Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Expulsion des fonctions centrales traditionnelles

Texte intégral

1La politique de requalification du centre a impulsé la relocalisation des fonctions centrales traditionnelles de transports publics et d’approvisionnement. Alors que des projets existaient depuis une vingtaine d’années, ces relocalisations ont été mises en œuvre entre 1984 et 1988. Cette expulsion de fonctions urbaines qui étaient essentiellement localisées au sein du « centre commercial populaire » a non seulement modifié l’organisation interne de cet espace, mais contribué à l’échelle de l’agglomération à une redéfinition des relations entre certaines fonctions urbaines et les espaces de la centralité traditionnelle.

Libérer le centre-ville du transit de passagers

2La gare de chemin de fer, située en limite du tissu urbain du xixe siècle, a été déplacée dès 1951 vers le nord de la ville, à proximité des nouvelles zones industrielles. Les terminaux des sociétés d’autocars qui assurent l’essentiel du trafic de passagers se sont maintenus dans le centre-ville jusqu’à la fin des années 1980. Chacune des 31 sociétés d’autocars périurbains, régionaux ou nationaux possédait son propre terminal dans le centre. Pour les 14 sociétés les plus importantes, il s’agissait de véritables gares routières occupant un îlot entier, alors que les petites sociétés régionales se contentaient d’une zone de stationnement identifiée au bord d’un trottoir. Plus de 7 300 autocars et 135 000 passagers pénétraient chaque jour dans le centre de la ville.

3Cette fonction interurbaine était renforcée par la concentration des lignes de bus et de minibus dans les rues du centre. Le système de transport public intra-urbain était organisé à partir de routes qui toutes partaient du centre de la ville ; celui-ci constituait ainsi un passage obligé pour toute liaison entre deux secteurs de la périphérie. Au début des années 1980, ces routes furent réorganisées et le transit des autobus et minibus (combis) fut interdit au coeur du centre, quelques rues autour du zócalo, créant une congestion sur les rues 8 poniente/oriente et 9 poniente/oriente, par la suite l’autorisation de transit des combis fut repoussé de quelques îlots au nord et au sud. Les rues du centre maintiennent la fonction de principale zone de correspondance pour le transport public.

4Dans un contexte où l’autocar constitue le seul moyen de transport pour une partie importante de la population, y compris pour certains petits commerçants de villes proches venant s’approvisionner à Puebla, les dessertes étaient très fréquentes dans toutes les directions. Le centre historique constituait le lieu d’interconnexion entre les diverses sociétés spécialisées dans la desserte de certaines destinations. Le réseau d’autocars périurbains et régionaux constitue une des modalités de la définition de l’aire d’influence de la ville et d’une connexion entre les localités rurales proches et le cœur de la ville, c’est aussi le moyen d’un connexion rapide et intense avec la ville de Mexico par des sociétés offrant des services de niveaux différents.

5Les populations qui fréquentaient les terminaux de première classe regrettent ces espaces bien aménagés et localisés à proximité du zócalo. Même si la majorité de la population se déclare en faveur de la construction de la gare routière ; une partie des usagers la considèrent trop éloignée du centre. De plus, la gare routière oblige à une cohabitation entre les services destinés à des classes moyennes et aisées et les services pour les couches populaires, même si les principales compagnies de première classe tendent à reconstituer des espaces privatifs d’accueil. Paradoxalement on pourrait dire que la localisation au sein de l’espace central des terminaux d’autocars constituait à la fois une plus grande intégration du transport par autocar à l’espace urbain, inséré au sein de zones denses d’habitat et de commerce, mais aussi une plus grande ségrégation entre les différents types de services s’adressant à des clientèles différentes. Le cadre en route pour un voyage d’affaire à Mexico et le paysan venant s’approvisionner pratiquaient des secteurs différents du centre-ville. Les usagers des terminaux de première classe avaient le sentiment d’utiliser un mode de déplacement exclusif, alors qu’au sein de la gare routière unique les différents flux de population se croisent dans l’utilisation d’un même espace.

