Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

II. Adaptations de l'espace et de la société

Chapitre 7. Un siècle de concentration urbaine en Colombie

Vincent Gouëset

Texte intégral

  • * Maître de conférence, Université de Haute Bretagne, Rennes 11.

1Note portant sur l’auteur*

BANALITÉ ET ORIGINALITÉ DE LA TRANSITION URBAINE COLOMBIENNE

2Les données de la croissance urbaine en Amérique latine sont bien connues. Elles reposent sur un double processus de “transition urbaine”, c’est-à-dire d’un déplacement, au cours du siècle, d’une majorité de population des campagnes vers les villes (Moriconi-Ebrard, 1993), et d’une “hyperconcentration” de ces populations dans un petit nombre de cités géantes (Deler, 1994). Ce mouvement, dont le démarrage s’est échelonné, selon les pays, entre la fin du xixème siècle et le milieu du xxème, a presque toujours débouché sur une forte primauté de la plus grande ville sur les autres. Un exemple type de cette évolution nous est donné par le Chili, où les trois quarts de la population habitent en ville, et où Santiago, la capitale, regroupe la moitié de cette population urbaine. Les exceptions à ce modèle sont rares, et les États qui se distinguent, soit par un taux d’urbanisation encore faible (Guatemala, Bolivie, etc.), soit par une primauté modeste de la plus grande ville (Équateur, Brésil ou Colombie) sont peu nombreux.

  • 1 C’est-à-dire regroupées dans les localités de plus de 1 500 habitants
  • 2 Résidant à l’intérieur des cabeceras. Les cabeceras correspondent au principal regroupement de pop (...)

3D’où l’intérêt de l’exemple colombien. Ce pays, dont l’organisation territoriale reposait depuis la période coloniale sur un semis urbain relativement dense, ne disposait en réalité que de grosses bourgades jusqu’au début du xxème siècle. Aucune ville ne dépassait 100 000 habitants à l’orée du siècle, et lors du recensement de 1938, seulement 31 % de la population était “urbaine”1. Bogota, la capitale, ne comptait à cette date que 330 000 habitants, à peu près l’équivalent de l’agglomération de Bordeaux à la même époque. Après un demi-siècle d’une croissance urbaine explosive, la situation s’est inversée, puisqu’au recensement de 1985 (le dernier disponible), les deux tiers des colombiens étaient devenus des “citadins”2, et le district de Bogota comptait 4,2 millions d’habitants, plus du cinquième de la population urbaine nationale.

4Pourtant, la primauté de la capitale reste modeste, puisqu’elle concentre moins de 15 % de la population nationale, alors que Buenos Aires, Santiago ou Lima approchent ou dépassent le tiers de la population nationale. Et surtout, sa croissance n’a pas empêché le développement d’un réseau urbain relativement dense, dans la moitié occidentale du territoire (carte n° 1) : une trentaine de villes comptaient plus de 100 000 habitants en 1985 (autant que dans un pays comme la Pologne), et pas moins de quatre agglomérations dépassaient un million d’habitants (le même nombre qu’en Italie ou en France). De plus, la brèche démographique observable dans la plupart des pays d’Amérique latine entre la première ville et la suivante (Buenos Aires est dix fois plus peuplée que Cordoba, Santiago est sept fois plus peuplée que l’agglomération de Valparaiso, etc. n’existe pas ici : Bogota n’est “que” deux fois plus peuplée que Medellin. D’ailleurs, si l’on se réfère au modèle de Zipf concernant la relation inverse entre la taille des villes et leur rang, la rupture la plus significative n’apparaît pas entre la première ville et la deuxième, mais plutôt entre la quatrième et la cinquième : la population de Barranquilla (1,1 million d’habitants) est le double de celle de Carthagène (560 000 habitants). Il s’agit d’un fait insolite à ce niveau de la hiérarchie urbaine, et l’on désignera, en l’absence d’un terme de référence, sous le terme de “quadricéphalie urbaine”, l’originalité du réseau urbain colombien, dominé par quatre métropoles (Gouëset, 1992).

5Ce particularisme n’est pas uniquement démographique, puisque les activités économiques sont elles aussi relativement dispersées sur le territoire national, et chacune des métropoles nationales joue un rôle spécifique : Medellin est traditionnellement la ville des mines, du café, et de l’industrie textile ; Barranquilla est le principal port des Caraïbes, et un centre commercial et industriel important ; Cali représente l’ouverture sur le Pacifique (par Buenaventura), et le centre agro-industriel le plus actif du pays ; enfin Bogota reste bien sûr la capitale, mais sans excès, si l’on peut dire, car elle n’a pas réussi à étouffer la croissance de ses rivales.

LA QUADRICÉPHALIE COLOMBIENNE : UN “ACCIDENT GÉOGRAPHIQUE” ?

6La configuration du réseau urbain colombien, qui compte quatre gros foyers urbains, n’est pas un héritage historique ancien. En effet jusqu’à la veille du “décollage urbain”, le réseau des villes était peu hiérarchisé, en dehors de Bogota et de Medellin, les deux seules villes qui dépassaient 40 000 habitants en 1905. La quadricéphalie colombienne n’émerge qu’à partir des années 1930, avec le début du processus d’urbanisation accélérée, qui, chose étonnante, a d’abord été marqué par un phénomène de déconcentration urbaine (tableaux n° 1 et 2). En effet, pendant deux décennies environ, Bogota a perdu du terrain par rapport aux autres grandes villes (elle était 1,8 fois plus peuplée que Medellin en 1918 ; mais 1,4 fois seulement en 1951). Après une période d’instabilité, la hiérarchie des villes s’est stabilisée, au début des années 1960, pour une dizaine d’années. Puis, à partir des années 1970, une brèche a commencé de se creuser entre Bogota et les autres villes. Le rapport entre la capitale colombienne et Medellin s’est progressivement élevé à 1,8 fois en 1973, et 2,1 fois en 1990 (alors que sur la même période, l’écart entre Medellin et Barranquilla se réduisait).

