Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 14. Secteur informel et précarité à Bogota&nbps;: de l’ensemble du marché du travail au cas du secteur du bâtiment

Jean Baptiste Gros et Thierry Lulle

Texte intégral

  • * Jean-Baptiste Gros (Institut Français d’Études Andines-UniAndes, Bogota) a pu réaliser cette reche (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • Thierry Lulle, enseignant-chercheur du CIDS (Centro de Investigaciones sobre Dinámica Social) de l (...)

2Note portant sur l’auteur

3Certaines rues de Bogota comme de la plupart des villes colombiennes sont de plus en plus envahies par diverses petites activités commerciales dites informelles, bien que les maires adoptent des mesures parfois sévères contre elles. Pour beaucoup l’informalité n’est perçue que sous son aspect le plus choquant et visible, la vente de cigarettes à l’unité, les récupérateurs de déchets, les cireurs de chaussures, etc. : elle est réduite à l’ensemble des emplois précaires. Il en est de même lorsque l’on évoque la situation de migrants et/ou jeunes non qualifiés, travaillant souvent dans le service domestique ou dans le bâtiment, dont l’emploi cessera au gré de l’humeur de la patronne pour les unes ou à la fin du chantier pour les autres. Cette équivalence intuitive entre secteur informel et précarité est due, pour une bonne part, au manque de clarté de ces deux notions.

4Les débats sur la définition à accorder au secteur informel, patents depuis la naissance de la notion, n’ont jamais pu être tranchés. Deux conceptions s’opposent, ce surtout au niveau du travail salarié. Si l’on s’en tient à la description donnée par le BIT (Bureau International du Travail) en 1972, les caractéristiques propres aux unités de production forment les critères d’informalité. Dans le cas de la Colombie, en accord avec les recommandations du PREALC (Programa Regional de Empleo en América Latina y Caribe), le secteur informel comprend l’ensemble des entreprises de dix salariés au plus ainsi que les travailleurs indépendants, hors professions libérales. Ce critère, très pratique statistiquement, présente tout du moins un certain nombre d’inconvénients :

  • comme le produit de toute simplification, il fait de cas généraux la règle et a donc le défaut de considérer informelles certaines entreprises très modernes mais de taille réduite, et modernes des unités de production plus grandes mais aux technologies plus rudimentaires.
  • une définition portant sur les caractéristiques du mode de production et notamment sur la taille des entreprises part du principe que tous les salariés qui travaillent en son sein bénéficient des mêmes conditions de travail, faisant peu de cas de la diversité que l’on peut observer dans les faits.
  • 1 D’autres définitions se fondent sur cinq critères, prenant aussi en compte le suremploi. Cette app (...)

5C’est sur la base de cette seconde critique que s’est développée une définition alternative de l’informel qui a choisi de s’attacher à l’étude des caractéristiques des postes de travail et, dans le cas du salariat, du type de relations établies entre travailleurs et patrons. On est ainsi amené directement à se pencher sur la notion de précarité que l’on définira par les quatre critères suivants1 :

  • absence de protection sociale
  • faible rémunération (inférieure au salaire minimum dans le cadre de cette étude2)
  • travail temporaire
  • sous-emploi3.

6Il est à noter que cette définition n’est, pas plus que celle du BIT, exempte de critiques. La multiplication des critères de précarité a le défaut de ne pas préciser si être travailleur informel signifie remplir une seule des conditions définies ou plusieurs d’entre elles. De plus, cette caractérisation, pratique lorsque l’on étudie les conditions de travail des travailleurs voire la distribution des revenus, est d’un intérêt restreint quand on s’attache à mettre sur pied des stratégies de développement sectoriel.

7Le débat sur la définition à accorder au secteur informel se traduit, dans la pratique, par la coexistence de deux types de travaux de recherche. Les partisans d’une définition sectorielle de l’informel prennent une segmentation de la demande de travail définie a priori comme hypothèse et étudient les déterminants des salaires dans chacun des secteurs établis. Les recherches axées sur l’offre de travail analysent les trajectoires, les conditions de travail de la main d’œuvre indépendamment du secteur d’activité auquel elle appartient.

  • 4 Cf. Misión Chenery (1986). Pour cette même période, des travaux plus spécifiques à certains secteu (...)

8En Colombie, l’étude la plus complète, du côté de la demande de travail, est celle réalisée par la Mission sur l’emploi, dite Chenery du nom de son coordinateur, commandée par le gouvernement colombien en 19844. Les études les plus novatrices sont le produit de cette seconde famille de travaux. A titre d’exemples peuvent être citées les recherches d’Ulpiano Ayala (1987) et d’Hugo López Castaño (1994).

9Ulpiano Ayala étudie les travailleurs dans le cadre de leur cellule familiale. Il met ainsi en avant des mécanismes de participation extensive au sein des ménages. Les revenus de la famille s’articulent autour des salaires de certains de ses membres faisant partie du secteur formel et les revenus obtenus par les autres dans le secteur informel servent d’appoint. L’existence de ce système, qui plus est, permettrait de subvenir aux besoins du foyer malgré le faible niveau des salaires. Partisan de la théorie marxiste de la reproduction de la force de travail, Ulpiano Ayala affirme donc que le secteur informel permet aux entreprises formelles de disposer d’une main d’œuvre bon marché. Dans le cadre de son analyse, il étudie les trajectoires professionnelles des travailleurs et aboutit à la constatation que peu nombreux sont les travailleurs qui pourront progresser dans la hiérarchie et que la majorité devra se contenter de passer d’entreprise en entreprise sans que soient augmentées les responsabilités qui leur sont confiées. La mise en avant de ce dualisme s’inscrirait donc pleinement dans le cadre d’une segmentation sur la base de l’offre de travail même si la question centrale de ce travail est le lien unissant secteurs formel et informel.

10Hugo Lopez, après avoir étudié la notion de secteur informel par le biais de monographies sur certains types d’activité comme le commerce de rue, approche propre aux partisans d’une segmentation du côté de la demande de travail, a mis ensuite l’accent sur la mobilité des travailleurs entre salariat et travail indépendant dans le cadre de la théorie du cycle de vie. Un jeune travailleur commencerait par être employé dans un secteur informel offrant de mauvaises conditions de travail, souvent comme salarié de petites entreprises, pour ensuite être embauché dans le secteur formel et, une fois acquis un certain capital, qu’il soit monétaire ou en termes de connaissance, s’installer comme indépendant dans un secteur informel où les revenus sont censés être plus hauts.

  • 5 Lautier B., C. de Miras et A. Morice (1991).

11Il est à noter que ces deux recherches ont été menées dans les années quatre-vingt. La notion d’informel, abordée sous l’angle de secteur, ou tout simplement conçue comme une segmentation entre travailleurs, a perdu de sa force. La remise en question de sa pertinence5, le manque de résultats des politiques sectorielles établies pour son développement et un certain désintérêt de pouvoirs publics plus préoccupés par les conséquences de la politique d’ouverture économique, ont provoqué un tarissement des travaux sur le thème. L’informel n’apparaît que de manière indirecte dans le cadre de recherches centrées sur les notions de culture d’entreprise, compétitivité et développement durable.

12Le secteur informel intéresse pourtant l’État dans le cadre de deux problématiques de nature différente. L’optique traditionnelle est celle de la pauvreté, proche de notre étude en termes de précarité, l’autre celle du développement économique qui passerait par une amélioration de la compétitivité des petites unités de production. Cette seconde approche, plus apte à la construction de politiques économiques, est celle qui a servi de base idéologique au plan gouvernemental colombien en faveur du secteur informel (cf. tableau n°2).

13Ce texte analyse la complémentarité de ces deux optiques, et leur éventuel recoupement avant de se centrer de manière plus détaillée sur l’étude d’une branche d’activité dans laquelle la précarité détermine la nature des relations de travail : le bâtiment.

14Une fois présentées brièvement les spécificités du marché du travail colombien et les changements intervenus en son sein de 1984 à 1992, l’étude de la précarité des travailleurs, regroupés par secteurs d’activité et types de structure de production, devrait nous permettre d’établir une description plus précise des différentes formes de précarité ainsi que leurs évolutions au cours de ces huit années.

15Dans le cas spécifique du bâtiment, nous utiliserons la même démarche. Sur la base d’une description détaillée du secteur - englobant à la fois son activité, son organisation du travail, les caractéristiques de sa main d’œuvre et des emplois qu’il occupe-nous analyserons les comportements adoptés par les travailleurs face à leur situation précaire : leurs trajectoires et stratégies professionnelles et sociales ainsi que les représentations qui les sous-tendent. Il ne s’agira pas tant d’alimenter le débat posé dans la première partie sur l’informalité et la précarité, mais de nous centrer plus précisément sur la problématique de la précarité relativement peu analysée en Colombie, malgré l’importance du phénomène.

TABLEAU N° 1 : MÉTHODOLOGIE

TABLEAU N° 1 : MÉTHODOLOGIE

MARCHÉ DU TRAVAIL ET PRÉCARITÉS

PRÉSENTATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

16Les caractéristiques du marché du travail sont à la fois cause et produit de la précarité de la majorité des travailleurs. Le cadre institutionnel et les différentes conjonctures connues par l’économie durant notre période d’étude permettent d’expliquer pour bonne part les comportements adoptés par les entrepreneurs colombiens. De même, l’instabilité des travailleurs, qu’elle soit volontaire ou non, et les faibles revenus qu’ils perçoivent sont, sans nul doute, des déterminants des évolutions de l’activité comme des choix de modèle de développement adopté. Dans le but d’étudier seulement la première de ces deux relations, on présentera quelques traits généraux du marché ainsi que les changements intervenus dans sa structure, qu’ils soient le produit de tendances de long et moyen terme ou de phénomènes d’ordre purement conjoncturel.

