Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La frontière Mexique-États-Unis

 | 
Pierre Gondard
, 
Jean Revel-Mouroz

I - Les mutations économiques

La liaison secteur éducatif et industrie maquiladora à la frontière nord du Mexique

Jorge Carrillo et Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

INTRODUCTION

1Ce texte s’appuie sur des travaux existants qui portent sur le processus de liaison entre le secteur éducatif et l’industrie maquiladora d’exportation (IME). C’est en particulier à partir des résultats de l’étude “Marchés du travail dans les activités maquiladoras” menée en 1990 par le Colegio de la Frontera Norte avec le patronage du ministère du Travail et de la Prévision sociale qu’ont pu être formulés deux objectifs de notre travail :

  1. déterminer les changements dans le processus de liaison entre l’industrie maquiladora d’exportation et le secteur éducatif à Tijuana et Ciudad Juarez ;
  2. mieux connaître le processus de réorganisation territoriale ayant pour base la liaison institutionnelle entre l’industrie maquiladora d’exportation et le secteur éducatif à Tijuana et Ciudad Juarez.

Le cadre de l’analyse

2Notre analyse a pour cadre le développement, dans les années quatre-vingt, d’une seconde génération de maquiladoras caractérisées par un plus fort usage de technologie avancée et par l’adoption des systèmes de juste à temps et de contrôle total de qualité. Ces changements peuvent être interprétés sous l’angle de la production flexible qui cherche à élever la qualité et la productivité des entreprises et à réduire leurs coûts, grâce à la flexibilisation des marchés du travail et à un contenu plus riche du travail.

3Le modèle de production flexible suppose, tant dans les pays industriels avancés que dans ceux d’industrialisation récente, une revalorisation du facteur humain dans la production. Le groupe FAST de la Communauté européenne considère que la caractéristique centrale des nouvelles entreprises est l’adoption de systèmes anthropocentrés de production (Wobbe 1992). Le nouveau rôle que les systèmes technologiques et organisationnels attribuent aux travailleurs, tant qualifiés que non qualifiés, implique une plus grande participation, une responsabilisation et un engagement dans les nouvelles tâches. Les processus de multi-qualification, multitâches, et en particulier celui de production de qualité à la source (quality at source) impliquent de plus grandes connaissances, habileté, responsabilités, activité, dans les postes de travail flexible.

4Le nouveau paradigme technologique de la lean production est basé pour une très forte part sur la performance des individus au sein de l’organisation de l’entreprise. Wobbe (1992 :60) en conclut que l’éducation et la capacitation font partie du cœur même des systèmes de production anthropocentrés, et il signale qu’une exigence centrale dans les années quatre-vingt-dix, c’est le développement à une large échelle de la mise en place de mesures éducatives, avec pour caractéristiques saillantes :

  • éducation et entraînement pour une vie d’apprentissage
  • développement social de l’ingéniosité dans le travail en équipe
  • apprendre en faisant
  • éducation ouverte
  • fomenter une psychologie telle que les gens sachent apprendre au travers d’environnements changeants
  • large enseignement des savoir faire et des connaissances
  • accroissement des liens entre l’industrie et le secteur éducatif.

5Dans ce sens la “faible” qualification comme la faible capacitation deviennent non seulement un problème de productivité, mais aussi un obstacle à la réussite des systèmes de production anthropocentrés. (Wobbe, 1992 : ix). Ceux-ci exigent que soient relevés dans la sélection de la main d’œuvre les requis scolaires et les capacités techniques, et que de nouveaux critères de recrutement soient établis, tels que la disponibilité et l’aptitude au travail en groupe. Ceci signifie en même temps que les programmes internes de capacitation au travail, dans les entreprises, et les programmes externes correspondants soient augmentés et qu’ils s’ajustent à cette nouvelle réalité.

6Le modèle de production flexible engendre d’autre part une plus grande intégration horizontale des entreprises. Au travers de l’intense liaison avec les fournisseurs proches, les enchaînements productifs locaux se renforcent en rendant possible le développement régional. L’organisation industrielle des entreprises asiatiques de la Frontière nord est un clair exemple de tout ceci. Alors que d’un côté, des théoriciens du toyotisme (Ohno 1990, Coriat 1991), avec leur référence au Japon, et de la lean production (Krackif 1989 ; Womack et al. 1990), dans son sens universel (Bonazzi 1993) ont porté une plus grande attention aux réseaux productifs, organisationnels et de communication à l’intérieur des usines, et particulièrement aux rétro-enchaînements (backward linkeages) (JIT1 et JIT2), d’un autre côté ils ont manifesté peu d’intérêt pour les réseaux institutionnels des localisations. Cette approche au contraire a été celle des théoriciens de la spécialisation flexible, en començant par Piore et Sabel (1984), et particulièrement des districts industriels (cluster industry) (Schmith 1992). Malheureusement les efforts pour relier les thématiques des réorganisations inter et intra-firmes (Scott et Storper 1990 ; Humphrey 1993) sont encore peu nombreux.

7Dans le présent travail on cherche à combler cette lacune à partir, d’une part des connaissances existantes sur la réorganisation industrielle dans les maquiladoras et sur les nouvelles exigences en matière de capacitation de la main d’œuvre, et d’autre part des résultats de la présente recherche sur la réorganisation territoriale reposant sur la liaison institutionnelle entre l’industrie maquiladora d’exportation et le secteur éducatif dans deux villes frontalières différentes quant à leur degré de spécialisation économique et à l’origine du capital : Tijuana et Ciudad Juarez.

Le contexte régional

8Un grand nombre des industries maquiladoras appartiennent à des entreprises étrangères ayant leur siège social aux États-Unis. Les décisions de leur localisation, le modèle de production et le développement de réseaux institutionnels qui en résultent, dépendent en principe de décisions extérieures. Mais le contexte régional où elles opèrent est également un facteur qui conditionne leur politique et les performances de leurs établissements. Il y a donc un processus d’adaptation au territoire, dans lequel est important l’ajustement qu’opèrent les entreprises maquiladoras en fonction du marché du travail, de l’infrastructure en éducation et de l’offre de main d’œuvre qualifiée.

9Les marchés du travail régionaux, de Ciudad Juarez à Tijuana, sont saturés du fait d’une offre croissante de la part de la structure des possibilités d’emploi (Browning et Zenteno 1990). Tijuana et Juarez, par exemple, maintiennent de bas taux de chômage, de hauts indices de croissance de la population et de hauts taux de rotation du personnel (de l’ordre de 12,7 % mensuel en moyenne à Tijuana et de 10,9 % à Juarez) (Carrillo 1991 :31). La mobilité élevée de la main d’œuvre, d’abord dans les entreprises maquiladoras (1,55 en moyenne) (Carrillo et Santibañez 1993) et ensuite vers d’autres activités économiques et domestiques, est actuellement la préoccupation principale de l’Industrie maquiladora d’exportation. Les programmes de capacitation, l’engagement dans l’emploi et les potentialités de la main d’œuvre qualifiée se trouvent sérieusement affectés par cette situation. Ceci a amené diverses entreprises, particulièrement celles du câblage pour automobile, à relocaliser leurs extensions et nouvelles implantations vers des zones de main d’œuvre plus abondante et de plus basse rotation, comme la frontière du Tamaulipas ou les localités intérieures des états frontaliers, en particulier dans le Chihuahua.

  • 1 Il faut signaler que la scolarité moyenne des travailleurs directs relevée dans diverses enquêtes (...)
  • 2 Ce coefficient, pour toute l’industrie maquiladora d’exportation, est passé au niveau national de (...)

10D’un autre côté l’infrastructure en éducation et la demande de main d’œuvre qualifiée sont aussi un clair exemple de l’adaptation des entreprises à la situation régionale. Si la majorité de la main d’œuvre directe est toujours d’un bas niveau de scolarité dans les maquiladoras, il y existe cependant un processus progressif de plus grande incorporation de techniciens et professionnels. Les moyennes de scolarité continuent d’être basses : 7,6 années en 1991 à Tijuana (Carrillo et Santibañez 1993) et 6.0 en 1990 à Ciudad Juarez (Carrillo 1990)1. Mais le coefficient de techniciens par ouvrier a augmenté de plus de 150 % dans ces villes entre 1980 et 1990, passant de 0,08 à 0,13 à Tijuana et de 0,10 à 0,17 à Juarez2. Plus encore, dans le quinquenat 1993-1997 on s’attend à ce que l’emploi de techniciens dans l’industrie maquiladora d’exportation augmente en moyenne de 25 % par an. Les masses respectives sont également importantes, puisqu’au niveau national ce nombre de techniciens est passé de 13 340 en 1982 à 63 600 en 1990, quintuplant presque, et l’on s’attend à ce qu’il passe à 196 200 en 1997 (CIMEX-WEFA 1992).

11Cette augmentation absolue et relative du personnel qualifié dans les maquiladoras (au sens de qualification en tant que capital humain) soutient dans un premier temps la création de centres de capacitation et d’enseignement moyen et supérieur dans les villes frontalières. En 1990 il y avait 14 écoles de ce type à Tijuana et 19 à Juarez, potentiellement liées à l’industrie maquiladora. Deux années plus tard leur nombre avait augmenté jusqu’à respectivement 17 et 22. Mais, dans un deuxième temps, ce processus de croissance des centres d’enseignement, de filières adaptées et de l’offre de personnel qualifié, devient à son tour un important facteur de localisation industrielle, en particulier pour les établissements aux processus les plus complexes. Ainsi la croissance industrielle renforce le secteur éducatif et à mesure que celui-ci se développe l’emploi de personnel qualifié est induit, engendrant ainsi une synergie dans cette interaction qui, au moins théoriquement, devrait stimuler le renforcement des réseaux institutionnels d’échange entre les secteurs industriel et éducatif.

12Dans cette perspective, et à l’initiative du ministère de l’Éducation publique en réponse aux demandes des secteurs éducatif et productif de Ciudad Juarez, s’est formé le 28 octobre 1990, dans cette ville, le Comité Général de Liaison (vinculación) entre l’Enseignement technologique et le Secteur productif. Les objectifs prioritaires de ce comité englobent trois aspects : l’offre de services extérieurs (entre autres filières de capacitation, services de conseil et recherche..), l’évaluation et la création de cursus pour les adapter aux besoins des entreprises, et la formation professionnelle pour relever l’enseignement et l’adapter aux processus mis en œuvre dans les usines. Les objectifs, plans et actions du comité sont larges et y participent tous les secteurs qui jouent un rôle significatif dans ce processus, tels les gouvernements municipal, de l’état et fédéral, les associations et chambres patronales, les sociétés de financement et les centres d’enseignement de niveau moyen et supérieur. Le 18 juillet 1991 s’est constitué à Tijuana le comité de liaison correspondant, avec des objectifs similaires à ceux du comité de Juarez.

