Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 18. La science en Colombie

Jorge Charum, José Granés et Jean-Baptiste Meyer

Texte intégral

  • * ORSTOM

1Note portant sur l’auteur*

2Les développements de la science en Colombie ne sont guère éloignés de ceux du reste de la société. Le présent chapitre indique tout d’abord la place croissante et nouvelle qu’a pris la recherche depuis 5 ans dans ce pays, en relation avec de notables changements politiques. Un état de la science suit cet historique et décrit, à partir de données concernant essentiellement les sciences dures, les tendances de l’activité dans ce domaine. La dernière partie analyse les mesures et les orientations que prend aujourd’hui la politique scientifique qui dessine le futur de la recherche et de son articulation sur la société et l’économie colombiennes du xxième siècle.

LE VIRAGE DE LA POLITIQUE SCIENTIFIQUE DANS LES ANNÉES 1990. DE LA SCIENCE CLOTURÉE À L’OUVERTURE

3En Colombie l’exercice de la science est un phénomène récent. Les premières carrières universitaires dans des disciplines scientifiques comme les mathématiques, la physique, la chimie et la biologie furent créées au cours des années 1960. Dans la décennie 1970 se constituèrent -dans plusieurs cas avec l’appui de professeurs et de chercheurs étrangers- quelques programmes de deuxième cycle et s’organisèrent les premiers groupes de recherche dans les universités. Dans la plupart des cas, ces groupes se constituèrent à l’initiative de professeurs colombiens qui retournèrent au pays après avoir complété leurs études doctorales à l’extérieur. A cette époque, la politique de développement des sciences se réduisait en grande partie à l’assignation de quelques fonds pour la recherche. Étant donnée la jeunesse de la science dans le pays, il n’existait pas de critères bien définis pour établir des priorités. Pour cette raison, le spectre thématique de la recherche se conformait spontanément selon les intérêts individuels des chercheurs. En dépit de la précarité des apports des institutions et du gouvernement, qui reflétait d’ailleurs la faible conscience, de la part des autorités, de l’importance d’un développement scientifique autonome, quelques groupes purent se consolider, accumuler une expérience de recherche et des moyens d’infrastructure, maintenir des relations avec des groupes homologues à l’étranger et gagner une reconnaissance internationale. C’est sur la base du travail des groupes les plus développés dans les champs de la chimie, la physique et les mathématiques qu’à la fin des années 1980 les premiers programmes de doctorat s’organisèrent.

  • 1 (chiffres de Eduardo Posada dans “Estímulos a la investigación y a los investigadores” in : Cienci (...)
  • 2 (Données de José Luis Villaveces dans “Ciencia en un contexto de apertura” in : Ciencia y Tecnolog (...)

4Il est possible de se faire une idée de l’état de faiblesse de la science en Colombie à partir des chiffres suivants : en 1990 le pourcentage du PIB destiné au développement de la science et la technologie est estimé à 0.15 %., au Brésil, ce même pourcentage atteint 0.7 %, 2 % en Corée et 3 % au Japon. En Colombie, le nombre de chercheurs par 100.000 habitants est de 15 ; en Argentine de 40, en Corée de 130 et en Espagne de 1401. Entre 1973 et 1984, la moyenne annuelle d’articles publiés dans des revues internationales par des auteurs colombiens fût de 50 ; au Venezuela le nombre d’articles fut de 2549, au Chili 4448, au Mexique 5131, en Argentine 8511 et au Brésil 105452...

5Dès son commencement jusqu’à la fin des années 1980, la recherche scientifique se développa presque exclusivement dans les universités comme une activité nettement académique. Très peu de liens furent établis entre les activités de recherche et d’autres domaines de l’activité sociale. En particulier, les relations science-technologie-production furent -et sont encore aujourd’hui - très faibles. Jusqu’à la fin des années 80, l’industrie nationale se développa sur la base d’une politique protectionniste de substitution d’importations. Dans ces conditions, le secteur industriel ne fut jamais incité à innover ni à améliorer son efficacité puisqu’il comptait pratiquement sur un marché captif. De son côté, la science dans les universités -très jeune encore-ne sut pas démontrer sa compétence pour résoudre les problèmes technologiques du secteur productif. En dépit d’une rhétorique sur l’importance de la science, s’exprimant jusque dans les plans de développement national, le travail scientifique fut considéré par le secteur industriel, et même par le gouvernement, comme une activité restreinte au domaine académique sans aucune influence décisive dans la résolution des grands problèmes sociaux et économiques de la nation. Le gouvernement négligea le développement des sciences, limitant les fonds destinés à la renforcer et se désintéressant de construire une politique à long terme pour le développement de la science et de la technologie.

