Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

II. Adaptations de l'espace et de la société

Chapitre 10. Les syndicats en Colombie

Rocío Londoño Botero
Traduction de Marie Laure Basilien Gainche

Texte intégral

  • * Professeur de sociologie, Université nationale de Colombie, Bogota.

1Note portant sur l’auteur*

2Du point de vue constitutionnel, on ne saurait affirmer que le régime politique colombien est excluant, centraliste et autoritaire. En effet, la constitution de 1991, ainsi que les lois et règlements d’application de cette dernière, reconnaissent aux citoyens en général, et aux communautés indigènes et noires en particulier, des droits, qui sont autant d’outils pour s’organiser, défendre leurs intérêts, et participer à la gestion publique. De plus, cette nouvelle charte constitutionnelle n’accorde pas aux partis une compétence exclusive, en matière de représentation politique et d’initiative législative. Toutefois, le changement de la structure étatique, et la modification de traditions socio-politiques séculaires, exigent du temps, beaucoup plus que ce que certains désirent ou imaginent.

  • 1 Delgado, Alvaro, “Gavina Frente al Sector Popular : del Dicho al Hecho”, Revista Cien Días, CINEP, (...)

3Ainsi, en dépit d’une meilleure utilisation des mécanismes de résolution des différends, une bonne partie des conflits socio-politiques se déroulent toujours en marge de la légalité. Dans le domaine du travail, plus de 50 % des conflits de ces quatre dernières années se sont effectués en violation des normes et conventions ; par exemple, 15 % d’entre eux se sont développés autour de manifestations de solidarité et de protestation politique, qui ne font pas partie des motifs légalement admis de déclaration de la grève1 . Ce fossé entre réglementation et expression des conflits sociaux en Colombie révèle non seulement les limites intrinsèques à l’ordre juridique, mais également les résistances affichées au respect des règles.

4Aux problèmes socio-politiques structurels du pays, s’ajoutent aujourd’hui ceux provoqués par l’affirmation de l’ouverture économique, et par l’adoption de politiques néolibérales de gestion des administrations et des services publics. En effet, les principes d’équité et justice sociale, propres au régime de démocratie participative instauré par la constitution de 1991, paraissent difficilement conciliables avec les implications sociales de la globalisation de l’économie et de la liberté de marché. Il convient alors d’étudier comment les organisations populaires et les acteurs sociaux peuvent répondre aux défis de la modernisation de l’Etat, dans un climat de désintégration sociale, d’extension de la violence, et de crise politique sévère. Avant de centrer notre analyse sur la décennie 1980, nous présenterons brièvement la trajectoire historique de l’organisation populaire en Colombie.

UNE VISION RÉTROSPECTIVE

  • 2 Torres Giraldo, Ignacio, Los Inconformes, Bogotá, Edición Latina, tomes 3 & 4 ; Urrutia, Miguel, H (...)

5Au début du siècle, les Colombiens exprimaient leurs solidarités, aspirations, revendications, particularités, grâce à divers types d’organisations. Parmi celles qui ont occupé la place la plus importante dans la vie sociale de l’époque, il convient de mentionner les sociétés d’artisans, les mutuelles de secours et d’entraide, les institutions de charité et de bienfaisance, les coopératives d’épargne. Si les femmes parvenaient à s’organiser, leurs interventions dans la vie publique demeuraient cantonner aux actions en faveur des déshérités, et atteignaient rarement des dimensions de grande envergure2. Quant aux opinions politiques, elles se manifestaient surtout par l’adhésion au parti libéral ou au parti conservateur, dans la mesure où les tendances socialistes avaient une audience réduite.

6Ainsi, au moment de l’industrialisation et de la modernisation du pays, c’est un nouveau pays qui s’est révélé au travers d’une réelle explosion sociale. Celle-ci a débuté dans les années 1920, et s’est prolongée jusqu’à la fin des années 1930, avec les luttes agraires, mobilisations ouvrières, manifestations étudiantes, protestations indigènes, pressions féminines.

  • 3 Archila, Maurici), Cultura e Identidad Obrera : Colombia 1910-1945, Bogotá, CINEP, 1991.

7Le mouvement social semble donc s’être développé autour de deux axes fondamentaux : d’une part, les luttes des paysans et des colons pour obtenir des terres, et de meilleures conditions de travail dans les haciendas ; d’autre part, les grèves des ouvriers pour obtenir une reconnaissance légale de leurs organisations syndicales et de leurs revendications salariales. Si les ligues agraires, les colonies paysannes et les organisations syndicales ont ainsi commencé à apparaître, les anciennes associations artisanales, mutualistes ou caritatives n’ont pas pour autant disparu3.

8Certes, l’affirmation de ces nouvelles formes d’organisation des paysans et des ouvriers s’est nourrie de la tradition et de l’expérience des groupes d’artisanat, de secours, de bienfaisance. Néanmoins, elle a également subi l’influence des courants libéraux, des noyaux socialistes, et du parti communiste récemment créé, comme en témoignent les occupations d’haciendas, les grèves ouvrières, les cahiers de doléances, les dépôts de plaintes, et les parutions de périodiques et de pamphlets.

9Mais la Violencia, apparue à la fin des années 1940, faite de confrontations entre libéraux et conservateurs, de répression officielle, de conflits locaux, a affaibli sensiblement les organisations populaires. Elles ont alors été supplantées par des groupes armés de résistance et d’autodéfense, dans les zones rurales et urbaines. Or, à cette même époque, le rythme de l’industrialisation s’est accéléré suite aux répercussions de la seconde guerre mondiale sur l’économie colombienne, et a donc accentué l’exode rural provoqué par la Violencia. Cette émigration intérieure, sans précédent dans l’histoire nationale, a engendré une urbanisation brutale du pays, qui n’a pas été accompagnée d’une modification des modes de vie et des mentalités.

10Ainsi, la période de la violence a été une période de dislocation des méthodes légales de l’expression politique et sociale. De fait, suite à l’assassinat du leader populaire Jorge Eliecer Gaitán le 9 avril 1948 à Bogota, les masses rurales et urbaines ont perdu toute confiance dans les lois et les institutions. Elles ont alors eu recours à la violence, dans laquelle elles ont trouvé une forme d’expression de leur colère et de leur puissance, face aux oligarchies traditionnelles. Les Colombiens ont donc délaissé leurs organisations, pour prendre les armes, afin de défendre leurs terres et leurs familles. C’est pourquoi les mouvements sociaux et syndicaux ont alors sombré dans une profonde léthargie, dont ils ne devaient sortir que dans les années 1970.