13Ces comités, appelés COCOVI’s, ont cherché, grâce à des réunions bihebdomaires ou mensuelles et à une intense activité de promotion, à renforcer les liens entre les deux secteurs. On peut caractériser leur objectif général comme l’adaptation et le modernisation du système éducatif aux nécessités de la production, afin de promouvoir l’enseignement et l’entraînement capables d’élever et d’ajuster les qualifications des étudiants (futurs techniciens et professionels de l’industrie maquiladora d’exportation) pour répondre aux exigences internationales des enteprises en matière de productivité et de qualité, mais surtout à leur besoin de main d’œuvre qualifiée.

14Les résultats de la recherche présentée ici apportent des informations sur la dynamique des échanges entre secteur éducatif et entreprises, au moment où surgissent et se développent les COCOVI’s, sans toutefois pouvoir évaluer d’aucune manière l’efficacité de ces comités.

15Cette recherche a deux hypothèses centrales :

  1. si l’on considère qu’augmentent à Ciudad Juarez et à Tijuana le nombre d’établissements des maquiladoras, l’emploi de techniciens et le nombre de centres éducatifs, on peut en attendre une plus forte liaison entre secteur éducatif et industrie maquiladora :
  2. dans la mesure où cette liaison est renforcée par des groupes promoteurs des deux secteurs et stimulée depuis le gouvernement fédéral au travers des COCOVI’s, on peut en attendre un renforcement des échanges formels entre le secteur éducatif et l’industrie maquiladora.

16Une troisième hypothèse est que l’implication des centres éducatifs dans la liaison avec les maquiladoras varie selon leur niveau et selon leur mission principale, et qu’une typologie d’établissements de formation et de recherche permet de révéler également le degré d’insertion et d’impact des maquiladoras dans le milieu régional.

17Sa méthodologie repose sur l’emploi de plusieurs sources : enquêtes, entrevues et visites d’entreprises et de secteurs éducatifs. D’une importance particulière est le suivi que cette recherche a assuré pour l’enquête (non probalistique) auprès de centres éducatifs en 1990 (projet ministère du travail et de la prévision sociale/COLEF) et en 1992 (projet CREDAL/COLEF), de même que les entrevues ouvertes avec des gérants d’entreprises et des dirigeants de centres éducatifs à Tijuana et à Ciudad Juarez, réalisées pendant les missions de chercheurs français en 1991, 1992 et 1993. Un appui important à cette recherche a été fourni par l’enquête aux gérants des établissements des maquiladoras en 1990. élaborée par le COLEF dans le cadre du projet STPS-COLEF “Marchés du travail dans les activités maquiladoras”.

18A partir d’annuaires institutionnels recueillis dans chaque ville et des réponses des directeurs d’institutions éducatives, on a identifié les centres éducatifs, publics et privés qui avaient probablement une liaison avec l’industrie maquiladora dans chacune des villes. Cette technique a donné comme résultat la localisation et la visite de 43 centres probablement liés à l’industrie maquiladora dans trois villes, en février 1990. et à 39 centres dans deux villes en juin 1992. Pour le présent travail comparatif, on a sélectioné uniquement les villes de Tijuana et de Juarez., soit respectivement 14 centres et 19 centres pour l’enquête de 1990, et 17 et 22 centres pour celle de 1992.

TABLEAU N° 1. CENTRES ÉDUCATIFS VISITÉS

TABLEAU N° 1. CENTRES ÉDUCATIFS VISITÉS

19L’unité d’analyse a été l’établissement éducatif ou l’une de ses dépendances concernées. Ainsi, pour les cas où existait une liaison, on a réalisé des enquêtes dans plusieurs localisations de centres comme les Cbetis, Cecatis et Conalep dans une même ville, ou encore dans certaines écoles ou dépendances d’universités ou d’instituts technologiques (cf annexes).

20Par ailleurs les enquêtes qualitatives menées à Juarez, Tijuana (mais aussi à Mexicali, Ensenada, Hermosillo) ont permis de sélectionner quelques grands types de centres de formation (et parfois de formation/recherche) et d’en faire une analyse centrée sur leur articulation au système productif, (cf le chapitre “Éléments d’une typologie du rôle de la structure de formation et de recherche”).

LA CAPACITATION DANS LES ENTREPRISES : PERSONNEL TECHNICIEN ET PROFESSIONNEL DANS L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

21Le travail dans l’industrie maquiladora d’exportation a été considéré traditionnellement comme peu qualifié, et de faible capacitation. du fait que les postes de travail se sont concentrés principalement dans des activités d’assemblage, routinières et simples. Cette image qui a sans doute correspondu aux premières années de l’industrie maquiladora d’exportation, se limite à l’opérateur direct et ne prend pas en compte les techniciens et professionnels occupés dans ce secteur. Aussi cette vision se révèle-t-elle inadéquate pour caractériser la réalité actuelle du travail, en particulier celle de la main d’œuvre qualifiée.

  • 3 Il s’agit de l’Enquête aux Gérants d’établissements de maquiladoras que nous avons déjà mentionnée (...)

22Dans l’enquête probalistique du projet “Marchés de travail dans les activités des maquiladoras” qui a analysé 358 établissements de maquiladoras, on a trouvé que 85 % des établissements signalaient une présence importante de personnels issus du système éducatif formel de niveau moyen et supérieur, l’apport des centres éducatifs publics étant prédominant3. La majorité des 40 000 techniciens et professionnels employés en novembre 1989 dans les maquiladoras de Tijuana, et Ciudad Juarez (pour les activités de l’électronique, des pièces automobiles et du vêtement) provenait d’écoles secondaires techniques et technologiques publiques, qui étaient également l’origine de 50 % des employés ayant reçu une formation dans le système éducatif formel.

23Les entreprises ont eu différentes sources de fourniture de main d’œuvre qualifiée, selon l’activité économique et la ville considérée. Dans l’électronique, les centres éducatifs les plus représentés dans l’ensemble du personnel capacité furent les secondaires techniques, suivies des technologiques et des universités publiques, soit au total 71 % du personnel issu du système éducatif formel. Au contraire les établissements de pièces automobiles ont indiqué la plus forte présence de personnels sortis des CECATIS publics et privés, ainsi que des centres CONALEP ; ces trois types d’établissements ont représenté 42 % du total dans cette activité, et 73 % en y joignant les secondaires techniques et le technologique public. Pour leur part les activités du vêtement ont montré une forte présence des instituts techniques privés (21 %) et des secondaires techniques (31 %).

24On a observé également une distribution différente selon les villes, encore que cela paraisse relever surtout de la distribution de l’offre éducative. En dehors des secondaires techniques, qui ont représenté la source la plus importante dans tous les cas, on peut observer à Tijuana une présence notable du technologique et de l’université autonome (35 % de l’ensemble) tandis qu’à Ciudad Juarez ce sont les CECATIS publics et privés et le technologique public qui rassemblent 40 % du total, (cf tableau n° 2).

  • 4 Une part importante des établissements n’a offert aucun programme de capacitation à Tijuana (47 %) (...)

25Ce personnel qualifié de niveau moyen et supérieur qui s’incorpore au travail dans les établissements maquiladoras ajuste ses connaissances et la préparation acquises antérieurement, à l’organisation de la production et du travail dans ce secteur, grâce aux systèmes de capacitation. Ceux-ci peuvent être internes ou externes, et pour les internes, formels ou informels. Il est indubitable que la capacitation interne formelle, par rapport à l’informelle et à l’externe, constitue le type de formation le plus important dans la constitution des savoirs faire et dans l’acquisition de connaissances spécifiques à l’intérieur des maquiladoras. C’est ce qu’indiquent les résultats de l’enquête mentionnée. Entre 1988 et 1989, 1677 programmes (6,9 par établissement) ont été offerts. Plus des deux tiers des 358 établissements analysés ont indiqué avoir eu de tels programmes dans cette période4. Ciudad Juarez se détache et se différencie avec 11,5 programmes en moyenne par établissement, contre 3,7 pour Tijuana, c’est à dire trois fois moins dans ce cas. Si l’on prend comme mesure de l’intensité le nombre de programmes offerts pour 100 travailleurs, en excluant du calcul les établissements qui n’ont pas offert de programmes, il résulte que pour 100 travailleurs, 3,1 programmes ont été offerts à Ciudad Juarez, et 2,2 à Tijuana.

TABLEAU N° 2. POURCENTAGE DU PERSONNEL CAPACITÉ DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF FORMEL SELON L’ORIGINE DE LA CAPACITATION, PAR VILLES

TABLEAU N° 2. POURCENTAGE DU PERSONNEL CAPACITÉ DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF FORMEL SELON L’ORIGINE DE LA CAPACITATION, PAR VILLES

Source : Encuesta a Plantas maquiladoras. Secretaria del Trabajo y Prevision Social y El Colegio de la Frontera Norte. Proyecto “El Mercado de trabajo en las actividades maquiladoras”. Tijuana.B.C. México, 1990. Extrait de Carrillo/Contreras/Santibañez (1993 :188) tableau V.4

26Les données sur le nombre de travailleurs capacités sont confondantes : sur 10 employés dans les maquiladoras de Juarez, presque 9 personnes ont été capacitées, et 5 à Tijuana. Ces chiffres, associés au volume de l’emploi dans les activités analysées dans chaque ville, montrent la grande importance de la capacitation dans les politiques de gestion.

TABLEAU N° 3. CONTENUS DE TROIS PROGRAMMES DE CAPACITATION

TABLEAU N° 3. CONTENUS DE TROIS PROGRAMMES DE CAPACITATION

Source : même que tableau n° 2. tableau V.9. p. 191

27En examinant le contenu des programmes de capacitation offerts, il résulte intéressant de vérifier que n’y prédominent pas, comme on aurait pu le penser, les programmes liés au domaine strictement technique des processus de travail. Le tableau n° 3 montre le contenu des trois programmes que les gérants ont signalé comme les plus importants. Le résultat est une claire prédominance des programmes liés aux aspects organisationnels et d’administration (63,5 %) : introduction au travail, philosophie de l’entreprise, cercles de qualité, contrôle statistique du processus et comportement productif, ont été les contenus mentionnés le plus fréquemment. Ceci reflète une politique de capacitation qui met l’accent sur le motivation des travailleurs, la discipline dans la fabrication et l’élévation de la qualité grâce à l’organisation du travail.

28Ce sont les ouvriers directs qui ont constitué l’objectif principal de 46 % des programmes, ce qui corrrespond au fait qu’ils représentent plus de 70 % du personnel employé dans les entreprises. Les programmes destinés aux cadres moyens, superviseurs et techniciens représentent également avec environ 20 % un pourcentage élevé. La moyenne la plus élevée de personnes ayant reçue une formation interne, par niveau hiérarchique, a été de 87 à Ciudad Juarez et de 52 à Tijuana. La comparaison entre les postes d’opérateurs, inspecteurs, superviseurs et techniciens montre une grande similitude dans ces quatre familles de postes de travail ; cependant à Tijuana le pourcentage de personnes capacitées a été plus élevé dans le cas des techniciens et superviseurs, les inspecteurs et opérateurs venant en second rang (cf annexe).

