de mémoire des personnes puis de problèmes de codification.

1990

- Ha tenido alguna hija o hijo nacido vivo ?

- En total, cuántas hijas e hijos que nacieron vivos ha tenido

- Cuántos de estos viven actualmente ?

• l’évaluation de ces questions n’a pas encore été faite.

ANNEXE N° 2

A- DONNÉES RELEVÉES SUR LES BULLETINS D’ENREGISTREMENT DES NAISSANCES DE L’ÉTAT-CIVIL

- La date de l’enregistrement et le statut (mère, père, médecin) de la personne qui déclare la naissance.

- Le sexe de l’enfant, sa date, son heure et son lieu de naissance (localité, municipe, état).

- La survie de l’enfant.

- Le nom du père et de la mère, leur domicile, leur nationalité, leur âge, leur niveau de scolarité, leur activité et le statut matrimonial de la mère à l’exception de l’état de Chihuahua où l’on demande celui des deux parents.

- Le nom, la nationalité et le domicile des grand-parents paternels et maternels.

- Le nom, l’âge, la nationalité et le domicile du témoin de l’enregistrement.

- Le nom, l’âge, le domicile et le lien de parenté d’autres personnes présentes pour l’acte.

- Naissance simple, double ou multiple et dans les deux dernier cas ordre de naissance de l’enfant.

- Le nombre d’enfants nés vivants que la mère a mis au monde.

- Le nombre d’enfants survivants

- Le nombre d’enfants qui vivent dans le même foyer que la mère.

Le Tamaulipas est le seul état où l’on s’intéresse en plus au poids et à la taille de l’enfant.

B - DONNÉES PUBLIÉES PAR L’ÉTAT-CIVIL

- Naissances enregistrées une année et le détail par sexe de l’enfant.

- Naissances enregistrées une année selon l’année de naissance de l’enfant. Ces données sont disponibles pour chaque municipe.

- Naissances par âge de la mère et caractéristiques socio-démographiques des parents ou information sur l’accouchement (statut matrimonial, scolarité de la mère, scolarité et rang de naissance, travail du père, personne qui a aidé à l’accouchement, lieu de l’accouchement).

- Estimations des taux de natalité, taux de fécondité, taux de fécondité par âge, taux de reproduction calculés à partir des naissances enregistrées une année.

- Indice de masculinité des naissances enregistrées.

ANNEXE N° 3. DONNÉES PUBLIÉES PAR LE MINISTÈRE DE LA SANTÉ (“SECRETARIA DE SALUD’”)

- Le nombre “d’usagers actifs” (“usuarias activas”) défini comme les femmes utilisant une méthode contraceptive et ayant un rendez-vous de contrôle prévu ou bien celles qui ont manqué un rendez-vous il y a moins de trois mois depuis qu’elle ont manqué un rendez-vous et leur répartition par méthode de contraception utilisée.

- Le nombre de “nouveaux usagers” (“nuevas usuarias”) qui correspond aux femmes qui pour la première fois adhérent au programme et à celles qui l’intègrent de nouveau après une absence d’au moins trois ans et leur répartition par méthode de contraception employée.

- Le nombre de consultations et de premières consultations.

- Le nombre d’accouchements selon le type.

- Les progrès de la planification exprimés par la comparaison entre le nombre “d’usagers” des deux catégories et les objectifs prévue pour l’année considérée. Certaines données sont disponibles uniquement pour les hôpitaux et les dispensaires (SSA) gérés directement par la Secretaría de Salud c’est le cas de :

- L’âge des femmes, leur parité et leur niveau de scolarité lors de leur première adhésion au programme de planification familiale.

- L’âge et la parité des femmes par méthodes de contraception

Notes

1 L’auteur remercie Maria Eugenia Cosio Zavala pour les remarques apportées à la première version de ce texte.

2 “Secretaria de Salubridad y Asistencia”, S.S.A, l’”Instituto Mexicano de Seguro Social”, IMSS, l’”Instituto de Seguridad y Servicios Sociales de los Trabajadores del Estado”, ISSSTE.

3 Projet commun à L’”Instituto de Investigaciones Sociales de la Universidad Autónoma de Baja California (UABC)”, au “Consejo Estatal de Población (CONEPO)” et au “Centro Regional de Investigaciones Multidisciplinarias (CRIM) de la Universidad Autónoma de México”.

Table des illustrations

Titre POURCENTAGE D’INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE MOINS DE UN AN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre POURCENTAGE D'INDIVIDUS DE SEXE FÉMININ DANS LA POPULATION TOTALE DÉCLARÉE DE PLUS DE UN AN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Allocataire de recherche, IHEAL/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540