11Grâce à la réconciliation des deux partis historiques dans le Front National tendant à rétablir ordre et gouvernabilité en Colombie, les organisations populaires ont pu rapidement se relever. D’une part, le syndicalisme libéral et communiste s’est reconstruit ; d’autre part, le syndicalisme catholique, créé sous les auspices de la hiérarchie ecclésiastique et du gouvernement conservateur durant la Violence, a déployé une activité insoupçonnable. C’est ainsi que la syndicalisation a pu atteindre le taux le plus élevé de son histoire entre 1965 et 1980, sans toutefois jamais dépassé 16 % de la population active. De plus, s’est produite une nouvelle vague de luttes agraires, reprenant leurs formes traditionnelles, mais tout en se retrouvant mêlées aux guérillas.

  • 4 Sánchez, Gonzalo & Peñaranda, Ricardo, Pasado y Presente de la Violencia en Colombia, Bogotá, CERE (...)

12Par ailleurs, l’industrialisation et l’urbanisation ont participé de l’émergence des classes moyennes, émergence qui s’est accompagnée de l’apparition de mouvements culturels et sociaux, et de l’apogée relative des expressions politiques de gauche. De fait, les étudiants ont joué un rôle actif dans le renversement du gouvernement militaire de Rojas Pinilla en 1957, ont fait pression pour obtenir des réformes de l’éducation, et ont constitué une importante force anticonformiste opposée au Front National les employés en col blanc, tels que les médecins, les enseignants et les magistrats, ont formé des syndicats, et ont adopté des méthodes de protestation traditionnellement propres aux ouvriers ; les femmes ont accru les activités de leurs groupements, devenus de plus en plus politiques et particularistes4.

  • 5 Luna, Lola & Villareal, Norma, Historia, Genero y Política : Movimientos de Mujeres y Participació (...)

13L’éclosion du mouvement des “sans logis” à Cali, mené par le libéral Alfonso Barberena et par le communiste Julio Rincón, a été l’une des expressions les plus marquantes de paysans urbanisés de force. Devant l’absence de réponses étatiques aux nouveaux besoins des villes en logements et en services publics, de nombreux migrants ont eu recours à l’invasion de lieux habités, et à l’organisation de réseaux clandestins. C’est au cours de cette période que se sont multipliés dans le pays divers types de manifestations urbaines, parmi lesquels il convient de mentionner les grèves civiques5.

  • 6 Medofilo, Medina, La Protesta, Urbana en Colombia, Bogotá, Ediciones Aurora, 1984 ; Torrez Carrill (...)

14Quant au mouvement syndical, il a employé des méthodes plus radicales, telles que les occupations d’entreprises et les initiatives de grève générale. “Dans cette conjoncture, les grèves ont acquis une ampleur sans précédent : ce sont 697 grèves et 5 initiatives de grève générale qui se sont produites entre 1962 et 1973”. Cependant, il convient de souligner que les occupations d’entreprises ont été généralement éphémères, et que les grèves générales réussies sont relativement rares6.

15Les gouvernements du Front National ont défini divers mécanismes, en vue d’atténuer les implications socio-politiques de la Violence, et de canaliser les revendications populaires. Ils ont tenté de les mettre en application. Ainsi, en 1958, à l’initiative de l’administration du Président Alberto Lieras Camargo, a été organisée la constitution d’Assemblées d’Action Communale dans les zones rurales, et dans les quartiers urbains défavorisés. Au cours de la décennie suivante, le Président Carlos Lieras Restrepo a suscité la fondation de l’Association Nationale des Usagers Paysans (ANUC). En relation étroite avec cette dernière organisation, a resurgi dans les années 1970 le mouvement indigéniste, sous la direction du Conseil Régional Indigène du Cauca (CRIC).

16Suite à ce bref et incomplet rappel historique, il apparaît que la majeure partie des mouvements sociaux, à l’exception notable des syndicats, sont nés au cours des décennies 1960 et 1970. Ces dernières années, des expériences innovantes se sont affirmées : l’organisation des communautés noires, la création de l’Organisation Nationale des Indigènes de Colombie (ONIC), l’Association Nationale des Usagers de la DRI (ANDRI), les groupements écologistes, les comités de solidarité et de défense des droits de l’homme. Si les organisations populaires semble aujourd’hui disposer d’un large éventail de formes diversifiées, il n’en demeure pas moins que leur processus de consolidation s’avère difficile. Ceci résulte non seulement des résistances affichées par les classes dominantes et dirigeantes, à la reconnaissance de tout nouvel interlocuteur social autonome ; mais également des résistances émises par la majorité des responsables sociaux, à la réalisation d’une adaptation aux nouvelles réalités colombiennes.

LES ORGANISATIONS CONTEMPORAINES

17On peut affirmer que quatre millions et demi de Colombiens au moins appartiennent à une organisation, chargée de défendre des intérêts collectifs. Le fait que 20 % des Colombiens de 18 à 64 ans s’impliquent ainsi dans des groupements sociaux octroient à ces mouvements un potentiel politique non négligeable. Ce poids est d’autant plus appréciable que les possibilités d’organisation formelle sont restreintes par la législation, et sont concurrencées par de nombreux groupes informels (dont l’incidence sur la dynamique sociale reste à étudier).

18Certes, dans les campagnes comme dans les villes, les communautés familiales et vicinales occupent toujours une place importante dans la vie sociale ; néanmoins, elles s’avèrent désormais insuffisantes pour assurer la socialisation de leurs membres, et mener la lutte pour le pain quotidien C’est pourquoi les pauvres en général et les chômeurs en particulier ont été conduits à s’associer selon des formes différentes, afin de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, et de satisfaire à leurs aspirations engendrées par la vie moderne. Ainsi les nouveaux modes de regroupements semblent avant tout répondre aux impératifs de la survie, et dans une moindre mesure traduire les désirs d’expression de la société civile. Le spectre actuel de l’organisation sociale s’étend donc depuis les institutions de charité apparues au siècle précédent, jusqu’aux groupes écologistes récemment créés. Toutefois, les revendications concernant le travail et le logement demeurent au centre des mobilisations populaires ; les organisations particularistes, ethniques, écologistes..., qui commencent à prendre de l’ampleur, ne parviennent pas encore à exercer une influence comparable à celle des associations traditionnelles, loin s’en faut.

  • 7 Londoño, Rocío, “Crisis y Recomposición del Syndicalismo Colombiano 1946-1980”, dans Nueva Histori (...)

19Les formes d’organisations les plus répandues (couverture territoriale), et les plus puissantes (mobilisation sociale) sont les Assemblées d’Action Communale et les syndicats. Les Assemblées d’Action Communale se révèlent davantage implantées en Colombie que les syndicats, bien qu’elles soient apparues beaucoup plus tard. En 1993, ont été répertoriées 42.582 Assemblées d’Action Communale, regroupant quelques 2.500.000 affiliés dans le pays (Tableau 1), soit 11 % de la population âgée de 18 à 64 ans. Par conséquent, le nombre des adhérents aux Assemblées d’Action Communale dans les seules régions urbaines dépasse légèrement le nombre des syndiqués du pays7 (carte 1).

