Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 16. Paysannerie, économie agraire et système alimentaire en Colombie1

Jaime Forero

Texte intégral

  • 1 Cet article est extrait de notre thèse de doctorat “Économie paysanne, structure agraire et systèm (...)
  • * Université Pontificia Javeriana, Bogota.

1Note portant sur l'auteur*

  • 2 Exactement 8.901.235 selon le Recensement de 1993.
  • 3 La Région Andine représente 31 % de la superficie du pays, 70 % de la population rurale et 80 % de (...)

2La Colombie compte environ 36 millions d’habitants, 9 millions dans les campagnes2 et 27 millions dans les villes. La population est répartie de façon très inégale dans cinq régions qui offrent des caractéristiques socio-géographiques, économiques et écologiques profondément différentes : la région Andine, la région Caraïbe, la région Pacifique, la région de l’Orénoque et de l’Amazonie3. Du point de vue culturel, les différences, encore très marquées il y a quelques décennies, s’estompent peu à peu, y compris dans les milieux ruraux. Divers facteurs ont conduit à cette relative homogénéisation : un intense processus d’échanges interrégionaux dû aux migrations, la consolidation d’un marché national dans un pays autrefois organisé autour de régions isolées, l’ouverture accélérée de la société à une culture moderne universalisante, dans laquelle se préserve cependant une “colombianité” bien définie.

  • 4 Selon les données les plus récentes, la pauvreté rurale est de 62 % et la misère de 32 % (DANE “De (...)

3En dépit d’un certain caractère précaire, la Colombie a su maintenir une économie solide qui lui a permis de conserver un taux de croissance supérieur à celui de la population. Le revenu per capita a doublé en 20 ans (il est actuellement de 1.200 dollars). La distribution de ce revenu traduit de profondes inégalités sociales : plus de 50 % de la population vit aujourd’hui dans des conditions de pauvreté ou de misère4.

  • 5 Cet article se base sur des recherches dont les sources fournissent des données jusqu’à 1992. Le s (...)

4Le secteur agro-pastoral a également présenté une dynamique positive, bien que moins vigoureuse que celle d’autres secteurs de l’économie nationale. Néanmoins, en dépit d’un développement remarquable, l’industrie n’a pas réussi à surpasser l’apport de l’agriculture à la valeur ajoutée nationale5 : depuis de nombreuses années on note à cet égard un certain équilibre, l’un et l’autre secteur apportent environ 22 % de cette valeur. En raison du développement du secteur agro-pastoral le pays connaît une certaine sécurité alimentaire, avec une faible dépendance pour les importations d’aliment et une balance agricole nettement positive. Cette relative autonomie interne contraste avec une forte dépendance externe en ce qui concerne les facteurs de production destinés au secteur agro-alimentaire. La balance agro-alimentaire est cependant nettement positive grâce à la capacité du secteur agricole à satisfaire la demande interne et à produire des excédents exportables. Les réserves alimentaires globales suffisent en théorie à répondre aux besoins biologiques minimums de l’ensemble de la population. Dans la pratique toutefois, et pour plus de 40 % de celle-ci, le régime alimentaire n’est pas conforme aux besoins en raison de la faiblesse des revenus.

5La distribution de l’espace agricole montre une forte concentration de la terre au bénéfice du latifundium d’élevage, la situation est critique pour plus de 450 000 familles paysannes (soit 50 % du total) qui exploitent des parcelles de moins de trois hectares : il s’agit donc là d’un véritable minifundio. En dépit du caractère précaire de l’accès à la terre et aux autres facteurs de production, l’économie paysanne est parvenue, non seulement à transformer sa base de production, mais encore à la développer : elle conserve ainsi une place prépondérante au sein du système agro-alimentaire colombien en représentant près de 65 % de la production agricole totale du pays et près de 30 % de la production d’élevage.

TABLEAU 1. COLOMBIE : DISTRIBUTION DE LA VALEUR DE LA PRODUCTION AGRAIRE ENTRE CULTURES À PRÉDOMINANCE PAYSANNE, CULTURES À PRÉDOMINANCE CAPITALISTE ET CAFÉICULTURE. 1950-1988 (VALEUR DE LA PRODUCTION EN $ 1975, MOYENNE ANNUELLE PAR DÉCENNIE)

TABLEAU 1. COLOMBIE : DISTRIBUTION DE LA VALEUR DE LA PRODUCTION AGRAIRE ENTRE CULTURES À PRÉDOMINANCE PAYSANNE, CULTURES À PRÉDOMINANCE CAPITALISTE ET CAFÉICULTURE. 1950-1988 (VALEUR DE LA PRODUCTION EN $ 1975, MOYENNE ANNUELLE PAR DÉCENNIE)

Source : Ministère d’Agriculture, Anuario de Estadístisticas Agropecuarias.

  • 6 La Colombie présente un des indices de concentration de la propriété territoriale les plus élevés (...)
  • 7 Avec 3 400 000 has. en cultures.

6Cette relative consolidation de la base de la production paysanne a produit un effet favorable sur la population rurale, dont le taux de croissance a été très longtemps positif en dépit d’un exode important vers les villes. En effet la population rurale en Colombie n’a cessé d’augmenter tout au long du xxème siècle, passant de 6 millions en 1938 à 10,5 millions en 1985, année du dernier recensement. Bien que se développant dans des conditions sociales et politiques défavorables, cette population a pu accroître la surface agricole et la production6. En 1984, les paysans occupaient 4.800.000 hectares7, soit 42 % de plus qu’en 1970 (Lorente et al s. d.) Au cours de la même période, le taux de croissance annuel de la production agricole d’origine paysanne est de 4 %, supérieur donc au taux d’augmentation de la surface cultivée, ce qui reflète une intensification importante des apports technologiques.

  • 8 Bien que notre étude ait porté essentiellement sur la Région Andine nos observations sur le terrai (...)
  • 9 On attribue une part moins importante, voire marginale, en termes quantitatifs, à la Réforme Agrai (...)

7La paysannerie colombienne s’inscrit dans quatre processus historiques qui ont joué un rôle décisif dans la formation de la société et de l’économie rurales8. Le premier est l’évolution jusqu’à nos jours des établissements indiens et métis qui se sont constitués au cours de la période coloniale (xvième, xviième et xviiième siècles), processus accompagné d’une intense acculturation. Le second est la dissolution ou la fragmentation d’une partie des haciendas coloniales et républicaines (ces dernières se sont formées entre 1819, date de l’indépendance, et les années 1930). Le troisième est la colonisation de l’Antioquia qui, dès la fin du xviiième siècle jusqu’à pratiquement aujourd’hui, a vu l’avancée dans la cordillère centrale et occidentale d’un modèle colonisateur basé sur l’entreprise familiale, bien que limité par le latifundium. Le quatrième est la “colonisation récente” : à partir des années 1950, des paysans venus de diverses régions du pays tentent de s’installer comme producteurs indépendants, dans un contexte de violence et au milieu des pressions adverses des grands propriétaires9. En opposition à ce processus on trouve l’expansion continue du latifundio d’élevage extensif, la formation d’un capitalisme agraire sur les meilleures terres - généralement aptes pour l’agriculture mécanisée - et l’extension de l’urbanisation, tous facteurs d’expulsion de la paysannerie de vastes zones du pays.