6Après plusieurs tentatives dans les années 1960 et 1970, les différentes sociétés de transport ont été réunies en 1988 dans une seule gare routière construite à la périphérie, au nord-ouest de la ville, à proximité de l’autoroute. La municipalité dut fermer autoritairement certains terminaux du centre face aux tentatives de maintenir une implantation centrale, d’autres sociétés conservèrent pendant quelque temps un espace de stationnement d’autocars sur leur terrain du centre. Les terrains libérés sont pour la plupart restés abandonnés, même si quelques sociétés ont ouvert des bureaux, des centres de réception pour colis ou des parkings.

7La construction de la gare routière avait commencé en 1985. Les autorités locales tentaient de rattraper le retard de Puebla par rapport aux autres villes mexicaines en la dotant d’une ample gare routière présentée, lors de l’inauguration par le président de la république, comme la plus grande en superficie du pays et même de l’Amérique Latine. La capacité du bâtiment construit sur un terrain de 140 000 m2 dépasse de beaucoup les mouvements générés par les 32 sociétés implantées.

8La relocalisation de la fonction de transport de passagers a eu un impact notable sur le fonctionnement du centre de la ville. La congestion et le bruit ont diminué ainsi que la pollution des gaz d’échappement. Avant le déplacement des gares routières dans certaines rues du centre, les résidents devaient supporter un départ toute les deux ou trois minutes dans la journée, des mouvements pendant toute la nuit. Localement on assiste à une modification des activités induites par la présence de chaque terminal (services de restauration, hôtels pour les voyageurs). Si l’on ajoute à cette réorganisation du transport par autocar celle qui concerne l’expulsion du transit des lignes d’autobus urbain ou de minibus, le rôle de l’espace central dans le transport de passagers à différentes échelles a été profondément modifié. Le centre n’est plus un lieu de passage obligé pour les interconnexions à l’échelle de l’agglomération ou aux échelles régionale et nationale.

9A la périphérie nord-ouest de la ville, la création de la nouvelle gare a constitué la base d’un nouveau pôle de centralité organisé autour de commerçants ambulants, nouveaux marchés, hôtels, restaurants, et commerces. L’essor rapide des activités dans cet espace périphérique s’est fait sans aucune planification, les activités commerciales empiètent sur les voies rapides, les commerçants « ambulants » sur les zones réservées aux piétons ou aux taxis ; certains terrains de la zone ont été envahis par des activités commerciales.

Mise en ordre des fonctions d’approvisionnement

Marché de gros : délocaliser la fonction d’approvisionnement

10A partir d’avril 1985, la principale fonction d’approvisionnement a été exclue du centre de la ville. Un marché de gros (central de abastos) est entré en fonction au nord-ouest de la ville, à proximité de l’autoroute vers Mexico (376 entrepôts pour une superficie totale de 48 000 m2). Cette infrastructure fut financée grâce à un prêt du gouvernement fédéral et à la vente des locaux aux négociants. Non seulement l’accès au centre de la ville fut interdit aux camions, mais les entrepôts de fruits et légumes et le commerce de gros sont dès lors prohibés dans le centre. En 1986, le contrôle de l’accès au centre fut renforcé et étendu à l’ensemble des produits frais, interdits de transit dans une zone délimitée par le boulevard 5 de mayo et les rues 11 norte-sur, d’une part, et 11 poniente-oriente et 14 poniente-oriente, d’autre part. Si la majorité des grossistes ont quitté le centre, certaines implantations restent présentes au nord de l’espace central ; fin 1993, un programme d’action du gouvernement de l’Etat se proposait de réussir la délocalisation de tous les grossistes de fruits, légumes et produits frais vers le marché de gros.