  • 8 Ministerio de Gobierno, Censo Nacional Calificado de Juntas de Acción Comunal 1993, Santafé de Bog (...)

20Selon les données recueillies lors du dernier recensement syndical8, en 1990, il existait 2.265 syndicats, regroupant presque 900.000 membres, soit 8 % de la population active environ (Tableau 2). Certes, les syndicats sont implantés sut tout le territoire national (carte 2) ; néanmoins, plus de la moitié des salariés syndiqués se trouvent dans les départements du Cundinamarca, de l’Antioquia, et du Valle (carte 3).

21Assemblées d’Action Communale et syndicats rassemblent des habitants et des travailleurs, aussi bien dans les campagnes que dans les villes. Mais la répartition des adhérents s’avère quelque peu marquée. Les Assemblées d’Action Communale bénéficient d’une meilleure présence dans les régions rurales (70 % des assemblées et 53 % des affiliés), tandis que les syndicats occupent une meilleure place dans les zones urbaines (90 % des syndicats et 95 % des membres).

22Un fait relativement récent concerne le poids acquis par les femmes, dans l’action communale, et le syndicalisme. Quelques 1.175.000 femmes représentent désormais 41,6 % des effectifs des Assemblées d’Action Communale, et 34 % des effectifs des syndicats. Certes, le poids numérique des femmes dans de telles organisations a permis une certaine reconnaissance de leurs revendications et de leurs préoccupations propres ; néanmoins, leur participation aux organes de direction de ces groupements demeure réduite à la portion congrue.

TABLEAU 1. SYNDICATS ET POPULATION AFFILIÉE PAR DÉPARTEMENTS (1947-1990)

TABLEAU 1. SYNDICATS ET POPULATION AFFILIÉE PAR DÉPARTEMENTS (1947-1990)

Source : Censo Nacional Sindical, Boletín de Análisis y Estadísticas Laborales, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, № 4, juillet décembre 1990, Bogota, p 48.

TABLEAU 2. EVOLUTION QUANTITATIVE DE LA SYNDICALISATION DE 1947 À 1990

TABLEAU 2. EVOLUTION QUANTITATIVE DE LA SYNDICALISATION DE 1947 À 1990

LES SYNDICATS

23L’organisation syndicale traverse actuellement une crise sans précédent dans son histoire. En l’espace de deux décennies, la proportion des travailleurs syndiqués est tombée de 16 % à 6,7 % de la population active, de telle sorte que le taux de syndicalisation colombien est aujourd’hui l’un des plus bas d’Amérique Latine. Ainsi, depuis la grève civique nationale de 1977 orchestrée par les syndicats, aucune mobilisation d’envergure similaire ne s’est produite ; aucun résultat significatif à l’échelle nationale n’a été obtenu par les confédérations syndicales. Ni le regroupement en deux centrales (CUT & CTDC) effectué au milieu des années 1980, ni la fusion de la CTDC avec la CGT en 1992, ne semblent avoir accru, de façon substantielle, les capacités de mobilisation et de négociation du syndicalisme colombien. Et, comme si un tel constat n’était pas suffisamment sombre, il est nécessaire de rappeler l’assassinat de près de 1 500 leaders et militants syndicaux, au cours de la décennie passée.

24Selon le recensement de 1990, voici la répartition de la population syndiquée entre les quatre confédérations existant à l’époque : 57,27 % pour la CUT ; 10,77 % pour la CTDC ; 7,85 % pour la CTC ; 3,95 % pour la CGT. Évidemment, suite à la fusion de la CTDC et de la CGT dans la CGTD, la répartition précédemment énoncée s’est trouvée modifiée ; cependant, nous ne disposons pas des nouvelles données. Certes, le regroupement des syndicats en désormais trois confédérations constitue un progrès par rapport à l’extrême fragmentation de la décennie 1980 ; toutefois, les nouvelles centrales (CUT & CGTD) ne parviennent pas à réaliser “l’unité dans la diversité idéologique”, puisque 20 % des syndicalistes demeurent encore éloignés de leur influence.

  • 9 Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, “III Censo Nacional Sindical”, Boletín de Análisis y Est (...)

25Au cours d’études antérieures, nous avons analysé d’une part les causes possibles de la faiblesse structurelle du syndicalisme colombien ; d’autre part les éventuelles implications de la récession économique et de la restructuration industrielle, sur la diminution du taux de syndicalisation. Dans la mesure où ces analyses ne paraissent pas avoir été remises en cause par de récents événements ou par de nouvelles recherches, nous nous limiterons à les actualiser en présentant un résumé des changements socio-économiques de ces quatre dernières années, et de leurs conséquences probables sur l’organisation syndicale9

26Du point de vue économique, les problèmes, auxquels le syndicalisme a été confronté durant la décennie 1980, découlent de l’impact de la récession économique sur l’emploi, du coût de la restructuration industrielle, et de la restriction salariale imposée par les politiques monétaires anti-inflationnistes. Or les deux dernières années ont ajouté à cela deux nouveaux problèmes : les implications de l’ouverture économique, et les conséquences de la modernisation de l’État. Les considérations qui suivent traitent de ces deux questions.

  • 10 Gómez, Hernando & Londoño, Rocío, & Perry, Guillermo, Sindicalismo y Política Económica, Bogotá, C (...)

27Les politiques en cause supposent des mesures de flexibilisation de l’emploi, ce qui se traduit par une substitution progressive des emplois précaires aux emplois permanents : la flexibilisation affecte la stabilité de l’emploi. Selon Alvaro Zerda, le personnel employé à titre temporaire dans l’industrie a augmenté tout au long des années 1980, pour atteindre un taux moyen annuel de 25 % des effectifs. Pour sa part, Hugo López estime que la proportion des travailleurs précaires du secteur privé est passée de 15,2 % à 20,3 % entre 1984 et 1992, dans les quatre principales métropoles colombiennes ; López considère que le fait le plus notable consiste en ce que “presque le tiers des nouvelles embauches relèvent du domaine du travail précaire”10.

28L’introduction de nouvelles technologies a provoqué des modifications concernant les modalités du travail dans les entreprises, et par là-même concernant les qualifications requises par les employeurs. A ce sujet, Alvaro Zerda mentionne quatre phénomènes remarquables : l’embauche de bacheliers pour des travaux demandant de faibles qualifications, l’augmentation de la polyvalence et de la mobilité des travailleurs, l’exigence de qualifications élevées pour les activités de maintenance des équipements électroniques, et l’accroissement des méthodes de travail en équipe.

  • 11 Zerda, Alvaro, “Modernización Empresarial y Empleo en la Industria Manufacturera Colombiana” p 45 (...)