8Dans les pages qui suivent, nous allons tenter de montrer comment les paysans ont réussi à s’adapter aux transformations de l’économie et à conserver un espace important au sein de la production agricole et alimentaire du pays. Nous verrons comment ils se sont eux-mêmes transformés à travers un intense processus de changements techniques et de monétarisation des facteurs de production et des éléments de subsistance. En fait, nos arguments nous mènent à dépasser la thèse de la simple persistance et de l’adaptation de la production paysanne aux tendances du développement économique. Sur la base d’une analyse du processus historique, qu’il ne nous est pas possible de détailler dans ces quelques pages, nous estimons qu’en Colombie la production paysanne, loin de se limiter à un rôle passif de récepteur du marché, a grandement contribué à la consolidation et à l’expansion d’une économie nationale de marché.

9Nous terminerons par quelques remarques sur les tendances futures que pourrait connaître l’économie paysanne. Pour ne pas susciter de fausses attentes, disons immédiatement qu’on ne discerne pas pour l’instant dans la production paysanne de tendance nettement marquée, ni vers le déclin ni vers la relance. Et ce, en dépit des indices d’un futur peu prometteur que pourraient constituer un certain dépeuplement des campagnes et les effets négatifs de l’ouverture économique (partiellement freinée ces dernières années). Quoi qu’il en soit, la remarquable capacité d’adaptation aux changements dont font preuve les paysans, y compris dans les conditions les plus difficiles, nous induisent plutôt à l’optimisme quant à leur avenir.

PLACE DE L’ÉCONOMIE PAYSANNE DANS LA FORMATION D’UNE ÉCONOMIE NATIONALE DE MARCHÉ.

  • 10 Sur un plan institutionnel plus global, on peut analyser ce phénomène comme l’évolution et l’inter (...)

10En dépit des profondes différences d’une région à l’autre résultants de processus historiques régionaux dissemblables, nous discernons plusieurs tendances communes donnant une certaine cohérence nationale à l’ensemble. Nous mettrons l’accent, ici, sur l’élargissement de l’économie de marché, la formation d’une structure d’entreprise agraire et l’affermissement d’un marché national du travail. D’un autre côté, tout au long du siècle, le recours récurrent à la violence, comme solution des conflits de tous ordres, est également un élément (dé)structurant du processus global de formation et transformation de l’économie paysanne et de la société rurale colombienne10.

11La formation de la paysannerie en tant que faite d’un ensemble de petits propriétaires se produit à travers une grande diversité de formes d’accès à la terre. L’analyse régionale comparée, montre que la difficulté d’accession à la propriété s’accompagne de contrastes marqués par l’histoire des relations entre petits exploitants, haciendas anciennes ou récentes et entreprises agricoles capitalistes. Ces particularités s’expliquent notamment par les processus régionaux de formation et de transformation du tissu agricole (Forero, 1994). Faute d’une politique nationale efficace qui garantisse la petite propriété, ce sont les rapports de pouvoir au niveau local qui impriment leurs directions aux processus en cours.

  • 11 Selon Claude Meillassoux (1978 pp. 149-151), l’accumulation capitaliste continue à s’appuyer sur l (...)
  • 12 Nous nous rapprochons en ce sens de la thèse de C. Servolin quand il rejette la théorie de la surv (...)

12L’analyse régionale comparée, montre également que le paysannat n’est pas nécessairement transformé par l’émergence du marché : il prend forme dans le cadre même de la formation du marché, qu’il contribue lui-même à élargir11. En effet, dans le cas colombien, la majeure partie d’une paysannerie de petits propriétaires s’est formée récemment. Le processus coïncide dans le temps avec la formation du marché interne, l’industrialisation et l’urbanisation. Mais la formation du marché interne et l’industrialisation de la Colombie se sont appuyées eux-mêmes et substantiellement sur la formation d’une paysannerie productrice de marchandises, d’aliments et de devises12.

TRANSFORMATIONS DE PRODUCTION ET CHANGEMENT TECHNIQUE DANS L’ÉCONOMIE PAYSANNE.

13L’économie paysanne a subi ces dernières décennies des modifications substantielles qui se traduisent dans les changements de ses modèles technologiques-productifs, dans la participation croissante au marché et dans la monétisation de ses systèmes de production et de reproduction. Par ailleurs, ces changements impliquent une interrelation complexe et variable de l’entreprise familiale rurale avec la structure d’entreprise agraire en particulier et plus généralement avec le système agro-alimentaire

  • 13 Cette description de la technologie paysanne des années cinquante s’appuie en premier lieu sur les (...)

14Comparée au modèle technologique actuellement en vigueur, l’agriculture paysanne colombienne des années 1950 était essentiellement “organique” (sans additifs chimiques) et de faibles coûts monétaires. Les demandes monétaires se limitaient alors (surtout pour les récoltes de café) à financer un complément à l’abondante main-d’œuvre familiale et à acquérir quelques outils et machines rudimentaires pour le traitement du grain. Ces machines étaient mues par des animaux (trapiche pour extraire le sucre de la canne) ou par l’homme (dépulpeuse de café). Comme les produits agro-chimiques sont encore pratiquement inconnus, que le fumage et l’usage d’autres produits sont rares, les rendements dépendent essentiellement de l’efficacité au travail des cultivateurs et de la qualité des terres. Les exigences monétaires pour mener à bien la production sont donc peu élevées et concentrées sur les éventuels manques de main-d’œuvre. Ainsi le bilan monétaire entre coûts et recettes est-il hautement favorable13.

  • 14 L’usage du tracteur est important dans la culture de pommes de terre. Il est utilisé dans des prop (...)

15L’agriculture paysanne des versants montagneux connaît au cours des dernières décennies un changement technique accéléré. Celui-ci se base sur l’utilisation de produits agro-chimiques, l’amélioration de l’ensemencement, l’introduction de nouvelles pratiques de culture et l’utilisation de nouveaux produits génétiques. On commence à se servir de tracteurs pour préparer les terres. L’introduction du moteur pour les phases du traitement des récoltes est plus marquée : moteur à explosion pour les moulins à “panela” (sucre non raffiné), le battage du blé et le défibrage de l’agave, moteur électrique pour la dépulpeuse de café. En ce qui concerne le transport, le camion remplace largement les bêtes de somme lors de la commercialisation des récoltes, mais ces animaux sont encore utilisés dans certaines régions retirées14.

16Quant aux paysans situés dans les régions de plaine où s’est développée l’agriculture capitaliste, la plupart emploient les mêmes programmes technologiques que les moyens et grands propriétaires. L’adoption des “paquets technologiques” de la ”Révolution Verte“ a en effet été plus forte dans ces régions. L’importance de cette petite agriculture dans le cadre de l’économie agricole peut être mise en rapport avec sa participation aux produits à prédominance capitaliste.

  • 15 “Les chiffres indiquent en effet que le recours aux fertilisants a vertigineusement augmenté depui (...)

17Dès son apparition, dans les années 1940-1950, l’agriculture capitaliste recourt aux technologies modernes : mécanisation, fertilisation minérale, produits agro-chimiques pour combattre les fléaux, mise en œuvre industrielle de matériel génétique. Comme dans de nombreux autres pays, l’essor de cette agriculture est en rapport direct avec l’assimilation des technologies proposées par la Révolution Verte15. La modernisation de l’agriculture paysanne andine est plus récente : elle démarre dans les années 1960 et connaît son véritable essor au milieu des années 1970. Aujourd’hui, bien que généralisé, ce processus reste incomplet.