7Comment expliquer ce modèle de concentration urbaine “éclatée”, qui dénote avec le reste des nations latino-américaines ? On peut invoquer une série de facteurs, qui sont soit de simples “accidents géographiques”, soit inhérents aux spécificités du système politique, économique et social de la Colombie.

Le territoire a ses raisons...

8Par une sorte de “hasard tectonique”, le territoire de la Colombie est plus compartimenté que celui de la plupart des autres États latino-américains : au nord de la frontière équatorienne, la cordillère des Andes se ramifie en trois branches grossièrement parallèles, qui constituent autant de barrières naturelles (carte n° 2). Les basses terres sont longtemps restées hostiles à l’occupation humaine en raison du couvert végétal (forêts denses de l’Amazonie et de la côte pacifique), ou de la pauvreté des sols (Llanos du nord-est), ou de l’aridité du climat (péninsule de la Guajira), ou encore de l’existence de vastes zones inondables et insalubres (gouttière du Bas Magdalena et du Bas Cauca). Ces contraintes ont souvent été invoquées pour expliquer le développement modeste de Bogota, la lointaine capitale andine, et son absence de primauté sur le réseau urbain. Elles ne doivent pourtant pas être surestimées : les aptitudes et les contraintes de l’espace sont des notions relatives, qui varient dans le temps et l’espace. Plus que les difficultés du relief et le milieu naturel, c’est l’incapacité de la société à les surmonter, jusqu’à une date très récente, qui a constitué un obstacle au centralisme de Bogota.

...que le peuplement n’ignore pas.

9Depuis l’époque précolombienne, la Colombie est un véritable “archipel humain”, avec des îlots de peuplement régionaux séparés par d’immenses vides interstitiels. Cette discontinuité originelle du peuplement, liée notamment à l’absence de grands empires unificateurs comme ceux du sud (civilisation inca) ou du nord (civilisations mayas et aztèques), s’est accentuée avec l’hécatombe démographique de la Conquista, et elle a perduré jusqu’au début du xxème siècle (dans un pays qui restait peu peuplé, ne l’oublions pas : moins de six millions d’habitants en 1918 pour plus d’un million de km2). Aujourd’hui encore, malgré la progression spectaculaire des fronts de colonisation agraire, la répartition de la population colombienne reste nettement aréolaire, avec d’immenses no man’s lands dans tout le pays, et en particulier dans toute la moitié est. Les quatre grands foyers de peuplement sont la côte caraïbe, le centre de la cordillère orientale (entre Bucaramanga et Bogota), le centre de la cordillère centrale (entre Medellin et Popayan), et l’Altiplano du Nariño, au sud du pays. La multiplication des villes au xxème siècle n’est pas sans liens avec la dispersion historique de la population colombienne

TABLEAU 1. LES 20 PLUS GRANDES VILLES DE COLOMBIE (1918-1985)

TABLEAU 1. LES 20 PLUS GRANDES VILLES DE COLOMBIE (1918-1985)

SOURCE : DANE, Recensements de Population — A.M. = aire métropolitaine ; D.C. = district capital

TABLEAU N° 2. LA TRANSITION ET LA CONCENTRATION URBAINE EN COLOMBIE (1938 -1990)

TABLEAU N° 2. LA TRANSITION ET LA CONCENTRATION URBAINE EN COLOMBIE (1938 -1990)

Source : DANE et J. O. RUEDA, “Historia de la Población en Colombia”, 1989, ρ 378.

Le développement laborieux des transports intérieurs

  • 3 Qu’on se remémore, pour anecdote, l’interminable -et idyllique- remontée du fleuve vers Bogota de (...)

10Pour diverses raisons, les transports intérieurs colombiens se sont développés très tard, y compris à l’échelle latino-américaine : obstacles du relief, mais aussi des faibles ressources de l’État colombien, rareté des produits d’exportations qui auraient pu justifier la construction de voies de communications (avant le café), vieille tradition fédéraliste, volontiers teintée d’ostracisme entre les différentes régions du pays. Ce retard s’est manifesté, jusqu’au début du xxème siècle, par un recours obligé au Rio Magdalena et à ses affluents (un mode de transport très lent, peu sûr, et coûteux) pour les déplacements intérieurs3. Les chemins de fer se sont développés tardivement et de façon incomplète (carte n° 3), selon un modèle “centrifuge”, qui a longtemps privilégié les relations avec l’extérieur du pays, pour les exportations de café, sur les relations inter-régionales (Bejarano, 1988). Les routes goudronnées, quant à elles, n’ont fait leur apparition que très tard : elles ne relient les grandes villes colombiennes que depuis une vingtaine d’années, et parfois moins (carte n° 4). Du fait de la médiocrité des transports, le marché intérieur colombien ne s’est unifié que très laborieusement, et Bogota, relativement excentrée et isolée de nombreux foyers de peuplement, n’a concentré qu’une part limitée des hommes et des activités.

La polarisation des flux d’exode rural.

11Les flux massifs d’exode rural qui ont affecté toute la Colombie à partir des années 1930, et surtout entre les années 1950 et 1970, se sont faits dans le cadre de “bassins migratoires” nettement circonscrits, et quasi imperméables les uns aux autres (carte n° 5). Les quatre principaux bassins correspondent aux quatre plus grandes villes actuelles, et les autres bassins n’ont reçu que des contingents limités de migrants (le principal étant celui de Bucaramanga). Ces bassins migratoires sont essentiels pour comprendre la genèse de la quadricéphalie. La population n’a pas été attirée par une seule ville (ce qui explique l’absence de primauté urbaine de Bogota), mais les flux de population ne se sont pas éparpillés pour autant, puisqu’un nombre restreint de cités a reçu l’essentiel des migrants (ce qui explique que quatre villes dépassent aujourd’hui le million d’habitants). L’originalité de la Colombie par rapport au reste de l’Amérique latine ne réside pas dans les causes, les circonstances, ou la périodicité de l’exode rural, mais dans la destination des migrants, qui ont été polarisés par plusieurs villes.

