Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

III. Les fondements de la croissance

Chapitre 12. Ouverture économique, croissance des exportations, et processus d’intégration régionale

Luis Hernando Rodriguez

Texte intégral

  • * Université de Los Andes, Bogota.

1Note portant sur l’auteur*

2L’ouverture économique, lancée en 1990, a été, sans aucun doute, l’un des changements les plus importants de ces dernières années, pour la politique économique colombienne. En effet, les règles du jeu concernant l’économie externe ont enregistré un processus de transformation substantielle, qui a été fermement conduit par le gouvernement, élu pour la période 1990-1994. C’est ainsi que quatre réformes douanières ont été réalisées, en moins d’un an et demi (mars 1990-juin 1991). De ce fait, le taux moyen d’imposition sur les importations est tombé de 43,7 % à 11,4 % ; et le nombre des différents tarifs douaniers a été réduit de 20 à 2 (5 % et 10 %). De plus, la quasi totalité de l’univers douanier a été délivré des contrôles administratifs, par la suppression des listes d’importations prohibées, et l’élimination de l’autorisation préalable : le régime de liberté d’importation concernait 38,8 % des situations douanières en décembre 1989, contre 98 % en novembre 1990. En outre, ont été notablement simplifiés les procédures douanières, les opérations de change et le régime des investissements étrangers, au début de 1992, c’est-à-dire au moment où la liberté du commerce devenait réalité entre quatre des cinq membres du Pacte Andin, et au moment où des accords de commerce préférentiel se négociaient avec des partenaires traditionnels comme le Chili, et avec de nouveaux pays comme le Mexique (les échanges bilatéraux entre la Colombie et le Mexique avaient été jusqu’alors marginaux). Enfin, a été supprimé presque totalement le CERT (certificat de remboursement tributaire qui concernaient les importations de biens, destinés à la production de biens orientés vers l’exportation) ; et ont été éliminées les subventions aux exportations.

3Selon le gouvernement, tout cet ensemble de mesures prétend engendrer de meilleurs niveaux de productivité et de compétitivité, en exposant de manière indiscriminée la production nationale à la concurrence internationale. Évidemment, tous les différents secteurs ne pourront pas gagner la bataille contre la concurrence internationale, tant et si bien qu’une recomposition de la structure productive se réalisera. Autrement dit, certaines activités productives disparaîtront, et d’autres se renforceront. En fait, d’après les auteurs de cette politique économique, la protection assurée par les tarifs douaniers, les contrôles sur les importations, et les subventions aux exportations, a permis aux secteurs de substitution aux importations, d’acquérir une rentabilité supérieure à celle des secteurs exportateurs. Ainsi, les ressources ont été assignées de manière préférentielle à la production destinée au marché interne, ce qui a provoqué l’apparition d’une tendance anti-exportatrice. Or l’ouverture commerciale de l’économie nationale devrait corriger une telle tendance anti-exportatrice, et devrait rendre la production nationale compétitive à l’échelle internationale. En dernière instance, le marché international par le jeu de fixation des prix constituerait le mécanisme fondamental d’allocation des ressources, de telle sorte que le pays puisse exporter tous les produits pour lesquels il dispose d’un avantage comparatif.

4Avant d’examiner les premiers effets de cette politique d’ouverture, il sera présenté une brève analyse du développement externe enregistré par l’économie colombienne dans le passé récent, en mettant tout spécialement l’accent sur les caractéristiques de l’insertion internationale antérieure à l’ouverture, et sur le processus d’intégration régional.

LES ANTÉCÉDENTS 1960-1990

Le contexte international

  • 1 Young, Α., “Japan’s post-war protection policy : some implications for less developed countries”, (...)

5Avant tout autre chose, il convient de souligner que l’économie mondiale est amplement asymétrique. Le rapport 1991 de la Banque Mondiale, en sa première page, offre une description éloquente de cette asymétrie. “En dépit des importantes opportunités créées par les révolutions technologiques du xxème siècle, plus de 1.000 millions de personnes, soit un cinquième de la population de la planète, vivent avec moins de 1 dollar par jour, ce qui correspond au niveau de vie atteint voilà 200 ans en Europe occidentale et aux USA” ; de surcroît, “durant les trente dernières années, de nombreux pays ont obtenu de mauvais résultats économiques, de telle sorte que certains d’entre eux ont vu le niveau de vie de leur population diminué”. En d’autres termes, il existe une très grande inégalité de revenus par habitants, entre les différents pays de l’économie mondiale. Et cette fracture, entre les pays les plus développés et les pays les moins développés, loin de se réduire, s’est élargie tout au long des quarante dernières années, comme le montre le graphique 1, et comme le prédisait les modèles analysant les relations Nord-Sud1.

GRAPHIQUE 1 : GDP PER CAPITA EN $ (PRIX DE 1980)

GRAPHIQUE 1 : GDP PER CAPITA EN $ (PRIX DE 1980)

Source : Maddison, Angus (1989).

6Certes la Colombie est une économie de petite taille à l’échelle internationale (moins de 1 % du PIB mondial) ; mais des indices révèlent que sa faiblesse s’est accrue au cours des 28 dernières années. En effet, son PIB ne représente plus 0,29 % du PIB mondial (1965), mais seulement 0,23 % du PIB mondial (1993) (voir tableau 1). Cette évolution, similaire à celle du Chili, contraste avec celle du Brésil ou de la Corée, qui ont augmenté leur part dans l’économie mondiale.

TABLEAU 1. PARTICIPATION AU PIB MONDIAL, AUX EXPORTATIONS MONDIALES, ET AUX IMPORTATIONS MONDIALES, EN POURCENTAGES

TABLEAU 1. PARTICIPATION AU PIB MONDIAL, AUX EXPORTATIONS MONDIALES, ET AUX IMPORTATIONS MONDIALES, EN POURCENTAGES

Sources : Banque Mondiale, Rapport sur le Dévéloppement Mondial, 1991 et 1995.

  • 2 IMF, Direction of Trade Book, 1980 et 1988.

7Quant au commerce international, il est lui aussi asymétrique. Les économies des pays industrialisés ont fourni en moyenne 70 % des exportations mondiales, durant les décennies 1970 et 19802. Une telle donnée discrédite la conception simpliste d’une division internationale du travail, caractérisée par une parfaite complémentarité entre les pays industrialisés (exclusivement producteurs et exportateurs de biens manufacturés) et les pays en développement (essentiellement exportateurs de matières premières et de produits agricoles).

8Selon le GATT, en 1989, 57 % du commerce mondial résultait de l’échange de marchandises. Le tableau 2 permet d’apprécier l’évolution, par type de produits, du commerce international de biens manufacturés. Trois catégories de produits ont vu leur part dans les transactions mondiales augmentée : les substances chimiques, les matériels de transport, et surtout les biens d’équipement. En revanche, les produits métalliques, les divers biens manufacturés, et surtout les produits du textile et de la confection, ont perdu du terrain dans le commerce mondial.

TABLEAU 2. COMPOSITION PAR TYPES DE PRODUITS DU COMMERCE INTERNATIONAL DES BIENS MANUFACTURÉS, EN POURCENTAGES

TABLEAU 2. COMPOSITION PAR TYPES DE PRODUITS DU COMMERCE INTERNATIONAL DES BIENS MANUFACTURÉS, EN POURCENTAGES

Sources : Maizels (1970) et Lafay (1989).

