Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

I - Les mutations économiques

Formation technologique, recherche et entreprise : le cas de l’ITESM de Monterrey

Virginie Baby

Texte intégral

1Monterrey est le pôle organisateur du Nord-Est mexicain, regroupant les trois états frontaliers de Tamaulipas, Nuevo Leon et Coahuila. L’agglomération est structurée par un réseau industriel puissant, dont les maillons principaux sont ceux du Groupe Monterrey, qui concentre l’essentiel de la bourgeoisie locale.

2Ce réseau est doublé d’un important dispositif de formation supérieure, privé : l’ITESM (Instituto Tecnológico de Estudios Superiores de Monterrey). Il développe un système original d’enseignement supérieur et de recherche, très fortement lié au monde industriel local. Son prestige important lui a permis de développer un réseau de vingt-six campus installés sur le territoire de la République, regroupant plus de quarante mille étudiants dont près du tiers sont à Monterrey.

3Comment s’explique le succès de cet institut ? L’ITESM dispose-t-il de formations réellement adaptées au marché du travail mexicain ? Quels sont les liens organiques qui unissent l’ITESM à l’industrie ? Quelles en sont les limites ? Quel est le rôle de l’ITESM dans le processus de restructuration industrielle qu’a généré la crise de 1982 et l’ouverture progressive du Mexique aux marchés étrangers ? Comment se manifeste la relation trilatérale entre les États-Unis, l’ITESM et le tissu industriel mexicain ?

LE SUCCÈS D’UN CENTRE DE FORMATION SUPÉRIEURE

4Le succès de l’ITESM est attribué au système de formation qu’il développe, et qui est adapté aux besoins de main-d’œuvre du système productif.

5Ses formations disposent en effet d’atouts importants : elles sont avant tout essentiellement technologiques. Les filières les plus prisées sont celles d’ingénierie et d’administration, qui dans leur ensemble regroupent plus des trois quarts des étudiants. Ces formations sont adaptées aux besoins du marché, d’autant qu’elles sont révisées tous les cinq ans en fonction de ce critère d’adéquation aux réalités du monde productif.

6La formation technologique n’est pas pour autant exclusive ; afin que les étudiants disposent de connaissances qui dépassent le strict champ de leur spécialité, un certain nombre d’enseignements généraux sont obligatoires. L’acquisition d’une culture générale est jugée indispensable pour assumer des fonctions de direction ou de gestion d’entreprise. De plus, les formations de l’ITESM accordent une large place au développement de la culture d’entreprise, qui doit favoriser l’insertion du diplômé dans son univers de travail. Il existe à cet effet un centre dont la fonction est d’aider les étudiants à créer leur propre entreprise pendant leurs études, afin qu’ils disposent d’un minimum d’expérience lors de leur entrée dans la vie active. Il s’agit du CEDEM (Centro de Desarrollo Emprendedor).

7L’ambition de l’ITESM de former des diplômés utilisables immédiatement sur le marché du travail est donc largement satisfaite. Son succès, sur ce point, peut accentuer la remise en question du système universitaire public mexicain, qui est affecté par une crise grave et amené à redéfinir ses propres missions, héritées de la tradition humaniste européenne : l’éducation est-elle l’acquisition d’une culture humaniste ou bien l’apprentissage d’une formation spécifique ? Est-ce un espace autonome, ou intégré à la société et au marché du travail ?

8Cela dit, si certaines formations universitaires sont très inadaptées aux besoins du secteur productif, l’UANL (Universidad Autónoma de Nuevo León), seule université publique de l’État, dispose de filières similaires à celles de l’ITESM, sans qu’elles jouissent pour autant de la même réputation. Le succès de l’ITESM est donc certainement lié à d’autres facteurs que celui de la qualité de son enseignement.

9Il semble en effet que la réputation de l’ITESM soit indissociable de son histoire, et donc de ses liens particuliers avec la bourgeoisie industrielle regiomontana.. L’ITESM a été créé en 1943 dans un contexte particulier, celui qui a suivi la crise universitaire au Nuevo León, liée aux échecs de la tentative de réforme de l’université dans une optique socialiste, à l’époque de Cárdenas. La création de l’ITESM répond donc à trois nécessités spécifiques :

  • doter le Nuevo León d’une institution d’enseignement supérieur, car il en est déficient.
  • répondre aux besoins de main-d’œuvre des industries locales en pleine croissance, et surtout de main-d’oœuvre qualifiée. L’ITESM se donne pour fonction d’aider au développement de l’industrie nationale.
  • poursuivre, à travers une institution de qualité, une politique historique d’indépendance par rapport aux États-Unis. Ainsi, l’ITESM a été créé sur le modèle américain du MIT (Massachusetts Institute of Technology de Boston), mais cette création s’inscrit dans une politique d’autonomie par rapport au voisin du Nord. Son initiateur, Eugenio Garza Sada, est diplômé du MIT et se trouve lors de la fondation à la tête du groupe industriel VISA, l’une des branches maîtresses du Groupe Monterrey.