Sauver le bâtiment du marché de la pression du commerce et de la foule

11Le marché de la Victoria est décrit dans la presse et dans les déclarations des responsables municipaux comme une des causes de la prolifération des commerçants ambulants mais aussi comme un foyer de pollution, qui génère la présence de rats, de déchets, de joueurs clandestins, de prostituées et d’hôtels de passe. La vétusté de la construction est considérée comme une des causes du manque d’hygiène. Jorge Murad Macluf notait dans son rapport d’activité de 1985 : « le marché s’étendait comme une tumeur ».

12L’action municipale va donc tenter de sauver le bâtiment et le centre des dommages causés par ce type de fonction commerciale. Le décret municipal, qui impose en octobre 1986 la fermeture du marché, considère que celui-ci contribuait à concentrer des flux d’acheteurs, de transports et de marchandises incompatibles avec la préservation du centre historique. La municipalité s’appuie sur des avis de l’INAH constatant que cette fonction endommage l’édifice et du ministère de la Santé qui désigne le marché comme un foyer d’infection. Par ailleurs, certains commentateurs font référence explicitement à une rénovation du type de celle des Halles, et à la nécessité d’introduire la modernité au centre de la ville. Les autorités municipales soulignent aussi que les loyers n’avaient pas été augmentés depuis de nombreuses années et que les vendeurs, exerçant une activité très rentable, recevaient de fait une subvention municipale.

13Les travaux de réhabilitation qui débutèrent en 1986 ont été financés par la fondation Jenkins. Une partie des locataires, restaurants et en-cas typiques furent assurés de pouvoir se réinstaller dans un nouveau centre commercial et culturel. Celui-ci devait comporter : une zone de vente d’artisanat, un centre culturel, un musée de la révolution, un auditorium d’usage multiple, une bibliothèque. Il était prévu de créer trois étages à l’intérieur du bâtiment actuel et d’augmenter la superficie de vente de 17 740 à 34 000 m2. Un parking devait prendre place en sous-sol. Ce projet, dénommé Plaza Victoria, devait conclure la réorganisation commerciale de la ville et selon les autorités locales constituer une attraction touristique de premier plan.

« Le marché appartient au peuple et non aux touristes »1

  • 1 Déclaration d’un représentant des locataires du marché la Victoria, Sol de Puebla, 18/10/86.
  • 2 Confederación nacional de organizaciones populares, Confédération nationale des organisations popul (...)
  • 3 German Mendez. L’Union de locatarios, comerciantes en pequenos y ambulantes de la Victoria regroupe (...)

14Sur décision du conseil municipal, le marché fut fermé le 14 octobre 1986 et placé sous le contrôle des forces de police pour empêcher le retour des commerçants. Les locataires ont tenté dans un premier temps de s’opposer à la délocalisation. Puis, ils revendiquèrent le droit d’être replacé ensemble dans un même marché gardant le nom de la Victoria. Un accord fut rapidement trouvé avec la principale organisation (l’Union de locataires, commerçants de détail et ambulants de la Victoria) affiliée depuis les années 1970 à la CNOP2, dont le leader était membre du conseil municipal3. La mairie prit en charge le déménagement des marchandises. Les commerçants de produits non périssables reçurent l’assurance de pouvoir se réinstaller dans le marché réhabilité qui devait ouvrir ses portes dès juillet 1987. La plus grande partie des commerçants (900 locataires et 850 ambulants auxquels on a offert un espace dans le tianguis) ont été relocalisés dans le marché José Maria Morelos à Xonaca. L’autel de la Vierge de Guadalupe, symbole de l’union des vendeurs et de l’identité du marché la Victoria, fut transporté dans le nouveau site. Mais ce nouveau marché, à l’est du centre, ne fonctionne que comme centre d’approvisionnement pour les quartiers proches. L’activité est sans commune mesure avec celle qui régnait dans l’ancien marché central. De plus, les commerçants se plaignent de devoir payer pour l’achat de leur local au moment où leurs revenus baissent. Les restaurants et vendeurs d’en-cas, éloignés de la foule du centre se considèrent sinistrés. Les acheteurs n’ont pas suivi le déplacement du marché, ils se sont reportés sur les marchés restant dans le centre (5 de mayo, Acocota, Venustiano Carranza) ou sur les marchés et tianguis proches de la nouvelle gare routière et du marché de gros, à l’ouest de la ville.

