Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

II - Les changements socio-démographiques

Quelques résultats du recensement de population de 1990 : dimensions régionales de la transition de la fécondité au Mexique

Marie Eugénie Zavala de Cosìo

Texte intégral

  • 1 Les cartes commentées dans ce texte ont été établies par D. Delaunay de l’ORSTOM, à partir du syst (...)

1Note portant sur l’auteur1

2La baisse récente de la fécondité au Mexique a surpris par sa rapidité et sa profondeur. Alors que l’indice conjoncturel de fécondité atteignait 7,4 enfants par femme au milieu des années soixante, il n’était plus que de 3,8 enfants par femme en 1986. La baisse a touché les villes en premier lieu, dès 1965, au moment de l’apparition des méthodes contraceptives modernes ; la réduction des descendances a gagné les campagnes une dizaine d’années après, lors de la mise en place, à partir de 1976, du Programme National de Planification familiale.

3Au cours de la transition démographique mexicaine, les écarts se sont creusés entre les régimes démographiques urbains et ruraux, sous l’influence des disparités dans le développement socio-économique, en termes de richesse, de conditions de vie, de scolarisation, de couverture sanitaire. C’est pour cela que les changements démographiques ont commencé dans les grandes villes, où la mortalité a baissé dès 1930, suivie de près par la fécondité. Les femmes “pionnières” dans la limitation des naissances sont nées vers la fin des années 1930, elles ont fréquenté l’école jusqu’à la fin du cycle scolaire primaire et elles résidaient dans de grandes villes, comme Mexico, Guadalajara et Monterrey. Par contre, une mortalité rurale encore forte de nos jours et une fécondité rurale deux fois plus élevée que dans les villes témoignent du déclenchement plus tardif de la transition démographique dans les campagnes.

4Cependant, les différences économiques et sociales n’expliquent pas toutes les disparités des régimes démographiques. Il est largement admis, comme l’ont montré des études détaillées des différentes transitions démographiques européennes, asiatiques et latino-américaines, que les spécificités historiques et culturelles se reflètent directement dans les phénomènes de population. Le Mexique ne fait pas exception à cette règle. On distingue des régions, à l’ouest et au centre du pays, où la reproduction est largement limitée par une nuptialité tardive et où la religion catholique exerce encore aujourd’hui un contrôle hérité de l’époque coloniale. Dans ces territoires, villes et campagnes affichent une spécificité qui ne peut pas s’expliquer en termes de revenus ou d’activité économique. De même, des régions largement ouvertes sur des influences externes, comme la frontière nord, le littoral du Golfe du Mexique, connaissent des régimes démographiques beaucoup plus instables et subissent un impact considérable de la mobilité spatiale. Autre type de régime démographique particulier : les zones à peuplement indigène, où la population vit dans des conditions défavorables et où des spécificités culturelles imprègnent les phénomènes de population.

  • 2 M.E. Zavala de Cosío, Cambios de fecundidad en México y políticas de población, México, Fondo de C (...)

5Les résultats du recensement de 1990 peuvent servir de base à une lecture des disparités démographiques régionales. En effet, au Mexique, la démographie des terroirs reste à exploiter. On n’a qu’une idée assez vague des différences de mortalité, de nuptialité et de fécondité au niveau régional. Ceci s’explique parce qu’une partie importante des connaissances sur la transition démographique mexicaine ont été obtenues à partir des enquêtes nationales de fécondité2. Compte tenu des problèmes d’échantillonnage, ces sources de données sont peu adaptées à l’analyse de données régionales, contrairement aux recensements de population. Même si la complétude et l’exactitude des données censitaires sont loin d’être parfaites, on peut légitimement faire l’hypothèse que les différences de qualité dans les données municipales sont moins importantes que les écarts dans les variables observées.

6Cette hypothèse semble vérifiée lorsque l’on établit des cartes pour 196 régions du Mexique (division SPP), construites avec 800 variables du recensement, couvrant quatre grands thèmes : population, scolarisation, activité économique et logement. Des indicateurs ont été construits par D. Delaunay sur la base des variables brutes : 85 indices pour la population, 44 indices pour la scolarisation, 89 indices pour l’activité économique et 55 indices pour le logement. La base de données est celle du Système d’Information Géographique pour la Frontière (SIGEF), installé au Colegio de la Frontera Norte à Tijuana, et développé grâce à un projet de coopération franco-mexicain entre le COLEF et l’ORSTOM. Dans le cadre d’un projet commun de l’ORSTOM et du CREDAL, cette étude préliminaire sur la transition démographique à l’échelle régionale est l’ébauche d’une analyse plus poussée sur la famille et la société au Mexique.

