Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Colombie à l'aube du troisième millénaire

 | 
Jean-Michel Blanquer
, 
Christian Gros

I. Crises et mutations politiques

Chapitre 5. La politique extérieure de la Colombie

Pierre Gilhodes

Texte intégral

  • * Centro de investigaciones y proyectos especiales, Université Externado de Colombia, Bogota.

1Note portant sur l’auteur*

2Se demander si un pays comme la Colombie - le troisième du sous continent par le nombre d’habitants - peut avoir une politique extérieure c’est se demander s’il s’agit pour Bogota de réagir au coup par coup aux sollicitations du monde extérieur ou s’il lui est possible, après avoir défini ses priorités comme nation et comme État, de se doter d’une action propre en toute autonomie.

L’ISOLEMENT RELATIF

3Mesurée aux facteurs classiques de la puissance, sans doute la Colombie n’est-elle pas exceptionnellement dotée ; elle bénéficie cependant d’un certain nombre d’atouts. Sa population de 35 millions d’habitants n’est pas plus homogène que celle des autres pays andins. Elle est à l’aise sur les 1 100 000 km2 du pays encore que concentrée dans la partie andine. Ses deux façades maritimes- voila un atout- sont asymétriques. La côte caraïbe est bien peuplée, comporte plusieurs ports, bien exploitée du point de vue touristique. La façade pacifique est isolée et dépeuplée avec le seul grand port de Buenaventura qui communique avec l’intérieur du pays d’une manière précaire.

4Sa longue frontière terrestre ne comporte que deux points de réel contact : l’un avec le Venezuela par où passe l’essentiel de l’important trafic de biens et de personnes avec ce pays ; l’autre avec l’Équateur qui met la Colombie en rapport avec toute l’Amérique andine. Le port colombien de Leticia sur l’Amazone est bien relié au Brésil mais est isolé de la Colombie sauf par voie aérienne. Aucun contact terrestre n’existe avec Panama. La Colombie, qui a des frontières terrestres reconnues, n’est pas encore parvenue à les occuper réellement.

COLOMBIE. INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS DIRECTS (EN MILLIONS DE DOLLARS)

COLOMBIE. INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS DIRECTS (EN MILLIONS DE DOLLARS)

Source : Agosin, Manuel. Inversión extranjera directa en América Latina : su contribución al desarrollo. Estudio comparativo regional. B.I.D :, documento de trabajo 183, Washington, aout 1994.

COLOMBIE : COMMERCE EXTÉRIEUR (EN MILLIONS DE DOLLARS)

COLOMBIE : COMMERCE EXTÉRIEUR (EN MILLIONS DE DOLLARS)

Source : Département administratif national de la statistique, Bogota.

5Son économie, longtemps agricole, tend à croître à un rythme soutenu depuis la fin des années soixante même si le PIB par tête n’atteint encore que 1 560 dollars. Il est vrai que le PIB-PPA. est de 5 460 dollars (53ème rang dans le monde) et l’indicateur de développement humain place ce pays au 50ème rang. Ces deux derniers sont peut-être de meilleurs indicateurs du développement réel du pays. Les dysfonctionnements économiques n’y sont pas plus graves que dans d’autres pays.

6Le niveau de cohésion nationale est faible et un fort pourcentage de la population ne s’estime pas concerné par un quelconque dessein politique interne ou externe. Le régionalisme dû à l’histoire et aux compartimentages géographiques ajoute à ce problème.

7Mal connue, la Colombie l’est, certes, au point d’être souvent confondue, à l’extérieur, avec la Bolivie. Pendant longtemps, du fait de l’isolement de la capitale dans les hautes terres de l’intérieur andin, on a parlé, non sans exagération, de la Colombie comme du Tibet de l’Amérique latine.

8A ce facteur réel d’éloignement du reste du monde, il faut ajouter que la Colombie n’a jamais été un pays d’immigration importante. Quelques familles françaises, anglaises, allemandes, au xixème siècle, des levantins plus nombreux au début de ce siècle, quelques familles juives chassées d’Europe centrale un peu plus tard. Aujourd’hui, au contraire, les colombiens tendent à émigrer massivement vers le Venezuela et les États-Unis, deux mirages pour la conscience collective locale. Fuyant leur pays on les retrouve jusqu’en Australie ou dans les pays du Golfe.

9Un fait qui a longtemps marqué les relations complexes de la Colombie avec le reste du monde est la séparation de Panama en 1903. Les colombiens se considèrent comme mal aimés et victimes d’un coup de main de Théodore Roosevelt sur l’isthme qui orne encore l’écusson national. Si le monde leur semble hostile, si leur image est mauvaise, ils en accusent les États-Unis à l’égard desquels ils ont conçu des sentiments mitigés : sentiments de crainte et d’admiration tout à la fois qui les ont poussés à s’isoler avec pour recours ultime l’invocation du droit international, censé être le dernier rempart des faibles. Jouant du droit en politique extérieure comme dans les affaires intérieures, ce peuple, aux mains des avocats, en tire moins de profits face aux puissances, plus réalistes.

