Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

II - Les changements socio-démographiques

Quelques identités démographiques de la frontera norte mexicaine

Daniel Delaunay

Texte intégral

INTRODUCTION

1La Frontera Norte attire et partage. Elle fut la frontière du Mexique au sens saxon du terme : un espace aride tardivement conquis par une population blanche sur des tribus dispersées. Ce fut également une frontière territoriale tracée à l’encontre de cet autre front pionnier de l’Ouest américain, lequel exerça sur la région la constante pression territoriale, économique et culturelle de son dynamisme. La Frontera Norte moderne peut toujours être décrite en ces termes. Elle reste un front de peuplement pour ceux, nombreux, qui vont y chercher un emploi au seuil de la prospérité américaine. Le contraste demeure, qui a valeur d’exemple entre le Nord et le Sud, entre les inondes saxon et latin. Cependant, on peut penser que la démarcation entre les deux nations ira s’atténuant depuis que sa réussite exemplaire sert au Mexique de modèle d’intégration commerciale, en rupture depuis 1982 avec sa traditionnelle politique protectionniste.

2Les quelques cartes présentées interrogent le dernier recensement mexicain de 1990 sur les singularités et les identités des populations frontalières. Cartes statistiques, elles donneront à “voir” la Frontera Norte, pour peu qu’elle se distingue du reste du pays. Car si l’on admet volontiers que la région est différente ou/et unique par son histoire et par sa géographie, on ignore l’étendue et le contour des similitudes et des contrastes supposés. Et quand elles sont décelées, rarement à l’échelle régionale, n’est jamais apportée la preuve que ces identités démographiques sortent des tendances proprement mexicaines.

3Reconnaissances :

4Les traitements infographiques présentés sont actuellement réalisés dans le cadre d’un programme de coopération entre le COLEF (El Colegio de la Frontera Norte à Tijuana en Basse Californie mexicaine dirigé par J. Bustamante) et l’ORSTOM, une recherche en partie financée par le CONACYT. Il s’agit d’un Système d’Information Géographique et Statistique concernant la Frontera Norte. le SIGEF, dont les responsables sont J. Santibañez et D. Delaunay. Sont employés les logiciels Savane et Rapido développés à l’Institut par Marc Souris et Michel Lepage. L’information est déduite du CODICE90, CD-ROM édité par l’INEGI.

5Évidemment, en si peu de pages, ne seront ébauchés que quelques traits démographiques parmi beaucoup d’autres possibles. Et l’analyse exigerait d’autres développements. Néanmoins, nous chercherons à savoir si les configurations observées sont ou non l’expression d’une identité régionale singulière, toutes choses étant égales par ailleurs. La démonstration va s’appuyer sur quelques évolutions connues de la transition démographique, lesquelles peuvent être exprimées en plusieurs combinaisons de facteurs associés, mortalité des enfants et fécondité de leur mère par exemple. L’ensemble des régions mexicaines associe ces composantes selon des lois qui caractérisent la transition démographique spécifique de la nation. Il sera dès lors facile, pour quelques exemples choisis, de vérifier si la Frontera Norte se distingue de ces tendances mexicaines.

STRUCTURES PAR AGE

A1. Proportion de la population ayant moins de 20 ans (en pourcentage)

A2. Proportion de la population en âge d’activité

6La structure par âge selon les régions en 1990 traduit une étape dans le calendrier de la transition vitale, soit le niveau atteint part la mortalité et la fécondité, et éventuellement l’intensité et le sens des migrations. Pour représenter ces équilibres entre les jeunes et les adultes qui les élèvent, nous avons choisi une discrétisation ample de huit classes, bornées par des moyennes mobiles non pondérées ; cela afin de ne pas accentuer l’homogénéité du Nord frontalier et pour documenter une comparaison plus fine avec le reste du pays.