6Dans les dernières années de la décennie 1980 un virage dans la politique économique du gouvernement se produisit. A partir de ce moment, sous la présidence de César Gaviria (1990-1994), le gouvernement commença à établir, comme d’ailleurs dans d’autres pays d’Amérique latine, un modèle économique d’ouverture. Dans ces conditions, la nécessité pour le secteur productif de concurrencer sur le marché national des produits importés et de pénétrer des marchés internationaux mit en exergue le problème de la modernisation du secteur productif et de l’État. Il devint indispensable de penser, dans le moyen et le long terme, les processus d’innovation technologique et le développement de la science et de la technologie. La conscience se développa alors d’une nécessité de produire des transformations éducatives et culturelles et d’introduire dans la culture de base du pays les valeurs et la rationalité propres aux sciences. Pour la première fois depuis de nombreuses années le gouvernement se montra vraiment disposé à écouter les demandes du secteur académique et de structurer un plan pour le développement de la science et la technologie.

7Pour faire face à la nouvelle situation créée par l’internationalisation de l’économie, les subsides que l’État accordait aux firmes, selon le modèle de la substitution d’importations et sous le régime d’une économie partiellement fermée et protégée, furent transformés en subsides indirects à travers des modalités de formation, de financements de la recherche de base et de développement dans des secteurs clés de l’économie et de la société ainsi qu’en subventions pour l’intégration, la transformation et la génération de nouveaux processus de production. Le Plan national de S&T devenait ainsi un des instruments de la consolidation d’une infrastructure scientifique et technologique destinée à soutenir l’internationalisation de l’économie dans les nouvelles conditions où les avantages comparatifs basées sur les seules ressources naturelles perdaient de l’importance. La capacité de génération autonome de nouveaux produits et procédés industriels marquait ainsi un niveau plus élevé de développement économique. Dans le cadre d’une évaluation des capacités scientifiques nationales face aux défis posés par les nouvelles technologies, le Plan commença à élaborer ses finalités et ses orientations.

8Jusqu’au début des années 1990, la politique scientifique nationale avait été marquée par la discontinuité, déterminée surtout par les changements de gouvernement. Tous les quatre ans des orientations différentes étaient proposées. Cette absence de continuité empêchait l’obtention de grands résultats. La consolidation de certains groupes fut surtout le résultat d’une accumulation de capacités dans les universités publiques. Cependant la plupart des travaux de recherche se faisaient à partir de projets ponctuels qui pouvaient difficilement assurer la création d’une certaine tradition dans les problématiques étudiées.

9Un premier pas important dans la constitution d’un plan à long terme se produisit en 1988 avec la création de la Mission de Science et Technologie. Cette mission, orientée par des personnes appartenant pour la plupart au domaine académique, avait pour but principal de fournir un diagnostic sur l’état de la science et la technologie dans chaque domaine et de produire des recommandations politiques. La mission travailla pendant deux années. Elle contribua directement à constituer une politique pour le développement de la science et la technologie en Colombie sur de nouvelles bases.

10Une des principales recommandations de la mission fût la constitution d’un système articulé de science et technologie qui permettrait de proposer et d’exécuter consensuellement des politiques globales et des programmes pour chaque domaine de la recherche. Un critère central présida à la constitution de ce système : créer de nouveaux liens et renforcer les relations déjà existantes entre chercheurs dans les universités, et avec le secteur productif et le gouvernement. On cherchait de cette façon, d’une part à faire participer avec plus d’intensité les secteurs de la connaissance aux transformations technologiques et aux politiques de modernisation de l’État et, d’autre part, à mettre la communauté scientifique en contact plus direct avec les problèmes technologiques et d’organisation de l’industrie et de l’appareil d’État. Les liens entre ces domaines se construisaient au moyen de la participation, dans tous les organismes de direction du système, de représentants des trois secteurs. Le système fut conçu comme un système ouvert qui cherchait à incorporer, en les organisant et en les articulant, tous les programmes, stratégies et activités de science et de technologie dans le pays.