29De manière générale et contrairement à la supposition que la capacitation était offerte seulement au moment de l’entrée dans l’établissement, l’importance relative de la capacitation résulte très similaire dans le cas de celle offerte au moment de l’embauche et dans les cas postérieurs. Il y a une relation significative entre le moment de la capacitation et le type de personnel concerné. Sur 10 travailleurs directs ayant reçu une capacitation à Tijuana et Juarez. 5 l’ont reçue au moment de l’embauche, et 3,4 par la suite ; chez les travailleurs indirects (où sont plus concentrés les techniciens et professionels) le rapport a été exactement inverse : 3,5 et 5 respectivement (cf tableau n° 4).

30Si l’on observe la relation entre poste de travail et personnes capacitées selon la taille de l’entreprise, on constate que plus le volume de l’emploi est grand, plus importante est la capacitation en valeur absolue et relative. Les établissements de taille moyenne privilégient le segment des ouvriers directs dans leurs programmes de capacitation, alors que les établissements les plus grands donnent la priorité aux techniciens (cf tableau n° 4).

TABLEAU N° 4. MOMENT OU EST DONNÉE LA CAPACITATION, SELON LES VILLES

TABLEAU N° 4. MOMENT OU EST DONNÉE LA CAPACITATION, SELON LES VILLES

Source : la même que pour le tableau n° 2. tableau V. 13. p. 196

TABLEAU N° 5. POURCENTAGE DE PERSONNEL CAPACITÉ SELON LA TAILLE DE L’ÉTABLISSEMENT

TABLEAU N° 5. POURCENTAGE DE PERSONNEL CAPACITÉ SELON LA TAILLE DE L’ÉTABLISSEMENT

Source : la même que pour le tableau n° 2. tableau V. 16. p. 199

31Quant à la capacitation externe, elle a eu une moindre importance que la capacitation interne ; cependant 110 établissements des 358 analysés ont indiqué en avoir donné et 92 établissements ont noté l’existence de relations avec des associations ou des cabinets se dédiant à la capacitation de personnels. Dans la majorité des cas il s’agit de centres privés localisés dans la même ville que l’établissement ; les motivations signalées dans l’octroi de ce type de capacitation ont été en premier lieu la nécessité d’élargir les connaissances techniques du personnel, en second lieu l’existence de problèmes de production dans un secteur de l’établissement. Malgré le nombre considérable de conventions de capacitation externe, leur déroulement suggère une diminution de leur nombre dans le temps. En 1989, 106 établissements ont eu des conventions, en 1990 seulement 80, et seuls 73 établissements avaient alors programmé des conventions pour 1991.

LA LIAISON ENTRE SECTEUR ÉDUCATIF ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

32Les plans nationaux d’éducation au Mexique ont incorporé depuis 1976 l’exigence de relier l’action éducative au développement économique et social du pays, de renforcer les liens entre éducation et marché du travail, et d’ajuster cette dernière aux besoins de l’environnement de l’éduqué. C’est en particulier dans le Programme national de développement et dans le Programme de modernisation éducative que se consolide cette perspective gouvernementale de liaison entre les deux secteurs. Le ministère de l’Éducation publique de l’actuelle administration a impulsé cette relation avec la formation des comités de liaison (en 1990 à Ciudad Juarez, en 1991 à Tijuana).

33En examinant quelques résultats de ce processus de liaison dans la période 1990-1992, on constate qu’elle a été forte par rapport aux objectifs gouvernementaux et des comités. En 1990, 25 centres éducatifs à Tijuana et Juarez, soit 76 % du total des unités éducatives enquêtées, ont eu un type d’échange, formel ou informel, avec l’industrie maquiladora. En 1992 ce furent 30 centres, soit 77 % des unités visitées dans ces deux villes frontalières. Ce qui attire l’attention dans ces données, c’est tant les hauts pourcentages de centres liés (encore que ceci provienne de la méthodologie de recherche) que leur nombre croissant (+ 20 % entre 1990 et 1992). Le tableau n° 6 montre que tandis que le nombre d’unités liées augmente, celui des unités sans liaison reste pratiquement le même.

  • 5 En 1990, les 29 centres liés à l’industrie maquiladora d’exportation (y compris ceux de Monterrey) (...)

34En terme d’offre éducative, les unités avec liaison ont représenté une importante offre de services tant pour l’éducation supérieure et moyenne-supérieure que pour la capacitation du travail dans chaque région. Le nombre moyen de filières par centre ou unité liés à l’industrie maquiladora a été de 4,2 en 1990 et de 4,6 en 1992 ; la grande majorité des filières sont terminales : 86 % en 1990 et 91 % en 19925.

35Dans le tableau n° 7 on observe que la majorité des unités potentiellement liées aux maquiladoras réalisèrent effectivement un certain type d’échange. La majeure partie des unités liées eurent comme objectif principal la formation de professionels, et en second lieu de techniciens (64 % de ces derniers en 1990, 63 % en 1992), alors que la majorité des unités sans liaison ont eu comme priorité la formation de niveau moyen supérieur en 1990, plus celle de professionnels en 1992.

TABLEAU N° 6. CENTRES ÉDUCATIFS LIÉS OU NON À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION SELON LE NIVEAU DE L ENSEIGNEMENT

TABLEAU N° 6. CENTRES ÉDUCATIFS LIÉS OU NON À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION SELON LE NIVEAU DE L ENSEIGNEMENT

Note : capacitation = Cecatis ; moyen-supérieur terminal = Cebetis et Conalep ; moyen-supérieur non terminal = Cetis et Cobachs ; supéricur= universités, technologiques, programmes de postgrade et Cetys. Toutes les unités d’enseignement moyen-supérieur ont des spécialisations et sont ainsi toutes techniques. La différenciation a été faite avec pour base le fait que les filières de ces unités étaient ou non terminales dans le cursus vers les études supérieures.
Source : Encuesta a Centros Educativos. 1990 : STPS y EL COLEF. Proyecto “El mercado de trabajo en las actividades maquiladoras”. Tijuana. 1990. 1992 : CREDAL y El COLEF. Proyecto “Vinculacion entre el sector educativo y la industria maquiladora en la frontera norte de México”, Tijuana, 1992.

TABLEAU N° 7. OBJECTIF PRINCIPAL DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES VISITÉES SELON LEUR LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.

TABLEAU N° 7. OBJECTIF PRINCIPAL DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES VISITÉES SELON LEUR LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.

Source : la même que pour le tableau n° 6

36Dans les institutions visitées est apparue une orientation vers l’industrie maquiladora : ces centres ayant un certain type d’échange avec les maquiladoras concentraient 73 % des élèves inscrits en 1990, ce pourcentage s’élevant à 84 % en 1992. Cependant malgré l’échange intense existant entre le secteur éducatif et l’industrie maquiladora, les liens formalisés par des contrats et conventions ont eu peu d’importance (comme nous allons le voir). Les pourcentages élevés de liaison relèvent fondamentalement de trois types d’échanges non formalisés :

  • les étudiants de centres éducatifs qui travaillent en même temps dans les maquiladoras
  • les étudiants issus de ces centres qui s’incorporent au travail dans les maquiladoras :
  • les employés des maquiladoras qui sont en plus enseignants dans ces centres éducatifs.

Les échanges non formels avec l’industrie maquiladora d’exportation

37Il apparaît qu’un grand nombre d’étudiants travaillent en même temps dans les maquiladoras, ce qui correspond au premier des trois types d’échanges non formels mentionnés.

38En 1990, les centres éducatifs visités comptaient au total 31 916 élèves inscrits avec une présence régulière (38,8 % à Tijuana, 61,2 % à Ciudad Juarez), avec une moyenne élevée d’élèves par centre (respectivement 885 et 1 027). En 1992 le total s’élevait à 32 393 au total (54,3 % à Tijuana, 45,7 % à Ciudad Juarez), avec respectivement 1035 et 672 élèves par centre. Il faut noter que les listes d’inscriptions et les visites relèvent une baisse du nombre d’inscrits à Juarez (environ 4 800 personnes en moins) et une hausse à Tijuana (plus de 5 200), ce qui se traduit aussi par une baisse du nombre moyen d’inscrits par centre à Juarez, et au contraire une hausse à Tijuana, bien que le nombre de centres d’enseignement ait augmenté dans les deux villes.

39Le nombre d’élèves inscrits dans les centres liés à l’industrie maquiladora atteignait 26 831 en 1992 (soit +15 % qu’en 1990), celui des élèves dans les centres non liés était la même année de 5 562 (soit 35 % de moins qu’en 1990).

40Les élèves étaient très majoritairement des garçons (85 % en 1990 et 80 % en 1992), ce qui entraîne le fait que la grande majorité des techniciens et professionnels incorporés ultérieurement dans l’industrie maquiladora le soit également et ce qui reflète l’existence d’un marché du travail segmenté, où les femmes sont essentiellement dans les postes les moins qualifiés et les hommes dans les postes les plus qualifiés.

41En 1990 les centres qui avaient la plus grande offre pour les maquiladoras étaient à Tijuana ceux de la formation professionnelle, suivis par ceux du niveau moyen-supérieur, alors qu’à Juarez c’était essentiellement ceux de la formation professionnelle. En 1992 le niveau supérieur conservait son rang, mais le nombre d’élèves du niveau moyen à Tijuana et du niveau technicien à Juarez avait augmenté substantiellement.

42Dans les centres éducatifs liés à l’industrie maquiladora, en 1990, un peu plus de la moitié des élèves inscrits travaillaient en même temps (53 %). Cette situation variait selon les villes, avec 41 % des élèves à Tijuana et 59 % à Juarez.

43Dans l’ensemble plus de 12 000 élèves étudiaient tout en travaillant. Deux années plus tard cette situation avait changé, mais pas dans le sens attendu, puisque la proportion des élèves travaillant avait baissé à 41 %. A Ciudad Juarez le nombre d’élèves salariés diminua pratiquement de moitié. En termes relatif la participation des élèves au travail salarié diminua de 12 % pour l’ensemble des deux villes, mais avec une baisse de 17 % à Ciudad Juarez et au contraire une augmentation de presque 100 % à Tijuana.. Cependant l’importance relative des élèves travaillant en même temps, par rapport au total des élèves des centres liés aux maquiladoras restait à peu près la même (41 % et 40 %). (cf tableau n° 8)

44Un pourcentage considérable des élèves travaillant comme salariés le faisaient dans les maquiladoras, et proportionnellement plus à Ciudad Juarez (79 % en 1990) qu’à Tijuana (61 %). Cette participation a baissé substantiellement en deux ans, à 53 % à Ciudad Juarez et à 23 % à Tijuana, avec respectivement 2 455 et 1 479 élèves travaillant dans les maquiladoras, soit une perte globale de 5 131 élèves travaillant. Alors que dans l’ensemble des deux villes 74 % des élèves qui travaillaient le faisaient dans les maquiladoras en 1990, ce pourcentage n’était plus que de 36 % en 1992. Et pourtant le nombre de centres éducatifs liés aux maquiladoras avait augmenté, (cf tableau n° 8).