L’insertion internationale de la Colombie

9L’insertion de la Colombie dans le commerce international se caractérise par sa situation marginale et périphérique : marginale parce que la quasi totalité de ses exportations concernent des produits, ayant une participation décroissante dans les transactions mondiales ; périphérique parce que la quasi totalité de ses importations concernent des biens, produits par les pays industrialisés. Autrement dit, la structure de la spécialisation internationale de la Colombie révèle une évidente complémentarité intersectorielle. Sur la base de quatre coupes transversales, le tableau 3 présente l’évolution de la part de certaines catégories de biens dans le commerce mondial, catégories de biens pour lesquelles la Colombie s’est positionnée en exportateur net ou en importateur net. On peut alors noter que les produits exportés par le pays (lignes 1 à 6) enregistrent soit une diminution de leur part, soit une instabilité de leurs cours, dans les transactions internationales.

TABLEAU 3. PART DE CERTAINS PRODUITS DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL, EN POURCENTAGES

TABLEAU 3. PART DE CERTAINS PRODUITS DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL, EN POURCENTAGES

Sources : Lafay (1989).

10En outre, les importations de biens effectuées par la Colombie (lignes 7 à 11), à l’exception des importations des métaux de base, ont tendance à s’accroître ; ce constat est particulièrement pertinent pour les biens d’équipement. Quant aux produits de haute technologie, la ligne 12 de le tableau 3 décrit bien l’augmentation de leur part dans le commerce mondial.

  • 3 Rodriguez, L. H., “La inserción internacional de Colombia y su adaptación a la dinámica de las dem (...)

11Un autre trait dominant de l’insertion de l’économie colombienne réside dans son inadaptation persistante à la dynamique des demandes mondiale et domestique : les productions des secteurs importateurs colombiens (déficitaires) connaissent une demande globale beaucoup plus forte que les productions des secteurs exportateurs (excédentaires), de telle sorte que s’affirme un déficit commercial en volume3. Il convient cependant de souligner que cette inadaptation se réfère uniquement au commerce externe légal.

12La raison de cette tendance au déficit est simple. Soit un pays qui exporte des biens dont la demande est en régression (i.e. demande qui croît moins que le revenu), et qui importe des biens dont la demande est en augmentation (i.e. demande qui croît plus que le revenu) ; dans une situation d’économie ouverte, toute chose étant égale par ailleurs, se trouvent réunies les conditions d’un déficit en volume de la balance commerciale, et par conséquent du compte courant de la balance des paiements. Ainsi, même avec une situation d’équilibre au départ, la dissemblance entre dynamique de demande et dynamique d’offre peut déséquilibrer la balance commerciale, lorsque l’économie étudiée dépend d’un commerce extérieur complémentaire de la production domestique, et que cette économie maintient une structure de spécialisation internationale centrée sur des produits en régression.

13Les modifications de l’offre de biens en régression contribuent soit à une accélération de la détérioration de leurs prix en cas d’auto-régulation de l’offre, soit à une hausse significative de leurs prix en cas de diminution accidentelle de l’offre. Ainsi, pour les produits en régression, l’offre apparaît fondamentalement comme un mécanisme défensif, éventuellement comme une source de revenus extraordinaires, dans la mesure où ils constituent l’instrument compensatoire occasionnel en valeur, de la tendance structurelle au déficit en volume.

GRAPHIQUE 2. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF

GRAPHIQUE 2. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF

GRAPHIQUE 2A. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF

GRAPHIQUE 2A. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF
  • 4 Une économie se spécialise internationalement dans une activité productive (secteur, branche, prod (...)

14En vue de déterminer la structure de la spécialisation internationale de la Colombie4, on a employé un indicateur d’avantage comparatif, qui part du solde commercial et tient compte de la taille du marché interne. Une valeur positive de l’indicateur correspond à une situation d’exportation nette ; une valeur négative indique une situation d’importation nette. Cet indicateur a été calculé pour la période 1970-1988, après avoir regroupé en dix catégories les 22 branches des comptes de la Nation concernant les biens manufacturés : café, produits alimentaires, produits agricoles, produits miniers, textiles et cuirs, produits dérivés du bois et du papier, substances chimiques, produits énergétiques secondaires, biens électromécaniques, matériaux de construction.

15Les graphiques 2 et 2A montrent la trajectoire suivie par l’indicateur, pour chacune de ces dix catégories de produits. Il est alors possible de remarquer que le pays présente de nets désavantages concernant les produits dérivés du bois et du papier, les substances chimiques, et surtout les biens électromécaniques (cette catégorie regroupe la quasi totalité des biens d’équipement et des matériels de transport). Or ces carences se sont poursuivies tout au long des 19 années étudiées. Il est donc difficile de soutenir qu’ait été réalisée une politique de substitution aux importations intégrale.

16Ces deux graphiques 2 et 2A dévoilent un processus de “reprimarisation”, ou de reconcentration des avantages comparatifs sur quelques produits primaires, qui s’accompagne d’une diminution voire d’une perte d’avantages comparatifs pour les biens manufacturés. En effet, on peut observer que, entre 1970 et 1975, un avantage se constituait pour la production des textiles et cuirs, et à un niveau moindre pour la production de matériaux de construction. Mais, à partir de 1981, l’avantage croissant des produits agricoles, autres que le café (c’est-à-dire bananes, coton, fleurs), a dépassé l’avantage décroissant des textiles et cuirs. Cependant, le plus important date de 1985, puisque l’avantage des produits énergétiques primaires (pétrole brut et charbon) s’est consolidé, pour atteindre en 1987 et 1988 un niveau similaire à celui déjà séculaire du café.

  • 5 En moyenne entre 1973 et 1988, IMF, Direction of Trade Statistics, 1980 et 1988.

17L’évolution de l’indicateur d’avantage comparatif révèle très clairement une situation de complémentarité intersectorielle entre l’économie colombienne et le reste du monde, tout particulièrement les pays industrialisés qui absorbent 77,3 % des exportations colombiennes, et qui fournissent 76,9 % des importations colombiennes5. Ainsi, la Colombie a financé, grâce à ses exportations primaires de café et de combustibles, ses importations en produits chimiques et industriels, et en biens d’équipement et de transport.

18La complémentarité de la spécialisation internationale d’un pays permet de distinguer d’une part, la demande pertinente pour les secteurs d’exportation, soit la demande externe ; d’autre part, la demande pertinente pour les secteurs d’importation, soit la demande domestique.

TABLEAU 4. ADAPTATION DE LA SPÉCIALISATION INTERNATIONALE DE LA COLOMBIE, À LA DYNAMIQUE DES DEMANDES MONDIALE ET DOMESTIQUE

TABLEAU 4. ADAPTATION DE LA SPÉCIALISATION INTERNATIONALE DE LA COLOMBIE, À LA DYNAMIQUE DES DEMANDES MONDIALE ET DOMESTIQUE

Sources : pour le niveau de spécialisation et la croissance de la demande domestique, voir les Comptes de la Nation à partir de 1975 ; pour la croissance de la demande mondiale, voir CEPII (1983) et Lafay (1989).

  • 6 Indicateur du niveau de spécialisation : D = Q/(Q+M-X), avec Q production domestique, X les export (...)

