Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

II. Adaptations de l'espace et de la société

Chapitre 8. Sociabilité, institutions et violences dans les frontières nouvelles en Colombie

Gerard Martin

Texte intégral

  • * École des hautes études en sciences sociales, Paris

1Note portant sur l’auteur*

CARTE 1. PRINCIPALES ZONES DE COLONISATION ET ORIGINE DES MIGRATIONS

CARTE 1. PRINCIPALES ZONES DE COLONISATION ET ORIGINE DES MIGRATIONS

Source : Misión de Estudios del Sector Agropecuario con base en INCORA-IGAC y DNP, p. 109

LA DERNIÈRE FRONTIÈRE1

  • 1 L’auteur exprime ses remerciements à Daniel Pécaut et Anton Blok pour leurs commentaires sur cet a (...)
  • 2 II s’agit d’une estimation élaborée sur la base de données diverses (évolution du Cadastre Nationa (...)
  • 3 En Amérique Latine, seul le Brésil a probablement connu, depuis 1950, une ouverture majeure de sa (...)

2Depuis 1950, les Colombiens ont colonisé quelques 250 000 km2 de terres vierges à la périphérie du territoire national2. C’est dire que 20 % de la superficie nationale a été affectée par ce processus, soit un territoire six fois grand comme celui des Pays- Bas3. Contrairement aux phases antérieures de peuplement du territoire, il ne s’agit plus d’une colonisation essentiellement agricole, ni d’une frontière qui se déplace systématiquement dans une direction déterminée. On y retrouve certes le mécanisme d’une colonisation en deux temps, avec tout d’abord l’installation d’une économie paysanne visant l’autosubsistance puis, dans un deuxième temps, son éviction par l’élevage extensif et les grands propriétaires fonciers. Mais l’essentiel est ailleurs. La Colombie connaît aujourd’hui une expérience de la frontière largement hétéroclite. On assiste en effet tout à la fois à une avancée de la frontière agricole, à la mise en exploration de ressources minières (métaux et pétrole) ainsi qu’à un développement de l’agroindustrie et du narcotrafic, mutations qui s’inscrivent toutes, d’une manière ou d’une autre, dans un processus de modernisation, processus qui n’est pas sans influence sur les styles mêmes de la colonisation. Il faut aussi noter que ces expériences de la frontière prennent place dans des lieux extrêmement divers qui sont autant d’espaces disjoints : l’Amazonie (des parties du Caqueta, Vaupes et Putumayo), les Llanos Orientales (le Guayabero, le Caguan, l’Ariari et le Guaviare), une partie du piémont de la Cordillère orientale (la Sierra de la Macarena), les régions d’Uraba, du Magdalena Medio et du Bajo Cauca ainsi que des parties des zones tropicales humides du Pacifique. Précisons enfin que ces processus obéissent aux rythmes le plus divers. Le Magdalena Medio et l’Uraba antioqueño ne sont plus strictement de zones de front pionnier, des parties de l’Amazonie et l’Uraba Chocoano sont en plein défrichement, tandis que la côte pacifique est à peine touchée.

3La permanence de ces dynamiques frontalières n’est pas sans poser différents problèmes à la société colombienne. On constate tout d’abord, dans ces zones de colonisation récente, l’existence d’une sorte de “cercle vicieux” qui fait que la précarité institutionnelle et les conflits et violences se renforcent mutuellement. Par ailleurs, les origines hétérogènes et l’instabilité du statut social des migrants venus s’installer à la frontière rendent plus problématique leur intégration au sein d’un ensemble social-politique à construire ainsi que la mise en place d’un système de normes, de valeurs et de règles plus ou moins stables et généralement acceptées. De plus, l’occupation de ces nouvelles terres touche aux intérêts forts et souvent contradictoires de multiples acteurs, ce qui provoque des conflits sociaux et des luttes de compétences pour le contrôle des ressources régionales. Enfin, du fait même de leur caractère périphérique, ces zones isolées sont favorables à l’implantation d’acteurs illégaux poursuivant des objectifs divers. C’est dire que depuis les années 1980, le problème de l’ordre y est de plus en plus aiguë et ces régions sont actuellement, avec les villes, les zones qui affichent les taux d’homicide les plus élevés du pays.

4Un bref rappel des différentes dynamiques qui ont historiquement marqué l’occupation du territoire colombien s’impose afin de pouvoir souligner les particularités et la diversité des expériences frontalières nouvelles. Une distinction entre des frontières de la drogue et des logiques frontalières composites (à la fois classique, agroindustrielle ou minière et de drogue) sera introduite. Ensuite, pour amorcer l’analyse, les modalités de construction de l’institutionnel et de formes d’intégration horizontale et verticale, seront abordées d’abord dans un contexte de “normalité”, celui des décennies 1960 et 1970, avant de les cerner dans un contexte de violence généralisée, celui des décennies 1980 et 1990. Nous insisterons finalement sur la manière dont, depuis les années 1980, la présence chronique d’acteurs armés illégaux a profondément bouleversé la logique de construction de la société frontalière.

QUELQUES REMARQUES HISTORIQUES

5En Colombie, la transformation de terre sauvage en terre cultivée a été continue depuis la conquête. L’historiographie distingue essentiellement trois périodes, qui sont autant de temps forts dans la mise en valeur du territoire national.

6Depuis la conquête et jusqu’au milieu du xixe siècle, une occupation partielle de la côte atlantique et des terres andines froides les plus fertiles, là où les communautés précolombiennes avaient déjà connu leur implantation majeure. Ce processus de longue durée concerne essentiellement la fondation de bourgs, de propriétés corporatives (resguardos, ejidos et terres ecclésiastiques) et de la grande propriété (latifundia et haciendas coloniales et post coloniales). Il s’accompagne d’une économie paysanne précaire et dispersée au-delà des zones contrôlées par les haciendas, sur des baldios (terres publiques non cultivées). Celle-ci est le fait de Métis, de Blancs appauvris et d’esclaves révoltés qui forment une petite paysannerie parcellaire dont les titres de propriété sont peu ou pas légalisés. La population de l’Altiplano cundi-boyacense, alors la partie du pays la plus densément habitée, va s’accroître notablement à partir du milieu du xviie siècle, ce qui provoque une poussée colonisatrice sur les versants et les plaines subtropicales de la cordillère orientale des Andes. Ailleurs les mines (émeraudes et or), l’essor de la culture de canne à sucre (au xviie siècle) et celle du tabac (au xviiie et xixe siècles) vont contribuer à fixer les colons. De grandes parties du territoire national, restèrent néanmoins en friche, peu ou pas habitées.

7La jeune République s’efforça, durant la première partie du xixe siècle, de stimuler la colonisation (gobernar es poblar) par le biais de concessions de vastes étendues de terres publiques aux militaires vétérans des guerres d’Indépendance, à des banques internationales et à des constructeurs de chemins muletiers, de voies ferrées et de routes. Sans résultat notable, en partie puisque l’émigration européenne vers la Colombie n’a jamais fonctionné. Les terres données en concession, souvent peu ou pas exploitées, furent alors partiellement occupées par des colons indépendants.

  • 4 Pour la colonisation du café, voir Marco Palacios, El café en Colombia, 1850-1970, Mexico, El Anco (...)
  • 5 Durant la période 1827-1936 on a officiellement privatisé un total de 29.000 km2, auxquels il faut (...)

8Ce furent les nouvelles opportunités d’exportation, en particulier celles du café mais aussi de l’élevage, qui provoquèrent, durant la deuxième partie du xixe et le début du xxe siècle, la mise en culture massive (villes, hameaux, trains, routes) d’une partie considérable du territoire, notamment celle des vallées andines de climat modéré qui forment le cœur même du pays (Tequendama, Sumapaz, Tolima et Antioquia)4. Le formidable succès de la colonisation du café en rapport avec l’accroissement de la mise en culture de terres vierges tient à l’association heureuse de plusieurs facteurs : l’introduction d’un produit d’exportation particulièrement stable ; la présence de commerçants urbains intéressés à investir (non sans risques) dans la caféiculture, se transformant en planteurs et exportateurs ; un appui institutionnel certain ; l’existence d’une économie paysanne familiale dans les terres andines froides en pleine expansion démographique, à laquelle le café offre une opportunité exceptionnelle de survie5.

  • 6 A la fin du xixe siècle, l’intérêt croissant pour l’agriculture donne lieu à une législation libér (...)
  • 7 Toutefois, les haciendas de café restaient des pôles entourés par l’économie paysanne familiale, e (...)

9Les meilleurs auteurs ont toutefois souligné le caractère peu démocratique de l’extension de la frontière du café malgré une législation en principe favorable à la colonisation paysanne6. La rapidité avec laquelle la frontière du café se construisit et s’intégra a l’économie (inter-)nationale a donné lieu à d’innombrables litiges territoriaux en raison de la précarité des titres de propriété et des procédures frauduleuses engagées pour leur légalisation. A cela s’ajouta un conflit propre au double statut de la frontière. Celle-ci fut en effet tout à la fois un échappatoire pour la main d’œuvre qui entend se soustraire au contrôle des haciendas, et un réservoir de main d’œuvre pour ces dernières, d’où leur volonté de limiter le droit de tout un chacun à pratiquer la caféiculture7.

  • 8 Voir Alistair Hennesy, The frontier in Latin American history, Albuquerque, 1978

10Les conflits ne prenaient pas moins des modalités et temporalités diverses selon les dynamiques régionales particulières des zones concernées. Dans le Santander (1840-1890), le café déplaça des haciendas esclavagistes de cacao et de coton et se propagea dans l’économie familiale paysanne. Dans le Cundinamarca et le Tolima, l’introduction du café (1875-1900), donna lieu à la naissance d’haciendas caféières qui se juxtaposèrent dès le début à une économie paysanne déjà bien en place. Ces nouvelles haciendas se construisirent soit sur des terres déjà privatisées (mais pas nécessairement mises en culture), comme ce fut notamment le cas dans le Tequendama, où sur des terres publiques seulement investies par des colons, comme ce fut notamment le cas dans le Sumapaz. Des colons, accusés d’avoir occupé des terres déjà attribuées seront expulsés ou deviendront des paysans à bail. En Antioquia et dans le Tolima, la caféiculture se développe en bonne part sur des terres jusque là inexploitées (1885-1905), contribuant ce faisant à la mise en place d’une frontière paysanne et à l’apparition de villes champignons comme Manizales, Pereira, Armenia et Girardot. Contrairement aux autres pays de l’Amérique Latine où la conquête de la frontière fut centrée sur le conflit avec les communautés indigènes, le rôle du colon, c’est à dire de l’économie paysanne familiale, fut prépondérant en Colombie, comme ce fut le cas sur le Far West américain8.