Présentation générale

17Alors qu’en général le processus de développement économique passe d’abord par une résorption du secteur primaire au bénéfice de l’industrie puis, dans un second temps, par l’accroissement de la part des services, la Colombie s’est caractérisée par une très rapide stagnation de la part prise par l’industrie, due au faible développement du secteur des biens de consommations. Ainsi en 1992, l’industrie et la construction représentaient à peine 29 % de la main d’œuvre de Bogota contre 69,2 % pour les services et un peu moins de 2 % pour le secteur primaire. La part des ouvriers, salariés ou indépendants, était donc de 39,4 % du total des actifs contre 60,6 % pour les employés, patrons, cadres et professions libérales.

  • 6 La taille du secteur informel ne correspond pas à la somme du travail indépendant et des salariés (...)

18En ce qui concerne le secteur informel, tel qu’il est défini de manière traditionnelle, à savoir l’ensemble des unités de production dont les effectifs sont de dix travailleurs au plus, hors professions libérales, il faut distinguer les travailleurs indépendants des salariés de petites entreprises. La part des indépendants, en 1992, était de 24,4 % du marché du travail, alors que les travailleurs des petites entreprises occupaient 29,4 % des postes de travail. Au total le secteur informel représentait, cette année là, 51,1 % du marché du travail6.

  • 7 Le salaire minimum, unifié entre villes et campagnes en 1984, est fixé annuellement depuis 1979, e (...)

19Qui plus est, certaines remarques permettent de mieux caractériser les spécificités du marché du travail colombien. Tout d’abord, le rôle de l’État est faible et son intervention sur le marché relève avant tout du domaine macro-économique. Les deux instruments traditionnels d’intervention dont il dispose, à savoir le salaire minimum et la fixation des salaires dans le service public, sont peu utilisés et la politique adoptée dans ces deux domaines consiste surtout à suivre les évolutions du marché7. Au niveau du secteur informel, l’impact de la politique gouvernementale est encore plus ténu. Les lois érigées par le gouvernement ne sont que partiellement respectées et le plan spécifique mis en place ne touche qu’une très faible proportion des emplois de ce secteur (cf. tableau n°2) avec une efficacité souvent remise en question.

  • 8 Huyette (1994, p240).

20Par ailleurs, les travailleurs colombiens, surtout les salariés, sont très instables dans leur travail : 42 % des salariés du privé avaient une ancienneté inférieure à six mois en 19888. Victimes de conditions de travail souvent mauvaises, recevant des salaires peu motivants, ils restent en moyenne peu de temps dans la même entreprise.

  • 9 Le taux de chômage était de 8, 28 % à Bogota en juin 1992. Il est à noter, cependant, que le chôma (...)

21Ainsi, on peut parler d’une mobilité horizontale et non verticale car une majorité d’entre eux ne se verront jamais proposer une promotion mais occuperont le même type de poste dans diverses entreprises tout le long de leur vie de salarié. Le désir de ces salariés est donc de s’installer comme indépendant même si le passage du rêve à la réalité s’avère souvent douloureux. Il serait faux cependant de considérer cette mobilité comme entièrement volontaire. Le fait que les entreprises ne fassent rien pour stabiliser leurs travailleurs en améliorant leurs conditions de travail induit à penser qu’elles sont partisanes de cette grande rotation de la main d’œuvre. La rigidité des salaires face à la conjoncture, due à leur indexation sur l’inflation passée, contribue à ce que la réponse aux fluctuations de la demande de biens passe par un ajustement des effectifs. Une crise ne provoquera pas une baisse des salaires mais une hausse des licenciements, le non-renouvellement des contrats des travailleurs temporaires, ou encore le non-remplacement des travailleurs ayant démissionné. Les premières victimes sont les travailleurs les plus précaires. En outre, en termes plus généraux, cette grande mobilité entraîne un fort taux de chômage frictionnel9.

Historique

22La période s’étalant de 1980 à nos jours s’inscrit dans le cadre de trois changements profonds de l’offre de travail. Tout d’abord, la transition démographique opérée au début des années soixante s’est traduite, vingt ans après, par un changement de l’équilibre entre actifs et inactifs : la population en âge de travailler a crû plus vite que la population totale. La Colombie entre, à présent, dans une phase de ralentissement de la croissance de sa force de travail. De 1984 à 1992, l’âge moyen des travailleurs est passé de 33 ans et 10 mois à 34 ans et demi. Les mécanismes d’ajustement du marché du travail, tout comme les patrons qui régissaient la mobilité des travailleurs, sont donc promis à des changements profonds.

23Parallèlement, le degré de formation de la main d’œuvre est allé croissant avec un développement de l’enseignement universitaire qui a connu son apogée à la fin des années soixante-dix. Ainsi, les travailleurs colombiens avaient étudié en moyenne neuf ans en 1992 contre un petit peu plus de huit en 1984.

TABLEAU N° 2 : PLAN GOUVERNEMENTAL POUR LE SECTEUR INFORMEL

TABLEAU N° 2 : PLAN GOUVERNEMENTAL POUR LE SECTEUR INFORMEL

24Enfin, alors que la croissance de la population en âge de travailler est fixée par des patrons d’ordre démographiques, la population active, quant à elle, dépend des variations observées dans la participation au marché du travail. Un des phénomènes marquants de la période est la constante progression de la part des femmes qui se décident à travailler. Ceci a des répercussions à la fois quantitatives et qualitatives sur l’offre de travail. Si, en 1984, les femmes représentaient 40 % de l’emploi, elles occupaient, en 1992,42 % des postes de travail, montrant ainsi une progression régulière de leur participation au marché (cf. tableau n° 3 en annexe p. 344). En termes qualitatifs, les femmes actives ont non seulement comblé la différence en années de scolarité qui existait avec leurs collègues masculins mais pouvaient se targuer, en 1992, d’avoir étudié en moyenne un trimestre de plus qu’eux. De même, la différence d’âge moyen a diminué : les femmes actives étant en moyenne un peu moins de trois ans plus jeunes que les hommes en 1992.

25Qui plus est, un certain nombre de changements dans le mode de production se donnent à voir à travers les évolutions des parts occupées par les différents secteurs d’activité et les différents statuts professionnels. Le secteur commerce-hótellerie est celui qui a le plus progressé (+12,4 %) et ce surtout au détriment de la construction et des transports (-7 % et -11,1 % respectivement).

26En ce qui concerne les professions, il est net, qu’au sein du travail salarié, les deux extrêmes du spectre professionnel - l’encadrement et le travail non-qualifié - ont connu une progression forte de leurs effectifs. De même, si la répartition du travail salarié entre cols bleus et cols blancs est restée stable sur la période, ceci est dû à la croissance parallèle des participations prises par les ouvriers non-qualifiés pour les cols bleus (+11,2 % sur huit ans), et par les cadres et dirigeants (+19,7 %) pour les cols blancs, et ce grâce à l’affaiblissement de la position des indépendants.

27De fait, la progression du salariat par rapport au travail indépendant s’inscrit dans le cadre d’une tendance de long terme même si elle reste sujette à des variations d’ordre conjoncturel. La baisse de la part du travail indépendant n’en reste pas moins impressionnante, étant passée de 32,8 % de l’emploi total en 1984, à 28,2 % en 1992. Ceci est surtout dû à la nette diminution du nombre de petits patrons et d’artisans.

28En ce qui concerne l’évolution de la part du secteur informel dans l’ensemble du marché du travail (-1,8 % de 1984 à 1992), il faut noter son étroite dépendance à l’égard de la conjoncture. De plus, le secteur informel n’étant qu’un terme global destiné à regrouper des activités de natures profondément différentes, son évolution n’est que le produit d’une moyenne en aucun cas généralisable à l’ensemble des activités qu’il englobe. Une activité telle que le service domestique est sujette à une nette tendance historique à la baisse (4,3 % des travailleurs en 1992 contre 6,4 % en 1984) que l’on retrouve si l’on s’intéresse au travail indépendant (-32,8 % et -13,8 % respectivement) mais qui ne peut être en aucun cas associée au travail salarié dans les petites entreprises.

29En effet, de 1984 à 1988 les petites entreprises sont celles qui ont connu la progression la plus forte de la part de leurs effectifs dans l’ensemble de la force de travail (+16,7 %), compensant sur le marché de l’emploi les difficultés des grandes. En revanche, la reprise de 1988 a bénéficié, dans les grandes villes, aux grandes unités, diminuant ainsi la part prise par les entreprises dites ’informelles’ (-12,5 % de 1988 à 1992) dans le total de l’emploi.

30Si l’on étudie la période avec une optique de court-terme, on doit analyser la fin de la crise du début des années 80, la récupération qui lui fit suite et le début du processus d’ouverture.

31La crise financière du début des années 80, commune à l’ensemble des pays latino-américains, a eu un impact moins fort en Colombie que chez ses voisins et s’est achevée dès 1982. De 1983 jusqu’à la fin de la décennie, l’économie a vécu une phase de récupération que l’on peut diviser en deux périodes. De 1983 à 1986, les effets de la crise se sont fait sentir sur le marché du travail avec un certain décalage, et, dès 1986, la Colombie a renoué avec des taux de croissance presque identiques à ceux auxquels elle était accoutumée avant la crise (5,8 % en 1986).

32De fait, la crise financière n’ayant eu des répercussions sur l’investissement que de 1982 à 1984, et la productivité du travail ayant baissé durant la crise, l’emploi a pu continuer à croître jusqu’en 1983, pour ensuite stagner dans les deux années qui suivirent. De même, les salaires réels n’ont pas été touchés par la crise avant 1987, et ce en raison d’un des grands mécanismes propres au marché du travail colombien. En effet, le ralentissement de la croissance s’est traduit par une baisse de l’inflation. Or, en Colombie, les salaires voient leur progression dépendre en grande partie de l’inflation constatée l’année précédente. Toute phase de ralentissement de l’inflation se traduit par une hausse des salaires réels, et toute accélération dans la hausse des prix a pour conséquence une baisse du pouvoir d’achat des salariés.

33La reprise de la croissance dans la seconde moitié des années 80 s’est traduite par une inversion du phénomène. Alors même que l’emploi continuait à croître, la hausse du taux d’inflation a provoqué une diminution des salaires réels, dont a surtout été victime le salaire minimum.