29Pourtant, l’introduction de nouvelles technologies n’a pas été la seule tendance de la politique de restructuration du secteur productif, comme le souligne Mauricio Cârdenas : “parallèlement à l’actualisation technologique des entreprises, il y a eu un processus d’informalisation et de déconcentration des activités manufacturées, ayant des effets contrastés sur la foce de travail”11. L’hétérogénéité des conditions de travail, accentuée par l’informalisation des activités, a rendu encore plus difficiles la réalisation d’une extension du syndicalisme, et la définition d’une politique globale de revendications. Et cette situation a été de surcroît aggravée par le maintien routinier de vieilles stratégies d’affiliation des travailleurs salariés, et par l’absence de modes d’organisation adaptés aux travailleurs informels.

  • 12 Cárdenas, Mauricio, “Apertura Económica y Reconversión Industrial : Impacto Laboral y Respuesta Si (...)
  • 13 Rios, Norberto, “Efectos Neoliberales en el Sindicalismo”, Corporación SOS Colombia, n° 20, août 1 (...)

30En ce qui concerne le secteur public, les problèmes rencontrés découlent du programme “modernisation de l’État”, mené par les administrations Gaviria et Samper. La privatisation des entreprises nationales et la restructuration des administrations publiques ont impliqué le licenciement d’un grand nombre de travailleurs, le déplacement de certains d’entre eux, et la réduction des embauches de nouveau personnel. La Centrale Unitaire des Travailleurs CUT estime que 77 830 personnes ont vu se fermer devant elles les portes des services publics, en raison du programme de modernisation de l’État en 1992. Pourtant, selon l’évaluation de ce programme effectuée en 1993 par le Contrôleur Général de la Nation, la réduction du nombre des nominations aurait été de 6 %, ce qui correspondrait au refus de 23 379 employés12. Quant aux effets du programme sur l’organisation syndicale en elle-même, Norberto Rîos estime que cette politique aurait infligé une perte de quelques 40 000 adhérents aux syndicats du secteur public13.

31En outre, il convient d’analyser la loi 50 de 1990, qui a porté de substantielles modifications au droit du travail. La plupart d’entre elles ont été d’ailleurs rejetées par les organisations syndicales. Parmi les changements remettant en cause les droits acquis, les syndicats ont notamment souligné la flexibilisation du travail, la diminution de la stabilité de l’emploi, et la suppression de la rétroactivité des pensions pour les contrats conclus après l’entrée en vigueur de la loi. Contrairement aux syndicats qui ont repoussé globalement la loi 50, Hugo Lôpez considère que la réforme du régime des mises à pied et des licenciements devrait avoir des effets complexes et différenciés.

32Premièrement, en diminuant la charge financière des pensions dont la lourdeur était occasionnée par le principe de la rétroactivité, le nouveau système devrait contribuer à réduire l’instabilité de l’emploi pour les nouveaux travailleurs.

33Deuxièmement, la suppression des clauses de l’ancien code du travail, qui prohibaient le licenciement des salariés ayant 10 ans d’ancienneté, devrait éliminer les velléités des entreprises, cherchant à se débarrasser de leurs employés avant qu’ils ne réalisent leurs 10 années de service. Une telle modification a certainement accentué l’instabilité de l’emploi pour les travailleurs les plus âgés, sans que cela ait pu atteindre la démesure. Lopez conclut ainsi sur ce point : “Comme en toute chose, il convient de ne pas crier victoire sans modération ; premièrement, parce que l’instabilité du travail demeure très élevée (la probabilité de licenciement au cours de l’année d’embauché est toujours de l’ordre de 41 % dans les petites entreprises, et 27 % dans les grandes et moyennes entreprises) ; deuxièmement, parce que, en dépit de la situation démographique (la main d’œuvre jeune, qualifiée et bon marché commence à se faire rare), les avancements à l’ancienneté, qui assurent une meilleure stabilité du travail, ne parviennent pas à s’imposer face aux mesures de productivité”.

34Troisièmement, la réforme, en instaurant l’obligation de payer le dimanche proportionnellement au temps de travail de la semaine, semble avoir permis de restreindre le non paiement, par les grandes et moyennes entreprises, du salaire mensuel minimum. En revanche, en ce qui concerne les petites entreprises, le non paiement du salaire minimum paraît avoir augmenté.

35Quatrièmement, “la réforme semble avoir provoqué un allongement de la durée de la journée de travail des non salariés, en réduisant le coût des heures supplémentaires, nocturnes ou dominicales”. La flexibilité de la durée de la journée de travail a engendré une hausse des emplois à temps partiel, qui sont de plus en plus demandés par les travailleurs, et singulièrement par les femmes.

36Finalement, il convient de mentionner quelques autres éléments : la loi 50 a introduit des changements tels que la simplification des formalités pour la constitution des syndicats, le renforcement de la négociation collective, et la participation de représentants des travailleurs dans les instances chargées de la gestion des conditions de travail.

37Ces changements ont sans aucun doute impliqué de sévères revirements, quant à l’orientation de l’économie nationale, et quant à la gestion de la force de travail. Mais leurs conséquences sur la dynamique syndicale ont été beaucoup plus traumatisantes que ce qui avait été prévu. En effet, les dirigeants syndicaux se sont maintenus fixement dans une position de défense à outrance des revendications traditionnelles ; ils n’ont pas fait preuve de la capacité de formuler des politiques, qui permettent aux organisations syndicales de s’adapter à la nouvelle situation, et de proposer des alternatives aux nouveaux travailleurs. Ainsi, les dirigeants ne semblent pas avoir retenu la leçon de la décennie 1980, au cours de laquelle la récession économique et la crise industrielle avaient révélé le phénomène de la routine syndicale ; ils se sont contentés d’accélérer le processus de fusion au sein des confédérations, de recourir aux stratégies habituelles de résistance, et d’annoncer la convocation de journées nationales de grève ; ils pensaient ainsi empêcher les restructurations industrielles, à tout le moins minimiser leurs effets sur leurs adhérents et sur leur pouvoir.

  • 14 Nieto, Emmanuel, “El Nuevo Régimen de Liquidación y Administración de Cesantía”, Revista de la ENS (...)

38Le symptôme le plus visible de la rude situation du syndicalisme en Colombie est la réduction de son influence sur la population active. Au cours des huit dernières années, le nombre des travailleurs syndiqués a augmenté de 13.000 à peine, tandis que la population active a enregistré une croissance bien supérieure. Cette désaffection se traduit dans la chute du taux de syndicalisation de 9,3 % en 1984 à 6,7 % en 199214 La perte d’adhérents a principalement touché les secteurs des transports et communications ; de l’électricité, du gaz et de l’eau ; des mines et carrières. A l’exception des établissements financiers ayant enregistré une hausse de 2 % de l’affiliation syndicale, les secteurs économiques ont connu une nette diminution du nombre des syndiqués par rapport à la population occupée.