TABLEAU N° 8. ÉLEVES INSCRITS, ÉLEVES TRAVAILLANT ET INCORPORATION DES ÉLEVÉS DANS L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION 1990-1992

TABLEAU N° 8. ÉLEVES INSCRITS, ÉLEVES TRAVAILLANT ET INCORPORATION DES ÉLEVÉS DANS L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION 1990-1992

Source : la même que pour le tableau n° 6

45Le second type d’échange non formel correspond à l’incorporation à l’industrie maquiladora des élèves sortis des centres éducatifs. Sur les 8 764 élèves sortis en 1989 des 33 unités éducatives de Tijuana (3 419) et de Ciudad Juarez (5 345), 59 % avaient été embauchés par les maquiladoras. Ce pourcentage s’est réduit deux ans plus tard à 37 % des 10 238 élèves sortis de 39 centres (44 % à Tijuana, 56 % à Juarez). Cette diminution a eu lieu dans les deux villes, mais a été plus radicale à Juarez (cf tableau n° 9).

46En 1989, 42,6 % des élèves sortis des centres éducatifs de Tijuana liés aux maquiladoras sont allés travailler dans ce secteur, selon les indications des gestionnaires entrevus. Ce pourcentage s’est abaissé à 31,5 % en 1992. Dans le cas de Ciudad Juarez, où ce type de relation était très fort, ce pourcentage est passé de 66 % à 37,3 % dans la même période. Tout comme dans l’évolution du type de relation informelle antérieure, le poids relatif de Ciudad Juarez dans le processus de diminution des échanges entre les deux secteurs est important.

47Environ 44 % des élèves sortis des centres éducatifs et incorporés dans les maquiladoras ont été employés comme travailleurs directs, et 66 % comme travailleurs indirects. Ces deux pourcentages révèle clairement une forte liaison entre centres éducatifs et industrie maquiladora, liaison caractérisée cependant par une diminution des échanges, le nombre d’élèves incorporés aux maquiladoras se réduisant de 4 985 à 4 189 de 1989 à 1991.

TABLEAU N° 9. NOMBRE D’ÉLEVÉS SORTIS DES CENTRES ÉDUCATIFS DE TIJUANA ET CIUDAD JUAREZ ET INCORPORÉS À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION. 1989 ET 1991.

TABLEAU N° 9. NOMBRE D’ÉLEVÉS SORTIS DES CENTRES ÉDUCATIFS DE TIJUANA ET CIUDAD JUAREZ ET INCORPORÉS À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION. 1989 ET 1991.

Source : la même que pour le tableau n° 6

48Enfin le troisième type d’échanges non formels correspond aux personnels des maquiladoras qui font partie du personnel enseignant des institutions éducatives ; là encore on a trouvé des pourcentages élevés, mais aussi une diminution relative dans la période.

49En 1990, 37,6 % des enseignants des 18 centres éducatifs liés aux maquiladoras étaient des employés de ces dernières. Cette proportion s’est abaissée à 24,4 % deux années plus tard, bien que le nombre de centres concernés se soit élevé à 24. Le même comportement a été observé à Tijuana et à Ciudad Juarez : à Ciudad Juarez, 4 professeurs sur 10 en 1990 étaient employés dans les maquiladoras. mais seulement 2,7 sur 10 en 1992 ; les proportions à Tijuana étaient respectivement de 3,2 sur 10 et de 2 sur 10. (cf tableau n° 10).

TABLEAU N° 10. POURCENTAGE DES ENSEIGNANTS DES CENTRES ÉDUCATIFS QUI ÉTAIENT DES EMPLOYÉS DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA. 1990 ET 1992.

TABLEAU N° 10. POURCENTAGE DES ENSEIGNANTS DES CENTRES ÉDUCATIFS QUI ÉTAIENT DES EMPLOYÉS DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA. 1990 ET 1992.

Source : la même que pour le tableau n° 6

50On pourrait penser que la diminution de ce type de liaison correspond probablement à un phénomène général dans ces villes frontalières : la rotation du personnel. On observe une mobilité volontaire élevée de la main d’œuvre dans différents secteurs et différents niveaux de qualification : chez les instituteurs au niveau de l’éducation primaire, chez les enseignants au niveau de l’enseignement moyen et supérieur, et bien entendu chez le personnel direct des établissements des maquiladoras. Dans le cas des centres éducatifs qui nous intéressent, le pourcentage moyen de rotation en 1989 a été de 24 % à Tijuana (atteignant même le niveau extrême de 60 % dans une unité éducative) et 16 % à Ciudad Juarez (avec un cas de 47 %). A l’exception du niveau moyen-supérieur, où la moyenne de la rotation fut de 10 % en 1989, les autres niveaux d’enseignement eurent dans l’ensemble un taux moyen de rotation de 18 %. Deux années plus tard ces pourcentages s’abaissèrent de manière surprenante respectivement à 15,4 % et 9,5 %. Aussi est-il difficile que les taux annuels de rotation- en baisse- puissent expliquer la diminution de la liaison non formelle constatée au même moment.

51En résumé, le flux des élèves et des maîtres qui étudient ou enseignent et qui travaillent parallèlement dans les maquiladoras, et celui des élèves sortis des centres éducatifs et entrés dans l’industrie maquiladoras, sont considérables, en termes absolus comme en termes relatifs. Certes ce type d’échange n’est pas formel et l’on ne peut parler strictement d’échange ; cette liaison n’est pas régulée institutionnellement mais dépend très probablement en grande partie du marché externe régional. Mais ce qui est important, c’est que dans ces trois types de liaison non formelle, on observe sa diminution entre 1990 et 1992. Ceci ne signifie pourtant pas qu’il n’existe pas une active participation de divers organismes dans l’impulsion à l’articulation des deux secteurs.

Les échanges formels avec l’industrie maquiladora d’exportation

52Au moment des entrevues, les 24 centres éducatifs des deux villes étudiées ont fourni l’information qu’ils avaient 820 échanges avec les établissements des maquiladoras, ce qui donne une moyenne de 34,2 échanges pour chaque institution éducative. Une même entreprise peut avoir des échanges avec plusieurs centres éducatifs. Le nombre des échanges formels s’est réduit de manière considérable en 1992 : 524, soit une moyenne de 19,4 par centre éducatif. Mais alors que le nombre d’échanges augmentait à Tijuana (de presque 100 %), il baissait très fortement à Ciudad Juarez (de presque 79 %) (cf tableau n° 11).

TABLEAU N° 11. NOMBRE D’ÉCHANGES AVEC LES MAQUILADORAS PAR CENTRE ÉDUCATIF, FÉV. 90-JUIN 92

TABLEAU N° 11. NOMBRE D’ÉCHANGES AVEC LES MAQUILADORAS PAR CENTRE ÉDUCATIF, FÉV. 90-JUIN 92

Source : la même que pour le tableau n° 6

53Les échanges entre le secteur éducatif et les entreprises maquiladoras ont commencé en moyenne en 1982. Comme on peut l’observer dans le tableau n° 12, la majorité des échanges actuels ont une certaine tradition, puisqu’environ 80 % d’entre-eux se sont formalisés avant l’actuelle administration gouvernementale (avant 1988). A Tijuana les échanges sont légèrement plus anciens qu’à Juarez. Ces données sont importantes car elles indiquent qu’indépendamment des efforts gouvernementaux actuels, il existe un processus d’échange entre les deux secteurs correspondant aux intérêts propres de chacun d’entre eux. Mais cela signifie aussi que les efforts des centres éducatifs et très probablement ceux des comités de liaison locaux sont plus intéressés par l’amélioration de l’offre d’enseignement et de main d’œuvre qualifiée que par l’établissement d’échanges formels avec l’industrie maquiladora d’exportation.

TABLEAU N° 12. ANNÉE DE DÉBUT DES ÉCHANGES ENTRE CENTRES ÉDUCATIFS ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.

TABLEAU N° 12. ANNÉE DE DÉBUT DES ÉCHANGES ENTRE CENTRES ÉDUCATIFS ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.

Source : la même que pour le tableau n° 6

54Parmi les critères de plus grand poids dans l’établissement des échanges par les centres éducatifs, en 1992 vient en premier les installations et équipements dont disposent les maquiladoras (12 unités éducatives, soit 40 % du total), et en second la politique du secteur éducatif (16,7 %). En 1990 ces mêmes critères étaient déjà importants, ainsi que celui des produits assemblés par les maquiladoras. (cf tableau n° 13).

55Parmi les 24 unités éducatives des institutions ayant une liaison formelle en 1990, le facteur le plus important pour qu’un centre établisse un échange a été “la facilité pour les élèves de réaliser leurs pratiques professionnelles dans les maquiladoras” (9 unités, soit 37.5 %), et 5 centres (21 % du total) ont indiqué “fournir aux entreprises un personnel professionnel capacité” (cf tableau n° 14).

TABLEAU N° 13. PRINCIPAUX CRITÈRES DES CENTRES ÉDUCATIFS DANS LA RECHERCHE DE LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

TABLEAU N° 13. PRINCIPAUX CRITÈRES DES CENTRES ÉDUCATIFS DANS LA RECHERCHE DE LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

Source : la même que pour le tableau n° 6

56Ainsi la majorité des centres se liaient à l’industrie maquiladora en souhaitant capaciter spécifiquement leurs élèves et leur ouvrir une voie pour une incorporation rapide au travail. Ces caractéristiques des échanges n’ont pas subi de modifications importantes dans les deux années suivantes, sinon qu a augmenté la référence à la capacitation pour préparer les employés des maquiladoras.

57Ceci montre que les échanges entre le secteur éducatif et l’industrie maquiladora, qu’il s’agisse d’échanges formels ou informels, se limitent fondamentalement à l’offre d’une main d’œuvre qualifiée.