19Pour les décennies 1970 et 1980, le tableau 4 effectue une comparaison entre le niveau moyen de spécialisation internationale6 des cinq branches les plus excédentaires et des cinq branches les plus déficitaires d’une part, et les taux moyens de croissance annuelle de leurs demandes afférentes respectives d’autre part. Une profonde dissymétrie apparaît alors entre les degrés de spécialisation et la dynamique des demandes. En effet, les secteurs d’exportation nette répondent à une demande mondiale en croissance lente, tandis que les secteurs d’importation nette concernent une demande enregistrant une croissance cinq fois plus rapide pendant les années 1970, et sept fois plus rapide pendant les années 1980. La cause de cette florissante dynamique est à rechercher dans le type de produits, qui composent majoritairement les importations du pays : il s’agit de biens intermédiaires et de biens d’équipement, qui constituent la matière première du développement et de la modernisation de l’appareil de production de l’économie colombienne.

20Par conséquent, la Colombie a conservé, sans modification majeure, sa forme d’insertion internationale, caractérisée par la forte complémentarité entre la production importée et la production domestique. Le changement le plus important, intervenu à partir de 1986, consiste dans le phénomène de “reprimarisation” des excédents, qui se concentrent désormais sur le café et les produits énergétiques primaires. Or cette structure de spécialisation internationale semble en contradiction avec la dynamique de la demande, puisque la production des branches déficitaires ont connu une demande plus progressive que la production des branches excédentaires. Tout au long de cette période, s’est donc affirmée une tendance vers le déficit en volume de la balance commerciale.

Les prix internationaux

  • 7 Spraos, J., “The statistical debate on the barter terms of trade between primary commodities and m (...)

21Les prix internationaux évoluent également de manière asymétrique, en fonction du degré d’élaboration des produits, lui-même largement lié au niveau de développement des pays producteurs. Cette thèse, soutenue par Prebish (1950) et Singer (1950), a amplement bénéficié de confirmations empiriques et d’améliorations qualitatives, dans les années récentes7. Les graphiques 3 et 4 sont relativement éloquents. Le graphique 3 présente l’évolution, entre 1965 et 1990, des prix des exportations réalisées par les pays industrialisés, et par les pays en développement (selon les classifications adoptées par le Fonds Monétaire International). Ainsi, exception faite de la période courant de 1980 à 1985, la valeur unitaire des produits exportés par les pays industrialisés a été constamment supérieure à celle des pays en développement. De surcroît, la brèche entre ces niveaux de prix n’a cessé de s’élargir depuis 1986.

22Les valeurs unitaires des exportations d’un pays industrialisé comme le Japon, ou d’un nouveau pays industrialisé comme la Corée, se situent largement au-dessus des valeurs unitaires des exportations de la Colombie et de la Bolivie (à l’exception d’un renversement conjoncturel pour 1976-1980 et 1984). De plus, la fracture entre les niveaux respectifs des prix s’agrandit depuis 1985 pour la Bolivie, et depuis 1987 pour la Colombie.

23Finalement, le tableau 5 propose des informations recueillies sur l’évolution des prix internationaux, en ce qui concerne spécifiquement la Colombie (1980-1991). La tendance à la détérioration des prix, des cinq principaux produits d’exportation du pays, est parfaitement claire (colonnes 1 à 5). La colonne 6 indique, quant à elle, l’évolution de l’indice de la valeur unitaire en dollars, des exportations des pays industrialisés, quelles que soient leurs destinations. Un contraste évident est mis en exergue, si l’on compare la variation de l’indice de la colonne 6 (croissance de 1,2 %) avec la tendance des cinq produits colombiens (diminution nominale des prix du café de 4,0 %, du pétrole de 7,0 %, du charbon de 2,6 %, et du sucre de 7,9 %).

24Cette évolution asymétrique des prix des produits d’importation et d’exportation en Colombie résulte, sans doute, de l’inadaptation structurelle de la spécialisation internationale du pays à la dynamique de la demande globale d’une part, et du caractère marginal et périphérique de son insertion externe d’autre part. Non seulement une telle situation constitue une cause importante de déficits en valeur des comptes extérieurs ; mais également elle engendre un phénomène, désigné par la littérature économique comme “l’enrichissement appauvrissant”, dû aux hausses conjoncturelles des prix externes de certains produits primaires. Une des manifestations récentes de ce phénomène a consisté dans l’augmentation de 70,1 % de la quantité de café exportée entre janvier et avril 1990, et dans la diminution simultanée de 15,4 % des revenus de ces exportations par rapport à la même période de 1989.

GRAPHIQUE 3 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DES PAYS INDUSTRIALISÉS (PXPI) ET DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT (PXPED). INDICES DE VALEUR UNITAIRE

GRAPHIQUE 3 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DES PAYS INDUSTRIALISÉS (PXPI) ET DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT (PXPED). INDICES DE VALEUR UNITAIRE

Sources : FMI, Statistiques financières internationales, 1991.

GRAPHIQUE 4 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DE BOLIVIE, COLOMBIE, CORÉE ET JAPON, 1965-1990 (INDICES DE VALEUR UNITAIRE, 1985=100)

GRAPHIQUE 4 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DE BOLIVIE, COLOMBIE, CORÉE ET JAPON, 1965-1990 (INDICES DE VALEUR UNITAIRE, 1985=100)

Sources : FMI, Statistiques financières internationales, 1991.

TABLEAU 5. ÉVOLUTION ASYMÉTRIQUE DES PRIX INTERNATIONAUX

TABLEAU 5. ÉVOLUTION ASYMÉTRIQUE DES PRIX INTERNATIONAUX

Sources : Revista del Banco de la República de Colombia pour les colonnes 1 à 5 ; et les Statistiques Financières Internationales pour la colonne 6.

La contrainte externe

25A la lumière des faits, l’histoire récente (depuis 1970) du développement extérieur de l’économie colombienne peut se résumer en un seul mot : déficit. En effet, si l’on fait abstraction des variations de prix des biens commercialisés, et si l’on considère le solde courant exprimé en dollars, la situation de déficit de la balance des paiements courants du pays prédomine clairement : 14 ou 15 années de déficit sur un total de 20 années.

26Par ailleurs, le résultat net des mouvements de capitaux, qui peuvent être considérés comme réguliers et autonomes (au moins ceux enregistrés ou légaux), n’a pas permis de rétablir l’équilibre requis de la balance des paiements. L’histoire économique colombienne connaît donc une dette externe croissant à un rythme annuel moyen de 11,6 % entre 1973 et 1989 (voir tableau 6 colonnes 3 et 4), dette représentant approximativement 41 % du PIB pour 1989.

TABLEAU 6. CCONTRAINTE EXTERNE SUR LA CROISSANCE

TABLEAU 6. CCONTRAINTE EXTERNE SUR LA CROISSANCE

Sources : Comptes de la Nation, FMI, Revista del Banco de la República de Colombia, Banque Mondiale.

27Certes, l’endettement externe a permis de conserver de manière continue des revenus en capital en dépit d’un solde courant négatif ; néanmoins, cet endettement a constitué un facteur additionnel de détérioration dudit solde, en raison de l’accumulation des services de la dette, qui ont augmenté (en dollars courants) de 18,2 % en moyenne par an entre 1986 et 1989 (voir tableau 6 colonne 5).