La dispersion des activités économiques

12Depuis la période coloniale, les activités économiques colombiennes sont réparties sur l’ensemble du territoire, dans des régions éloignées les unes des autres : la côte caraïbe, interface commerciale avec l’Europe et domaine des grandes haciendas esclavagistes ; l’Antioquia, le principal centre minier de la Nouvelle Grenade ; la cordillère orientale (de Bucaramanga à Bogota), la zone la plus peuplée du pays, caractérisée par une intense activité agricole et artisanale ; enfin la région gran caucana, un important foyer agricole (de type latifundiste dans la haute plaine du Rio Cauca, et de type plus traditionnel dans le Nariño) bordé par les enclaves minières de la côte Pacifique. Cette division régionale a peu évolué jusqu’au début du xxème siècle, si ce n’est dans l’Antioquia (peuplé et mis en valeur par la fameuse “colonisation antioquègne”) et dans le cours supérieur du Rio Magdalena (de plus en plus exploité pour le quinquina, le tabac, l’indigo, et différentes cultures vivrières). À partir du milieu du xixème siècle, la diffusion de la culture du café a donné lieu à une formidable densification des campagnes, dans la cordillère orientale au départ, puis dans la cordillère centrale, entre Medellin et Cali. Par la suite, en raison de la fragmentation régionale du marché intérieur, la vague d’industrialisation qui a affecté le pays à partir des années 1930 s’est également faite sur une base territoriale morcelée, et plusieurs pôles se sont développés simultanément : Medellin, Barranquilla (grâce à son port), Bogota, et plus tard Cali (après l’établissement d’une connexion avec le Pacifique).

13Dans ces conditions, les quatre villes ont trouvé localement les ressorts de leur croissance, et aucune d’entre elles n’a pu accaparer une part prépondérante des activités productrices du pays. La comparaison avec l’Équateur voisin, où la majorité des activités agro-exportatrices et industrielles, localisées sur la côte pacifique, ont fait la fortune de Guayaquil, est fort démonstrative.

Un environnement régional porteur

14Aujourd’hui encore, le territoire colombien reste divisé en une série de régions urbaines relativement cloisonnées entre elles, et polarisées par les grandes villes : la région de Barranquilla sur la côte caraïbe, la région de Medellin dans le nord-ouest, la région de Bogota au centre, et la région de Cali au sud-ouest (on distingue en général deux autres régions d’étendue plus limitée : celle de Bucaramanga au nord-est, et celle du Grand Caldas au centre, qui est partagée entre l’influence des trois plus grandes métropoles et des villes du café, Manizales, Pereira et Armenia). Les aires d’influences des métropoles, qui sont à la fois étendues et peuplées, constituent autant d’assises régionales pour leur économie. En amont, elles leur fournissent de la main-d’œuvre, des matières premières, des ressources énergétiques, et des produits agricoles (alimentaires ou d’exportation). En aval, elles constituent un important marché régional pour leurs industries et leurs services.

15Le “facteur régional de croissance” a été très inégal selon les cas : il a joué à plein pour Bogota (dont la région est à la fois riche sur le plan agricole et très peuplée) et Cali (la haute vallée du Cauca constituant une des régions les plus riches et les plus urbanisées du pays), mais moins pour Medellin (dont l’environnement est un véritable désert urbain), et surtout pour Barranquilla (la côte caraïbe est une région pauvre, et les ports de Carthagène et Santa Marta lui portent concurrence). Toutefois, si le facteur régional a été décisif au moment du décollage industriel, tant que la population colombienne restait en majorité rurale, il devient secondaire aujourd’hui, sous l’effet de l’amélioration des communications intérieures, qui rompt avec cette logique de développement “régiocentré”, et du fait de la concentration de la population - donc des consommateurs - dans les villes.

L’œuvre des contre-pouvoirs ; la part de l’État

16Traditionnellement, l’État colombien est faible, et les “forces centrifuges” sont puissantes. Pendant le siècle qui a suivi l’indépendance, la Colombie a été affectée par de puissants mouvements de dislocation, depuis la sécession de l’Équateur et du Venezuela, jusqu’à celle du Panama en 1903, puis la tentative avortée du Cauca. Les provinces colombiennes se sont livrées à d’interminables guerres civiles, et l’unité territoriale n’a été maintenue qu’au prix de constitutions largement décentralisatrices ou fédéralistes. Au xxème siècle, l’histoire de l’État colombien est faite d’une lutte incessante pour le renforcement du pouvoir central, au détriment des contre-pouvoirs de toute nature. Ses faiblesses, jusqu’au début des années 1960, sont multiples : la pauvreté endémique de l’État (dont le budget total représentait, jusqu’au milieu du siècle, moins de 10 % du PIB colombien) ; la taille extrêmement réduite de l’appareil d’État ; la faible emprise politique du gouvernement sur la vie de la nation ; la tradition non-interventionniste en matière économique (le “laissez-faire”), qui n’a été abandonnée qu’à partir des années 1930 ; la division des élites politiques et économiques, sur des bases régionales et partisanes (à l’image de la terrible guerre civile qui a opposé les libéraux et les conservateurs pendant les années 1950) ; enfin l’absence de légitimité de l’État, souvent porté vers une dérive autoritaire.