  • 9 Marco Palacios, op. cit, p. 173
  • 10 Certains hacendados entretenaient des guardias montadas, qui intervenaient, dans un style assez Fa (...)

11Pour la première génération de colons, affectés par des endémies et des épidémies, notamment le paludisme, la colonisation du café ne fut pas moins une catastrophe démographique9. Cette frontière paysanne verra, durant la première partie du xxe siècle, et au milieu de multiples difficultés de légalisation de ces titres de propriété, se constituer une économie de petits et moyens caféiculteurs fortement contrôlés et tenus dans l’incertain par des intermédiaires liés aux grandes maisons d’exportation de café10. La caféiculture, encadrée par des élites commerçantes, ne s’est pas moins accompagnée de la mise en place de structures sociales relativement stables.

  • 11 En 1926 la Cour Suprême de Justice redéfinit le statut de la propriété foncière : un “titre origin (...)
  • 12 Cf. Carlos Miguel Ortiz, Estado y subversion en Colombia. La violencia en el Quindio anos 50, Bogo (...)

12Dans les années 1920 sa consolidation dans un contexte marqué par une croissance démographique naturelle forte et la promulgation de nouvelles lois concernant les droits de propriété de la terre (publique) donne lieu à des invasion collectives des parties non-exploitées des haciendas par des colons et des paysans à bail, notamment dans certains parties de la zone Cunditolimense. Les luttes agraires fortes, autour desquelles les premiers partis politiques de gauche se sont construits puis renforcés, restèrent des conflits essentiellement liés au problème de la propriété de la terre11. Dans ces zones, les litiges de terres constituèrent aussi un des multiples arrière fonds de la violencia, la guerre civile des années 1948-196312.

Les terres chaudes

  • 13 Maria Teresa Uribe a insisté sur le caractère séculaire et permanent, bien que lent et peu importa (...)
  • 14 II s’agit d’une progression exponentielle des terres privatisées par rapport aux années directemen (...)

13La caféiculture fut, durant toute la première moitié du xxe siècle, la clé du développement social, politique et économique du pays et elle a provoqué l’augmentation des investissements publics tout comme la pénétration d’agences et institutions dans des régions de climat modéré jusque là inhabitées et en marge des régulations étatiques. Ce processus ne s’en est pas moins déroulé à l’écart de la frontière périphérique, c’est à dire des énormes étendues de tierras calientes qui restaient couvertes de jungle quasi impénétrable, d’accès très difficile et avec un climat insalubre. L’ouverture à la colonisation de cette dernière frontière n’intervint qu’à partir de la deuxième partie du xxe siècle13. Sa dynamique fut radicale : jamais auparavant en Colombie l’appropriation de la frontière n’avait atteint un rythme aussi soutenu : quelques 6 000 km2 par an14.

14Dans un premier temps, c’est l’implantation d’importantes exploitations agricoles modernes qui est à l’origine de l’ouverture à la colonisation de certaines parties des terres chaudes. La conquête de cette dernière frontière témoigne en effet aussi de la fin de l’incapacité du pays à explorer systématiquement ses ressources naturelles et à développer des stratégies pour intéresser des compagnies étrangères à explorer et exploiter ces ressources. Il s’agit de pôles d’activités agroindustrielles (palme africaine dans les Llanos et à Uraba, bananeraies à Uraba), de la réexploitation de ressources minières déjà connues (émeraudes dans le Magdalena Medio, or dans le Choco) ou de l’exploration et de l’exploitation de “nouvelles” ressources (gisements de pétrole dans l’Arauca, charbon dans le Guajira, nickel dans le Cordoba). Ces nouveaux pôles de développement, avec leur forte demande de main d’œuvre salariée et leur stimulation de l’économie régionale (transports, commerces, services), ouvrent la voie à la migration massive vers ces zones. A compter des années soixante des milliers de pionniers (et leurs familles), issus non seulement des zones rurales andines, mais aussi des quartiers populaires des villes, partent vers ces zones économiquement florissantes à la recherche d’un emploi. Les villes-champignons (boom-towns) qui se construisent sur la frontière autour de ces nouveaux secteurs de pointe fournissent à leur tour un marché local à l’agriculture paysanne et provoquent des ruées sur les terres en friche, en bonne partie constituées de baldios. Des éleveurs et des spéculateurs fonciers d’origine citadine, conscients des énormes potentialités de ces régions, y investissent en terres et en bétail. Il s’agit donc d’expériences de colonisation complexe où il y a juxtaposition de secteurs modernes de capital intensif et de l’avancée de la frontière agraire classique. Cela donne lieu à une frontière moderne où des pôles quasi urbains avec une forte population de salariés se voient entourés par des espaces de colonisation rurale classique moins hospitaliers.

15Dans un deuxième temps, à partir le fin des années 1970, le processus se complexifie encore d’avantage. Une partie importante des frontières nouvelles se voit alors affectée par le déploiement massif de ressources illégales liées à la production de la coca ainsi qu’à la fabrication et au trafic de la cocaïne. Les cultures, les laboratoires de production, les pistes aériennes etc. impliquent en raison du caractère illégal et hyper-rentable de l’affaire, de très fortes protections armées. Parallèlement, des groupes de guérilla, déjà actifs dans ces zones périphériques mais menant jusque là une existence relativement marginale, vont significativement renforcer leur présence. C’est en effet en raison de la présence forte d’acteurs illégaux, bien armés et organisés, qu’il faut sociologiquement distinguer la frontière des années 1980 et 1990 de celle des années 1960 et 1970.

16Deux situations sont à distinguer. D’une part nous avons affaire à des frontières de la drogue stricto sensu. Il s’agit de microrégions frontalières complètement à part, dont l’ouverture est déclenchée par l’installation de cultures illégales et où le processus de colonisation reste ensuite quasi exclusivement centré sur l’économie de la drogue. D’autre part, nous avons affaire à des situations où les narcotrafiquants et/ou la guérilla renouvelée s’imposent à des frontières modernes, c’est à dire à des situations où une société locale nouvelle issue de la migration est déjà en train de se constituer, ce qui donne lieu à des processus de recomposition sociale, politique et économique compliqués et violents : la frontière traumatisée.

LES FRONTIÈRES MODERNES

17Analysons maintenant quelques aspects de la construction des sociétés frontalières au cours des décennies 1960 et 1970, quand les nouveaux pôles modernisateurs s’y installent et avant que la guérilla et d’autres acteurs armés privés ne brouillent les cartes avec leurs logiques d’action. La frontière constitue alors un lieu privilégié pour étudier, in situ, la construction de formes réelles et symboliques de régulation et d’intégration sociale. On y est face à une société en construction livrée à elle-même qui révèle, de manière plus évidente (ou plus pure) que dans d’autres lieux, les mécanismes par lesquels se (re)construisent dans la société colombienne des éléments porteurs d’ordre et des réseaux de pouvoirs, ainsi que l’espace que ceux-ci laissent à l’utilisation de la violence.

La colonisation extensive

  • 15 La Réforme Agraire de 1961 a stimulé la migration de paysans vers les nouvelles zones de colonisat (...)

18Le rôle de catalyseur fondamental que les secteurs modernes ont joué à l’égard de l’ouverture des terres chaudes a davantage été tributaire de l’évolution des prix de matières premières sur le marché mondial, que d’une politique territoriale planifiée. L’État colombien, fier de sa tradition libérale, ne créa, avec le temps, qu’une législation minimale pour réguler le défrichage et la distribution des nouvelles terres. Pour investir cette dernière grande frontière l’État s’est encore une fois appuyé sur une politique de laisser-faire, préférant une colonisation spontanée à une colonisation plus organisée, c’est à dire au moins partiellement planifiée et coordonnée15.

  • 16 L’immensité des territoires déclarés réserves naturelles et réserves indiennes, témoigne de l’abon (...)
  • 17 Le processus est décrit en détail par Alfredo Molano, “Algunas consideraciones sobre la colonizaci (...)
  • 18 L’interdiction de l’importation de viande ainsi que la faiblesse de l’impôt foncier, font aujourd’ (...)

19La surabondance même des terres en friche disponibles et la très relative pression démographique en Colombie, n’ont jamais imposé une politique d’utilisation effective du sol et continuent à légitimer, en quelque sorte, le caractère peu volontariste de la politique d’ouverture et d’occupation de la frontière16. Malgré le rôle catalyseur de l’implantation de pôles de développement moderne (gisements de pétrole, agroindustries), facteurs fondamentaux de l’ouverture massive des zones de colonisation récente, la majeure partie des 250 000 km2 que couvrent ces zones n’en a pas moins été essentiellement ouverte sur la base de la colonisation spontanée et par des méthodes archaïques de défrichage (socola, quema, tumba)17. C’est par cet aspect que l’ouverture de la nouvelle frontière s’inscrit dans la longue durée et garde partout aussi un caractère traditionnel de colonisation paysanne et d’élevage extensif, se juxtaposant aux secteurs salariés modernes18.

20Au-delà des conséquences néfastes en terme écologique, cette logique de colonisation spontanée pose, dès le début, des limites au contrôle que l’État arrivera ensuite à établir sur ces zones. Le colon abat une partie de la forêt, choisie par lui même sur la base de critères relativement aléatoires, y sème quelques produits de base comme le maïs, et cherche ensuite à obtenir la propriété d’une superficie de baldios bien plus grande que ce dont il a matériellement besoin. Les colons qui arrivent à légaliser leur demande, ce qui est loin d’être évident, deviennent propriétaires d’une superficie de terre bien plus grande que celle qu’ils pourraient factuellement cultiver et dont des parties considérables (souvent plus de 80 % de la parcelle) restent en forêt vierge ou déboisées mais embroussaillées (en rastrojo).