11Le système s’organise, à partir de ce moment, sur la base de grands programmes nationaux de science et technologie pour chaque domaine de l’activité (sciences pures, sciences sociales et humaines, science et technologie agricole, sciences et technologies de la santé, etc.). L’orientation de chaque programme est ainsi définie par un conseil national chargé d’adopter par consensus les politiques générales, d’examiner et d’approuver les projets présentés par les chercheurs ou les instituts et de distribuer les financements. Une responsabilité importante des conseils est de promouvoir les relations entre chercheurs qui travaillent dans des domaines semblables et de chercher l’articulation de projets divers. Il s’agit d’augmenter l’efficacité des efforts des hommes de science en évitant les duplications et en facilitant la coopération. Un Conseil National de Science et Technologie sous la direction du Président de la République et dans lequel siègent le directeur du Département National de Planification (DNP), plusieurs ministres, les recteurs des universités et des représentants des secteurs académique et industriel, est chargé de la direction générale du système.

12L’Institut pour le Développement de la Science et la Technologie, “Francisco José de Caldas”, Colciencias, est chargé de la coordination du système dans son ensemble, de l’exécution des politiques adoptées et de l’administration des fonds. Avant la réforme, Colciencias était un simple fond de financement de projets appartenant au Ministère de l’Éducation. La nouvelle politique lui donne le rang d’institut avec une capacité d’orientation et d’exécution de politiques. Il est incorporé maintenant au Département National de Planification (DNP), organisme très proche des ministères des finances et du commerce extérieur et qui a pour tâche l’élaboration du plan de développement économique. L’appartenance de Colciencias au DNP tend à rapprocher la science et la technologie des plans nationaux de développement.

13L’organisation du système national de science et technologie s’accompagne d’une série de dispositions juridiques ayant pour but de faciliter et de stimuler les tâches relatives au développement de la science et de la technologie. En particulier, les nouvelles dispositions permettent, et même encouragent, la formation d’entreprises avec des capitaux publics et privés pour entreprendre des activités de recherche en science et technologie.

14L’absence d’un tissu social permettant des opérations de transfert entre le pôle de la recherche scientifique et le pôle industriel, due à un manque de tradition de coopération entre les secteurs scientifique et technologique, commence ainsi à être surmontée. La possibilité de rédiger des projets de coopération, d’assurer la circulation de chercheurs et d’ingénieurs ainsi que celle des problèmes et des résultats, entre les universités et les firmes peut devenir effective à condition de compter avec les ressources nécessaires.

15Les diagnostics de la Mission de Science et Technologie sur la situation de la science dans le pays signalaient comme un des principaux problèmes l’isolement des chercheurs. Fréquemment des groupes de recherche travaillent sur des problèmes semblables dans diverses universités sans qu’il existe entre eux des échanges de coopération réguliers. La faiblesse de ces relations conduit souvent à la duplication des efforts et à l’utilisation inefficace de ressources peu abondantes. D’autre part, à l’exception des groupes les plus dynamiques maintenant des rapports réguliers, parfois même des projets communs, avec des chercheurs ou des groupes d’autres pays, l’isolement a longtemps été la norme. C’était l’indice préoccupant d’un retard profond. Coordonner les efforts dans le pays et encourager les échanges internationaux sont devenus des points importants de la politique scientifique. Les conseils nationaux pour chaque programme peuvent être maintenant des organismes d’appui pour la constitution de liens entre groupes dans le pays. La création de réseaux entre chercheurs nationaux dans des champs spécifiques est un aspect important de la politique de Colciencias pour attaquer l’isolement.

16Un instrument essentiel, construit pour encourager les rapports internationaux de la science colombienne, est le Réseau Caldas de chercheurs colombiens à l’extérieur. Ce réseau est probablement un des résultats les plus originaux et les plus prometteurs de la nouvelle politique de la science et la technologie dans le pays. Le réseau marque en plus une transformation dans le traitement du problème des intellectuels colombiens émigrés. La politique traditionnelle envers ces groupes se réduisait auparavant à encourager leur retour moyennant des facilités économiques ou des possibilités d’insertion. Une nouvelle compréhension de l’importance des réseaux dans le développement de la science moderne conduit à penser que les chercheurs colombiens à l’extérieur peuvent être des points de liaison très importants pour la génération et le renforcement de liens internationaux au bénéfice de la science en Colombie. Des mécanismes très flexibles sont mis au point pour encourager la participation des chercheurs colombiens expatriés dans des activités scientifiques très diverses et à différents niveaux dans le pays : stages de recherche dans des groupes colombiens, évaluation de projets ou élaboration et développement de projets communs avec des chercheurs en Colombie. Dans le but de stabiliser et régulariser ces formes possibles de coopération, un réseau fut organisé en prenant pour base des nœuds locaux dans les différents pays qui maintiennent la communication entre les intellectuels colombiens de la localité respective et organisent les liens avec la Colombie. Une liste de courrier électronique permet une communication constante entre les membres du réseau. Bien que le système soit coordonné par Colciencias, beaucoup d’initiatives de coopération sont mises au point et exécutées par des acteurs individuels ou par des nœuds, le réseau devenant ainsi de plus en plus un organisme autonome.