TABLEAU N° 14. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DES ÉCHANGES ENTRE SECTEUR ÉDUCATIF ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

TABLEAU N° 14. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DES ÉCHANGES ENTRE SECTEUR ÉDUCATIF ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION

Source : la même que dans le tableau n° 6

58En 1990, la participation aux instances de liaison des unités éducatives des associations patronales et gouvernmentales était réduite, seulement 15 % de participation. Mais de manière surprenante ce pourcentage s’élevait à 46 % deux années plus tard. Ces chiffres sont cohérents par rapport à ce qui était attendu de la formation des comités de liaison. Le dernier pourcentage est important en lui-même, car il reflète la préoccupation des différents secteurs de l’économie et de l’éducation engagés dans une participation plus coordonnée pour satisfaire les différents intérêts des centres éducatifs comme de l’industrie maquiladora.

59La CANACINTRA a augmenté sa participation dans les unités d’éducations de 16 % à 62 % entre 1990 et 1992, la CANACO de 12 % à 43 %, l’Association des Maquiladoras de 24 % à 64 % et enfin le ministère du travail et de la prévision sociale de 12 % à 41 % ; les autres institutions ont également augmenté leur participation de 12 à 22 %.

60D’après certaines entrevues semi-ouvertes, les centres de capacitation privés (non analysés dans ces enquêtes) avaient une relation étroite avec les organismes de l’initiative privée et obtenaient fréquemment, au travers de ces organismes, d’importants contrats de prestation de service de capacitation. Il est probable que ceci change à partir d’un plus grand engagement des organismes publics et privés dans les instances de liaison des centres éducatifs.

61Enfin, une caractéristique des liaisons des centres éducatifs avec les maquiladoras, ce sont les cours ad hoc. Il est courant que les entreprises maquiladoras demandent que soient organisés des cours spécifiques pour leurs employés, indépendamment des filières offertes dans les unités éducatives sollicitées. Ce type de liaison est également une forme d’échange formel.

62En dehors de leurs filières de formation, près de 60 % des unités éducatives en 1990 et en 1992 (sur un total respectif de 25 et 29 unités) avaient organisé des cours de capacitation à la demande des entreprises maquiladoras elles-mêmes.

  • 6 Les questions sur ces cours faites aux fonctionnaires des centres éducatifs ont porté sur les anné (...)

63Le nombre de cours organisés a augmenté dans la période couverte par les enquêtes6. De même, comme le montre le tableau n° 15, chaque année a augmenté le nombre moyens de cours organisés par unité éducative, qui passe de 4,4 en 1987 à 6,8 en 1991. Le nombre total de cours est alors plus du double qu’en 1987 (157 contre 62). L’année 1992 est une exception dans cette évolution, avec une moyenne de 5,3 cours (concernant 112 entreprises), mais il est fort probable que cette diminution tienne à ce que l’enquête a été réalisée au milieu de l’année, et ne reflète pas le volume annuel total.

64Le plus fort volume de cours, de 1987 à 1992, a été demandé aux centres du niveau enseignement supérieur. Cependant il est important de noter que le plus fort dynamisme dans la participation a été celle des cours organisés dans des unités du niveau enseignement moyen, particulièrement pour la formation de techniciens et la capacitation de travailleurs (cf tableau n° 15).

TABLEAU N° 15. NOMBRE DE COURS ORGANISÉS SELON LES OBJECTIFS DE FORMATION DES CENTRES ÉDUCATIFS (1987-1992)

TABLEAU N° 15. NOMBRE DE COURS ORGANISÉS SELON LES OBJECTIFS DE FORMATION DES CENTRES ÉDUCATIFS (1987-1992)

Source : la même que pour le tableau n° 6

ÉLÉMENTS D’UNE TYPOLOGIE DU RÔLE DE LA STRUCTURE DE FORMATION ET DE RECHERCHE

65La vérification de notre hypothèse générale que la constitution d’une structure adaptée de formation technologique et de recherche-développement entraîne la création d’un environnement favorable à la localisation industrielle et réciproquement, dépasse l’objectif du présent travail centré sur l’articulation avec les maquiladoras.

66Cependant les différentes enquêtes et entrevues réalisées montrent qu’une évolution générale a eu lieu par rapport à la situation des années soixante-dix, avec dans les maquiladoras une “mexicanisation” au niveau des dirigeants et des techniciens, ce qui a supposé, dans le boom des maquiladoras des années 80, une réponse des institutions éducatives et un changement de culture du système éducatif lui-même.

67Un nouveau champ de mobilité sociale a été ouvert dans le milieu régional-même. Ceci correspond d’ailleurs à un mouvement plus large de formation sur place d’élites de dirigeants d’entreprises comme on l’a constaté avec la densification du réseau des instituts technologiques privés dépendant directement de la “maison mère de Monterrey” (en 1963 à Ciudad Juarez), ou bâtis sur son modèle et avec sa collaboration (en 1961 à Mexicali).

68Il est donc intéressant de repérer, à différents niveaux d’établissement de formation/recherche, les différents liens, ou l’absence de relation significative avec les industries maquiladoras mais aussi des articulations avec d’autres secteurs productifs (industrie nationale, autres segments de l’industrie exportatrice ou des transnationales) et de tenter de dresser une première typologie de centres éducatifs selon leur “projet industriel”.

69L’ébauche de typologie que nous présentons, à partir de visites/entrevues, ne retient dans un premier temps que des centres éducatifs observés en Basse Californie, avec trois types de situations :

  1. une intégration totale du projet éducatif et d’un projet industriel-maquiladora : le cas du CEBETIS 237 de Tijuana.
  2. un pôle de formation et de recherche appliquée répondant à la demande régionale de création d’une élite d’entrepreneurs : le CETYS de Basse Californie, à Mexicali-Tijuana-Ensenada (situation que l’on retrouve avec des nuuances locales à l’Institut Technologique de Monterrey à Ciudad Juarez, Chihuahua. ou encore à Hermosillo, Sonora), où l’articulation avec les maquiladoras existe sans être le fondement du projet éducatif.
  3. un pôle scientifique et de formation à la recherche inséré dans des réseaux nationaux et internationaux mais avec une faible intégration industrielle locale : le CICESE à Ensenada.

1) Le CEBETIS 2377

  • 7 Les données sur le CEBETIS ont été recueillies lors d’une visite de l’établissement réalisée en se (...)

70Il s’agit de l’unique école de techniciens spécialisés dans l’aéronautique au Mexique.

71Son existence est due à une conjonction du projet d’une entreprise (Matrix aeronautica) demandeuse de main d’œuvre très qualifiée et de la présence de décideurs favorables à l’échelon national, régional, local.

  • 8 Sources : le descriptif du projet publié par Matrix Aeronautica, Tijuana, 6 p, et la visite du sit (...)

72L’entreprise Matrix Aeronautica8 a été constituée en 1991, avec 100 % de capitaux privés, le gouvernement mexicain n’en assurant que la faisabilité.

73Il s’agit d’une maquiladora avec un co-investissement mexicain-nord-américain et semble-t-il également des intérêts de Hong-Kong. Un homme d’affaire de Tijuana, Carlos Bustamante, en est le président.

74L’objectif est d’assurer au plus haut niveau technologique la maintenance et des services (par exemple des modifications) pour les avions gros-porteurs (B 747, DC 9 et 10, A 300 et 320,...) avec un matériel et des pièces détachées, à Tijuana, dans la zone de l’aéroport international. Des lettres d’intention ont été signées avec des compagnies mexicaines et nord-américaines, et l’on s’attend à ce que Japan Airline utilise également l’aéroport de Tijuana dont les pistes sont allongées. L’établissement créé, comprenant 1,39 hectare, doit fonctionner avec les normes les plus rigoureuses de qualité et de sécurité (reconnaissance de la direction générale de l’aviation civile, des agences américaine et anglaise). Ce projet de maquiladora de services pour une plateforme aéroportuaire s’inscrit dans la logique de privatisation de ce type d’installations au Mexique. Les plans de l’établissement ont été conçu par une compagnie américaine, la construction et la supervision des ouvrages sont assurées par des entreprises de Tijuana, la vérification de qualité sera faite par une compagnie américaine.

75L’investissement est de 400 millions de dollars, en trois étapes (la première devant aboutir à l’ouverture de l’établissement en octobre 1993), comprenant chacune la construction d’un hangar et à la fin d’une centrale de frêt. L’emploi final prévu est de 4 000 personnes, avec un recrutement au début de 350 à 400 techniciens/an (et 15 % de personnels de direction et d’administration). Au démarrage 60 % du personnel sera étranger, (issu notamment du secteur de la Défense aux États-Unis, en rétraction) ; la proportion baissera à 50 % pour la deuxième étape et à 5 % pour l’an 2 000.

76L’appui conjoint de l’entreprise, du Ministère de l’Éducation Publique et de la Banque Mondiale a été obtenu pour créer un centre de formation spécialisé, le CEBETIS 237, pour fournir les techniciens spécialisés en maintenance aéronautique.

77Le sous-secrétaire d’Éducation technologique (Raul Tela) a eu l’initiative, et reçu l’appui du ministre de l’Éducation Publique (E.Zedillo), originaire de Basse Californie, et celui de l’homme d’affaires local Carlos Bustamante, ce qui s’est traduit par une convention Ministère de l’Éducation-entreprise Matrix.

78Le Ministère de l’Éducation Publique (SEP) a créé cette école, pris en charge la construction et l’équipement des classes, recruté les enseignants et assuré leur salaire. L’entreprise Matrix a pris en charge les équipements techniques, un appui aux enseignants, des bourses pour les élèves, de la documentation. L’État de Basse Californie a donné le terrain. Le projet émarge à un programme de la Banque Mondiale pour la capacitation de la main d’œuvre.

79Le CEBETIS a également passé une convention avec l’Université Nationale Pédagogique pour que soit assurée la formation pédagogique des personnels enseignants recrutés dans les milieux de l’aviation. Sur 22 professeurs à plein temps au moment de la visite, une quinzaine étaient issus du milieu professionel de l’aviation (des compagnies Mexicana de Aviacion, AeroMexico, Aero California..) lui même touché, tant au Mexique qu’aux États-Unis par les contractions de personnels.

80Le centre a ouvert en septembre 1991, les ateliers étant installés en octobre 1992, et une extension des classes étant prévue par la suite.

81La première année, le centre a recruté 300 élèves (moins de 10 % de jeunes filles) sur 1200 candidats, et prévoit un taux de 70 % de diplômés. Les quatre-cinquièmes de ces élèves sont issus d’une population de bas revenus. Ils viennent dans l’ensemble d’écoles secondaires techniques, certains même ont le bachillerato. La zone de recrutement est très locale : les villes de Tijuana. Rosarito, Tecate, Ensenada.

82Le cursus comprend deux années à l’école (une d’enseignement, une d’ateliers), avec délivrance du diplôme (à 18 ans), plus une année en entreprise. Les diplômes de techniciens sont obtenus dans les spécialités de mécanicien en aviation et d’électronicien d’aéronautique. Les élèves pourront poursuivre leurs études de bachillerato, à l’intérieur même de l’entreprise Matrix, en suivant des cours assurés par des professeurs de l’École.