  • 19 Pour des remarques comparables sur la situation des colons-pionniers sur la frontière américaine a (...)

21Du point de vue du colon, il s’agit de créer des réserves, dont il pourra de temps en temps vendre une partie, parfois après en avoir amélioré la valeur par des travaux de défrichement. Or, cette logique extensive d’occupation spatiale engendre une extrême dispersion des fermes et des hameaux nouveaux et aggrave les difficultés et les coûts du transport pour l’économie paysanne. Elle pose d’énormes difficultés pour l’administration dans le développement des infrastructures physiques et sociales (par exemple la promotion de l’éducation), et renforce l’isolement social et culturel des colons. Elle entrave la commercialisation des produits agraires, renforce la position de spéculateurs intermédiaires et empêche une approche plus rationnelle de l’agriculture19. Finalement, cette logique rend vulnérable la population rurale à des phénomènes de vol, de rançon et de banditisme.

22La fragilité et le manque de rentabilité de l’économie paysanne qui en résultent empêchent que celle-ci puisse s’opposer à la conversion de ces terres en zones d’élevage extensif et explique la relative facilité avec laquelle l’économie de la drogue arrive (là où elle apparaît), à s’implanter dans ce milieu.

23Bien entendu, l’ouverture non contrôlée de la frontière par le biais de la colonisation extensive est une logique entretenue de laissez-faire qui coïncide avec les intérêts des investisseurs et spéculateurs. Pour l’entrepreneur, le commerçant ou le spéculateur urbain, la terre et l’élevage sont encore aujourd’hui un objet attractif d’investissement. Ils n’ont qu’à attendre pour s’approprier des nouvelles terres défrichées, offertes à la vente par les colons. Parfois impatients, il se peut qu’ils aient recours à différents moyens allant de la renégociation des dettes contractées par les paysans jusqu’à l’utilisation de la violence.

24La colonisation extensive, le lotissement irrationnel, l’occupation aléatoire du sol ainsi que l’aménagement non réglementé des hameaux et des villes-champignons, tout se réalise in situ, quasi exclusivement sur la base d’initiatives privées. Des critères techniques, démographiques et socio-économiques, pourtant disponibles au niveau du Département de Planification Nationale et de ses sections régionales, des services des administrations départementales etc. ne sont peu ou pas utilisés comme des instruments pour encadrer l’ouverture à la colonisation de ces nouvelles frontières et pour imposer des normes de distribution des ressources. Ce qui est entrepris pour y introduire a posteriori une certaine régulation, notamment pour protéger l’environnement, pour freiner la colonisation à l’intérieur des réserves naturelles ou des terres indiennes est souvent voué à l’échec. Le rôle régulateur de l’État est d’autant plus faible que l’ouverture des frontières modernes se produit à partir d’un boom, c’est-à-dire d’une ouverture déclenchée de la façon la plus abrupte avec tous les débordements sociaux que cela implique.

  • 20 Selon Marco Palacios, ce qui constitue l’élément de continuité entre les différentes expériences d (...)

25Dans ces conditions, la distribution des meilleures terres (dans les villes-champignons comme dans les zones rurales) et des autres ressources (lignes de crédit, contrats d’exportation) se fait quasi exclusivement au travers des réseaux d’influence privée et souvent grâce à des contacts politiques (privés) qui échappent dans une bonne mesure aux fonctions régulatrices de l’État. Ces pratiques incluent dès le début l’usage de l’arbitraire20. C’est l’idée même de l’abondance, propre à une zone de frontière, qui continue à attirer vers la frontière des migrants convaincus qu’il y a une carte à jouer pour tout le monde, une chance à tenter pour chacun. Ils n’ont, bien entendu, pas tout à fait tort.

Des institutions précaires

  • 21 Fernando Gonzalez, “Introduction”, in Un pais en construcción, numéro spécial de Controversia, n°. (...)
  • 22 Selon le géographe américain Frederick Jackson Turner, qui introduit en 1893 le thème de la fronti (...)

26Selon une hypothèse fréquemment formulée, la permanence de la frontière serait en Colombie à la base de la précarité chronique de l’État et de sa faible légitimité institutionnelle. Les problèmes et les conflits des zones de colonisation récente, et en particulier la non-reconnaissance de l’État comme détenteur unique de la violence légitime, doivent alors être conçus à l’intérieur d’un processus historique et non achevé d’occupation du territoire national, de construction de l’État colombien et de formation de la Nation21. Il s’agit là d’un argument très Turnerien, dans la mesure où l’on propose de faire de la conquête de la frontière l’axe crucial du développement national portant en lui l’histoire nationale du pays ainsi que ses potentialités et faiblesses. A ceci près qu’en Colombie la société frontalière apparaît non pas comme fondatrice de valeurs démocratiques, comme Turner l’imagine aux États-Unis, mais comme fondatrice de la précarité de l’État, dont elle est aussi victime22.

  • 23 “(Dans) les zones de colonisation, l’État est absent ou présent de manière traumatique en tant que (...)

27Pour d’autres, moins qu’une condition qui détermine la société, la frontière est avant tout un lieu où les principales forces et faiblesses de la société s’expriment de manière très lisible. Cette représentation prend tout son sens eu égard à la faible emprise de l’État sur la société colombienne en général. Cette faiblesse s’avère tellement évidente dans les zones frontalières, que certains auteurs n’hésitent pas à conclure à l’absence pure et simple de l’État dans les zones de colonisation récente23.

  • 24 Catherine Le Grand, op cit., fait notamment référence à la législation de 1872-1882, à la décision (...)

28Le Grand (1989) a en effet souligné l’importance d’aller au delà de ce dernier constat et d’enquêter de façon détaillée sur la manière dont on doit conceptualiser la place de l’État dans la frontière. En s’appuyant sur les archives d’adjudication des baldios, Le Grand avait déjà montré qu’on ne peut conclure, au moins pour la période de colonisation interne comprise entre 1850 et 1930, à l’absence tout court des institutions, malgré les insuffisances de leur fonctionnement. A l’époque les colons recherchaient en effet activement l’intervention de l’État contre les actions arbitraires des grands propriétaires fonciers et des autorités locales qui les aidaient. En outre, la législation sur les baldios était très suivie par les paysans et les colons et les changements dans cette législation influaient directement sur leur comportement24. Finalement, le sort d’un colon dans un litige dépendait non seulement de l’appui local d’un commerçant ou d’un avocat favorable à sa cause, mais encore de celui d’un conseiller municipal, d’un adjoint au Maire ou d’un Inspecteur de Police. Il y avait, selon Le Grand, à l’intérieur de l’administration, à part ceux qui défendaient des intérêts privés, ceux qui aidaient les colons.

  • 25 L’Inspecteur de Police Départementale tient, dans les zones rurales, le milieu entre un shérif et (...)

29Aujourd’hui, sur les frontières, le recours aux institutions n’est pas moins vital. Tout d’abord pour ce qui est de l’octroi de titres de propriété, de crédits agraires, d’assistances techniques, etc., les individus ont notamment affaire à des institutions nationales (Caisse Agraire, INCORA, Fondo Ganadero, DRI, etc.). Il en va de même pour ce qui concerne les services publics (hôpitaux, écoles, électricité, aqueducs, etc.) De plus, tout migrant s’installant sur la frontière se situe, par définition, à l’intérieur d’une juridiction municipale déterminée dont il devient le citoyen (inscription sur des listes électorales, participation à des élections) et dont il utilise certains services comme le notariat (qui tient en Colombie le registre civil et où on gère l’émission de la cedula, carte d’identité obligatoire et indispensable à toute démarche administrative ou autre), et le cadastre (passage obligatoire pour obtenir un titre de propriété, qu’il s’agisse de se faire reconnaître une occupation de fait ou d’acheter un terrain rural ou urbain dans les urbanisations nouvelles). Finalement, dans le cas de certains litiges, le migrant recourt plus souvent qu’on a tendance à le croire, à l’Inspecteur de Police, le “shérif colombien25.

30Confrontée à la rapide transformation démographique de la frontière, l’administration départementale attribue à certains hameaux plus importants, le statut de cor-regimiento (ce qui implique qu’une Inspection Départementale de Police y soit installée). Avec le temps, ils deviennent des municipalités autonomes. Grâce à ce saupoudrage institutionnel, la distance entre centre et périphérie diminue. Prenons l’exemple (sans doute un peu exceptionnel de par son poids démographique important) de la région d’Uraba. Durant les années 1950, à la veille du boom déclenché par l’installation de grandes plantations de bananes et de palme africaine, la population de 50 000 habitants était administrée par quatre municipalités et une dizaine d’inspections de Police. En 1990, le même territoire regroupant 400 000 habitants, est administré par 9 municipalités et 53 inspections de Police. La ville-champignon d’Apartado obtint en 1959, avec l’arrivée des premières vagues de migrants, le statut de corregimiento, avant de devenir en 1968 une municipalité autonome. La boom-town dispose désormais, tout comme les huit autres municipalités de la région, d’un maire, d’un conseil municipal, d’un poste de police nationale, d’un juge pénal et civil, ainsi que de plusieurs corregimientos dans la zone rurale de sa juridiction. Il est vrai que la régulation que l’administration peut introduire, tout comme l’autorité qu’elle peut exercer au nom de l’État, restent restreintes. D’abord, le lieu où ces institutions sont implantées se situe souvent à plusieurs heures de route de la résidence des demandeurs. Les routes sont mauvaises ou quasi inexistantes et rares sont les migrants qui disposent d’une voiture ou même d’un chariot. Les services de transport sont coûteux. La majorité des hameaux ne disposent pas de téléphone. La communication avec les instances publiques s’avère d’autant plus compliquée, que celles-ci sont débordées par les nouvelles demandes.

31Par ailleurs le manque de ressources du secteur public est chronique. Ainsi, tout corregimiento a formellement droit à l’installation d’un poste de police. Mais, malgré les demandes répétitives formulées par les inspecteurs et la population locale, une partie des corregimientos n’en disposeront jamais.

  • 26 Voir sur ce point, dans un autre contexte, James Holston, “The misrule of law : land and usurpatio (...)

