Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 17. L’environnement sacrifié ?

Richard Pasquis

Texte intégral

  • * Projet "Programme régional de planification et de gestion d’aires protégées amazoniennes (UE-TCA"

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 in l’état de l’environnement dans le monde, Beaud Michel et Calliope et Larbi Bouguerra Mohamed, E (...)

C’est tout ce qui nous reste du fleuve”, lui dit le capitaine. Florentino Ariza, en effet, s’étonna de tous ces changements et plus encore le lendemain lorsque la navigation devint difficile. Il comprit alors que le Magdalena, ce patriarche, un des plus grands fleuves du monde, n’était plus qu’une illusion de la mémoire. Le capitaine Samaritano leur expliqua comment un déboisement aberrant avait en cinquante ans eu raison du fleuve : les chaudières des navires avaient dévoré la forêt aux arbres colossaux qui avait tant oppressé Florentino Ariza lors de son premier voyage. Fermina Daza ne verrait pas les animaux de ses rêves : les chasseurs de peaux des tanneries de la Nouvelle-Orléans avaient exterminé les caïmans qui faisaient les morts pendant des heures et des heures sur les rives escarpées pour surprendre les papillons, mâchoires grandes ouvertes ; les perroquets jacasseurs et les singes aux hurlements de fous étaient morts à mesure qu’avaient disparu les frondaisons et les lamantins aux grandes mamelles de mères qui allaitaient leurs petits et pleuraient comme des femmes désespérées sur les bancs de sable étaient une espèce qu’avaient éteinte les balles explosives des hommes chassant pour leur plaisir.
(Garcia Marquez G., l’Amour aux temps du choléra, Grasset, 19871)

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE CONTRE NATURE ?

Les effets environnementaux du modèle de croissance et d’internationalisation de l’économie colombienne

  • 2 Processus d’acculturation éducatif, en particulier scientifique et technologique, par lequel un pe (...)

2La Colombie est un des pays latino-américains dont les problèmes liés à l’environnement sont parmi les plus désastreux. Selon l’ex ministre de l’Environnement, Mme Cecilia Lopez Montaño : “il est quasi impossible de trouver une zone du pays que l’on puisse considérer hors danger” (Ozono, 1995)2. A cela on pourrait invoquer deux raisons. : une raison “historico-culturelle” qui a évidemment à voir avec la violence, la dépréciation de la vie humaine et en conséquence l’absence d’espoir dans l’avenir pour une part importante de la population ; des conditions écogéographiques qui ont doté la Colombie d’un milieu extrêmement riche et divers, mais rendent difficile l’implantation de l’État dans tout le pays. Pour des populations privées d’avenir, l’incompatibilité entre les exigences du court terme marquées par les conditions d’insécurité et le long terme nécessaire pour toute action environnementale se traduit en grande partie par des formes d’exploitation prédatrices des ressources naturelles.

3L’environnement a aussi été sacrifié sur l’autel de la croissance par les tenants du développement économique. La Colombie est en effet considérée par les économistes comme un pays en passe de devenir la troisième puissance latino-américaine (et la première de la région andine) et la hausse moyenne de son PIB qui atteint 3,5 % par an la classe parmi les “nouveaux pays industriels” (NPI). Bien que la demande intérieure soit le moteur principal de la forte croissance de l’activité économique, le contexte d’ouverture des frontières a entraîné une explosion des importations qui, selon le Banco de la Republica, ont augmenté globalement de 140 %.

4Après le protectionnisme des années 1970, la politique néo-libérale menée à partir des années 1980, puis, de 1990 jusqu’en 1994, par le président Cesar Gaviria, qui donna la priorité à l’insertion de la Colombie dans l’économie mondiale, a eu un coût social élevé : un quart de la population vit dans l’extrême pauvreté et le niveau d’éducation reste largement insuffisant en durée et en qualité.

5Par ailleurs, et à titre indicatif, la récupération de la détérioration écologique du pays provoquée par la déforestation coûterait, pour la seule année 1992, 7,5 milliards de dollars...

LA COLOMBIE ET LES CHANGEMENTS GLOBAUX : SOLIDARITÉ AVEC LES PVD

6Depuis les années 1980, les pollutions ont changé d’échelle. Pour les analyser il faut donc différencier suivant qu’elles sont locales, régionales voire même globales quand elles font partie des grandes menaces sur l’environnement.

  • 3 Par exemple, dès 1979, a été signée une convention internationale sur la pollution transfrontière (...)

7Le niveau international3 est devenu aujourd’hui le plus pertinent pour étudier la problématique de l’environnement puisque des menaces globales pèsent sur tous les pays et tous y contribuent. Les pays du Sud sont, en plus, souvent les victimes des solutions trouvées au Nord et des trafics en tout genre (trafic de drogue, commerce illicite d’espèces animales, trafic de déchets toxiques, etc.). Le succès des actions visant à résoudre la crise globale de l’environnement passe par la solution préalable ou simultanée de la crise économique et environnementale des pays tropicaux qui ont un rôle fondamental à jouer dans la stabilité globale de l’environnement.

De la couche d’ozone

  • 4 Malgré les nombreuses négociations démarrées dès 1981 dans le cadre du Programme des Nations Unies (...)
  • 5 Depuis sa ratification tardive du Protocole de Montreal, la Colombie a récupéré son retard et assu (...)

8Au cours des années 1990 marquées par l’intensité et la rapidité des mutations en matière d’environnement (attitudes, conscience, technologie, concepts, marchés, institutions etc.) et par le foisonnement des accords internationaux (conventions, protocoles, adoption de l’Agenda 21), la Colombie a été solidaire de l’ensemble des pays en voie de développement (PVD). L’importance des services environnementaux que les pays du Sud prêtent au monde entier représente un potentiel de négociation que la Colombie compte mettre à profit. Dans la “guerre de l’ozone4”, la Colombie a rejoint tardivement, en 1993, le groupe des 149 nations qui ont adhéré au Protocole de Montreal depuis 1987. Comme la majorité des PVD, elle propose comme alternative à l’échéance trop courte de 1997, celle de 2006 pour l’éradication des CFC (chlorofluorocarbones)5. Mais avec une consommation qui atteint à peine 0. 4 % des substances accusées de diminuer la couche d’ozone, la Colombie est loin de faire partie du groupe de tête des principaux pays d’Amérique latine (Argentine, Brésil, Mexique et Venezuela) qui eux-mêmes participent de façon à peine significative (avec moins de 5 %) à la production mondiale de CFC.

  • 6 Son financement est assuré par les principales nations productrices et consommatrices de CFC au pr (...)
  • 7 D’après les mêmes spécialistes, les mesures d’interdiction visant les CFC, coûteraient de 1 à 1,5 (...)
  • 8 Ces industries sont Haceb, Icasa, Polarix, Indusel, Compresores Andinos, Indufrial, Inducol, Wonde (...)

9Sous la pression des PVD, le Protocole comporte depuis janvier 1991 un fonds multilatéral d’aide6 ä au tiers monde qui prévoit l’accès à la technologie de substitution. Ainsi la Colombie a déjà reçu 8,5 millions de dollars7 afin que l’Unité Technique de Reconversion Industrielle (UTRI) pour la protection de la couche d’ozone du nouveau Ministère de l’Environnement puisse élaborer et exécuter des programmes de reconversion industrielle des douze principales industries qui utilisent des CFC8.

... à l’effet de serre

  • 9 Ce sont les émissions de C02 dues à l’activité humaine qui seraient responsables de l’augmentation (...)

10La question de l’effet de serre9 met clairement en évidence les conflits entre les intérêts économiques et la recherche de solutions aux menaces globales sur l’environnement.

  • 10 Le monde en développement, qui représente les trois quarts de la population mondiale, a une consom (...)

11La Colombie occupe la quatorzième place des pays émetteurs de dioxyde de carbone (plus de deux tonnes d’équivalent carbone en 1987) derrière les grands producteurs qui rassemblent environ 80 % des émissions totales10.

  • 11 A l’échelle mondiale, ce secteur est responsable de 80 % des émissions de C02.

12Ce score, non négligeable, est le résultat d’actions au niveau national (augmentation du parc automobile, déforestation, extension de la frontière agricole et surtout activité du secteur énergétique) qui débouchent toutes sur une production plus grande de CO211 :

  • 12 Les énergies fossiles occupent aujourd’hui plus de 80 % de l’approvisionnement énergétique mondial (...)
  • 13 Mouvement inverse de celui adopté dans certains pays proposant l’abandon du charbon et le développ (...)

13Si le secteur pétrolier est celui qui a contribué le plus au cours des cent dernières années à l’accroissement des concentrations de CO2, sa part de responsabilité actuelle est proche de celle du charbon (42 % chacun)... mais toujours plus de deux fois celle du gaz (16 %)12. La contribution du charbon devrait augmenter pour passer à 50 % en 202513 et il serait certainement plus souhaitable d’opter pour un passage à de nouvelles formes énergétiques. Mais est-ce possible dans l’état actuel du développement des énergies alternatives et de leurs coûts de production ?