17Pour mettre en marche la nouvelle politique de la science et de la technologie, le gouvernement eût recours à des prêts de la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Une bonne partie de ces ressources a été destinée à financer des projets mais des fonds ont été aussi créés pour financer les échanges de chercheurs colombiens avec la communauté internationale. En même temps se sont créées des systèmes de bourses pour encourager les études de doctorat dans le pays et à l’étranger. Les critères pour offrir ces bourses mettent l’accent sur la concordance des études avec des lignes de travail dans le pays.

18Une caractéristique de la politique scientifique nationale jusqu’aux années 1980 a été sa discontinuité marquée par les changements de gouvernements. L’internationalisation de l’économie va de pair avec l’intention déclarée d’internationaliser la science nationale, c’est-à-dire de l’exposer aux normes de qualité, d’association, de collaboration et de coopération qui régulent les relations dans les réseaux internationaux de recherche. La conformation du réseau Caldas des chercheurs et intellectuels colombiens travaillant à l’étranger a été une décision dans le cadre d’une politique cherchant l’intégration de ces normes et l’élargissement de la base de la communauté scientifique aux nationaux émigrés travaillant dans le domaine scientifique pour mettre au profit du pays les relations nouées dans leurs activités.

FAIBLESSES ET PROMESSES : L’ÉTAT DE LA RECHERCHE EN COLOMBIE

19La politique scientifique menée par l’État colombien depuis cinq ans semble doter le pays des moyens de développer ses capacités et ses résultats de recherche. Ce constat dressé en première partie engendre immédiatement une interrogation : cette politique est-elle suivie d’effets d’ores et déjà mesurables ? Peut-on discerner les caractéristiques et les tendances récentes de l’activité scientifique sur laquelle s’appliquent les stratégies précédemment exposées ? Cette deuxième partie s’attache à fournir des éléments consistants pour répondre à ces questions, en utilisant les voies de la bibliométrie qui permet d’apprécier quantitativement l’état et la dynamique de la recherche à travers les publications dont ses résultats font l’objet.

La modeste expansion de la production scientifique colombienne.

20La base PASCAL, recensant le plus large éventail de revues scientifiques de pays du Sud, révèle un nombre de plus ou moins deux cent publications effectuées par des chercheurs de nationalité colombienne, selon les années, entre 1987 et 1993. Il s’agit d’un chiffre peu élevé mais en augmentation certaine sur la période. Cette tendance positive authentifie une dynamique favorable de l’activité scientifique dans la période et dont participe la réflexion et les mesures issues de la mission de Science et Technologie. Mais, il serait exagéré de déduire une relation immédiate de cause à effet entre la politique affichée et les publications parues. Les résultats d’une impulsion donnée à la recherche ne s’appréhendent pas dans le court terme mais bien plutôt dans le moyen ou le long terme. Aussi l’impact du nouveau système de S&T devrait il commencer à se traduire en augmentation significative des publications, à partir seulement d’un délai de 5 ans après sa création. Mais il apparaît que son émergence s’accompagne d’un renforcement. La figure 1 montre, en effet, l’évolution comparée entre la Colombie, les États-Unis et la moyenne de l’Amérique latine. La tendance positive enregistrée par la Colombie s’avère plus modeste que celle des autres pays considérés. Si l’on écarte les États-Unis, dont la situation ne peut guère se comparer directement à celle de la Colombie, il reste que la croissance moyenne de la production scientifique latino-américaine s’avère supérieure à celle de la Colombie. Mais on doit distinguer au sein de ce bloc latino-américain le Brésil et le Mexique, les plus gros producteurs, qui assument chacun une production de 7 et 10 fois plus élevée que la Colombie, et qui sont aussi les pays où la croissance récente a été la plus forte. L’Argentine, en revanche, pourtant l’un des pays latino-américain possédant la plus grande tradition scientifique, a une production stagnante, d’une croissance inférieure à celle de la Colombie.