32Enfin, les institutions publiques sont autant de relais politiques. Le saupoudrage institutionnel véhicule en effet en même temps l’extension de l’emprise des barons électoraux sur la société régionale à travers la construction d’un réseau de clientèle. Ces enjeux clientélistes et les pressions privées diverses sur les fonctionnaires (la corruption n’est pas exceptionnelle), imposent, dans un contexte déjà suffisamment complexe par lui-même des limites sévères au fonctionnement des institutions ou en font des instruments d’un désordre calculé. Les stratégies et les moyens mis en œuvre par des acteurs privés (partis politiques, groupes armés, élite régionale), en donnant la préférence à d’autres modes de régulation, entravent de manière permanente l’institutionnalité politico-juridique naissante26.

Les associations de base

  • 27 Au xviiième siècle, la fondation de hameaux fut aussi une stratégie de défense collective contre l (...)
  • 28 L’initiative de fonder un hameau (et une JAC) est en principe prise par une poignée de pionniers, (...)

33Sur la frontière moderne, la fondation d’un hameau continue à représenter un acte hautement symbolique27. Certains colons, ayant décidé de vivre en hameau, envahissent quelques hectares de terres publiques ou privées28. On y trace ensuite une place centrale et on y réserve des lots pour une chapelle, une école, une inspection de Police, un bureau de télécommunications et des commerces. On distribue ensuite des parcelles à tous les voisins qui habitaient jusqu’alors de manière dispersée sur leurs lopins.

34Ainsi, sur l’ensemble des zones de colonisation récente, les migrants ont fondé, depuis 1960, un millier de nouveaux hameaux ruraux, ainsi que des dizaines de quartiers populaires dans les boom-towns. Le phénomène échappe facilement à l’attention puisque la majorité de ces hameaux, qui disposent tous d’un nom propre, n’apparaissent pas pour autant sur la cartographie officielle, qui reste peu actualisée et très lacunaire. La fondation d’un hameau ou d’un quartier suburbain d’une ville-champignon, s’accompagne de la création d’une Junte d’Action Communale (JAC) qui est une association d’habitants reconnue par la loi, inscrite auprès de l’administration municipale et départementale, et dont la direction est élue par les pionniers.

35La JAC est supposée, en tant qu’organisation collective d’habitants, canaliser des ressources publiques disponibles vers le nouveau hameau. A travers la JAC, les habitants exigent des fonds, des matériaux de construction ou le prêt de machines pour construire des locaux, une adduction d’eau, un réseau d’électricité, une route etc. Une fois les demandes accordées, les gens fournissent en principe eux même la main d’œuvre pour réaliser les travaux publics.

36La JAC, mais aussi d’autres associations de base comme les Associations de Parents qui exigent des instituteurs, des locaux scolaires, du matériel éducatif, etc., représentent ainsi un important instrument mis en œuvre par les pionniers pour (re)créer des liens d’intégration verticale. Néanmoins, les JAC sont mises en sommeil ou disparaissent souvent une fois certains objectifs ponctuels atteints. Elles peuvent se remobiliser à l’occasion de nouvelles exigences.

  • 29 Cf. Francisco Leal Buitrago et Andres Davila, Clientelisme. El sistema politico y su expre-sion re (...)

37Ces associations de base s’inscrivent dès le début dans les structures et les modalités du clientélisme politique, qui reste, à la frontière comme ailleurs, la principale forme d’interaction politique29. La présidence de la JAC, de l’Association de Parents etc., est en général réservée à un personnage disposant de contacts avec la sphère politique (inspecteur de Police, conseiller municipal, commerçant, administrateur d’une ferme d’élevage) ce qui garantit non seulement des relais entre les pionniers et l’administration, mais notamment avec des réseaux partisans. Les partis politiques, à travers leurs intermédiaires locaux et régionaux, s’emparent de ce genre d’associations et les mettent sous tutelle pour canaliser des fonds et construire des légitimités politiques à travers un contrôle électoral relativement fort. Ainsi, les associations de base deviennent davantage un mécanisme institutionnel et le moyen de multiples formes d’encadrement politique.

38Le fait de fonder un hameau représente souvent l’événement symbolique majeur pour la première génération de migrants dans leur effort de s’approprier l’environnement nouveau. Il s’agit, sur un plan plus pragmatique, essentiellement d’une forme d’organisation efficace qui permet de se lier avec le politique et l’institutionnel, pour pouvoir exiger des biens collectifs et des travaux publics. C’est l’expression d’une connaissance instinctive, d’un savoir faire pour utiliser les moyens les plus appropriés pour se réincorporer à la Nation, à la société politique, aux structures de clientèles et aux réseaux de distribution de ressources, dont les pionniers se trouvaient, en arrivant sur la frontière, momentanément exclus. Les JAC, Associations de Parents et autres formes de micro-clientélisme représentent, sur la frontière, la forme d’intégration minima au système politique et aux structures institutionnelles.

  • 30 Les villes-champignons grandissent sur la base d’invasions populaires non-légales sur des terrains (...)

39L’existence généralisée de ce genre d’associations de base sur les frontières modernes témoigne moins de la naissance de sentiments d’appartenance ou d’identité commune forts que d’une capacité certaine d’agir collectivement en vue de recevoir des aides publiques. Il s’agit de modes d’organisation populaire destinés à renouer avec le pays, à revendiquer son existence pour agir sur les institutions publiques. De ce point de vue, la fondation d’un hameau ou d’une quartier d’invasion relève bien d’un principe d’organisation traditionnelle, d’une volonté d’organisation, d’intégration et de reconnaissance30.

Les stratégies familiales

  • 31 Beaucoup dépend bien entendu de la qualité du sol. Dans les zones les plus pluvieuses, l’érosion e (...)
  • 32 Les colons vendent aussi des lotissements à des paysans venus dans la région pour acheter des terr (...)

40La migration est avant tout une expérience rude, et le chemin de la colonisation est semé de perdants. On peut estimer que sur la frontière moderne la moitié des migrants échouent ou repartent. Ceux qui restent connaissent des fortunes diverses31. Les colons qui défrichent la terre, soit sur commande, soit pour la vendre aussitôt, ce qui n’est pas une mauvaise affaire, gardent un statut social moderne32. D’autres migrants deviennent de petits ou moyens paysans ou encore des petits ou moyens éleveurs, parfois avec des aides publiques, notamment du Fondo Ganadero. Ceux qui obtiennent un emploi dans un secteur de pointe (dans les bananeraies, dans les plantations de palme africaine, tout comme dans les exploitations pétrolières ou dans les mines d’émeraudes etc.) sont en principe ceux qui ont le mieux réussi. Le commerce, les services et le secteur public offrent des chances mitigées. Mais on retrouve aussi bien, notamment dans les boom-towns, des marginalités de toute sorte. La situation des jeunes qui forment souvent plus de la moitié de la population, est particulièrement préoccupante : mieux éduqués que la première génération, ils ne veulent plus de la vie dure des pionniers, mais trouvent difficilement des alternatives attractives sur la frontière, étant donné l’absence de possibilité de formation supérieure, l’accès clientélisé à des postes publics, l’emploi mal rémunéré et hasardeux dans le petit commerce et la sur-offre de main d’œuvre dans les secteurs de pointe. Le paradoxe est alors que la deuxième génération, porteuse d’un évident enracinement régional, rencontre les plus grandes difficultés pour s’insérer économiquement.

  • 33 Ce ne sont pas nécessairement les paysans les plus marginalisés ou les masses urbaines les plus ap (...)

41La migration vers la frontière est, au moins dans son intention, souvent aussi une stratégie de mobilisation sociale. Certes, elle est parfois la résultante d’une expulsion de la région d’origine (pression démographique naturelle, chômage dans les villes, crise dans les zones d’agriculture traditionnelle, violences)33, mais quand on perçoit la migration exclusivement comme un sort non voulu, on sous-estime l’aspiration et l’ambition individuelle qui sont, en principe, au centre de l’expérience migratoire. Ceux qui se dirigent vers la frontière acceptent consciemment une période de difficultés, escomptant une amélioration future de leur niveau de vie. La population migrante est, dès le début, orientée vers les nouvelles possibilités exceptionnelles qu’offre la frontière et elle espère en tirer tous les profits possibles. Les pionniers qui affluent vers la frontière ne cherchent ni à fonder un paradis, ni à rester éternellement dans une situation précaire. Ils y arrivent par contre avant tout en quête d’une fortune individuelle, si besoin aux dépens des autres.

  • 34 Sur la frontière, et notamment dans les boom-towns, les nouveaux venus vivent une expérience de mo (...)

42S’il est vrai que les relations sociales sur lesquelles la société frontalière se construit sont essentiellement matérialistes, individualistes et concurrentielles34, il n’est pas moins vrai que les pionniers éprouvent dès le début le besoin de fabriquer du social pour pouvoir s’adapter au nouvel environnement. Une partie des migrants s’intègre aussitôt dans des réseaux familiaux ou amicaux. En arrivant à la frontière, le migrant, homme ou femme, solitaire ou en famille, se met en contact avec une cousine, un beau-frère ou un voisin originaire de son propre village. Il ou elle invitera plus tard ses proches à le rejoindre. Cette première structure d’accueil constitue un appui crucial. Les pionniers qui réussissent sont souvent ceux dont la famille étendue fut le soutien principal : c’est avec l’aide des enfants, avec le travail complémentaire du couple qu’il y a obtention d’un revenu supérieur à la simple subsistance, que l’on investit dans des animaux, que l’on commence un commerce, que l’on construit une maison, et que l’on peut envoyer ses enfants en ville pour faire des études. Cette réalité concerne non seulement les parties rurales des nouvelles frontières mais aussi les boom-towns, bien que celles-ci offrent parallèlement le spectacle d’un monde beaucoup plus éclaté, en partie dominé par des macho solos et des aventuriers.

  • 35 Bien que la majorité des hameaux ne disposent pas de connections téléphoniques, des bureaux de Tel (...)