FIGURE 1 : EXPORTATIONS DE CHARBON

FIGURE 1 : EXPORTATIONS DE CHARBON

Source : Département National de Planification (DNP), in Semana, Août 1995

14Le modèle de croissance économique fortement consommateur d’énergie fossile, choisi par la Colombie, l’oblige à une attitude prudente vis à vis de la convention sur les changements climatiques qui est entré en vigueur le 21 mars 1994. Un des arguments de la Colombie repose sur le fait qu’elle possède sur son territoire des écosystèmes capables d’absorber ces quantités importantes de CO2 ; situation qui risque malheureusement de se dégrader rapidement compte tenu des taux de déforestations importants soufferts par le pays. L’attitude de la Colombie, comme de la plupart des PVD, consiste à lier la poursuite du processus de contrôle des émissions de gaz à effet de serre, à l’aide financière ou aux transferts de technologies des pays industrialisés.

  • 14 Des 390 km2 de neige il y a dix ans, il n’en resterait actuellement que 36 !

15Le réchauffement provoqué par l’augmentation de l’effet de serre semble déjà être à l’origine de la forte régression des glaciers colombiens14, et les prévisions concernant l’élévation du niveau des mers ne sont pas moins inquiétantes : les zones côtières, dont l’altitude est voisine de zéro (Guajira, mangroves, l’archipel de San Andres etc.) et les bassins hydrographiques, notamment de l’Amazonie (fig. n°2) pourraient se trouver gravement affectés.

  • 15 L’expression “pluies acides” (acid rain) désigne, stricto sensu, l’acidification de l’atmosphère d (...)

16Intermédiaires entre les pollutions globales et régionales, les pluies acides15 provoquées par les industries énergétiques et les pollutions automobiles, affectent déjà le nord des Andes.

RÉSUME DE L'ÉTAT DES RESSOURCES NATURELLES PRÉSENTÉ EN 1992 DEVANT LE CONGRES DE LA RÉPUBLIQUE PAR LE PRÉSIDENT DE LA COUR DES COMPTES

RÉSUME DE L'ÉTAT DES RESSOURCES NATURELLES PRÉSENTÉ EN 1992 DEVANT LE CONGRES DE LA RÉPUBLIQUE PAR LE PRÉSIDENT DE LA COUR DES COMPTES

SOURCE : Traduction du texte presenté dans la revue OZONO

La forêt tropicale : avantages comparatifs potentiels pour le développement national

17La déforestation qui affecte les forêts colombiennes (tableau n° 1), est certainement le phénomène qui met le plus en évidence le... caractère déprédateur qui est prêté à la Colombie en matière de ressources naturelles... (Castaño C, Orozco J. M., 1994).

18Parmi les principales causes de la destruction du patrimoine forestier national, l’Institut National des Ressources Naturelles Renouvelables et de l’Environnement (INDERENA, 1994) cite la déforestation, avec des taux bien supérieurs, selon les sources, à 350.000 ha/an, la dégradation d’écosystèmes provoquée par certains “megaprojets” (hypersalinisation des lagunes littorales ou déstabilisation des réseaux hydriques) et les processus érosifs irréversibles entraînés par la construction des infrastructures routières.

19Toujours selon la même source, la forêt colombienne aurait longtemps été une malaimée oscillant entre une image parfois favorable de “colonne vertébrale du patrimoine naturel” et parfois néfaste de “terroir des groupes insurgés”. Selon la loi 135 de 1961, la “mise en valeur” de nouvelles parcelles signifiait éliminer les deux tiers de leur couvert forestier, afin que les colons obtiennent leur titre de propriété. En 1988, la loi 30 rectifia cette conception contre nature en incluant l’occupation obligatoire de la parcelle et des pratiques conservatrices du couvert forestier ou de mise en valeur rationnelle.

20Pourtant dès 1959, une étendue supérieure à la surface de la France (58.162.950 hectares) était déclarée réserve forestière, fait unique en Amérique latine. L’abondance de la ressource forestière (encore presque 560.000 km2 en 1988) est bien sûr à l’origine de ce laisser faire. En 1994, environ 73 % de la surface forestière était encore intacte (fig. n°3).

  • 16 Actuellement le pays compterait 280.000 ha de surfaces reforestées, dont 200.000 à des fins commer (...)

21Aucune mesure n’a jusqu’à présent réussi à freiner les importants taux de déforestation ni à inciter à la reforestation massive16 tableau n°2). Selon une ancienne loi du Ministère de l’Agriculture les corporations régionales auraient dû destiner des pourcentages minima des forêts commerciales à des fins protectrices.

TABLEAU 1. DISTRIBUTION DES FORETS PAR GRANDES RÉGIONS NATURELLES

TABLEAU 1. DISTRIBUTION DES FORETS PAR GRANDES RÉGIONS NATURELLES

Source : IGAC-1NDERENA-CONIF, in “lineamientos y estrategias de politica para el desarrollo forestal sustentable” (1994)

  • 17 Le peso peut être estimé à 900 pesos pour un dollar en 1995.

22Le timide effort que représente le Certificat d’Incitation Forestière (CIF de la loi 139 de 1994) par lequel le gouvernement réserve près de 1.2 milliards de pesos17 au sein du Ministère du Plan, pour favoriser des investissements directs dans le domaine des plantations forestières à caractère protecteur/productif sur des terrains aux aptitudes forestières reconnues devrait permettre de reforester quelques mille hectares, ce qui reste très faible pour un pays où l’on estime la déforestation annuelle à 600.000 hectares.

TABLEAU 2. SURFACES REFORESTÉES ANNUELLEMENT

TABLEAU 2. SURFACES REFORESTÉES ANNUELLEMENT

23Rien que dans le Choco, les forêts couvrent 5.5 millions d’hectares (dont près de 2 millions n’ont subi aucune influence humaine) et sont estimées à 198 millions de mètres cubes dont 16 % sont considérés comme réserve forestière. Entre 60 % et 70 % du bois consommé par le pays provient de cette région qui en plus apporte 82 % du platine, 18 % de l’or et 14 % de l’argent. La déforestation atteint les 100 000 ha/an. A ce rythme la forêt de la côte pacifique aura disparu en moins de cinquante ans. La population totale atteint à peine un million d’habitants (dont 90 % sont des Afrocolombiens) ; malgré cela 80 % de la population ne satisfont pas leurs nécessités de base.

24Pourtant l’adhésion du pays aux orientations de l’Organisation Mondiale des Bois Tropicaux (ITTO) en 1991 a accéléré le processus de modernisation des institutions, de la politique environnementale et des outils juridiques forestiers. Il est donc probable que l’État saisisse cette dernière opportunité de développer une politique forestière efficace.

25Le nouveau Plan national d’action forestière représente un premier élément prometteur qui, s’il ne peut pas récupérer une situation déjà dégradée, devrait au moins freiner les processus actuels.

Megadiversité pour une Megaextinction ?

  • 18 Ou diversité biologique, désigne la variété des espèces vivantes qui peuplent la biosphère.
  • 19 Le Chocó présente un des indices de biodiversité le plus élevé de la planète. Il est probable qu’e (...)

26La Colombie est un des pays dont le taux de biodiversité18 est le plus élevé. D’une part, sa situation privilégiée, à la fois comme trait d’union géographique entre l’Amérique du sud et l’isthme centraméricain et entre les deux masses océaniques et d’autre part, son territoire exceptionnellement varié et compartimenté, aux régions bien individualisées19 (fig. n°4) par un système orographique complexe, sont entre autres, à l’origine de processus de spéciation et d’endémisme.

27La Colombie occupe, par exemple, la première place en diversité d’oiseaux, la seconde en amphibiens, la troisième en primates, reptiles et lépidoptères et la quatrième en mammifères. Cette richesse est cependant fortement menacée, notamment par la déforestation et le trafic d’espèces (fig. n°5).

  • 20 Cette convention fut signée en mars 1973 et engage les pays signataires d’établir les réglementati (...)

28Ce dernier, selon un rapport de la Convention sur le Commerce International d’Espèces en Danger de la Faune et de la Flore Sauvages20 (CITES), atteindrait des proportions alarmantes. Ainsi, en 1992, des 400 000 oiseaux introduits en 1992 aux États Unis, plus de la moitié étaient considérées en voie d’extinction. Pendant les années 1980, 76 espèces confisquées dans ce même pays provenaient de Colombie. Ces données ne représentent qu’une évaluation partielle du trafic d’espèces car, la plupart des exemplaires exportés ne sont ni enregistrés ni capturés et 50 % à 90 % des cinquante mille oiseaux qui sont, selon les spécialistes, exportés de manière illégale depuis le Venezuela, le Brésil ou la Colombie, meurent avant d’arriver à destination.