FIGURE 1. INDICES DE CROISSANCE DES PUBLICATIONS 1987-93 (1987=100)

FIGURE 1. INDICES DE CROISSANCE DES PUBLICATIONS 1987-93 (1987=100)

Source : PASCAL

Concentration géographique et institutionnelle de la recherche

21La figure 2 fait apparaître une polarisation de la production scientifique sur la capitale, à Bogota. Mais on constate aussi un certain décalage dans la distribution spatiale, entre la concentration de la population urbaine et des activités industrielles avec la présence de résultats de recherche. Ainsi, Barranquilla, quatrième ville du pays est très loin derrière d’autres villes, notamment Bucaramanga pourtant plus petite. Medellin, centre industriel majeur, est dépassé de beaucoup par Cali dans le développement d’activités scientifiques. Ce fait laisse d’ailleurs à penser qu’il existe une certaine distorsion entre recherche et développement économique, pour le moment, en Colombie. Une chose est sûre, le département del Valle del Cauca s’affirme comme un secteur dynamique de la science colombienne, susceptible d’offrir un contre poids significatif à Bogota et de contrebalancer ainsi la polarisation actuelle. La volonté de régionalisation de la recherche, manifestée par les instances de politique scientifique depuis la mise en place du Système National (cf. parties 1 et 3), peut trouver là des conditions favorables à la décentralisation souhaitée.

22Un phénomène notable est celui de la concentration de projets de coopération scientifique internationale dans les zones où les résultats sont déjà nombreux et visibles. La figure 3 montre l’importance des projets soutenus par les grandes agences (USAID, CE-STD, JICA, SAREC, etc.) dans la capitale et la faiblesse, proportionnellement accentuée, dans les autres centres de production. Nul doute que ces agences fixent plus facilement des programmes avec des institutions locales reconnues et accessibles qu’avec des acteurs émergeant dans des lieux retirés.

23La concentration géographique des travaux et publications de recherche reflète pour une part leur distribution inégale par institution. La figure suivante exprime une prédominance marquante de quelques grands organismes publics. Dans un tissu scientifique peu dense, la capacité de former quelques groupes disposant d’une masse critique suffisante pour produire des résultats consistants est éparse. L’actuelle politique scientifique vise à corriger ces discontinuités en augmentant le personnel de recherche d’une façon générale et en favorisant les associations entre chercheurs au sein de réseaux thématiques.

Pertinence et promesses des orientations des travaux

24Compte tenu de sa concentration géographique et institutionnelle, la production scientifique est naturellement axée sur quelques thèmes et disciplines aux dépens d’autres. Ainsi, la médecine, les sciences de la terre et de la vie sont assez bien représentées tandis que les sciences fondamentales et la haute technologie le sont beaucoup moins. Toutefois, cette couverture disciplinaire quelque peu lacunaire est en cohérence avec les enjeux de la société colombienne. La médecine tropicale et clinique, l’agronomie et la botanique, la géologie et la volcanologie sont en effet des secteurs du savoir d’un intérêt direct pour le pays. L’orientation de la recherche s’effectue sur des problématiques endogènes et les faibles ressources matérielles et humaines ne se dispersent pas sur des centres d’intérêt importés, cas fréquent dans les pays en développement.

FIGURE 3. COMPARAISON ENTRE PRODUCTION ET COOPÉRATION

FIGURE 3. COMPARAISON ENTRE PRODUCTION ET COOPÉRATION

Sources : PASCAL, IDRIS, USAID, CCE

FIGURE 4. PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES PAR INSTITUTION ; SOURCE : PASCAL

FIGURE 4. PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES PAR INSTITUTION ; SOURCE : PASCAL

25L’observation des lieux de publication des travaux colombiens est instructive. La figure 5 révèle que la majorité relative des publications est éditée sur place, dans le pays. Les États-Unis viennent ensuite mais l’Europe apparaît également comme un lieu où les auteurs colombiens publient une bonne part de leurs recherches. Les pays de l’Union rassemblent même plus de publications de leur part que l’Amérique du Nord. Voilà qui rectifie quelque peu les idées reçues sur les orientations et les inspirations intellectuelles : pour la recherche colombienne, le lieu d’expression est d’abord local et sa partie internationale est loin d’être américano-centrée.

FIGURE 5. LIEUX DE PUBLICATION DES TRAVAUX SCIENTIFIQUES COLOMBIENS

FIGURE 5. LIEUX DE PUBLICATION DES TRAVAUX SCIENTIFIQUES COLOMBIENS

26En définitive, au vu des publications de ses résultats, la recherche colombienne n’apparaît pas dépourvue d’atouts. En dépit d’une faiblesse de moyens, des discontinuités du tissu scientifique et de la concentration excessive de ses capacités, elle dispose d’orientations cohérentes sur des problématiques locales et d’une diffusion internationale diversifiée. Cela authentifie l’existence d’une communauté scientifique, certes limitée mais offrant des bases possibles de développements prometteurs.