7Nous présentons ci-dessous une analyse de quelques cartes, qui abordent les deux types de différences auxquelles nous nous sommes reférés. La première différence est en relation avec les rythmes et niveaux de développement. Elle dépend de l’activité économique, de l’industrialisation et de l’urbanisation. Du point de vue démographique, elle se traduit par des mouvements d’immigration et donc par la présence d’une population jeune et active. La fécondité baisse rapidement dans les villes, de même que la mortalité infantile, la scolarisation est relativement poussée, les services sociaux et les infrastructures plus présentes, les conditions de vie meilleures.

8Le second type de différence est culturel. Produit de l’histoire, des conditions de peuplement et des ségrégations spatiales, il s’exprime à travers différents modèles de nuptialité, de calendrier de la fécondité, des rôles masculins et féminins. Le statut de la femme dans la famille joue un rôle considérable dans la traduction démographique de ces différences culturelles. Par exemple, la dépendance féminine est d’autant plus grande que les âges au premier mariage sont plus précoces et le mari beaucoup plus âgé, ou bien que la présence féminine à l’école est bien moins importante que celle des garçons. Nous présentons ci-dessous quelques exemples de ces différences culturelles, mais les études de cas sont loin d’être exhaustives.

LA NUPTIALITÉ

9Deux cartes (cartes 1 et 2) illustrent les variations régionales de la fécondité. La carte 1 représente les âges moyens à l’union. Ces âges sont relativement élevés, en comparaison avec les âges réels à la première union tels qu’ils apparaissent dans les enquêtes de fécondité (19 ans en moyenne pour les femmes, au niveau national en 1982). En effet, les données censitaires ne font pas de différence entre la première union et les remariages. De plus, les déclarations des unions libres sont incomplètes aux recensements mexicains. Pour les femmes, l’âge moyen au premier mariage est ainsi de 23,96 ans au recensement de 1990 et de 26,72 ans pour les hommes. Chez les femmes, les plus faibles valeurs avoisinent 21 ans, les plus fortes entre 25 et 26 ans. On trouve les premières dans le Sud du pays. Veracruz. Tabasco, Oaxaca, Chiapas et Quintana Roo ; les dernières dans la zone centre-ouest, qui englobe Michoacán, Jalisco, Aguascalientes, San Luis Potosí, le Sud de Zacatecas et une partie de Durango et Coahuila.

10Un âge élevé au premier mariage est fortement corrélé positivement avec la proportion de célibataires définitives (carte 3, R de Pearson = 0,844 significatif à 0,0001) et corrélé négativement avec la différence d’âge à l’union entre les hommes et les femmes (carte 2, R = -0,654). Autrement dit, dans les cas où l’âge au mariage est élevé, les époux appartiennent sensiblement aux mêmes groupes d’âges, ce qui sous-entend une relation plus égalitaire dans les couples. Inversement, si les femmes se marient très jeunes, les époux ont tendance à être plus âgés, jusqu’à près de cinq années supplémentaires. C’est généralement un indicateur d’une relation de dépendance féminine.

11Ces relations dans les couples se traduisent de fait directement dans les descendances atteintes. Lorsque la nuptialité est précoce, la fécondité l’est aussi. C’est ainsi que toutes les descendances entre 12 et 25 ans sont corrélées négativement avec les âges moyens à l’union, avec des coefficients de corrélation significatifs de l’ordre de -0,5.

12La carte 4 montre la proportion de femmes sans enfants à 25-29 ans. La zone de nuptialité élevée et de fécondité tardive coupe le Mexique en deux : cette zone s’étend du Pacifique (côtes de Jalisco, Colima et Michoacán) jusqu’au coin nord-est, formé par les côtes du Tamaulipas, au nord du golfe du Mexique et par la frontière entre le Texas, Tamaulipas et Coahuila. Le long de cet axe, entre Guadalajara et Monterrey, on trouve le Mexique du métissage et d’une longue continuité historique. C’est le Mexique des Altos de Jalisco, du Bajío, du nord-est agricole et des terres arides de l’altipiano septentrional.