29La déforestation quant à elle serait à l’origine de la disparition des habitats de nombreuses espèces. Ainsi on estime que chaque hectare de forêt tropicale humide recèle 250 espèces végétales et que pour 12 espèces végétales il existe plus de 200 espèces animales (Idrobo, 1994) (tableau n°3).

TABLEAU 3. NOMBRE APPROXIMATIF D’ESPECES VÉGÉTALES EN COLOMBIE

TABLEAU 3. NOMBRE APPROXIMATIF D’ESPECES VÉGÉTALES EN COLOMBIE

Source : INDERENA, Université nationale de Colombie

30Une stratégie nationale pour la conservation et la gestion durable de la Biodiversité a été élaborée, en 1994, dans le cadre de la création du nouveau Ministère de l’environnement. La première phase consiste en une étude nationale de la biodiversité, la définition d’une stratégie pour la consolidation du système national de Parcs Naturels Nationaux, l’élaboration du projet de loi sur la biodiversité et les ressources génétiques et, enfin, la formulation d’une politique forestière.

31Cette politique vise aussi à donner à la biodiversité une faisabilité économique et une valeur stratégique dans les négociations Nord-Sud. Elle devrait permettre à la Colombie, à partir des thèmes liés à l’environnement, d’imposer les thèmes politiques et économiques dans ses relations avec les pays industrialisés, notamment dans le débat international actuel sur le brevet des ressources génétiques, avec les multinationales biotechnologiques du nord.

32Cependant, bien que la disparition de la biodiversité fasse partie des “menaces globales”, sa conservation dépendra du bénéfice que peut en tirer la population locale. Il est à espérer que dans sa deuxième phase, la stratégie nationale de conservation soit donc davantage liée à un travail mené avec les communautés locales et avec la recherche du bien-être social.

La trilogie : consommation d’espace, dégradation des sols et pollution

33L’environnement, qu’il soit “naturel”, agricole, industriel ou urbain, présente partout les effets pervers de l’action de l’homme sur les ressources naturelles (renouvelables ou non). C’est l’homme qui perturbe le flux d’énergie et les cycles de matières à l’origine des principales pollutions et dégradations du milieu.

34Ainsi, dans les Andes, une agriculture traditionnelle soumise à l’effet de la forte pression démographique et développant des systèmes de culture extrêmement agressifs pour le milieu va être le point de départ d’une forte migration en direction des villes ou vers les terres orientales de l’étage tropical. Et ces dernières sont pour leur part la proie d’un front de colonisation agro-pastorale (piedmont), d’élevage extensif (llanos), d’activités minières comme l’exploitation pétrolière (Magdalena moyen autour de Barrancabermeja, Putumayo, Caño Limon dans l’Apure), et aurifère (rio Nechi) ou charbonnière (Cerrejon, exploitée depuis 1985).

35La pollution est un autre problème grave. En Colombie où sont produits annuellement, 4.100. 000 tonnes de polluants atmosphériques, les maladies respiratoires aiguës représentent 50 à 80 % des hospitalisations. Elles sont la première cause de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans.

  • 21 Medellin, “Manchester” sud-américain, est l’un des plus anciens foyers industriels d’Amérique du S (...)

36En situation d’urgence, le nouveau Ministère de l’environnement a créé une direction environnementale sectorielle chargée de mener l’étude nationale sur la pollution industrielle et de s’intéresser de près aux plus grands centres urbains du pays (tableau n°4). Les trois principaux centres d’accumulation et d’industrialisation situés dans la région centrale du pays, et qui sont aussi les trois plus grandes agglomérations, atteignent des niveaux de pollution extrêmes.21

  • 22 L’activité économique de Bogotà représente 20 % du PIB.

37Bogotá est la troisième ville polluée d’Amérique latine. Dans une ville de 5 millions d’habitants où officiellement 20 % d’une population est en dessous du seuil de pauvreté22, où 5 % des familles (250 000) souffrent de sous-alimentation, et où plus de la moitié des emplois métropolitains relèvent du secteur dit informel, l’environnement n’est sûrement pas une priorité et sa timide prise en compte se décline différemment en fonction du niveau socio-économique des différents secteurs de la ville.

TABLEAU 4. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR VILLES

TABLEAU 4. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR VILLES

Source : El Colombiano, 3 nov. 1. 994

38Complétant les mesures déjà prises, le Ministère s’est attaqué à l’élaboration de décrets qui devraient réguler les trois grands types de pollution dont souffrent le pays. Ainsi, en juin 1995, un nouveau décret de protection et de contrôle de la qualité de l’air est entré en vigueur. Il représente le premier pilier d’une politique moderne et agressive de contrôle des nuisances. Des décrets sur l’eau et une réglementation sur la gestion des déchets solides devraient être aussi mis en place.

39Des 6,1 millions de tonnes d’ordures produites annuellement en Colombie, 3,2 proviennent des villes où agissent quelques 30.000 “recycleurs”, dont 12.000 pour Bogotá. En l’absence d’organisation officielle de traitements, ces cartoneros, basu-riegos, recuperadores etc. contribuent actuellement à résoudre en grande partie le problème écologique des déchets urbains. Grâce à eux, la Colombie présente un des meilleurs taux de recyclage du papier et de carton à niveau mondial : près de 52 %, contre moins de 20 % aux États-Unis !

40La pollution de l’eau causée par les déchets industriels (tableau n°5), les résidus de pesticides ou d’engrais et les eaux usées sont aussi un problème majeur.

  • 23 Cette activité est surtout dominée par certains produits d’exportation comme les fleurs et le café (...)
  • 24 La moyenne mondiale étant de 96 kg/ha.

41Les régions d’agriculture intensive (agriculture diversifiée de la région centrale, région caféière traditionnelle23, etc.) souffrent de pollutions par l’emploi incontrôlé de pesticides ou d’engrais chimiques. Avec une consommation moyenne d’engrais chimiques de 68 kg/ha de terre cultivée24 qui a augmenté de 25 % au cours de la dernière décennie, la Colombie fait partie des trois pays sud-américains (avec le Chili et le Venezuela) les plus affectés par l’emploi intensif des engrais chimiques. La sabana de Bogotá qui recèle un trésor d’écosystèmes humides (humedales) est fortement affectée par la production intensive de fleurs coupées qui a provoqué une importante baisse du niveau de la nappe phréatique.

42Les principaux fleuves colombiens présentent aussi de graves taux de pollution par les matières fécales, par la sédimentation, l’orpaillage, etc. Dans le fleuve Magdalena de 4 à 7 mille dragues fonctionnent et rejettent annuellement environ cinq millions de litres d’huile...

43Par ailleurs, la disparition annuelle de 15 % des surfaces forestières entraîne de graves problèmes d’érosion des sols et une diminution lente du débit des fleuves. De même, les Pàramos colombiens qui constituent une véritable fabrique d’eau, voient leur existence menacée par l’élargissement de la frontière agricole et l’élevage.

TABLEAU 5. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR BASSINS

TABLEAU 5. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR BASSINS

Source : El Colombiano, 3 nov. 1994

LA SOCIÉTÉ COLOMBIENNE, ACTEURS ET DÉFIS

44Face aux lacunes de la théorie économique en matière de changements globaux et aux incertitudes des experts la proposition colombienne de développement durable pourrait bien être une réponse adaptée. Pour Faucheux S. et Noël J-F. “la décision, ne peut être abandonnée au jeu d’acteurs, puisque dans ce cas elle risque d’être fixée par les gagnants du jeu qui ne sont pas nécessairement les défenseurs de l’environnement” (1990). Et, toujours selon les mêmes auteurs, “les choix opérés résultent du libre jeu des rapports de forces existants entre de multiples catégories d’acteurs. Ils sont abandonnés à un “forum hybride”, selon l’expression du sociologue Michel Callon, qui désigne par là “une multiplicité d’acteurs hétérogènes mus par des projets et des intérêts contradictoires et nouant des alliances plus ou moins durables selon les conflits, les controverses et les litiges ”.

45Il est donc nécessaire de bien identifier les acteurs, leurs enjeux et leurs perceptions et d’évaluer les rapports de force. Enfin il est important d’évaluer la capacité de l’État à concilier des acteurs aux intérêts différents et parfois antagoniques et de satisfaire en même temps les nécessités locales.

Les industriels25 et le développement durable

  • 25 L’industrie tient la première place dans les activités productives du pays.
  • 26 Regroupées avec quelques deux autres entreprises latino-américaines et trois cent multinationales (...)
  • 27 Le BCSD participa au Symposium de RIO/92 sur Développement et écologie et présenta sa vision d’ent (...)