28Ainsi, le développement et la modernisation de l’appareil productif (objectifs du modèle économique en vigueur) ont été soumis à la contrainte externe. Celle-ci résulte de la difficulté rencontrée pour atteindre un solde courant compatible avec les mouvements de capitaux externes, autrement dit pour maintenir un équilibre externe compatible avec de forts taux de croissance. Cette contrainte s’est accrue plus particulièrement durant la première moitié de la décennie 1980.

29Si l’on examine la balance des comptes courants (voir tableau 6 colonne 2), on note que l’économie colombienne est parvenue à se soustraire de la contrainte extérieure mentionnée, uniquement de façon conjoncturelle (1976-1979 et 1986-1987). Cette amélioration provisoire des comptes extérieurs est, sans doute, directement liée au phénomène très particulier des “bonanzas” du café, c’est-à-dire des hausses du prix international du café suite aux contractions accidentelles de l’offre mondiale (voir tableau 6 colonne 6).

30Il convient donc de souligner que le desserrement de la contrainte externe semble exceptionnel, engendré qu’il est par des phénomènes exogènes et fortuits (tels que les gelées affectant les cultures de café au Brésil, ou les guerres entravant la production de pétrole au Moyen-Orient...). Mais, si la croissance a pu cesser d’être contrainte par le secteur externe, il n’en demeure pas moins que le caractère aléatoire et l’origine de ces importants revenus ont provoqué des effets négatifs, comme l’inflation et la maladie hollandaise.

31La récurrence du déficit des comptes courants de la balance des paiements a été traitée, en Colombie, principalement au moyen de trois types de politiques : 1) celles menées en vue de diminuer les importations (instauration des tarifs douaniers et de certains autres impôts, contrôle administratif, manipulation de la demande interne, dévaluation de la monnaie nationale face au dollar américain) ; 2) celles conduites en vue de couvrir le déficit (endettement externe) ; 3) celles engagées en vue de promouvoir les exportations (dévaluation du taux de change, subventions et investissements directs).

32Les deux premiers types de politiques adoptent une attitude défensive : elles ne sont pas orientées vers une éradication des causes structurelles du déficit, soit l’inadéquation de la structure de l’offre à la dynamique sectorielle des demandes domestique et internationale. Certes, on ne saurait nier que l’application pertinente et opportune de ces deux politiques a permis d’éviter au pays une crise des changes. Cependant, on ne peut les insérer dans une stratégie de long terme de manière généralisée.

33En ce qui concerne les politiques de soutien aux exportations, les différents gouvernements avaient maintenu une certaine constance dans la mise en œuvre de deux types de politiques, et ce jusqu’en 1990 : la politique d’incitation par les prix relatifs (taux de change réel), et la politique de promotion directe des projets d’investissements à l’exportation (pétrole, charbon, nickel, café...). Toutefois, au regard de leurs résultats pour la balance des paiements, ces politiques se sont avérées insuffisantes.

  • 8 Carrizosa, M., “La balanza comercial en la década de los ochenta”, dans Fedesarrollo, La Economía (...)
  • 9 Augmentation en pourcentage de la quantité que l’on désire exporter, face à la hausse en pourcenta (...)

34Il est probable que l’insuffisance des politiques d’exportation résulte de deux éléments. Tout d’abord, comme cela a été mis en évidence dans diverses études8, l’élasticité-prix de l’offre de biens à l’exportation9 semble inférieure à 1, et donc insuffisante pour assurer l’exploitation de toute la capacité productive installée, et pour permettre le développement du processus d’investissements (Botero et Meisel 1988). Cette assertion paraît être particulièrement évidente pour les exportations de biens manufacturés.

  • 10 Entre 1984 et 1986, l’investissement public a représenté en moyenne 8,3 % du PIB colombien ; or 26 (...)

35Ensuite, l’insuffisance de la politique d’exportations réside dans la combinaison d’une diminution du taux d’investissement, avec une mauvaise allocation sectorielle de celui-ci. En effet, comme on peut l’apprécier dans le tableau 7, non seulement la formation de capital fixe en pourcentage du PIB a chuté durant les décennies 1970 et 1980, par rapport aux niveaux enregistrés dans les deux décennies précédentes 1950 et 1960 ; mais également, l’investissement dans l’industrie manufacturière a baissé notablement à partir de 1974. Si l’on a pu observé une récupération du taux d’investissement dans la décennie 1980, il n’en demeure pas moins que “cela a découlé d’un accroissement de l’investissement dans le secteur public, en particulier dans les entreprises nationales” (Ocampo 1990), comme Ecopetrol, Carbocol, et le Fonds National du Café10. Par conséquent, l’investissement industriel privé a été supplanté par l’investissement étatique et paraétatique, dans les secteurs minier et caféier. Ainsi, non seulement a été fragilisée une réponse en offre à l’exportation potentiellement riche, mais aussi a été consolidée une structure de spécialisation internationale manifestement inadaptée à la dynamique sectorielle des demandes internationale et domestique.

TABLEAU 7. INVESTISSEMENT ET CROISSANCE SECTORIELLE

TABLEAU 7. INVESTISSEMENT ET CROISSANCE SECTORIELLE

Sources : les Comptes de la Nation

Le processus d’intégration

  • 11 La zone étudiée correspond au premier degré de l’intégration économique, dans la mesure où elle im (...)
  • 12 Le Venezuela est entré dans le groupe en 1974, et le Chili s’est retiré en 1976.

36Dès les années 1960, la Colombie s’est engagée dans une des premières initiatives d’intégration en Amérique Latine, l’Association Latino Américaine de Libre Échange (ALADI), qui regroupe les pays latins d’Amérique du Sud et le Mexique11. Puis, en 1969, en grande partie suite aux difficultés de fonctionnement de l’ALADI, la Colombie, la Bolivie, le Chili, l’Équateur, le Pérou, et ensuite le Venezuela12, ont conclu le Pacte Andin : il s’agit d’un projet d’union douanière dans le cadre d’un modèle de substitution aux importations et de promotion des exportations.

37Toutefois, l’expérience, menée par le Groupe Andin, tout au long des années 1970 et 1980, n’a guère été satisfaisante. Tout d’abord, il convient de souligner que le degré d’intégration commerciale des partenaires, c’est-à-dire la part des exportations intrarégionales dans la valeur des exportations totales, était relativement modeste : 3,6 % en moyenne pour la période 1970-1984 ; par là-même, le commerce intrarégional des pays andins, considéré globalement, apparaît bien marginal. En outre, les niveaux d’intégration des différents États membres sont loin d’être homogènes : par exemple, entre 1970 et 1985, tandis que la Colombie présentait le meilleur degré d’intégration avec une moyenne de 9,8 %, le Venezuela correspondait au niveau d’intégration le plus faible avec une moyenne de 1,5 %. Par ailleurs, si les degrés d’intégration ne paraissent pas homogènes, ils ne semblent pas stables non plus ; de fait, on observe des évolutions cycliques pour la Colombie, l’Équateur, le Pérou ; or les cycles connus par ces divers pays ne coïncident pas les uns avec les autres (les phases de forte intégration régionale s’étendent de 1975 à 1982 pour la Colombie, de 1973 à 1977 pour l’Équateur, de 1978 à 1982 pour le Pérou).

  • 13 Rodriguez, L. H., “Economic integration and external restriction : the case of the Anden Pact”, da (...)