  • 1 Urrutia, Miguel : Gremios, política económica y democracia, Bogota, 1983.

10Longtemps la Colombie n’a offert au monde que son café dont elle tirait un bon prix et qui a été le moteur de sa croissance. On pouvait alors écrire que “après le Président de la République, la personne la plus importante en Colombie est le gérant de la Fédération des planteurs de café”1. Ces temps sont révolus, le café ne se vend plus aussi bien. D’autres exportations, le pétrole en particulier, sont apparues mais il en reste tout à la fois une privatisation et une désarticulation de la politique extérieure que la politique néo-libérale d’ouverture économique, à partir de 1990, a tenté de régulariser sans grand succès.

11Depuis le gouvernement de Carlos Lieras Restrepo (1966-1970), la Colombie a tenté de se doter d’une politique extérieure autonome, diversifiant et intensifiant tout à la fois ses relations. Elle y parvient peu à peu, maintenant des relations suivies avec plus de cent États dans le monde, cherchant à prendre des initiatives dans les instances multilatérales, ONU, non-alignés etc. Depuis 1980, signe de cet intérêt nouveau, plusieurs universités développent des études de relations internationales, le ministère des relations extérieures a grandi et les présidents parcourent volontiers le monde.

LES GRANDS THEMES PERMANENTS

12La réalité de son insertion dans le monde impose en permanence un certain nombre de thèmes à la Colombie. Le premier est la relation avec ses voisins. Les proclamations de solidarité avec invocations au libérateur commun, Simon Bolivar, se succèdent mais la réalité est celle d’une profonde ignorance et d’une profonde méfiance, de part et d’autre. Le Brésil et le Pérou sont sentis comme lointains et les contacts ne sont qu’épisodiques. Pendant longtemps la Colombie ne parlait que café avec le Brésil ; aujourd’hui d’autres thèmes sont apparus : le sort de l’Amazonie, tant du point de vue de la conservation concertée du milieu naturel que du respect des droits des populations natives ; la place et l’avenir de l’Amérique du sud dans le monde avec l’apparition d’instances régionales, Groupe de Rio de concertation politique depuis 1986, relations avec le Mercosur (intégration du Brésil, de l’Argentine, de l’Uruguay et du Paraguay) après 1991.

13Avec le Pérou, une guerre livrée en Amazonie, en 1932, a laissé des traces qui se traduisent par une certaine méfiance et des relations limitées au Groupe andin depuis 1969 et, plus récemment, au problème du trafic de drogue entre les deux pays et la Bolivie également productrice.

14Peu de difficultés se présentent dans les relations avec l’Équateur et le Panama si ce n’est celles qui découlent des asymétries : échanges commerciaux et migrations de colombiens vers ces deux pays voisins. La Colombie a toujours été solidaire du Panama dans ses négociations avec les États Unis en ce qui concerne le contrôle du canal.

15En revanche, la Colombie a un conflit sérieux avec le Nicaragua qui revendique la possession de l’archipel colombien de San Andrés au large de ses côtes. Le Nicaragua refuse de reconnaître la valeur du traité qu’il a signé en 1928 avec la Colombie, lui reconnaissant ces îlots des Caraïbes, alléguant du fait qu’il fut signé par un gouvernement sans légitimité, le Nicaragua étant alors occupé par les troupes des États-Unis. Ce conflit a eu dans le passé proche, des répercussions sérieuses et empoisonne les relations de Bogota avec Managua, les coups d’épingle n’étant pas rares. La fin de la guerre froide a enlevé un peu du caractère dramatique de cette relation.

16Plus complexes sont les relations avec le Venezuela. Jadis unis dans la Grande Colombie de Bolivar, les deux voisins éprouvent l’un pour l’autre des sentiments mêlés. Les frontières terrestres, longtemps objet de litiges, n’ont été fixées que par des arbitrages internationaux et des incidents s’y produisent fréquemment : rivières qui changent leur cours, créent des îles nouvelles, paysans qui ignorent les bornes frontières ou les déplacent, guérillas colombiennes qui se réfugient dans le pays voisin ou y commettent des attentats, enlèvements etc.

17Une partie de la frontière maritime dans le Golfe du Venezuela est en litige de longue date et les discussions pour en tracer les limites n’ont pas abouti. Les flux de population colombienne vers le Venezuela ont été importants, suscitant de nombreux problèmes du fait de l’immigration clandestine et de son refoulement par les autorités de Caracas. Il y a probablement plus d’un million de Colombiens vivant au Venezuela sans compter ceux, nombreux, qui ont pris la nationalité de ce pays.