18On peut attribuer l’écart chronologique entre les deux processus à une combinaison de facteurs politiques et économiques. En ce qui concerne les premiers, entre 1948 et le début des années 1960, la Violencia ravage les régions rurales andines colombiennes. Cette guerre civile se caractérise principalement par la forte pression exercée sur la population paysanne, dont une grande partie se voit forcée d’abandonner les campagnes. 393.000 fermes (40 % du total) sont ainsi délaissées et les migrations sont massives : 2 millions de personnes, plus de 20 % de la population rurale. La Violencia provoque au moins 200.000 morts, en majorité des paysans (Oquist, 1978, pp. 307, 322 et 324). Mais, ce phénomène est inégalement distribué.

19Alors que dans les Cordillères règne la terreur, les régions de plaine, où sont en train de s’implanter rapidement les cultures capitalistes, jouissent d’un calme relatif. Ainsi la Violencia n’a pas constitué un sérieux obstacle pour le développement de la production capitaliste alors qu’elle a causé une détérioration profonde des conditions de production des paysans installés dans les zones montagneuses.

20Les effets de la guerre civile viennent s’ajouter à d’autres facteurs touchant au réaménagement, au profit des villes, de la population rurale et urbaine du pays. La demande croissante d’aliments est assurée par l’agriculture capitaliste et plusieurs produits, tel le riz, acquièrent alors une grande importance.

  • 16 Voir Mision de estudios del sector agropecuario, (1990), et Arango et alii, (1991)

21Lorsque la Violencia s’apaise enfin, l’économie paysanne enregistre dans les années 1960 une forte augmentation (taux annuel de 6,45 %) de sa production, sur la base d’une relation des prix favorable à ses récoltes, par rapport aux prix des produits agro-chimiques et à celui de la main-d’œuvre16. Les gains de productivité entraînent des gains de revenus, ce qui laisse aux paysans un excédent qu’ils réinvestissent dans la production une fois satisfaits leurs besoins élémentaires.

22L’adoption de la technologie est fortement conditionnée aussi par le développement de l’infrastructure routière, et ce facteur influe également de façon significative sur le retard des milieux paysans par rapport aux entreprises capitalistes : l’économie agraire capitaliste se concentre dans les régions dotées d’un réseau routier satisfaisant alors que l’arrivée des routes jusqu’aux terres d’économie paysanne situées sur les versants montagneux est beaucoup plus lente.

  • 17 L’évolution du rapport entre la participation au PNB et le montant des crédits du secteur agricole (...)

23Deux autres éléments essentiels conditionnent l’adoption de la technologie : la disponibilité des crédits et le degré d’acceptation (ou de résistance) de l’entreprise rurale à la monétarisation de son économie. Certes, dans la concession des crédits, l’économie paysanne a souffert d’une certaine discrimination par rapport aux cultures capitalistes ; il y a eu cependant une ample irrigation de ce type de ressources vers les petits producteurs, ce qui a rendu possible la monétisation des coûts de production17.

24En dépit de la généralisation du changement technique, on observe une hétérogénéité technologique très marquée dans les zones rurales. Il est néanmoins possible d’établir une classification des situations de production :

  1. D’un côté, on trouve les paysans appartenant à des zones étroitement liées aux marchés urbains, zones qui, dans certains cas, constituent une sorte de “ceinture alimentaire” des villes. Ils sont relativement spécialisés : pommes de terre, légumes potagers, lait, “panela” et quelques fruits. Leur production se base sur une forte intensification technologique, conforme aux paramètres de la Révolution Verte. Leur productivité est optimale dans le contexte des entreprises agricoles colombiennes.
  2. A l’autre extrême, on observe un grand nombre de petits producteurs familiaux, généralement minifundistes, qui font un usage inégal des produits agro-chimiques compte tenu de la disparité des ressources disponibles. Les résultats sont très inégaux en raison d’un incessant processus d’essais, lequel, sans aucun doute, n’est pas approprié aux conditions écologiques et économiques et au contexte d’entreprise dans lesquelles ces petits paysans produisent.
  3. Les paysans producteurs de café tendent pour leur part à employer un modèle technologique de moyenne ou faible intensité. Les rendements obtenus sont nettement inférieurs à ceux des entrepreneurs capitalistes, tout en maintenant un écart raisonnable entre les coûts monétaires et le prix du produit, ce qui procure une certaine sécurité économique à ces paysans. Par ailleurs, ceux-ci pratiquent une certaine diversité de production et un agro-système relativement respectueux de l’environnement.
  4. Dans les zones de colonisation récente plus particulièrement, nous avons remarqué que les paysans disposant de terres abondantes tendent, comme les précédents, à adopter un modèle de faible ou moyenne intensification agro-chimique.

25Cette tendance à une moindre intensification de la production chez des paysans disposant de terres abondantes peut faire penser à une espèce de modèle tchayanovien. Les facteurs critiques seraient ici la non-disponibilité de capital et la peur du risque, plutôt que le manque de main-d’œuvre ou l’oisiveté. On donne la préférence à un niveau modéré de production minimisant l’utilisation de facteurs monétaires pour affronter un marché aux prix variables et les aléas des récoltes (facteurs climatiques ou biologiques). Cependant, l’accès restreint au capital remet en question l’existence d’une rationalité économique qui tendrait inévitablement vers des modèles de faible ou moyenne intensité monétaire pour certains noyaux de paysans : leurs modèles technologiques actuels ne sont pas toujours le produit d’un libre choix, mais pourraient être le résultat de ces limites. D’autre part, si on observe le cas des paysans producteurs de pommes de terre des hauts plateaux du Cundinamarca et du Boyacà, celui des paysans producteurs d’oignon d’Aquitania (Boyacà) ou des paysans producteurs de café dans le nord du Valle del Cauca, on note une tendance très marquée à l’intensification technologique. La modernisation des cultures a même permis à certains de devenir de vrais entrepreneurs capitalistes.

  • 18 Nous avons établi ces calculs à partir de données des séries officielles de “Planeaciόn Nacional” (...)
  • 19 Départements du Boyacá, du Cundinamarca, de l’Antioquia, du Santander, du Valle del Cauca et du Me (...)

26Globalement, on peut étudier le changement technique dans l’économie familiale rurale par le biais de l’évolution des cultures à prédominance paysanne. Entre 1970 et 1988, la production croît au rythme annuel de 4,03 %, alors que le rythme de l’augmentation de la superficie concernée n’est que de 2,80 %, ce qui démontre clairement un important progrès de la productivité par hectares, progrès qu’on peut attribuer au processus de modernisation18. Dans les régions andines pour lesquelles on dispose de données par commune, nous avons pu vérifier l’évolution positive, au rythme annuel de 3,2 %, des rendements par hectare entre 1960 et 1986. Bien que fort élevé, ce taux de croissance est cependant nettement inférieur à celui des produits capitalistes (5,3 %)19.

  • 20 Notre thèse est qu’il s’agit d’un processus de modernisation sans développement : compte tenu, d’u (...)

27Le changement technique est l’un des aspects le plus important d’une autre gamme de changements qu’on pourrait regrouper sous le titre “modernisation de l’économie paysanne colombienne”20. Il est clair en effet qu’en dépit des conflits ruraux et de l’accès limité et difficile aux facteurs de production, la paysannerie a développé une forte capacité de transformation de l’entreprise familiale rurale.