46A un an du sommet de la terre, une vingtaine26 d’entreprises privées ont décidé de créer le Conseil d’Entreprises Colombiennes pour le Développement Durable (CECODES) à l’image du Business Council for Sustainable Development (BCSD)27. Ce groupe voulait ainsi démontrer la capacité des industriels à organiser la réflexion autour du concept de développement durable. Pour cette organisation, le développement durable est beaucoup plus que la conservation et la protection de l’environnement : il s’agit d’un nouveau style de développement mené sur la base d’un équilibre entre la croissance économique, l’équité sociale et l’“éco-efficacité”.

47Dès l’annonce de la création du nouveau Ministère de l’environnement, ce groupe n’a pas caché ses doutes sur la capacité du gouvernement à gérer efficacement ce secteur et à atteindre ce nouveau type de développement. La bureaucratie, les démarches inutiles risquaient, estimait-il, de porter un grave préjudice au secteur productif

48Selon CECODES la représentation trop limitée du secteur productif au Conseil National de l’Environnement ainsi que le manque d’accès de l’entreprise privée au Fonds National pour l’Environnement mettent en évidence les divergences de conception entre eux et le gouvernement.

49Cette situation illustre les relations difficiles entre le gouvernement et le secteur des grandes entreprises privées. Ce dernier craint de voir ses activités entravées, du fait du manque d’expérience du jeune ministère et d’une bureaucratie trop lourde. C’est, en effet, principalement une équipe de jeunes spécialistes qui participa aux principaux textes de réglementation du Ministère et qui voient souvent dans les grandes entreprises, les principaux ennemis de l’environnement et les principales sources de pollution.

  • 28 Nous rappellerons que la déclaration d’intention intitulée “Principes de Valdez” fut élaborée par (...)

50Le secteur privé, copiant le BCSD28 essaie de jouer le partenariat pour ce qui représente pour eux la “quatrième révolution industrielle”. Le développement durable ne pourra être atteint selon eux qu’avec la collaboration de tous et dans un climat général de confiance. De même, ils sont conscients que la dimension environnementale devient un ingrédient indispensable aux nouveaux produits et que si les marchés libres permettent de tendre vers l’utilisation efficace des ressources, ils ne sont pas suffisants pour atteindre le développement durable. Une évolution vers une économie de la conservation et une culture de l’épargne permettant une utilisation rationnelle des ressources naturelles est nécessaires afin de favoriser la prise en compte des valeurs environnementales dans les pratiques des entreprises et d’augmenter leur responsabilité éco-sociale.

  • 29 Ce terme inventé par l’organisation Greenpeace, dénomme la pratique très courante de certaines ent (...)

51Le rôle positif que désire jouer une partie du secteur industriel colombien n’exclut cependant pas les pratiques éventuelles de green wash29. Ces pratiques sont d’autant plus difficiles à détecter, que le thème de l’environnement est souvent considéré comme faisant partie du secret industriel ou commercial. Certains industriels vont même jusqu’à considérer impossible l’association entre marché libre sans régulations environnementales et le concept de développement durable. Pour eux le développement durable implique un nouveau type de concurrence mené à partir d’une utilisation plus efficace des ressources naturelles et de la protection de l’environnement.

  • 30 Ce mécanisme est déterminé par des Nations qui peuvent offrir des prix plus bas en intrants et mat (...)

52Pour d’autres, l’Ecodumping30 pratiqué par bon nombre d’entreprises sur le marché international ne les prédispose pas favorablement à réaliser des investissements supplémentaires pour la préservation de l’environnement.

53Là encore, c’est souvent le Nord qui impose les normes...

54Le secteur énergétique est un des plus dynamique à l’échelle nationale et affichait une hausse de 2, 2 % en 1994. Dès le début du xxè siècle, les premières concessions importantes du Magdaleña moyen et du Catatumbo, qui furent remises à des entreprises privées entraînèrent une série d’impacts sur les forêts, les fleuves et les marais. Dans les années 1980, avec le boom de Caño Limon, ce fut le tour du département d’Arauca. Entre 1992 et 1994, il y eu une baisse des prix et des volumes (-3, 4 %). Mais avec l’inauguration du champ pétrolier de Cusiana (Casanare), début 1995, l’histoire économique du pays se divise en deux et oblige désormais à analyser de plus près les répercussions économiques, sociales et environnementales de ce type d’industrie.

55Il faut cependant reconnaître que l’environnement a du mal a devenir une priorité au même titre que la recherche d’une production plus efficace. Le montage et la localisation d’une infrastructure pétrolière n’obéissait pas à des normes claires en matière d’environnement. Pourtant la plupart des décisions qui se prennent au moment de démarrer l’exploitation d’un gisement pétrolifère ont un impact direct sur l’écosystème de la région et agissent aussi sur les communautés locales et leurs valeurs culturelles. On peut encore voir des raffineries ou des oléoducs situés à l’intérieur de Parcs nationaux, de réserves naturelles ou de lacs. Entre 1974 et 1990, par exemple, seulement 4 % des entreprises pétrolières avaient présenté des déclarations d’impact sur le milieu. Bien que les contrôles et les sanctions soient chaque fois plus sévères, beaucoup d’experts estiment encore que les mesures visant à protéger l’environnement ne justifient pas les investissements nécessaires. Le mauvais état des infrastructures, notamment du système routier, engendre des surcoûts pour les entreprises et fait obstacle à l’amélioration de la compétitivité et par conséquence à la prise en compte du thème environnemental. Parfois l’oubli de ce thème peut avoir des répercussions sur l’efficacité des investissements, comme par exemple pour le barrage d’Anchicaya qui a perdu 25 % de sa capacité deux ans après sa construction à cause du dépôt important de sédiments au pied du barrage provoqué par l’érosion extrême en amont.

56Il semblerait que si la plupart des entreprises ont d’ores et déjà inclus le thème de l’écologie dans leur politique, elles n’ont pas encore à proprement parler de politique environnementale. Elles possèdent peu de personnel spécialisé et n’évaluent pas encore les coûts environnementaux. D’une manière générale il y a un grand besoin d’assistance technique et d’informations. L’analyse coût-bénéfice est en général trop rudimentaire. De même il persiste une grande insuffisance dans le domaine de la réduction du danger des résidus et de l’identification des risques.

57Il est évident que si la demande pour des produits “écologiquement acceptables” n’augmente pas, les entreprises ne pourront pas atteindre leur objectif de développement durable. Il apparaît en revanche que les entreprises qui exportent le plus sont davantage préoccupées par le thème environnemental.

Narcotrafic et guérilla : une menace écologique

  • 31 La coca est consommée traditionnellement par les indigènes depuis presque 5000 ans. Elle fait part (...)

58Le problème des cultures illicites en plus d’être un grave problème socio-économique et politique, est aussi écologique. En effet, ce gigantesque commerce clandestin a un impact significatif sur l’environnement du fait de la culture et de la transformation de la coca31 (erythroxylon coca lam.) et du pavot (papaver somniferum).

  • 32 Il semblerait que le dahlia (Dahlia Lemmany) aussi, ait des propriétés psychotropes. C’est en tout (...)

59Commencé dans les années soixante avec la culture de la marihuana (Cannabis sativa L.), le trafic de stupéfiants s’est amplifié avec la transformation de la coca en provenance du Pérou et de la Bolivie. Les cultures se sont aussi étendues sur le territoire national et se sont enrichies récemment de la culture du pavot32 (figure n°6).

  • 33 Drug Enforcement Administration : département américain antidrogue.
  • 34 D’après le Directeur de la Direction nationale des stupéfiants, Gabriel de Vega Pinzon, 100.000 ha (...)

60Selon la DEA33 des 200 000 hectares de coca cultivés en Amazonie, environ 40 000 le seraient en Colombie et auraient provoqué la destruction d’une surface équivalente de forêt34. Les cultures illicites ont été le principal promoteur de la colonisation de l’Amazonie colombienne, de par le prix élevé payé pour la feuille de coca et du fait de la pression armée des trafiquants. Après quatre années d’agriculture, ces terres, dans leur majorité pauvres, auraient besoin de plus de deux cents années pour récupérer leur état d’origine. Pour les régions d’altitude, au-dessus des 2.000 mètres ce sont les 20.000 ou 30.000 ha de pavot qui affectent quelques 174 communes et notamment le “massif colombien” considéré comme l’épicentre vital de l’écologie colombienne. De ce massif, jaillit l’eau qui irrigue 70 % du territoire national, par l’intermédiaire des plus importants fleuves nationaux : le Magdalena, le Cauca, le Patía et le Caqueta.

TABLEAU 6. IMPOTS PAYÉS PAR LES TRAFIQUANTS DE DROGUE À LA GUÉRILLA

TABLEAU 6. IMPOTS PAYÉS PAR LES TRAFIQUANTS DE DROGUE À LA GUÉRILLA

Source : Revue “Semana” du 20 décembre 1994, selon police antinarcotiques

  • 35 débroussaillant utilisé en dose de 2 à 4 kg/ha sur vivaces herbacées. Il est très efficace sur Imp (...)
  • 36 Le glyphosate a un pouvoir irritant pour la peau et les yeux.