39La répartition de l’adhésion syndicale par branche d’activités révèle que le syndicalisme colombien repose surtout sur le tertiaire (44 %), plus particulièrement sur les organismes publics ; et dans une moindre mesure sur l’industrie (15,5 %), les transports et communications (15,1 %). Toutes les autres branches réunissent à peine le quart des effectifs des syndicats. Pendant les trois dernière décennies, l’implantation du syndicalisme a sensiblement varié, à la faveur des services, des établissements financiers, et du commerce ; et au détriment de l’industrie, des transports, de la construction, et de l’agriculture. Si cette tendance se poursuit, nous aurons dans quelques années en Colombie un syndicalisme dominé par les employés en col blanc, et par là-même une population ouvrière délaissée.

40Lorsqu’on examine la syndicalisation dans les différentes branches d’activités, on peut observer une inégalité des degrés d’organisation. Les meilleurs degrés d’organisation peuvent être trouvés dans les secteurs de l’électricité, gaz, eau (42,0 %) ; des transports et communications (27,4 %) ; des services (18,4 %) ; des établissements financiers (14,3 %). Par conséquent, si les syndicats de l’industrie se situent en seconde position concernant le niveau de structuration, ils rassemblent seulement 8,2 % du total des syndiqués colombiens.

41L’impact sur l’organisation syndicale, des changements économiques récents et des mesures politiques adoptées, se perçoit au travers des variations des taux sectoriels de syndicalisation, durant les huit dernières années.

  1. Seul le secteur financier a vu s’accroître son taux de syndicalisation, qui est passé de 12,7 % en 1984 à 14,3 % en 1990.
  2. La proportion des travailleurs syndiqués dans l’industrie s’est maintenue légèrement en dessous des 8 %.
  3. Les autres secteurs ont connu des diminutions de leur taux de syndicalisation.
  • 15 López, Hugo, op. cit. p 30 á 32.

42La baisse la plus remarquable s’est produite dans le secteur des transports et communications, qui a enregistré une perte nette de 83.500 syndiqués, et une chute de 24 % de son taux de syndicalisation. Dans l’agriculture, le nombre des syndiqués a diminué de 6.800, et le taux de syndicalisation est tombé à 0,3 %. Dans le bâtiment, 1.000 adhérents ont été perdus, et le taux de syndicalisation est descendu à 0,8 %. Enfin, certains secteurs ont vu leur nombre de syndiqués augmenter légèrement, et leur taux de syndicalisation diminuer : il s’agit de l’électricité, gaz, eau (-9 %) ; des mines et carrières (-8 %) ; des services (-1 %) ; de la restauration et de l’hôtellerie (-0,3 %)15.

  • 16 Rios, Norberto, “El Sindicalismo Colombiano Hoy”, Revista de la ENS, n° 25-26, Août 1992, p 62 á 6 (...)

43La diminution des travailleurs syndiqués en valeur relative a résulté de deux phénomènes. D’une part, les processus de restructuration industrielle, et de modernisation étatique ont provoqué des remplacements de travailleurs permanents par des travailleurs précaires dans le secteur privé ; par des licenciements, des déplacements, et des réductions d’embauché dans le secteur public. D’autre part, les réponses données par les syndicats aux défis apparus se sont contentées de reprendre les méthodes traditionnelles d’opposition et de résistance, et ne se sont pas orienter vers une rénovation et une flexibilisation des modes de recrutement et de négociation de l’action syndicale. Selon les dirigeants syndicaux, l’affaiblissement du syndicalisme résulte moins de la diminution des emplois due à l’ouverture économique et de l’incapacité des syndicats à affronter une situation nouvelle, que de “la politique anti-syndicale des patrons”. Mais, nombreux sont les observateurs qui admettent que la politique patronale a causé ses plus grands dommages, dans les entreprises où les syndicats ont adopté des attitudes intransigeantes et contestataires16.

LES GRÈVES

  • 17 “III Censo Nacional Sindical”, op. cit. p 47.

44Le premier trait du syndicalisme colombien, qui attire l’attention lors d’une étude, est la faible utilisation des grèves. Sur la base de données concernant les grèves et les grévistes dans les trente dernières années, Alvaro Delgado affirme que “la majorité des entreprises colombiennes n’ont jamais connu de grèves”17. Suite à une recherche menée en 1986, nous avons avancé quelques explications de ce phénomène, qui paraissent toujours valables. En Colombie, le recours à la grève a été particulièrement réduit non seulement en raison des risques inhérents à ce type d’actions, mais également en raison de le restriction de la légalité de la grève au processus de négociation des revendications. Bien sûr, à ces limitations normatives, vient s’adjoindre la persistance dans l’entreprise d’une mentalité, rejetant les mécanismes modernes de pression et de résolution des conflits du travail, et cherchant à prévenir par tout moyen l’apparition de syndicats en son sein.

45Dans de telles conditions faire une grève suppose à tout le moins une organisation solide, capable de résister aux embûches des patrons et d’esquiver les restrictions légales. Il n’est donc guère étonnant que l’usage de la grève ou de la manifestation ait été pratiquement circonscrit aux travailleurs des grandes entreprises privées et des établissements publics, qui peuvent compter sur des syndicats puissants et sur un pouvoir de pression fort. En vertu de dispositions légales, la grève est étroitement liée à la conduite de négociations sur les revendications présentées, et au respect des normes du travail en vigueur. C’est pourquoi les grèves menées sur le thème de la solidarité de classe, ou de la manifestation de l’opposition politique, adviennent de manière sporadique, dans les seuls secteurs influencés par les courants de gauche. Deux indicateurs confirment cette tendance :

  1. Au vu des statistiques élaborées par Alvaro Delgado, sur une durée de trente ans (1961-1990), ont eu lieu 2.800 grèves, auxquelles ont participé un total de 10 610 701 travailleurs. En d’autres termes, ces chiffres indiquent l’existence d’environ 96 grèves par an, avec la participation de 365 862 travailleurs. Si l’on décompose ces données par secteurs d’activités/on note la prédominance des enseignants parmi les grévistes : presque 60 % des 10 610 701 manifestants étaient des enseignants.
  2. 90 % des grèves de cette période sont intervenues à la suite de plaintes à rencontre des patrons, pour non respect des normes législatives et politique représentent moins de 10 % du total.18

LE PACTE SOCIAL

  • 19 Delgado, Alvaro, El Conflicto Laboral Colombiano, Bogotá, CINEP, 1994.