ESQUISSE DU FUTUR : SCIENCE ET DÉVELOPPEMENT DANS LA COLOMBIE DE DEMAIN

27Le Plan de développement du gouvernement arrivé au pouvoir en 1994 montre une intention de continuer et de compléter les orientations qui avaient commencé à être mises au point à partir de 1990. Cette continuité dans un domaine de la politique est un fait à signaler dans un pays où se démarquer des agissements des prédécesseurs est une attitude politique fréquente.

28Une des caractéristiques du Plan de développement de l’administration du président Samper est une perception plus aiguë des conditions qui doivent être assurées pour parvenir à internationaliser l’économie. Les mesures proposées tendent à donner à la science et à la technologie un rôle plus important et à établir des moyens plus concrets pour que les relations entre l’État, la science académique et les secteurs économiques puissent devenir plus étroites et pour qu’il y ait aussi des résultats qui prennent en considération les besoins sociaux.

29Un premier élément est l’augmentation des ressources affectées pour soutenir la science et la technologie. Le Plan propose d’élever la participation de l’État pour les programmes de recherche à 0,3 % du PIB pour 1995 et d’arriver à 0,5 % pour l’année 1998, quand finira l’actuelle administration. Ceci ferait parvenir à 1 % du PIB la totalité des investissements dans le secteur en comptant la coopération technique internationale, les investissements du secteur privé et le coût de fonctionnement du système. Ces chiffres sont significatifs si l’on considère qu’au début des années 1990 l’ensemble ne dépassait guère 0,5 % du PIB et que dans les années 1980 il oscillait autour de 0,2 %.

30La création d’un Conseil national de la compétitivité, auprès du cabinet présidentiel, auquel participent le patronat, les travailleurs, des membres du monde académique, le Département National de Planification et des associations de la société civile intéressées au développement de la science et la technologie, répond à une volonté affichée du gouvernement de renforcer le système national de S&T et de lui donner une portée plus large. Il est proposé aussi pour consolider le pôle scientifique de former 2000 nouveaux chercheurs au niveau du doctorat, de créer 250 groupes de recherche dans les universités, de consolider des programmes de doctorat dans les sciences fondamentales, les sciences sociales et les ingénieries, d’augmenter le nombre de Bourses d’études, de financer des stages de formation à l’extérieur et de stimuler des travaux de recherche en améliorant les revenus des chercheurs les plus actifs. L’intégration aux réseaux internationaux de recherche et de développement technologique est considérée comme essentielle et la mise à disposition des nouvelles technologies de communication à tout centre universitaire, principal locus de la capacité et de l’activité de recherche nationale, est un but d’importance stratégique.

31La création de Centres de productivité et de développement technologique permettant de pratiquer la recherche, qui deviennent aussi des lieux de formation et de dissémination des informations est proposée afin de conformer un pôle technologique. Ces centres auront accès à des crédits à bas taux d’intérêt provenant des divers ministères, de l’IF, institution de l’État pour la promotion de l’industrialisation, de Colciencias surtout quand dans la réalisation des projets proposés sont impliquées conjointement les universités et l’industrie. Ces centres peuvent être organisés comme centres virtuels ou comme réseaux d’innovation signalant ainsi que les complémentarités et les associations de coopération sont à la base de son fonctionnement.

32La passage du projet au programme, qui était déjà un acquis formel au début des années 1990 est maintenant un sujet de réflexion afin d’orienter les programmes nationaux selon des critères plus stratégiques et moins spontanés, comme c’était le cas dans la période précédente. En effet, l’assignation de ressources se faisait selon des critères de qualité des propositions présentées mais il n’y avait pas encore une idée de programme stratégique national ni une conscience des besoins auxquels devaient donner réponse les résultats acquis. Ainsi, quatre des onze programmes sont orientés vers le secteur industriel tandis que les autres devraient faire des contributions au développement technologique, à la capacité de compréhension de la réalité nationale, à la consolidation de la société civile, à la connaissance des écosystèmes et de la biodiversité. Le Plan de développement entend que les résultats de l’activité de la recherche s’ouvrent aussi vers la société.

33Une nouvelle division des tâches et des fonctions s’esquisse depuis peu : Colciencias est chargé de la planification des activités du secteur de S&T, l’IF des études sur la faisabilité des projets ainsi que de la gestion des financements. Ces décisions prises tout récemment permettraient d’orienter vers des projets de recherche et développement des fonds provenant du trésor public et qui auparavant étaient destinés à la création d’industries.

34La progressive spécification des orientations politiques de la part de l’État a été accompagnée d’une plus active participation des chercheurs et de leurs représentants dans les différents niveaux de décision, que ce soit dans les conseils des programmes nationaux, où ils siègent au côté des fonctionnaires et des industriels, ou à l’intérieur des institutions universitaires dans les comités qui orientent la politique institutionnelle de recherche ou qui se chargent de réguler les relations entre les différentes unités et de celles-ci avec les agences qui octroient des ressources.

35D’autre part, il y a une relative mais croissante mobilisation de la communauté scientifique nationale autour de quelques demandes spécifiques : la clarification du statut de chercheur, surtout dans les universités publiques, la spécification de normes qui régulent les relations entre la recherche académique et les autres organismes de l’État aussi bien qu’avec le secteur industriel et la société civile, la création de nouveaux organismes qui permettent l’association sous de nouvelles bases, des chercheurs et des ingénieurs des pôles scientifique et technologique dans des projets d’intérêt collectif. Le commun dénominateur de ces demandes est le besoin d’institutionnaliser une activité qui, jusqu’à très récemment, n’avait qu’une légitimité sociale marginale et d’établir les conditions d’accès aux ressources des agences nationales et internationales, basées sur les capacités et les accumulations acquises par les groupes.

36Ainsi, il y a donc un mouvement qui s’appuie tant sur une politique volontariste de la part de l’État tendant à créer les conditions d’une nouvelle alliance entre les scientifiques et le secteur productif que sur la mobilisation d’une communauté considérant que la lutte pour de meilleures conditions -infrastructurelles, sociales et économiques- a aujourd’hui plus de chances d’être couronnée de succès.

37Cette mobilisation a eu d’autres modalités de se concrétiser. L’associations de chercheurs autour de problèmes dont la solution concerne plusieurs spécialités a permis l’apparition de Programmes universitaires de recherche à l’intérieur de quelques universités publiques. Une organisation administrative où les décisions sur les activités des professeurs et des chercheurs étaient prises au niveau des facultés ou des départements - dont le but était surtout l’enseignement des disciplines scientifiques ou la formation professionnelle et qui laissaient peu de possibilités pour faire de la recherche transdisciplinaire - commence à s’assouplir grâce à l’apparition de projets dans le cadre de programmes définis avec une relative autonomie par les propres chercheurs, eux-mêmes Ces programmes coïncident parfois peu avec les programmes nationaux mais ils ont gagné une certain légitimité institutionnelle du fait d’une capacité accrue des associations et de la pertinence de leurs sujets de recherche, ce qui leur permet de se positionner dans de meilleures conditions vis-à-vis des agences pourvoyeuses de ressources. Le passage du projet au programme test favorisé par l’apparition d’interlocuteurs plus qualifiés disposant d’une plus grand capacité de négociation.

38L’émergence de la politique sur la science et la technologie a été aussi marquée par un trait caractéristique qui lui donne toute son originalité. En effet, l’organisation des systèmes nationaux dans la région jusqu’aux années 1990 avait été alimentée et fortement conceptualisée par les organismes régionaux et internationaux tels que l’Unesco et l’ΟΕΑ. Les études et les recommandations de la Mission de science et technologie ont été dirigés et réalisés par des chercheurs issus du milieu académique, ce qui est un fait nouveau puisque toutes les Missions précédentes avaient été réalisées sous contrats d’organismes internationaux, avec une participation limitée de spécialistes colombiens. Avec la Mission est apparue une capacité autonome de réflexion sur l’état de l’infrastructure scientifique nationale. Elle a donné lieu à la conformation de groupes qui, bien qu’alimentés par les théories et des conceptualisations internationales, ont entrepris l’élaboration de nouvelles théorisations et ont proposé des mesures pratiques plus adaptées à la situation mise en lumière par ces travaux. Ainsi, la mise au point de la politique scientifique nationale a trouvé ses appuis, et aussi ses critiques, tant dans la mobilisation autour des intérêts plus spécifiques des différents groupes que dans les discours plus élaborés de la part d’une communauté qui se voulait engagée dans la construction d’un secteur national. Une plus fine perception des enjeux et un compromis plus intense au sein de la communauté scientifique ont marqué la politique nationale et celle des institutions universitaires au début des années 1990.

39La participation du secteur industriel, plutôt timide jusqu’à maintenant, paraît devenir plus intense. Les nouveaux crédits ont permis qu’une modernisation des appareils productifs, modernisation s’appuyant encore d’une façon assez limitée sur des innovations technologiques résultantes d’une activité de recherche, commence à apparaître.