61Cependant la déforestation n’est pas le seul méfait écologique du trafic de drogue. La pollution des cours d’eau dans lesquels sont rejetés les résidus des substances chimiques (acide sulfurique, kérosène, éther, acétone, toluène et chaux) employées pour l’élaboration de la pâte-base de cocaïne est aussi un grave problème. Par ailleurs les défoliants utilisés pour l’éradication des parcelles en production n’ont pas été l’objet d’évaluations sérieuses. Le glyphosate35 (Roundup) utilisé en Colombie est un débroussaillant de faible toxicité36, mais dont les effets sur les fragiles écosystèmes amazoniens sont inconnus. Les traitements de paraquat (ammonium quaternaire) qui ont été réalisés pendant les années 1980 sur les plantations de marihuana (Santa Marta Golden), ont eu un effet destructeur certain sur de nombreuses espèces de la flore locale qui n’avaient pas encore été étudiées par les botanistes.

62Au même titre que la fièvre du caoutchouc, la coca disparaîtra aussi en laissant derrière elle de nombreux morts et des restes de forêt érodée.

  • 37 En 1993 et en 1994, 10.667 ha et 7.522 ha, respectivement, auraient été éradiqués. En Mai 1995, 8. (...)

63Depuis février 1995, une course est engagée entre le gouvernement du président Samper, qui a promis de supprimer les 60.000 hectares de cultures illicites d’ici deux ans37 et les trafiquants de drogue.

  • 38 Des 127 milliards de pesos qui correspondent au grand total des revenus des différents fronts des (...)

64Cependant au phénomène “naturel” d’expansion des “narcocultures” s’ajoute l’acquisition permanente de nouvelles terres par les “narcotrafiquants”. Par ailleurs, le problème du narcotrafic est intimement lié aux problèmes de sécurité publique. En effet la narcoguerrilla vit encore grâce aux ressources38 (tableau n° 6) qu’elle tire surtout du trafic de stupéfiants (70 % du total). D’autre part, comme pour les cultures illicites, la guérilla sévit aussi dans les régions reculées ou inaccessibles du pays.

65Le maintien actuel des FARC et de l’ELN, repose plus maintenant sur un système mafieux de contrôle d’une grande partie des régions productrices de drogue (pavot, coca, cannabis) ou de pétrole. Ces groupes qui survivent grâce à une série d’activités illégales et qui occupent une bonne partie du territoire national, favorisent la déforestation, posent de graves problèmes de pollution en détruisant des installations pétrolières et limitent significativement les actions de conservation développées par le système national de parcs nationaux en les occupant physiquement ou en maintenant des situations d’insécurité.

66Le Programme de Développement Alternatif (PDA) (fig. n°7), créé en 1994, et qui fait partie du Plan de Développement, est un projet de court terme et contingent de mesures devant permettre d’appliquer rapidement la politique d’éradication des cultures illicites. Il vise par des mesures incitatives (crédit souple, organisation de la commercialisation, remise de titres de propriété etc.) et coercitives, la substitution des cultures illicites et la mise en place d’actions productives afin d’absorber la main-d'œuvre qui devrait se libérer avec la disparition des activités liées aux cultures illicites et au trafic de drogue. L’enjeu du PDA est de trouver un équilibre entre activités productives, environnement, espace et société. Cependant, comme 60 à 70 % des cultures illicites sont dans des réserves naturelles, les “remèdes” proposés par le PDA consistant à consolider des systèmes de production existants, à stabiliser les exploitations agricoles, ou à promouvoir l’élevage extensif en milieu forestier, risquent d’être pires que le mal.

La participation environnementale comme instrument politique

67La gestion environnementale du pays, conformément à la constitution nationale, sera décentralisée, démocratique et participative (article 1er de la loi 99 de 1993).

  • 39 La Colombie est au quatrième rang des pays à forte mortalité provoquée par des désastres dit natur (...)

68Après les différentes catastrophes écologiques39 provoquées soit par des projets mal préparés ou sans étude d’impact, soit “naturelles” comme par exemple les récents glissements de terrain de la rivière Paez (6 Juin 1994), qui après étude s’avère aussi être la conséquence de négligences, la participation populaire est devenue une condition impérieuse pour l’implantation de la nouvelle politique environnementale.

  • 40 Sorte d’assemblée publique réunissant le conseil municipal ou toute autre comité local de gestion (...)

69Cette participation est aussi le fruit de la militance écologique qui apparut dès les années 1970 et qui évolua par étapes successives vers l’environnementalisme (Ossa L. Α., 1994). Actuellement ce mouvement représente un énorme potentiel que le gouvernement compte bien utiliser à son profit et formaliser selon quatre modalités qui sont l’“initiative populaire législative”, le “référendum”, la “consultation populaire”, et le “cabildo ouvert”40 (article 103 de la constitution). Ainsi, la loi 99 de 1993 qui crée le nouveau Ministère de l’environnement réserve un important article au droit des citoyens à jouir d’un environnement sain et à participer aux décisions qui affectent l’environnement. La participation de la société civile est un principe fondamental dans la stratégie proposée par le gouvernement pour atteindre le Développement durable. Elle apparaît aussi dans la loi 70 de 1993 sur les communautés noires et dans la loi de participation populaire. D’un point de vue politique cette stratégie vise à renforcer la démocratie, bien malmenée par la crise politique que vit le pays, en favorisant le passage de la démocratie représentative vers la démocratie participative (Iriarte P., 1994).

70Les populations indigènes sont encore souvent victimes des agressions perpétrées contre l’environnement. Qu’il s’agissent des populations Emberá du Choco confrontées à la construction de la route panaméricaine, des Nukak du Guaviare amazonien dont le territoire est sillonné par les layons de prospection pétrolière, ou encore des Kogi de la Sierra Nevada de Santa Marta refoulés vers les cimes de la montagne par les colons, la guérilla et les cultures illicites, tous sont victimes du modèle de développement économique choisi et imposé par l’homme blanc. La nouvelle constitution de 1991 qui reconnaît désormais les droits territoriaux, indigènes invite les populations locales à participer à la gestion territoriale et à la protection de l’environnement.

Le rôle de l’État : possibilités et limites

71Le document intitulé Une politique environnementale pour la Colombie, présenté au Conseil National de politique économique et sociale (CONPES) en 1993, constitue sans aucun doute un élément important pour l’élaboration d’une nouvelle politique environnementale. Il présente une stratégie détaillée basée sur un diagnostic environnemental national. Cependant, il est critiqué pour deux raisons fondamentales ayant à voir avec ses sources de financement et ses contradictions avec le modèle national d’ouverture économique. En effet il propose au pays de se spécialiser dans la production de biens pour lesquels l’avantage comparatif est représenté par le milieu naturel. Ces biens, comme nous l’avons vu, utilisent intensivement ce facteur abondant pour la Colombie, le niveau de tolérance que peut supporter l’environnement étant jugé pour l’instant plus élevé que dans la plupart des pays du Nord.

72On peut se demander dans quelle mesure cette abondance est réelle et si la législation actuelle dispose des moyens suffisants pour son application face aux puissants intérêts économiques.

73En ce qui concerne le financement de cette politique environnementale, il a été dit que presque 0.6 % du PIB devait y être destiné. Du milliard de dollars dont il s’agissait, en 1993, 250 millions devaient encore être trouvés et dépendaient du Plan d’Action Forestière, de crédits multilatéraux en négociation, de la coopération internationale ou encore des renégociations de la dette extérieure. Cent cinquante autres millions devaient provenir du “Fonds Écologique Caféier”.

74D’autre part, la permanence de législations laxistes en matière d’environnement comporte le grave danger de voir pénétrer en Colombie certains investissements et capitaux à l’origine de graves dégradations du milieu. Ainsi, le principe défini en 1972 par l’OCDE que “les pollueurs seront les payeurs” tarde à se mettre en place et bien que le Plan recommande de l’inclure dans le modèle économique, aucune stratégie concrète n’est proposée. Pourtant ce principe a l’intérêt de permettre d’harmoniser d’un pays à l’autre les différentes politiques qui existent en matière de réglementation environnementale, de telle manière qu’elles n’entraînent pas de distorsion sur les avantages comparatifs et les flux commerciaux. Or, la nouvelle politique des pays industrialisés consistant à gérer l’environnement dans le cadre de l’économie de marché va entraîner un coût élevé pour les PED. Les nouvelles tendances protectionnistes risquent, pour les PED, d’être plus limitatives que les propres barrières douanières. Ces nouvelles exigences, qui proviennent dans certains cas d’un opportunisme protectionniste, affectent les avantages comparatifs actuels et potentiels de beaucoup de produits originaires des PED.