18Le niveau des échanges entre les deux pays est élevé, près de deux milliards de dollars pour 1995, hier avec un excédent colombien, aujourd’hui, du fait de l’effondrement du bolivar vénézuélien, au bénéfice du Venezuela. La conscience existe aujourd’hui à Bogota, au gouvernement, dans les milieux d’affaires, chez les intellectuels, que, par delà les avatars du quotidien, l’intégration entre les deux pays est une nécessité avec des avantages répartis et que cette intégration est plus facile aujourd’hui qu’aux temps révolus des booms pétroliers. Par delà les chauvinismes qui affleurent vite, des efforts sont faits pour augmenter les échanges tant dans le cadre du Groupe andin, moribond, que du G3 avec le Mexique, qui n’a pas vraiment démarré, ou qu’au plan strictement bilatéral. En particulier, les échanges commerciaux, les investissements croisés, une certaine concertation politique, notamment face aux difficultés que traverse la démocratie dans les deux pays, des échanges culturels croissants, visent à tisser des liens capables de résister aux incidents incontrôlables et souvent imprévisibles. Le Venezuela et la Colombie ont besoin l’un de l’autre, cela est aujourd’hui clair pour Bogota même si le quotidien est souvent difficile, quotidien dans lequel il faut compter les méfaits du trafic de drogue. La pression des hommes d’affaires vient épauler l’effort soutenu du ministère des relations extérieures pour intensifier les relations ce qui aboutit, dans la pratique, à relativiser le différent maritime qui, depuis 1987, date du dernier incident sérieux, fait l’objet de conversations discrètes.

19En second lieu, les relations avec les États-Unis sont au cœur de la politique extérieure colombienne. Premier partenaire commercial, lié à la Colombie par des accords bilatéraux, de commerce, militaires, de police, de justice, et multilatéraux : traité interaméricain d’assistance réciproque de 1947, Organisation des États américains de 1948, document du Sommet interaméricain de Miami de 1994... Les États-Unis ont mis depuis plus de dix ans l’accent sur les problèmes créés par le trafic de drogue. Différents dans le ton, républicains et démocrates coïncident pour mettre la Colombie sous surveillance. Ils accusent ce qu’ils appellent, peut-être par abus sémantique, les cartels successifs, d’alimenter les réseaux mondiaux de la drogue. Le plus souvent défensifs, les colombiens répondent que c’est la demande qui crée l’offre et que la répression (à laquelle ils consacrent de coûteux moyens et consentent de grands sacrifices humains) ne saurait être la seule politique. Toutes les relations entre les deux pays aboutissent ainsi à un dialogue de sourds. Tout succès colombien, et ils sont nombreux, dans la lutte locale contre les délinquants, est jugé insuffisant par Washington qui utilise la rumeur, souvent diffamatoire, contre les autorités colombiennes comme instrument diplomatique et n’hésite pas à faire des applications sui generis du devoir d’ingérence anti-drogue. Au début de 1996, le président Clinton a refusé de certifier comme acceptable le comportement du gouvernement Samper en la matière. L’opinion publique, une partie des moyens de communication, les parlementaires, acceptent mal cette mise en cause permanente de leur pays que Washington a qualifié plus d’une fois de narco-démocratie.

20Après être longtemps allés à Canossa, les ministres colombiens, lassés de faire antichambre pour être reçus par des seconds couteaux du Département d’État, réagissent, conscients de ce que le mauvais climat des relations est destiné à durer et qu’il faut trouver d’avance des parades à des représailles qui peuvent apparaître comme conséquence du refus de certifier la Colombie. Des mesures restrictives américaines contre certaines fleurs, les bananes, certains produits de la pêche, exportés par la Colombie, sont peut-être simplement des moyens de pression utilisés face aux problèmes de la drogue. Des brimades s’exercent contre les voyageurs et les transferts de marchandises sont étroitement surveillés. Washington critique également la politique colombienne de relations et d’échanges avec Cuba, la présidence des non alignés assumée par Bogota (et qualifiée d’“acte inamical”).

21On peut également se demander quel est le degré d’intérêt de Washington pour le pétrole colombien (500 000 barrils-jour d’excellent pétrole pourraient être embarqués vers les côtes des États-Unis à la fin de 1996 et le double avant la fin du siècle). En effet, face aux difficultés prévisibles dans le Golfe persique, Washington semble vouloir reconstituer une réserve stratégique à ses portes avec le Mexique et le Venezuela, tous deux soumis à de fortes pressions pour privatiser l’exploitation des hydrocarbures, et la Colombie à laquelle on demande de modifier les termes des contrats d’association.