83Cet exemple d’association complète entre entreprise et centre éducatif technique n’est pas en soi une nouveauté, on le retrouve dans les années quatre-vingt par exemple avec la création de Conalep liés à la métallurgie à participation japonaise (à Cd.Lazaro Cardenas) ou à l’industrie automobile (à Gomez Palacio. auprès de l’usine de moteurs de Renault). Ce qui est neuf, c’est que l’association concerne une très grande maquiladora utilisant les technologies avancées. Une question se pose cependant celle du devenir à longterme d’établissements éducatifs aussi finalisés sur un créneau malgré tout étroit ; mais les établissements éducatifs peuvent eux-aussi intégrer les règles mêmes de la flexibilité et des reconversions.

2) Le CETYS (Centro de Enseñanza Tecnica y Superior). “Una universidad concebida por lideres para generar lideres”9.

  • 9 cf dépliant “CETYS” Méxicali, 1992.
  • 10 cf document de présentation du CETYS “CETYS Centra de Enseñanza Tecnica y Superior” Mexicali 1992. (...)

84“L’histoire du CETYS commence en 1961, quand un groupe de personnes de l’initiative privée, préoccupés par le fait que tous les jeunes qui souhaitaient faire des études supérieures devaient s’en aller de Basse Californie, du fait qu’il n’y avait pas d’offre de carrières professionnelles au niveau de la licence, décidèrent de constituer l’Institut Éducatif du Nord-Ouest, Association Civile (IENAC), (dont le président-fondateur est le Lic. Ignacio A. Guajardo), avec pour but principal de patroner le CETYS.”10

85Cette création s’est faite sur le modèle de l’Institut Technologique et d’Études Supérieures de Monterrey (ITESM), avec l’appui d’entrepreneurs de cette ville.

86Le CETYS, créé d’abord à Méxicali, a ouvert un centre à Tijuana en 1972 (patronage de l’Institut Éducatif de Tijuana, AC.-IETAC) et un autre à Ensenada en 1975 (patronage de l’Institut Éducatif d’Ensenada A.C.-IEEAC). Le CETYS est une université privée, avec un conseil de directeurs pour chaque centre et un recteur pour l’ensemble. Mais cette institution donne des enseignements dans les différents niveaux technique, moyen supérieur et supérieur. Le CETYS comprend une école de techniciens en trois ans après l’école secondaire, une “preparatoria” (équivalent de nos classes terminales du secondaire, intégrée à l’université) délivrant le “bachillerato”, des écoles professionnelles délivrant des diplômes de type licence dans des secteurs dont les débouchés sont les entreprises, notamment industrielles (comptablité et administration, ingénierie, psychologie), des enseignements de postgrade (cours de spécialisation, une maîtrise).

87La dynamique générale du CETYS s’appuie également sur des conventions avec des établissements universitaires américains, comme le Harvey Mudd College de Californie, l’université de Tempe (Arizona), suivant une logique de réseau transfrontalier.

88En 1992 les trois campus du CETYS avaient environ 3 200 élèves scolarisés (980/1000 à Tijuana. 1650 à Méxicali, 400/500 à Ensenada).

89Si sa mission principale est bien la formations de chefs d’entreprises, le CETYS a cependant intégré d’autres types de formations (notamment de techniciens) intéressant l’industrie, les maquiladoras faisant partie des cibles visées.

  • 11 cf “El CETYS y el sector productive)” CETYS 2000 Año 2 n° 4 julio de 1991. Méxicali. p. 4.

90L’un des concepts de pointe dans la phase de développement du CETYS pour la période 1987-2000 est précisément celui de l’étroite articulation entre l’institution éducative et le secteur productif dont l’exigence de productivité peut bénéficier de l’apport des ressources humaines et techniques du CETYS. Celui-ci a créé en 1987 un “Departamento de Vinculacion”, dont les actions portent sur la mise en place de programmes de “contrôle total de qualité”, à la demande d’administrations et d’entreprises régionales, sur la réalisation d’études d’opinion et d’image chez les clients, ou encore la réalisation de projets de reconversion d’entreprises (comme celui qui a concerné l’entreprise Kenworth), sur la base des concepts d’usine intégrée par l’informatique, de cellules flexibles, de programmes de gestion11.

91La participation à la capacitation des personnels d’entreprises privées et publiques se fait au travers de programmes de sécurité industrielle, d’informatique, de qualité, ainsi qu’au travers d’enseignements de spécialisation de niveau post-grade. Les cours de spécialisation donnent lieu à la délivrance de diplômes (ex : en “direction de personnel, en haute direction pour l’industrie maquiladora”...), et concernent des professionnels des entreprises, des cadres des secteurs publics et privés... Ils sont organisés avec le concours d’organismes comme les Centres patronaux, les Associations de cadres.

  • 12 cf entrevue avec le recteur du CETYS, Ing. J. Alfonso Marin Jiménez, Mexicali. septembre 1992 (J. (...)

92Le CETYS, dans ses cours de spécialisation cherche à élever le niveau des fournisseurs de l’industrie maquiladora et de l’industrie d’exportation12.

93La liaison avec les entreprises s’effectue aussi sur la base d’apports de divers types de ces dernières :

  • embauche d’élèves sortis du CETYS, comme le fait régulièrement l’entreprise maquiladora Autonética S.A., dépendant de Rockwell International13 :
  • dons pour le plan de développement du CETYS ; l’industrie maquiladora apporte ainsi 36 000 dollars en 89/90 (8,3 % des apports)14 ;
  • dons en équipement informatique (de la part d’IBM, de National Cash Register, de Hewlett Packard..).

94Cette dernière collaboration est une base du développement d’un Centre de Technologie, un pas vers la recherche appliquée, avec fabrication de robots, programmes de conception assistée par ordinateur, d’un centre de qualité industrielle.

95Les relations avec les maquiladoras asiatiques s’établissent plus lentement (avec Canon, et à l’état de perspective avec Sanyo, Matsushita) ce qui relèverait de problèmes de culture, de contact, de gestion du temps.

3) Le CICESE

96Ensenada. ville moyenne de quelques 300 000 habitants en Basse Californie, présente la particularité d’une concentration scientifique exceptionnelle. On y trouve en effet un campus de l’Université Autonome de Basse Californie (avec notamment la Faculté des Sciences marines, qui attire les étudiants de tout le pays), des centres de recherches de l’Université Nationale Autonome de Mexico, une unité de l’Institut Technologique et d’Études Supérieures de Monterrey, le Centre de Recherche Scientifique et d’Éducation Supérieure d’Ensenada (un établissement dépendant du gouvernement fédéral) et plusieurs centres de recherche de ministères techniques : Centro Regional de Investigacion Pesquera, Estacion Oceanografica.

  • 15 cf José. A. Zcrtuche Gonzalez “Ensenada : una vocacion cientifica” Dialogo de ! Diario 16 septembr (...)

97“Il est certain qu’un facteur important pour la réussite du développement académique à Ensenada est que l’on a promu des domaines de recherches liés à la région, où se détachent ainsi les sciences de la mer, l’astronomie, la sismologie, l’électronique, la physique appliquée et l’écologie des zones arides.”15

98Parmi les recherches intéressant la région on note ainsi la recherche en aquaculture, appliquée dans la production à Ensenada et San Quintin, les études d’environnement et pollution côtiers, la recherche en géothermie valorisée dans les unités géothermiques de Cerro Prieto. Des recherches en optique et télécommunication ont débouché sur des collaborations avec l’industrie, mais plus à une échelle nationale et internationale qu’au niveau régional. Il apparaît que les liens concernent finalement peu l’industrie la plus dynamique localement, celle des maquiladoras, sinon de manière très indirecte, au niveau des maisons mères.

99Le CICESE offre un exemple de centre de recherche performant, mais dont l’articulation avec le milieu local reste limité.

100Fondé en 1972, le Centro de Investigacion Cientifica y Educacion Superior de Ensenada concentre 450 personnes (150 chercheurs, 150 techniciens, 150 personnels d’appui) dans trois aires scientifiques : les sciences de la terre, l’océanologie et la physique appliquée (avec les départements d’électronique/télécommunications, d’optique, de sciences de l’informatique). Cette création constituait l’une des premières opérations de décentralisation de la Science au Mexique, et se justifiait initialement par l’appui à l’observatoire de San Pedro Martir, et par l’exploitation du potentiel de recherches marines.

  • 16 Les données sur le CICESE proviennent des entrevues réalisées (J. Revel-Mouroz) dans cet établisse (...)

101La proximité des grandes universités californiennes fournissait également un environnement régional favorable16. La technologie des réseaux de communication informatique a récemment fait d’Ensenada l’un des grands nœuds de communication, des ports télématiques avec les États-Unis (le CICESE est lié par satellite au centre de calcul de San Diego, le Technologique de Monterrey est lié par fibres optiques à l’Université du Texas, et le centre de l’UNAM est relié à l’Université Boulder du Colorado).

102On observe cependant un décalage entre l’importance et la qualité du pôle scientifique et l’intensité et le niveau des liaisons avec le tissu des entreprises locales et régionales. On ne peut parler ici de technopôle même si l’on en trouve des activités embryonnaires.

103Les coopérations avec les entrepreneurs locaux s’établissent au niveau de la création de petites entreprises par les chercheurs, des études appliquées et de la sous-traitance :

  • un petit nombre d’entreprises ont été créées par des chercheurs du CICESE : fabrique de verres optiques, systèmes de digitalisation et gestion pour les chaînes de télévision, entreprises de conseil dans les télécommunications, entreprise Biopesca, qui donne un service de renseignements aux flotilles de pêche en utilisant une station terrestre et un satellite météorologique. Le Centre joue ainsi un peu le rôle de pépinière d’entreprises.
  • certaines équipes du CICESE jouent le rôle de services externalisés. de sous-traitants en technologie appliquée pour de petites et moyennes entreprises ; le CICESE travaillait ainsi (technologie de réseaux) pour une entreprise locale, la Digital de Mexico, qui fabriquait des ordinateurs à Ensenada, mais qui a dû fermer en 1990 pour raisons d’obsolescence et de non compétitivité. Autre type de service-recherche du CICESE. celle portant sur les conditions de culture de microalgues servant à l’alimentation des crevettes, avec pour clients les coopératives d’aquaculture de la région. Une exception quant à la taille du commanditaire est la participation des sismologues du CICESE à la mise en place d’un réseau de sismographes pour le Compagnie Fédérale d’Électricité et sa centrale géothermique de Cerro Prieto.
  • la sous-traitance de recherche appliquée pour des centres de recherche de grandes entreprises extérieures à la région reflète la qualité atteinte dans certaines spécialités. Le CICESE travaille ainsi pour le Centre de Recherche de TELMEX, installé à Queretaro.
  • une coopération a été entamée avec Hughes Industries. Cette entreprise américaine construit la nouvelle génération de satellites mexicains, dans le cadre d’un accord avec le Mexique. Un programme de transfert de technologie avait été décidé à cette occasion, mais dans la phase actuelle il semble se limiter à des échanges de visites de chercheurs (comme ceux du CICESE) dans les établissements Hughes à San Diego et Los Angeles, et à des visites nord-américaines au CICESE d’Ensenada.