75Rien n’a été dit pendant les négociations du GATT du dernier Uruguay-round au sujet des relations entre commerce et environnement. Or il est maintenant évident que ce thème est un des plus patent et polémique des années 1990.

La nouvelle politique environnementale du gouvernement du président Samper

76Jusqu’à présent, les gouvernements colombiens se sont surtout attelés à réglementer le système de fonds provenant de royalties et à organiser l’encaissement des taxes sur la pollution et l’utilisation irrationnelle des ressources naturelles.

77Toutefois de profondes transformations institutionnelles ont vu le jour sous le gouvernement du président Gaviria avec la nouvelle constitution de 1991.

  • 41 Ou sustainable developement : terme créé par l’UICN dans sa stratégie mondiale de la conservation (...)

78Aujourd’hui l’administration du Président Ernesto Samper a engagé une stratégie économique d’orientation “social démocrate” qui est détaillée dans son projet de Plan National de Développement (1994-1998). Ce plan qui s’inspire des conclusions du sommet de la terre de 1992 à Rio de Janeiro (Brésil) propose d’atteindre un développement durable41 où l’environnement est considéré comme un thème fédérateur nécessaire pour le développement humain. Pour cela il invite à s’attaquer aux problèmes les plus patents comme l’exploitation inadéquate du milieu, l’inefficacité de l’administration publique, l’absence de mécanismes pour sanctionner les atteintes à l’environnement et le laxisme existant dans la définition des conditions de libre accès aux ressources naturelles. Il propose aussi de réviser la supposée existence illimitée de ressources naturelles et les modèles de consommation non durables. Enfin il prend en compte les pays du nord consommateurs de drogues illicites ou demandeurs de flore et de faune tropicale.

79Sans que l’ouverture soit remise en cause, la nouvelle équipe d’économistes cherche à mettre en place des mesures d’accompagnement (un pacte social) qui devraient améliorer les conditions sociales de façon significative. Sans rompre totalement avec la stratégie du gouvernement antérieur, le nouveau plan propose des avancées significatives dans les domaines du développement social et des institutions et de l’environnement. L’économie devrait être en mesure de gérer le développement tout en assurant la reproduction du milieu où elle puise ses intrants et rejette ses déchets. L’innovation économique repose sur l’utilisation du mécanisme des concessions afin de mobiliser les capitaux privés, surtout dans le domaine énergétique et des infrastructures routières. Par contre il y a continuité en ce qui concerne le rôle que doivent jouer les secteurs pétroliers et miniers. Le secteur du gaz devrait lui aussi se développer, ce qui est une bonne nouvelle pour l’environnement. Par contre les prévisions d’exportations de charbon (gisement de la Loma) et de production de pétrole (exploitation des gisements de Cusiana-Cupiagua) laissent présager un impact accru de ces productions sur l’environnement.

Un ministère post Rio

80Avec la loi 99 de 1993 par laquelle sont créés, en remplacement de l’INDE-RENA, le nouveau Ministère de l’environnement et le Système National Environnemental (SNA), le pays se dote d’instruments efficaces pour affronter les graves problèmes environnementaux. La formulation d’une politique internationale environnementale et la création de ce ministère sont un fait politique sans précédent dans l’administration publique colombienne (Rodriguez M., 1994) et montrent l’importance que l’actuel gouvernement accorde à cette question.

81Ce nouveau ministère devrait clarifier une législation qui est le principal frein à la mise en place de mesures environnementales efficaces. La Direction générale de l’environnement sectoriel est chargée d’établir des normes, ou “licences environnementales globales”, qui sont remises aux projets industriels, d’exploitation pétrolière ou de gaz etc. Ces licences devraient être un puissant instrument pour promouvoir le Développement durable. Grâce à l’information fournie par le Diagnostic environnemental national, le gouvernement devrait pouvoir décider des termes de références et de la localisation la plus adaptée pour la remise des permis d’exploitation.

82En matière d’impact sur l’environnement, une fonctionnaire de l’administration du Ministère de l’environnement reconnaissait que jusqu’à présent les évaluations étaient qualitatives et n’arrivaient pas à prendre la mesure des dégâts, mais encore moins à identifier et à quantifier des mesures concrètes. Grâce aux licences environnementales la Direction sectorielle environnementale espère limiter l’impact des projets industriels, miniers ou touristiques, des grands projets etc., et protéger ainsi les aires protégées, les populations locales et l’environnement au sens large.

  • 42 La loi 99 crée 16 nouvelles Corporations autonomes régionales et en réorganise 18 qui couvrent la (...)
  • 43 Dans le cadre du nouveau schéma de décentralisation territoriale et administrative, le pays possèd (...)

83Sur le terrain, ce sont les Corporations autonomes régionales42 et les Entités territoriales qui sont chargées de l’exécution de la politique du Ministère. Ce dernier exerce son contrôle sur les Corporations grâce à son représentant siégeant au conseil d’administration. Les corporations ont le devoir d’assister les départements, les districts et les municipalités43 pour l’élaboration de leurs plans de développement environnemental et de leurs projets en matière de protection de l’environnement et des ressources naturelles renouvelables.

  • 44 Actuellement le système comporte 9 millions d’hectares protégés, soit un sixième du territoire fra (...)

84Seul le Système National d’Aires Protégées qui est géré de façon originale et avec une certaine indépendance administrative par l’Unité Administrative Spéciale du Système de Parcs Nationaux (UAESPN) reste centralisé (il est directement rattaché au Ministre). C’est en effet l’option qui a été retenue afin de préserver l’énorme patrimoine national, culturel et de biodiversité dont dispose le pays. Les actions prioritaires de la nouvelle Unité consistent en la définition d’un programme d’écosystèmes stratégiques et à augmenter la représentativité du système44. Trois nouveaux parcs ont été créés ou agrandis pendant la première année de fonctionnement de l’Unité avec l’inclusion de la zone marine du parc de la Gorgona, pour la protection de la baleine à bosse, la création du nouveau parc “old providence lagoon” et du sanctuaire de faune et flore de l’île de Malpelo.

85Malheureusement, la carence d’une base scientifique fiable se pose comme un des principaux problèmes pour la bonne conduite des actions décidées par le Ministère. En réponse à cette situation, une ambitieuse politique de recherche sur l’environnement est en train de se structurer et de s’organiser sur la base de cinq nouveaux instituts de recherche (fig. n°8) coordonnés par le Système National Environnemental (SNA). Cependant le processus est très lent et il semblerait que les dépenses en matière de recherche et de technologie soient restées à un niveau très faible.

FIGURE 8. LES NOUVEAUX INSTITUTS DE RECHERCHE

FIGURE 8. LES NOUVEAUX INSTITUTS DE RECHERCHE

86Afin d’obtenir une véritable participation des citoyens l’État s’est engagé à offrir les moyens éducatifs adéquats et a décidé d’introduire l’éducation sur l’environnement dans le cursus scolaire traditionnel. Mais l’insuffisance du niveau général d’éducation permettra difficilement d’atteindre les objectifs affichés.

87Enfin le Système National Environnemental (SNA) prévoit un ensemble d’instruments financiers. Ils se répartissent en cinq genres, fonction soit de leur appartenance organique au projet de loi qui crée le Ministère (fonds national pour l’environnement), soit de leur condition permanente ou temporaire (crédits, reconversions de la dette extérieure, fonds amazonien etc.), soit de leur provenance du budget national (royalties, taxes, impôts etc.), soit de leur origine comme résultat d’activités productives ou de services environnementaux (écotourisme, conservation de bassin versant etc.) ou soit de leur rôle (incitations, contrôle des pollutions) (Sanchez E., 1994).

88Ces mécanismes devraient fournir le double du montant qui était affecté en 1993 à l’ex-INDERENA et aux 18 Corporations préexistantes.

89Cependant de nombreuses conditions préalables sont à remplir afin que l’administration actuelle puisse atteindre ses objectifs. Il faut notamment qu’elle occupe une place favorable en politique internationale pour pouvoir négocier avec des partenaires étrangers. Il faut aussi que le pays démontre un intérêt réel pour l’application de cette nouvelle politique, qu’il améliore son efficacité administrative, qu’il lutte contre la corruption et renforce la démocratie, etc.

Le planning colombien en matière d’environnement : utopie et réalité

90La nouvelle administration a adopté une attitude qui peut paraître courageuse et moderne en choisissant notamment d’implanter délibérément une politique de prévention au coût nettement plus élevé que les politiques passives (au coût de mise en œuvre nul, mais dont le coût direct en terme de pollutions représente une perte nette et constitue une catastrophe écologique - (Faucheux S., Noël J. F., 1990).

91Il est cependant raisonnable de se demander si le contexte politique et socio-économique national ne sera pas un obstacle majeur à la mise en place de ces nombreuses réformes et si les moyens seront à la hauteur des ambitions. Alors que les négociations internationales en matière d’environnement et de ressources naturelles sont de plus en plus complexes et délicates (ressources génétiques, déchets industriels, changements globaux, marché de l’environnement etc.), la Colombie arrivera-t-elle a se créer une crédibilité afin de prétendre à une place de premier ordre sur la scène internationale ?