22Contrairement aux temps de la guerre froide, les États-Unis semblent moins préoccupés par les activités des guérillas en Colombie et ne s’opposeraient sans doute pas à une solution concertée de ce problème, surveillant seulement les implications que d’éventuels accords de paix pourraient avoir sur la politique pétrolière du pays. A ce propos, il est intéressant de constater que, autour de la drogue et de certaines pressions exercées par les États-Unis, des sentiments anti-américains se sont développés parmi les officiers supérieurs colombiens comme dans d’autres couches de la population. La coopération se tourne plutôt maintenant vers la police et la justice colombiennes plus impliquées dans la lutte contre la drogue et la collaboration avec la DEA Sans nul doute Washington a du mal à accepter l’inscription, dans la Constitution colombienne de 1991, de la non extradition des nationaux.

23En collaboration avec le FMI et la Banque mondiale, les efforts faits par Washington dans les années quatre-vingt pour obtenir une modification de la politique économique colombienne ont fini par porter leurs fruits dans les années quatre-vingt-dix. La Colombie n’avait pas connu de crise aiguë de la dette extérieure après 1982. Elle est le seul pays d’Amérique latine à avoir assumé ses obligations internationales en la matière. Sa dette totale est aujourd’hui de 21 milliards de dollars dont 16 milliards pour la dette publique. La croissance récente de la dette est surtout due à celle de la dette privée liée à la politique d’ouverture économique.

24Le gouvernement de César Gaviria (1990-1994) a décidé une politique d’ouverture économique de “shock” après 1992. La baisse radicale des droits de douane (8 % en moyenne aujourd’hui, parmi les plus bas d’Amérique latine) a cependant eu des effets pervers. Se produisant en pleine récession internationale, accompagnée d’une réévaluation du peso colombien, elle s’est traduite par une rapide augmentation des importations (en particulier de véhicules automobiles, électro-ménager, textiles...) et une quasi stagnation des exportations que le pétrole a quelque peu dissimulée. L’agriculture a beaucoup souffert, ainsi que certains secteurs industriels : métal, textile... Les investissements étrangers ne sont réellement dynamiques que dans le pétrole (en particulier Total et BP) et dans le charbon dont la Colombie est bien pourvue. Apparent paradoxe : la contrebande, présente depuis toujours et longtemps tolérée, s’est développée, servant de laverie automatique pour les dollars de la drogue. Face à ces résultats d’une politique, dont nous n’évaluons rapidement que les effets extérieurs, une polémique s’est développée dans le pays, alimentée en 1995 par les crises qui ont secoué le Mexique, puis l’Argentine et ont eu quelques effets négatifs en Colombie même du fait du départ précipité de certains capitaux flottants.

25La politique du président Gaviria a eu pour conséquence un accroissement des échanges commerciaux directs entre les États-Unis et la Colombie et des échanges indirects par le biais des filiales de multinationales américaines implantées au Mexique, au Venezuela. Il en est résulté une vision colombienne du monde coïncidant avec l’effondrement du système international bipolaire où, pour de nombreux colombiens, les États Unis sont devenus la super puissance, “pour notre bien”, disent les uns, “malheureusement pour nous”, rétorquent les autres.

26On en revient depuis l’élection d’Ernesto Samper à la présidence en 1994, à une vision plus équilibrée des choses. Samper, ministre du développement, s’était opposé à une ouverture de “shock” et était partisan, en 1991-1992, d’une ouverture graduelle et sélective. Mesurant les effets de la politique passée, et sans controverse inutile, il modula différemment cette politique, tenta de dynamiser les exportations par une dévaluation, difficile, du peso, en renforçant certains contrôles non douaniers, en luttant contre la contrebande. De ce fait, et notamment en politique extérieure, c’est son rival malheureux aux élections, le conservateur Pastrana qui est apparu comme l’héritier légitime du libéral Gaviria. Cela a créé des tensions graves y compris au sein du parti libéral entre l’aile sociale- démocrate au pouvoir et les néo-libéraux qui critiquent depuis Washington où la plupart d’entre eux se trouvent aujourd’hui, à la Banque Mondiale, à l’OEA. Cette querelle politique interne n’aide pas au consensus national en matière de relations avec les États Unis. La désarticulation entre divers ministères de ces mêmes relations est également un facteur de difficultés supplémentaires. Outre les Affaires extérieures, sont en effet concernés de multiples services de l’État, présidence bien sûr, mais aussi défense, justice, finances, commerce extérieur, dont on ne peut dire qu’ils travaillent dans la plus parfaite harmonie.