28On pourrait résumer de la façon suivante les divers changements intervenus dans le cadre d’une articulation croissante des petits producteurs au marché :

  1. rôle de premier plan de la paysannerie dans l’approvisionnement - croissant - de la population urbaine en produits alimentaires ;
  2. changement technique généralisé et adoption massive des éléments agro-chimiques ;
  3. monétarisation de l’unité d’exploitation familiale ;
  4. réduction de l’autoconsommation ;
  5. accroissement de la vulnérabilité face aux variations des prix du marché ;
  6. articulation croissante de l’entreprise familiale rurale à d’autres entreprises agro-pastorales selon diverses modalités d’association impliquant souvent une subordination ;
  7. intensification de l’embauche de travailleurs salariés ;
  8. intensification de la circulation entre paysans, de la terre, du travail et d’autres facteurs, par le biais de diverses formes d’association ;
  9. restructuration des systèmes de commercialisation des récoltes paysannes et apparition de commerçants spécialisés et de canaux de commercialisation qui facilitent le passage des produits de la ferme aux grossistes des villes ;
  10. mise en œuvre d’un modèle technologique fortement monétarisé rendant de plus en plus malaisée la rentabilité de l’activité agro-pastorale, la préservation des ressources naturelles et la reproduction sociale des paysans.

29Dans ce contexte, les processus de commercialisation s’adaptent à l’intégration progressive de l’économie paysanne au marché, ce qui entraîne, dans les zones les plus dynamiques, l’apparition de commerçants plus spécialisés disposant de canaux de commercialisation plus efficaces entre les fermes des paysans et les centres urbains (sans entraîner pour autant la disparition des intermédiaires). L’expansion des coopératives est également en rapport direct avec ce processus.

30Tous ces changements, il faut le souligner, résultent de l’adaptation de l’économie paysanne aux pressions d’une forte demande urbaine d’aliments de consommation directe (hautement périssables), elle-même produite par l’urbanisation du pays et sa la croissance démographique (au rythme annuel de 2.3 %).

REVENUS ET NIVEAU DE VIE DES PAYSANS.

31Si les transformations des systèmes de production touchent l’ensemble de la paysannerie, une profonde hétérogénéité se maintient cependant, qui résulte de la diversité des processus régionaux et des inégalités dans l’accès aux facteurs de production. Seuls quelques noyaux de paysans réussissent à obtenir des revenus leur permettant de dépasser le seuil de pauvreté. Les revenus obtenus hors de l’exploitation et qui proviennent essentiellement de salaires comme journaliers ne changent guère cette situation, étant donné les faibles rémunérations en vigueur sur le marché du travail national.

32La famille s’adapte aux ressources que fournit la ferme et aux possibilités d’accéder à d’autres activités rémunérées ou à l’éducation. Ainsi la répartition de la main-d’œuvre ne s’établit-elle pas uniquement en fonction des ressources existantes ou des possibilités d’accession à la terre par le biais de diverses modalités d’association (principalement le métayage). Avec l’intensification de l’exode rural et la mise en place croissante d’échanges économiques et culturels entre ville et campagne, s’estompe peu à peu la notion de paysannerie comme société rurale repliée sur elle-même.

33Par ailleurs, la double insertion sur le marché du travail, en tant que demandeurs et offreurs de main-d’œuvre, permet à de nombreux ménages paysans, pauvres et moins pauvres, de remplacer partiellement le travail familial par des travailleurs salariés. Un niveau élevé (nettement supérieur parfois à 50 %) d’embauche de main-d’œuvre salariée ne signifie pas la perte du caractère familial des petites entreprises rurales : il s’agit plutôt d’un transfert de revenus entre travailleurs et “patrons”. Ces derniers atteignent en fait des revenus familiaux assez modestes qui sont loin de contribuer à une véritable capitalisation de leurs entreprises. Dans ces conditions, la petite entreprise familiale rurale reste structurée par la dynamique des relations interfamiliales et demeure un lieu de production et de reproduction de la famille paysanne.

34Dans plusieurs études (voir en particulier Forero et Rudas, 1983), nous avons conclu que les paysans vendaient systématiquement leurs récoltes en dessous des coûts de production et n’arrivaient pas à rémunérer la main- d’œuvre familiale investie. Si on inclut le prix de la main-d’œuvre familiale (évalué au tarif en vigueur sur le marché du travail régional), ces petits producteurs n’arrivent pas à couvrir la totalité des coûts directs de la culture. En revanche, si on ne comptabilise que les coûts monétaires, c’est-à-dire les dépenses en espèce que doit faire le producteur, le prix des récoltes paierait systématiquement ces coûts. Toutefois dans le cas de la production paysanne de café, nous savons qu’avec le prix de soutien du café les paysans ont été protégés des risques encourus lors de la commercialisation de leurs récoltes et perçoivent des rémunérations supérieurs aux coûts directs de la culture.

  • 21 DRI : Programme de développement rural intégré, financé par le gouvernement

35Quelle est l’importance du secteur des producteurs paysans tirant un résultat net positif de leur activité productrice ? Il est difficile de répondre à cette question pour les paysans non caféiculteurs. Nous avons cependant trouvé des éléments de réponse dans les analyses qualitatives et l’évaluation opérationnelle du programme DRI21 menées par plusieurs équipes de chercheurs universitaires. On peut en conclure que les producteurs obtenant une amélioration effective de leurs conditions de vie sur la base d’un revenu agricole constituent en fait un secteur minoritaire concentré sur quelques espaces de production très réduits par rapport à la totalité du monde paysan. Ainsi, malgré l’expansion et la monétarisation des coûts de production, celui-ci continue à percevoir des recettes insuffisantes et précaires.

  • 22 Voir les données présentées par la Mission d’Études Agraires, (1990, pp. 215 et suiv.).

36Cette conclusion concorde avec les rapports de l’Enquête Rurale des Ménages : 32 % des ménages perçoivent des revenus insuffisants pour faire face aux besoins nutritionnels minimum ; 62 % n’arrivent pas à acheter un marché complet d’aliments de base ; seuls 20 % des ménages agricoles colombiens perçoivent des revenus au-dessus du niveau de pauvreté22.

37Les revenus relativement élevés de la région productrice de café sont dus à la stabilité des prix du café et à la stratégie des ménages qui économisent les inputs pour maximaliser les revenus monétaires (à l’exception de la petite exploitation intensive). Les salaires relativement élevés et la facilité de l’embauche rendant inutiles les grands déplacements expliquent que dans cette région les paysans minifundistes aient un revenu de 60 % supérieur au revenu moyen des ménages agricoles colombiens et inférieur seulement de 20 % aux revenus les plus élevés. Les producteurs de l’est du Cundinamarca se situent dans la même tranche, avec des revenus légèrement plus élevés que ceux des minifundistes producteurs de café (190 dollars mensuels). Les résultats élevés des exploitants de l’est de l’Antioquia sont dus à des données traduisant des conditions optimales relativement exceptionnelles.

  • 23 Le seuil de la misère est fixé à l60 dollars mensuels, revenu correspondant à la valeur du panier (...)

38En conclusion la classification établie par les statistiques officielles, selon lesquelles plus de 80 % des ménages connaissent une situation de pauvreté ou de misère est parfaitement crédible23 même s’il convient d’insister sur les nombreuses lacunes subsistant en cette matière

STRUCTURE DES ENTREPRISES AGRAIRES ET SYSTEME ALIMENTAIRE.

  • 24 C’est l’une des principales conclusions d’un travail de recherche que nous avons mené dans la Régi (...)
  • 25 Claude Servolin, 1989, a souligné la capacité des paysans à vendre leurs produits à des prix infér (...)