46Entre tous les changements récents de la politique syndicale, il convient de mentionner la participation des centrales ouvrières, à la négociation du “pacte productivité-prix-salaires”, proposé par le Président Samper. Comme son intitulé l’indique, ce pacte cherche à accroître les indices de productivité dans l’ensemble des activités économiques, à diminuer le taux d’inflation, à préserver le pouvoir d’achat des ménages, et ce au moyen de la concertation entre gouvernement, employeurs, et syndicats. Il convient de ne pas oublier que des expériences de négociation, sur le salaire minimum et sur d’autres points, ont été précédemment réalisées, avec le Conseil National des Salariés (1984-1986), et avec le Conseil National du Travail (1987- 1994)19.

47Dans le cadre de ce pacte social proposé par le Président Samper, deux négociations jusqu’à présent se sont déroulées. La première a été menée à bien en décembre 1994 : elle a permis de fixer la hausse du salaire minimum pour 1995, sur la base d’un taux d’inflation espéré pour l’année à venir de 18 %, et sur la base d’une augmentation de la productivité de 2,5 % ; la croissance ainsi définie de 20,5 % du salaire minimum est devenue le point de référence pour les revendications syndicales en matière d’augmentations salariales. La seconde concertation effectuée en décembre 1995 a établi une hausse de 19,5 % du salaire minimum pour 1996, sur la base d’une inflation estimée à 17 % par la Banque de la République, et d’un indice de productivité de 2,5 %.

48Deux aspects nouveaux apparaissent suite à la présentation de ces négociations : d’une part, l’incorporation d’un indice de productivité dans la fixation des salaires, quoique peu save réellement comment les calculs s’effectuent ; d’autre part, l’investissement du gouvernement dans une restriction de l’inflation, ce qui lui impose de conduire une politique drastique de contrôle des prix et de gestion de la dépense publique. Mais, tant les syndicalistes que les patrons affirment que les résultats du pacte de 1995 n’ont pas été ceux espérés.

  • 20 Delgado, Alvaro, “Gavina Frente al Sector Popular...”, op. cit. p 21.

49Les dirigeants syndicaux, ayant participé à la concertation, reconnaissent volontiers que l’inflation a diminué de 2,02 % par rapport à 1994. Cependant, ils soulignent les conséquences négatives de la politique de restriction monétaire, conduite par la Banque de la République. Ils attribuent à cette politique des effets indirects comme “les fermetures d’entreprises, la disparition d’emplois industriels, l’absence de création d’emplois dans le secteur public, et la baisse de la demande”. Ils ne se montrent pas satisfaits non plus par le pacte, concernant l’évolution effective des prix, dans la mesure où “74 articles du panier de la ménagère, représentant 37,95 % du total, ont vu leurs prix augmenter de 18 %”. Certes, les dirigeants syndicaux admettent que cette concertation a permis de donner une définition plus précise du concept et de la mesure de la productivité ; néanmoins, ils affirment que les travailleurs associent toujours la notion de productivité à la surexploitation de la force de travail, et que les employeurs se focalisent sur ce point”. Enfin, les syndicats soulignent que. “le rapport du ministère du travail signale que 64 % des conventions collectives signées ont enregistré une augmentation de salaires inférieure à 20,5 %, ce qui indique le non respect des critères définis par le pacte en matière de réajustement salarial, c’est-à-dire la productivité et les marges bénéficiaires des entreprises”20.

  • 21 Londoño, “Problemas Laborales y Sindicalismo...”, op. cit. ; Perry, Sindicalismo y Política Económ (...)

50Sous la pression des représentants syndicaux, la négociation de 1994 a introduit un chapitre sur “le renforcement du mouvement syndical”. Ainsi a été créée une commission tripartite, rattachée au ministère du travail, dont la mission consiste “à analyser les articles de la constitution en relation avec le droit syndical et à déterminer leur mode d’application”. Les dirigeants syndicaux ont reconnu trois éléments positifs dans le compromis atteint : l’élaboration de deux projets de loi, le premier concernant la restructuration du ministère du travail, et le second concernant la garantie du privilège syndical dans le secteur public ; la formation de commissions chargées d’étudier les problèmes du syndicalisme, et de dessiner des solutions sous forme de programmes ; l’octroi d’un espace à la télévision nationale, selon un rythme hebdomadaire, pour la vulgarisation des thèmes syndicaux21.

51Bien que l’on ne dispose pas encore d’un recul suffisant pour réaliser une évaluation sérieuse du Pacte Social, certains indices permettent d’affirmer que son avenir demeure incertain. En effet, aux critiques émises par les dirigeants syndicaux, s’ajoutent le mécontentement des patrons, devant l’absence de mise en œuvre, par le gouvernement, d’une politique d’austérité (compression de la dépense publique et contrôle de la hausse des tarifs publics) ; et les observations d’instituts comme Fedesarrollo, selon lesquels le ralentissement de l’inflation ne saurait être attribué au Pacte Social. De surcroît, l’appui syndical a diminué sensiblement au lieu d’augmenter ; la CGTD, deuxième centrale par l’importance numérique, s’est retirée de la table des négociations, et plus du tiers des délégués au troisième congrès de la CUT se sont prononcés à rencontre du maintien de l’organisation dans les négociations.

52Dans un tel contexte, la nomination récente du Président de la CUT, Orlando Obregón, à la tête du ministère du travail, apparaît comme une mesure désespérée du Président Samper, en vue de gagner un soutien parmi les travailleurs, et de sauver le Pacte Social. Toutefois, cette vieille technique, de la nomination de leaders syndicaux comme ministres du travail, semble avoir apporté peu de bénéfices au gouvernement ; en l’occurrence, le Président Samper a seulement extrait de la CUT un dirigeant investi dans le processus de concertation du Pacte Social, et lui a confié la difficile gestion du domaine de l’emploi.

  • 22 Compromiso, novembre 1995.

53Certes, la nomination de Obregón a reçu le soutien public du Front Unitaire des Travailleurs Démocrates, qui détient une grande importance au sein de la CUT ; néanmoins, les sceptiques n’ont pas tardé à élever la voix, puisqu’ils ont annoncé des journées de manifestation pour obtenir l’augmentation de 19,5 % du salaire minimum. Le Président de la CTC et le secrétaire général de la CGTD ont affirmé récemment : “Obregôn détient la responsabilité d’effacer le goût amer laissé par l’administration de l’ancien syndicaliste Jorge Carrillo, durant le gouvernement de Belisatrion Betancur”. Ils ont exprimé des doutes sur le fait que le nouveau ministre puisse bénéficier de l’espace politique indispensable, pour initier les changements requis par les syndicats, concernant les modes de la concertation individuelle et collective, la restructuration de la Sécurité Sociale, et la génération d’emplois productifs22.

LE FUTUR PROCHE

54Effectuer des exercices de prospectives dans le cas colombien n’a jamais été aisé, puisque l’instabilité socio-politique paraît être le trait dominant du panorama national. Cependant, nous tenterons de formuler quelques hypothèses sur l’avenir des organisations populaires dans le pays.