ÉLARGIR LA POLITIQUE EXTÉRIEURE

27Pour éviter le dialogue inégal, l’actuel gouvernement, non sans hésiter, surpris dès son élection par la violence des coups portés par Washington a décidé de réagir. Son analyse du monde est devenue plus complexe, multipolaire, ce qui lui permet de jouer, dans une certaine mesure, sur les contradictions entre les différents pôles, offrant des marges aux pays périphériques, en cherchant à maximiser ce que l’on peut faire entre pays dits du sud. Cette réflexion, puis réorientation, politique est facilitée par l’ample expérience internationale du Président, par la présence aux commandes du ministère des affaires extérieures de jeunes universitaires ayant étudié les relations internationales, en particulier celles de leur pays. Il en résulte un certain dynamisme et un bien moindre complexe de culpabilité et donc, d’infériorité.

28Comment se traduit cette politique différente qui, au fond, approfondit les efforts antérieurs d’insertion dans le monde tel qu’il est ?

29C’est une politique à directions multiples qui tend à normaliser, en les banalisant dans toute leur diversité, les relations avec les États-Unis. La Colombie recherche la dédramatisation, en ne se prêtant pas au jeu de la narcotisation de ces relations. La vivacité du débat interne qui menace la stabilité du régime, l’intervention des États-Unis, les accusations des uns et des autres quant au rôle de l’argent de la drogue dans les élections de 1994, rendent difficile cet effort.

30La Colombie cherche aussi à reprendre le dialogue, à explorer et exploiter les contacts possibles avec le reste du monde. Pour cela, elle a resserré ses liens avec l’Europe, aussi bien avec l’Union européenne qu’avec d’autres pays du continent. Après tout, aujourd’hui, les principaux investisseurs ne sont-ils pas européens ?

31La Colombie, comme nombre de pays latino-américains, peine à comprendre ce qui relève de la Commission de Bruxelles et ce qui relève de chacun des pays membres dont elle a peut-être tendance à sous-estimer les marges de manœuvre. En ce domaine, les colombiens sont un peu victimes de leurs errances passées. Faut-il s’approcher de l’Europe dans un cadre régional ou sous-régional, avec le Groupe de Rio, de pure concertation politique, avec le Groupe andin qui ne sort pas de sa léthargie, ou comme pays isolé, comme l’a fait le Chili ?

32Mais l’approche européenne n’est pas conjoncturelle. Elle répond à une réaction profonde dans le pays, nourrie par les bons rapports avec les capitales européennes. N’est-ce pas, après tout, dans le vieux monde que l’on comprend le mieux les problèmes liés au trafic des stupéfiants qui font tant de mal à la Colombie ? Sans faiblesse, les européens offrent aux pays andins des préférences généralisées pour leurs exportations qui couvrent plus de 90 % des produits colombiens. La coopération dans la lutte contre le trafic en Colombie même est discrète, sans oukase ni insinuation, mais, dit-on, efficace. Alors que l’ouverture a suscité dans les classes moyennes, accédant à la consommation sans devoir faire le voyage rituel à Miami, une américanophilie sans nuance, les milieux politiques proches du pouvoir, les intellectuels se rendent bien compte des périls que pourrait faire courir à l’identité culturelle du pays une mainmise des voisins du nord sur tout le secteur des moyens modernes de communication. La Colombie, tout en faisant la part du feu, tente d’y résister et se retrouve, en ce domaine, proche des positions soutenues par des pays tels que la France.

33Le domaine des échanges commerciaux permet de concevoir des relations soutenues et croissantes. Si le pourcentage des exportations colombiennes se dirigeant vers l’Europe semble décroître cela est surtout dû au pétrole qui, pour l’essentiel, est exporté vers les États-Unis. Les firmes européennes sont de plus en plus présentes en Colombie ; pour elles, la stabilité institutionnelle, la croissance économique soutenue pèsent plus que les perturbations de l’ordre public, situation qu’elles savent affronter. Ce qui les gêne le plus c’est le changement permanent des règles du jeu ou les tracasseries bureaucratiques.

34La coopération de l’Europe, celle des pays d’Europe est, de loin, la plus importante et souvent bien adaptée aux besoins du pays ; elle est, de plus, diversifiée dans ses secteurs d’application. Politiquement, le dialogue est aisé et si la Colombie a tendance, comme les autres pays du sud, à critiquer l’égoïsme du nord, le manque de concertation, le néo-protectionnisme, ce n’est pas l’Europe qui est la plus visée.

35Ceci étant posé, l’Europe ne peut être qu’un élément de diversification de la politique extérieure colombienne. En aucun cas elle ne jouera à se substituer aux États-Unis ; les colombiens sont partagés entre ceux qui veulent voir dans une carte européenne une autre logique et ceux qui veulent se servir d’un chantage à l’Europe pour simplement faire pression sur les États-Unis.