39Le caractère domestique des exploitations paysannes est un élément primordial pour expliquer pourquoi celles-ci répondent aux lois du marché d’une façon si différente des entreprise capitalistes. Ces profondes différences de comportement proviennent, entre autres choses, de la possibilité qu’ont les exploitations paysannes de pouvoir recourir à certaines ressources productives sans avoir à les rémunérer, alors que les secondes se caractérisent par la monétarisation quasi-totale du processus de production24. On a vu que certains secteurs paysans vendent systématiquement leurs récoltes à des prix qui ne compensent pas la totalité des coûts de production. En fait, le prix d’achat au producteur a comme limite inférieure les seuls coûts monétaires qu’il convient impérativement de financer25.

  • 26 On observe très clairement cette situation dans la production maraichère du nord du Sumapaz (Cundi (...)

40Cette moindre fragilité des paysans aux réductions de prix est devenue, pour certains produits et dans certaines régions, une barrière à l’entrée du capital26. Les entrepreneurs tendent à orienter leurs capitaux vers les secteurs assurant des prix plus stables. C’est notamment le cas des marchés d’exportation et de matières premières industrielles. Sur ces marchés, les entrepreneurs ont pu mieux utiliser leur force corporative, solidement ancrée dans les structures de pouvoir de l’État, pour faire en sorte que la politique sectorielle leur garantisse l’obtention de bénéfices. Le biais employé est un système implicite de prix négociés s’appuyant sur de constantes interventions de l’État.

41Dans le processus de formation de l’économie paysanne, le métayage en tant que mode d’accès à la terre revêt encore une grande importance, mais il a subi des transformations considérables à la suite de son insertion progressive dans le marché. On pourrait les résumer ainsi : à son rôle classique de mécanisme d’extraction de la rente du sol et de sujétion de la main-d’œuvre, est venu s’ajouter de multiples formes d’association entre partenaires (paysans et non paysans). Dans certaines situations, le métayage n’a pas comme condition nécessaire à sa reproduction l’extraction de la rente. C’est grâce au métayage entre paysans (entre pairs) que des producteurs possédant peu de terre ont pu avoir accès à celle de leurs voisins et en même temps élargir l’utilisation du travail familial. Mais comme le propriétaire doit souvent assumer une partie des coûts monétaires, y compris la main-d’œuvre engagée, le métayage représente aujourd’hui un mode de relation qui facilite la production et la réassignation de la terre et de la main-d’œuvre familiale, mais aussi du travail salarié et des capitaux.

42Ces rapports de métayage ont également lieu entre paysans et propriétaires terriens non paysans qui assument le financement d’une partie da coût monétaire des cultures. Ce type d’intervention s’explique par les besoins croissants d’argent entraînés par un changement technique fort dynamique. En fait le propriétaire revêt ici une fonction d’entrepreneur et prend part, en tant qu’investisseur, à une partie plus ou moins importante, voire dominante, des décisions. Dans certains cas, cette intervention est décisive, notamment au moment des choix technologiques, lesquels vont parfois à rencontre des intérêts du paysan métayer. Par ailleurs, elle aboutit à une situation asymétrique : le paysan apporte la majeure partie des coûts de main-d’œuvre mais reçoit une rémunération proportionnellement inférieure à cet apport.

43Signalons encore une autre modalité : certains investisseurs agricoles s’associent avec l’entreprise familiale en finançant, totalement ou en partie, les coûts monétaires des cultures du paysan propriétaire (achat des semences et des produits agro-chimiques, fourniture des machines agricoles - tracteurs, récolteuses, fumigation aérienne selon les cas -, transport pour la commercialisation des produits). Certes, cette association est fonctionnelle pour le paysan, étant donné son accès limité à ces différents facteurs de production et en raison de la protection qu’elle lui offre contre une partie des risques économiques. Elle est cependant plus bénéfique pour son associé capitaliste : celui-ci tire en effet de la subdivision de l’unité de production certains avantages qu’une production à grande échelle ne pourrait lui offrir. En s’associant avec le paysan ou avec un autre entrepreneur, l’entrepreneur-investisseur fractionne et délègue la gestion de la main-d’œuvre et des conflits du travail ; il améliore la qualité du produit ; il partage le risque de la chute des prix et minimise les coûts de production.

44Dans la plupart des cas d’association avec des paysans, où l’investissement s’appuie sur l’entreprise familiale rurale, on pourrait, techniquement parlant, se passer de l’investisseur et du propriétaire de la terre s’il existait une infrastructure institutionnelle, coopérative ou étatique assumant le rôle de l’entrepreneur. Il ne serait pas indispensable que cette infrastructure soit subventionnée, la seule condition essentielle étant qu’elle soit efficacement gérée.

  • 27 En Colombie, seul le palmier à huile se cultive en grande plantation.

45Une observation portant sur la taille moyenne des entreprises qui prennent en charge les différentes cultures nous conduit à penser que dans le secteur de la production agricole l’entreprise capitaliste affronte une forte concurrence entrepreneuriale : développement de la moyenne propriété dans les secteurs-clefs, café, riz et coton ; tendance à la fragmentation des exploitations dans l’agro-industrie sucrière et la culture bananière d’exportation27. En outre, elle doit faire face à une vive concurrence de l’entreprise familiale dans les secteurs du café, du riz et du coton, où se présentent aussi les diverses formes d’association déjà évoquées entre les investisseurs agricoles et l’exploitation de type familial. Si on tient compte en outre de la forte participation de l’entreprise familiale à l’agriculture dans son ensemble, on peut conclure de façon plus large que l’économie rurale du pays est hautement concurrentielle.

  • 28 Sur le degré élevé de concentration des secteurs agro-industriels, voir le récent ouvrage de Macha (...)
  • 29 Machado, 1991, p. 58. Nous avons ajouté les parenthèses.

46Cet aspect fortement concurrentiel vient le distinguer d’autres secteurs du système agro-alimentaire : la commercialisation de gros, le degré élevé de concentration de certains processus en amont comme la meunerie du riz, le raffinement du sucre et l’industrie alimentaire28. En aval, l’offre de facteurs de production (produits chimiques, machines) montre aussi une tendance oligopolistique en raison de la domination qu’exercent sur le marché les sociétés industrielles transnationales. Par ailleurs, le modèle d’industrialisation agro-alimentaire nettement centralisé a contribué à la forte concentration de la consommation des produits manufacturés : La consommation (de produits agro-alimentaires relativement élaborés) se limite essentiellement aux classes supérieures et moyennes, pour lesquelles les entreprises segmentent le marché au moyen de la différenciation d’un même produit29. Dans ces conditions, l’industrie agro-alimentaire tend à favoriser, dans le cadre de la consommation de masse, la demande de produits protéiques, de certaines céréales peu transformées et de produits frais, à la production desquels contribue fortement l’économie paysanne.

  • 30 Diverses études réalisées par les experts de la FAO au cours des deux dernières décennies en Améri (...)

47Comme on l’a vu, le nombre très élevé de petites et moyennes entreprises agricoles contraste avec l’extrême concentration de la terre. Cependant, dans les études concernant l’agriculture colombienne, et latino-américaine en général, on remarque depuis quelques années une tendance à renoncer à l’analyse du latifundium (ou de l’hacienda). Selon de nombreux auteurs, le nouveau problème agraire doit être envisagé sous l’angle d’une opposition entre entreprise capitaliste et économie paysanne. On en arrive à affirmer que le dualisme incarné dans l’opposition minifundio-latifundio a, comme par enchantement, cessé d’être pertinente. Dans cette nouvelle approche on estime qu’un nouveau dualisme, de caractère technologique celui-ci, s’est développé entre l’entreprise capitaliste moderne et l’économie paysanne traditionnelle30.