17Face à un gouvernement faible, les contre-pouvoirs régionaux sont nombreux. Les élites régionales colombiennes (qu’on désigne souvent sous le terme ambigu d’“oligarchies”) sont puissantes sur le plan économique, et influentes dans la vie politique de la nation, où elles font entendre leur voix par le canal des partis, du parlement, et des gremios (les groupes de pression économiques). Parmi toutes les élites régionales colombiennes, ce sont celles de Medellin et de Cali qui sont les plus fortes, et accessoirement celles de Barranquilla. Sans doute les contre-pouvoirs que constituent les groupes de guérilla (depuis les années 1960), et les mafias du narcotrafic (une décennie plus tard), contribuent-elles également à affaiblir l’État central, mais il s’agit de protagonistes récents, inégalement structurés, non constitués sur des bases régionalistes, et dont les effets anti-primatiaux paraissent bien incertains.

18Quoiqu’il en soit, cette faiblesse de l’État et de son centralisme n’est pas sans conséquence sur le processus de concentration urbaine en Colombie : Bogota n’a pas distancé les autres grandes villes parce que son statut de capitale politique est longtemps resté inconsistant, et parce que les milieux politiques et économiques défendaient souvent des intérêts extérieurs à la capitale.

19Au total, tout a concouru à limiter le développement et le rayonnement urbain de Bogota. Pourtant, la quadricéphalie colombienne n’a peut-être été qu’une étape dans la construction de l’espace national, dont l’apogée se situe à la charnière des années 1960-1970. Car depuis une trentaine d’années, la brèche entre Bogota et les trois villes suivantes ne cesse de se creuser, et la population de la capitale s’accroît à un rythme nettement plus rapide. Cette évolution n’est pas seulement démographique, puisque Bogota, qui tire indirectement profit des difficultés de Cali, Medellin ou Barranquilla, concentre une part croissante de l’activité et de la richesse du pays : un tiers de l’industrie nationale (contre un cinquième seulement dans les années 1950) ; 40 % du marché automobile, la moitié de l’activité bancaire, ou encore 60 % du parc informatique. En clair, Bogota est devenue la métropole incontestée du pays.

LA PRIMAUTÉ URBAINE DE BOGOTA, OU LA NAISSANCE D’UNE MÉGAPOLE. FACTEURS ANCIENS ET PROCESSUS NOUVEAUX

20La Colombie semble donc fonctionner à contretemps par rapport au reste de l’Amérique latine : le poids de la ville primatiale y restait modeste à une époque où il atteignait des sommets dans les États voisins ; et aujourd’hui, quand un processus de déconcentration primatiale semble s’opérer dans la région (CUERVO, 1994), c’est le phénomène inverse qu’on observe dans ce pays. De là à conclure que la Colombie se contente de rattraper un simple “retard historique”, il n’y a qu’un pas... qu’on se gardera pourtant de franchir. En effet les processus qui expliquent aujourd’hui le dynamisme de Bogota ne sont pas toujours ceux qui opéraient hier à Caracas, Lima ou Mexico, avec simplement quelques décennies de retard. En effet, on peut dire que la concentration urbaine des années 1950-1970 reposait, à grands traits, sur le jeu simultané des facteurs suivants : l’explosion démographique, le surpeuplement relatif des campagnes et la modernisation des pratiques agricoles, l’amélioration de la qualité de vie en ville, l’amélioration des transports terrestres (qui ont facilité les migrations lointaines), les flux massifs d’exode rural, les mutations structurelles de l’économie (avec l’industrialisation, puis la tertiairisation des villes), et le renforcement des États nationaux, avec un étoffement sensible de l’appareil politique et administratif dans les capitales.

21Parmi ces facteurs anciens, certains ont effectivement joué à retardement en Colombie, et permettent d’expliquer en partie le décollage récent de Bogota. Il en va ainsi de l’amélioration des transports intérieurs, ou du renforcement de l’État central. En revanche, la plupart des facteurs sont aujourd’hui caducs : l’explosion démographique est achevée (et la transition démographique est bien avancée - cf. l’article de F. Dureau et C. E. Florez) ; les bouleversements des campagnes n’ont peut-être plus l’ampleur - ou du moins les conséquences - qu’ils avaient vers 1950-1970 ; les flux d’exode rural sont aujourd’hui modestes ; enfin la vague d’industrialisation accélérée est également terminée (l’industrie ayant même connu une profonde crise, depuis la fin des années 1970), et la répartition spatiale des manufactures colombiennes évolue peu depuis les années 1960.

22En somme, le renforcement de la primauté urbaine de Bogota est un processus original, qui combine des facteurs classiques, et d’autres qui sont plus originaux. On peut en dresser un rapide inventaire.

Le renforcement de l’État colombien et de sa capitale

  • 4 Actuellement, près d’un demi-million de Colombiens sont employés par le secteur public central (la (...)

23Le renforcement de l’État a commencé par une consolidation de ses finances, initié dans les années 1930 (avec les premières dividendes du café), et qui s’est affirmé progressivement par la suite. Le degré de fiscalisation de la richesse nationale est passé de moins de 10 % du PIB dans les années 1950 à plus de 15 % aujourd’hui, et le budget de l’État est passé sur la même période d’environ 10 % à plus de 20 % (grâce à un recours de plus en plus courant au crédit). Le secteur public a donc pu se fortifier, en même temps que son influence politique augmentait, et que son contrôle sur l’économie nationale se précisait, grâce à une panoplie de plus en plus large d’organismes publics et parapublics. Or une grande partie de l’administration colombienne est localisée à Bogota, et cette évolution a eu deux types d’impacts bénéfiques pour la ville : un effet économique direct, l’État constituant un employeur, un consommateur institutionnel, et un investisseur très important pour l’économie de la capitale colombienne4 ; et un effet indirect, plus difficile à mesurer, qui réside dans l’attraction qu’exerce sur l’économie et la société colombiennes la proximité du pouvoir et des centres de décision. A titre d’illustration, signalons que plus de la moitié des mille plus grandes entreprises de Colombie ont leur siège social à Bogota, et que nombreuses sont les sociétés qui ont transféré leur direction dans la capitale au cours des vingt dernières années.