92Il est probable que, même si l’image environnementale de la Colombie tend à s’améliorer, du fait de l’implication d’autres secteurs dans les problèmes écologiques, le succès de l’entreprise dépendra aussi des intentions et des mesures prises globalement et sectoriellement.

93La tâche n’est évidemment pas aisée puisqu’elle consiste en fait à proposer un nouveau modèle de développement basé sur l’équité et un équilibre retrouvé entre l’homme, son développement (économique) et la conservation de l’environnement. Il existe malheureusement encore trop peu d’exemples d’expériences réussies en matière de développement durable. Les concepts, méthodes et indicateurs font encore gravement défaut pour orienter les économies vers la durabilité. Ne serait-ce d’ailleurs pas une utopie au regard de la réalité des modèles de croissance économique et de libéralisation de l’économie qui sont recommandés et imposés au niveau planétaire par une minorité d’États qui utilise les ressources naturelles à son avantage et produit l’essentiel de la pollution de la planète ?

94Pour M. Rodriguez, le premier ministre colombien de l’environnement, les mesures démarrées dans le cadre de la constitution de 1991 devront être impérativement consolidées au cours des dix prochaines années, décennie durant laquelle la Colombie joue l’avenir de ses ressources naturelles, autant dire son avenir tout entier.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ANDRADE G., RUIZ JP., GOMEZ R., Biodiversidad, Conservación y uso de los Recursos Naturales, Colombia en el Contexto International, CEREC, FESCOL, Bogotá 1992, 126p.

BLANCO Α., Ed., Colombia, gestion ambiental para el desarrollo, INDERENA, Sociedad colombiana de ecologia, Carbocol, Intercor, Bogotà 1989, 439p.

CARDENAS S., Nuestra diversidad biológica, Fundacion Escobar, Ed. CEREC, Bogotá 1993, 296p.

CARRIZOSA UMAñA J., La Pohítica Ambiental en Colombia, Desarrollo Sostenible y Democratización, CEREC, FESCOL, Fondo FEN, Bogotá 1992, 220p.

CORREA F, La Selva Humanizada, Ecología Alternativa en el Trópico Húmedo Colombiano, Instituto colombiano de antropologia, FONDO FEN, CEREC, Bogotá 1990, 255p.

ECOBIOS COLOMBIA 88, Simposio internacional, INDERENA, Bogotà 1988, 548 p.

FAJARDO D., Espacio y sociedad, formation de las regiones agrarias en Colombia, COA, Bogotà 1993, 261p.

FAUCHEUX S., NOËL J-F, Les menaces globales sur l’environnement, coll. Repères, La Découverte, Paris 1990, 124 p.

GONZALEZ M. et col., Guia ambiental, tercer milenio coll., Bogotá 1991, 103p.

GROS C, Colombia Indígena, Identidad Cultural y Cambio Social, CEREC, Bogotá 1991,335 p.

GUHL E., Ed., Medio ambiente y desarrollo, Tercer mundo Ed., UNIANDES, Bogotà 1990, 289 p.

GUHL E., FORERO E., RINAUDO R. U., MEDELLIN F., BELTRAN V. J., Medio ambiente y asentamientos humanos en Colombia, Universidad de los Andes, CIDER, Bogotá 1991, 54 p.

INDERENA, “La pesca”, in Enciclopedia rural colombiana, No. 2, Bogotá 35 p.

MALAGON CASTRO D., Los conflictos del uso del suelo en Colombia, in Colombia, Gestión ambiental para el desarrollo, Guadalupe Ed., Bogotá 1989, pp. 1-105

MEJIA VALLEJO O., “El impacto Ambiental en los Sectores Minero y Energético”, in Colombia, Gestión ambiental para el desarrollo, Guadalupe Ed., Bogotá 1989, pp. 19-24

MUYUY G., “Participación Comunitaria en Defensa de la Biodiversidad”, in Colombia Amazónica, COA Vol 6 No 2, Bogotá 1993, pp. 189-196

PERRY RUBIO G., Política Petrolera, Economía y Medio Ambiente, CEREC, Bogotá 1992,169p.

REICHEL DOLMATOFF G., “Algunos conceptos de los indios Desana del Vaupés sobre manejo ecológico”, in La selva humanizada, ecología alternativa en el trópico humedo colombiano, Fondo FEN, Instituto Colombiano de Antropología, CEREC, Bogotá 1990, pp. 35-41

RODRIGUEZ BECERRA M., Crisis Ambiental y Relaciones Internacionales. Hacia una Estrategia Colombiana, FESCOL, CEREC, Bogotá 1994, 203p.

RODRIGUEZ M., Ed., La politica ambiental del fin de siglo, una agenda para Colombia, CEREC, Bogotá 1994, 398 p.

ROLDAN R., MULLER C. et al., Tierra profanada, grandes proyectos en territorios indigenas de Colombia, ONIC, CECOIN, GhK, Ed. Disloque, Bogotá 1995, 344p. + cartes

SANCHEZ PAEZ H., CASTAÑO URIBE C, Aproximación a la Definición de Criterios para la Zonificación y el Ordenamiento Forestal en Colombia, Ministerio del medio ambiente, INDERENA, OIMT, PNUD, Bogotá 1994, 207p.

SILVA R. Ed., Territorios regiones sociedades, CEREC, Univalle, Bogotá 1994, 246p.

TOKATLIAN, J. G., “Política internacional y medio ambiente el caso de Colombia”, in Colombia Ciencia y Tecnología, COLCIENCIAS, vol. 10, no. 2, Bogotá 1992, pp. 11-14.

TCA, PNUD, BID, Amazonia sin mitos, Oveja negra Ed., Bogotá 1994, 253 p.

TRELLEZ S. E., Ambiente y Fronteras, Convenio Andrés Bello, Tercer Mundo Ed., Bogotá 1983, 180p.

UMAÑA G., SABOGAL N., Atmosfera, impactos y políticas del cambio climático y del deterioro de la capa de ozono, Bogotá 1991, 38 p.

VALLEJO R. D., “Propuesta para la organización del Sistema Nacional Ambiental”, in Colombia Gestiónä ambiental para el desarrollo, Guadalupe Ed., Bogotá 1989, pp. 265-276.

VAN DER HAMMEN T., Historia, Ecología y Vegetación, Corporación Colombiana para la Amazonia Araracuara, Fondo FEN, Bogotá 1992,411p.

WALSCHBURGER A. C, “La Internacionalización de las Selvas húmedas Tropicales y de la Amazonia en Especial”, in Amazonia colombiana diversidad y conflicto, CEGA, COLCIENCIAS, CONIA, Bogotá 1992, pp. 354-385.

ZARATE YEPES C. A. et col., Derecho y medio ambiente, FESCOL, CEREC, COLCIENCIAS, Corporacion ecologica y cultural “Penca de Savila”, Bogotá 1992, 298 p.

Notes

1 in l’état de l’environnement dans le monde, Beaud Michel et Calliope et Larbi Bouguerra Mohamed, Ed. La découverte, Fondation pour le progrès de l’homme, Paris 1993,421 p.

2 Processus d’acculturation éducatif, en particulier scientifique et technologique, par lequel un peuple accède à un niveau élevé de bien-être au plan matériel, grâce aux progrès de l’économie qu’autorise cette évolution culturelle.

3 Par exemple, dès 1979, a été signée une convention internationale sur la pollution transfrontière à longue distance, qui est entrée en vigueur en 1983.

4 Malgré les nombreuses négociations démarrées dès 1981 dans le cadre du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) afin de réduire la production de CFC (chlorofluorocarbones) à l’échelle mondiale, puis du protocole de Montreal (1987), l’adhésion de 90 % de la population mondiale qui, serait la condition nécessaire pour mettre en place une politique efficace de lutte contre la diminution de la couche d’ozone serait encore loin d’être acquise(Faucheux S. et Noël J. F, 1990),.

5 Depuis sa ratification tardive du Protocole de Montreal, la Colombie a récupéré son retard et assume maintenant un rôle de leader latino-américain en faisant partie du comité exécutif du fonds multilatéral depuis 1995.

6 Son financement est assuré par les principales nations productrices et consommatrices de CFC au prorata du PNB.

7 D’après les mêmes spécialistes, les mesures d’interdiction visant les CFC, coûteraient de 1 à 1,5 milliards de dollars à la Chine et à l’Inde.

8 Ces industries sont Haceb, Icasa, Polarix, Indusel, Compresores Andinos, Indufrial, Inducol, Wonder, Friomix, Westell, Ajover et Multidimensionales.

9 Ce sont les émissions de C02 dues à l’activité humaine qui seraient responsables de l’augmentation de l’effet de serre.