15La fermeture du marché, cœur commercial de la ville, entraîna de nombreuses prises de position dans la presse locale. Les discours sur la séparation des fonctions et des flux proposant une réhabilitation hygiéniste du centre-ville s’opposèrent aux partisans du maintien d’une forme d’activité traditionnelle et populaire. Une partie du personnel de recherche du centre régional de l’INAH s’opposa à la fermeture du marché et le directeur du centre régional publia un avis en faveur du maintien d’une fonction de marché et du retour d’au moins 400 commerçants. Le président du comité mexicain d’ICOMOS s’était prononcé quelque mois auparavant dans le même sens.

16Devant l’inquiétude suscitée par l’utilisation future du marché la municipalité organisa, en novembre 1986, une « consultation populaire » consistant en un recueil des réactions des visiteurs d’une exposition présentant la maquette du premier projet. Consultation, qui, selon les déclarations du maire, confirma l’adhésion de la population au projet : seulement 8,5 % des visiteurs de l’exposition se seraient prononcés contre. Les travaux ont commencé dès 1986 selon le mode d’intervention particulier de la fondation Jenkins qui se caractérise par une grande opacité. La construction d’un escalier mécanique au centre du marché qui n’apparaissait pas dans les premiers projets suscita un émoi dans le microcosme politico-intellectuel de la ville. Parallèlement les estimations du coût total des travaux augmentèrent rapidement. A partir de 1988, le retard des travaux de restauration et des projets de réutilisation est patent. L’Union des commerçants du centre historique de Puebla demande la conclusion rapide du chantier et la réouverture du marché, et souligne la perte de chiffre d’affaires des commerçants causés par la baisse de la fréquentation du centre.

17L’opposition entre les partisans du retour à une utilisation comme marché et ceux prônant la réalisation d’un centre commercial-touristique se poursuivit plusieurs années. En 1988, les ex-locataires du marché demandèrent une modification du projet pour permettre le retour de 800 commerçants de la Victoria, les personnels de l’TNAH et la direction des cultures populaires de la SEP se prononcèrent une nouvelle fois pour une utilisation comme marché ; alors que le sous-directeur du tourisme municipal se déclara en faveur d’un centre touristique et gastronomique car, selon lui, toute utilisation comme marché attirera inéluctablement de nouveaux commerçants « ambulants ». Le représentant de l’association locale des hôtels et restaurants soutient ce type de proposition. Le comité de défense du centre historique propose, sur le modèle de Toluca, de transformer le marché en jardin botanique.

18A partir de 1990, les travaux sont pratiquement arrêtés ; la fondation affirme avoir dépensé toutes les ressources disponibles pour ce projet et les pouvoir publics ne sont pas en mesure d’investir. En fait, il semble que s’ouvre une période de relations plus difficiles entre les pouvoirs locaux et la fondation Jenkins, sous la pression de certains groupes de commerçants locaux opposés aux projets de la fondation. Par ailleurs, la fondation Jenkins revendique un contrôle total de la réaffectation de l’édifice.

Plaza Victoria : l’implantation d’un centre commercial moderne en centre-ville

19En juillet 1992, pour sortir de la situation de blocage, le bâtiment est confié à la fondation Amparo sous la forme d’un bail emphytéotique. Tout semble indiquer que la fondation ait conditionné un nouvel investissement dans l’édifice à l’acquisition d’un droit d’usufruit sur le local, alors que jusqu’à cette date la participation des fondations à la réhabilitation s’était effectuée sur le mode du mécénat. A aucun moment les représentants de la fondation n’apparaissent publiquement pour proposer un projet de réutilisation ; tout se passe comme si la maîtrise d’ouvrage était prise en charge par les pouvoirs locaux. A partir de cette date les travaux reprennent et pour la première fois le projet d’ouvrir un centre commercial moderne, autour d’une grande surface de vêtement Suburbia et d’une cafétéria Vips du groupe CIFRA apparaît publiquement. Les représentants des fondations ne tiennent plus le discours de la réhabilitation culturelle mais celui de la nécessaire rentabilisation des investissements et de la volonté de créer un pôle d’activité moderne au cœur du centre.