24Ce dernier facteur est amplifié par la quantité et la qualité des infrastructures publiques qui ont été aménagées dans le District de Bogota. Non seulement le budget de la capitale colombienne représente à lui seul le même poids que celui des dix villes suivantes réunies, mais en plus Bogota est la ville de Colombie où la tradition de planification urbaine est la plus ancienne : c’est aujourd’hui la métropole la mieux dotée en services publics (eau, électricité, téléphone, santé publique, infrastructures de transport, etc.). Il est clair également que les lourds investissements publics qui ont été réalisés au cours des trois dernières décennies pour améliorer les transports intérieurs (routes et aéroports principalement) ont permis de surmonter l’obstacle historique du relief, et de désenclaver Bogota, qui peut désormais jouer pleinement son rôle de capitale.

25En corollaire à cette évolution, Bogota occupe un rôle de plus en plus hégémonique dans les relations entre la Colombie et l’extérieur : elle concentre aujourd’hui l’essentiel de la communauté étrangère et des sièges sociaux des sociétés transnationales, c’est la porte d’entrée privilégiée pour les communications avec le reste du monde (informations et transport de passagers), et c’est même devenu une importante place pour le commerce international, grâce à l’avion (Gouëset, 1994). Une véritable prouesse, pour une capitale qui a longtemps souffert de son “andinité”.

L’“implosion” du marché intérieur

26Toutes les activités économiques de Colombie se heurtent au problème de l’étroitesse du marché intérieur, limité par la pauvreté de la population. Il se résume pour l’essentiel aux classes moyennes et aisées des grandes villes, ainsi qu’aux grandes entreprises publiques et privées, également concentrées dans les métropoles. Tous les indicateurs montrent qu’au fur et à mesure qu’il se développait, le marché intérieur colombien se concentrait à Bogota. La capitale colombienne regroupe aujourd’hui non seulement les consommateurs individuels les plus solvables (son revenu moyen par habitant est de loin le plus élevé des grandes villes, et Bogota fournit en moyenne 60 % du montant national de l’impôt sur le revenu), mais aussi les consommateurs institutionnels les plus riches : État, administrations publiques et entreprises privées (Bogota concentre le tiers des entreprises privées du pays, mais représente également 40 à 50 % des créations de sociétés nouvelles, et plus de la moitié des grosses compagnies). Il s’agit d’une concentration fondamentale pour les produits et les services les plus rares, les plus chers, et donc les plus rémunérateurs. Cette véritable implosion du marché intérieur colombien a contribué à attirer dans la capitale un grand nombre d’industries et de services.

La métropolisation de l’industrie colombienne

27Bien que le take-off industriel, à partir des années 1930, a eu lieu simultanément dans plusieurs villes, et que pendant plusieurs décennies le premier centre manufacturier du pays a été Medellin et non pas Bogota, les entreprises colombiennes n’ont pas cessé de se concentrer dans la capitale colombienne, rapidement entre 1945 et 1960, et plus lentement ensuite. Elle concentre, d’après les résultats du recensement économique de 1990, un bon tiers du potentiel industriel national, contre moins d’un cinquième en 1945. L’industrie de Bogota a mieux supporté le choc de la crise économique récente que celle des autres métropoles, car elle est plus diversifiée, elle était à l’origine constituée d’entreprises plus petites (où les compressions de salaire et de personnel se font avec plus de souplesse), et elle a bénéficié d’une réorientation récente des investissements étrangers à son profit. La principale explication de cette contraction du tissu industriel colombien est sans doute l’importance des débouchés locaux, un facteur d’autant plus déterminant que l’industrie colombienne est nettement spécialisée dans la production de biens de consommation, dont la vocation première est de coller au marché, et qu’elle n’est pas contrainte de se localiser à proximité des matières premières (comme c’est le cas pour l’industrie de base), ou dans les ports (car l’industrie colombienne exporte encore modestement). Mais ce n’est pas la seule raison, car les infrastructures, les capitaux, les entrepreneurs, la main-d’œuvre qualifiée, la proximité du pouvoir politique, etc., en un mot tous les éléments qui composent l’“atmosphère” propice au développement industriel (pour reprendre le credo marshallien, souvent évoqué à propos des “nouveaux districts industriels” ; cf. Benko et Lipietz, 1992) sont présents à Bogota, et font défaut aux autres villes.

La concentration des services et des infrastructures

28La concentration spatiale est plus forte encore pour les services, dont la localisation, plus souple que celle des industries, est aussi plus impérieusement dictée par les lois du marché. C’est surtout le cas des “services moteurs” (pour reprendre la formule de Bailly et Maillat, 1988) : il existe une sorte de “fonction croissante de concentration”, en vertu de laquelle les services sont de plus en plus concentrés à Bogota, à mesure que l’on s’élève des services banals vers les services les plus modernes et les plus productifs. L’influence de la concentration des services sur la concentration urbaine n’est d’ailleurs pas spécifique à la Colombie, puisqu’on la retrouve actuellement un peu partout dans le monde, aussi bien dans les pays du nord que dans ceux du sud (May, 1994). Quelques exemples permettent de confirmer la progression constante de Bogota :