13Au sud de cette zone, s’étendent des régions à nuptialité précoce et fécondité vite amorcée. Au nord, dans le coin nord-ouest formée par les états de Sonora, Sinaloa et Baja California Norte et Sur, ce sont les zones pionnières, de forte immigration, ce qui conduit à une nuptialité relativement tardive pour les femmes (carte 1), à d’importantes différences dans les âges des nouveaux époux (carte 2) et des pourcentages élevés de célibataires définitives (carte 3). Cependant, ce sont uniquement les villes de la frontière ou les capitales (Hermosillo, Mazatlán) qui enregistrent des retards de fécondité, inexistants à la campagne (carte 4).

14Les descendances des femmes jeunes, comme par exemple la descendance à 15-19 ans, sont très fortement corrélées négativement avec la scolarité, ce qui est caractéristique des milieux urbains. Ainsi, le coefficient de corrélation entre la proportion de la population ayant terminé des études secondaires à 16-19 ans (carte 5) et la descendance des mères à 20 ans est de R = -0,729 ; avec la descendance des mères à 25 ans R = -0,715 ; avec les descendances, quel que soit l’âge, R = -0,659.

15Donc, indépendamment de la nuptialité — puisque la descendance des mères n’en tient pas compte — la fécondité des femmes scolarisées le plus longtemps est la plus faible. On retrouve donc le lien, au cœur de la théorie de la transition démographique, entre la baisse de la fécondité et la scolarisation, vecteur de nouvelles attitudes et de comportements autres, qui s’expriment en particulier par le contrôle de la fécondité des familles.

LES ÉTAPES DE LA BAISSE DE LA FÉCONDITÉ

16Plusieurs cartes (cartes 6 à 9) retracent l’histoire de la transition de la fécondité mexicaine. La forte fécondité des années 1960 est encore visible au recensement de 1990 dans les descendances à 60-64 ans. En effet, ces générations sont nées en 1925-30 et ont mis leurs enfants au monde aux alentours de 1960. Les zones de forte fécondité étaient alors concentrées au centre et nord du pays, à l’exception des grandes villes (comme la région de Monterrey) et des zones indigènes de Chihuahua et de Durango (carte 6). Les régions de basse fécondité relative (puisque tous les niveaux dépassaient le 4,45 enfants par femme) se trouvaient à l’Ouest et au Sud du pays, notamment dans les zones indigènes de Oaxaca, Chiapas, Yucatán. La carte 6 illustre la forte relation statistique observée entre le bilinguisme et la basse fécondité (R = -0,49, voir carte 11).

  • 3 M.E. Zavala de Cosío, op. cit.

17Progressivement, la forte fécondité est descendue vers le sud. Pour pouvoir interpréter l’évolution de la fécondité sans perturbation par les différences de nuptialité, les cartes 7, 8 et 9 représentent la fécondité des mères uniquement. Dans tous les cas, l’Ouest garde une forte fécondité, le Sud (Oaxaca, Chiapas, Yucatán) voit augmenter peu à peu sa fécondité, jusqu’à ce qu’elle devienne la plus importante dans les générations les plus récentes, qui ont 15-19 ans en 1990 (carte 9). Le Nord du pays est devenu la zone de plus basse fécondité, dès les générations 1945-50, dont ont sait qu’elles ont été les pionnières de la baisse de fécondité au Mexique3 (cartes 7 à 9).

  • 4 Les coefficients de corrélation entre les descendances des mères et les proportions d’analphabètes (...)

18A l’heure actuelle, on observe donc une division entre la forte fécondité des zones rurales, indigènes, où prédomine une faible scolarisation très fortement corrélée avec une forte fécondité4, et la basse fécondité des zones urbaines et du Centre et du Nord (carte 9). Il y a également une très forte corrélation positive (R supérieur à 0,65) entre la fécondité et la mortalité infantile (carte 10).

EN GUISE DE CONCLUSION

19Cette brève analyse de quelques cartes et résultats statistiques montre la diversité des régimes démographiques des régions mexicaines. Nous avons souligné l’existence d’un axe Guadalajara-Monterrey qui divise le pays et constitue un refuge pour des comportements traditionnels : âge plus tardif au mariage, plus de célibataires définitifs, peu de différences d’âge entre les époux, une fécondité plus tardive également et qui baisse plus lentement.