36La Colombie a exploré, même superficiellement, le monde du Pacifique auquel elle appartient. Des rapports se sont noués notamment avec le Japon et la Corée mais ils sont surtout commerciaux et au bénéfice des asiatiques. Des diplomates (et, fait notable, plusieurs diplomates de carrière colombiens parlent le japonais et le chinois), des hommes d’affaires un peu visionnaires ont tenté de faire prendre conscience de l’espace pacifique. Le gouvernement de Virgilio Barco (1986-1990) est le premier à y avoir songé sérieusement. Les résultats sont inégaux parce que trop isolés, sans continuité et que les éventuels partenaires asiatiques ne sont guère pressés. La dimension pacifique est encore à éclipse, n’a pas pénétré en profondeur par delà l’incantation, souvent répétée, qui fait du xxième siècle celui du Pacifique. La Colombie a essayé de rejoindre le Mexique et le Chili dans l’APEC mais sans succès. Il n’est pour s’en convaincre que de voir le peu d’efforts faits pour améliorer ou créer les infrastructures nécessaires à un bon accès à ce long rivage abandonné.

37Depuis une douzaine d’années la Colombie est membre du groupe des non alignés. Elle accueille la réunion de 1995 et assume désormais la présidence, succédant à l’Indonésie. Les non alignés d’aujourd’hui ne sont plus ceux des années soixante que dominaient les hautes figures de Nehru, Nasser, Tito. L’Algérie et Cuba n’en sont plus les chantres. Les colombiens pensent cependant que si la décolonisation est faite, les rapports nord-sud sont toujours inégaux et que, de l’unité de plus de cent pays dans les instances multilatérales (ONU, Organisation mondiale du commerce...) peut dériver des réformes bénéfiques, sans confrontation aiguë, pour les pays dits du sud. Au sein des non alignés, les diplomates colombiens apprennent à connaître et dialoguent avec la Malaisie, l’Indonésie, l’Égypte, l’Afrique du Sud, etc. participant ainsi activement à une redéfinition des rapports nord-sud et sud-sud. Cela s’est notamment vu pendant les deux années (1989-1991) de présence colombienne au Conseil de sécurité. Une diplomatie qui se mondialise réellement acquiert, tant bien que mal, quelques gages de succès et perd ses complexes.

38Il reste une dimension, à la fois source de difficultés mais aussi prometteuse en termes d’équilibre international, c’est celle qui consiste à se tourner vers le reste de l’Amérique latine. Les colombiens l’ont d’abord vécu au début des années soixante avec l’effort de l’ALALC puis, un peu plus tard, celui, sous-régional, du Groupe andin avec l’Equateur, le Pérou, la Bolivie et aujourd’hui, le Venezuela qui s’est substitué au Chili défaillant. Le Groupe andin a beaucoup déçu : trop ambitieux, miné par les contradictions politiques, ayant du mal à trouver les axes de l’intégration possible, il a cependant développé considérablement le commerce régional. En dépit d’efforts périodiques, il ne progresse plus. Actuellement la Colombie et les autres membres cherchent á faire revenir le Pérou dont le président Fujimori a suspendu la participation. Le Groupe andin est entré dans une phase de négociation complexe avec le Mercosur.

39Dans sa phase d’ouverture, la Colombie a réduit ses ambitions intégrationnistes aux accords de libre-échange, sans politique commune. Il en existe avec le Mexique et le Venezuela, le G3, né en juin 1994, que la crise, différente, qui sévit dans les deux autres pays membres a réduit à peu de choses. Le G3 est l’héritier de l’ancien Groupe de Contadora, actif dans les conflits de l’Amérique centrale ; il s’intéresse surtout à une politique énergétique concertée. Pour le président Gaviria, le G3 était, via le Mexique, une voie d’accès rapide à l’ALENA avec les États-Unis ; pour le Mexique, il était l’esquisse d’une politique de pression, voire de rechange, dans les négociations avec les États Unis et le Canada.

40D’autres accords existent avec le Chili ainsi qu’avec les pays des Caraïbes. Tout cela s’est fait dans la hâte et, pour tout dire, a engendré un certain désordre qui se transforme en casse-tête pour les administrations du commerce extérieur et des douanes.

41La véritable fascination du gouvernement Gaviria était l’ALENA, succédant à l’Initiative Bush, qui regroupe les États-Unis, le Canada et le Mexique et dont on a promis l’accès au Chili. A Miami, en décembre 1994, le président Clinton a proposé aux présidents latino-américains de créer pour 2005 une zone de libre échange de l’Alaska à la Terre de feu. Les colombiens n’ont pas été les derniers à se laisser séduire. Ils semblent sous-estimer les difficultés politiques de cette création d’une zone continentale de libre échange. Le mirage ALENA s’éloignant dans sa version originale, tout au moins pour les colombiens, le G3 pourrait subsister comme un lieu de concertation de trois pays pétroliers situés dans la zone d’influence des États Unis.