7Ces deux indicateurs de la structure par âge dessinent néanmoins un grand espace septentrional compris entre la frontière avec les USA et la seconde ligne des villes Norteñas (Hermosillo, Chihuahua, Monterrey, Tampico). Ils apparaissent complémentaires, la distribution des personnes âgées, non cartographiée, ne compose pas une géographie aussi bien régionalisée. Peu de configurations dessinent un nord frontalier à ce point identique, avec quelques réserves cependant :

  • une légère diversité émerge entre trois sous-ensembles spatiaux norteños que l’on peut classer selon une graduation croissante : celui des centres urbains de l’intérieur (Hermosillo, Chihuahua, Monterrey) un peu moins jeunes que ceux situés sur la frontière proprement dite, celui des interstices ruraux peu peuplés, qui se rapprochent des populations des plateaux et montagnes, plus jeunes ;
  • ces caractères structurels se retrouvent en d’autres endroits de la République mexicaine, dans les principales capitales régionales (Guadalajara, Puebla, Veracruz,...) et dans les lieux d’un développement économique récent, principalement Tampico et les îlots touristiques côtiers (Cancun, Mazatlán,...).

8Les pyramides des âges (figures A.4 à A.7), présentée pour un choix de lieux, préciseront cette configuration en comparant la structure d’une population à forte émigration (Zacatecas), le Distrito Federal peuplé d’immigrant mais qui désormais expulse, et deux espaces urbanisés du Nord frontalier, récepteurs de main-d’œuvre. La marque de la migration est manifeste dans tous ces exemples, modulée selon le sexe. Les hommes quittent plus nombreux la région du Rio Grande dans l’état de Zacatecas, les femmes manifestent une sensible préférence pour la capitale. L’équilibre des genres est préservé à Tijuana, moins dans le nord du Tamaulipas. Néanmoins, il reste difficile de faire la part de la migration et de la transition démographique sans avancer des hypothèses supplémentaires sur son calendrier. Le profil de la pyramide à Zacatecas suggère une vitalité toujours vigoureuse mais modérée par l’absence des adultes : le nombre des naissances s’en trouve à peu près stabilisé. Dans le Distrito Federal, au contraire, elle recule légèrement malgré un apport migratoire important, où sont nombreuses les femmes en âge de procréer ; le contrôle de la fécondité y est plus rigoureux, ou moderne selon les points de vue. À Tijuana, en revanche, le nombre des naissances continue à augmenter alors que les indices de fécondité dénotent une transition très avancée. On peut, sans grand risque d’erreur, y lire la pression d’une immigration peut-être plus féconde et certainement plus massive qu’ailleurs, mieux équilibrée entre les deux sexes. A fécondité similaire, le surnombre d’adultes suffirait à gonfler les naissances. De sorte que si l’on fait abstraction du surplus migratoire entre 15 et 39 ans environ, on perçoit une structure par âge qui rappelle les situations pré-transitoires : l’immigration tend à compenser les effets du recul de la fécondité sur la natalité. Le même effet est plus modéré dans le nord du Tamaulipas, résultat d’un surplus migratoire plus modéré.

9Un graphique élémentaire (A.7) aidera à distinguer la part respective des transitions vitale et migratoire dans la géographie des âges et des forces vives, visiblement à l’avantage du Nord. Pour chaque région cartographiée, ce graphique met en relation la proportion de la population jeune et celle de la population en âge d’activité, la taille des symboles représente le nombre absolu de personnes. La tendance qui se dessine de droite à gauche exprime le rétrécissement de la pyramide à sa base avec le contrôle de la fécondité, conjointement l’élargissement de son tronc avec le recul de la mortalité. En d’autres termes, cette courbe représente fidèlement la position de chaque région sur la voie de la transition démographique avec, à sa tête très en avance, le Distrito Federal. Cette évolution inévitable est saisie ici en 1990. C’est la dispersion verticale qui est intéressante ici ; elle résulte de différences dans la mortalité des adultes, peu importantes, mais surtout exprime la variation des soldes migratoires. Les régions réceptrices se démarquent au-dessus de la tendance, celles qui expulsent des actifs s’observent en dessous. On ne sera pas surpris de constater que les régions les plus peuplées, généralement des capitales régionales, marquent la limite supérieure du mouvement : elles devancent les zones rurales dans la transition vitale, de même bénéficient-elles pour la plupart d’un apport migratoire.