20Au sud de cet axe, c’est le Mexique à forte composante indigène qui montre sa difficulté à amorcer une transition démographique : retard dans la baisse de la mortalité, qui se conjugue au retard à la hausse lors du baby-boom des années 1960 ainsi que du retard à la baisse récente de la fécondité. Le Sud conserve encore une forte mortalité et une forte fécondité.

21Au nord de cet axe, c’est le Mexique de l’immigration, des fronts pionniers, de l’urbanisation accélérée. La hausse puis la baisse de la fécondité y ont été massives, la scolarisation plus poussée. Le Nord n’est certes pas une région homogène : entre la Basse Californie et Sonora d’une part, et la région de Monterrey de l’autre, Chihuahua et Coahuila représentent des espaces démographiquement différents. Mais la région Nord prend rapidement le relais des changements démographiques, qui en général débutent dans la ville de Mexico, pionnière à tous les égards.

22Le Nord ne subit pas, ou subit beaucoup moins, les résistances qui persistent dans les régions plus méridionales et qui révèlent la permanence de régimes démographiques issus de la longue histoire des peuplements indigènes et métis. Les mouvements migratoires qui portent, hier comme aujourd’hui, les individus les plus entreprenants et les plus audacieux aux marges septentrionales du pays sont un levier puissant de transformation. L’histoire démographique récente ne fait donc que continuer une histoire commencée en Nouvelle Espagne dès le début du xvie et qui explique encore, à l’aube du xxie siècle, les clivages issus des diverses modalités de peuplement.

CARTE 1. AGE MOYEN À L'UNION FEMMES

CARTE 2. DIFFÉRENCES D'ÂGE ENTRE CONJOINTS H/F

CARTE 3. CÉLIBATAIRES DÉFINITIVES, FEMMES

CARTE 4. PROPORTION DE FEMMES SANS ENFANT À 25-29 ANS

CARTE 5. PROPORTION DE DIPLOMÉS DU SECONDAIRE À 16-19 ANS

CARTE 6. DESCENDANCE À 60-64 ANS (ENFANTS/FEMME)

CARTE 7. DESCENDANCE À 45-49 ANS (ENFANTS/FEMME)

CARTE 8. DESCENDANCE À 25-29 ANS (ENFANTS/FEMME)

CARTE 9. DESCENDANCE À 15-19 ANS (ENFANTS/FEMME)

CARTE 10. MORTALITÉ AVANT LE CINQUIÈME ANNIVERSAIRE

CARTE 11. PROPORTION PARLANT UNE LANGUE INDIGENE (POUR 1000)

Notes

1 Les cartes commentées dans ce texte ont été établies par D. Delaunay de l’ORSTOM, à partir du système d’information géographique (SIGEF) qu’il développe dans le cadre d’un projet de coopération entre l’ORSTOM et El Colegio de la frontera Norte à Tijuana

2 M.E. Zavala de Cosío, Cambios de fecundidad en México y políticas de población, México, Fondo de Cultura Económica y El Colegio de México. 1992, 326 p.

3 M.E. Zavala de Cosío, op. cit.

4 Les coefficients de corrélation entre les descendances des mères et les proportions d’analphabètes à différents âges avoisinent 90%.

Table des illustrations

Légende CARTE 1. AGE MOYEN À L'UNION FEMMES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende CARTE 2. DIFFÉRENCES D'ÂGE ENTRE CONJOINTS H/F
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende CARTE 3. CÉLIBATAIRES DÉFINITIVES, FEMMES
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende CARTE 4. PROPORTION DE FEMMES SANS ENFANT À 25-29 ANS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende CARTE 5. PROPORTION DE DIPLOMÉS DU SECONDAIRE À 16-19 ANS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende CARTE 6. DESCENDANCE À 60-64 ANS (ENFANTS/FEMME)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Légende CARTE 7. DESCENDANCE À 45-49 ANS (ENFANTS/FEMME)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende CARTE 8. DESCENDANCE À 25-29 ANS (ENFANTS/FEMME)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 611k
Légende CARTE 9. DESCENDANCE À 15-19 ANS (ENFANTS/FEMME)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende CARTE 10. MORTALITÉ AVANT LE CINQUIÈME ANNIVERSAIRE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende CARTE 11. PROPORTION PARLANT UNE LANGUE INDIGENE (POUR 1000)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

Auteur

Chercheur au CREDAL et Professeur à l’Université de PARIS X-Nanterre

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540