42Comme le Chili, mais, à la différence de celui-ci, sans l’avoir cherché, la Colombie se retrouve dans la pratique quelque peu isolée. Elle a de bonnes relations économiques et politiques avec tout le monde mais elles sont surtout bilatérales ce qui risque de lui poser des problèmes dans l’avenir. Son intérêt semble clairement se trouver du côté du Venezuela. La Colombie n’a réagi que mollement aux offres du président Cardoso du Brésil en vue de créer une association de l’Amérique du Sud. Elle ne s’est pas associée au Venezuela qui négocie directement avec le Brésil des accords en matière d’énergie électrique et de pétrole cherchant ainsi à éviter le tête à tête avec les États-Unis. Sur le plan politique, la Colombie joue un rôle non négligeable dans le Groupe de Rio. Cette instance a permis à des pays qui se connaissaient mal de commencer à travailler ensemble, à concerter leurs initiatives en particulier sur les problèmes du continent : Haïti, Cuba, conflit Pérou-Équateur... Cette concertation s’étend á des problèmes plus généraux : réforme des Nations Unies pour ses cinquante ans, Droits de l’Homme, milieu naturel (en particulier pour le bassin amazonien), trafic de stupéfiants, désarmement nucléaire, solution pacifique des conflits.

43Le fait que le colombien César Gaviria soit secrétaire général de l’Organisation des États américains donne un plus grand relief à cette politique en dépit du fait que cette organisation n’arrive pas à jouer le rôle qui lui était originellement assigné.

LES INSTRUMENTS DE LA POLITIQUE EXTÉRIEURE

44Comme les autres pays d’Amérique latine, la Colombie s’est mise à l’heure de la diplomatie présidentielle. Les présidents de la région se voient fréquemment et apprécient manifestement ces contacts. La fréquence en a réduit les aspects protocolaires et les sherpas présidentiels sont maintenant rodés. Comme dans le cas des pays développés, et à l’imitation de ceux-ci, il y a un peu de futilité dans cette diplomatie présidentielle.

45Le ministère des affaires extérieures, connu sous le nom de San Carlos, a plutôt été, dans le passé, un ministère des affaires consulaires. Il le reste pour une bonne part. En effet la présence colombienne à l’étranger, les milliers de colombiens et colombiennes, en général pauvres hères, victimes du mirage du transport personnel de la drogue, qui peuplent les prisons du monde entier, accaparent l’essentiel du travail ingrat des consuls.

46Pendant longtemps les ambassades étaient des sinécures pour politiciens en vacances, désireux de vernis international, ou en mal de fortune. L’une des fureurs des parlementaires colombiens contre la Constitution de 1991 vient de l’interdiction qu’elle leur fait d’accepter des postes diplomatiques, désormais réservés à leurs proches.

47Une bonne part des progrès de la Colombie s’agissant de son insertion dans le monde repose sur la rencontre d’universitaires formés aux relations internationales qui entrent au Ministère par le haut et de jeunes diplomates de carrière de plus en plus nombreux dans les échelons inférieurs d’une hiérarchie qu’ils gravissent lentement. La carrière diplomatique, créée par Carlos Lieras à la fin des années soixante, a eu du mal à s’imposer mais depuis une dizaine d’années, en particulier sous l’impulsion du ministre Julio Londono (1986-1990), elle a permis l’apport de jeunes dotés d’une certaine mystique du service public et possédant une formation de base sérieuse.

48Cette professionnalisation de la diplomatie se heurte encore aux traditions clientélistes mais plus encore souffre d’une vision limitée introduite au début des années quatre-vingt-dix selon laquelle le diplomate doit avant tout vendre les produits de son pays. Ainsi simplifiée, la vision mercantiliste de la diplomatie conduirait vite à une impasse.

49La gestion publique colombienne souffre d’une désarticulation entre les différents services. La récente création du ministère du commerce extérieur et, à certains moments, la mauvaise coordination entre les relations extérieures et le conseiller présidentiel pour les affaires internationales ont conduit à de sérieuses difficultés.

50L’instrument colombien de politique extérieure n’est pas parfait, mais il tend à mieux couvrir le champ, en expansion, des relations du pays avec le monde d’aujourd’hui.

L’HEURE DU DÉFI

51Au fond, on peut dire qu’aujourd’hui les colombiens savent ce qu’ils veulent et ce qu’ils ne veulent plus être. Ils refusent de voir leur pays associé en permanence au trafic de stupéfiants. Ils ne sont ni un “narco-État” ni un “narco-peuple”, étiquettes dont on les affuble facilement ici ou là. Plus que d’autres ils payent de leurs vies le prix d’une lutte difficile qui les dépasse. Il est vrai que les stéréotypes mondiaux, en particulier français, sur ce pays, sont affligeants : drogue, violence, enfants abandonnés ou sacrifiés. Tout cela existe, comme ailleurs, mais ne résume pas la vie du pays.