48Les interrelations de l’entreprise familiale rurale avec le système alimentaire ne s’établissent pas de façon isolée. Elles font partie d’un ensemble de rapports complexes entre la structure de production agro-pastorale (hacienda, entreprise capitaliste et entreprise familiale) et les autres éléments du système alimentaire pris dans son ensemble et comprenant les sous-systèmes de commercialisation, d’agro-industrialisation, de traitement industriel manufacturier et de consommation.

49L’exploitation de type familial s’intègre au système agro-alimentaire global grâce à son lien organique avec l’ensemble de la structure productive agricole. L’entrelacs complexe des relations qu’entretient l’exploitation familiale rurale avec le système agro-alimentaire et la structure agro-pastorale nous amène à conclure que l’économie paysanne constitue un élément consubstantiel des réseaux alimentaire et agricole du pays.

QUELQUES REMARQUES SUR LES TENDANCES FUTURES POSSIBLES DE LA PRODUCTION PAYSANNE EN COLOMBIE.

50Jusqu’au recensement de 1985, la population rurale colombienne était en croissance. Mais lors du dernier recensement effectué en 1993 on se trouve devant une situation qu’on pourrait qualifier d’inquiétante : pour la première fois depuis la conquête espagnole, les campagnes se dépeuplent. Cette tendance ne serait pas alarmante si elle allait de pair avec une croissance de l’activité économique urbaine et une expansion du logement et des services publics susceptibles d’absorber dans des conditions acceptables les excédents de population provenant des régions rurales.

  • 31 En dépit des déficiences du recensement de 1993, nous pensons que les chiffres qu’il offre reflète (...)

51L’accélération des flux migratoires campagne-ville, au point que la population rurale diminue en termes absolus, s’explique, nous semble-t-il, par deux phénomènes étroitement liés entre eux : l’expansion du latifundium d’élevage, alimenté par l’argent de l’économie de la cocaïne, et la violence rurale. A partir des années quatre-vingts, le latifundium commence à progresser sur les versants andins où la paysannerie avait pu jusque là, dans des conditions précaires il est vrai, avoir accès à la terre31.

52On devrait aujourd’hui, après sept ans de politique d’ouverture, être en mesure de savoir ce qui, dans cette nouvelle conjoncture, va advenir des paysans. Cependant, il n’existe aucune certitude à ce sujet, notamment parce que les chiffres dont nous disposons ne permettent pas de préciser l’évolution de la paysannerie séparément du reste du secteur agricole. En termes généraux, l’agriculture et l’élevage ont subi une grave prostration au cours des années d’application radicale des politiques d’ouverture (1992-1993) qui ont touché sévèrement tous les secteurs de la production agricole. Cette période a coïncidé par ailleurs avec une chute des prix internationaux des produits importables et exportables et avec plusieurs désastres climatiques. A la suite des mesures d’amortissement appliquées ces trois dernières années, le secteur montre une réaction assez remarquable. Les doutes subsistent cependant quant aux possibilités de réponse en cas de situation de concurrence internationale ouverte, ce qui se produira très probablement dans les prochaines années.

  • 32 Le classement en cultures à prédominance paysanne et à prédominance capitaliste pourrait surestime (...)

53Notons que malgré la diminution de la population rurale, la production paysanne ne semble pas avoir réduit de façon marquée sa part dans la production agricole globale, comme le montre le tableau 132. Les paysans les plus touchés appartenaient à des noyaux relativement réduits liés, les uns aux produits échangeables (susceptibles de transaction) sur le marché international et dont la dynamique est fondamentalement capitaliste (coton, riz, sorgho), et les autres à la production de matière première pour certaines industries particulières (tabac, orge, fibre d’agave). La part de ces producteurs dans l’ensemble de l’économie paysanne était de toute façon relativement faible.

54Le rythme du processus d’ouverture économique a été ralenti ces deux dernières années par le recours à des mesures visant à protéger la production nationale des distorsions du marché international et à résoudre les problèmes conjoncturels et structurels de secteurs particuliers. Dans ce second cas, une certaine priorité a été accordée aux cultivateurs paysans.

55De toute façon, ces mesures ne semblent pas pouvoir lever les principaux obstacles pour le développement du secteur agraire et de l’économie paysanne, en particulier la concentration de la terre. Les données dont nous disposons, d’ailleurs fort imprécises, montrent qu’au milieu de ces bouleversements la production paysanne ne semble pas perdre son importance au sein d’un système alimentaire dont la dépendance envers le marché international reste faible.

56Cette importance se maintient également malgré l’exode rural très marqué qui s’est produit ces dernières années comme résultat des processus extrêmement complexes de violence politique et sociale qui interviennent sur une grande partie du territoire colombien.

57Quoi qu’il en soit, au vu de la notable capacité d’adaptation démontrée par les paysans nous ne sommes pas pessimiste quant à leur avenir. On ne saurait imaginer une Colombie sans paysans : cela supposerait une véritable catastrophe culturelle et écologique. Et un exode rural massif constituerait aussi, dans le cadre du modèle de développement colombien, une catastrophe sociale et économique. Nous perdrions aussi l’un de nos grands atouts : l’existence d’un système alimentaire adapté aux particularités su secteur agricole, aux conditions environnementales de notre verticalité climatique tropicale et à un vaste secteur de consommateurs de faibles ressources.

58Si on reprend les indicateurs-clés que propose Malassis (1979), la Colombie serait dans une étape où la valeur ajoutée agricole dépasse encore la valeur ajoutée de l’industrie agro-alimentaire. Les pays développés ont dépassé cette étape depuis plusieurs décennies. Mais il n’y a pas de raison d’affirmer que la Colombie doive reproduire la linéarité établie ailleurs pour prétendre accéder à un certain degré de développement dans l’industrialisation de sa production d’aliments. Pour satisfaire aux besoins élémentaires de la population, un système alimentaire comme celui de la Colombie devrait tendre plutôt à la cohérence des interrelations qui, tout au long de l’histoire, ont progressivement tissé la structure agraire actuelle. Par ailleurs, les caractéristiques de l’évolution de la structure agraire et les modèles de consommation indiquent que le pays peut développer des options complexes. Sans exclure les stratégies d’industrialisation, il s’agit de privilégier des solutions cohérentes entre une offre permanente et abondante en aliments frais provenant de l’économie paysanne, la formation et l’évolution de systèmes de commercialisation et de distribution en accord avec cette particularité et l’évidente nécessité de renforcer les systèmes de sécurité à différents niveaux : le ménage paysan, la région et le pays. Chercher à atteindre à tout prix un certain niveau d’industrialisation dans la production d’aliments n’est pas nécessairement compatible avec l’objectif de résoudre les problèmes essentiels de consommation et de production d’aliments.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARANGO RESTREPO M., et al, Una nueva visiόn de la economía campesina en Colombia, Centro de Investigaciones de la Universidad de Antioquia, Medellín, 1991.

ARANGO RESTREPO M., Café e Industria 1850-1930, Carlos Valencia Editores, Bogotà, 1977.

COLMENARES G., Historia Econόmica y social de Colombia, Editorial Universidad del Valle, Cali, 1972.

FALS BORDA O. Campesinos de los Andes. Estudio sociolόgico de Saucío, Monografías Sociolόgicas, Facultad de Sociología, Universidad Nacional de Colombia, Bogotà, 1961.

FALS BORDA O., El hombre y la tierra en Boyacà, desarrollo histόrico de una sociedad minifundista, Punta de Lanza, Bogotà, 1973.