43Sur la frontière moderne la rupture des migrants avec les personnes et les lieux d’origine est biens moins totale qu’à l’époque de la colonisation du café. Les relations entre les migrants et l’arrière pays ne s’estompent pas totalement. Les moyens modernes de transport (autocar) et de communication35 aidant, la tendance n’est plus à tout abandonner pour s’aventurer seul (ou avec femme et enfants) sur la frontière. Le lopin rural ou la baraque suburbaine qu’on abandonne pour la frontière reste souvent aux soins d’un membre de la famille. Sur la frontière, les colons gèrent parfois plusieurs parcelles situées à des distances considérables. Postérieurement, ce qu’on aura construit (ferme, petit commerce, maison, lotissement dans une quartier d’invasion d’une ville-champignon) sera légué aux enfants, tandis que la première génération retourne parfois vers la région d’origine.

44Ces micro-stratégies complexes de survie et de mobilisation sociale sont souvent difficiles à détecter, puisque les intéressés ont profit à ne pas révéler les multiples axes d’activités et de ressources dont ils disposent. Mais ce sont ces quelques réalités fortes, ces micro-stratégies individuelles et familiales dans un monde beaucoup plus hétérogène qu’on ne le dit souvent, auxquelles toute forme d’organisation d’intérêts collectifs est confrontée. Ils expliquent en partie la faiblesse chronique des actions collectives sur la frontière durant les années 1960-1980.

Conflits et violences

  • 36 Ce taux de violence n’est que comparable à ce qu’on a constaté pour des camps miniers sur le Far W (...)

45Si les zones de colonisation, tout au long des années soixante et soixante-dix, témoignent d’un ordre social naissant, elles n’échappent pas pour autant à la présence continue et relativement intense de violences diverses qui évoquent plutôt le spectre du désordre et de la désintégration. Apartado, ville-champignon par excellence de la région d’Uraba, a ainsi connu dans les années soixante et soixante-dix un taux d’homicide qui se situe entre 50 et 100 pour 100 000, toutes violences confondues36, ce qui est nettement plus élevé que le taux national de 27 pour 100 000 (1976). Mais la société régionale ne semble pas avoir été particulièrement perturbée par cette violence, qui fut plutôt considérée comme peu spectaculaire.

46Il y a d’une part la violence instrumentale comme moyen ultime pour mettre fin à des conflits du travail, de litiges fonciers (entre colons ; entre colons et grands propriétaires fonciers ; entre grands propriétaires eux-mêmes) ou à d’autres conflits sociaux. Les conflits sociaux et les acteurs collectifs restent d’ailleurs peu définis. Dans les secteurs de pointe, la suroffre de main d’œuvre, le contrôle sur l’embauche et l’encadrement très strict des salariés laisse peu de place au développement d’organisations syndicales. Dans l’agroindustrie et l’élevage frontaliers se reproduit la tradition centenaire de l’entrepreneur absent, aux activités multiples, qui laisse le soin de définir les modalités de gestion et les relations du travail aux administrateurs et contremaîtres (capataces), avec tout l’arbitraire que cela implique.

47Les conflits, les litiges, les différends, quand ceux-ci ne s’arrangent pas à l’amiable ou par l’intervention d’un tiers (Inspecteur de Police, Police, administration municipale, etc.) sont parfois réglés par un recours à la violence, ce qui les transforme en règlements de compte ordinaires, c’est-à-dire en conflits individuels. C’est ce recours à la violence privée, toujours disponible, qui devient sur la frontière rapidement un lieu commun, un savoir-faire, “quelque chose qui fonctionne” tant lors des conflits de travail ou des litiges de terrain que lors des différends de voisinage, d’honneur ou de proximité.

  • 37 Sur la frontière, dans les décennies 1960-1970, les homicides se commettent surtout dans les boom- (...)

48A cette violence sociale s’ajoutent des violences plus anomiques, des crimes passionnels, des actes de vengeance et de jalousie, très présents dans ces lieux spécifiques que sont les villes-champignons. Dans ces bourgades dont l’activité économique est très dynamique et dont la vie quotidienne est très animée, l’incapacité des sociétés frontalières à fournir des modalités d’épargne ou d’investissement est tout à fait notable37. L’argent y flambe, ce qui engendre par définition de la violence. Le port d’une arme y est largement accepté, en particulier dans la zona de tolerancia, là où se concentrent bars, tavernes et maisons closes, où les pionniers viennent dépenser leur argent en fin de semaine.

  • 38 Les phénomènes de banditisme politique ont été l’objet d’excellentes études. Voir notamment Gonzal (...)
  • 39 Pour un argument plus général, bien qu’un peu surfait, voir Silvio R. Duncan Baretta et John Marko (...)

49La frontière est, d’autre part, un lieu particulièrement attractif pour le banditisme, la contrebande et la délinquance plus ou moins organisée. Le banditisme socio-politique ou délinquant profite de la persistance de portions, plus ou moins grandes, de forêts tropicales non défrichées, de l’isolement géographique, de la précarité du réseau routier et de la faible présence des forces publiques38. Dans des larges parties de la frontière où prédomine l’élevage extensif, où la densité démographique est très faible, la force publique n’arrive pas à protéger les domaines contre le phénomène chronique du vol de bétail, parfois mené à grande échelle et commis, selon le cas, par un voisin, par l’administrateur lui même, par des bandits ou par la guérilla39. L’organisation de la protection y est donc laissée aux grands éleveurs eux-mêmes. Résidant souvent hors de la région, ceux-ci ont recours à des formes privées d’autodéfense (autorisées par la loi) ainsi qu’à des contrats de protection avec des groupes armés privés, y compris avec la guérilla.

50En effet, ce n’est certainement pas un hasard si les divers foyers de guérilla communiste, au moment de leur apparition dans les années 1960 et 1970, ont souvent choisi des zones en friche (el monte) situées sur les nouvelles frontières, comme lieux d’implantation. Ils y trouvèrent un environnement propice aux actions militaires, aux attaques des banques de crédit agricole, dans l’ensemble peu protégées, et une population faiblement encadrée au sein d’une société régionale en voie de construction. La présence de ces groupes de guérilla, qui resta alors peu importante, provoqua des actions armées anti-subversives, avec tout l’arbitraire que cela implique. L’impact de ces conflits armés resta toutefois isolé et relativement limité et ne représenta pas, pour ainsi dire, l’essentiel de la construction frontalière.

LES FRONTIÈRES DE LA DROGUE

  • 40 Cf. Jaime Jaramillo, Leonidas Mora, Fernando Cubides, Colonización, Coca y Guerrilla, Bogota, Univ (...)
  • 41 Quitter ce milieu clos est la seule alternative à la loyauté imposée, étant donné que la troisième (...)

51Les frontières de la drogue sont donc des micro-régions frontalières complètement à part, dont l’ouverture est provoquée par l’installation de cultures illégales. Le processus de colonisation y reste ensuite quasi exclusivement centré sur l’économie de la drogue. Dans ces zones isolées et très difficilement accessibles, notamment situées sur la frontière Amazonienne (le Caqueta, le Putumayo, l’Ariari, le Guayabero et la Sierra de Macarena), l’économie paysanne familiale n’est souvent pas rentable et l’élevage extensif n’y est que peu ou pas important. L’implantation de l’économie illégale (culture, laboratoires, piste aériennes etc.) s’y accompagne d’un peuplement conjoncturel de caractère volatile où prédominent les instables (flota-dores) souvent célibataires, qui suivent la logique du rebusque, de la débrouille, de l’aujourd’hui ici et du demain là-bas40. L’économie monétaire illégale donne lieu à une modernisation précaire et destructrice qui aboutit à l’institution d’un milieu social quasi non-organisé où les migrants se dérobent à toute loyauté sociale ou politique41. Des groupes armés privés (formés par les narcotrafiquants) et la guérilla, protègent les plantations et les laboratoires et contrôlent le trafic contre des incursions militaires tout en exigeant des contributions des producteurs et des trafiquants. Des groupuscules de guérilla communiste, faiblement organisés en hommes et en armes, avaient trouvé dans les parties les plus isolées de la frontière des années 1960 et 1970 un contexte propice à leurs objectifs de créer des zones de résistance populaire armée. Mais c’est en collaborant ou en concurrençant les narcotrafiquants pour établir un contrôle sur l’économie de la drogue, que ces groupes trouvèrent, dans ces zones, une base pour leur croissance spectaculaire tout au long les années 1980 et après. Apprentissage et renforcement qui permet ensuite d’élargir leur influence vers d’autres secteurs de l’économie régionale en particulier vers des (parties de) frontières jusqu’à là peu ou pas concernées par ces phénomènes.

  • 42 Cette logique d’encadrement forcé est à distinguer de ce que William Ramirez Tobon a décrit comme (...)

52Ainsi faut-il noter que les frontières de la drogue se caractérisent par un mode de colonisation spécifique qui tient à son encadrement par des groupes armés privés, dont la guérilla42. Dans les conditions très particulières des frontières de la drogue, l’emprise que ces groupes armés privés arrivent à imposer à la société locale paraît adaptée aux conditions socio-politiques locales et en phase avec les intérêts des flota-dores, notamment avec leur besoin de mise en ordre du quotidien. L’hypothèse d’un social anomique, en rupture avec tout type d’intégration sociale, à laquelle la guérilla fait opportunément barrage en imposant de formes de coaction forte, en sort renforcée. Tout rapport qui s’établit avec des institutions publiques ou privées est contrôlé par ces acteurs. La “société” s’y construit dès le début sous la tutelle omniprésente de la mafia et/ou de la guérilla, intermédiaires ou ressorts basiques d’un ordre social certain. Au lieu de la diversité de modes d’intégration, de régulation et de sociabilité caractéristique de la frontière moderne, on est ici confronté à une économie monétaire sauvage, régulée par des formes d’encadrement armé très strictes et imposées par des acteurs qui ne prétendent même plus se placer à l’intérieur de la société politique majeure.

LES FRONTIÈRES TRAUMATISÉES

  • 43 Daniel Pécaut, “Violence et Politique en Colombie”, in François Dubet et Michel Wieviorka, Penser (...)