  • le secteur financier est très étroitement concentré à Bogota, qui représente au moins 40 % de l’activité bancaire et para-bancaire du pays, et qui draine l’épargne des autres villes (ce qui est paradoxal pour un pays où le réseau des banques régionales était à l’origine particulièrement dense) ;
  • on observe une tendance analogue pour les universités. Bogota concentre plus de 40 % des étudiants de tout le pays, mais on peut dire, pour simplifier, que la “qualité” est davantage concentrée que la “quantité”, puisque les formations les plus avancées sont davantage concentrées : 65 % des étudiants inscrits en postgrado (l’équivalent du 3ème cycle français) sont localisés à Bogota. En outre, les universités privées, plus sélectives socialement, sont nettement plus concentrées que les universités publiques. Les universités alimentent à leur tour, par un processus de rétroaction, la concentration : elles fixent à Bogota de nombreux étudiants d’origine provinciale, et elles attirent massivement les professeurs issus de province. D’une manière générale, on peut clairement identifier un mouvement de brain drain vers cette ville, qui attire les élites professionnelles de tout le pays, car elle offre de plus vastes perspectives de carrière. Il va sans dire que cette concentration d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée attire également les entreprises.
  • environ un tiers du commerce intérieur est actuellement concentré dans la capitale colombienne. Le cas des supermarchés à succursales multiples, qui touchent une clientèle moins exclusive que celle des banques, mais pas pour autant populaire, est particulièrement intéressant : on constate que ceux dont le siège est à Bogota y réalisent l’essentiel de leurs activités et s’aventurent peu à l’extérieur, alors que toutes les sociétés provinciales ont tissé un réseau de succursales plus étendu dans l’espace (ce qui laisse penser que leur marché d’origine n’est pas assez porteur), et réalisent une part importante de leur bénéfice à Bogota ;
  • la primauté de Bogota est moins importante pour les flux de transports intérieurs, qui desservent toute la population colombienne, et pas seulement les classes aisées. Elle est faible pour les transports terrestres (chemin de fer et routes), mais plus sensible pour les transports aériens (Bogota représente le tiers du transport intérieur de passagers et de charge) ;
  • en revanche, le centralisme de Bogota est particulièrement net pour les communications : téléphone (45 % du parc national installé), télex, téléfax (la moitié des appareils recensés dans le pays), courrier et équipements informatiques. Elle l’est davantage encore pour les mass media : télévision, radio, et même presse écrite.

29Au total, loin de se tasser, comme dans les pays voisins, la primauté urbaine de Bogota semble s’accentuer aujourd’hui sous nos yeux. En l’absence d’une politique volontariste de déconcentration économique, qui serait tout autre chose que la vaste politique de décentralisation politico-administrative qui a été menée en Colombie dans les années 1980, on voit mal comment elle s’arrêterait, à l’heure où, à la faveur de la “flexibilité” croissante des facteurs de localisation des activités économiques, la mégapolisation connaît un nouveau souffle dans le monde entier (Fassin, 1995).

PERSPECTIVES À L’AUBE DU TROISIÈME MILLÉNAIRE : UNE CONTRE-URBANISATION EN TROMPE-L’ŒIL ?

30Finira-t-elle par arriver, cette “saturation urbaine” tant espérée ? Partout on l’attend, souvent on l’annonce, et parfois elle commence à poindre son nez. L’affaire semblait entendue : la transition urbaine trouve un jour ses limites, et les populations rurales, qui représentent à peine un habitant sur dix dans certains pays industrialisés, ne sont pas compressibles à l’infini. Mieux, la théorie de la “contre-urbanisation” nous décrit depuis une vingtaine d’année un tassement de la croissance des plus grandes agglomérations, au profit des villes de rang inférieur. La plupart des études empiriques récentes confirment d’ailleurs, en particulier dans les pays industrialisés, un ralentissement de la croissance des grandes métropoles par rapport aux autres villes (cf. Moriconi-Ebrard, 1993 ; ou Cattan et al, 1994). L’Amérique latine n’est pas épargnée par le mouvement, puisqu’à défaut d’une décrue générale des plus grandes villes, une déconcentration primatiale (c’est-à-dire une moindre croissance de la plus grande ville), en général accompagnée d’une légère déconcentration économique, avec l’installation de nombreuses industries et entreprises à l’extérieur des mégapoles, commence à se faire sentir dans certains pays, et non des moindres : Mexique, Argentine, Brésil, Chili, etc. (Cuervo, 1994).

31Une telle tendance n’est pas encore décelable en Colombie, mais un “brouillard” d’ordre statistique nous interdit d’en savoir plus pour l’instant :

  • sur le plan démographique, on ne sait rien des migrations intérieures récentes, et les données du recensement de 1993 ne sont toujours pas disponibles. On ne dispose, pour les dernières années, que de simples estimations, qui ne signalent aucun déclin relatif du poids de Bogota ;
  • sur le plan économique, les statistiques de longue durée et fiables sont très rares, et leurs résultats sont délicats à interpréter. Les comptes régionaux montrent que le poids de Bogota dans le PIB national, qui s’est fortement accru dans les années 1960 et 1970, ne progresse plus depuis les années 1980 (il est légèrement supérieur à 20 %). Les statistiques industrielles (Enquête Annuelle Manufacturière et recensement économique de 1990) accusent un léger repli de Bogota depuis une quinzaine d’années pour le nombre d’établissements industriels, mais une progression pour le nombre d’employés et la valeur ajoutée. Les statistiques non industrielles, plus disparates, révèlent en revanche un progrès constant du poids de Bogota dans l’économie nationale, en particulier pour les activités bancaires ou le commerce international.