10L’origine des relations entre l’ITESM et l’industrie remonte à sa création puisqu’il s’agit d’une fondation d’entreprise. Au travers de cet institut, la bourgeoisie industrielle a certes voulu former ses cadres et ses dirigeants d’entreprise, mais aussi renouveler son propre vivier. l’ITESM asseoit donc son prestige sur ses origines, en devenant l’instrument de reproduction d’une classe sociale privilégiée.

11Une enquête réalisée auprès des pères de famille de deux cent cinquante diplômés de l’ITESM révèle les données significatives suivantes :

  • 1/10 d’entre eux sont eux-mêmes diplômés de l’ITESM.
  • Les 4/5 d’entre eux ont été ou sont propriétaires d’une entreprise.
  • 40 % d’entre eux reconnaissent que le coût de la formation de leur enfant à l’ITESM a représenté pour eux peu ou pas d’efforts financiers. A titre indicatif, le coût d’un an de scolarité à l’ITESM en 1993 est de près de 18.000 N$, alors que le salaire minimum mexicain est de l’ordre de 4.500 N$ par an1.
  • 91 % d’entre eux avouent envoyer leur enfant à l’ITESM avant tout pour son prestige.

12Le cachet de qualité de l’ITESM est donc difficilement dissociable de cette autre marque : celle de la bourgeoisie capitaliste de Monterrey.

LA PARTICULARITÉ D’UN CENTRE DE RECHERCHE

13Si l’ITESM est avant tout un centre de formation, c’est aussi, et de plus en plus, un centre de recherche étroitement lié au monde de la production.

Une recherche particulière

14La recherche réalisée dans l’institut est essentiellement appliquée à la résolution de problèmes immédiats rencontrés dans une entreprise. Ce type d’activités est imposé par le mode de fonctionnement des centres de recherche, et surtout par leur mode de financement : tous les centres sont autofinancés, ce qui signifie que les projets qui y sont développés n’existent que par le profit réalisé lors de leur vente sur le marché des entreprises. Ce système interdit en quelque sorte toute recherche théorique scientifique, qui nécessite l’investissement de gros capitaux sur une longue durée, et n’a pas forcément de retombées sur le secteur productif. La plupart des entreprises mexicaines, même les plus innovantes, ne disposent pas des capitaux nécessaires pour impulser une telle recherche.

15Cette absence de recherche scientifique théorique repose le problème de la fuite des cerveaux, et accroît la dépendance technologique du Mexique face aux États-Unis. La recherche technologique doit-elle être abandonnée entre les mains des puissances industrialisées, et le Mexique doit-il se consacrer à l’apprentissage et à la mise en œuvre des nouvelles techniques déployées par ces derniers ?

16La recherche à l’ITESM s’oriente en effet dans les deux directions suivantes :

  • La formation des cadres des entreprises à des technologies nouvelles héritées de la troisième révolution industrielle et mises à jour aux États-Unis et dans les autres pays industrialisés.
  • la consultoria, c’est-à-dire la résolution de problèmes pratiques rencontrés dans les entreprises, l’introduction dans ces dernières de méthodes de compétitivité nouvelles qui nécessitent souvent la mise en œuvre de technologies récentes.

17Cette recherche s’exerce au travers de la DGI (Dirección de Graduados e Investigacion) qui dispose à Monterrey de onze centres de recherche, dont le développement a été extrêmement important depuis le début des années 1980 et l’ouverture du pays sur les marchés étrangers, qui a rendu nécessaire l’adoption de technologies nouvelles.

18L’un d’entre eux, le Centre de Qualité, est devenu particulièrement important dans la mesure où la qualité est devenue l’un des maîtres mots des impératifs de modernisation technologique des industries de Monterrey, et où ce centre a été mis en place autour d’un programme fondamental, le programme Ford-ITESM, créé en 1982. Son étude nous permettra de mettre en valeur quelques mécanismes essentiels dans la relation qui existe entre les industries américaines et mexicaines, au travers du TEC de Monterrey.

Le cas du programme FORD-ITESM

19Ford a trois entreprises en territoire mexicain, qui sont : Ford Chihuahua, Ford Hermosillo, Ford Cuauhtitlan. toutes trois ayant d’importants réseaux de fournisseurs mexicains. Pour s’assurer de la qualité de ses sous-traitants, Ford a exigé qu’ils se forment au Contrôle statistique de processus, un système dont l’essence réside dans l’introduction de moyens de contrôle graphiques et statistiques de la production. Grâce à ses SQA (Supplier Quality Asurance, ou vérification de la qualité du fournisseur), Ford peut contrôler l’application de ce système dans ses entreprises sous-traitantes. Celles qui disposent d’un système particulièrement efficace et garantissent des produits de qualité sont même récompensées par le certificat Ql. Toutes ces exigences en termes de qualité nécessitent la mise en place de programmes de formation à ces nouvelles technologies.