53A partir des années quatre-vingt, les conséquences du renforcement des activités des narcotrafiquants, de la guérilla, des paramilitaires et d’autres groupes armés privés vont grièvement affecter les frontières “modernes”, comme ils vont affecter tout la société colombienne. A partir des années 1980, les narcotrafiquants ont acheté sur la frontière, comme ailleurs, d’énormes étendues de terre d’élevage, non seulement pour investir, mais aussi à fin de créer leurs propres zones de sécurité, parfois utilisées comme lieu de transit pour l’exportation de la cocaïne. Par ailleurs, la mainmise sur les ressources économiques sous forme d’extorsion par intimidation ou terreur d’éleveurs, d’agroindustriels, d’entreprises pétrolières et d’autres secteurs de pointe sur la frontière et ailleurs se généralise et devient systématique. Ainsi, chaque clan, chaque bande, chaque cartel, chaque front de guérilla semble vouloir s’approprier sa propre poule aux œufs d’or. L’impuissance de l’État colombien à freiner ou à réprimer la criminalité organisée et la construction de réseaux illégaux de coaction violente et à maîtriser la concurrence entre ces acteurs pour s’approprier une part des bénéfices des divers booms économiques devient de plus en plus patente43.

54Si cette impuissance n’est pas restreinte aux zones de frontière, elle y est la plus évidente étant donné le caractère récent et peu consolidé des réseaux de pouvoir traditionnels et des formes d’intégration sociale dont la frontière dispose. En résultent une déstabilisation, désintégration et traumatisation de la société frontalière moderne en rien comparable avec le pseudo-ordre qui caractérise malgré tout, comme nous l’avons montré, les frontières de la drogue. Sur les frontières de la drogue, l’encadrement de la société par des acteurs armés est donné dès le début et la construction de la société prend beaucoup moins une logique traditionnelle que sur les frontières modernes, où l’économie est (et reste) en principe centrée sur des activités légales. Dans ce dernier cas, les contrôles que les nouveaux acteurs (narcotrafiquants, roi d’émeraudes, guérillas, paramilitaires), cherchent à imposer à la société ne se construisent pas sur “le vide” mais, au contraire, par le déplacement d’intermédiaires, de réseaux d’emprise sociale et d’institutions déjà sur place. Les associations de base, comme les JAC, sont soumises ; leurs dirigeants, les inspecteurs de Police, juges d’instruction, quand ils revendiquent leur autonomie, sont menacés ou éliminés. Des postes de police rurale, des Caisses Agraires, etc. doivent être retirés pour cause d’insécurité, ces postes et leurs personnel étant l’objet d’attaques de la guérilla et d’autres groupes pour récupérer des armes et de l’argent. La situation est particulièrement grave dans les régions frontalières où plusieurs organisations armées illégales sont en concurrence entre elles pour la mise sous contrôle des mêmes territoires. Ils en résultent des luttes acharnées pour la mainmise sur les territoires et les ressources (légales et illégales). Des périodes de coexistence conflictuelle alternent alors avec des périodes de confrontation ouverte, ce qui donne lieu à des véritables guerres locales (essentiellement guérilla contre guérilla ou guérilla contre para-militaires/narco-trafiquants).

55La déstabilisation et la militarisation de la société sur les zones de colonisation récente n’affectent pas seulement les secteurs modernes, mais aussi l’économie paysanne : insécurité rurale, manque d’investissement dans la région, retrait d’institutions publiques. On assiste en même temps à la création de nouveaux latifundias d’élevage extensif, le plus souvent entre les mains d’entrepreneurs urbains ou de narcotrafiquants, protégés manu militari. L’absentéisme chronique des entrepreneurs, des propriétaires et des éleveurs, c’est-à-dire de ceux qui, eu égard au poids de leurs investissements, pourraient aspirer au titre d’élite régionale, mais qui n’ont jamais voulu s’installer définitivement dans les terres chaudes, s’ajoute à la fragmentation du champ politique traditionnel en multiples factions dont aucune est capable d’imposer, sur le plan local, un quelconque projet de société.

  • 44 Dans le cas d’Uraba le taux d’homicide atteint désormais, à Apartado, 300 à 450 sur 100.000 contre (...)
  • 45 Pour ces logiques, dans la région du Magdaleno Medio, cf. Maria Victoria Uribe, Limpiar la tierra. (...)
  • 46 Carlos Medina Gallega, Autodefensas, Paramilitares y Narcotrafico en Colombia, Bogota, Documentos (...)
  • 47 Cf. Orin Starn, Reflexiones sobre Rondas Campesinas, Protesta Rural y Nuevos Movimientos Sociales, (...)

56Sur la frontière, comme dans le pays en général, la violence s’est considérablement intensifiée, durant les années 198044. Elle s’est aussi faite plus brutale et elle a changé de caractère. La violence individuelle en tant que règlement de compte n’a pas disparu. Mais s’y ajoute désormais une violence organisée qui se traduit, dans une logique de coup pour coup, par des cycles d’exécutions sommaires, qui prennent parfois la forme de massacres, pour imposer des hégémonies particulières45. Cela donne lieu à de nouvelles formes de territorialisation, marquées par des frontières à première vue invisibles, où les gens sont placés, sans l’avoir voulu, dans les sphères d’influence de l’un ou de l’autre acteur armé. A ce quadrillage armé s’ajoutent l’arbitraire de la lutte anti-subversive des forces publiques qui, fortement discréditées, n’arrivent pas à contrôler les événements et se livrent à des aides peu ambiguës à des groupes paramilitaires46 Ont lieu finalement aussi des pratiques locales diverses d’autodéfense civile contre la guérilla et encadrée par la force publique. Contrairement aux groupes paramilitaires, ces formes de vigilance collective ont été l’objet de peu d’études. Toutefois, le phénomène est moins systématique et beaucoup plus éclaté que celui de rondas campesinas du Pérou, c’est à dire des associations armées de paysans qui se forment à l’occasion de menaces d’attaques venant de la guérilla et qui opèrent sur la base de modalités d’organisations communautaires préétablies (parfois sous l’instigation de la force publique)47. Ainsi, les nouvelles organisations de sécurité civile formellement reconnues par l’État, les convivir, cachent mal leur instrumentalisation par des barons de la drogue ou d’autres acteurs violents.

57Tous ces acteurs armés sacrifient la population civile, transformée en population otage, au nom des impératifs du contrôle territorial, financier ou politique.

58Ainsi, les violences qui bouleversent depuis les années 1980 les frontières nouvelles, ne sont l’expression d’aucune agitation agraire, comme ce fut encore le cas au cours des années vingt. La frontière actuelle ne représente pas non plus une zone de refuge ou de résistance, comme ce fut le cas dans les années quarante et cinquante. On y trouve désormais une société profondément déstabilisée par les méthodes expéditives utilisées par la lutte armée, par les narcos et par les paramilitaires pour imposer ou maintenir leur mainmise sur ces territoires stratégiques. C’est l’heure du remplacement des faibles modalités régulatrices de l’État par des actions brutales et arbitraires, et de la destruction de formes d’intégration sociale par la terreur.

59Dans ces conditions, on peut toujours s’étonner que ces sociétés frontalières semblent malgré tout se maintenir. Il faut dire que l’exil et le départ sont peu visibles mais bien réels, tandis qu’il y a toujours un réservoir inépuisable de migrants prêts à se diriger vers ces zones, attirés, malgré tout, par les bonnes opportunités économiques. D’autre part, les migrants ayant investi depuis des années en animaux, relations, et réseaux, s’accommodent et s’adaptent aussi en fonction d’une rationalité “individuelle”, c’est à dire en négociant de manière pragmatique leurs propres intérêts avec les nouveaux acteurs. Dans ce sens, salariés des secteurs de pointe ou colons n’agissent pas autrement que les propriétaires des mines ou des agroindustries, les commerçants, éleveurs et planteurs, qui ne se sont jamais très éloignés de cette logique d’action, payant régulièrement d’importantes contributions forcées aux acteurs armés pour pouvoir maintenir leurs affaires dans la zone.

AU SEUIL DU xxie SIÈCLE

60Malgré les continuités existantes entre la frontière actuelle et celle des périodes antérieures, l’idée que la problématique de la frontière en Colombie est permanente et sans mutation est historiquement et empiriquement contestable. D’une part, la frontière nouvelle se construit dans le contexte d’une société très différente et beaucoup plus complexe que celui qui accompagnait les premières phases de colonisation interne du pays, en particulier celle de la colonisation du café. D’autre part, les zones de colonisation récente ne correspondent plus à une société où le rapport social déterminant est basé sur la terre et sur la relation entre le colon-paysan et le grand propriétaire foncier. La tradition d’étudier la frontière a priori sous l’angle de la contestation rurale n’est plus le cadre le plus approprié dans une situation où sont apparus des encadrements plus structurés, d’abord du fait du salariat dans les secteurs agroindustriels, des industries pétrolières et autres, ensuite sous la tutelle d’acteurs illégaux, fortement armés et organisés.

61Au seuil du xxie siècle, les zones de colonisation récente sont prises dans une double dynamique. D’une part, elles connaissent un renforcement lent mais certain des infrastructures, des institutions, des services publics accompagné par la consolidation progressive d’une société régionale réalisant une intégration verticale entre périphérie et centre. D’autre part, avec l’implantation de multiples groupes armés, la crise des emprises politiques traditionnelles et la multiplication de micro-guerres locales de tout ordre, il y a le risque réel d’une fragmentation entre centre et périphérie. Gérer cette tension est sans doute le difficile défi que pose la frontière à l’ensemble du pays.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOTERO Fernando, Uraba. Colonizacion, violencia y crisis del Estado, Medellin, Universidad de Antioquia, 1990.

Cahiers d’Amériques Latines, “Les Amazonies andines”, n° 7, 1988.

INCORA, La colonización en Colombia, 2 vols., Bogota, 1974.

GARCIA Clara Inez, El bajo Cauca, Santafé de Bogota, Cinep, 1993.