34Le processus d’ouverture, commencé fin 1990, alors même que la croissance de l’économie fléchissait (le PIB. n’a augmenté que de 2,1 % en 1991) n’avait pas modifié de manière substantielle les données du problème en 1992 : il ne se traduisait à l’époque que par une plus grande incertitude des entrepreneurs face à l’avenir de leurs activités.

QUELS SONT LES TRAVAILLEURS PRÉCAIRES ?

35L’étude des différentes formes de précarité doit se faire dans le cadre de plusieurs segmentations pour ne point définir a priori celle qui a le plus de pertinence. L’optique adoptée est de ne pas recourir d’emblée à une définition du secteur informel comme point de départ de l’analyse, mais de tester diverses hypothèses pour ensuite pencher en faveur de celle qui s’avérera la plus à même d’expliquer les différences observées au sein du marché du travail. Dès lors, notre approche tente de déterminer en premier lieu quels sont les travailleurs qui pâtissent des plus mauvaises conditions de travail pour ensuite pouvoir esquisser un portrait plus précis de l’évolution des différentes formes de précarité de 1984 à 1992.

36Analyser quels sont les travailleurs qui sont les plus touchés par la précarité se fera donc à trois niveaux différents, suivant que l’on s’intéresse :

  • aux entreprises qui les emploient
  • aux postes qu’ils occupent
  • à leurs caractéristiques socio-démographiques.

37L’analyse du marché du travail par le biais de la précarité a le défaut de poser l’étude d’un objet sous l’angle de ses phénomènes marginaux. Certaines activités ou professions montrent une plus grande dispersion des conditions de travail de leurs membres, les résultats découlant de l’étude de la précarité en leur sein ne peuvent donc être généralisés à l’ensemble de leurs travailleurs.

Branche d’activité et taille de l’entreprise

38Les segmentations fondées sur le type d’entreprises qui emploient les travailleurs étudiés se penchent sur les concepts de branche d’activité, afin de déterminer d’éventuelles logiques sectorielles, et de taille des entreprises. La segmentation entre salariés et indépendants n’est pas prise en compte ici dans la mesure où les différences entre ces deux types d’emploi porte plus sur le type de poste de travail que sur le type d’entreprise, concept étroitement lié au travail salarié.

39a - branche d’activité

40La construction et le commerce sont les deux secteurs d’activité les plus touchés par la précarité, en opposition aux services hors commerce et à l’emploi public (81,1 % et 69,1 % respectivement contre 47 % et 41,9 % en 1992). Toutefois, les formes de précarité que connaissent la construction et le commerce sont différentes. En effet, la construction se caractérise avant tout par un type de relation de travail axé sur des travaux par contrat, expliquant le fort taux de travail temporaire propre à ce secteur, permettant une grande souplesse des salaires face à la conjoncture, et laissant les travailleurs sans protection sociale. Le commerce, en revanche, est un secteur où le travail à temps partiel est très développé et les salaires sont bas.

Taille des entreprises

41Que les conditions des travailleurs s’améliorent en fonction de la taille des entreprises, est un des fondements même de l’idée de secteur informel. Cependant, 42 % des salariés du secteur dit ’formel’ souffrent, eux aussi, d’une forme ou d’une autre de précarité. En raison de la prépondérance de ce secteur dans l’ensemble du marché du travail, 30,5 % des travailleurs précaires travaillaient, en 1992, dans des entreprises de plus de dix salariés.

TABLEAU N°4. BRANCHE D’ACTIVITÉ ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°4. BRANCHE D’ACTIVITÉ ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°5. TAILLE DE L’ENTREPRISE ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°5. TAILLE DE L’ENTREPRISE ET PRÉCARITÉS EN 1992

42De fait, le secteur salarié formel a plus tendance à respecter les normes légales même si l’ensemble de ses travailleurs ne sont pas couverts par la sécurité sociale ni ne bénéficient du salaire minimum. En revanche, en termes de sous-emploi et de travail temporaire, la taille de l’entreprise est un facteur qui a moins tendance à jouer.

Poste de travail

43De toutes les segmentations possibles, la plus claire est, sans réserves, celle distinguant les salariés des indépendants et des employés domestiques.

44Le travail indépendant ne se régule pas de la même manière que le travail salarié. La demande de biens fixe directement les revenus des travailleurs, sans l’intermédiaire d’un employeur. Ainsi, à court terme, les évolutions de la conjoncture se traduisent par une variation de l’emploi pour les salariés (les salaires dépendant plutôt des variations de l’inflation) et une variation des revenus pour les indépendants. Dans le cadre d’une analyse de la précarité des actifs, une crise se traduira par une aggravation de la précarité salariale des indépendants et une baisse de l’emploi salarié invisible en termes de précarité.

45De même, le travail temporaire n’a pas la même signification pour les indépendants et les salariés. Un contrat à durée déterminée ou un travail d’intérimaire sont des formes de travail temporaire qui ne concernent pas les indépendants. Dans leur cas, occuper un travail temporaire traduit avant tout une volonté affirmée de changer de métier ou le fait de gagner sa vie en attendant de trouver un emploi salarié (une autre des raisons qui peut être avancée est le travail saisonnier).

46L’absence de protection sociale est la norme pour ce type d’emploi (seuls 17,9 % des indépendants étaient protégés en 1992) avec une petite exception pour les professions libérales même si un quart d’entre eux, à peine, a décidé de se couvrir.

47Les seuls salariés qui se retrouvent proches des indépendants, en termes de précarité, sont les ouvriers non-qualifiés (72,6 % d’entre eux souffraient de précarité en 1992 contre 89 % des indépendants et employés domestiques). Victimes du sous-emploi involontaire, de faibles revenus et du travail temporaire, ils se distinguent cependant des indépendants grâce à un plus haut taux de protection sociale et à un faible taux de sous-emploi global. Qui plus est, parmi les salariés, les ouvriers souffrent plus de certaines précarités que les employés et les cadres. Ils déclarent être plus souvent sous-employés et bénéficient un peu moins d’une couverture sociale. En revanche, leur taux de travail temporaire est presque équivalent à celui des employés.

TABLEAU N°6 : PROFESSION ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°6 : PROFESSION ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°7 : CLASSES D’AGE ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°7 : CLASSES D’AGE ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°8 : SEXE ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°8 : SEXE ET PRÉCARITÉS EN 1992

Caractéristiques socio-démographiques des travailleurs

48Des variables de ’capital humain’ traditionnelles, ont été retenues pour cette analyse, à savoir l’âge, le sexe et le niveau de scolarité atteint.

a - Âge

49Ce travail distingue trois tranches d’âge différentes, les 12-24 ans, les 25-39 ans et les 40 ans et plus. Comme produit de toute catégorisation, ces tranches ont une part d’arbitraire et peuvent se révéler plus pertinentes pour une époque donnée que pour une autre. Ceci étant dit, la volonté qui a présidé à leur établissement est celle de distinguer d’une part les jeunes qui commencent à s’intégrer au marché du travail du reste des actifs et, d’autre part, conformément aux différences observées dans le type de travail occupé, les plus âgés, catégorie dans laquelle on trouve un plus grand nombre d’indépendants, du reste des travailleurs.

50Les jeunes représentent la population la plus touchée par la précarité (76,3 % d’entre eux étaient concernés en 1992 contre 64,5 % pour le total de la population). En position de faiblesse par rapport au marché, mais aussi dans un processus d’insertion, ils sont surtout victimes du non-respect du salaire minimum et du recours croissant au travail temporaire.

b - Sexe

51Tout d’abord, il faut bien distinguer le phénomène de segmentation de celui de discrimination. En effet, l’idée centrale de la discrimination est qu’à compétences égales, une femme sera moins payée, ou occupera un travail plus précaire dans le cas qui nous intéresse, qu’un homme, hypothèse qui n’est pas soumise à l’étude dans ce travail. La segmentation, en revanche, s’interroge sur l’existence de deux marchés du travail distinct, un par sexe, sans se soucier des raisons qui président à cette séparation.

52Considérées comme étant moins éduquées, s’occupant dans des tâches peu productives, dont le cas le plus exemplaire est l’emploi domestique, et n’étant qu’une main d’œuvre d’appoint au sein des foyers, les femmes constituent une population traditionnellement associée au travail précaire. Or, il semblerait que cette perception soit exagérément pessimiste. De fait, leurs taux de précarité sont peu différents de ceux des hommes à l’exception notable de la précarité salariale.

53En termes de protection sociale, de sous-emploi involontaire ou de travail temporaire, femmes et hommes affrontent des situations similaires. En effet, le plus grand sous-emploi que connaissent les femmes est de nature volontaire, et ce grâce au développement du temps partiel librement consenti (11,6 % des femmes travaillaient sous cette modalité en 1992). En revanche, une femme a 50 % de chances en plus de ne pas percevoir le salaire minimum. Une bonne partie de ce différentiel est dû au temps partiel féminin. Une fois rapporté le salaire au nombre d’heures travaillées, l’écart entre salaires masculins et féminins est nettement moins important.

TABLEAU N°9 : ÉTUDES RÉALISÉES ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°9 : ÉTUDES RÉALISÉES ET PRÉCARITÉS EN 1992

TABLEAU N°10 : PRÉCARITÉS DE 1984 À 1992

TABLEAU N°10 : PRÉCARITÉS DE 1984 À 1992

c - Scolarité

54La précarité diminue avec le niveau de scolarité atteint. Qui plus est, l’effet de diplôme joue à plein. C’est en termes de salaire que l’importance de l’éducation acquise se révèle la plus nette.

55L’acquisition du diplôme est cruciale, et ce à quelque niveau que ce soit. Avoir suivi une partie d’un cycle sans l’achever s’avère sans réel intérêt, mais a l’effet pervers d’augmenter la frustration des travailleurs concernés. Le taux de sous-emploi, qui est une mesure de l’insatisfaction dans leur profession des personnes interrogées, est plus important, par exemple, pour les non-diplômés du secondaire que pour les diplômés du primaire (19,9 % contre 15,6 %), donnant ainsi l’impression d’un désaccord entre employeurs et employés sur la valeur à accorder au travail de ces derniers.