A7. Transitions vitale et migratoire

10Le groupe des régions urbaines frontalières, souligné sur le graphique, présente quelques caractères distinctifs qui les placent, du moins certaines, à part dans l’évolution mexicaine :

  • elles composent un ensemble homogène, en particulier pour la proportion de jeunes, modulée par la fécondité ;
  • elles ne sont pas les plus avancées dans la transition vitale, venant après le Distrito Federal et la ville de Monterrey par exemple, des régions qui reçoivent également un apport migratoire considérable ;
  • elles accueillent toutes, à l’exception de la zone frontalière de Coahuila qui colle à la tendance, un contingent important de migrants, étant seulement dépassées par quelques régions de transition plus tardive du Quintana Roo.

VITALITÉS

B.1. En 1990, parité atteinte par les mères de 20-24 ans

B.2. Mortalité estimée des enfants avant leur cinquième anniversaire

B. 3. Parité des mères de 20 à 24 ans selon la mortalité des enfants de moins de cinq ans

B. 4. Parité des mères de 20 à 24 ans selon quelques aspects de l’activité agricole et domestique.

11L’information censitaire renseigne mal sur la fécondité selon les générations de femmes, on ne dispose que des parités atteintes tous les dix ans. Nous avons choisi de cartographier deux indicateurs de la reproduction des populations régionales. La parité moyenne atteinte par les <M>mères de 20-24 ans en 1990 est le moins biaisé des indices disponibles (il ne l’est ni par la structure par âge ni par la nuptialité) et il témoigne de l’état le plus récent du phénomène car à cet âge jeune, les femmes se trouvent à l’apogée de leur vie féconde. L’indicateur de la mortalité juvénile est plus approximatif : il est estimé à partir des proportions de survivants (méthode de Brass).

12Ces deux cartes illustrent des géographies proches comme en témoigne la bonne corrélation entre les moyennes régionales des deux indices (figure B.3), dessinant une large frange frontalière similaire à celle observée sur les cartes de la structure par âge. Dans le détail également, des remarques assez proches pourraient être avancées. Certains lieux de l’intérieur se trouvent légèrement en avance par rapport aux villes frontalières, dont Tijuana qui accueille une immigration massive originaire du sud, des populations quelques fois moins disposées à contrôler leurs descendances. Cependant la singularité du nord est moins sensible à ces âges où les familles constituent leur descendance que plus tard, quand la contraception devient mieux admise. On chercherait en vain les régions du centre et du sud, hormis les plus grandes capitales régionales (CD de Mexico, Medina, et dans une moindre mesure Guadalajara), qui partagent les niveaus norteños modérés de la fécondité et de la mortalité. Font exception le prolongement septentrional de la Sierra Madre Occidental et la partie orientale du Coahuila. Le handicap des sierras enclavées est patent dans l’ensemble du Mexique, surtout pour la mortalité des enfants.

13Les origines de ces différences vitales sont bien reconnues par la démographie mexicaine, elles sont dans leurs grandes lignes conformes avec ce qui est annoncé par la théorie. Le confirmeraient également, avec bien des nuances régionales, des dizaines de similitudes entre la géographie de l’éducation, de l’emploi féminin, de l’urbanisation... et celle de divers aspects de la transition vitale. Nous ne rentrerons pas dans cette analyse traitée avec M. Cosio. Une autre question pertinente à propos des populations frontalières serait de se demander si elles manifestent un comportement atypique par rapport à la tendance mexicaine, comme le laisserait supposer leur contact étroit avec la société et l’économie américaines. Pour suggérer une réponse nous avons choisi au hasard deux attributs associés à la révolution vitale : la proportion de la PEA dans l’agriculture et la proportion de la population “inactive” qui a la charge des tâches domestiques (figure B.4). Les tendances ébauchées par ces graphiques caractérisent la transition mexicaine. Or dans deux de ces relations, mais il faudrait toutes les analyser, aucune des grandes villes frontalières, soit l’essentiel de la population aux contact des USA, ne s’en distingue. Dans le groupe de tête où elles se trouvent, avec d’autres régions, la variabilité des situations locales est moindre qu’en début de transition.

B. 5. Les parités moyennes dans la ville de Tijuana
Toutes femmes de plus de 12 ans réunies

14Comme souvent en cartographie statistique, la reconnaissance des entités homogènes est affaire d’échelle. Et celle que l’on prête à l’ensemble de la frange frontalière disparaît si l’on considère la répartition du même attribut au sein, disons, de la ville de Tijuana. L’indicateur ici cartographie pour illustrer cette remarque est un nombre moyen d’enfants nés vivants pour la totalité des femmes de plus de 12 ans. C’est le seul dont nous disposons pour ce détail fin de l’espace urbain, il est trop grossier pour les comparaisons nationales et toute cartographie dans ce sens pourrait abuser le lecteur. Car cet indice est dépendant de la structure par âge, du poids des fécondités anciennes (les parités de femmes de plus de 45 ans ont été constituées en partie avant la transition vitale), et des erreurs associées à la déclaration de naissances survenues voilà plusieurs décennies.

15La carte B.5 donne l’ampleur des différences internes de la parité moyenne dans la ville de Tijuana, largement peuplée de migrants, en particulier sur sa périphérie à l’habitat si précaire. Sans doute ces immigrants vont progressivement modifier leurs attitudes reproductives au contact d’un marché du travail plus généreux, en particulier pour les femmes. Mais d’ici la fin de la transition vitale au Mexique, la reproduction moyenne en ces lieux pionniers dépendra largement des apports migratoires et des inégalités d’une réussite économique mal partagée, plus que de la proximité des États-Unis.

IMMIGRATIONS

16Pour cette carte de l’importance relative de l’immigration au Mexique fut choisie la division municipale et retenue une discrétisation de l’attribut par classes égales. Il y a une raison à ce choix : l’immigration est un phénomène très concentré dans l’espace et fortement inégalitaire ; peu de lieux rassemblent un grand nombre d’immigrants de sorte que la frange frontalière n’apparaît plus aussi homogène, beaucoup s’en faut. Mais prenons garde, il s’agit des mouvements recensés entre les états de la république mexicaine, soit le décompte en 1990 de ceux qui ne résident pas dans l’état où ils naquirent. On doit attendre une configuration distincte, pour les migrations intra-régionales. Deux graphiques précisent la distribution des immigrants par région en valeurs absolues (C.2.) et relatifs (C.1.). Notons que l’indice d’immigration calculé donne une idée de l’importance relative de la population allochtone, mais il ne mesure pas un risque migratoire puisque les événements sont rapportés à des gens qui ne sont pas exposées au phénomène.

C. 1. Proportion d’immigrants selon le lieu de naissance Cartographie municipale, par intervalles égaux

17Les régions de la Basse Californie partagent avec celles diamétralement opposées du Quintana Roo, précisément la côte caraïbe, de supporter la plus forte proportion d’immigrants. Cet avantage est autant le résultat du flux absolu de migrants que la modeste importance des populations autochtones. Une lecture rapide de la carte C. 3 suggère trois grands types de destinations.

18Un mouvement de concentration vers les capitales régionales, le Distrito Federal mais surtout certains lieux de l’état de Mexico (Texcoco, Zumpango) associés à la croissance de la capitale, de même vers Cuernavaca et enfin vers la plupart des villes moyennes du Mexique (Puebla, Merida, Monterrey, Guadalajara, etc).

C. 3. Relation entre le nombre d’immigrants et le rang migratoire de la région

  • Une colonisation de terres neuves, peu peuplées : centre du Tamaulipas, sud de Campeche et du Qintana Roo à la frontière du Guatemala, nord de l’isthme de Tehuantepec. et les côtes de la mer de Cortez.
  • L’élan vers les lieux de la nouvelle prospérité mexicaine, soit associée au tourisme (Cancun, parties de la côte occidentale) ou aux grands investissements nationaux et pétroliers (Lazaro Cardenas, Tampico, Coatza-coalcos), à l’industrie maquiladora (les villes frontalières).

19Pour ce phénomène, la Frontera ne se distingue plus comme un ensemble homogène. L’immigration combine les trois mouvements remarqués, attraction des villes moyennes, des manufactures et de l’agriculture irriguée (Sinaloa, Mexicali et Tamaulipas), d’où sont exclus les grands espaces ruraux sans ressources.

20Le graphique C4 illustre l’action conjointe de la transition vitale et de la migration dans l’équilibre démographique des régions. Sans affirmer que l’une provoque l’autre (les parités moyennes se voient légèrement altérées à la baisse par une population migrante jeune), remarquons combien elles sont associées, sans doute par l’intermédiaire des phénomènes qui expriment ou stimulent la transition démographique.

C. 4. Réparation régionale entre la parité moyenne et l’immigration en valeur absolue

21Du point de vue spatial, est exemplaire le déplacement croissant des gens vers les lieux de plus basse fécondité, un grand nombre d’entre eux probablement originaires des régions de transition tardive.

22La théorie comme les études empiriques n’insistent certainement pas assez sur le rôle de la mobilité dans la révolution vitale, qu’elle accélère. En migrant, l’individu ou sa famille tente de résoudre les contradictions provoquées par l’allongement de la vie dans les sociétés domestiques, il va généralement vers les lieux qui offrent les conditions propices à la baisse de la fécondité (meilleurs travail, éducation et santé). Or les régions situées sur la Frontera Norte appartiennent à la tendance mexicaine ; une fois encore, elles ne font pas figure d’exception. Deux groupes se distinguent cependant, traduisant des degrés divers d’urbanisation. En revanche les unités spatiales encerclées appartiennent aux Nord occidental, du Sonora et de partie du Chihuahua. Dans l’ensemble national, elles se démarquent, atypiques pour cette relation particulière.

23Les remarques précédentes portent sur les migrations cumulées depuis la naissance des individus ; c’est un ensemble de carrières migratoires de diverses durées, celles des vies personnelles. Pour se donner une unique période de référence dans le temps, interroger les mouvements récents, nous avons cartographié les flux absolus et relatifs des changements de résidence depuis 1985. Amalgame imparfait des vraies migrations comme des retours, la carte donne une image sensiblement différente de la géographie des déplacements, plus nettement à l’avantage de la Basse Californie et de CD Juarez qui dépassent les capitales régionales du centre, la ville de Mexico à part. Mexicali et Ensenada à elles seules pèsent sensiblement autant que les autres villes secondaires sur la frontière (Nogales, Matamoros...). On ne manquera pas de remarquer le poids de Cancun dans cette nouvelle dispersion des Mexicains aux extrêmes de la République. Une dernière carte (C.6) tente de rapprocher les deux statistiques inconciliables de la migration, elle présente la géographie du rapport entre la population immigrante selon le lieu de naissance et selon la résidence en 1985. C’est une quantité difficile à exploiter car à double sens. Dans les régions d’exode, un rapport proche de l’unité peut signaler l’ampleur des retours, tel à Oaxaca ; ailleurs, tout simplement, l’absence de migration, ainsi sans doute dans le nord du Yucatan. Quand le même indicateur prend des valeurs élevées dans des lieux dont on sait l’attraction sur les migrants, il dénote vraisemblablement un tassement des flux récents. L’explication vaudrait pour le Distrito Federal et certains de ses environs, des portions de la côte du Sinaloa et l’orient de la frange frontalière dans le Nuevo Leon et le Tamaulipas. Dans les zones d’émigration traditionnelle, on observe peu de valeurs fortes de ce rapport, l’immigration y est probablement rare, moins encore que les retours. Cependant, pour asseoir de pareilles interprétations, il conviendrait de les confronter à d’autres sources statistiques.

ÉDUCATION

24Trois exemples viendront nuancer l’acceptation commune de la meilleure éducation dispensée dans le Nord. Cet avantage est ancien comme en témoigne la carte de l’analphabétisme des personnes âgées de plus de 65 ans (D. 1). Le contraste est d’autant plus frappant entre le nord, le centre et le sud du Mexique que les écarts sont amples. Ici encore, on remarquera que l’ensemble frontalier qui se dessine jusqu’à la première ligne des villes de l’intérieur n’est que modérément homogène. De plus, il se situe au niveau des autres grandes cités mexicaines : le Nord est un semi-désert qui accueille une majorité de citadins. Cette carte esquisse un aspect de l’histoire sociale du Mexique : un centre bien doté, Mexico et ses villes satellites, s’est développé dans un environnement qui demeure défavorisé, l’espace du peuplement ancien. La série des mêmes cartes (non reproduites ici) à différents âges montre que cette géographie reste inchangée dans ses grandes lignes ; l’éducation a fait des progrès prodigieux sans altérer l’inégalité attachée aux lieux.

D. 1. Proportion d’analphabètes parmi les personnes âgées de 65 ans et plus

D. 2. Fréquentation scolaire à 15 ans (en pourcentage de cette classe d’âge)

D. 3. Pourcentage d’adultes de 35-39 ans avec une formation technique Les zones sans trame n’ont pas de valeur pour l’attribut

25La graduation nord-sud disparaît pour la fréquentation scolaire à 15 ans dont l’inégalité dessine une géographie plus “naturelle”, c’est-à-dire où les zones montagneuses et/ou enclavées subissent un handicap relatif. L’avantage des principales villes se maintient. L’avance <M>norteña de la formation technique est indiscutable (carte D.3), frontalière à l’exception du nord de la Basse Californie, dépassant toutes les régions méridionales. Prenons garde, cependant, de chercher à interpréter le détail géographique de cet attribut qui décrit un événement rare dans la classe d’âge choisie. La plus haute proportion de techniciens chez des populations peu nombreuses peut être due au hasard.

REVENUS

26La concentration frontalière de la population en activité (la PEA) signale le déplacement de l’activité économique vers le nord. Cependant, la frange frontalière ainsi dessinée descend loin vers le sud sur la côte pacifique, englobant toute la Basse Californie. A l’échelle de la nation, on devine une préférence pour les terres basses (culture irriguée, pétrole, tourisme), contournant les grands espaces accidentés des plateaux, villes du centre à part. Une autre frontière, celle avec le Guatemala, rassemble un surplus d’adultes en activité ; il se peut que la présence des réfugiés soit à l’origine de ce phénomène.

27Quelques repères sont donnés dans les cartes suivantes pour expliquer ces configurations. On y verra que les manufactures (le Nord évoque tout de suite les <M>maquilas) n’expliquent pas à elles seules les hauts taux d’activité sur la Frontière. La carte des revenus, en revanche, révèle l’injustice des lieux et souligne ce que l’on sait déjà de la géographie de l’exode. La divergence des gains monétaires dans l’agriculture est particulièrement large mais en-deçà de celle à l’œuvre dans l’industrie manufacturière. Ces trois configurations spatiales sont proches, toutes témoignent de l’avantage de la partie occidentale de la Frontera Norte.

E. 6. Revenus moyens dans les manufactures

E. 7. Revenus moyens dans le secteur commercial

28Le rapport entre les deux cartes de l’activité et des salaires se clarifie dans le graphique E.3, la coïncidence est nette pour les niveaux élevés de revenu (au-dessus de deux salaires minimaux) et dès que la PEA dépasse les 45 % de la population de plus de 12 ans. La tendance se maintient pour des valeurs plus faibles, mais avec une plus grande variabilité. Que les plus hauts revenus soient assortis d’une probable réduction du chômage et d’une meilleure participation féminine constitue une motivation suffisante à la migration. De fait, les régions situées à l’extrême favorable de l’évolution sont parmi les plus recherchées par les travailleurs mobiles : les villes de la frontière et plus encore les régions orientales et méridionales du Quintana Roo. Ces dernières s’écartent une fois encore de la tendance générale et se distinguent en cela de l’espace frontalier, dont les villes sont conformes au mouvement général qu’elles devancent.