551- Partons de la considération selon laquelle le changement substantiel des politiques économiques en cours, et le projet de réformes à tonalité sociale, ne semblent guère réalisables dans le court terme. De cela, on ne saurait pour autant déduire que les organisations populaires ne peuvent lutter pour obtenir satisfaction, en ce qui concerne la redistribution des ressources, la qualité de la vie des individus, la modernisation des relations de travail dans le secteur informel, la restauration du pouvoir d’achat des salaires, et la consolidation du droit d’expression social et politique. Selon nous, les organisations sociales colombiennes ont à affronter un défi majeur : faire un plein usage des nouveaux droits socio-politiques qui leur ont été accordés par la constitution de 1991, et par les lois et règlements d’application, en vue d’élargir leurs marges de manœuvre, d’augmenter de manière substantielle leur représentativité, et d’accroître leur capacité de pression et de négociation. Certes, la violence endémique et les coutumes politiques limitent le développement entier des nouveaux droits des organisations populaires ; néanmoins, l’espace reconnu à l’action sociale et politique est aujourd’hui beaucoup plus large que durant la décennie précédente. Pour le reste, il semble que soient réunies les conditions requises, pour que les organisations syndicales cessent d’être des clientèles politiques et puissent redéfinir leurs relations avec les partis.

562- Il est probable que le syndicalisme demeure la principale forme d’association des salariés, pour la négociation collective des rémunérations et des conditions de travail. Mais, imaginons que les syndicats persistent dans leurs positions contestataires, dans la défense à outrance de modèles économiques utopiques, dans le maintien de revendications traditionnelles, au sein du contexte actuel marqué par la flexibilisation de l’emploi, la rationalisation des emplois publics, le poids croissant des impératifs de la productivité, l’augmentation de l’exigence de la qualification des travailleurs ; il est alors prévisible que les syndicats verront leur audience et leur représentativité diminuer, et devront se contenter d’une influence auprès des seuls vieux travailleurs.

57En admettant que les obstacles opposés au syndicalisme par le patronat et par l’État soient importants, la responsabilité des dirigeants syndicaux eux-mêmes dans la crise sévère de l’organisation syndicale ne saurait être pourtant occultée. Le fossé entre une rhétorique radicale et des pratiques conciliatrices, la routinisation et la bureaucratisation des appareils syndicaux, l’absence de rénovation effective des cadres de la direction, et les méthodes clientélistes de gestion des organes, sont autant de problèmes graves, qui appellent des solutions sérieuses. Or aux problèmes précédemment énumérés, s’ajoutent aujourd’hui la question de la corruption affectant désormais le syndicalisme de gauche, et le danger de l’instrumentalisation des syndicats par les guérillas.

58Dans un tel climat, la décision du troisième congrès de la CUT de modifier ses statuts, en vue d’introduire le système du vote direct et secret pour l’élection des membres des organes de direction, s’avère positive : elle traduit le fait que les problèmes du syndicalisme sont désormais réellement reconnus. Bien que l’adoption d’un nouveau régime électoral sans les syndicats ne soit pas exempte de risques, on peut estimer que cette réforme produira un renouvellement rapide de la direction syndicale, et diminuera la pression politique exercée jusqu’à présent sur les militants. Une autre proposition a été énoncée qui devrait contribuer à consolider l’influence des militants sur les dirigeants syndicaux : il s’agit d’un mécanisme de révocation des dirigeants de leur mandat au sein de l’organisation.

593- Le fait que plus de 50 % des travailleurs se trouvent dispersés entre de petites unités économiques dans des conditions de travail très diverses constitue l’un des obstacles les plus importants à l’extension de la syndicalisation et à l’unification des salariés autour de revendications communes. Or, les efforts accomplis par les confédérations pour créer des structures et définir des politiques, adaptées aux aspirations des secteurs populaires, ont été rares et faibles. Organiser les travailleurs informels et les intégrer dans les luttes ouvrières constitue un autre défi majeur du syndicalisme colombien, et demande d’étudier les expériences menées en ce sens dans d’autres pays, et la trajectoire des organisations de vendeurs ambulants en Colombie.

604- En ce qui concerne les questions du logement, de l’accès aux produits de consommation courante, l’amélioration de la qualité de la vie, les syndicats ont perdu de leur poids, au moment où les organisations coopératives gagnaient une audience considérable. De plus, la prolifération de ces associations, comme mode de regroupement des chômeurs et travailleurs informels, traduit un affaiblissement des syndicats dans leur domaine propre. Certes, la spécialisation des organisations sociales est une tendance mondiale, et le syndicalisme ne peut canaliser toutes les revendications des populations ; mais, il apparaît indispensable que les syndicats colombiens accordent une plus grande attention aux aspirations des travailleurs, aspirations allant bien au-delà de la seule question des conditions de travail.

615- L’extension des organisations formelles en Colombie se heurte également au fait que plus de 40 % de la population nationale vit dans des conditions de pauvreté, ne dispose pas d’emploi, ne bénéficie pas de ressources stables, survit en recourant à ce que le langage populaire appelle “el rebusque”. En effet, la marginalisation de ces personnes les oblige à mener une quête incessante de leurs moyens de subsistance, en s’appuyant sur des solidarités de famille et de voisinage, sur des institutions de bienfaisance et de charité, sur des regroupements en communautés informelles. De tels groupes ont pour objet la subsistance quotidienne ; ils sont donc difficilement attirés par les offres sur le moyen et le long terme, habituellement proposées par les organisations instituées. Si les Assemblées d’Action Communale semblent devoir garder un poids considérable dans la résolution des problèmes des pauvres dans les campagnes et dans les villes, il n’en demeure pas moins que ces pauvres devront améliorer nettement leur capacité de formulation et de gestion des projets sociaux.

626- Une analyse rapide des motifs, pour lesquels se produisent les grèves et les manifestations, indique que les mouvements sociaux canalisent toujours des revendications traditionnelles, portant sur des sujets comme l’emploi, les salaires, la stabilité du travail, le logement, la santé, l’éducation, les voies publiques, la terre. Toutefois, de la persistance des aspirations habituelles, on ne saurait conclure que les vieilles tactiques d’organisation et de mobilisation restent encore efficaces.

637- Dans presque toutes les études sur les mouvements sociaux, sont soulignés leur dispersion et leur manque de coordination, au moment même où la nécessité de l’unité s’impose. Les termes “dispersion”, “atomisation”, “unité”, appartiennent aussi au langage des dirigeants d’organisations populaires, qui s’enthousiasment pour les stratégies de coordinations nationales. Ainsi, au cours des 20 dernières années, d’innombrables coordinations ont été créées, dans l’espoir que les alliances conjoncturelles deviennent à moyen terme des unités organiques. De tous les efforts unitaires déployés, les plus remarquables ont été les créations de la ONIC, de la CUT, de la CGTD, et de la Coordination Nationale des Assemblées d’Action Communale. Certes, d’autres coordinations ont pu joué un rôle dans les dépôts de plaintes, dans l’organisation d’actions de protestation, et dans l’élaboration de quelques propositions législatives ; mais, elles ne sont pas parvenues à accroître de façon substantielle leur capacité de pression et de négociation, en faveur des secteurs populaires.