38Si l’on divise les exportations des pays andins en quatre catégories de produits (agricoles, miniers, pétroliers, manufacturés), et si l’on compare la composition des exportations totales de chacun des pays avec celle de leurs exportations destinées au marché andin, se trouve mise en évidence une distinction entre Colombie et Pérou d’une part, et Bolivie, Équateur et Venezuela d’autre part. En effet, en ce qui concerne les deux premiers États cités, s’affirme une dichotomie marquée entre la composition de leurs exportations totales et la composition de leurs exportations intrarégionales. Ainsi, les exportations totales de la Colombie sont essentiellement constituées de produits agricoles, alors que ses exportations vers les pays du Groupe Andin sont majoritairement composées de biens manufacturés13.

39En réalité, les économies andines se sont développées autour d’une structure de spécialisation internationale relativement homogène en termes généraux, et concentrée sur les produits primaires surtout énergétiques. Cette situation engendre deux effets : d’une part, elle enracine une prédominance des relations commerciales extrarégionales, complémentaires des relations intrarégionales ; d’autre part, elle suscite une concurrence entre les diverses économies andines dans la lutte pour la compétitivité internationale. Une telle analyse permet d’expliquer la marginalité du commerce intrarégional andin, et les caractéristiques de la composition par types de biens des exportations. Par conséquent, le projet andin d’intégration commerciale semble s’être heurté dès le départ à une contrainte d’ordre structurel, qui, loin de s’adoucir avec le temps, s’est aiguisée en raison du processus de polarisation énergétique de la spécialisation primaire.

40Cependant, en mars 1992, le Groupe Andin a reçu une nouvelle impulsion, grâce à la conclusion d’un accord sur un tarif douanier extérieur commun, et ce en dépit des restrictions concernant la Colombie et le Venezuela. Cet accord s’inscrit dans la nouvelle conception économique à la mode, celle de la libéralisation indiscriminée et unilatérale du commerce. Il s’agit d’une philosophie nouvelle qui induit un modèle d’intégration nouveau : le groupe des 3, le G-3 (Colombie, Venezuela, Mexique), formé en 1994 comme zone de libre échange.

41Avant toute autre chose, il convient de présenter les caractéristiques de l’échange commercial entre la Colombie et le Mexique, tout au long des dix années antérieures à la constitution du G-3 :

  1. échange insignifiant (moins de 1 % de leurs exportations respectives) ;
  2. échange amplement déficitaire pour la Colombie (par exemple, en 1989, si les exportations de la Colombie vers le Mexique s’élevaient à 25 millions de dollars, les importations depuis le Mexique atteignaient 122 millions de dollars) ;
  3. échange interindustriel (durant les années 1980, les importations colombiennes originaires du Mexique comprenaient des produits industriels à hauteur de 73 %).

42En conséquence, les relations commerciales entre la Colombie et le Venezuela ne peuvent qu’avoir été plus étroites que les échanges de chacun d’entre eux avec le Mexique ; et ce, même si le lien commercial entre la Colombie et le Venezuela a été relativement modeste d’un point de vue macro-économique. En effet, durant la période allant de 1970 à 1992, les exportations colombiennes destinées au Venezuela ont représenté moins de 1 % du PIB colombien, pour 18 des 23 années considérées ; elles ont dépassé le 1 % du PIB seulement en 1977, 1978, 1979, et 1991. Quant au Venezuela, ses exportations vers la Colombie n’ont jamais atteint 1 % de son PIB.

43Néanmoins, le Venezuela fait partie, depuis 1980, des dix principaux partenaires commerciaux de la Colombie, après les USA, l’Allemagne, le Japon, et les Pays-Bas. Le Mexique ne figure pas dans cette liste (voir tableau 8). Il est à remarquer que le commerce entre Colombie et Venezuela a toujours été instable, puisque des soldes tant positifs que négatifs ont été enregistrés par les deux États, de manière plus ou moins proportionnelle. En outre, cette relation d’échange tend à être interindustrielle en raison du caractère plus compétitif que complémentaire de ces deux économies colombiennes et vénézuéliennes.

TABLEAU 8. EXPORTATIONS COLOMBIENNES VERS LE GROUPE ANDIN ET VERS LE G-3, EN POURCENTAGES DES EXPORTATIONS TOTALES DE LA COLOMBIE

TABLEAU 8. EXPORTATIONS COLOMBIENNES VERS LE GROUPE ANDIN ET VERS LE G-3, EN POURCENTAGES DES EXPORTATIONS TOTALES DE LA COLOMBIE

Sources : Ministère du Commerce Extérieur de Colombie.

LES EFFETS DE L’OUVERTURE ÉCONOMIQUES ET LES PERSPECTIVES

Les premiers effets de la politique d’ouverture

44Ce qui est advenu durant les quatre premières années de pleine application de la politique d’ouverture ne cesse de paraître paradoxal, sans que l’on puisse pour autant parler d’effets absolument surprenants d’un point de vue économique. Certes, le taux de croissance s’est amélioré avec 2 % en 1991, 3,8 % en 1992, 5,3 % en 1993, et 5,7 % en 1994 ; néanmoins, cette hausse du taux de croissance résulte en grande partie d’une augmentation substantielle des impôts sur les importations. Ainsi, tandis que ces impôts s’élevaient en termes réels (de 36,5 % en 1992, de 40 % en 1993 et de 17,1 % en 1994), l’industrie voyait son taux de croissance chuter (taux de 8,8 % en 1991, de 5,9 % en 1992, de 1,9 % en 1993, suivis d’une pénible remontée permettant d’atteindre un taux de 2,8 % en 1994). De son côté, s’avère encore plus préoccupante l’évolution des productions agricoles (-1,9 % en 1992, +2,7 % en 1993, +2,1 % en 1994) et minières (-2,8 % en 1992, -0,6 % en 1993, +2,2 % en 1994). Certes, le taux de chômage s’est maintenu autour de 10 % de la population active, dans les sept plus importantes régions du pays, entre mars 1990 et mars 1994. Toutefois, une telle donnée doit être analysée sous bénéfice d’inventaire : non seulement elle ignore le chômage urbain des petites et moyennes agglomérations, et le chômage rural ; mais également elle utilise le concept de “occupés”, qui incorpore le travail temporaire, le sous-emploi, le travail en conditions illégales. De ce fait, un taux de chômage de 10 % peut occulter effectivement un taux d’emploi fortement précaire de 70 %.

  • 14 Le “concordato” est une convention entre une entreprise qui a suspendu ou risque de suspendre le p (...)
  • 15 Ocampo, J. Α., Directeur du Département National de la Planification en Colombie, propos tenus lor (...)

45“La récupération des rythmes de croissance économique, qui a débuté en 1992, a été presque exclusivement fondée sur l’expansion de secteurs non exportateurs, et sur le développement de la consommation assise sur l’endettement privé, avec la détérioration afférente de l’épargne. En revanche, le renforcement des secteurs exportateurs s’est considérablement fait attendre, alors même que certains sous secteurs agricoles et producteurs de biens légers entraient dans une phase de récession. La franche aversion des agriculteurs à l’égard de l’ouverture économique, et la prolifération des “concordatos”14 émis par les entreprises productrices de biens manufacturés légers, révèlent l’ampleur des coûts de cette rapide libéralisation commerciale... L’introduction des réformes économiques a finalement coïncidé avec une accentuation sévère des inégalités sociales en Colombie. Dans les débats publics de ces dernières années, l’élargissement de la fracture entre ruralité et urbanité a été considérée, comme l’un des résultats les plus nuisibles des réformes économiques en cours. Une analyse, que vient de réaliser le Département Nationale de la Planification, indique que ce processus s’accompagne, de surcroît, d’une détérioration significative de la répartition des revenus au niveau urbain“15.