104D’autres possibilités de collaboration avec Hughes ont été identifiées dans l’information médicale pour les zones de la frontière (un système d’information comprenant références, textes, images), mais le CICESE n’en a pas encore la capacité opérationnelle, faute d’un nombre suffisant d’équipes dans ce domaine.

105Enfin Hughes a bien à Tijuana une maquiladora, une unité de fabrication de circuits hybrides, avec application pour le spatial militaire, mais qui est procède au simple assemblage, sans relation directe avec les centres technologiques d’Ensenada.

106Parmi les obstacles à une articulation plus forte entre le système productif local et le CICESE, les explications avancées, outre l’absence, à Ensenada même de grandes entreprises de technologie avancée du type établissement de TELMEX. mentionnent d’une part le manque de tradition et de culture technologique des entrepreneurs mexicains, et d’autre part l’attitude même de chercheurs que n’attirent pas l’industrie, ce qui tiendrait en partie au fait que leur revenu est lié à une évaluation scientifique centrée sur la production de publications.

  • 17 Celte hypothèse de “pôles d’intégration transfrontaliers” est présentée pour le triangle San Diego (...)

107Mais dans l’ensemble on constate que le rôle du pôle scientifique/technologique d’Ensenada ne se limite pas à cette ville, il s’insère également dans un dispositif régional (par exemple celui de l’Université autonome de Basse Californie, multi-campus) et fournit la base d’une culture technologique offrant un potentiel pour la recherche-développement liée à des réseaux transfrontaliers et nationaux17.

CONCLUSIONS

108Les exemples concrets de centres de formation technologique et de recherche que nous venons d’analyser brièvement présentent finalement un même caractère : leur insertion dans un environnement international et l’adoption de stratégies de développement éducatif répondant aux nouveaux besoins des entreprises à la recherche de compétitivité dans une économie globalisée.

109Mais la présence et l’influence des maquiladoras dans ces dynamiques éducatives et de recherche ne sont pas uniformes. Même si leur présence y apparaît croissante, notamment pour l’évolution des carrières offertes, le mouvement n’est pas linéaire.

110Ainsi, en reprenant les enquêtes réalisées de manière comparative, les résultats sur les échanges non formels mettent en évidence que l’interaction entre le secteur éducatif et l’industrie maquiladora a diminué dans la période 1990-1992. La diminution concerne les trois types d’échanges identifiés dans l’étude des marchés du travail des maquiladoras à laquelle nous nous reférons : élèves réguliers qui travaillent dans les maquiladoras, élèves sortis des centres éducatifs et incorporés aux maquiladoras, et professeurs des centres éducatifs qui sont également employés dans ces entreprises.

111Quant au nombre d’entreprises maquiladoras avec lesquelles les centres éducatifs ont des échanges formels, il suit la même tendance à la baisse que dans les échanges non formels. Cependant deux cas ont manifesté un dynamisme différent : les cours organisés par les centres éducatifs à la demande des entreprises, et la participation de différents organismes patronaux et gouvernementaux dans les instances de liaison dans chaque unité éducative. Dans ces deux aspects de l’échange formel la liaison entre secteurs a bien augmenté.

112Ainsi, les articulations non formelles ont diminué dans la période considérée, les articulations formelles ont d’une part diminué quant au nombre d’entreprises, mais augmenté d’autre part quant aux cours ad hoc. Ceci indique que seule une partie limitée des interactions atteint une certaine maturité dans ce processus d’articulation institutionnelle, alors que la majorité des interactions sont en diminution. Si l’on considère que l’objectif central des centres éducatifs de niveau moyen et supérieur, à Tijuana et à Ciudad Juarez, c’est d’une part l’adéquation de l’enseignement à une industrie maquiladora changeante et moderne, et d’autre part l’offre de personnel hautement capacité et adapté aux exigences de qualification, les indicateurs de diminution du volume des élèves, élèves sortis des centres éducatifs et enseignants de ces centres, qui sont liés à l’industrie maquiladora, sont préoccupants.

113Cette diminution peut être mise en relation avec la contraction économique de l’industrie maquiladora pendant ces années, ou bien avec le début d’une saturation du marché du travail, particulièrement pour celui de Ciudad Juarez. Quoi qu’il en soit, et dans notre optique, il est prioritaire de continuer à suivre ce processus puisque, comme le montrent les résultats de l’enquête longitudinale, la liaison diminue, contrairement aux attentes et aux hypothèses faites au début de ce travail. Les hypothèses alternatives ne peuvent donc être rejetées.

114D’une part l’industrie maquiladora d’exportation, en particulier celle qui fonctionne selon le modèle de production flexible (soit approximativement 20 % des 358 établissements étudiés) crée une structure de plus grandes possibilités éducatives, comme c’est le cas avec la création de centres de capacitation, d’écoles techniques et d’enseignement supérieur. Mais d’autre part ce processus de renforcement mutuel stimule une interaction intense entre l’industrie maquiladora et les centres éducatifs, principalement au travers des élèves, des élèves sortis des écoles et des enseignants. Dans cette synergie, non seulement les centres éducatifs sont un facteur important de localisation industrielle, mais leur propre structure de formation constitue aussi un axe de la structure territoriale. Cependant, la vocation de ces centres et la forme des échanges indiquent que la liaison repose sur l’offre d’emploi qualifié pour l’industrie maquiladora, et non pas sur un autre type d’articulation comme pourrait l’être la recherche, le développement ou le système école-industrie. Il est probable que cela arrivera dans un futur pas trop lointain, en raison des pressions que l’on observe déjà du fait de la ratification prévisible du Traité de Libre Commerce de l’Amérique du Nord ; mais peut-être existe-t-il des limitations structurelles dans les deux secteurs qui inhibent d’autres types d’échanges conformes aux éxigences croissantes de la compétition internationale, ou qui leur font obstacle.

115Dans ce sens, nous considérons, comme proposition, que la liaison doit être renforcée au travers de la diversification des stratégies d’échange et non pas seulement d’offre de travail qualifié. Une plus grande participation gouvernementale dans ce domaine serait recommandable, en plus des comités de liaison déjà créés, afin de promouvoir la connaissance des limites et potentialités des deux secteurs, pour orienter d’une façon plus rationnelle les efforts et les moyens.

116Une nouvelle industrie maquiladora s’est développée depuis la fin de la décennie passée, avec de nouvelles exigences de qualification et capacitation. Cette situation nouvelle s’étend rapidement aux autres activités économiques, ce qui a entraîné un nouveau dispositif éducatif de niveau moyen et supérieur dans les villes frontalières. En d’autres termes, les conditions existent pour un bond vers un développement plus équilibré rendant possible le développement régional. L’opportunité apparaît comme évidente, mais malheureusement les indicateurs ne montrent pas que la tendance évolue favorablement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Becattini, G. (1979). “Dal settore industriale al distretto industriale ; alcune considerazioni sull’unit di indagine dell’économia industriale”. Revista di ecnomia e politica industriale, n° 1, pp. 7-21.

Bonazzi, G. (1993). “Modelo japonés, toyotismo, produccion ligerea : algunas cuestiones abiertas”. Sociología del Trabajo, n° 18, Siglo xxi, Madrid, pp. 3-22.

Capecchi V. (1992). “Un caso de especialización flexible : los distritos industriales de Emilia-Romagna” dans Pyke, Becattini et Sengenverger (compilateurs) Los distritos industriales y las pequenas empresas, vol I, Ministerio del Trabajo y Seguridad Social, Madrid, pp. 35-59.

Carrillo V.. J. (coord) (1991). Mercados de trabajo en la industria maquiladora de exportación. Sintesis del reporte de investigación. Secretaria del Trabajo y Previsión Social et El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, 95 p.

Carrillo V., J.(coord) ( 1993) Condiciones de empleo y capacitación en las maquiladoras de exportación en Mexico. Secrelaria del Trabajo y Previsión Social et El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, 292 p.

Carrillo V., J., Contreras O. et Santibañez I. (1993). Sección quinta “Capacitación en las plantas maquiladoras” dans Carrillo V., J. (coord) Condiciones de empleo y capacitacion en las maquiladoras de exportaciôn en Mexico. Sccretaría del Trabajo y Previsión Social el El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, pp. 183-212

Carrillo V., J. et Santibañez J. ( 1993) Déterminantes de la rotatión de personal en las maquiladoras en Tijuana. Secretaria del Trabajo y Previsión Social et El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, 97 p.

Coriat B. (1993) Pensar al revés. Siglo xxi. Madrid. 163 p. (première édition en français, 1991).

Fleury. A. et Humphrey. J. (1993). Human Resources and the Diffusion and Adaptation of New Quality Methods in Brazil. Institute of Development Studies. Brighton, 78 p. (rapport de recherche).

Humphrey J. (1993). “Introduction to Book on Intra-Firm and Inter-Firm Reorganization.”. Communication présentée à Workshop on Intra-Firm and Inter-Firm Reorganization in Third World Manufacturing, The Institute of Development Studies. University of Sussex. Brighton, 14-16 avril, 34 p.

Krafcik J.F. (1989). “A New Diet for U.S. Manufacturing”, dans Technology Review, Massachusetts Institute of Technology, vol 92, n° l. janvier, pp. 28-36.

Ohno, T. (1989). L’esprit Toyota. Masson. Paris.

Piorf et Sabel C. (1984). “The Second Industrial Divide : Possibility for Prosperity”. New York, Basic Books.

Revel-Mouroz J. (1993) “La nouvelle Frontière au cœur de l’intégration aux États-Unis”, dans Marie-France Prévót Schapira et Jean Revel-Mouroz, Le Mexique l’Aube du Troisième Millénaire, Travaux et Mémoires de l’IHEAL N° 53, Paris, pp. 105-146.

Scott A. et Storper S. (ed) (1993). Pathways to Industrialization and Régional Development in the 1990s. University of California Press, Los Angeles.

Schmitz H. (1992). “On the Clustering of Small Firms”, dans IDS Bulletin”, vol 23. n° 3, juillet International Development Studies. University of Sussex, Brighton. pp. 64-69.

Valdéz-Villalba G. (1985). “Aprendizaje en la producción y Transferencia de tecnologia en la industria maquiladora de exportación”, dans Jorge Carrillo V. (comp) Restructuración Industrial : Las Maquiladoras en la Frontera México-Estados Unidos, tomo 2, Secretaria de Educación Publica/Centro de Estudios Fronterizos del Norte de México. Coleccion Frontera. Mexico.