64Si l’on prend en considération l’hétérogénéité des organisations existantes et l’inexistence d’un projet socio-politique représentant réellement cette multitude disparate d’intérêts, il ne paraît pas sensé de vouloir insister sur la création de mouvements uniques, rassemblant salariés, voisins, femmes, consommateurs, communautés ethniques... A l’exception de conjonctures extraordinaires au cours desquelles tous les secteurs populaires convergent dans une même manifestation ou revendication, les luttes sociales semblent se développer selon des thèmes segmentés et des rythmes distincts. Ainsi, la vieille aspiration de la gauche, de créer un “mouvement populaire unitaire” à caractère permanent, non seulement a été discréditée par les événements, mais également rendue de plus en plus irréalisable en raison de la diversification croissante des groupes d’intérêts et des formes d’interactions dans les sociétés contemporaines. Par conséquent, dans la situation actuelle, il serait plus utile d’imaginer des méthodes efficaces de collaboration autour de revendications concrètes, d’élaborer des accords intersectoriels, de construire de nouveaux réseaux de solidarité sociale.

65L’insistance avec laquelle certains dirigeants parlent de la constitution d’une société civile hautement organisée, cohérente et participative, révèle qu’ils ignorent dans quel pays nous sommes, et combien ce type de société civile est devenue irréaliste dans un quelconque pays du monde. Au lieu de se référer à une société civile utopique, il serait plus pertinent de réfléchir sur les degrés d’organisation et de participation réalisables. Une initiative possible consisterait en ce que chaque groupe populaire dispose d’un membre dans une association communale ou vicinale, et d’un membre dans un syndicat, ce qui permettrait de développer les bases de l’organisation sociale.

Notes

1 Delgado, Alvaro, “Gavina Frente al Sector Popular : del Dicho al Hecho”, Revista Cien Días, CINEP, Bogotá, volume 6, n° 26, mai-juin 1994 ; Delgado, Alvaro, El Conflicto Laboral Colombiano 1961-1990, Bogotá, CINEP, 1994.

2 Torres Giraldo, Ignacio, Los Inconformes, Bogotá, Edición Latina, tomes 3 & 4 ; Urrutia, Miguel, Historia el Sindicalismo en Colombia, Bogotá, Universidad de los Andes, 1969 ; Vasquez Toro, Magdala, “Condición Jurídica y Social de la Mujer”, dans Nueva Historia de Colombia, Bogotá, Planeta, 1989, tome 4, chapitre 1.

3 Archila, Maurici), Cultura e Identidad Obrera : Colombia 1910-1945, Bogotá, CINEP, 1991.

4 Sánchez, Gonzalo & Peñaranda, Ricardo, Pasado y Presente de la Violencia en Colombia, Bogotá, CEREC, 1986 ; Campos, Guzman, La Violencia en Colombia, Bogotá, Carlos Valencia Editores, 1986.

5 Luna, Lola & Villareal, Norma, Historia, Genero y Política : Movimientos de Mujeres y Participación Política en Colombia 1930-1991, Barcelona, 1994.

6 Medofilo, Medina, La Protesta, Urbana en Colombia, Bogotá, Ediciones Aurora, 1984 ; Torrez Carrillo, Alfonso, La Ciudad en la Sombra, Bogotá, CINEP, 1993

7 Londoño, Rocío, “Crisis y Recomposición del Syndicalismo Colombiano 1946-1980”, dans Nueva Historia de Colombia, Bogotá, Planeta, 1989, tome 3, chapitre 11.

8 Ministerio de Gobierno, Censo Nacional Calificado de Juntas de Acción Comunal 1993, Santafé de Bogotá, 1993.

9 Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, “III Censo Nacional Sindical”, Boletín de Análisis y Estadísticas Laborales, Bogotá, n° 41, juillet décembre 1989.

10 Gómez, Hernando & Londoño, Rocío, & Perry, Guillermo, Sindicalismo y Política Económica, Bogotá, CEREC & Fedesarrollo & FESCOL, 1986 ; Londoño, Rocío, “Problemas Laborales y Reestructuración del Sindicalismo”, dans Al Filo del Caos, Bogotá, Tercer Mundo, 1989.

11 Zerda, Alvaro, “Modernización Empresarial y Empleo en la Industria Manufacturera Colombiana” p 45 & López, Hugo, “Contexto Macroeconómico Colombiano, Mercado Laboral Urbano y Retos Para una Política de Empleo” p. 27, dans Contexto Técnico, Empleo y Trabajo en Colombia, Bogotá, FESCOL, 1993.

12 Cárdenas, Mauricio, “Apertura Económica y Reconversión Industrial : Impacto Laboral y Respuesta Sindical, dans op. cit. p 160.

13 Rios, Norberto, “Efectos Neoliberales en el Sindicalismo”, Corporación SOS Colombia, n° 20, août 1994, p 15.

14 Nieto, Emmanuel, “El Nuevo Régimen de Liquidación y Administración de Cesantía”, Revista de la ENS, n° 30-31, décembre 1993, p 26 á 33.

15 López, Hugo, op. cit. p 30 á 32.

16 Rios, Norberto, “El Sindicalismo Colombiano Hoy”, Revista de la ENS, n° 25-26, Août 1992, p 62 á 67.

17 “III Censo Nacional Sindical”, op. cit. p 47.

18 Rios, Norberto, op. cit.

19 Delgado, Alvaro, El Conflicto Laboral Colombiano, Bogotá, CINEP, 1994.

20 Delgado, Alvaro, “Gavina Frente al Sector Popular...”, op. cit. p 21.

21 Londoño, “Problemas Laborales y Sindicalismo...”, op. cit. ; Perry, Sindicalismo y Política Económica, op. cit.

22 Compromiso, novembre 1995.

Notes de fin

* Professeur de sociologie, Université nationale de Colombie, Bogota.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. SYNDICATS ET POPULATION AFFILIÉE PAR DÉPARTEMENTS (1947-1990)
Légende Source : Censo Nacional Sindical, Boletín de Análisis y Estadísticas Laborales, Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, № 4, juillet décembre 1990, Bogota, p 48.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre TABLEAU 2. EVOLUTION QUANTITATIVE DE LA SYNDICALISATION DE 1947 À 1990
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre CARTE 3
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 353k

Auteur

Marie Laure Basilien Gainche (Traducteur)

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540