46En ce qui concerne les flux commerciaux, ils se sont révélés relativement asymétriques. En effet, tandis que les importations augmentaient de 40,9 % en 1992, de 43,1 % en 1993, de 16,6 % en 1994, les exportations ont enregistré une croissance 8 fois moins importante en 1992 et 1993 (5,3 % et 5,2 % respectivement), et 16 fois moins forte en 1994 (0,0 %). En conséquence de quoi, non seulement est apparu un déficit commercial substantiel ayant crû de 34 % en 1994, mais encore a émergé une tendance anti-exportatrice.

47Est également à noter la modification de la structure du commerce extérieur. La part des importations de matières premières a diminué (58,9 % en 1985, 53,7 % en 1992, 43,2 % en 1993, 40,7 % en 1994). En revanche, la part des achats externes de biens de consommation s’est élevée (8,1 % en 1985, 14,1 % en 1992, 17,7 % en 1993, 18,6 % en 1994). Pour ce qui est des importations de biens d’équipement, il convient de souligner un phénomène quelque peu paradoxal : deux secteurs exportateurs seulement ont effectué ce type d’importations. Il s’agit du secteur de la production de pétrole et de gaz naturel (4,0 % en 1992 et 2,5 % en 1993 du total des importations en biens d’équipement), et de celui de la fabrication des textiles (4,1 % en 1992 et 3,1 % en 1993 du total des importations en biens d’équipement). Par conséquent, la majeure partie des importations de biens en capital a été absorbée par les secteurs non exportateurs (électricité, gaz et eau, transport, communications).

48Quant à la composition des exportations de biens, il convient de signaler que la part du café a sensiblement diminué, en tombant de 19,7 % en 1990 à 15,3 % en 1993. Une évolution similaire est intervenue pour le pétrole, de manière beaucoup plus critique cependant : sa part dans le total des exportations était de 28,9 % en 1990 avant de chuter à 18,6 % en 1993. Toutefois, en dépit de cette modification majeure due en grande partie à la diminution des prix internationaux de ces deux produits, café et pétrole continuent à être considérés comme les deux principaux biens d’exportation du pays. Mais ils demeurent soumis aux mouvement erratiques des prix internationaux. Prenons l’exemple de 1994 : la part en valeur du café dans les exportations totales est remontée significativement en raison de l’effet prix (23,6 %), tandis que la part en volume et en valeur du pétrole dans les exportations s’est effondrée (14,6 %).

49Globalement, la Colombie reste un exportateur net de produits primaires (café, pétrole, charbon, émeraudes, canne à sucre, plantes, fleurs, fruits comestibles...) : 66,2 % du total des exportations en 1992, 63,8 % en 1993. En revanche, la majorité des importations concerne des biens industriels : 94,5 % pour la période courant de janvier à avril 1994.

50Si l’on étudie en détail la composition des exportations non traditionnelles, il apparaît que seuls trois sous secteurs industriels sont parvenus à assurer plus de 5 % des exportations totales chacun : il s’agit des sous secteurs des aliments, des substances chimiques, des textiles et de la confection. Certes, la part des produits alimentaires dans les exportations totales est passée de 7,4 % en 1992 à 7,9 % en 1993. Néanmoins, pour ce qui est des substances chimiques et des textiles, leur part respective dans les exportations totales a diminué : elle est tombée de 10,4 % en 1992 à 7,5 % en 1993 pour les premières, et elle est descendue de 11,7 % en 1992 à 11,1 % en 1993 pour les seconds. Plus préoccupant encore est le reflux enregistré par certaines branches industrielles, qui avaient connu des taux de croissance remarquables dans la décennie 1970. En effet, les variations notées pour 1994 sont les suivantes : habillement -2,4 % ; cuir et produits dérivés -1,6 % ; chaussures 17 % ; bois et produits dérivés -24,1 % ; meubles -18,8 % ; biens mécaniques non électriques -16,1 %.

  • 16 Ocampo, J. Α., op. cit., ρ 9.

51Pour terminer, rapportons les propos du directeur du Département National de la Planification : “dans le secteur privé colombien, il existe un désinvestissement croissant à l’égard des processus d’intégration”16. Les causes de ce repli semblent être au nombre de deux : d’une part, l’échec dans la mise en œuvre des accords conclus avec les partenaires, et l’incapacité institutionnelle à garantir le respect des accords conclus par les États membres ; d’autre part, l’instabilité de certaines économies voisines, en particulier le Venezuela (son taux de change a été modifié brutalement en plusieurs occasions, comme tel a été le cas le 11 décembre dernier avec une dévaluation de 70 %).

Quelques perspectives

52Il ne semble pas que soient intervenus des changements significatifs dans la structure des exportations, dans le sens d’un perfectionnement technologique, et d’un repositionnement sur les produits les plus dynamiques sur le marché mondial. En revanche, peut être remarquée une tendance à la concentration des exportations exprimées en volume sur les produits primaires, tout spécialement le pétrole. Or, cela comporte le risque d’un essor éphémère ; selon les informations actuellement disponibles, les exportations de pétrole devraient atteindre leur point culminant en 1998, et la Colombie devrait perdre sa situation d’exportateur net dès 2005 ; la production nationale de pétrole brut prévue pour 2002 devrait être identique à celle de 1995, ce qui représenterait à peine 0,8 % de la production mondiale.

53Dans le contexte d’une économie internationale fortement asymétrique, les avantages comparatifs, qui peuvent surgir spontanément dans un pays comme la Colombie, sont le plus souvent associés à la disponibilité de ressources naturelles et/ou de bas salaires. L’expérience a montré que ce type d’avantages facilite l’apparition de pathologies (la maladie hollandaise, la croissance appauvrissante, la détérioration des termes de l’échange), qui enlisent le processus de développement du pays en cause. En revanche, l’analyse récente, réalisée sur de nombreux pays, a permis de mettre en évidence que plus la part de produits manufacturés dans les exportations est importante, plus le taux de croissance de la production de biens et de services est élevé et stable.

54Il existe au moins deux raisons pour qu’il en soit ainsi. La première d’entre elles a été énoncée par les nouvelles théories du commerce et de la croissance, et consiste dans la présence privilégiée d’externalités positives dans l’industrie (surtout celles riches en connaissance). Par conséquent, un programme de développement tendrait à promouvoir le changement de la structure de production, en vue d’accéder idéalement aux industries des technologies de pointe. Il n’est donc pas surprenant que les pays, bénéficiant de taux de croissance élevés et stables, aient enregistré d’importantes modifications dans la structure de leurs exportations, qui ont désormais un fort contenu technologique. A ce sujet, il est parfaitement pertinent d’affirmer à la suite de Lucas (1988) que “les miracles économiques récents, comme celui de la Corée, sont liés non pas à l’augmentation de leurs exportations, mais bien à l’augmentation de leurs exportations de biens non produits traditionnellement par le pays”.