LES PRÉCARITÉS

56L’analyse a fait apparaître des foyers de précarité au sein de l’ensemble du marché. Sur cette base, on peut réaliser une synthèse des caractéristiques propres à chacune des précarités analysées. Mais il faut considérer aussi la dimension temporelle, la seule apte à fournir des éléments d’analyse pouvant faire ressortir l’étroite relation existant entre le marché du travail et son environnement macro-économique.

57Deux types de critères de précarité peuvent être distingués suivant qu’ils sont proscrits par la loi ou ignorés par celle-ci. Alors que protection sociale et respect du salaire minimum sont deux normes que l’État colombien a érigées en lois, le sous-emploi et, de manière plus marquée encore, le travail temporaire n’ont pas fait l’objet de son attention, voire même ont été encouragés par la nouvelle constitution. Or, de manière paradoxale, ce sont précisément les formes illégales de précarité qui sont les plus courantes.

58Une autre typologie peut aussi être établie en fonction du rapport existant entre les formes de précarité analysées et la conjoncture. En effet, alors que l’absence de protection sociale et le travail temporaire semblent entretenir un fort degré d’indépendance avec la croissance économique, le sous-emploi, et le non-respect du salaire minimum, quant à eux, dépendent respectivement du volume de la demande de travail et du niveau des salaires réels.

La protection sociale

  • 10 cf. Fadul M. (1995) de ce même ouvrage.

59Les chiffres présentés dans cet article sont antérieurs à la loi 100 sur la sécurité sociale de décembre 1993 et ne prennent donc pas en compte les premiers résultats de cette réforme ambitieuse10.

60Ceci étant, l’absence de protection sociale est de loin la forme de précarité la plus répandue et la plus traditionnelle (46,5 % des actifs n’étaient pas protégés en 1992). Si certaines catégories de travailleurs ou certaines branches sont plus touchées que d’autres, aucune n’en est exempte. La segmentation du marché du travail la plus pertinente, en ce cas, est celle distinguant le travail indépendant, auquel peut être joint le travail domestique, de l’emploi salarié.

61Par ailleurs, ce type de précarité est peut-être celui qui s’associe le plus étroitement au secteur informel. Indépendants et salariés de petites entreprises en sont les premières victimes : ils représentaient près de 80 % des travailleurs non-protégés en 1992. Ainsi, les personnes ayant quitté l’école très tót, tout comme les jeunes et les personnes ayant dépassé les quarante ans sont les plus touchées.

62Sur l’ensemble de la période considérée, il semblerait que l’on assiste à une amélioration du taux de couverture sociale (cf. tableau n°10). Ce constat doit cependant être nuancé en fonction des catégories étudiées. Une évolution duale de l’économie est visible quelque soit la segmentation adoptée. En effet, les secteurs d’activité où l’on trouve le plus de travailleurs précaires, construction et commerce, voient leur taux de protection sociale augmenter alors même que ceux de l’industrie et des transports stagnent. Plus marquant encore, le fossé très grand qui existait entre grandes et petites entreprises semble se réduire, phénomène dont on pourrait se réjouir si une bonne part de sa raison d’être ne tenait à la détérioration de la situation dans les grandes entreprises. Enfin, les professions les plus précaires, emploi domestique ainsi que l’ensemble du travail indépendant, ont augmenté marginalement leur taux de protection, alors même que le travail salarié est devenu plus précaire.

Le sous-emploi

63Le sous-emploi se définit par l’insatisfaction face aux conditions salariales, face aux qualifications requises par le poste occupé ou encore, dans le cas de l’emploi à temps partiel, face à la durée hebdomadaire de travail. Cet indicateur peut être qualifié comme étant de second ordre dans la mesure où le non-respect des normes salariales ou une autre forme de précarité est une cause d’insatisfaction des personnes interrogées.

64Cette forme de précarité, traditionnellement associée aux occupations liées au secteur informel, est considérée comme n’étant qu’une forme déguisée du chômage. Or, le sous-emploi n’est pas vraiment l’apanage d’une catégorie professionnelle ou d’un secteur d’activité donné. A vrai dire, seuls les ouvriers de la construction, les travailleurs non-qualifiés, salariés ou indépendants, et les personnes n’ayant pas achevé le cycle d’étude commencé, se distinguent un peu. Ainsi, les travailleurs sous-employés se divisent en parts presque égales entre secteurs formel et informel.

65Cette précarité a diminué de manière notable parmi les salariés. Ceci est surtout visible en termes de sous-emploi involontaire grâce au développement du temps partiel volontaire masculin, surtout dans le secteur commerce-hótellerie, et ce en faveur des jeunes. A ce propos, il est bon de noter que ce sont tout de même les femmes (17,3 % d’entre elles en 1992) qui profitent le plus de cette modalité mais que ce phénomène est antérieur à notre période d’étude.

Le travail temporaire

66Avant toute chose, il faut noter que l’analyse proposée ici repose sur une question très ouverte de l’enquête de ménage du DANE. Cette question permet avant tout de savoir si les personnes interrogées se sentent stables dans leur travail ou pensent ne devoir occuper leur poste que peu de temps.

67Le travail temporaire concerne avant tout les jeunes, les moins éduqués, le travail domestique et la construction, les ouvriers, indépendants ou salariés. Assez présent dans le secteur informel, il est toutefois non négligeable dans le secteur formel.

68Cette forme de précarité s’est surtout développée dans la seconde moitié de notre période d’étude, à savoir 1988-1992, et plus précisément à partir de 1990. Deux raisons peuvent être avancées pour expliquer ce phénomène. Le recours au travail temporaire, dans le cadre de la loi 50 de 1990, présente surtout l’avantage pour les entrepreneurs de leur permettre de rapidement moduler le volume de la force de travail en fonction de celui de la demande de biens. Que ce soit durant la crise ou lors des prémices de la politique d’ouverture, le travail temporaire peut donc être considéré comme étant une mesure de l’incertitude dans laquelle se trouvaient les employeurs face à la conjoncture. Ceci étant dit, la consolidation de cette politique d’emploi ne peut se justifier par les mêmes arguments sinon par une volonté de fragiliser la main d’œuvre dans son rapport avec l’encadrement et tenter d’obtenir ainsi une meilleure productivité. Les nouvelles facilités introduites par la loi sont d’ailleurs la preuve que l’État appuie cette stratégie. A présent, il est possible de garder un travailleur sous son statut temporaire durant trois années consécutives. On ne peut donc plus parler d’une commodité offerte aux employeurs, pour mieux gérer leur politique d’emploi à court terme, mais bien de l’introduction d’un nouveau rapport de force au sein des entreprises.

  • 11 Les employés domestiques sont un cas particulier dans la mesure où la hausse de leur taux de trava (...)

69Le travail temporaire a surtout augmenté pour les femmes - population auparavant privilégiée dans le cadre de ce type de précarité -, pour les jeunes, pour les personnes n’ayant pas dépassé le cycle d’étude secondaire, dans l’emploi public et para-public comme dans le service domestique, dans les grandes entreprises, et parmi les cols blancs. Il s’est donc s’est développé au sein de populations traditionnellement plus précaires, mais dans des professions et des entreprises où la précarité est supposée plus faible11.

Le non-respect du salaire minimum

70Le fait d’avoir un revenu inférieur au salaire minimum concerne avant tout les professions nécessitant le moins de qualifications, emploi domestique (39 % en 1992) et ouvriers non-qualifiés salariés ou indépendants. Il existe un phénomène net de compensation, par le fait de travailler plus de 48 heures à la semaine, parmi les indépendants les plus qualifiés. Il est donc normal de retrouver les secteurs de l’industrie, du commerce et de l’hôtellerie, et de la construction parmi les secteurs présentant les pourcentages les plus forts de précarité salariale (cf. tableau n°4).

71De même que dans le cas de l’absence de protection sociale, le non-respect du salaire minimum peut-être associé au secteur informel de manière assez étroite (67,3 % des personnes ne percevant pas le salaire minimum horaire faisaient partie du secteur informel en 1992), mais aussi aux travailleurs traditionnellement plus précaires (femmes, jeunes et personnes moins éduquées).

72Le nombre de travailleurs n’étant pas rémunérés en conformité avec le salaire minimum a augmenté de 6,35 % en huit ans. Les professions qui ont le plus souffert de cette détérioration sont les employés domestiques, les ouvriers non-qualifiés et les employés. Qui plus est, ce phénomène a plus touché le secteur public alors même que les services hors commerce et la branche commerce-hótellerie ont vu s’améliorer la condition de leurs travailleurs. Les salariés des grandes entreprises ont été les premières victimes de la dégradation salariale (+18,3 % contre 3,9 % pour les petites). Ainsi, les salariés dans leur ensemble ont vu leur précarité salariale s’accroître alors que les indépendants augmentaient leurs gains horaires.

73Plus préoccupante est la détérioration de la situation des jeunes. Alors que l’amélioration des conditions de travail, au sein du secteur informel, pour les personnes les moins éduquées, et même pour les femmes augure un rééquilibrage du traitement accordé aux catégories les plus fragiles, l’aggravation de la situation des jeunes va à rencontre de cette tendance.

LA PRÉCARITÉ : AU DELÀ DU SECTEUR INFORMEL

74La part occupée dans l’emploi par les travailleurs touchés par la précarité - 64,5 % du total des actifs en 1992 - était, à peu de choses près, la même qu’en 1984 (cf. tableau n° 11). Cette similitude est trompeuse. Les différentes formes de précarité ont connu des évolutions différentes et, si le sous-emploi et l’absence de protection sociale ont perdu du terrain, la rapide et forte progression du travail temporaire et de la précarité salariale au sein des grandes entreprises ont empêché que la situation s’améliore. Les petites entreprises ont amélioré légèrement la situation de leurs travailleurs (la précarité a baissé de 6 % dans ce secteur), surtout en contraste avec les grandes (hausse de 15 % du nombre de travailleurs précaires), et les indépendants ont amélioré leurs conditions de travail (baisse de 5 % de leur taux de précarité). Les deux phénomènes combinés, une fois associées les professions libérales au secteur formel, font que la précarité du secteur informel a diminué de 4 % alors que celle du secteur formel augmentait de 13 %.

75De plus, si la part des travailleurs précaires dans l’ensemble de l’offre de travail est restée la même, ceux-ci, en revanche, ont vu leur précarité augmenter en raison de la diversification des outils utilisés par les employeurs et de la mauvaise conjoncture salariale (cf. tableau n°12). La double précarité (le fait qu’un travailleur combine au moins deux formes de précarité) a augmenté de 3 % sur la période et la triple précarité de 4 %. Ainsi, le non-respect du salaire minimum et l’absence de protection sociale sont de plus en plus associés au travail temporaire. De fait, le non-respect du salaire minimum et le travail temporaire sont les deux formes de précarité qui ont augmenté le plus, et le noautombre de travailleurs qui souffrent de ces deux précarités réunies a doublé en huit ans (près de 55 % des travailleurs temporaires gagnent moins que le salaire minimum horaire). Ce phénomène, à nouveau, est à associer directement avec le comportement du secteur salarié formel qui a vu augmenter son taux de double de précarité de 27 %, alors que ce même taux était respectivement de - 4 % et de -1 % pour les petites entreprises et le travail indépendant. En cela aussi, le secteur informel a amélioré la condition de ses travailleurs (-2 %), en opposition complète avec le secteur formel (+28 %).

TABLEAU 11 : SECTEUR INFORMEL ET PRÉCARITÉ

TABLEAU 11 : SECTEUR INFORMEL ET PRÉCARITÉ

76Le secteur informel est un foyer de précarité indiscutable mais il n’en a pas l’apanage. De plus, les évolutions récentes tendent à montrer que si le taux global de précarité est le même en 1992 qu’en 1984, ceci est dû à une précarisation de plus en plus grande de la main d’œuvre du secteur formel. Ceci milite en faveur d’une moins grande association entre secteur informel et précarité. En effet, que le secteur formel se révèle un foyer croissant de précarité pourrait s’expliquer par l’arbitraire qui préside à sa définition si l’on n’était pas amené à constater que la population précaire au sein de ce secteur était constituée par le même groupe de toujours de travailleurs plus faibles face au marché (jeunes, femmes pour les salaires, personnes n’ayant pas étudié au delà du secondaire). Ainsi, en analysant l’évolution de la précarité sur les huit dernières années, un observateur acquiert la nette impression qu’il existe une tendance vers un plus grand dualisme entre travailleurs, fondé sur leurs caractéristiques socio-démographiques et non sur le type d’entreprise qui les emploie ou sur le poste de travail qu’ils occupent.

77La situation du bâtiment, composé presque exclusivement de travailleurs peu éduqués, vient appuyer ce résultat (en 1992, 98,4 % des ouvriers de ce secteur n’avaient pas passé le baccalauréat). Les travailleurs de ce secteur sont ceux qui souffrent le plus de quasiment toutes les formes de précarité et ce quelque soit la taille de l’entreprise dans laquelle ils sont employés (en 1992, 93,8 % des travailleurs de petites entreprises du bâtiment souffraient d’une forme ou d’une autre de précarité contre 73,8 % dans les entreprise de plus de dix salariés). Travailler dans une grande entreprise réduit légèrement la probabilité d’avoir un emploi précaire mais le comportement du soi-disant secteur formel à l’égard des travailleurs sans diplômes se distingue bien peu de celui adopté par le secteur informel.

TABLEAU 12 : SECTEUR FORMEL ET DOUBLE PRÉCARITÉ

TABLEAU 12 : SECTEUR FORMEL ET DOUBLE PRÉCARITÉ

78De fait, le mouvement général semblant être celui de la progression de certaines formes de précarités (travail temporaire et précarité salariale) et, au delà, de leur généralisation à l’ensemble des entreprises, l’étude du secteur du bâtiment, foyer traditionnel de précarité, constitue un observatoire approprié des dynamiques professionnelles et sociales qu’elles engendrent.

UN CAS PARTICULIER : LE SECTEUR DU BATIMENT

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES DU SECTEUR

Une activité aux fluctuations marquées

79On a pu observer au cours des quarante dernières années une activité très fluctuante avec une succession de cycles bien contrastés. Si l’on considère plus précisément ce qui s’est déroulé depuis le début des années 1980, on voit un début de période plutôt stable pour passer assez rapidement à une expansion sans précédent, laquelle cessera en fin de période. Entre 1991 et 1994, le secteur connaît à nouveau une très forte expansion, laquelle commence à montrer depuis 1995 un certain essoufflement.

  • 12 La politique de logement social est assez limitée et les classes populaires recourent souvent à l’ (...)

80Comment expliquer ces variations ? Certes cette activité est principalement liée aux besoins en logements qu’il faut considérer non seulement quantitativement mais aussi qualitativement selon les classes sociales demandeuses qui sont surtout les classes moyennes et aisées12. La saturation de tel marché immobilier peut déterminer les moments de crise jusqu’à ce que les promoteurs redéploient leur opérations dans tel autre marché. Jusqu’à présent ces stratégies ont été accompagnées par des politiques urbaines et des normes urbanistiques plutôt permissives.

81Même si on observe des déphasages en début ou fin de cycle, il a été constaté d’une manière générale que, lorsque le PIB croît, le bâtiment croît plus rapidement encore et qu’inversement, lorsque le PIB est plus faible, la situation du bâtiment est encore plus critique (Giraldo F., López H.F., (1990). Aussi l’activité de ce secteur doit-elle être également reliée à celle de l’ensemble de l’économie. Enfin, bien que ce soit difficilement mesurable, il est indéniable que le secteur offre aux narcotrafiquants la possibilité de “blanchir” leurs revenus illégaux et est donc marqué par les stratégies de cet autre type d’acteurs.

Une structure du secteur et une organisation du travail génératrices de précarité.

82Les fluctuations très fortes de ce secteur, la nature même de ses activités (durée limitée et rythme d’enchaînement des chantiers), sa toujours faible industrialisation (Gómez H., Chiappe M. L., (1980), bien que la récente ouverture économique tendrait à y favoriser l’innovation technologique, l’organisation du travail qui en découle, la pratique généralisée du système de la sous-traitance (surtout fréquente aux étapes des fondations et du gros-œuvre), permettent d’expliquer la précarité de l’emploi dans cette branche.

  • 13 Le commerce occupe davantage de ΡΕΑ (25 %) que le bâtiment (près de 7 %).

83Pour ces mêmes caractéristiques, elle se distingue souvent des autres branches, y compris de celle du commerce avec laquelle elle partage13 comme on l’a vu une de plus fortes précarité. En effet, certaines des caractéristiques de la précarité y sont plus marquées encore. Ainsi assiste-t-on en 1992 à la situation suivante (cf. tableau n° l3) :

  • Un fort taux de précarité (81,1 %).
  • Un taux d’emploi temporaire très marqué (48 %) : trois fois plus fort que dans le cas du commerce et plus de deux fois que dans l’ensemble de la population active (21,4 %).
  • Une faible protection sociale : 67,1 % des travailleurs n’en bénéficient pas et ils sont plus nombreux dans cette situation que ceux du commerce (55,7 %).
  • Un taux de sous-emploi (25,6 %) plus marqué que dans la majorité des secteurs (ceux qui ont un taux supérieur sont les services à la communauté et au foyer).
  • Une tendance générale à de bas revenus : 31,4 % ont un revenu inférieur au salaire minimum, même si, dans ce cas, le commerce l’emporte de peu (32,4 %).

84Si l’on regarde l’évolution de ces mêmes caractéristiques au cours de la période 1984-1992, on constate une tendance globale à une légère amélioration ; mais, en fait, si l’on se penche plus précisément sur ce processus, on peut observer que ce phénomène fut particulièrement net en 1988, mais que par la suite a surgi une forte une dégradation, sans atteindre cependant la situation initiale de 1984.

85En considérant chacun des critères de la précarité au long des huit années, on voit que :

  • Le travail précaire a eu tendance à diminuer mais légèrement, de 84,3 % à 81,1 %. La double précarité aussi, de 58,1 % à 56,8 %, mais après une nette diminution en 1988 (47,7 %) ; de même pour la triple et quadruple précarité.
  • L’absence de protection sociale a tendance à diminuer aussi : de 70,9 % à 67,1 %.
  • Le sous-emploi plus particulièrement : de 34,8 % à 25,6 % ; le sous-emploi involontaire également : de 30,3 % à 21,3 %.
  • La part des travailleurs ayant des revenus inférieurs au salaire minimum a, par contre, tendance à augmenter après qu’en 1988 ils aient été nettement moins nombreux (19,9 %).
  • En ce qui concerne l’emploi temporaire, le taux est pratiquement le même (48 %), bien qu’il y ait eu une baisse assez marquée également en 1988 (39,3 %).

Un emploi aux conditions de travail difficiles.

  • 14 Du niveau le plus haut au plus bas, la hiérarchie est la suivante : “maestro”, “oficial”, “ayudant (...)

86Les conditions de travail sont très dures avec un taux d’accidents très élevé. Et on y travaille hebdomadairement beaucoup : selon l’ΕΝΗ de 1988, 57 % des travailleurs font de 48 à 59 heures pour 41,3 % de l’ensemble des actifs, tandis que les salaires sont bas. En effet, la moyenne des salaires est la plus basse à niveau national, et ni l’ancienneté ni une bonne position dans la hiérarchie professionnelle14 ne peuvent assurer de meilleurs revenus. Les entreprises qui embauchent la majorité des travailleurs sont généralement du secteur privé et de petite taille (de 2 à 10 employés).

  • 15 On trouve une grande diversité de formes d’embauche et de contrats, jouant sur la durée, la fréque (...)

87Les contrats15 offerts sont de courte durée. Une enquête du CENAC, certes déjà ancienne (1977) mais dont on peut supposer, à partir de certains indicateurs, qu’elle reste valide au moins à ce sujet, montrait que plus de 50 % des contrats ne dépassaient pas plus de trois mois et pouvaient se renouveler sur un même chantier trois ou quatre fois.