GARCIA Clara Inez, Uraba. Región, Actores y conflicto. 1960-1990, INER, Medellin, 1996

GHEERBRANDT Alain, Orénoque-Amazone 1948-1950, Gallimard, Paris, 1992 (led. 1952)

GIRALDO, Diego et Laureano Ladron de Guevara, Desarollo y Colonizacion. El caso Colombiano, Universidad Santa Tomas, Bogota, 1981

JIMENO Santoya, Myriam, “La descomposición de la colonizacion campesina en Colombia”, Estudios Rurales Latinoamericanos, Vol. 6, n°l, 1983

JIMENO Santoya, Myriam, “Los procesos de colonización”, Nueva Historia de Colombia, ed. Planeta, Bogota, 1989, Vol. III, pp.371-395

INSTITUT des Hautes Etudes de l’Amérique Latine, Ouvrage collectif, Los phénomènos de “frontera” en los paises tropicales, Travaux et Mémoires n° 34, IHEAL, Paris, 1981

INSTITUTO Geográfico Augustin Codazzi, Problemas de la colonización del Putumayo, Bogota, 1978.

INSTITUTO Géografico Augustin Codazzi, “Situacion y analisis del proceso colonizador en Colombia”, Analisis Geografico, n° 10, Bogota, 1986

JARAMILLO Jaime, Leonidas Mora, Fernando Cubides, Colonización, Coca y Guerrilla, Bogota, Universidad Nacional, 1986, pp.20, 21.

MOLANO Alfredo, Selva Adentro, Una historia oral de la colonización del Guaviare, Bogota, El Ancora, 1987.

MOLANO Alfredo (e. a), La colonización de la Reserva de la Macarena, Bogota, Corporación Araracuara, 1990.

MOLANO, Alfredo, Aguas Arriba. Entre coca y el oro, Bogota, El Ancora, 1990

MOLANO, Alfredo, Siguiendo el corte. Relatos de Guerras y de tierras, Bogota, El Ancora, 1989.

MOLANO, Alfredo, ’Violencia y colonizacion’, Foro, n° 6, Bogota, 1988, pp.25-37.

ORTIZ Sutti, “Colonization in the Colombian Amazon”, Marianne Schmink et Charles Wood (eds.), Frontier expansion in Amazonia, Gainesville, University of Florida Press, 1984

UNIVERSIDAD NACIONAL (ed.), Colombia Amazónica, Bogota, 1987.

PARSONS James J., Antioquia’s Corridor to the Sea. An historical geography of the seulement of Uraba, Berkeley, 1967.

REMENTERIA Iban de, “Hipotésis sobre la violencia reciente en el Magdaleno Medio”, in Gonzalo Sanchez et Ricardo Penaranda, Pasado y Presente de la violencia en Colombia, CEREC, Bogota, 1986

REYES Posada, Alejandro, La violencia y la expansión territorial del narco-trafico, CEREC, Université de Los Andes, Bogota, 1990

TINNERMEIER Ronald L., New land seulement in the Eastern Lowlands of Colombia, Ph. D., University of Wisconsin, Madison, 1965.

URIBE Maria Teresa, Uraba : Región ο territorio ? Un analísis en el contexte de la política, la historia y la etnicidad, Medellin, INER, 1992

URIBE Maria Victoria, Limpiar la tierra. Guerra y poder entre esmeralderos, Cinep, Santafé de Bogota, 1991, Universidad Nacional (ed.), Colombia Amazonica, Bogota, 1987

VALLEJO Jorge, “Los colonos del Putumayo”, Enfoques Latinoamericanos, n° 5, Bogota, 1975

VARGAS Alejo, Colonización y conflicto armado. Magdaleno Medio Santanderreano, Cinep, Bogota, 1992

ZAMBRANO Fabio, “Ocupación del territorio y conflictos sociales en Colombia”, Informe del Cinep, Bogota, 1988.

Notes

1 L’auteur exprime ses remerciements à Daniel Pécaut et Anton Blok pour leurs commentaires sur cet article, réalisé dans le cadre d’une recherche financée par la Fondation Néerlandaise pour la Recherche Tropicale de l’Organisation Néerlandaise de Recherche Scientifique (NWO-WOTRO).

2 II s’agit d’une estimation élaborée sur la base de données diverses (évolution du Cadastre National, titularisations nouvelles, sondages ruraux) comme ils apparaissent dans “Misión de Estudios del sector Agropecuario”, El desarollo agropecuario en Colombia, vol. 1, Bogotà, Ed. Presencia, 1990, pp. 96-112.

3 En Amérique Latine, seul le Brésil a probablement connu, depuis 1950, une ouverture majeure de sa frontière. En Colombie, un cinquième de la superficie nationale consacrée à la production des principaux produits agricoles, ainsi qu’une partie importante des terres dédiées à l’élevage extensif se situe actuellement dans les zones de colonisation récente.

4 Pour la colonisation du café, voir Marco Palacios, El café en Colombia, 1850-1970, Mexico, El Ancora Editores, 1983 (2ed.) ; James Parsons, La colonización Antioquena en el Occidente de Colombia, Bogota, 1977 ; Roberto Luis Jaramillo, “La colonización Antioquena” in Jorge Orlando Melo, Historia de Antioquia, Medellin, Ed. Presencia, 1988, pp.176-208.

5 Durant la période 1827-1936 on a officiellement privatisé un total de 29.000 km2, auxquels il faut toutefois ajouter “une superficie considérablement plus grande qui fut appropriée de manière illégale”, c’est à dire par des colons informels qui n’arrivaient pas à légaliser leurs terres. Cf. Catherine Le Grand, Colonización y protesta campesina en Colombia 1850- 1950, Bogotà, Universidad Nacional, 1988, pp. 69-87..

6 A la fin du xixe siècle, l’intérêt croissant pour l’agriculture donne lieu à une législation libérale (loi 61 de 1872 et loi 48 de 1882) inspirée du Lands-act des États-Unis, promettant au colon l’adjudication gratuite d’un lopin de terre en friche ouvert et partiellement mis en culture, pour stimuler la création d’une agriculture de petits propriétaires sur la frontière. Les colons orientaient leurs actions en fonction de ces lois, au demeurant appliquées de façon aléatoire. Catherine Le Grand, op.cit.

7 Toutefois, les haciendas de café restaient des pôles entourés par l’économie paysanne familiale, et ne formèrent jamais des zones ininterrompues d’haciendas. V. Marco Palacios, op. cit.

8 Voir Alistair Hennesy, The frontier in Latin American history, Albuquerque, 1978

9 Marco Palacios, op. cit, p. 173

10 Certains hacendados entretenaient des guardias montadas, qui intervenaient, dans un style assez Far-West, au cas de litiges de terrain. Marco Palacios, op. cit., p. 336.

11 En 1926 la Cour Suprême de Justice redéfinit le statut de la propriété foncière : un “titre originaire” devient déterminant. Beaucoup des colons et des paysans à bail savaient (ou supposaient) que les hacendados manquaient de ces titres originaires et entreprenaient des invasions. La loi 200 de 1936 affaiblit la décision de 1926 (il fallait désormais 10 années de non-exploitation pour que les terres reviennent à l’État). Toutefois, le principe même de l’appropriation de la terre publique par le travail resta valable, principe qui était déjà à la base de la tradition espagnole des tierras realengas. Ce qui resta aussi valable c’était l’incapacité administrative, la fragilité institutionnelle, le favoritisme et la corruption à tous les niveaux quand il s’agissait d’attribuer des titres de propriété ou de trancher dans des litiges de terrain. Catherine Le Grand, op. cit.

12 Cf. Carlos Miguel Ortiz, Estado y subversion en Colombia. La violencia en el Quindio anos 50, Bogota, 1990

13 Maria Teresa Uribe a insisté sur le caractère séculaire et permanent, bien que lent et peu important en termes démographiques, de la colonisation sur les terres chaudes en révélant des axes de longue durée comme les luttes pour le contrôle du territoire, les saccages des produits primaires et les stratégies de résistance et de survivance de la population locale (indigène, noir, paysanne). Certaines parties de ces zones (notamment dans les Llanos, le Magdalena Medio et Uraba) se constituaient durant la guerre civile (1948-1963) en zone de refuge et de résistance des groupes armés Libéraux. Maria Teresa Uribe, Uraba : Región ο territorio ? Un analísis en el contexto de la política, la historia y la etnicidad. Medellin, INER, 1992.

14 II s’agit d’une progression exponentielle des terres privatisées par rapport aux années directement antérieures : 600 km2 par an pour la période 1931-1945, 1.500 km2 pour la période 1946-1954, 3.750 km2 pour la période 1955-1959. Joëlle Diot, “Estadísticas históricas. Baldios 1931-1973”, Boletín Mensual de Estadisticas, DANE, No. 296, 1976, pp. 89-136. Le taux de croissance démographique sur les zones de colonisation récente est, selon la région, significativement supérieur à celui de la nation, mais pas nécessairement plus élevé que celui des villes.

15 La Réforme Agraire de 1961 a stimulé la migration de paysans vers les nouvelles zones de colonisation. Cette réforme envisageait un programme d’achat de (parties) de grandes latifundia exploités de manière inadéquate. La reforme provoquait l’incertitude chez les grands propriétaires fonciers qui liquidaient aux paysans à bail les contrats, causant une expulsion paysanne des zones d’agriculture traditionnelle en partie vers les villes, mais aussi vers les nouvelles frontières. D’autre part, la Reforme a renforcé le statut du colon avec la création de l’Institut Colombien de Réforme Agraire (INCORA).

16 L’immensité des territoires déclarés réserves naturelles et réserves indiennes, témoigne de l’abondance des terres en friche dont dispose la Colombie. L’État n’est d’ailleurs capable d’empêcher à l’intérieur de ces zones ni la colonisation paysanne ni les pratiques des narcotrafiquants. Les énormes incendies de forêts qui ont ravagé durant des semaines entières une partie du Caqueta (1979) et de la réserve nationale de la Macarena (1991) témoignent par ailleurs du peu de contrôle qui peut être exercé sur ces territoires. V. Alfredo Molano e. a., La colonización de la Reserva de la Macarena, Bogota, Corporatión Araracuara, 1990.

17 Le processus est décrit en détail par Alfredo Molano, “Algunas consideraciones sobre la colonizacion y la violencia”, in Absalon Machado, El Agro y la cuestion social, Santafé de Bogota, Tercer Mundo, 1994, pp.42-59

18 L’interdiction de l’importation de viande ainsi que la faiblesse de l’impôt foncier, font aujourd’hui encore de l’élevage extensif une affaire lucrative, même avec une mauvaise qualité de bétail. Investissement d’autant plus apprécié qu’il est d’une haute liquidité.