FAO, Anàlisis histόrico y comparativo de la tenecia de la tierra en Anmérica Latina, 1988.

FORERO J. et G. RUDAS, Producciόn y Comercializaciόn de Perecederos Agrícolas en Zonas Campesinas Integradas al Mercado de Bogotà. Caso del Oriente de Cundinamarca, Universidad Javeriana, Bogotà, 1983.

FORERO J., “Persistencia y Modernizaciόn del Campesinado”, in El Campesino Contemporàneo, Bernal F., (editeur), CEREC et Tercer Mundo Editores, Bogotà, 1990.

FORERO J., Économie Paysanne, Structure Agraire et Système Alimentaire dans la Région Andine de la Colombie, Thèse de doctorat, IHEAL - Paris III, janvier 1994.

GONZALEZ LADRON DE GUEVARA F. et al., Diagnόstico regional integrado, formulation de un plano de desarrollo regional para las provincias de Norte y Gutiérrez (Boyacà), 2 tomes, Universidad Javeriana, Bogotà, 1992.

GONZALEZ M., Ensayos de historia colonial colombiana, Editorial Ancora, Bogotà, 1985.

HERNANDEZ GAMARRA A., Memorias 1994-1995, Ministerio de Agricultura y Desarrollo Rural, República de Colombia, ICA, Corveica, 1995.

HERNANDEZ RODRIGUEZ G., De los chibchas a la Colonia y a la República, Ediciones internacionales, Bogotà, 1978.

JARAMILLO C. F., Apertura, Crisis y Recuperaciόn, la Agricultura colombiana entre 1990 y 1994, Fonade, Tercer Mundo Editores, 1994.

Le GRAND C., Colonizaciόn y protesta campesina en Colombia. 1850-1930, Universidad Nacional de Colombia, Bogotà, 1988.

LOPEZ H., “La inflaciόn en Colombia en la década de los veintes”, in Cuadernos Colombianos, No. 5. Bogotà, 1975.

LORENTE L., SALAZAR A., GALLO A., Distribuciόn de la Propiedad Rural en Colombia 1960-1984, CEGA, sans date.

MACHADO A, El modelo de desarrollo agroindustrial en Colombia, CEGA - Siglo xxi, Bogotà, 1991b.

MINAGRICULTURA, La agricultura y las políticas sectoriales, Tercer Mundo Editores, Banco Ganadero, Caja Agraria, Vecol, 1994.

MOSCARDI E., (Editor) El agro colombiano ante las transformaciones de la economía, IICA, FUNDAGRO, Tercer Mundo Editores, 1994.

NACIONES UNIDAS. PNUD/FAO, Informe de la misiόn de evaluaciόn, Proyecto de planificaciόn agropecuaria regional/national, Bogotà, 1985.

OQUIST P., Violencia, conflicto y política en Colombia, Instituto de Estudios Colombianos - Biblioteca Banco Popular, Bogotà, 1978.

PALACIOS M., El café en Colombia 1850-1970 ; una historia econόmica, social y política, El Colegio de México, El Ancora Editores, 1983, México D. F. - Bogota, 1983.

PARSONS J. J., La Colonizaciόn Antioqueña en el Occidente Colombiano, Editorial Banco de la República, Bogotà, 1961.

PATIÑO C. A., E CAICEDO DE CARDOZO, M. RANJEL BOHORQUEZ, Pobreza y Desarrollo en Colombia, su impacto sobre la mujer, UNICEF, DANE, ICBF. Bogotà,1988.

RUDAS G., Estudio General de la Agroindustria Panelera en Colombia, Universidad Javeriana - Asoca-a. Bogotà, 1989

SANCHEZ G., Guerra y política en la sociedad colombiana, El Ancora Editores, Bogotà, 1991.

TIRADO MEJIA A., Introducciόn a la Historia Econόmica de Colombia, Editorial La Carreta, 1986.

Universidad de los Andes, Universidad Nacional, Universidad del Valle y Universidad Javeriana. Los campesinos y el Estado, Universidad Javeriana, Bogotà, Septiembre de 1988.

VARGAS VELASQUEZ A., La economía campesina en el proceso de desarrollo colombiano : sus perspectivas histόricas y regionales, Universidad Nacional de Colombia, Universidad Catόlica de Lovaina. Informe Preliminar (no editado). Bogotà, 1988.

ZAMOCS L., Los usuarios campesinos y las luchas por la tierra en los años setenta, Cinep, Bogotà.

Notes

1 Cet article est extrait de notre thèse de doctorat “Économie paysanne, structure agraire et système alimentaire dans la Région Andine de la Colombie”, dirigée par le Professeur Jacques Chonchol (IHEAL - Paris III) et soutenue en janvier 1994. Ce travail est basé sur diverses recherches de terrain que nous avons menées avec nos collègues de l’Institut d’Etudes Rurales (IER) de la Faculté des Sciences Économiques de l’Université Javeriana de Bogota. Nous avons également bénéficié de la collaboration et des conseils de Guillermo Rudas, de l’IER, et de Christian GROS, de l’IHEAL. La traduction en français est l’œuvre de Guy-Maxime Lizoir.

2 Exactement 8.901.235 selon le Recensement de 1993.

3 La Région Andine représente 31 % de la superficie du pays, 70 % de la population rurale et 80 % de la production agricole d’origine paysanne, et la Région Caraïbe, 11 % de la superficie et 23 % de la population rurale. Nettement plus vastes et moins peuplées sont les trois autres régions : Orénoque (23 % de la superficie et 2 % de la population rurale), Amazonie (30 % et 2 %) et Pacifique (5 % et 3 %). Pour population et superficie voir PATINO el al (1988) ; pour la production nous avons fait les calculs d’après des données du Ministère de l’Agriculture.

4 Selon les données les plus récentes, la pauvreté rurale est de 62 % et la misère de 32 % (DANE “Departamento Administrativo Nacional de Estadística” données pour 1988).

5 Cet article se base sur des recherches dont les sources fournissent des données jusqu’à 1992. Le secteur agro-pastoral n’avait pas encore commencé à ressentir les effets de la politique d’ouverture économique mise en œuvre par l’équipe du Président Gaviria (1990-1994). Mais il faut préciser que depuis quelques années, la relative libération du commerce extérieur colombien a affecté la production locale, particulièrement pour certaines cultures où prédomine l’agriculture non paysanne (capitaliste). Les paysans qui, de toute façon, prennent une part significative dans ces cultures, ont également été touchés, mais la surface cultivée reste stable autour de 2 300 000 has.

6 La Colombie présente un des indices de concentration de la propriété territoriale les plus élevés du monde, avec un coefficient de Gini de 0,84. Rappelons que ce coefficient, qui va de 0 à 1, représente par 0 une situation d’équité totale et par 1 une situation d’inégalité absolue.

7 Avec 3 400 000 has. en cultures.

8 Bien que notre étude ait porté essentiellement sur la Région Andine nos observations sur le terrain et diverses sources permettent de penser que notre version du processus de peuplement et de formation de la paysannerie s’applique, en termes généraux, à tout le pays.

9 On attribue une part moins importante, voire marginale, en termes quantitatifs, à la Réforme Agraire des années 1960 et 1970 et à la permanence de divers groupes indiens et de communautés noires. Dans le premier cas, nous nous référons à des groupes préhispaniques de faible acculturation, dans le second aux établissements formés d’anciens esclaves ayant échappé à la servitude.

10 Sur un plan institutionnel plus global, on peut analyser ce phénomène comme l’évolution et l’interrelation de structures de pouvoir (locales, nationales, corporatives, institutionnelles, etc.) dans le cadre d’un État qui, comme c’est le cas en Colombie, laisse de vastes espaces pour le déroulement simultané de la participation et de l’exclusion démocratique, de la structuration consensuelle et de la déstructuration violente (ce thème a fait l’objet d’une abondante littérature socio-politique ; nous avons fait référence plus haut à Oquist (1978), Guzman (1962), Sanchez (1991) ; voir également Ramirez Tobon (1991).

11 Selon Claude Meillassoux (1978 pp. 149-151), l’accumulation capitaliste continue à s’appuyer sur la persistance du mode de production domestique. Cet auteur signale également la préservation d’un mode de production domestique producteur d’aliments dans les pays colonisés (p. 139) et soutient l’idée de la préexistence des paysans. Cependant notre point de vue diverge dans la mesure où nous estimons que la formation du paysannat se trouve englobée dans la formation de la structure économique complexe des pays comme la Colombie.

12 Nous nous rapprochons en ce sens de la thèse de C. Servolin quand il rejette la théorie de la survivance et tente de voir dans l’entreprise familiale un modèle de production qui grâce à ses caractéristiques particulières parvient à s’articuler efficacement au développement du capitalisme (1989, ch. 2).

13 Cette description de la technologie paysanne des années cinquante s’appuie en premier lieu sur les descriptions de plusieurs régions d’étude présentées dans les trois premiers chapitres de notre thèse (FORERO, 1994). On y voit clairement que ce n’est que dans les années soixante que les produits agro-chimiques et les autres options de la Révolution Verte font leur apparition. Par ailleurs, au terme d’une vaste et importante étude sur l’agriculture en Colombie menée dans les années 1960, une équipe de chercheurs soulignait “l’absence quasi-totale dans l’entreprise rurale de type familial des techniques issues du progrès moderne (CIDA, 1966, p. 163).

14 L’usage du tracteur est important dans la culture de pommes de terre. Il est utilisé dans des proportions moindres pour d’autres cultures. C’est le cas notamment des petits producteurs de haricot rouge de la Province de San Gil (département du Santander), à qui le tracteur est fourni par une coopérative rurale.

15 “Les chiffres indiquent en effet que le recours aux fertilisants a vertigineusement augmenté depuis les années 50. L’écart entre la Colombie et le patron international était bien plus large à cette époque-là qu’aujourd’hui (Mission du secteur agropastoral, 1990, p. 27). La mission signale que, dans le contexte mondial, l’emploi de fertilisants reste en Colombie inférieur à celui qui correspondrait à son niveau de revenus, tout en étant supérieur à la moyenne latino-américaine.

16 Voir Mision de estudios del sector agropecuario, (1990), et Arango et alii, (1991)

17 L’évolution du rapport entre la participation au PNB et le montant des crédits du secteur agricole nous montre que l’attribution des crédits est défavorable à l’agriculture après les années 1970. Cette tendance est plus marquée en ce qui concerne les producteurs paysans : alors que l’économie paysanne maintient une participation d’environ 65 % du total de la production agricole, on note que sa participation au montant global du crédit sectoriel n’atteint pas les 40 % dans les années quatre-vingt. Quant aux cultures capitalistes, elles accaparent ces dernières années plus de 60 % des ressources de crédit, alors qu’elles apportent à peine 30 % de la valeur de la production.

18 Nous avons établi ces calculs à partir de données des séries officielles de “Planeaciόn Nacional” (système SITOD) et de l’Echantillon National Agro-pastoral de 1988. Nous calculons les taux de croissance au moyen de régressions linéaires.

19 Départements du Boyacá, du Cundinamarca, de l’Antioquia, du Santander, du Valle del Cauca et du Meta.

20 Notre thèse est qu’il s’agit d’un processus de modernisation sans développement : compte tenu, d’une part, des limites de l’accès à la propriété et aux autres facteurs de production et, d’autre part, de la domination sociale, politique et culturelle, la société rurale continue à vivre une condition de pauvreté aigue et n’arrive pas à s’approprier des bienfaits des transformations de production (FORERO, 1994).

21 DRI : Programme de développement rural intégré, financé par le gouvernement

22 Voir les données présentées par la Mission d’Études Agraires, (1990, pp. 215 et suiv.).

23 Le seuil de la misère est fixé à l60 dollars mensuels, revenu correspondant à la valeur du panier de produits alimentaires.

24 C’est l’une des principales conclusions d’un travail de recherche que nous avons mené dans la Région Orientale du Cundinamarca (Forero et Rudas, 1983). Plusieurs années plus tard, nous sommes arrivés aux mêmes résultats dans le Sumapaz (Forero, 1994).

25 Claude Servolin, 1989, a souligné la capacité des paysans à vendre leurs produits à des prix inférieurs à ceux que pratiquent les entreprises capitalistes. L’auteur soutient que l’exploitation à petite échelle n’a pas à couvrir des coûts dont l’entreprise capitaliste ne peut en aucun cas faire l’économie, ce qui lui assure une position compétitive sur le marché. En revanche, le surplus de main-d’œuvre familiale (sur-emploi familial) a été dénoncé par divers auteurs comme l’une des causes de la pauvreté rurale dans le Tiers Monde.

26 On observe très clairement cette situation dans la production maraichère du nord du Sumapaz (Cundinamarca).

27 En Colombie, seul le palmier à huile se cultive en grande plantation.

28 Sur le degré élevé de concentration des secteurs agro-industriels, voir le récent ouvrage de Machado, (1991).

29 Machado, 1991, p. 58. Nous avons ajouté les parenthèses.

30 Diverses études réalisées par les experts de la FAO au cours des deux dernières décennies en Amérique latine soulignent ce dualisme entre économie paysanne traditionnelle et secteur moderne. On trouve également cette idée dans les documents de la FAO concernant l’évaluation du développement rural et de la réforme agraire dans le Tiers Monde. Voir notamment FAO, 1988, et Naciones Unidas-PNUD/FAO, 1985.

31 En dépit des déficiences du recensement de 1993, nous pensons que les chiffres qu’il offre reflètent la réduction en chiffres absolus de la population rurale, un phénomène qui, par ailleurs, correspond à la problématique des “personnes déplacées des campagnes”. En effet, d’après les études les plus récentes on constate que les dernières années l’exode causé par la violence rurale, tourne autour de 8 % du total de la population rurale. On peut penser (bien que cet aspect n’a pas été suffisamment étudié) que les tendances de migration campagne-ville n’ayant pas trait directement à la violence se maintiennent.

32 Le classement en cultures à prédominance paysanne et à prédominance capitaliste pourrait surestimer la part des petits producteurs pour des produits qui, comme la pomme de terre, ont été fortement pénétrés par le capitalisme agraire. Toutefois, cette surestimation pourrait se voir compensée, au moins partiellement, par la part prise par les petits producteurs dans des cultures à prédominance capitaliste, notamment le coton, le riz et le sorgho.

Notes de fin

* Université Pontificia Javeriana, Bogota.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. COLOMBIE : DISTRIBUTION DE LA VALEUR DE LA PRODUCTION AGRAIRE ENTRE CULTURES À PRÉDOMINANCE PAYSANNE, CULTURES À PRÉDOMINANCE CAPITALISTE ET CAFÉICULTURE. 1950-1988 (VALEUR DE LA PRODUCTION EN $ 1975, MOYENNE ANNUELLE PAR DÉCENNIE)
Légende Source : Ministère d’Agriculture, Anuario de Estadístisticas Agropecuarias.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540