E. 3. Les revenus et le degré d’activité

CONCLUSION

29Cette ébauche d’atlas censitaire du Mexique est plus qu’une présentation du SIGEF ou qu’une démonstration de l’outil infographique assistant l’analyse démographique. Elle avance des arguments graphiques en faveur de l’analyse spatiale de la Frontera Norte, replacée dans le contexte plus large du territoire mexicain. L’intégration de l’information censitaire nord-américaine dans le Système d’Information Géographique du COLEF est en cours afin de compléter notre perception de ce nouvel espace humain et économique dont la frontière est l’articulation et le traité de libre commerce le projet.

30Mais déjà cette première approche a permis d’identifier quelques espaces démographiques frontaliers qui traduisent la similitude de certains comportements, surtout reproductifs et migratoires, de même que l’homogénéité de leur contexte économique et éducatif. Néanmoins, chacun de ces espaces présente une étendue et un contour propres, dessine autant de franges frontalières que d’échelles singulières aux phénomènes démographiques analysés. Certaines descendent loin vers le sud, le long des côtes généralement, d’autres se cantonnent au double tracé parallèle des villes du nord ; de nettes discontinuités fractionnent les 3000 km du contact avec les USA, les disparités plus fortes encore s’installent dans les villes qui chevauchent la frontière, telle la ville de Tijuana. Par ailleurs, quand ils existent, ces caractères analogues ne sont pas exclusifs du Nord frontalier mais se retrouvent en d’autres lieux de la nouvelle prospérité économique (manufacture, extraction pétrolière, tourisme, culture irriguée...) et, fréquemment, dans les principales capitales du pays. Reconnaître une unité démographique à la frontière est affaire de finesse statistique, plus on avance dans le détail géographique et la précision des mesures, on sera amené à nuancer les premières impressions, ou revoir des observations trop ponctuelles et isolées.

31La seconde question posée aux statistiques censitaires reçoit une réponse plus franche, qu’il conviendra cependant de confirmer : les régions urbanisées de la Frontera Norte présentent-elles une combinaison distinctive des facteurs qui impulsent les mouvements naturels et spatiaux des populations mexicaines ? Cela revient à comparer le niveau atteint par tel phénomène en tenant compte de ses diverses composantes et cela permet d’examiner les identités frontalières dans le cadre plus précis de la géographie de la transition démographique. Or pour toutes les relations examinées, les villes frontalières sont conformes aux tendances nationales. Nous n’avons pu déceler une réelle particularité que l’on attend de la situation géographique. La Frontera Norte est mexicaine, totalement, mais souvent à la pointe des évolutions démo-économiques. Voilà, évidemment, une image éloquente pour les espérances nationales dans le traité de libre commerce avec l’Amérique du Nord.

Table des illustrations

Légende A1. Proportion de la population ayant moins de 20 ans (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Légende A2. Proportion de la population en âge d’activité
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende A7. Transitions vitale et migratoire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende B.1. En 1990, parité atteinte par les mères de 20-24 ans
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende B.2. Mortalité estimée des enfants avant leur cinquième anniversaire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Légende B. 3. Parité des mères de 20 à 24 ans selon la mortalité des enfants de moins de cinq ans
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende B. 4. Parité des mères de 20 à 24 ans selon quelques aspects de l’activité agricole et domestique.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende B. 5. Les parités moyennes dans la ville de TijuanaToutes femmes de plus de 12 ans réunies
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende C. 1. Proportion d’immigrants selon le lieu de naissance Cartographie municipale, par intervalles égaux
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende C. 3. Relation entre le nombre d’immigrants et le rang migratoire de la région
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Légende C. 4. Réparation régionale entre la parité moyenne et l’immigration en valeur absolue
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende D. 1. Proportion d’analphabètes parmi les personnes âgées de 65 ans et plus
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende D. 2. Fréquentation scolaire à 15 ans (en pourcentage de cette classe d’âge)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende D. 3. Pourcentage d’adultes de 35-39 ans avec une formation technique Les zones sans trame n’ont pas de valeur pour l’attribut
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende E. 6. Revenus moyens dans les manufactures
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende E. 7. Revenus moyens dans le secteur commercial
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende E. 3. Les revenus et le degré d’activité
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2113/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 295k

Auteur

Directeur de recherche à l’ORSTOM

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540