32En réalité, c’est le fondement même du processus de déconcentration observé au Brésil, au Venezuela, ou ailleurs, qui est en cause. N’est-on pas victime, comme en Europe, d’une certaine illusion d’optique, ou plus exactement d’une confusion dans l’échelle d’analyse du processus d’urbanisation ? Le ralentissement relatif de la croissance des grandes villes masque probablement un phénomène plus banal de “desserrement”, d’“étalement”, d’“exurbanisation” des activités et des hommes, vers des périphéries urbaines de plus en plus lointaines. Loin de signifier un déclin des villes primatiales, ce phénomène constitue en réalité un des moteurs de la logique mégapolitaine, la croissance se diffusant au-delà des limites habituelles des très grandes agglomérations. La croissance de nombreuses villes petites et moyennes, dans l’orbite des mégapoles, masque souvent une poursuite du mouvement de concentration urbaine, mais une “concentration diluée”, pour reprendre l’expression de Cattan et al. (Ibid., ρ 143). La synthèse de Cuervo (Ibid., pp. 23-28) montre qu’en Amérique latine, cette explication est valable pour les plus grands pays, où, en raison de la crise des industries traditionnelles, et sous le poids des déséconomies d’agglomération générées par les très grandes villes, la population et les activités ont tendance à se déverser au-delà des limites administratives des métropoles. On parle par exemple de “déconcentration concentrée” au Brésil (ou de “polygonisation”, autour de São Paulo), ou “d’effet d’épanchement” au Venezuela, dans le voisinage de Caracas. En revanche, dans les États d’Amérique centrale et des Caraïbes, où le degré d’urbanisation et/ou la taille des métropoles sont en général moindres, on observe également une tendance à la déconcentration primatiale (comme au Costa Rica, en République dominicaine ou en Jamaïque), qui est plutôt due à un phénomène de “littoralisation” des hommes et des activités, avec le développement des zones franches et des maquilas, ainsi que du tourisme international sur les côtes. Le Mexique représente un cas particulier, puisque les deux phénomènes opèrent simultanément, avec en prime le cas des maquiladoras à la frontière nord.

33En Colombie, l’évolution du réseau urbain est, pour ce qu’on peut en juger actuellement, paradoxale : la plupart des grandes villes de Colombie, Medellin ou Barranquilla en tête, connaissent des difficultés économiques, avec une grave crise industrielle depuis le début des années 1980, et leur population s’accroît aujourd’hui moins vite que celle des villes moyennes et petites. Mais ce n’est pas le cas de Bogota, où la conjoncture économique est meilleure, et dont la population continue d’augmenter rapidement. Sur le tableau n° 3, on s’aperçoit que deux catégories de villes s’accroissent plus rapidement que les autres : Bogota et les villes moyennes comprises entre 50 et 100 000 habitants. À l’échelle nationale, sans doute assiste-ton à une légère déconcentration relative, mais qui n’empêche pas une augmentation de la primauté urbaine de Bogota. Autrement dit, on ne retrouve pas en Colombie, pour le moment, la tendance anti-primatiale observée dans les pays voisins.

34Plus grave encore, si l’on observe plus en détail la croissance urbaine entre 1985 et 1990, on s’aperçoit que là aussi, l’échelle d’observation peut nous induire en erreur. Quelles sont, en réalité, les villes qui s’accroissent le plus vite ? Une soixantaine de villes - dont le District de Bogota - ont connu une croissance supérieure à 2,5 % entre ces deux dates. On peut les regrouper en un petit nombre de catégories (Carte n° 7) :

  • les villes des fronts de colonisation et des régions agroindustrielles en voie de modernisation, sur la côte caraïbe (Apartado, Turbo, Fundación, etc.), dans la vallée du Magdalena (Puerto Boyaca, El Copey), ou sur le piémont oriental des Andes (San Martin, Granada, Puerto Asis). Cette croissance profite particulièrement aux capitales administratives des départements concernés (Villavicencio, Florencia, Leticia, Yopal, etc.) ;
  • les villes portuaires et frontalières, qui bénéficient, selon les cas, des échanges économiques avec l’extérieur, de l’industrialisation des ports, de la contrebande, ou du tourisme (Carthagène, Santa Marta, Buenaventura, Maicao, Riohacha, etc.). On peut rattacher à cette catégorie les villes qui profitent des activités minières, tournées vers l’exportation (Arauca, Neiva, Segovia) ;
  • enfin, et c’est très important, les villes de type “suburbain”, qu’elles appartiennent aux aires métropolitaines des grandes villes (comme Soacha, Floridablanca, Dosquebradas, Villa del Rosario, etc.), ou qu’elles se situent dans un environnement régional plus large (Malambo, Piedecuesta, Chia, Mosquera, etc.).

TABLEAU 3. LA CROISSANCE DES VILLES COLOMBIENNES (1985-90)

TABLEAU 3. LA CROISSANCE DES VILLES COLOMBIENNES (1985-90)

Source : recensement de 1985 (avec ajustement) et DANE (estimation 1990)
(a) District Capital de Bogota + Soacha

35Il faudrait bien entendu entreprendre des études plus approfondies (à partir notamment des résultats du recensement de 1993), pour confirmer ou invalider cette typologie. Mais dès à présent, on peut constater que les trois principaux ressorts de la croissance urbaine contemporaine sont l’extension des fronts de colonisation et le développement de l’“agro-business”, l’ouverture économique sur l’extérieur (sous toutes ses formes), et enfin l’étalement urbain. Il est clair que de nombreuses villes, situées dans l’orbite des plus grandes, profitent de la diffusion des populations et des activités métropolitaines, et que certaines d’entre elles (les moins éloignées), sont tout simplement en train de devenir des banlieues, avec leur lot de cités-dortoirs et de zones industrielles “lourdes”. Cette évolution est particulièrement nette dans la Savane de Bogota (Dureau et Dupont, 1995 ; cf. l’étude du cas de Soacha dans l’article de F. Dureau et C.E. Florez).