88Dans ces conditions, on voit peu d’ancienneté. Pour une part importante des travailleurs (40 %) elle est de moins d’un an, alors que ce n’est le cas que de 25,8 % de l’ensemble des actifs. C’est que le licenciement apparaît beaucoup plus fréquemment dans le bâtiment que dans les autres secteurs.

TABLEAU 13 : PRÉCARITÉS DANS LE BATIMENT DE 1984 À 1992

TABLEAU 13 : PRÉCARITÉS DANS LE BATIMENT DE 1984 À 1992
  • 16 L’origine du terme n’est pas très connue, mais les diverses interprétations convergent pour soulig (...)

89D’autre part, beaucoup considèrent leur emploi dans cette branche comme transitoire et l’exercent le temps d’en trouver un meilleur ou en l’associant à une autre activité principale dans une autre branche. On observe donc un fort désir de changer d’emploi, plus encore que dans n’importe quel autre secteur ; mais contribue aussi à cette situation le fait que le secteur ait une image sociale négative (on peut avoir honte de dire à sa famille ou à une compagne que l’on exerce cette activité surnommée localement la “rusa”16).

Des travailleurs appartenant aux strates pauvres.

  • 17 Selon la ENH de 1988, 55,4 % des travailleurs du bâtiment sont nés en dehors de Bogota, et le tier (...)
  • 18 Bogota est divisée en six strates définies selon la qualité de l’habitat et le degré de couverture (...)

90Cette population est très majoritairement masculine, encore que l’on tend à voir de plus en plus de femmes sur les chantiers, et pas seulement pour aider le conjoint ou pour les tâches de nettoyage en fin du chantier. Par contre, l’âge ne se distingue pas particulièrement de celui de l’ensemble de la population active. Généralement, les caractéristiques socio-démographiques de cette main d’œuvre correspondent à celles des strates pauvres. C’est ainsi que le niveau d’éducation est bas (là encore, on tend à voir apparaître quelques bacheliers voire diplômés), inférieur a celui de l’ensemble de la ΡΕΑ. Même si les travailleurs du bâtiment vivent plus souvent en union libre que la majorité des actifs et sont plus souvent chefs de ménage, le nombre de personnes à charge reste à peu près le même (4 à 6 personnes). Bien qu’elle soit en train de diminuer, la proportion de migrants continue d’être importante17 (Lulle T. (1992)). Si la grande majorité vit dans les quartiers de strates les plus basses18 et s’y concentre donc, on ne peut dire qu’il y ait effet de regroupement dans un seul secteur de la ville mais bien dans plusieurs situés dans la périphérie du nord au sud en passant par l’ouest.

LA PRÉCARITÉ VÉCUE PAR LES TRAVAILLEURS

Des trajectoires professionnelles très diverses

91Avant de présenter une typologie des trajectoires au sein du bâtiment, précisons ce qui se passe au cours de l’étape antérieure puis au moment de l’entrée dans le secteur. Pour la majorité, et plus que pour l’ensemble des actifs (64,6 % pour 57,9 %), l’entrée dans cette branche n’est pas l’occasion d’un premier emploi : ils ont déjà eu une expérience professionnelle. Dans le cas des migrants, en particulier, il y en a même eu plusieurs ayant consisté, le plus souvent, en de petits emplois informels (dans la ville d’origine, dans d’autres ou dans celle d’arrivée), en un emploi dans l’agriculture, ou, enfin, mais plus rarement, en un emploi formel.

92Généralement, l’entrée dans le bâtiment se fait dans un moment de difficulté et on parle alors fréquemment d’un emploi de “dépannage”. Parfois, l’appartenance à un réseau familial, social ou professionnel facilite ou même détermine cette insertion, mais celle-ci fait rarement l’objet d’un projet spécifique.

93Après cette première étape, apparaissent deux possibilités : rester dans cette branche ou aller vers une autre, moins dure et/ou mieux payée, formelle ou non. Parfois on observe des va-et-vient au gré de la conjoncture, le bâtiment étant toujours le secteur qui permettra de survivre, puisque l’on sait que l’on peut y accéder sans qualification ni même document d’identité.

94On peut dégager quelques profils de travailleurs aux trajectoires-type :

  1. Ceux qui ne font que passer dans le bâtiment, souvent avec peu d’expériences professionnelles, jeunes migrants récemment arrivés et/ou non qualifiés, et considérant cette activité comme une porte d’entrée dans le marché du travail, le temps de trouver un emploi meilleur.
  2. Ceux qui s’installent durablement dans le système particulier qu’implique cette branche : la recherche d’un nouvel emploi chaque fois que s’achève un chantier, avec de fortes chances de pouvoir en obtenir (rares sont ceux qui restent sans emploi plus d’un mois). Mais sans pouvoir se stabiliser au sein d’une entreprise ou auprès d’un “maestro” et donc sans jamais pouvoir progresser. Il y a une permanence, avec une forme de soumission, dans cette situation qui permet de survivre mais fixe le travailleur dans l’instabilité, à la limite de l’exclusion ou plutôt dans l’illusion d’une pseudo-intégration, d’une non-exclusion.
  3. Ceux qui sont là pour des raisons circonstancielles mais dans l’attente de quelque chose de mieux, qui correspondrait à des aspirations que les expériences professionnelles antérieures, à la différence de ceux du premier type, permettraient d’avoir. Le fait de formuler un projet, d’exprimer des prétentions, avec précision, de manière concrète, peut faciliter le départ de cette branche.
  4. Ceux qui, à l’inverse, arrivent à se stabiliser en un temps minimum dans une même entreprise ou auprès d’un “maestro”, qui réussissent à se former (généralement sur le tas) et peuvent construire un projet de vie professionnelle. Pour certains, minoritaires, il s’agira de se stabiliser dans une entreprise formelle. Pour d’autres, beaucoup plus nombreux, l’objectif sera de s’établir à son propre compte, de “s’indépendantiser”. Comme on l’a vu dans le cas précédent, ceux qui ont déjà à leur compte des expériences professionnelles antérieures, s’y référent pour élaborer ce projet.

95Le bâtiment assume donc le rôle de plaque tournante, pour beaucoup vers d’autres secteurs ou bien au sein du même, mais avec deux options très différentes : s’établir dans la précarité (parfois avec un déclin), ou bien, à l’inverse, s’inscrire, et généralement très rapidement, dans un processus d’ascension.

Des stratégies plus sociales que professionnelles

96On distingue deux types d’attitudes une fois que l’on est entré dans cette branche :

  • Considérer le bâtiment comme une ressource toujours à disposition pour pouvoir survivre “(le bâtiment pour éviter le pire, le temps de trouver mieux”).
  • Le considérer comme une ressource pour pouvoir vivre, cherchant à accéder au meilleur statut et à valoriser ce qui s’y trouve.
  • 19 Il est certain qu’il faudrait pouvoir mesurer plus précisément cette population.

97Même si la seconde stratégie est plus minoritaire19, c’est celle que l’on va analyser à présent dans la mesure où elle permet de mieux comprendre comment, dans un contexte de forte précarité, on peut améliorer sa situation. Quatre possibilités se présentent :

  1. Rechercher les entreprises qui présentent de meilleurs salaires, sans changer de qualification, mais au prix d’une rotation très forte.
  2. Cumuler les heures et, éventuellement pour ce faire, les emplois, ce qui conduit à travailler le soir ou le week-end sur le même chantier que durant la journée ou dans un autre. Cette seconde stratégie est parfois source de revenus appréciables, mais présente aussi de grands risques d’usure physique rapide. Ceci entre dans la logique de la première stratégie, car se multiplient ainsi les opportunités de mieux connaître les “bons” employeurs.
  3. Améliorer son savoir-faire, majoritairement sur le tas (autour de 80 %) ou en se formant auprès d’institutions qui offrent ce service (le Service National d’Apprentissage -SENA- ou l’université où il existe très peu de programmes de ce type). Ceci signifie le changement plus ou moins rapide de niveau. Le premier pas se franchit avec l’achat de la boite à outils20, ce qui peut être prohibitif pour certains jeunes, et le second pas avec un apprentissage non seulement de connaissances élémentaires mais aussi de règles du jeu social propre à cet univers professionnel particulier.
  4. S’insérer dans un réseau voire dans la “troupe” d’un “maestro”, se lier à lui ou bien à un ingénieur, un architecte, ce qui peut aller de pair avec la stratégie antérieure, comme nous le verrons plus loin.

98Le faible recours à une formation “officielle” peut surprendre. En général, le travailleur qui veut passer par cette filière doit payer lui-même. Il est assez rare que son entreprise prenne cela à charge et, si c’est le cas (il s’agit alors d’entreprise de grande taille), jamais complètement. Or ces cours ont lieu en principe le soir, ce qui, compte tenu de ce que l’on vient d’énoncer, rend plus difficile encore cet accès.

99Dans le cas de la formation “sur le tas”, l’ouvrier va s’appuyer cette fois-ci sur un jeu de relations sociales avec ses supérieurs hiérarchiques. On peut alors se demander si, face à la difficulté d’obtenir de meilleurs salaires, on ne préfère pas jouer sur le social en y trouvant certaines compensations (par exemple, avoir de bonnes recommandations), non monétaires dans l’immédiat mais qui le seront assurément à plus long terme.

100Toutefois, même s’il est souvent difficile de pouvoir accéder à un cours du soir, il convient d’évoquer aussi un discours sceptique sur leur réelle efficacité. On peut supposer que ce sentiment est lié à une sorte d’auto-justification, en se référant au fait de posséder une certaine intelligence innée qui serait suffisante pour élargir à travers l’expérience le champ de ses connaissances. Mais il existe souvent la profonde conviction que ce n’est pas tant une formation (qui relève d’une certaine objectivation, rationalisation du savoir-faire de chacun), mais une socialisation qui peut avoir des résultats bien meilleurs.

101Qu’est-ce-qui facilite le déploiement de cette stratégie d’ascension professionnelle ?