19 Pour des remarques comparables sur la situation des colons-pionniers sur la frontière américaine au début de notre siècle, voir Thorstein Veblen, “The Independent Farmer”, Chapitre VII de son livre Absentee Ownership and Business Enterprise in Recent Times (1923), repris dans The Portable Veblen, New York, Viking Press, 1948 : 395-406.

20 Selon Marco Palacios, ce qui constitue l’élément de continuité entre les différentes expériences d’ouverture de la frontière à la colonisation en Colombie est “la symbiose entre (les) efforts privés de planification de la part de puissants et d’entrepreneurs capitalistes et le caractère spontané (des) migrations paysannes à la recherche de terres et de travail, contre un arrière-fond de relative passivité étatique”. Marco Palacios, op. cit., p. 155

21 Fernando Gonzalez, “Introduction”, in Un pais en construcción, numéro spécial de Controversia, n°. 151-152, Bogota, CINEP, 1990, pp. 7-18.

22 Selon le géographe américain Frederick Jackson Turner, qui introduit en 1893 le thème de la frontière depuis lors repris par nombre d’historiens, la conquête de la frontière a renforcé, en Amérique du Nord, le sentiment de nationalité et de valeurs démocratiques, en particulier l’idée de l’égalité des chances. Cf. Ray Allen Billington (ed.), The frontier the-sis. Valid interpretation of American History ?, The American Problem Studies, New York, 1977 (1ère ed. 1966). Inclut la présentation originale de F. J. Turner.

23 “(Dans) les zones de colonisation, l’État est absent ou présent de manière traumatique en tant que simple oppresseur ou comme un précaire percepteur d’impôts (et) il y a une acceptation de la guérilla en tant que contre-État.”Comisión de Superación de la Violencia, Pacificar la Paz, IEP, Santafé de Bogota, 1992, p. 119.

24 Catherine Le Grand, op cit., fait notamment référence à la législation de 1872-1882, à la décision de la Cour Suprême de 1926 et à la Loi 200 de 1936 (supra). A ce point, Marco Palacios, op. cit., souligne “l’obsession légaliste du paysan”, et parle du “paysan de Code Civil”.

25 L’Inspecteur de Police Départementale tient, dans les zones rurales, le milieu entre un shérif et un ’petit maire’. Fonctionnaire civil et non pas policier, nommé selon des stricts critères de clientélisme politique par le bureau du gouverneur, il est comptable, en première instance, au maire du chef-lieu dont relève le hameau ou corregimiento où l’inspecteur est installé. L’inspecteur remplit des fonctions administratives et informe le maire et le gouvernement départemental des problèmes d’ordre public. L’Inspecteur de police municipale, dont dispose le chef-lieu dans son centre urbain, est nommé par le maire.

26 Voir sur ce point, dans un autre contexte, James Holston, “The misrule of law : land and usurpation in Brazil”, Comparative Studies in Society and History, 1991, pp. 695-725

27 Au xviiième siècle, la fondation de hameaux fut aussi une stratégie de défense collective contre les tentatives des haciendas d’incorporer ces terres nouvellement défrichées, ce qui ne semble pas être le cas sur la frontière nouvelle. Plus tard, durant la colonisation du café, les colons se sont organisés en Juntas de Pobladores, chargées de distribuer des parcelles entre leur membres. Toutefois, selon Marco Palacios, op.cit., ces formes associatives ne perdurent guère au delà du moment de l’installation sur la frontière.

28 L’initiative de fonder un hameau (et une JAC) est en principe prise par une poignée de pionniers, qui entrent dans l’histoire locale comme les fondateurs (fundadores) du lieu. A l’occasion des festivités des 25 ans de la création d’Apartado, le plus important boom-town de la région d’Uraba, en tant que municipalité autonome, le maire a remis des actes de reconnaissance à une vingtaine de personnes et familles supposée être les fondateurs de la ville.

29 Cf. Francisco Leal Buitrago et Andres Davila, Clientelisme. El sistema politico y su expre-sion regional, Tercer Mundo, Bogota, 1990, pp. 215-334 (‘Accion Communal y Clientelismo’).

30 Les villes-champignons grandissent sur la base d’invasions populaires non-légales sur des terrains vagues, souvent encadrées dès le début par des partis politiques et ensuite légalisées par le Conseil Municipal et la Mairie. La fondation de certains hameaux correspond, au moins en partie, à des motivations partisanes visant l’établissement des nouveaux relais politiques dans la région. D’autres hameaux encore furent fondés par des religieux ou des missionnaires illuminés

31 Beaucoup dépend bien entendu de la qualité du sol. Dans les zones les plus pluvieuses, l’érosion et le sol peu approprié de la forêt tropicale humide rendent l’agriculture traditionnelle peu rentable.

32 Les colons vendent aussi des lotissements à des paysans venus dans la région pour acheter des terres et y installer une ferme. Ainsi, la moitié des petits agriculteurs d’Uraba (1990) ont acheté (et non pas défriché) leurs terres.

33 Ce ne sont pas nécessairement les paysans les plus marginalisés ou les masses urbaines les plus appauvries, qui entreprennent la migration vers la frontière. Une fois sur la frontière, le migrant a le choix entre différentes alternatives (colon, salarié, petit commerce, secteur informel) tout en multipliant parfois des activités ou des migrations internes à la frontière. Sur ce sujet, v. Diego Miguel Sierra et Fernando Botero, El mercado de fuerza de trabajo en la zona bananera de Uraba, Medellin, Universidad de Antioquia, CIE, 1981.

34 Sur la frontière, et notamment dans les boom-towns, les nouveaux venus vivent une expérience de modernisation négative comparable à celle des habitants des quartiers populaires de la frontière urbaine des métropoles Colombiennes. Sur ce dernier sujet, Daniel Pécaut, “Modernidad, Modernización y Cultura”, in Gaceta, Medellin, No.8, pp.15-17.

35 Bien que la majorité des hameaux ne disposent pas de connections téléphoniques, des bureaux de Telecom existent dans les chef-lieux et dans les hameaux les plus importants.

36 Ce taux de violence n’est que comparable à ce qu’on a constaté pour des camps miniers sur le Far West, qui furent de loin les lieux les plus violents de la frontière américaine. Cf. Roger D.Mc Grath, Gunfighters, Highwaymen & Vigilantes. Violence on the frontier, Berkeley, University of California Press.

37 Sur la frontière, dans les décennies 1960-1970, les homicides se commettent surtout dans les boom-towns, tandis que les parties rurales sont moins touchées. Les statistiques disponibles n’affirment sur ce point strictement rien puisqu’elles enregistrent souvent comme lieu de décès le lieu du constat du décès, qui est le mortuarium de l’hopital situé en zone urbaine.

38 Les phénomènes de banditisme politique ont été l’objet d’excellentes études. Voir notamment Gonzalo Sanchèz et Donny Meertens, Bandoleros, gamonales y campesinos, Santafé de Bogota, El Ancora Editores, 1992. Nous manquons d’études comparables sur le banditisme délinquant, le vol de bétail et la criminalité quotidienne sur la frontière dans les décennies 1960 et 1970.

39 Pour un argument plus général, bien qu’un peu surfait, voir Silvio R. Duncan Baretta et John Markoff, “Civilisation et Barbarism : cattle frontiere in Latin America”, Comparative Studies in Society and History, Vol. 20, 1970, pp. 587-620.

40 Cf. Jaime Jaramillo, Leonidas Mora, Fernando Cubides, Colonización, Coca y Guerrilla, Bogota, Universidad Nacional, 1986, pp. 20-21.

41 Quitter ce milieu clos est la seule alternative à la loyauté imposée, étant donné que la troisième logique d’action proposée par Hirschmann, la “voice”, y est particulièrement mal appréciée. Cela dit, la loyauté imposée n’est pas moins vécue comme une adaptation, où il y a juxtaposition des trois attitudes que Hirschmann distingue. Albert O. Hirschmann, Exit, Voice and Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations and States, Cambridge, Harvard University Press, 1970.

42 Cette logique d’encadrement forcé est à distinguer de ce que William Ramirez Tobon a décrit comme “colonisation armée”, ce qui concerne un phénomène particulier et relativement restreint : le pilotage direct par la guerilla communiste, au début des années soixante, de groupes de colons, expulsés par l’armée de certaines régions rurales vers des zones du piémont de la Cordillera Orientale. William Ramirez Tobon, “La guerrilla rural en Colombia : una via hacia la colonización”, in Estudios rurales Latinoamericanos, Vol. 4, n° 2, Bogota, 1981. La colonisation militaire, encadrée par l’armée, ou la colonisation dirigée, menée par des institutions étatiques, ont aussi été des phénomènes relativement restreints.

43 Daniel Pécaut, “Violence et Politique en Colombie”, in François Dubet et Michel Wieviorka, Penser le Sujet, Paris, Fayard, 1995, p.481.

44 Dans le cas d’Uraba le taux d’homicide atteint désormais, à Apartado, 300 à 450 sur 100.000 contre un taux national de 75 sur 100.000

45 Pour ces logiques, dans la région du Magdaleno Medio, cf. Maria Victoria Uribe, Limpiar la tierra. Guerra y poder entre esmeralderos, Cinep, Santafé de Bogota, 1991. Sur les cycles de massacres, cf. Maria Victoria Uribe et T.Vasquez, Enterrar y callar, Comité Permanente por la Defensa de los Derechos Humanos, Bogota, 1995

46 Carlos Medina Gallega, Autodefensas, Paramilitares y Narcotrafico en Colombia, Bogota, Documentos Périodisticas, 1990.

47 Cf. Orin Starn, Reflexiones sobre Rondas Campesinas, Protesta Rural y Nuevos Movimientos Sociales, Lima, IEP, 1991 ; Orin Starn (ed.), Hablan los Ronderos, Lima, IEP, 1993, Documentos de Trabajo n° 45.

Notes de fin

* École des hautes études en sciences sociales, Paris

Table des illustrations

Titre CARTE 1. PRINCIPALES ZONES DE COLONISATION ET ORIGINE DES MIGRATIONS
Légende Source : Misión de Estudios del Sector Agropecuario con base en INCORA-IGAC y DNP, p. 109
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540