20C’est l’ITESM qui a été choisi par Ford pour développer ces programmes de Contrôle Statistique de Processus dans les entreprises sous-traitantes, moyennant un contrat de soixante dix mille dollars.

21Plusieurs raisons peuvent expliquer le choix de l’ITESM comme “fournisseur en éducation” :

  • Ford avait besoin d’un fournisseur mexicain pour mexicaniser la technologie développée aux États-Unis, c’est-à-dire la traduire et l’adapter aux réalités des entreprises mexicaines.
  • l’ITESM a l’avantage d’être présent sur tout le territoire national : une dizaine de campus sont habilités à développer le programme Ford-ITESM. La formation se déroulant sous forme de cours dans le campus, donnés par les ingénieurs du Centre de Qualité, la proximité du centre de formation et de l’entreprise est donc un facteur important pour la diffusion de la technologie.

22Concrètement, le rôle du Centre de Qualité est donc de :

  • mexicaniser la technologie ; les ingénieurs du Centre se rendent aux États-Unis pour se former aux méthodes statistiques ;
  • expérimenter les modèles de qualité dans les entreprises ;
  • diffuser ces modèles sous forme de cours à l’ITESM ou dans les entreprises elles-mêmes ;
  • étendre le programme à une gamme plus vaste de clients (autres que les sous-traitants de Ford).

23Les fonctions de contrôle et de perfectionnement des programmes sont assumées par Ford elle-même.

24Le programme de Contrôle Statistique de Processus a connu un grand succès, car plus de trente mille personnes l’ont suivi et il a été largement implanté dans toutes les entreprises sous-traitantes de Ford. Il a été complété par le Certificat en Statistiques Avancées qui est destiné aux ingénieurs des entreprises, alors que le Contrôle Statistique de Processus était réservé à des catégories de personnel moins qualifiées (depuis les ouvriers spécialisés jusqu’aux ingénieurs). L’ITESM est chargé, un fois encore, d’implanter ce programme.

25Une troisième étape du programme Ford-ITESM a été mise sur pied en 1991-1992 : il s’agit d’une méthode de planification de la qualité appliquée aux processus de manufacture, le Plan de Contrôle dimensionnel plus. Cette méthode s’inscrit dans un processus de restructuration de Ford, qui fait suite à l’implantation de ses usines de tracteurs et de camions en Europe lors de l’ouverture de la CEE. L’accès de Ford aux marchés européens nécessite la mise en place de normes de qualité très précises et nouvelles ; pour ce faire, Ford décide de fermer son usine de montage de Chihuahua en 1991 (et ce jusqu’en 1994), afin d’y préparer la construction du “moteur Z”, allemand. Les fournisseurs sont triés sur le volet et doivent tous disposer, entre autres exigences, du Plan de Contrôle dimensionnel plus. Le Centre de qualité divulgue ce programme aux entreprises qui le désirent.

26Le succès du programme Ford-ITESM est dans l’ensemble mitigé : si trente mille personnes ont suivi le Contrôle Statistique de Processus à l’ITESM, à peine deux cents ont suivi le Certificat en Statistiques Appliquées, et moins d’une dizaine disposent du Plan de Contrôle dimensionnel plus. Le niveau exigé dans les cours est souvent inadapté à la formation des travailleurs, le coût des cours est prohibitif, et le TEC est souvent concurrencé par d’autres systèmes de formation.

Étroites dépendances

27Quelles sont les conclusions que nous pouvons tirer de cet exemple ?

28Tout d’abord, le programme Ford-ITESM nous permet de mettre en valeur l’étroitesse des relations qui existent entre le TEC et l’industrie : l’ITESM est en quelque sorte un agent de modernisation de l’industrie mexicaine, en ce sens qu’il permet le développement dans l’industrie de technologies nouvelles venues des pays industrialisés. Le programme Ford-ITESM s’adresse en premier lieu aux sous-traitants de Ford, mais pas exclusivement : l’ITESM a obtenu de pouvoir le dispenser dans toutes les industries du pays quelles qu’elles soient ; le programme permet donc la modernisation de tout l’appareil industriel mexicain.