20Ce nouveau projet ouvertement commercial relance les oppositions du personnel de l’INAH et des anciens locataires du marché, qui demandent le respect du patrimoine culturel de la ville et le respect de l’accord de 1986. Ces polémiques se doublent d’un conflit juridique avec les instances chargées de faire respecter la législation du patrimoine. Les autorisations officielles n’interviendront qu’après la suspension des travaux par l’INAH en septembre 1993, aucun projet de restauration n’avait été officiellement approuvé. La municipalité émet un avis favorable pour l’implantation d’un centre commercial et le conseil du centre historique considère que la tradition du bâtiment est respectée puisqu’il s’agit du maintien d’un usage commercial. En octobre 1993, la direction régionale de 1’INAH approuve le projet de restauration en considérant qu’il n’existe pas d’autres propositions de réutilisation de l’immeuble. Quelques modifications techniques sont exigées à la fondation : le maintien du kiosque central, des entrées traditionnelles du marché, d’une zone libre pour réaliser des fouilles archéologiques, la création d’un centre d’information touristique. Par ailleurs, l’implantation d’un musée de la céramique est proposée.

21Lorsque l’actuel directeur régional de l’INAH déclare que la réalisation d’un centre commercial moderne dans le marché est compatible avec le bâtiment puisque l’usage reste commercial, il se réfère au texte de la loi et de son règlement. Il ne démontre pas le niveau de pertinence de la réglementation, mais seulement le type particulier de fonctionnement du système d’acteur local, au sein duquel l’ensemble des ressources réglementaires sont mobilisées pour sortir de la situation de blocage et la réalisation rapide d’une revitalisation du centre historique impulsée par le nouveau gouverneur.

22Après huit ans de fermeture, en novembre 1994, le nouveau marché de la Victoria a été ouvert au public, une grande surface de vêtements et une cafétéria ont remplacé un marché traditionnel. La fondation Amparo déclare avoir investi 11 millions de nouveaux pesos. Ce nouveau centre commercial n’a que peu de visiteurs, mais rappelons que le contexte économique est très difficile à la suite de la dévaluation de décembre 1994. Les locaux commerciaux du marché donnant sur la rue, occupés par 80 commerçants locataires de la municipalité, n’ont pas été touchés par la réhabilitation. La fondation exerce une pression pour la réutilisation de ces espaces, le nouveau centre commercial étant actuellement caché derrière des boutiques de l’époque du marché. L’association des commerçants locataires demande la modification du statut de ces commerces, et l’attribution des locaux selon un bail emphytéotique pour assurer la pérennité de leur fonctionnement sur place.

23Elément d’une stratégie générale de décentralisation commerciale, la fermeture, restauration et réutilisation du marché de la Victoria peut apparaître comme un symbole des modalités chaotiques et contradictoires de la mise en place sous 1’égide des pouvoirs publics de la requalification du centre historique. L’activité commerciale du marché est considérée comme non compatible avec un centre historique réhabilité et dangereuse pour l’édifice historique abritant le marché. Par ailleurs, il s’agit de limiter les flux commerciaux en direction du centre, plus exactement de modifier les types de flux commerciaux drainés par le centre, en tentant d’impulser une revalorisation du centre dans les pratiques des classes moyennes et aisées, et d’impulser le développement d’une activité touristique. Dans un premier temps, le projet de la Victoria apparaît comme un projet essentiellement public, aidé par une fondation privée : centre culturel, musée, bibliothèque sont évoqués pour renforcer la légitimité de l’éviction des commerçants locataires.

