Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 13. L’impact macro-économique du narcotrafic en Colombie

Salomon Kalmanovitz
Traduction de Marie Laure Basilien Gainche

Texte intégral

  • * Banco de la República, Bogota.

1Note portant sur l’auteur*

2Un regard sur la carte du continent latino-américain permet de comprendre pourquoi la Colombie est au carrefour des routes de la cocaïne : elle est équidistante des champs de coca du Pérou et de Bolivie, et des plages de Floride. Son relatif développement industriel et commercial a permis aux institutions et aux individus d’acquérir les compétences requises, concernant la chimie du raffinage, les circuits de financement, et l’organisation du transport de la drogue. Ainsi, ces entreprises délictueuses s’approprient la valeur ajoutée de la cocaïne.

3Les quelque 450 000 émigrés colombiens vivant aux États-Unis, issus de couches urbaines inférieures, offrent un autre avantage aux narcotrafiquants : ils leur permettent d’établir des réseaux de stockage et de distribution (les armées de “mules”, c’est-à-dire de personnes transportant la drogue dans leurs bagages, dans leurs vêtements, dans leurs intestins).

  • 1 Thoumi, Francisco, Economía Política y Narcotráfico, Ediciones Tercer Mundo, Bogotá, 1994, p 177.

4Un autre élément intervient pour faire de la Colombie un centre intermédiaire du trafic de drogues. Dans la mesure où existent de vastes régions frontalières non contrôlées par l’armée, et un système judiciaire faible tendant à laisser impunis les crimes commis dans le pays, les risques y sont peu élevés pour les délinquants1. Les régions frontalières constituent des zones de plantations et d’installation de laboratoires, soit en concurrence, soit en connivence, avec les guérillas. Quant au système judiciaire, il dispose de peu moyens pour protéger de la violence les magistrats, les policiers, et les militaires. Certes, la guerre menée contre le narcoterrorisme a prouvé que l’État colombien était plus fort qu’un quelconque cartel de la drogue, et qu’il serait excessif de penser le contraire. Néanmoins, le financement, par les narcotrafiquants, d’armées privées, chargées de combattre les guérillas et les forces politiques de gauche, au moyen de l’assassinat de leurs figures prestigieuses et militantes, donne à ces délinquants une image de défenseur de l’État, et par là-même une certaine légitimité.

  • 2 Kalmanovitz, Salomón, “La Economía del Narcotráfico en Colombia”, Economía Colombiana, Bogotá, jan (...)

5L’impact macro-économique du narcotrafic est très difficile à mesurer. En effet, il existe d’autres phénomènes souterrains, tels que les exportations clandestines de café, de bétail, ou de tout autre bien, et tels que les détentions par des Colombiens de portefeuilles financiers à l’étranger. Le tableau n° 1 présente les revenus du narcotrafic de 1976 à 1992, pour ce qui est de la cocaïne, de la marijuana, et de l’héroïne ; ces chiffres sont ceux diffusés par la DEA (Drug Enforcement Agency). Une comparaison entre les revenus d’une part, et la consommation décroissante aux États-Unis comme en Europe d’autre part, permet de déterminer les coûts de production et de transport. Ceci se situe donc dans la continuité de mes travaux de 19902.

TABLEAU N°1. REVENUS DU NARCOTRAFIC DE 1976 À 1992

TABLEAU N°1. REVENUS DU NARCOTRAFIC DE 1976 À 1992

Source : S. Kalmanovitz, “La economía del narcotráfico”, Economía colombiana, février 1990.

6La tendance à la saturation du marché nord-américain de la cocaïne raffinée se confirme, puisque les prix pratiqués à Miami ont atteint des niveaux relativement bas, et stables au cours des quatre dernières années. Toutefois, si l’on note également une diminution des prix en Europe, les tarifs demeurent trois ou quatre fois plus élevés que les prix minimum rencontrés aux États-Unis (30 000 dollars le kilo en Espagne, selon la publication Cambio 16) ; cela laisse présumer que le marché européen n’est pas encore saturé et demeure relativement plus rentable.

7La cocaïne est toujours bien distribuée dans les métropoles nord-américaines, mais avec des réductions de prix allant de 4 à 18 %, et avec une amélioration de la pureté de la cocaïne vendue. Cependant, les tarifs pratiqués au premier semestre 1991 ont été supérieurs à ceux des années 1988 et 1989, qui ont été marquées par la chute des prix de la cocaïne aux États-Unis. Cette légère rehausse des prix résulte, en partie, de l’augmentation considérable des saisies de drogue, à l’intérieur ou à l’extérieur des États-Unis.

8Deux autres éléments concourent à esquisser un panorama du trafic de drogues en Colombie : d’une part, l’augmentation des exportations de marijuana, suite aux campagnes d’éradication des cultures de marijuana, menées à Hawaï et aux États- Unis ; d’autre part, le développement préoccupant de la culture du pavot et du raffinage de l’héroïne, qui peut atteindre des taux relativement élevés, et qui peut favoriser une consommation interne hautement toxicomane et difficile à combattre.

  • 3 Bureau of International Narcotics Matters, Yearly Report 1989, Government Print Office, Washington

9Il y aurait en Colombie 25 000 hectares de champs de pavot, pouvant produire chacun annuellement 0,85 kilo d’héroïne raffinée. La production d’héroïne dans le pays représente donc un potentiel de quelque 21,2 tonnes. Or, le prix minimum de l’héroïne est d’environ 50 000 dollars le kilo. Par conséquent, on atteindrait des revenus d’une valeur de 1,062 milliard de dollars. A titre indicatif, la production mondiale d’opium se chiffre à 2 300 tonnes3. Ainsi, le montant des revenus de l’héroïne devrait s’élever approximativement au douzième du total des revenus de la cocaïne, résultant des exportations des trafiquants colombiens, si l’on suppose que seulement la moitié de ce total est effectivement placée sur le marché (soit quelques 500 millions de dollars).

  • 4 DEA, Illegal Drug Price - Purity Report, Ofice of Intelligence, novembre 1991.

10En ce qui concerne le marché nord-américain de l’héroïne, on remarque une tendance à la baisse pour ce qui est du bas de la fourchette de prix, d’ailleurs assez erratiques. Par exemple, les prix de gros de l’héroïne mexicaine se situaient entre 100 000 et 200 000 dollars le kilo en 1988, mais entre 50 000 et 200 000 dollars le kilo au premier semestre 1991. Toutefois, le degré croissant de pureté (passage de 7 % en 1983-1984 à 27, 6 % en 1991) indique une meilleure qualité de l’approvisionnement4.

11Il semble bien que le commerce de la cocaïne soit entré dans une phase de récession, en dépit du fait que l’Europe demeure un marché encore en expansion. Ainsi, ce ne sont plus les temps euphoriques des spéculations boursières, et de la multiplication des cadres supérieurs consommant de la cocaïne. Désormais, ce sont les temps de l’insécurité de l’emploi, de l’obligation de la prévision, et de la réduction de consommation. Mais la consommation de crack a augmenté parmi les jeunes et les chômeurs des villes nord-américaines. Il existe une différence substantielle entre 1987 et aujourd’hui : en 1987, le négoce de la cocaïne pouvait procurer à lui seul plus de 5 000 milliards de dollars aux narcotrafiquants colombiens ; aujourd’hui, ce négoce fournit seulement 3 000 milliards de dollars, et concerne une marchandise de meilleure qualité destinée à l’Europe. Cette différence explique donc en partie le recours à la diversification, c’est-à-dire l’entrée sur le marché de l’héroïne qui compte beaucoup plus de consommateurs que celui de la cocaïne. Cependant, ce marché paraît suffisamment ravitaillé par les trafiquants asiatiques et centraméricains, tant et si bien que les cartels colombiens vont devoir affronter une périlleuse et sauvage concurrence. La diversification opérée par les narcotrafiquants colombiens peut fournir une explication à la hausse relative des revenus enregistrés en 1992. Mais en réalité, aucune preuve sérieuse ne permet d’affirmer, pour le moment, que le commerce de l’héroïne colombienne parviendra à se consolider.

12Dans ce qui suit, nous allons proposer quelques éléments de réflexion, concernant l’impact du narcotrafic sur la balance commerciale, sur l’équilibre entre épargne et investissement, et sur les recettes fiscales. Dans la balance commerciale, figurent les exportations de “services” (raffinage de la cocaïne, transport, vente en gros, blanchiment de l’argent sale), et les importations de contrebande ou sous-facturées. Pour ce qui est du bilan épargne-investissement, apparaissent le financement de la fuite des capitaux, l’instabilité engendrée par leur rapatriement massif, la réduction de l’épargne, et l’augmentation de la consommation résultant de l’appréciation de la monnaie nationale. Enfin, en ce qui concerne les recettes fiscales, il convient de noter un manque à gagner considérable, du fait des activités informelles, de la commercialisation des biens de contrebande, et de la sous-facturation des importations ; à une telle considération, s’ajoute l’accroissement de la dépense publique affectée à la répression policière et judiciaire, qui laisse ainsi sans ressources suffisantes d’autres domaines ayant une importance sociale majeure, comme la santé, l’éducation, les infrastructures.

L’IMPACT MACRO-ÉCONOMIQUE DES DEVISES PARALLÈLES

13Si l’on identifie toutes les utilisations de devises que les particuliers emploient apparemment, mais sans les acquérir auprès de la Banque de la République (la banque d’émission colombienne), on obtient alors le montant approximatif des exportations effectuées par l’économie parallèle. Bien évidemment, toutes ces devises ne sont pas fournies par le narcotrafic, dans la mesure où il existe une tradition de contrebande de café, de bétail, et de tout autre bien, particulièrement à destination du Venezuela. De surcroît, toutes ces exportations n’étaient pas soumises à la loi applicable jusqu’en 1991, énonçant l’obligation d’intégrer au marché monétaire national, toutes les devises obtenues du fait du commerce international.

14La contrebande a été estimée sur la base d’une enquête concernant son impact sur le commerce et l’industrie. La sous-facturation des importations et des exportations a été calculée selon la méthode suivante : un indice de poids des importations est rapporté à un indice de valeur des importations, ce qui fait apparaître une valeur unitaire, que l’on compare à l’indice des prix de l’économie nord-américaine. La sous-facturation des exportations n’a pas été prise en compte, lorsqu’elle fait entrer des dollars dans le pays, puisqu’elle constitue une offre ; or cet encadré fait apparaître les demandes apparentes ou réalisées de devises. On note alors soit une fuite, soit un rapatriement des capitaux.

TABLEAU N°2. UTILISATION DES DEVISES PARALLÈLES (MILLIONS DE DOLLARS)

TABLEAU N°2. UTILISATION DES DEVISES PARALLÈLES (MILLIONS DE DOLLARS)

15La fuite des capitaux a atteint le taux maximal de 11 % du PIB en 1985, et a continué à dépasser les 7 % du PIB pendant les 17 années qui comprennent la période analysée. Voici quelques unes des utilisations fréquentes des devises, participant de la fuite des capitaux, et du passage du peso au dollar : un narcotrafiquant acquiert une villa, en effectuant un virement en dollars, sur le compte du vendeur à Miami ; ou il augmente ses activités financières en dollars, en les acquérant sur le marché parallèle, et en les remettant à son “broker”. Mais, le flux des capitaux s’est ensuite renversé avec un phénomène de rapatriement : l’utilisation des devises diminue alors, comme le montre l’année 1991 de manière éclairante.

16La présence de devises “noires” dans l’économie se manifeste dans l’écart entre le cours officiel du dollar, et le taux de change parallèle. La contrebande s’est accrue durant les 15 années de la période ici considérée, et est devenue l’une des opérations de blanchiment de l’argent les plus fréquemment employées. Durant les années 1970 et jusqu’en 1983, les devises pourvoyées par l’économie souterraine ont fait pression à la baisse sur le cours parallèle du dollar, qui est alors tombé au-dessous du cours officiel. Face à une crise imminente des taux de change, le gouvernement colombien a été contraint d’affronter le problème du déficit externe entre 1983 et 1985. De 1986 à 1989, dollar officiel et dollar parallèle ont pratiquement été à parité. Mais, au moment où un nouveau système de change se construit, en 1991 et 1992, le cours parallèle du dollar prend à nouveau des valeurs inférieures au Taux Représentatif du Marché.

TABLEAU N°3. COURS DU DOLLAR PARALLÈLE DE 1975 À 1991

TABLEAU N°3. COURS DU DOLLAR PARALLÈLE DE 1975 À 1991

Source : Banco de la República

17L’existence d’un dollar parallèle, durant toute la période, a eu des effets remarquables et variés, à savoir :

  1. l’augmentation nette des importations de contrebande, et la prolifération de leurs commerces, dans toutes les villes du pays, et sur nombre de leurs trottoirs.
  2. la sous-facturation des importations dont l’attrait est le suivant : l’importateur paie une partie de sa facture en dollars parallèles en dessous du cours officiel, et ne paie ni les taxes douanières, ni les impôts, qui pourraient représenter 40 % de la valeur de la marchandise vendue au noir. Plusieurs motifs de sous-facturation peuvent être distingués : a) les revenus des capitaux placés en portefeuille bénéficiant d’un taux d’intérêt interne attrayant par rapport aux taux d’intérêt étrangers, et les revenus provenant du narcotrafic orientés vers l’investissement ou la consommation dans le pays ; b) les exportations fictives réalisées en vue d’obtenir les subventions aux exportations, et en vue de blanchir des dollars du marché parallèle ; c) la volonté d’échapper aux tarifs douaniers sur les biens importés, dont les taux élevés génèrent une incitation à la sous-facturation ; d) la tentative d’éviter le paiement de l’impôt sur le patrimoine, lorsque les subventions rencontrent des taux différenciés d’imposition selon les pays.
  3. les importations, appelées “non remboursables”, payées par des entreprises transnationales ou nationales, en devises parallèles non enregistrées dans le pays.
  4. enfin, la contrepartie immédiate pour la fuite des capitaux à l’étranger ; le financement externe des ventes d’actifs, tels que des terres, appartements, ou commerces (les nationaux vendent leurs propriétés aux mafiosi, qui paient en dollars provenant de banques étrangères, qui ne suppriment pas les activités exercées, et qui améliorent les biens par des investissements additionnels).

18Ce qui précède tend à révéler que l’économie a réellement absorbé plus d’importations que celles formellement déclarées, durant la dernière décennie. Ce fait explique, en partie, la modernisation de l’appareil de production (via la sous-facturation des importations de biens d’équipements), et le maintien d’une certaine dynamique d’accumulation du capital (toutefois, la contrebande de marchandises a constitué une concurrence déloyale pour les producteurs locaux de ces dernières).

19Qu’il existe dans le pays une densité très élevée d’ordinateurs et de télécopieurs, qui ont été importés en contrebande, et qui ont parfois été acquis à des prix bien inférieurs à ceux du marché, le fait est connu. Les tendances suivies par le commerce extérieur colombien, au cours de la période étudiée, ne peuvent être clairement définies, tant qu’il demeure des pratiques illégales dans l’économie : pratiques en augmentation considérable, qui concernent les exportations non déclarées (essentiellement celles de drogues et des services afférents), les importations, et les mouvements de capitaux.

20L’impact, que les devises blanchies ont sur la balance commerciale, est présentée dans le tableau n°4 : ce dernier permet de comparer l’utilisation des devises, la balance légale enregistrée, et les opérations de services du gouvernement (dont ses achats d’or).

21Ce tableau fait ressortir que, en l’absence des revenus fournis par l’économie parallèle, et à l’intérieur de celle-ci des revenus apportés par le narcotrafic, la balance commerciale aurait pu être grandement déséquilibrée dans les années 1980. Par exemple, si les entrées de services de 1982 et 1983 avaient été inférieures de moitié à ce qu’elles ont été, et si la balance commerciale avait enregistré les seules demandes apparentes de devises, la balance commerciale aurait été négative non pas avec -5,3 % et -5,2 % du PIB, mais avec -13,7 % et -15,4 % du PIB respectivement. Face à un tel déséquilibre, la dévaluation du peso par rapport au dollar, qui a atteint 51 % de son cours nominal en 1985, aurait dû être encore plus drastique, en vue de retrouver un quelconque équilibre de la balance commerciale. Avec une telle dévaluation, l’inflation interne aurait été beaucoup plus forte que ce qu’elle n’a été. Ainsi, nous serions entrés dans la spirale de l’hyperdévaluation-hyperinflation, qui a frappé la majeure partie du continent, et qui a engendré une “décennie perdue”. Certes, la Colombie a vu son taux de croissance diminuer, durant cette décennie ; néanmoins, elle a su maintenir le cap vers une certaine expansion et un équilibre relatif. Encore peut-on affirmer que serait préférable un équilibre, fondé sur une économie de biens légaux, et non pas de biens illégaux ; en effet, ces derniers sont soumis à l’instabilité en raison de l’interdiction qui les frappe, et en raison de l’imprévisibilité qui affecte leurs prix. L’effort en vaudrait la peine. Nous aurions alors une économie et une société plus saines, moins violentes, et moins criminalisées.

TABLEAU N°4. DEVISES PARALLÈLES ET BALANCE COMMERCIALE ( % ΡΙΒ)

TABLEAU N°4. DEVISES PARALLÈLES ET BALANCE COMMERCIALE ( % ΡΙΒ)

Source : Banco de la República

22Par ailleurs, des déséquilibres, dus à des réévaluations, ont été enregistrés en deux occasions, de 1978 à 1982, et de 1991 à nos jours : ils ont menacé l’économie de la maladie hollandaise, c’est-à-dire de la forte hausse des importations, associée à la chute des exportations (essentiellement de biens manufacturés). Il a fallu neuf ans pour restaurer la dynamique exportatrice atteinte en 1978. De la sorte, dans les années postérieures à 1987, sont apparus les fruits des politiques de dévaluation réelle du peso, dans la mesure où certains types d’exportations ont à nouveau commencé à croître rapidement. Mais cette situation est menacée depuis 1992. En effet, l’appréciation du peso à laquelle contribue le narcotrafic, le rapatriement des capitaux (à noter l’excédent de 5, 4 % du PIB de la balance commerciale), et les larges perspectives du pays dans le secteur pétrolier, laissent augurer de conditions très difficiles pour la production de biens finis ou semi-finis dans le pays. La libéralisation et l’ouverture de l’économie, conduites avec célérité par l’administration Gaviria, ont provoqué un gigantesque rapatriement des capitaux et des devises, provenant du narcotrafic. Devant les opportunités offertes par la déréglementation et par la privatisation des activités publiques, une considérable richesse, accumulée jusqu’alors à l’étranger, est revenue dans le pays.

23La détermination de l’impact du narcotrafic sur l’équilibre épargne-investissement suppose de définir comment l’économie parallèle a financé le placement des capitaux colombiens à l’étranger. Bien sûr, si ce fonds de devises illégales n’avait pas existé, les détenteurs de capitaux auraient recouru au marché légal. Tel est le cas de la majeure partie des pays d’Amérique latine, pendant la crise de la dette. Il convient d’observer à ce propos que certains de ces pays se sont endettés, et que les fonds ainsi obtenus étaient transférés à l’étranger sur des comptes privés, en vertu d’un processus de socialisation de la fuite privée des capitaux, ce qui a laissé ces pays insolvables pour le remboursement de leurs dettes.

  • 5 Sanchez, Fabio & Lora, Eduardo, “Ahorro, Inversión, y Perspectivas de Crecimiento en Colombia”, Es (...)

24Sur le long terme, la réduction du coefficient d’investissement dans l’économie colombienne apparaît évidente : en particulier, l’investissement privé, qui avait atteint 12, 4 % du PIB en moyenne dans les années 1960, est tombé en dessous de 10 % du PIB au cours des décennies suivantes5.

  • 6 Informe de Planeación Nacional al Compes, dans laquelle il est calculé que l’investissement privé (...)
  • 7 Steiner, Roberto & Fernandez, Cristina, Evolución y Determinantes del Contrabando en Colombia, Fed (...)

25Si nous comparons les montants de l’investissement privé à l’intérieur du pays aux montants estimés de la fuite des capitaux, nous pouvons comprendre que ce sont des données chiffrées d’importance : de 1979 à 1982, ou en 1992, les capitaux placés à l’étranger ont été massivement rapatriés, et ont permis de financer des investissement privés à l’échelle locale6. Ainsi, l’excès systématique de l’épargne privée par rapport à l’investissement suscite la fuite des capitaux, qui ne sont donc orientés ni vers la consommation, ni vers l’investissement, au niveau local. Selon un calcul de Steiner et Fernandez, l’épargne privée en 1992 n’aurait pas été de 15 % du PIB, comme l’affichent les comptes de la nation ; mais elle aurait été de seulement 12 % du PIB, car il conviendrait de déduire la sous-facturation des importations et la contrebande, dans l’hypothèse des chiffres d’importations les meilleurs7.

26En matière fiscale, l’impact du narcotrafic a été extrêmement négatif : il a renforcé l’économie informelle de la contrebande, et la sous-facturation des importations, qui engendrent l’évasion fiscale devant les tarifs douaniers, et devant les impôts (notamment l’impôt sur la valeur ajoutée qui est de 14 % en Colombie). Ceci tend à accentuer la désinstitutionnalisation du pays, et à destiner d’importantes ressources à la répression menée par les départements de la sécurité et de la justice (ils ont vu leur budget augmenter de 2, 1 % et 3,4 % du PIB entre 1990 et 1994). Or, dans d’autres circonstances, de telles ressources auraient pu être affectées à l’expansion des infrastructures, à la santé, et à l’éducation, qui influent davantage sur les conditions de développement du pays que les opérations menées contre le narcotrafic.

27La contrebande a, de son côté, constitué une forte concurrence déloyale pour les industries locales. En effet, celles-ci doivent s’acquitter de leurs impôts, et assumer le coût des formalités. De ce fait, on a pu noter, en certaines occasions, de dures récessions dans les industries du textile, de la confection, de la chaussure, du jouet, de l’électroménager, de la parfumerie, etc. Ceci a réduit, par conséquent, les recettes fiscales du gouvernement.

CONCLUSIONS

28Les revenus des devises du narcotrafic en Colombie peuvent osciller entre 1,5 et 2,5 milliards de dollars par an, et ce en fonction des placements internationaux effectués par les narcotrafiquants. Un bilan coût-avantage de l’impact macro-économique du narcotrafic en Colombie révèle que, dans une certaine phase de la crise de la dette, le narcotrafic a contribué à éviter la cessation de paiements, et le recours à une forte dévaluation (elle aurait engendré une hyperinflation similaire à celle qui a secoué la majeure partie de l’Amérique latine, durant la même période).

29Néanmoins, à d’autres moments, le narcotrafic apparaît comme un facteur de déstabilisation, concernant la production de biens finis et semi-finis (en raison de la concurrence avec les biens importés). En l’absence du narcotrafic, l’économie colombienne bénéficierait d’un taux de change plus juste, ce qui lui permettrait d’exporter un peu plus, et d’importer un peu moins, de telle sorte que la tendance à l’appréciation du peso puisse décliner. En outre, en l’absence du financement de la fuite des capitaux, le rapport épargne-investissement pourrait être meilleur, dans la mesure où la propension à consommer s’atténuerait, suite à la disparition de l’énorme volume de biens de contrebande disponibles sur le marché noir à des prix très attractifs. L’existence du narcotrafic a une influence très négative sur les recettes fiscales. En effet, il renforce le secteur informel, qui se développe avec une plus grande rapidité que le secteur formel, qui évite le paiement des impôts en cas de sous-facturation des importations, et qui s’approprie des subventions étatiques en cas de surfacturation des exportations. De surcroît, le gouvernement s’est vu contraint d’accroître les budgets de la lutte contre le narcoterrorisme et contre le trafic illégal de drogues. Or, de telles dépenses ne satisfont pas aux grandes nécessités sociales et d’infrastructure, dont la réalisation pourra seule assurer un développement plus équilibré et moins inégal.

30D’autres impacts négatifs du narcotrafic sont à relever. Ainsi, la préférence marquée des mafiosi, pour l’acquisition de propriétés rurales, a causé une hausse des prix de la terre, et pire encore, un développement des activités militaires privées, dirigées contre les guérillas et contre la population suspectée de les soutenir. Sur le plan politique, l’accentuation prodigieuse de la corruption a permis aux narcotrafiquants d’obtenir des avantages appréciables : la prohibition de l’extradition, inscrite dans la nouvelle constitution de 1991 ; la réduction importante de peine, offerte par le code de procédure pénale, en cas de collaboration avec la justice.

31Le narcoterrorisme, les règlements de compte entre mafiosi, l’armement inquiétant de la population, tous financés par les dollars du marché parallèle, ont contribué à ce que la Colombie connaisse l’un des taux d’homicides les plus élevés au monde. Par ailleurs, le pays a considérablement régressé quant à son degré de civilisation politique, suite à l’affirmation de règles individualistes extrêmes, qui dérivent de l’étalage de leur succès dans le commerce par les narcotrafiquants, et de leur cruauté au moment de donner la mort. Enfin, le bilan du narcotrafic ne doit pas omettre de prendre en considération l’extension de la criminalité à de très larges secteurs de la population, ce qui ne rentre évidemment pas dans une analyse strictement économique de l’impact du trafic illégal de drogues.

Notes

1 Thoumi, Francisco, Economía Política y Narcotráfico, Ediciones Tercer Mundo, Bogotá, 1994, p 177.

2 Kalmanovitz, Salomón, “La Economía del Narcotráfico en Colombia”, Economía Colombiana, Bogotá, janvier février 1990.

3 Bureau of International Narcotics Matters, Yearly Report 1989, Government Print Office, Washington.

4 DEA, Illegal Drug Price - Purity Report, Ofice of Intelligence, novembre 1991.

5 Sanchez, Fabio & Lora, Eduardo, “Ahorro, Inversión, y Perspectivas de Crecimiento en Colombia”, Estudio Preparado para el BID, Fedesarrollo, Bogotá, 1992, ρ 18 & 19.

6 Informe de Planeación Nacional al Compes, dans laquelle il est calculé que l’investissement privé en 1992 a augmenté de plus de 10 % par rapport à son niveau antérieur. DNP, Bogotá, 1992.

7 Steiner, Roberto & Fernandez, Cristina, Evolución y Determinantes del Contrabando en Colombia, Fedesarrollo, Mimeo, Bogotá, 1994.

Notes de fin

* Banco de la República, Bogota.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N°1. REVENUS DU NARCOTRAFIC DE 1976 À 1992
Légende Source : S. Kalmanovitz, “La economía del narcotráfico”, Economía colombiana, février 1990.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre TABLEAU N°2. UTILISATION DES DEVISES PARALLÈLES (MILLIONS DE DOLLARS)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre TABLEAU N°3. COURS DU DOLLAR PARALLÈLE DE 1975 À 1991
Légende Source : Banco de la República
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU N°4. DEVISES PARALLÈLES ET BALANCE COMMERCIALE ( % ΡΙΒ)
Légende Source : Banco de la República
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteur

Marie Laure Basilien Gainche (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540