  • 17 Lafay, G., “Spécialisation internationale et croissance nationale, une approche par la théorie des (...)
  • 18 L’élasticité-revenu de la demande pour les exportations est la variation en pourcentage de la dema (...)
  • 19 Lafay, G., Commerce International : La Fin des Avantages Acquis, Paris, Economica, 1989.

55La seconde explication de la relation positive entre le taux de croissance du PIB par habitant, et la part des biens manufacturés dans les exportations totales d’un pays, est développée par la théorie des créneaux17, et se rapporte aux élasticités-revenu de la demande aux exportations18. Si ces élasticités sont élevées, on observe une diminution des risques de fluctuation ou de détérioration des termes de l’échange, et par là-même une stabilisation du taux de croissance. Si elles sont supérieures aux élasticités-revenu de la demande aux importations, on note une obtention de soldes positifs pour les comptes courants de la balance des paiements, et de ce fait un desserrement de la contrainte externe. Or, il paraît désormais évident que les biens manufacturés disposent d’élasticités-revenu plus élevées que les biens primaires19.

  • 20 Krugman, P., “Differences in income elasticities and trends in real exchange rates”, European Econ (...)
  • 21 Houthakker, H. S. & Magee, S., “Income and price elasticitics in world trade”, The Review of Econo (...)

56Ainsi, une stratégie économique, tendant à assurer des taux de croissance élevés et stables sur le long terme, devrait favoriser l’adéquation de la structure de la spécialisation internationale du pays à la dynamique sectorielle du marché mondial. Or, la politique du “laissez faire-laissez aller” ne saurait promouvoir un tel objectif dans un pays comme la Colombie. Une telle assertion est confirmée par Ρ Krugman (1989) : “les pays à forte croissance doivent garantir de hautes élasticités-revenu de la demande pour leurs exportations, tout en maintenant de faibles élasticités-revenu de la demande pour leurs importations”20. Autrement dit, le soutien à une spécialisation en contradiction avec la dynamique du marché serait fortement préjudiciable pour le développement. C’est à cela que semblent se référer Houthakker et Magee (1969) : “certains pays d’Amérique Latine doivent faire face à des élasticités-revenu de la demande pour leurs exportations beaucoup trop faibles, vraisemblablement en raison d’un accent excessivement mis sur des secteurs primaires comme le café”21.

  • 22 Rodriguez, L. H., “Inserción internacional de Colombia”, dans SARMIENTO, E., Cambios Estructurales (...)

57En ce qui concerne plus particulièrement la Colombie, il existe des indices manifestes d’une asymétrie entre les élasticités-revenu de la demande pour ses exportations (0,25 en moyenne) et celles de la demande pour ses importations (1,02 en moyenne)22.

58En outre, la libéralisation indiscriminée des importations dans un pays qui par le passé contraint de restreindre ses achats externes de biens de consommation, et qui connaît une répartition des ressources dramatiquement inégalitaire, devrait engendrer, sans aucun doute, une hausse substantielle des importations de biens de consommation. Certes, une ouverture commerciale bénéficie immédiatement aux consommateurs d’une économie en développement ; néanmoins, on ne saurait ignorer que le comportement de consommateurs suppose la détention préalable d’un emploi de qualité, assurant l’obtention de revenus corrects.

  • 23 Agudelo, M. I., “Comptabilización de las dos fuentes del ahorro y la inversión : creación de nueva (...)
  • 24 Nurkse, R., Problems of Capital Formation in Underdeveloped Countries, Oxford, Basil Blackwell, 19 (...)

59Selon les analyses sur la Colombie, “une augmentation des exportations génère un accroissement de l’épargne interne, tandis qu’une hausse des importations provoque une expansion de la consommation, et par là-même une réduction de l’épargne”23. Dans la mesure où l’ouverture économique et donc la libéralisation des importations suscite une hausse des importations de biens de consommation et diminue l’épargne disponible pour les investissements, cette politique affecte de manière négative la croissance du pays. Nous serions devant une situation typique de fracture externe, compréhensible au regard des effets d’une économie mondiale asymétrique sur les économies en développement24.

60Posons la considération suivante : que la politique d’ouverture a été appliquée à une économie caractérisée par une structure de spécialisation internationale asymétrique par rapport aux demandes mondiale et domestique, et par une insertion marginale et périphérique dans l’économie internationale. Dans un tel contexte, il est tout à fait probable que le maintien de cette politique conduise à moyen et long termes au renforcement d’une insertion internationale relativement traditionnelle, c’est-à-dire basée sur des exportations quantitativement insuffisantes pour couvrir les flux d’importations désirés, et majoritairement composées de produits primaires. Ainsi, les conditions économiques connues par la Colombie ne paraissent des plus favorables pour son développement.

  • 25 Weiss, J., “Japan’s post-war protection policy : some implications for less developed countries”, (...)

61Se développer au sein d’une économie internationale asymétrique semble exiger, comme l’indiquent l’histoire et la théorie, une politique commerciale plus active, de nature à générer une recomposition sectorielle et technologique du tissu productif national25. Il est d’autant plus important de mettre l’accent sur une telle politique que les investissements sont faibles, puisque les avantages comparatifs se fondent essentiellement sur l’allocation optimale des ressources. Il n’est pas nécessaire d’investir ; il est nécessaire d’inscrire les investissements dans une stratégie pertinente de spécialisation internationale. Par conséquent, l’ouverture économique aux importations devrait être subordonnée à la réussite de la promotion des exportations.

62L’objectif étant d’atteindre un taux de croissance élevé et stable sur le moyen et le long termes, la politique la plus performante paraît consister en une ouverture économique menée en fonction du degré d’achèvement des politiques suivantes : diversification de la production, perfectionnement technologique, et augmentation des exportations. Ceci peut prendre la forme d’une protection sélective et provisoire, prise d’un commun accord avec une ou plusieurs autres économies partenaires, par exemple dans la cadre d’un processus d’intégration. En conséquence, la politique la plus adéquate ne semble pas l’ouverture pure et simple, mais l’ouverture complexe et difficile : il s’agit de modifier la structure productive de l’économie pour acquérir la compétitivité indispensable sur les marchés internationaux les plus dynamiques. Tout particulièrement, cela requiert une politique industrielle active, permettant de rendre la structure de spécialisation internationale de la Colombie plus adaptée aux marchés porteurs de l’économie internationale.

Notes

1 Young, Α., “Japan’s post-war protection policy : some implications for less developed countries”, The Journal of Development Studies, janvier 1986.

2 IMF, Direction of Trade Book, 1980 et 1988.

3 Rodriguez, L. H., “La inserción internacional de Colombia y su adaptación a la dinámica de las demandas mundial y doméstica”, Desarrollo y Sociedad, septembre 1987.

4 Une économie se spécialise internationalement dans une activité productive (secteur, branche, produit), dans la mesure où elle atteint un niveau de production domestique excédentaire par rapport à la demande interne correspondante.

5 En moyenne entre 1973 et 1988, IMF, Direction of Trade Statistics, 1980 et 1988.

6 Indicateur du niveau de spécialisation : D = Q/(Q+M-X), avec Q production domestique, X les exportations, M les importations.