40Il faut signaler les limitations que trouvent les nouvelles orientations de la politique scientifique pour répondre aux attentes des acteurs sociaux concernés. La capacité de gestion des ressources par les opérateurs de la recherche et notamment par Colciencias est encore faible et dans la plus part des cas les financements des projets arrivent avec beaucoup de retard aux intéressés. Les délais entre la présentation d’un projet et son acceptation, et entre celle-ci et la réception des ressources étant trop grands, les possibilités d’établir des relations avec des partenaires et notamment avec ceux du Nord sont plus faibles qu’elles ne devraient. Les programmes nationaux n’ont pas encore des orientations très claires et la génération des politiques sectorielles se fait attendre. Il n’y a pas une capacité nationale d’évaluation des programmes de recherche et la création d’un Observatoire de la science et la technologie, proposée depuis un certain temps, n’a pas encore vu le jour. Le manque de statistiques fiables et a fortiori d’indicateurs scientifiques ne permet pas l’évaluation des programmes et des mesures prises. Certains propositions, telle la formation dans les quatre ans prochains de 2000 nouveaux chercheurs et de 250 groupes de recherche, n’ont pas été accompagnées de la mise au point d’une structure d’accueil qui permette leur active intégration dans des laboratoires de recherche et, en général, dans le tissu scientifique national. Ajoutons que la création de ces structures de recherche doit s’appuyer sur des techniciens autant que sur de nouveaux docteurs, or il n’y a pas de mesures complémentaires prévues pour former tout le spectre de qualifications qui sont nécessaires dans tous les travaux de recherche. Aussi, la création immédiate de nouveaux groupes paraît assez volontariste étant donné les longs délais précédant normalement leur conformation. Les relations entre le monde académique et le milieu industriel avancent lentement en raison des difficultés à percevoir l’intérêt d’établir des projets dont les résultats ne sont pas valorisables à courte échéance et du fait de l’inexistence d’une réglementation des droits de chacune des parties qui participent.

41Malgré les difficultés de la construction d’une politique scientifique qui entend s’ouvrir à la dimension internationale en créant des associations entre des partenaires manquant d’une tradition de collaboration, les orientations récentes sont largement positives. Les changements dans l’attitude du gouvernement et du secteur productif envers la science et la technologie ainsi que les transformations que nous avons décrites permettent d’attendre dans les prochaines années un développement beaucoup plus intense des activités scientifiques et technologiques dans le pays. Le développement récent de l’étude sociale des sciences et des techniques en Colombie devrait aider aussi à appuyer ces efforts par une réflexion suivie, nourrie d’indicateurs utilisables pour la définition des politiques à venir.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bases para el Plan Nacional de Desarrollo, 1994-1995, Presidencia de la República, 1994.

Ciencia y tecnología para una sociedad abierta. Publicatión de Colciencias, Tercer Mundo Editores, 1991

Diez casos exitosos de innovación tecnológica, Colciencias, 1994

Documentos de la Misión de Ciencia y Tecnología. Publicatión del Ministerio de Education Nacional, del Departamento Nacional de Planeación y de Fonade, 1990

Convocatoria a la Creatividad. Publicación de Colciencias. Tercer Mundo Editores 1992.

El sistema nacional de ciencia y tecnología. Instrumentas jurídicos. Publicación de Colciencias, Abril 1991.

MEYER J.-B., CHARUM J., GRANÉS J., CHATELAIN Y., “ils it opened or closed ? Colombian Science on the Move”, Scientometrics, 1995.

Notes

1 (chiffres de Eduardo Posada dans “Estímulos a la investigación y a los investigadores” in : Ciencia y Tecnología para una sociedad abierta, Colciencias 1991, (p. 137).

2 (Données de José Luis Villaveces dans “Ciencia en un contexto de apertura” in : Ciencia y Tecnología para una sociedad abierta, Colciencias 1991 p. 37).

Notes de fin

* ORSTOM

Table des illustrations

Titre FIGURE 1. INDICES DE CROISSANCE DES PUBLICATIONS 1987-93 (1987=100)
Légende Source : PASCAL
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre FIGURE 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre FIGURE 3. COMPARAISON ENTRE PRODUCTION ET COOPÉRATION
Légende Sources : PASCAL, IDRIS, USAID, CCE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2083/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre FIGURE 4. PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES PAR INSTITUTION ; SOURCE : PASCAL
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2083/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre FIGURE 5. LIEUX DE PUBLICATION DES TRAVAUX SCIENTIFIQUES COLOMBIENS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2083/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540