52En particulier, les difficiles constructions, parallèles, de la nationalité et de la démocratie ont divisé le pays en deux. La réconciliation nationale est une tâche ardue, qui implique que l’État perde de sa superbe et que les insurgés acceptent que le pouvoir n’est pas au bout du fusil. Ces deux grandes tâches ne peuvent être entreprises qu’avec beaucoup de sacrifices et de modestie. La politique extérieure en est ici un outil. La dénonciation des violations des droits de l’homme de par le monde, a longtemps été prise par les colombiens comme un appui extérieur à la rébellion, puis on a compris qu’il fallait y répondre, aujourd’hui on pense plutôt que la priorité est de mettre fin à ces violations et qu’une collaboration avec les ONG étrangères peut y contribuer. Cette évolution n’allait pas de soi et a eu lieu.

53Dans nombre de domaines les colombiens ont beaucoup à faire pour se montrer au monde et beaucoup à apprendre et à espérer de celui-ci. C’est là une tâche nationale, qui dépasse tel ou tel gouvernement, car il n’y a pas de miracle mais seulement des efforts soutenus.

54L’insertion croissante de la Colombie dans le monde est irréversible. Puisse-t-elle y perdre ses caractéristiques les plus négatives et en faire prospérer d’autres, moins connues : le goût de l’effort de son peuple, son ingéniosité, sa culture pluraliste, sa profonde allégresse et, malgré tout, l’optimisme de sa jeunesse. Comptant d’abord sur eux-mêmes, les colombiens ont fait l’effort de s’ouvrir au monde, divers, désormais proche. Ils y vendent leurs produits, y envoient leurs artistes, leurs sportifs, y diffusent leurs auteurs, y font connaître les découvertes de leurs savants ; leurs étudiants sont de plus en plus nombreux à Harvard, à Paris, à Tokyo ; plus de cent pays connaissent leurs diplomates (la liste de ces pays a pratiquement doublé en dix ans). Un seul exemple de cette fin de l’isolement : en 1990, existaient trois vols hebdomadaires entre Bogota et Caracas, il en existe aujourd’hui quatre par jour.

55Cette découverte du monde ne va pas bien sûr sans balbutiements, ni conflits. Le cadre régional, sud américain, sera sans doute privilégié, en particulier avec le voisin immédiat mais la dimension universelle que donne la Colombie à ses rapports peut sans doute inciter á la réciprocité. L’Europe, la France, comptent beaucoup pour les jeunes générations colombiennes, souvent francophones. Puissent-elles être payées de retour.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CARVAJAL, Leonardo, Integración, pragmatismo y utopía en América Latina, Bogota, 1993.

CEPEDA, Fernando ; PARDO, Rodrigo, “La política exterior colombiana, 1930-1986” en Nueva Historia de Colombia, tome 3, Bogota, 1989. GARAY, Luis Jorge, América Latina ante el reordenamiento económico internacional, Bogota, 1993.

GOMEZ, DREKONJA, TOKATLIAN, Redefiniendo la autonomía en política internacional, Bogota, 1993.

MINISTERIO DE RELACIONES EXTERIORES, Actuar en el mundo, Bogota, 1994.

MINISTERIO DE RELACIONES EXTERIORES, Documentos de política exterior colombiana, tome 1, Bogota 1995.

PARDO, Rodrigo, Política exterior colombiana : de la subordinación a la autonomía, Bogota, 1988.

RANDALL, Stephen, Aliados y distantes, Bogota, 1991.

RODRIGUEZ, Juan Camilo, Liderazgo y autonomía, Bogota 1994.

THOUMI, Francisco, Economía política y narcotráfico, Bogota, 1994.

TOKATLIAN, Juan, Economía y política del narcotráfico, Bogota, 1990.

Notes

1 Urrutia, Miguel : Gremios, política económica y democracia, Bogota, 1983.

Notes de fin

* Centro de investigaciones y proyectos especiales, Université Externado de Colombia, Bogota.

Table des illustrations

Titre COLOMBIE. INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS DIRECTS (EN MILLIONS DE DOLLARS)
Légende Source : Agosin, Manuel. Inversión extranjera directa en América Latina : su contribución al desarrollo. Estudio comparativo regional. B.I.D :, documento de trabajo 183, Washington, aout 1994.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre COLOMBIE : COMMERCE EXTÉRIEUR (EN MILLIONS DE DOLLARS)
Légende Source : Département administratif national de la statistique, Bogota.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Éditions de l’IHEAL, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540