7 Spraos, J., “The statistical debate on the barter terms of trade between primary commodities and manufactures”, Economic Journal, volume 90, n° 375, 1980 ; Grilli, E. R. & Yang, M. C, “Primary commodity prices, manufactured good prices and the terms of trade of developing countries : what the long run shows ?”, The World Bank Economic Review, volume 2, n° 1, 1988 ; Cuddington, J. T. & Urzua, C. M., “Trends and cycles in the net barter terms of trade : a new approach”, The Economic Journal, juin 1989 ; Powell, Α., “Commodity and developing country terms of trade : what does the long run show ?”, The Economic Journal, novembre 1991.

8 Carrizosa, M., “La balanza comercial en la década de los ochenta”, dans Fedesarrollo, La Economía Colombiana en la década de los Ochenta, Bogotá, 1980.
Echavarria, J.J., “La evolución des las exportaciones colombianas y sus determinantes : un análisis empírico”, Revista del Banco de la República, août 1980.
Villar, L., “Determinantes de la evolución de las exportaciones menores en Colombia 1960-1981”, Coyuntura Económica, octobre 1984.

9 Augmentation en pourcentage de la quantité que l’on désire exporter, face à la hausse en pourcentage du prix du bien considéré.

10 Entre 1984 et 1986, l’investissement public a représenté en moyenne 8,3 % du PIB colombien ; or 26,7 % de cet investissement public a été destiné à Ecopetrol (entreprisez pétrolière) et Carbocol (entreprise charbonnière). Quant au Fonds National du Café, entre 1976 et 1988, il a accru la part des actifs immobilisés investis dans l’activité caféière, de 9,9 % en moyenne chaque année.

11 La zone étudiée correspond au premier degré de l’intégration économique, dans la mesure où elle impose seulement un accord sur la libéralisation du commerce des biens et éventuellement des services entre les pays partenaires, tout en reconnaissant à chacun d’entre eux leur pleine autonomie pour la règlementation de leur commerce avec les pays tiers, le contrôle des mouvements de capitaux sur leur territoire national spécialement ceux effectués par des personnes étrangères. L’Union Douanière correspond au degré suivant de l’intégration, puisqu’elle impose aux pays partenaires d’établir un Tarif Douanier Extérieur Commun, c’est-à-dire de réguler d’un commun accord leur commerce avec les pays tiers.

12 Le Venezuela est entré dans le groupe en 1974, et le Chili s’est retiré en 1976.

13 Rodriguez, L. H., “Economic integration and external restriction : the case of the Anden Pact”, dans Lachmann, W., Andenpakt und Europaische Gemeinschaft, Frankfurt, Peter Lang, 1990.

14 Le “concordato” est une convention entre une entreprise qui a suspendu ou risque de suspendre le paiement courant de ses fournisseurs, et ses créanciers, en vue de leur garantir le paiement de leurs créances avant la liquidation judiciaire.

15 Ocampo, J. Α., Directeur du Département National de la Planification en Colombie, propos tenus lors de la conférence de clôture du colloque sur “Intégration Régionale et Perspectives”, Santafé de Bogota, 3 novembre 1995, pp 3 & 4.

16 Ocampo, J. Α., op. cit., ρ 9.

17 Lafay, G., “Spécialisation internationale et croissance nationale, une approche par la théorie des créneaux”, Revue Economique, mai 1974 ; Lafay, G., Dynamique de la Spécialisation Internationale, Paris, Economica, 1979.

18 L’élasticité-revenu de la demande pour les exportations est la variation en pourcentage de la demande pour les exportations en fonction de la variation en pourcentage du revenu des pays acheteurs.

19 Lafay, G., Commerce International : La Fin des Avantages Acquis, Paris, Economica, 1989.

20 Krugman, P., “Differences in income elasticities and trends in real exchange rates”, European Economic Review, n° 33, 1989.

21 Houthakker, H. S. & Magee, S., “Income and price elasticitics in world trade”, The Review of Economics and Statistics, mai 1969.

22 Rodriguez, L. H., “Inserción internacional de Colombia”, dans SARMIENTO, E., Cambios Estructurales y Crecimiento : 20 años de Experiencia Colombiana, Bogotá Tercer Mundo & Uniandes, 1992.

23 Agudelo, M. I., “Comptabilización de las dos fuentes del ahorro y la inversión : creación de nuevas series”, Ensayos sobre Política Económica, juin 1991.

24 Nurkse, R., Problems of Capital Formation in Underdeveloped Countries, Oxford, Basil Blackwell, 1953.

25 Weiss, J., “Japan’s post-war protection policy : some implications for less developed countries”, The Journal of Development Studies, janvier 1986.

Notes de fin

* Université de Los Andes, Bogota.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE 1 : GDP PER CAPITA EN $ (PRIX DE 1980)
Légende Source : Maddison, Angus (1989).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre TABLEAU 1. PARTICIPATION AU PIB MONDIAL, AUX EXPORTATIONS MONDIALES, ET AUX IMPORTATIONS MONDIALES, EN POURCENTAGES
Légende Sources : Banque Mondiale, Rapport sur le Dévéloppement Mondial, 1991 et 1995.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre TABLEAU 2. COMPOSITION PAR TYPES DE PRODUITS DU COMMERCE INTERNATIONAL DES BIENS MANUFACTURÉS, EN POURCENTAGES
Légende Sources : Maizels (1970) et Lafay (1989).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre TABLEAU 3. PART DE CERTAINS PRODUITS DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL, EN POURCENTAGES
Légende Sources : Lafay (1989).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre GRAPHIQUE 2. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre GRAPHIQUE 2A. INDICATEUR D’AVANTAGE COMPARATIF
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 4. ADAPTATION DE LA SPÉCIALISATION INTERNATIONALE DE LA COLOMBIE, À LA DYNAMIQUE DES DEMANDES MONDIALE ET DOMESTIQUE
Légende Sources : pour le niveau de spécialisation et la croissance de la demande domestique, voir les Comptes de la Nation à partir de 1975 ; pour la croissance de la demande mondiale, voir CEPII (1983) et Lafay (1989).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre GRAPHIQUE 3 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DES PAYS INDUSTRIALISÉS (PXPI) ET DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT (PXPED). INDICES DE VALEUR UNITAIRE
Légende Sources : FMI, Statistiques financières internationales, 1991.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre GRAPHIQUE 4 : ÉVOLUTION DES PRIX DES EXPORTATIONS DE BOLIVIE, COLOMBIE, CORÉE ET JAPON, 1965-1990 (INDICES DE VALEUR UNITAIRE, 1985=100)
Légende Sources : FMI, Statistiques financières internationales, 1991.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre TABLEAU 5. ÉVOLUTION ASYMÉTRIQUE DES PRIX INTERNATIONAUX
Légende Sources : Revista del Banco de la República de Colombia pour les colonnes 1 à 5 ; et les Statistiques Financières Internationales pour la colonne 6.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre TABLEAU 6. CCONTRAINTE EXTERNE SUR LA CROISSANCE
Légende Sources : Comptes de la Nation, FMI, Revista del Banco de la República de Colombia, Banque Mondiale.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre TABLEAU 7. INVESTISSEMENT ET CROISSANCE SECTORIELLE
Légende Sources : les Comptes de la Nation
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU 8. EXPORTATIONS COLOMBIENNES VERS LE GROUPE ANDIN ET VERS LE G-3, EN POURCENTAGES DES EXPORTATIONS TOTALES DE LA COLOMBIE
Légende Sources : Ministère du Commerce Extérieur de Colombie.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2068/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable