Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Acteurs locaux et reconquête des espaces centraux

Texte intégral

Dynamiques de l’espace central

1L’analyse de la structuration interne de l’espace central de Puebla a fait apparaître non seulement une opposition traditionnelle entre la traza, les barrios et les extensions populaires mais une forte différentiation au sein de la traza entre une zone centrale valorisée et un « centre commercial populaire ». Or, la zone centrale valorisée est un espace qui a fait l’objet d’une modernisation intense aux xixe et xxe siècles, une partie des témoignages les plus importants de l’époque coloniale se concentrent dans le « centre commercial populaire » ou dans les barrios. La généralisation d’un intérêt pour le patrimoine et la définition d’un centre historique par un décret fédéral de zone de protection sanctionné par l’inscription sur la liste du patrimoine mondial a contribué à la redécouverte de la valeur du tissu urbain de ces espaces. Au début des années 1980, la principale spécificité de Puebla est le maintien des fonctions centrales traditionnelles dans le centre-ville au sein de ce « centre commercial populaire », alors que dans de nombreuses villes, la relocalisation des marchés centraux et la construction de gares routières avaient commencé dès les années 1960.

2A Puebla, tout se passe comme si l'espace du « centre commercial populaire » avait été « abandonné » par les autorités et la bourgeoisie locale aux pratiques populaires et traditionnelles, abandon concrétisé par l’extension de la zone « d’ambulants », forme moderne d’un tianguis permanent dans cette zone de la ville. La société poblanaise semblait installée dans ce fonctionnement traditionnel de la ville. Le centre valorisé gardait et garde encore largement aujourd’hui sa fonction d’hypercentre comme inscription des pouvoirs publics, des activités politiques, judiciaires, culturelles, mais aussi bancaires et pour certains types de commerces. Les espaces périphériques de centralité forment des lieux de pratiques exclusives pour les classes moyennes et aisées. Le centre populaire canalisait les flux à l’échelle régionale et les pratiques populaires du centre. Les barrios constituaient essentiellement des espaces de résidence pour des classes populaires salariées au sein desquelles se maintenaient des activités artisanales traditionnelles et certaines activités industrielles.

3Bien sûr, dans certaines zones du centre, ces différents types de pratiques se croisaient mais chacun pouvait adapter ses parcours à sa vision du centre. Les enquêtes sur les limites du centre ont montré non seulement que les barrios sont exclus de la perception du centre-ville - exclusion renforcée par la barrière urbaine que constitue le boulevard 5 de mayo - mais que l’espace qui est toujours défini, pour toutes les catégories sociales et pour tout type de relation à la ville, comme centre est d’abord le centre valorisé, l’intégration du « centre commercial populaire » est plus importante pour les populations travaillant ou ayant vécus dans le centre.

4A l’image de la séparation des terminaux d’autocars, les classes moyennes, aisées comme les couches politiques et intellectuelles avaient aménagé leur propre espace au sein du centre à partir de leurs pratiques. Le contraste entre les types de population et le type d’image urbaine d’une partie du centre à l’autre était très fort. Puebla, principale ville d’une région densément peuplée, a longtemps vécue non seulement de son industrie mais aussi de sa fonction de centralité commerciale traditionnelle à l’échelle des Etats de Puebla, Tlaxcala et même d’une partie du sud-est du pays. Le « centre commercial populaire » constituait l’inscription spatiale de cette fonction régionale ; une grande partie de la bourgeoisie traditionnelle de la ville était ou avait été liée à ces activités. Pour ces secteurs de la population dont le poids sur le comportement des édiles locaux est fort, ces activités n’étaient pas dévalorisées. Le maintien de la foule et donc des terminaux d’autocars dans le centre était une condition du fonctionnement des commerces, seule la prolifération des commerçants « ambulants » était stigmatisée. Tout se passe comme si l’aspiration à la modernité urbanistique et architecturale s’était concentrée sur un secteur du centre de la ville et à la périphérie, le reste de l’espace central étant voué à un fonctionnement traditionnel inscrivant dans le tissu urbain la fonction de centralité régionale de la ville.

  • 1 Comme le note un commerçant enquêté, parecia pueblo, estabamos peor que en Tlaxcala, (la ville) re (...)

5Plus tard que dans d’autres villes, mais aussi avec plus d’urgence, cette structuration traditionnelle du centre-ville est apparue inacceptable pour une partie de l’opinion publique locale. Les discours sur la perte de contrôle des rues par les pouvoirs publics face à l’extension des commerçants ambulants ont été renforcés par la généralisation d’une attention particulière au patrimoine, témoignage de la grandeur passée de la ville, et de sa spécificité. En comparaison de Mexico, d’autres métropoles régionales et même d’autres petites villes dans la région1, la perpétuation du fonctionnement du « centre commercial populaire » apparaissait comme une manifestation du retard de la ville, de son ancrage dans l’espace rural, de sa distance avec la modernisation du pays. Les discours sur la reconquête des rues du centre laissent place à l’émerveillement des commentateurs face à l’image des perspectives urbaines retrouvées par la suppression du commerce de rue et la généralisation d’une politique d’image. La traza retrouve ses droits sur le tianguis qui était qualifié de souk.

Etapes de la requalification du centre

6L’espace central de Puebla a été profondément modifié sous l’impact de l’intervention des pouvoirs publics. L’action publique a d’abord pris la forme de l’application des politiques nationales de protection du patrimoine et de la mise en œuvre de programmes d’amélioration de l’image urbaine. Les fonctions centrales traditionnelles ont été, ensuite, expulsées du centre (terminaux d’autocars, marché de gros, marché, « ambulant ») et le « centre commercial populaire » a été détruit comme milieu spécifique. Ce processus et les politiques d’image se sont traduits par une banalisation de cet espace qui est à nouveau perçu comme partie prenante du centre historique. On peut entrevoir dans cette zone une tendance à une lente mutation du type de commerce et à l’amélioration des commerces existant, ainsi qu’un nouvel attrait pour les locations d’appartements ou l’achat de copropriétés.

7Enfin, les projets publics se sont portés sur la reconquête des barrios. Il s’agit d’abord d’une tentative d’impulser une mutation de la perception de ces espaces voués à l’habitat populaire par des politiques d’image, puis de la mise en place d’un grand projet de rénovation cherchant à inscrire dans l’espace urbain central une zone de développement touristique et tertiaire de niveau international, en reproduisant une river walk à partir du río San Francisco. L’espace choisi est un espace interstitiel entre les barrios et la traza, comportant des terrains encore occupés par l’industrie et des friches industrielles, mais ce projet de rénovation devait permettre d’impulser une mutation des barrios. Le premier projet conçu pendant la période d’euphorie de la modernisation saliniste prévoyait une rénovation destructrice qui n’a pu être menée à bien. Néanmoins les pouvoirs locaux ont acquis une maîtrise foncière sur la zone et l’on s’achemine vers une intervention fine respectant le patrimoine.

Patrimoine et projet de développement

8L’action publique, tant à l’échelle du centre-ville que de l’agglomération et de la région, doit reconstituer les conditions d’une attractivité maximale pour la ville, lui permettant d’être prête à accueillir les nombreux investissements étrangers rendus possibles par la signature de l’Alena. La conception première du programme de San Francisco a été de publier la réalisation d’un projet d’une telle ampleur qu’il devait attirer des investisseurs tertiaires, de la même façon que les programmes de zones industrielles aménagées devaient rendre possible un nouvel essor industriel de la ville. C’est le programme qui est mis en avant plus que la qualité de l’espace urbain existant pour attirer les investisseurs. Ce projet est aujourd’hui avorté, non seulement la conjoncture économique a changé, mais les conseillers du nouveau gouverneur semblent avoir surestimés les capacités d’actions locales dans le cadre des réformes salinistes. Certes, il n’est pas impensable que les réformes à venir de l’INAH et de la protection du patrimoine accordent une plus grande capacité d’action aux pouvoirs locaux - y compris dans la redéfinition des zones à protéger et des interventions autorisées - mais ces conditions n’étaient pas encore réunies en 1993. La diffusion d’un intérêt pour le patrimoine, ainsi que l’inscription sur la liste du patrimoine mondial, comme les réactions de repli de la société locale face aux interventions étrangères, dans un contexte où une partie importante de l’économie locale (en particulier l'industrie textile) est remise en cause par la politique d’ouverture, ont rendu impossible la mise en place de ce programme.

9L’action sur le centre, dans un premier temps fortement médiatisée, devait susciter un soutien unanime de la société locale grâce à la publication d’une reconquête urbaine de première ampleur. On pourrait considérer que l’échec du programme de rénovation repose sur une distorsion des visions du centre, entre la nouvelle équipe et la vision dominante des barrios par la société locale, ceux-ci étant considérés comme des espaces certes dégradés et voués à l’habitat populaire mais porteurs de valeurs traditionnelles de la culture locale. L’émergence et la généralisation d’une valorisation du patrimoine y compris des bâtiments des vecindades dégradées et la réussite des premiers programmes d’image urbaine et de peinture des façades ont été pour beaucoup une découverte des barrios, pour la première fois assimilés par la presse et certains discours locaux à des espaces touristiques potentiellement valorisables au même titre que certains quartiers de villes touristiques (Taxco, Guanajuato).

Fondations privées et action publique

  • 2 Sans préjuger de la réalité de la multiplication des achats de propriétés dans le centre par des n (...)

10Les acteurs de la mutation du centre historique de Puebla sont multiples. La première étape du processus de requalification a été réalisée grâce à l’union entre un acteur privé particulier - les fondations contrôlées par Manuel Espinoza Yglesias - et les pouvoirs publics. Les fondations prennent en charge une grande partie des actions sur l’image des rues et des espaces publics, les pouvoirs publics assumant la gestion sociale et politique mais aussi le financement des politiques de réorganisation des fonctions traditionnelles à l’échelle de la ville. Ces investissements massifs des fondations dans l’image du centre semblent avoir pour logique la reconstitution d’une image du centre valorisée, permettant la mutation des usages des bâtiments et la réussite de projets « privés » des fondations dont seulement une partie a pu être réalisé2 : musée d’art précolonial, centre de convention, réutilisation de bâtiments de cinémas, prise de possession du marché la Victoria, tentative d’impulser la création d’un parking en centre-ville.

11On a vu que Manuel Espinoza Yglesias ne pouvait être assimilé à un représentant d’un secteur particulier des milieux d’affaires ou de commerçants locaux. Néanmoins, les interventions des fondations vont dans le même sens que les propositions de la chambre de commerce visant à la création d’une plaza comercial centro. Les actions des fondations apparaissent comme une tentative d’intervention sur la ville d’un acteur dont le poids économique et l’influence politique dépasse le personnel politique local, et qui entreprend le réaménagement du centre de la ville comme il mène à bien la réhabilitation de sa maison familiale ou de la demeure de William Jenkins, c’est-à-dire en entendant agir avec la plus complète autonomie et selon ses propres critères. Ce type de position induit des conflits entre l’INAH et les architectes des fondations dans tous les cas de restauration, et un conflit avec les autorités locales pendant le mandat de Mariano Piña Olaya (1986-1992). Ces oppositions se sont traduites par l’arrêt des subventions de la fondation et par une épreuve de force autour du marché de la Victoria dont les travaux furent paralysés jusqu’ à ce que les fondations puissent acquérir le contrôle total de l’édifice et le transformer en centre commercial moderne. Dans la dernière période, les fondations se tiennent à l’écart des projets du nouveau gouverneur, ceux-ci reposent sur l’octroi de crédits fédéraux et sur la mutation des conditions de l’attractivité de la ville.

Publication de l’action publique locale

12A Puebla, ces actions volontaristes s’inscrivent dans un contexte politique particulier. Depuis le début des années 1980, l’hégémonie du parti officiel, le PRI, fut, pour la première fois fortement questionné par l’opposition de droite. La municipalité élue en 1983 réussit pourtant à établir un nouveau consensus, en particulier autour des actions sur le centre, qui permit de débloquer des situations spatialement et politiquement conflictuelles auxquelles s’affrontaient sans succès les municipalités successives depuis plus de vingt ans.

13L’action publique sur le centre participe par deux fois de la publication d’un nouveau mode d’action sur la ville, dont l’efficacité doit permettre non seulement de sauver la ville de la décadence et rendre possible l’accès à la modernité, mais aussi de démontrer la capacité d’action du système de pouvoir du PRI. Par deux fois, il s’agissait de proclamer une rupture avec le laisser-faire traditionnel et la mise en place de politiques volontaristes et efficientes. Le cadre d’intervention défini par Jorge Murad et poursuivi par ses successeurs a contribué à éviter l’accès du PAN à la municipalité en 1983 et lors des élections municipales suivantes. Dans un autre contexte national, le programme de Manuel Bartlett, pourtant fortement marqué par une idéologie libérale à plutôt contribué à renforcer l’opposition en participant du discrédit de la gestion du PRI.

14L’analyse des conflits autour des projets dans le centre doit tenir compte des spécificités de la scène politique locale. Le rejet par une grande partie des acteurs politiques et économiques locaux du projet de rénovation de San Francisco, transcrit aussi les difficultés de l’inscription locale de Manuel Bartlett, perçu, y compris par la majorité des secteurs du PRI local, comme un homme politique national « parachuté » à Puebla. La volonté de rompre avec les modalités traditionnelles de l’action publique en médiatisant fortement un programme de modernisation de la ville, conçu par des conseillers texans, et proposant l’arrivée massive de capitaux étrangers a suscité des réactions négatives qui dépassent la simple préoccupation pour le patrimoine. Ce contexte particulier, doublé de l’essor du PAN auprès des élites économiques et des classes moyennes de la ville, a permis le développement d’un mouvement d’opposition qui dépassa amplement les seules populations affectées et qui transcenda les clivages politiques ou de position traditionnels. Par delà les perceptions dominantes des barrios, ce mouvement a aussi fait apparaître la diversité des situations sociales dans cette zone, l’existence de propriétaires occupants, de divers types de commerçants. Pendant un temps dans la presse, les débats radiophoniques ou les réunions publiques, la société locale sembla se réconcilier autour de l’exaltation des valeurs traditionnelles du tissu urbain de la ville, comme le symbolise le nom de la principale organisation de propriétaires de la zone : Association civile pour les idéaux de (la) Puebla traditionnelle.

Notes

1 Comme le note un commerçant enquêté, parecia pueblo, estabamos peor que en Tlaxcala, (la ville) ressemblait à un village, nous étions dans une situation pire que Tlaxcala.

2 Sans préjuger de la réalité de la multiplication des achats de propriétés dans le centre par des notaires ou personnalités proches des fondations, tendances souvent évoquées dont il n'a pas été possible de préciser l'ampleur.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540