  • Ce n’est que rarement un capital scolaire déjà acquis ou en cours d’acquisition (on commence à voir davantage de personnes avec ce bagage).
  • Ce peut être un capital économique (rarement existant dès le début de la trajectoire, mais plutôt en cours de constitution, malgré le bas niveau de revenus, dans le cycle qui précède l’union conjugale) pour faciliter l’installation à son propre compte.
  • Ce peut être un capital familial et social à travers les réseaux qui favorisera l’accès à l’emploi et aux contrats, et la stabilisation.

Des représentations ambivalentes.

102Ce sont des représentations parfois ambigus, voire contradictoires, mais dont le paradoxe permet de comprendre aussi bien la stagnation ou le déclin que l’ascension professionnelles.

103On voit ainsi souvent à l’œuvre une représentation du marché du travail et de sa structure relativement incertaine. Ce flou est tel que, même si la conjoncture est objectivement mauvaise pour ce secteur, on ne l’abandonnera pas. Néanmoins, plus on monte dans la hiérarchie, mieux on connaît la situation, ce qui peut déterminer certaines conduites.

104Agit également le fait de souvent dresser un bilan négatif sur son passé et/ou de n’avoir aucun projet futur ou bien, à l’inverse, celui de construire et concrétiser progressivement un projet professionnel et de vie.

105Le sentiment d’appartenance à une identité professionnelle est souvent très ambigu, car si on sait très bien ce à quoi on appartient, c’est à cause d’une image sociale négative de la profession. On a déjà évoqué le cas de certains jeunes ayant honte de dire qu’ils exercent ce métier à de potentielles fiancées, préférant se présenter comme artisan dans des branches considérées comme plus prestigieuses surtout aux yeux de celles-ci comme la confection, la chaussure ; il existe néanmoins quelques travailleurs (les syndicalistes) qui la valorisent.

106Enfin, est très fréquent le mépris du secteur formel, où de toutes façons beaucoup auraient du mal à entrer et encore moins pour accéder aux postes les plus valorisants. C’est comme s’il y avait une forte intériorisation de l’impossibilité d’accéder à ce type d’emploi avec le prétexte que, dans ce secteur, sont en vigueur des règles d’embauche trop strictes ou d’un monde plus exigeant au plan, par exemple, des horaires (ce qui est faux dans le cas des “ayudantes” et “oficiales” qui, comme on l’a vu, travaillent un nombre d’heures très élevé). Ce même mépris se manifeste lorsque l’on aborde les thèmes de la protection sociale ou du syndicalisme.

  • 21 Le taux de syndicalisation dans le bâtiment est très faible (3 %), une forte baisse s’étant manife (...)

107Dans un cas, on trouve généralement un grand scepticisme, assez courant par ailleurs dans la société colombienne, avec le prétexte de l’inefficacité de la Sécurité Sociale. Seuls ceux qui ont pu en bénéficier réellement dans un autre emploi sont moins critiques. Quant aux syndicats, qui sont très peu présents dans cette branche21, les discours traduisent également une grande réserve allant jusqu’à invoquer une quasi-incompatibilité avec le travail même du bâtiment, étant donné la forte rotation qui y règne.

108Comme on l’a évoqué antérieurement, il y a une aspiration latente à l’accès au statut d’indépendant souvent valorisé dans cette société, davantage encore dans le contexte néolibéral, et que le bâtiment permet d’obtenir facilement. De plus, le succès de quelques-uns est suffisant pour conforter les fondements collectifs du modèle, malgré l’évocation des obstacles sur le chemin (la nécessité de recommandations et d’un capital économique suffisant). Ont cette perspective ceux qui, dès leur entrée dans le secteur, ont pu établir une relation privilégiée avec le “maestro” et s’inscrire dans sa troupe (relation qui a beaucoup à voir avec le paternalisme ou qui est une reformulation au sein du monde du travail du clientélisme, et rarement aurait à voir avec une sorte de compagnonnage).

109Il faut ainsi chercher à constituer un capital non seulement professionnel (se qualifier) mais aussi social (se faire (re-)connaître) ; dans ce cas, on acceptera plus facilement d’être un “ruso” et on se pliera parfois avec plaisir aux rituels connus de tous : la partie de football après le déjeuner, les bières du samedi après-midi.

VERS UNE NOUVELLE STRUCTURE SOCIOPROFESSIONNELLE ?

110La forte précarité de cette branche engendre une rotation peu propice à une stabilisation et à l’ascension professionnelle et sociale. Toutefois, on peut assister au déroulement de ce genre de trajectoire mais très rarement lié au seul mérite de la qualité du travail réalisé. Cette trajectoire s’appuie principalement sur tout un jeu de relations sociales : il faut savoir vite capter quel sera le bon employeur non tant pour le bon salaire qu’il peut offrir mais pour les contacts qu’il peut faciliter et qui seront rentables à plus long terme, lorsqu’il s’agira alors de s’établir à son tour à son propre compte. On assiste donc à la permanence d’une structure sociale relativement traditionnelle qui pourrait être apparentée à une sorte de clientélisme.

111Mais on peut se demander comment va évoluer cette structure, lorsqu’est de plus en plus recommandée la mise en place d’un système général de formation permanente (López Castaño H. (1994)), lequel s’imposerait particulièrement dans le cas du bâtiment, l’ouverture économique semblant engendrer un processus d’innovation technologique de la construction que ce pays n’avait pas connu depuis les années 1950 et 1960. Comment vont se combiner les effets de crise ou d’expansion propres au secteur, le rôle de l’État au niveau de la législation du travail (appuyant plus ou moins sa flexibilisation) ou de la mise en place de ce système éducatif (d’autres États latino-américains, l’Argentine, le Brésil, s’y sont engagés), le comportement des entrepreneurs, la structure socio-démographique de la main d’œuvre, pour faire apparaître de nouvelles stratégies fortement marquée par une précarité qui, de toute façon, semble être une donnée intrinsèque du bâtiment ?

112Mais, en deçà du devenir propre à cette branche, et pour alimenter une réflexion plus large sur la précarité de l’emploi, on peut souligner que cette situation peut engendrer les trajectoires les plus extrêmes, le déclin comme la réussite. L’impact d’une telle ambivalence, au niveau des représentations collectives, rendra plus difficile encore l’adhésion de ceux qui sont confrontés à la précarité pour tenter de la réduire.

CONCLUSION

  • 22 Le SENA est chargé de la formation des travailleurs pour des tâches essentiellement techniques, de (...)

113La volonté des pouvoirs publics est de développer l’enseignement technique et le champs d’activité du SENA (Servicio Nacional de Aprendizage22). Il s’agit même d’un des axes essentiels de la politique de modernisation du marché du travail dans le cadre des politiques d’accompagnement destinées à mieux négocier le passage à une économie ouverte. Comme nous avons pu le voir à propos du bâtiment, il n’est en rien assuré que les filières d’embauche changent pour autant. De même, le fait que l’État n’associe pas les entreprises directement à son projet éducatif soulève un certain nombre de doutes sur sa réelle portée. Le développement de la précarité, et pour être plus précis du travail temporaire dans les grandes entreprises, menace en partie la cohérence du programme. Qualifier les travailleurs, à l’extérieur des entreprises dans lesquelles ils travaillent, ne leur permet pas d’acquérir les connaissances spécifiques à leur poste de travail, au risque d’amoindrir les gains de productivité que l’on pourrait en espérer. La main d’œuvre peu qualifiée, celle qui recourt le plus souvent aux services du SENA, continuera donc à être soumise à une forte rotation tant que les entrepreneurs auront pour priorité la réduction des coûts du travail et non la responsabilisation des travailleurs, la volonté de les motiver et, ainsi, l’augmentation de leur productivité.

  • 23 Un phénomène appuyant cette hypothèse est que la catégorie dont le taux de précarité a le plus aug (...)

114De fait, nous pourrions connaître avec le développement de l’enseignement technique les mêmes désillusions qu’avec l’enseignement général : la hausse de la qualification des travailleurs ne s’est pas traduite par une réorganisation des processus de production (la part prise par les ouvriers non-qualifiés dans l’ensemble des travailleurs continue à augmenter) mais plutôt par un déclassement de travailleurs jeunes vers les mêmes tâches qu’occupaient auparavant leurs aînés moins éduqués. La hausse tendancielle du niveau de scolarité comme de l’âge moyen des travailleurs a probablement contribué à ce que l’aggravation du dualisme, entre les travailleurs précaires et les autres, se traduise par une hausse de la multi-précarité dans un premier temps. Mais elle peut très bien avoir un effet opposé à moyen terme : la main d’œuvre peu qualifiée se faisant rare, la loi de l’offre et de la demande peut aboutir à une amélioration de leurs conditions de travail. Ceci ne veut pas dire que la précarité va diminuer à moyen terme. Si le déplacement de la main d’œuvre ayant un niveau d’étude moyen vers des tâches de plus en plus subalternes, des postes de travail plus précaires que ceux qu’ils occupent à l’heure actuelle, se poursuit, on assistera à une augmentation du nombre de travailleurs touchés par la précarité23.

115L’action de l’État a été de promouvoir la protection sociale et de rationaliser la politique de salaire minimum. De fait, il s’est appliqué à créer un cadre institutionnel favorable à une réduction de la précarité des travailleurs. On peut regretter, toutefois, qu’il n’ait pas voulu promouvoir une réorganisation de la production, favorisant même une hausse du travail temporaire peu propice au développement du travail qualifié. Il s’est attaché à réduire certaines formes de précarité mais en a favorisé d’autres. Partie prenante de la stratégie de flexibilité de la main d’œuvre prônée par les entreprises, il appuie de fait le renforcement d’un marché du travail à deux vitesses.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARTURO J. -éd.- (1994) Pobladores urbanos : ciudades y espacios, Tercer Mundo /ICAN/Colcultura, Bogotá, 2 tomes.

AYALA U. (1987) Movilidad laboral y mercados de trabajo urbanos, CEDE Bogota, 71 pages + annexes.

CARO B.L. (1992) Evolutión del sector informai en Colombia 1984-1992, Departamento Nacional de Planeación, Bogota, 19 pages + annexes.

CIID-UNIANDES (1983) La actualidad del sector informal urbano en Colombia, Memorias del taller sobre Trabajos de investigatión, Cali, sept.

CENAC (1977) La mano de obra en la edificación : empleo generado y caracter ’sticas socioeconómicas del trabajador, Bogotá, multigr. 131 pages + annexes.

GIRALDO F., H. F. LOPEZ (1990) “Los ciclos de la edificación en Colombia : 1950-1990”, Revista de Camacol, n°44, Bogotá, pp. 10-41.

GOMEZ H., M. L. CHIAPPE (1980-1981) “Mercado laboral en el sector de la construcción”, Carta Financiera, Bogotó, numéros 47 (pp. 79-129) et 48 (pp. 85-149).

HUYETTE P. (1994) Du secteur informel au système d’emploi en Colombie, Thèse de doctorat Université de Picardie-Jules Verne, 2 tomes.

LAUTIER B., C. de MIRAS & A. MORICE (1991) L’État et l’informel, L’Harmattan, Paris, 211 pages.

LOPEZ CASTAÑO H. (1994) “Contexto Macroeconómico colombiano, mercado laboral urbano y retos para una pol’tica de empleo”, Lecturas de Econom’a n°40, Medellín (janvier-juin), pp. 11-91.

LULLE T. (1992) “El papel del empleo en la construcción en la inserción de los migrantes a Bogota”, in R. Dombois & CM. López (eds) Cambio técnico, empleo y trabajo en Colombia, Fescol, Bogotá, pp. 265-290.

LULLE T., M. VIVEROS, L. WARTENBERG, L. ZAMUDIO (1992) Migrations à Bogotá et emploi dans le bâtiment et le service domestique : trajectoires et représentations, Ministère de la Recherche et de la Technologie / GREITD-CREPPRA (Université d’Amiens)/ ARTE, Paris, multigr. 144 pages.

MISION CHENERY (1986) “El problema laboral colombiano : diagnóstico, perspectivas y políticas”, Econom’a Colombiana, Serie Documentos, Sepa.10, Bogotá (août-septembre), 156 pages.

MURILLO C, G., M. LANZETTA de P., H. USECHE A. (1984), “La articulatión entre el sector informal y el sector formal en la econom’a de Bogotá”, in : La actualidad del sector informai urbano en Colombia, Memorias del Taller sobre Trabajos de investigación, Cali, sept. 1983, CIID - UniAndes, pp. 63-80.

REYES A. (1994) Problemas y Desafíos del Empleo en Colombia, Proyecto COL90, n°35, Bogotá, 80 pages.

TOLEDO Α., L. ZAMUDIO (1992) “Les récupérateurs de déchets à Bogota : un apport au débat sur le secteur informel”, Les Cahiers Pratiques Sociales et Travail en Milieu Urbain, ORSTOM n°19 (Le travail en Colombie), Paris, pp. 79-106.

Annexes

ANNEXE

Notes

1 D’autres définitions se fondent sur cinq critères, prenant aussi en compte le suremploi. Cette approche aurait l’inconvénient, en Colombie, de ne pas pouvoir s’appuyer sur une mesure de la satisfaction des travailleurs concernés. Les personnes travaillant plus de 48 heures par semaine, durée de travail légale, peuvent le faire par goût et bon nombre de cadres occupant un emploi stable seraient alors inclus dans le travail précaire.

2 Le salaire mensuel minimum équivaut en 1995 à plus ou moins US$ 120.

3 Le DANE (Departamento Administrativo Nacional de Estadísticas) définit le sous-emploi de la manière suivante :

  • sous-emploi visible : personnes qui travaillent moins de 32 heures à la semaine.
  • sous-emploi invisible : personnes travaillant 32 heures ou plus et qui pensent que leurs revenus sont insuffisants pour vivre ou que le poste qu’elles occupent ne correspond pas à leurs qualifications.

Cette définition a le défaut de ne pas prendre en compte un phénomène important, à savoir le développement du travail à temps partiel volontaire. Ainsi, lui est substituée pour le besoin de cet article une conception plus étroite, le sous-emploi involontaire, qui laisse de côté les personnes travaillant moins de 32 heures et ne souhaitant pas travailler plus.

4 Cf. Misión Chenery (1986). Pour cette même période, des travaux plus spécifiques à certains secteurs peuvent être consultés (CIID-UNIANDES (1983), CENAC (1977), Gomez (1980) et Murillo (1984)). Plus récemment, quelques travaux d’anthropologie urbaine ont abordé certaines activités informelles (Arturo (1994)).

5 Lautier B., C. de Miras et A. Morice (1991).

6 La taille du secteur informel ne correspond pas à la somme du travail indépendant et des salariés des petites entreprises : les professions libérales sont incluses dans le secteur formel.

7 Le salaire minimum, unifié entre villes et campagnes en 1984, est fixé annuellement depuis 1979, et il a fallu attendre 1987 pour que sa réévaluation ne dépende plus seulement de l’inflation mais prenne aussi en compte les gains de productivité obtenus par l’économie.

8 Huyette (1994, p240).

9 Le taux de chômage était de 8, 28 % à Bogota en juin 1992. Il est à noter, cependant, que le chômage est une mesure peu fiable de l’activité en Colombie pour être fortement dépendant des fluctuations de la participation, elles-mêmes conditionnées par l’activité économique.

10 cf. Fadul M. (1995) de ce même ouvrage.

11 Les employés domestiques sont un cas particulier dans la mesure où la hausse de leur taux de travail temporaire, comme celle de leur sous-emploi, signifie certes une hausse de leur précarité mais aussi une amélioration de leur condition. En effet, un des changements profonds qui ont marqué leur profession est le passage de plus en plus net du statut ’d’interne’ (l’employé reste à la maison et la loi ne lui accorde que le repos nécessaire pour se nourrir et dormir) à celui d’indépendant ou d’externe.

12 La politique de logement social est assez limitée et les classes populaires recourent souvent à l’auto-construction ou à la cohabitation.

13 Le commerce occupe davantage de ΡΕΑ (25 %) que le bâtiment (près de 7 %).

14 Du niveau le plus haut au plus bas, la hiérarchie est la suivante : “maestro”, “oficial”, “ayudante” ; on utilise parfois des niveaux intermédiaires.

15 On trouve une grande diversité de formes d’embauche et de contrats, jouant sur la durée, la fréquence de rémunération, etc., bien que presque tous aient en commun l’absence de prestations sociales (il existe le cas de “maestros” qui assument informellement les frais médicaux de leurs employés).

16 L’origine du terme n’est pas très connue, mais les diverses interprétations convergent pour souligner la dureté de ce travail

17 Selon la ENH de 1988, 55,4 % des travailleurs du bâtiment sont nés en dehors de Bogota, et le tiers de ceux-ci (soit 19, 7 % du total) dans une commune rurale. Dans l’enquête du CENAC de 1977, le premier chiffre était de 67 % et le second 40, 2 %. On voit donc en l’espace d’une dizaine d’années diminuer la proportion de migrants et surtout changer leur profil qui devient de moins en moins rural.

18 Bogota est divisée en six strates définies selon la qualité de l’habitat et le degré de couverture des services publics.

19 Il est certain qu’il faudrait pouvoir mesurer plus précisément cette population.

20 La caisse à outils coûte entre un et deux salaires minima.

21 Le taux de syndicalisation dans le bâtiment est très faible (3 %), une forte baisse s’étant manifestée dans les années 1980. Précisons que les syndicats y sont à la fois peu nombreux (58) et peu peuplés : 18.000 affiliés pour plus de 425.000 actifs dans la branche, tous statuts confondus (cf. le Recensement syndical de 1984).

22 Le SENA est chargé de la formation des travailleurs pour des tâches essentiellement techniques, de la reconversion professionnelle des chômeurs (en collaboration avec le SALI/ Servicio de Adaptación Laboral en Industria) ainsi que de la constitution d’une bourse d’emploi.

23 Un phénomène appuyant cette hypothèse est que la catégorie dont le taux de précarité a le plus augmenté (précarité simple), est celle des travailleurs ayant achevé leurs études secondaires qui ont surtout souffert de la hausse du travail temporaire et de la dégradation salariale, reflet de l’évolution de la précarité en Colombie. Par ailleurs, les travailleurs n’ayant pas achevé leurs études universitaires, sont ceux qui ont le plus souffert de la hausse de la double précarité en raison de leur insatisfaction croissante face aux métiers qu’ils se voient obligés d’occuper. Ceci est l’indice d’une dégradation de leurs conditions de travail, dégradation qui devrait se poursuivre dans les années à venir sous la poussée de la hausse du niveau scolaire.

Notes de fin

* Jean-Baptiste Gros (Institut Français d’Études Andines-UniAndes, Bogota) a pu réaliser cette recherche grâce au financement du programme Lavoisier (Ministère des Affaires étrangères).

Thierry Lulle, enseignant-chercheur du CIDS (Centro de Investigaciones sobre Dinámica Social) de la Universidad Externado de Colombia.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° 1 : MÉTHODOLOGIE
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre TABLEAU N° 2 : PLAN GOUVERNEMENTAL POUR LE SECTEUR INFORMEL
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre TABLEAU N°4. BRANCHE D’ACTIVITÉ ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU N°5. TAILLE DE L’ENTREPRISE ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre TABLEAU N°6 : PROFESSION ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre TABLEAU N°7 : CLASSES D’AGE ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU N°8 : SEXE ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre TABLEAU N°9 : ÉTUDES RÉALISÉES ET PRÉCARITÉS EN 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU N°10 : PRÉCARITÉS DE 1984 À 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre TABLEAU 11 : SECTEUR INFORMEL ET PRÉCARITÉ
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre TABLEAU 12 : SECTEUR FORMEL ET DOUBLE PRÉCARITÉ
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre TABLEAU 13 : PRÉCARITÉS DANS LE BATIMENT DE 1984 À 1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre TABLEAU N°3
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2073/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 389k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540