10 Le monde en développement, qui représente les trois quarts de la population mondiale, a une consommation énergétique qui n’atteint que 25 % du total mondial.

11 A l’échelle mondiale, ce secteur est responsable de 80 % des émissions de C02.

12 Les énergies fossiles occupent aujourd’hui plus de 80 % de l’approvisionnement énergétique mondial, alors que l’énergie nucléaire et l’énergie hydraulique, toutes deux non émettrices de gaz à effet de serre, ne satisfont pas à elles deux plus de 9 % des besoins mondiaux en énergie.

13 Mouvement inverse de celui adopté dans certains pays proposant l’abandon du charbon et le développement relatif du gaz. La British Petroleum, par exemple, a vendu en 1989 presque toutes ses participations dans le charbon et explore plus de champs de gaz que de pétrole.

14 Des 390 km2 de neige il y a dix ans, il n’en resterait actuellement que 36 !

15 L’expression “pluies acides” (acid rain) désigne, stricto sensu, l’acidification de l’atmosphère due à l’homme et résultant de l’augmentation des émissions d’oxyde de soufre SO2 ainsi que d’oxydes d’azote NOx (Faucheux S., Noël J. F., 1990).

16 Actuellement le pays compterait 280.000 ha de surfaces reforestées, dont 200.000 à des fins commerciales et 80.000 de caractère protecteur. Le secteur électrique serait le plus actif et aurait reforesté la plupart de ces étendues.

17 Le peso peut être estimé à 900 pesos pour un dollar en 1995.

18 Ou diversité biologique, désigne la variété des espèces vivantes qui peuplent la biosphère.

19 Le Chocó présente un des indices de biodiversité le plus élevé de la planète. Il est probable qu’environ deux mille espèces de plantes et plus de cent espèces d’oiseaux qui se trouvent dans le Chocó, ne se trouvent nulle part ailleurs.

20 Cette convention fut signée en mars 1973 et engage les pays signataires d’établir les réglementations nécessaires pour contrôler le commerce et l’utilisation des espèces concernées afin d’en contrôler leur trafic et de protéger les espèces en voie d’extinction.

21 Medellin, “Manchester” sud-américain, est l’un des plus anciens foyers industriels d’Amérique du Sud.

22 L’activité économique de Bogotà représente 20 % du PIB.

23 Cette activité est surtout dominée par certains produits d’exportation comme les fleurs et le café. Ce dernier a vu ses exportations s’envoler de +74 % en valeur, en 1994, du fait de l’envolée des cours mondiaux. La Colombie est aussi le deuxième exportateur mondial de fleurs coupées, activité qui procure plus de devises que l’exporation des émeraudes et près de la moitié de la valeur des 12 millions de tonnes de charbon exportées en 1988 par le complexe Cerrejon.

24 La moyenne mondiale étant de 96 kg/ha.

25 L’industrie tient la première place dans les activités productives du pays.

26 Regroupées avec quelques deux autres entreprises latino-américaines et trois cent multinationales mondiales, elles se sont engagées à Rio à s’acheminer vers le Développement durable grâce à un courant “éco-néolibéral” !

27 Le BCSD participa au Symposium de RIO/92 sur Développement et écologie et présenta sa vision d’entreprise du Développement durable pour l’Amérique latine.

28 Nous rappellerons que la déclaration d’intention intitulée “Principes de Valdez” fut élaborée par un groupes d’industriels réunis au sein de la coalition pour les “Économies Écologiquement Responsables” dans le cadre du “Projet CERES” du Fonds d’investissement social des États Unis.

29 Ce terme inventé par l’organisation Greenpeace, dénomme la pratique très courante de certaines entreprises de repeindre leur image de marque aux couleurs écologiques.

30 Ce mécanisme est déterminé par des Nations qui peuvent offrir des prix plus bas en intrants et matières premières, sur le marché, car n’incorporant pas la “préservation environnementale” dans leurs coûts de production.

31 La coca est consommée traditionnellement par les indigènes depuis presque 5000 ans. Elle fait partie de son identité culturelle, de ses rites ancestraux sociaux et religieux. Le Roi Philippe II avait autorisé la consommation par les indiens afin qu’ils “travaillent plus et mangent moins”.

32 Il semblerait que le dahlia (Dahlia Lemmany) aussi, ait des propriétés psychotropes. C’est en tout cas pour cette raison que depuis 1993, cette spéculation s’est installée dans le département du Tolima et aurait un potentiel intéressant pour les régions de climat froid aux altitudes supérieures à 1.800 m.

33 Drug Enforcement Administration : département américain antidrogue.

34 D’après le Directeur de la Direction nationale des stupéfiants, Gabriel de Vega Pinzon, 100.000 ha de forêt pluvieuse tropicale (pluviisylvae), andine et amazonienne et de réserves naturelles ont été détruits et brûlées pour installer des cultures illicites.

35 débroussaillant utilisé en dose de 2 à 4 kg/ha sur vivaces herbacées. Il est très efficace sur Imperata et Cypéracées bulbeuses. Absorbé par les feuilles, il a une action systémique. Il est utilisé traditionnellement dans les champs de canne des départements du Cauca et de “El Valle”.

36 Le glyphosate a un pouvoir irritant pour la peau et les yeux.

37 En 1993 et en 1994, 10.667 ha et 7.522 ha, respectivement, auraient été éradiqués. En Mai 1995, 8. 724 ha seraient déjà détruits.

38 Des 127 milliards de pesos qui correspondent au grand total des revenus des différents fronts des FARC, à part, le narcotrafic, 16 % proviennent des enlèvements, 7 % d’extorsions de fonds aux grands éleveurs et 6 % des mines d’or, (revue “Semana” du 27 septembre 1994).

39 La Colombie est au quatrième rang des pays à forte mortalité provoquée par des désastres dit naturels, après le Bangladesh, l’Irak et l’Iran. Entre 1967 et 1991 on a dénombré 3.000 morts et 243.000 victimes par an, à cause des catastrophes “naturelles”.

40 Sorte d’assemblée publique réunissant le conseil municipal ou toute autre comité local de gestion et les habitants pour discuter d’affaires d’intérêt pour la communauté dans son ensemble.

41 Ou sustainable developement : terme créé par l’UICN dans sa stratégie mondiale de la conservation (1980) pour désigner une forme de développement qui respecte l’environnement et fait un usage prudent, fondé sur une exploitation rationnelle et modérée de la nature et de ses ressources, ce qui assure le maintien indéfini de la productivité biologique et de la biosphère.

42 La loi 99 crée 16 nouvelles Corporations autonomes régionales et en réorganise 18 qui couvrent la totalité du territoire national.

43 Dans le cadre du nouveau schéma de décentralisation territoriale et administrative, le pays possède depuis 1991 quatre niveaux de gouvernement(départements, municipes, districts et territoires indigènes) et deux en puissance (régions et provinces).

44 Actuellement le système comporte 9 millions d’hectares protégés, soit un sixième du territoire français.

Notes de fin

* Projet "Programme régional de planification et de gestion d’aires protégées amazoniennes (UE-TCA"

Table des illustrations

Titre FIGURE 1 : EXPORTATIONS DE CHARBON
Légende Source : Département National de Planification (DNP), in Semana, Août 1995
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre FIGURE 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre RÉSUME DE L'ÉTAT DES RESSOURCES NATURELLES PRÉSENTÉ EN 1992 DEVANT LE CONGRES DE LA RÉPUBLIQUE PAR LE PRÉSIDENT DE LA COUR DES COMPTES
Légende SOURCE : Traduction du texte presenté dans la revue OZONO
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre TABLEAU 1. DISTRIBUTION DES FORETS PAR GRANDES RÉGIONS NATURELLES
Légende Source : IGAC-1NDERENA-CONIF, in “lineamientos y estrategias de politica para el desarrollo forestal sustentable” (1994)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre FIGURE 3
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre TABLEAU 2. SURFACES REFORESTÉES ANNUELLEMENT
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre TABLEAU 3. NOMBRE APPROXIMATIF D’ESPECES VÉGÉTALES EN COLOMBIE
Légende Source : INDERENA, Université nationale de Colombie
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre FIGURE 4
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre FIGURE 5
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre TABLEAU 4. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR VILLES
Légende Source : El Colombiano, 3 nov. 1. 994
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre TABLEAU 5. LES POLLUTIONS PAR CATÉGORIES D’INDUSTRIES ET PAR BASSINS
Légende Source : El Colombiano, 3 nov. 1994
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre FIGURE 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre TABLEAU 6. IMPOTS PAYÉS PAR LES TRAFIQUANTS DE DROGUE À LA GUÉRILLA
Légende Source : Revue “Semana” du 20 décembre 1994, selon police antinarcotiques
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre FIGURE 7
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre FIGURE 8. LES NOUVEAUX INSTITUTS DE RECHERCHE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Titre FIGURE 9
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2081/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540