29Cet exemple souligne l’étroitessse de l’interdépendance qui existe entre les tissus industriels mexicains et nord-américain, interdépendance où l’ITESM joue le rôle d’intermédiaire dans le domaine de la formation. On peut percevoir ici une illustration originale de la division internationale du travail : en obligeant ses fournisseurs mexicains à adopter de nouvelles technologies, Ford tire les entreprises “dans le développement”, car il favorise la formation de cadres industriels et leur circulation entre les deux pays. Ce nouveau schéma va à l’encontre de la relation traditionnellement établie entre pays industrialisés et pays “en voie de développement”, qui a tendance à laisser à ces derniers la réalisation de tâches monotones, répétitives, sous-qualifiées et dévalorisées. La première vague des usines d’assemblages frontalières est un peu l’illustration de ce type de relations, et le programme Ford-ITESM semble dessiner un nouveau mode de délocalisation industrielle.

  • 2 Voir Maria de los Angeles POZAS, Restructuration industrial en Monterrey, publication de la Friedr (...)

30Cette relation triangulaire (multinationales américaines, ITESM, sous-traitants mexicains) est aujourd’hui porteuse de développement ; elle n’en présente pas moins quelques signes de fragilité. En effet, l’avenir de l’ITESM dépend de sa capacité à conclure des contrats extérieurs et à adapter les nouvelles technologies américaines ou japonaises à l’économie mexicaine. Par surcroît, l’ITESM subit une concurrence forte, tant de la part des bureaux de consultants spécialisés que des départements de recherche-développement internes aux grandes entreprises, ou bien alors des alliances technologiques nouées directement entre entreprises mexicaines et américaines. Ce dernier mode de relation est une stratégie de modernisation fortement adoptée par les entreprises regiomontanas, notamment au sein du Groupe Monterrey, depuis 1982. Les alliances leur permettent de soulager leur situation financière grâce à l’apport de capitaux externes, et d’avoir accès à la technologie étrangère ; elles sont également très prisées par leurs partenaires, qui participent aux gains des entreprises locales, s’installent au Mexique et y gagnent ainsi aisément des parts de marché2.

31Enfin, l’avenir des entreprises mexicaines est incertain dans la mesure où il dépend de leur crédibilité auprès des multinationales américaines, en l’occurence Ford Motor Company. Cette dernière a d’ailleurs considérablement réduit le nombre de ses fournisseurs mexicains, qui est passé de plus de 300 à quelques dizaines ; cette évolution est conforme à l’un des axiomes de Deming, théoricien de la qualité qui a dessiné une partie des programmes de modernisation des entreprises de Ford, selon lequel il ne faut qu’”un fournisseur par produit”. Les sous-traitants de Ford qui ont été éliminés ont parfois aujourd’hui de graves problèmes de reconversion, même s’ils fournissent souvent aussi les entreprises de Chrysler ou General Motors. C’est la précarité des équilibres internationaux imposés par les nouvelles formes de délocalisation et de structuration qui éclate ici au jour.

CONCLUSION

32L’étude des relations entre l’ITESM et l’industrie mexicaine se trouve donc au cœur de la problématique frontalière. Créé pour donner naissance à un modèle de formation autonome, copié certes sur le MIT mais dans une optique d’indépendance nationale, l’ITESM a toujours maintenu d’étroites relations avec les universités américaines, où professeurs et étudiants sont envoyés en stage, et d’où viennent les modèles de modernisation interne. De plus, l’ITESM s’affirme comme intermédiaire entre les entreprises américaines et les entreprises mexicaines dans un certain nombre de domaines de recherche appliquée : les centres de recherche du TEC sont spécialisés dans l’adaptation aux réalités des entreprises mexicaines de nouvelles technologies américaines, japonaises ou européennes, qui sont divulguées dans le tissu industriel local, participant par là même à sa modernisation.

  • 3 Cet article a pour base une recherche, réalisée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, lors d’un (...)

33Le TEC, qui se voulait agent d’autonomie, participant à la modernisation industrielle nationale tant par ses méthodes de formation que par ses centres de recherche appliquée, est en fait fortement lié au processus d’intégration économique des entreprises mexicaines dans un marché de plus en plus global depuis dix ans. Son succès est donc indéniablement lié à l’intensité de ses relations avec les États-Unis, et en partie conditionné par elles3.

Notes

1 Enquête interne à l’ITESM, réalisée par le Centre d’Études Stratégiques (CEE), intitulée : El logro de la mision del ITESM a traves de sus egresados, un estudio de seguimiento de egresados de Ingenieria industrial y de Sistemas, Ingenieria Agronoma, Licencia en Administracion de empresas, Licencia en Ciencias de la Comunicacion, generaciones 1980 y 1990.

2 Voir Maria de los Angeles POZAS, Restructuration industrial en Monterrey, publication de la Friedrich Ebert Stiftung. México D.F., 1992.

3 Cet article a pour base une recherche, réalisée dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, lors d’un séjour à Monterrey (1992-1993) au sein du Colegio de la Frontera Norte (COLEF).

Auteur

Agrégée, E.N.S., associée au CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540