36On a beaucoup spéculé, chez les décideurs et dans les milieux universitaires colombiens, sur les deux premiers facteurs, et sur leur hypothétique capacité à déconcentrer les hommes et les activités. En revanche le troisième phénomène, encore peu étudié, traduit une mutation profonde de l’organisation de l’espace colombien, où le fait urbain était traditionnellement beaucoup moins “dilué” qu’en Europe ou en Amérique du nord. S’il se confirmait, il signifierait une évolution inverse, c’est-à-dire un regroupement des hommes et des activités autour des grands centres urbains. En tout état de cause, la “région urbaine de Bogota” (qui reste à délimiter) profite des trois facteurs. Dans ces conditions, on voit mal comment la primauté de cette mégapole pourrait diminuer, en dépit des espoirs et des volontés politiques affichée. D’autre part, il est clair que cette tendance à l’étalement des grandes villes (pas seulement Bogota), pose des problèmes de coordination entre les municipes concernés pour la gestion de la croissance urbaine. L’arsenal légal et administratif actuel n’offre pas les outils nécessaires à une telle coordination. La recherche d’une “intercommunalité” dans les planifications des régions urbaines constitue assurément un défi pour la Colombie à l’aube du troisième millénaire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Références générales sur la concentration urbaine et sur la localisation des activités économiques.

Bailly, A. et Maillat, D. (1988), Le secteur tertiaire en question, ERESA - Economica, Paris.

Benko, G. et Lipietz, A. (1992), Le nouveau débat régional : positions, in Benko, G. et Lipietz, A. (sous la dir. de), Les régions qui gagnent, PUF, coll. Économie en liberté, Paris.

Cattan, N., Pumain, D., Rozenblat, C. et Saint-Julien, T. (1994), Le système des villes européennes, Anthropos, coll. Villes, Paris.

Cosio-Zavala, M. E. (1994), Concentration urbaine et transition démographique, Problèmes d’Amérique latine, numéro spécial La ville et l’Amérique latine, n° 14, pp. 47-61.

Cuervo, L.M. (1990), La primauté urbaine en Amérique latine ; une étude historique comparative, Thèse de Doctorat, Institut d’Urbanisme de Paris, Université de Paris XII, 2 vol.

Deler, J.P. (1994), Un espace marqué par la métropolisation, Problèmes d’Amérique latine, numéro spécial La ville et l’Amérique latine, n° 14, pp. 37-45.

Fassin, D. et al. (1995), Les lumières de la mégapole, La lettre du PIR Villes, n° 4, pp. 7-14.

May, N. (1994), Développement des services et transformation des configurations urbaines, in Bonamy, J. et May, N., Services et muations urbaines ; questionnements et perspectives, Anthropos, Paris.

Moriconi-Ebrard, F. (1993), L’urbanisation du monde depuis 1950, Anthropos, coll. Villes, Paris.

Pumain, D. (1983), La dynamique des villes, Economica, Paris.

Références sur la question urbaine et territoriale en Colombie.

Bejarano, J. A. (1988), El despegue cafetero (1920-1928), in Ocampo, J. A. (compil.), Historia económica de Colombia, Siglo XXI, Bogota.

Boletín Actualidad CIDER (1994), n° 5, numéro spécial Efectos regionales de la apertura económica, CIDER - Universidad de los Andes, Bogota.

Cuervo, L.M. (1994), Cambio económico y primacía urbana en américa latina, Cuadernos ocasionales, n° 8, CIDER, Bogota.

Dupont, V. et Dureau (1995), Mégapoles, villes satellites et mobilités spatiales : Bogota et Delhi, in Fassin, D. et al. (1995), Les lumières de la mégapole, La lettre du PIR Villes, n°4, pp. 13-14.

Goueset, V. (1994), La primauté urbaine de Bogota, Problèmes d’Amérique latine, numéro spécial La ville et l’Amérique latine, n° 14, pp. 109-125.

Goueset, V. (1992), La concentration urbaine en Colombie : de la “quadricéphalie” à la primatie urbaine de Bogota (1930-1990), Thèse de Doctorat, Université de Michel de Montaigne, Bordeaux.

Helmsing, A.H.J. (1990), Cambio económico y desarrollo regional, CEREC - CIDER, Bogota.

Jaramillo, S. et Cuervo, L.M. (1993), Urbanización latino-americana ; nuevas perspectivas, Escala, Bogota.

DNP (ouvrage collectif) (1994), Desarrollo urbano futuro, DNP, Bogota.

Silva, R. (editor) (1994), Territorios, regiones, sociedades, Universidad del Valle - CEREC, Bogota.

Zambrano, F. et Bernard, O. (1993), Ciudad y territorio ; el proceso de poblamiento en Colombia, Academia de Historia de Bogotá - IFEA, Bogota.

Notes

1 C’est-à-dire regroupées dans les localités de plus de 1 500 habitants

2 Résidant à l’intérieur des cabeceras. Les cabeceras correspondent au principal regroupement de population à l’intérieur des municipes, sans critère de taille.

3 Qu’on se remémore, pour anecdote, l’interminable -et idyllique- remontée du fleuve vers Bogota de Florentino Ariza et de Fermina Daza, dans L’amour au temps du choléra, de Gabriel Garcia Marquez.

4 Actuellement, près d’un demi-million de Colombiens sont employés par le secteur public central (la majorité à Bogota), contre 50 000 dans les années 1950.

Notes de fin

* Maître de conférence, Université de Haute Bretagne, Rennes 11.

Table des illustrations

Titre CARTE 1
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre CARTE 2
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
Titre TABLEAU 1. LES 20 PLUS GRANDES VILLES DE COLOMBIE (1918-1985)
Légende SOURCE : DANE, Recensements de Population — A.M. = aire métropolitaine ; D.C. = district capital
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre TABLEAU N° 2. LA TRANSITION ET LA CONCENTRATION URBAINE EN COLOMBIE (1938 -1990)
Légende Source : DANE et J. O. RUEDA, “Historia de la Población en Colombia”, 1989, ρ 378.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre CARTE 3
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre CARTE 4
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre CARTE 5
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre CARTE 6
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre TABLEAU 3. LA CROISSANCE DES VILLES COLOMBIENNES (1985-90)
Légende Source : recensement de 1985 (avec ajustement) et DANE (estimation 1990)(a) District Capital de Bogota + Soacha
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre CARTE 7
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2057/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540