Wobbe W. (1992). “What are anthropocentric Production Systems ? Why are they a stratégie Issue for Europe ?” Fast Monitor, Commission of the European Communities, EUR-13968-EN, Bruxelles.

Womack J.. Jones D.. et Roos D. (1990). “The Machine that change the World”, Rawson Association Press, New York.

Annexes

ANNEXES

ANNEXE I. LISTE DE CENTRES VISITÉS À CIUDAD JUAREZ :

- CECATI 19

- CECATI 87

- CECATI 121 - CONALEP 1

- CONALEP II - CEBETIS 19 - CEBETIS 114 - CEBETIS 128

- COLEGIO DE BACHILLERES 5

- COLEGIO DE BACHILLERES 6

- COLEGIO DE BACHILLERES 7

- CETIS 61

- MAESTRIA DE ADMINISTRACION. FACULTAD DE CIENCIAS POLITICAS Y SOCIALES, UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CHIHUAHUA

- CARRERA DE INGENIERIA ELECTRICA. INSTITUTO DE INGENIERIA Y ARQUITECTURA. UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- CARRERA DE INGENIERIA EN COMPUTACION. INSTITUTO DE INGENIERIA Y ARQUITECTURA. UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- MAESTRIA EN AUTOMATIZACION Y CONTROL. UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- CARRERA DE TRABAJO SOCIAL. INSTITUTO DE CIENCIAS SOCIALES Y ADMINISTRACION. UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- CARRERA DE LICENCIADO EN ECONOMIA. INSTITUTO DE CIENCIAS SOCIALES Y ADMINISTRACION. UNIVERSIDAD AUTONOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- ESCUELA DE ADMINISTRACION DE EMPRESAS. UNIVERSIDAD AUTO-NOMA DE CIUDAD JUAREZ.

- UNIVERSIDAD REGIONAL DEL NORTE. UNIDAD CIUDAD JUAREZ.

- INSTITUTO DE RADIO Y TELEVISION “EDISON”.

- INSTITUTO TECNOLOGICO DE CIUDAD JUAREZ.

- DEPARTAMENTO DE INGEN1ERIA INDUSTRIAL. DEPARTAMENTO DE GRADUADOS. INSTITUTO TECNOLOGICO DE CIUDAD JUAREZ.

- INSTITUTO TECNOLOGICO Y DE ESTUDIOS SUPERIORES DE MONTERREY-CAMPUS CIUDAD JUAREZ.

- SERVICIOS PROFESIONALES ESPECIALIZADOS DE JUAREZ.

ANNEXE 2. INDICATEURS DE CAPACITATION SELON LES POSTES DE TRAVAIL

Source : la même que pour le tableau n° 1.
Note : 1 = personnel capacité (A) et nombre de jours d’apprentissage (B) ; 2 = déviation standart : 3 = nombre de niveaux.

Notes

1 Il faut signaler que la scolarité moyenne des travailleurs directs relevée dans diverses enquêtes était d’un peu plus de six années. Aussi le résultat récent de 7,6 années manifeste un changement lent mais important.

2 Ce coefficient, pour toute l’industrie maquiladora d’exportation, est passé au niveau national de 0,10 en 1982 à 0,15 en 1990. et la projection (CIMEX-WEFA 1992) est de 0,19 pour 1997.

3 Il s’agit de l’Enquête aux Gérants d’établissements de maquiladoras que nous avons déjà mentionnée, projet patroné par le ministère du Travail et de la Prevision sociale en 1990. L’enquête fut représentative des établissements de maquiladoras à Tijuana, Ciudad Juarez et Monterrey, ainsi que des activités de l’électronique, des pièces automobiles et du vêtement, cf Carrillo 1993.

4 Une part importante des établissements n’a offert aucun programme de capacitation à Tijuana (47 %) et à Monterrey (45 %).

5 En 1990, les 29 centres liés à l’industrie maquiladora d’exportation (y compris ceux de Monterrey) offraient : 10 filières de baccalauréat technologique, 11 de niveau professionnel technique. 7 de niveau techniques, 12 d’ingénieurs, 8 de licences. 3 de maîtrise, 14 cours spécialisés de capacitation et un diplôme.

6 Les questions sur ces cours faites aux fonctionnaires des centres éducatifs ont porté sur les années à partir de 1987 (dans l’enquête de 1990), puis à partir de 1990 (dans l’enquête de 1992).

7 Les données sur le CEBETIS ont été recueillies lors d’une visite de l’établissement réalisée en septembre 1992 (J. Revel-Mouroz, avec A. Vanneph).

8 Sources : le descriptif du projet publié par Matrix Aeronautica, Tijuana, 6 p, et la visite du site réalisée avec le gérant de l’entreprise, septembre 1992 (J. Revel-Mouroz).

9 cf dépliant “CETYS” Méxicali, 1992.

10 cf document de présentation du CETYS “CETYS Centra de Enseñanza Tecnica y Superior” Mexicali 1992. p. 5.

11 cf “El CETYS y el sector productive)” CETYS 2000 Año 2 n° 4 julio de 1991. Méxicali. p. 4.

12 cf entrevue avec le recteur du CETYS, Ing. J. Alfonso Marin Jiménez, Mexicali. septembre 1992 (J. Revel-Mouroz et A. Vanneph).

13 cf CETYS 2000 Año 2 n° 4 julio de 1991. Méxicali, p.2

14 cf “Campana de los Cuatro Grandes.” Plan Cetys 2000, Mexicali 1992

15 cf José. A. Zcrtuche Gonzalez “Ensenada : una vocacion cientifica” Dialogo de ! Diario 16 septembre 1991, n° 21 p.11

16 Les données sur le CICESE proviennent des entrevues réalisées (J. Revel-Mouroz) dans cet établissement en septembre 1992 avec le directeur de gestion technologique, et en juin 1993 avec le directeur général, le Dr. Martinez.

17 Celte hypothèse de “pôles d’intégration transfrontaliers” est présentée pour le triangle San Diego/Tijuana-Mexicali-Ensenada dans : Jean Revel-Mouroz “La nouvelle Frontière au cœur de l’intégration aux États-Unis”, dans Marie-France Prévót Schapira et Jean Revel-Mouroz. Le Mexique l’Aube du Troisième Millénaire, Travaux el mémoires de l’IHEAL N° 53, Paris. 1993. pp. 105-146.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1. CENTRES ÉDUCATIFS VISITÉS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre TABLEAU N° 2. POURCENTAGE DU PERSONNEL CAPACITÉ DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF FORMEL SELON L’ORIGINE DE LA CAPACITATION, PAR VILLES
Légende Source : Encuesta a Plantas maquiladoras. Secretaria del Trabajo y Prevision Social y El Colegio de la Frontera Norte. Proyecto “El Mercado de trabajo en las actividades maquiladoras”. Tijuana.B.C. México, 1990. Extrait de Carrillo/Contreras/Santibañez (1993 :188) tableau V.4
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre TABLEAU N° 3. CONTENUS DE TROIS PROGRAMMES DE CAPACITATION
Légende Source : même que tableau n° 2. tableau V.9. p. 191
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre TABLEAU N° 4. MOMENT OU EST DONNÉE LA CAPACITATION, SELON LES VILLES
Légende Source : la même que pour le tableau n° 2. tableau V. 13. p. 196
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre TABLEAU N° 5. POURCENTAGE DE PERSONNEL CAPACITÉ SELON LA TAILLE DE L’ÉTABLISSEMENT
Légende Source : la même que pour le tableau n° 2. tableau V. 16. p. 199
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre TABLEAU N° 6. CENTRES ÉDUCATIFS LIÉS OU NON À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION SELON LE NIVEAU DE L ENSEIGNEMENT
Légende Note : capacitation = Cecatis ; moyen-supérieur terminal = Cebetis et Conalep ; moyen-supérieur non terminal = Cetis et Cobachs ; supéricur= universités, technologiques, programmes de postgrade et Cetys. Toutes les unités d’enseignement moyen-supérieur ont des spécialisations et sont ainsi toutes techniques. La différenciation a été faite avec pour base le fait que les filières de ces unités étaient ou non terminales dans le cursus vers les études supérieures.Source : Encuesta a Centros Educativos. 1990 : STPS y EL COLEF. Proyecto “El mercado de trabajo en las actividades maquiladoras”. Tijuana. 1990. 1992 : CREDAL y El COLEF. Proyecto “Vinculacion entre el sector educativo y la industria maquiladora en la frontera norte de México”, Tijuana, 1992.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU N° 7. OBJECTIF PRINCIPAL DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES VISITÉES SELON LEUR LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre TABLEAU N° 8. ÉLEVES INSCRITS, ÉLEVES TRAVAILLANT ET INCORPORATION DES ÉLEVÉS DANS L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION 1990-1992
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre TABLEAU N° 9. NOMBRE D’ÉLEVÉS SORTIS DES CENTRES ÉDUCATIFS DE TIJUANA ET CIUDAD JUAREZ ET INCORPORÉS À L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION. 1989 ET 1991.
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU N° 10. POURCENTAGE DES ENSEIGNANTS DES CENTRES ÉDUCATIFS QUI ÉTAIENT DES EMPLOYÉS DE L’INDUSTRIE MAQUILADORA. 1990 ET 1992.
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre TABLEAU N° 11. NOMBRE D’ÉCHANGES AVEC LES MAQUILADORAS PAR CENTRE ÉDUCATIF, FÉV. 90-JUIN 92
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre TABLEAU N° 12. ANNÉE DE DÉBUT DES ÉCHANGES ENTRE CENTRES ÉDUCATIFS ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION.
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre TABLEAU N° 13. PRINCIPAUX CRITÈRES DES CENTRES ÉDUCATIFS DANS LA RECHERCHE DE LIAISON AVEC L’INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre TABLEAU N° 14. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DES ÉCHANGES ENTRE SECTEUR ÉDUCATIF ET INDUSTRIE MAQUILADORA D’EXPORTATION
Légende Source : la même que dans le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre TABLEAU N° 15. NOMBRE DE COURS ORGANISÉS SELON LES OBJECTIFS DE FORMATION DES CENTRES ÉDUCATIFS (1987-1992)
Légende Source : la même que pour le tableau n° 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Source : la même que pour le tableau n° 1.Note : 1 = personnel capacité (A) et nombre de jours d’apprentissage (B) ; 2 = déviation standart : 3 = nombre de niveaux.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2108/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 532k

Auteurs

El Colegio de la Frontera Norte à Tijuana, chercheur visitant au CREDAL, Département d’études sociales.

Directeur de Recherche au CNRS/CREDAL

© Éditions de l’IHEAL, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540