24Après plusieurs années d’arrêt des travaux et face à l’absence de projet public et à la demande généralisée de trouver un usage pour cet espace, le bâtiment fut cédé à la fondation, qui abandonne toute velléité culturelle et réalise une restauration pour accueillir un centre commercial privé de type plaza périphérique. Les relations entre les différents acteurs apparaissent conflictuelles, entre la municipalité et les locataires, mais aussi entre les pouvoirs publics et la fondation. Le respect de la réglementation d’urbanisme et du patrimoine n’intervint qu’à posteriori grâce à une mesure d’autorité d’une instance fédérale qui arrête les travaux. Les accords signés en 1986 entre la municipalité, les locataires et les recommandations postérieures de l’INAH n’ont pas été respectés.

25Cinq administrations municipales différentes et deux gouverneurs se sont succédés, mais la fondation a semble-t-il maintenu sa position de ne continuer à investir dans l’immeuble qu’après l’obtention du contrôle de l’usage des locaux rénovés. Tout se passe comme si, grâce à 1’intervention de la municipalité, il avait été possible d’établir au cœur de la ville une grande surface de vêtements pour classe moyenne en remplacement d’un marché populaire, c’est-à-dire d’attribuer un édifice public pour un usage du grand capital privé. Le développement touristique n’a pas semblé une utilisation suffisamment rentable, il n’existe pas d’investisseurs nationaux prêts à investir dans ce type de tourisme. En ce qui concerne les dynamiques commerciales locales, il semble que l’espace que l’on a caractérisé comme zone commerciale valorisée (Reforma, 2 oriente-poniente) soit en train de conquérir le coeur du centre populaire-traditionnel : le marché de la Victoria. Mais les acteurs sont différents, et la fondation apparaît comme le moyen d’une reconquête et d’une implantation de capitaux de groupes financiers-commerciaux extérieurs à la ville (CIFRA), à laquelle tentent de s’opposer les représentants des commerçants locaux.

Libérer l’espace public du commerce de rue

De l’extension du tianguis à l’occupation des rues du centre

  • 4 cf. Josefina Aranda (1982 :136).

26Dans la ville de Puebla, l’existence de commerçants « ambulants » est un phénomène ancien, qui était traditionnellement pensé comme une pérennisation du tianguis ou comme un débordement de vendeurs des marchés municipaux. Les pouvoirs publics ont régulièrement tenté de replacer les commerçants de rue dans de nouveaux marchés municipaux. La relocalisation « d’ambulants » semble d’ailleurs une des principales modalités de croissance de l’offre de vente dans les marchés municipaux. On peut lire depuis les années 1940 dans les rapports d’activités des présidents municipaux des références à la construction de nouveaux marchés dans ce but (Barbosa Cano, 1989 : 62). En 1958, une centaine de commerçants « ambulants » furent intégrés au marché de la Victoria occupant les places laissées libres par la relocalisation de vendeurs de quincaillerie et d’outillage pour lesquels un marché spécialisé avait été construit (Santa Rosa). En 1961, el Parian, marché de vêtements créé au xixe siècle, fut reconstruit pour accueillir les vendeurs d’artisanat qui étaient installés sous les arcades du zócalo. A la même époque fut inauguré le marché de la 18 poniente pour accueillir des « ambulants » du centre ; en 1972 d’autres vendeurs furent replacés au deuxième étage du marché4.

27La stigmatisation du commerce « ambulant », comme un des principaux problèmes urbains que les pouvoirs municipaux doivent prendre en charge, date des années 1960, période de croissance exponentielle du nombre de commerçants implantés dans la rue. En 1962, on dénombrait 412 « ambulants » mais plus de 1 000 en 1968. Ce sont les vendeurs des marchés municipaux qui protestent les premiers contre cette concurrence déloyale, ils créent en 1963 une fédération des locataires des marchés pour lutter contre les « ambulants ». En 1974, pour protester contre l’attitude permissive de la municipalité, ils se déclarèrent en grève des loyers.

28Depuis les années 1970, un conflit larvé se déroule dans le centre de la ville en particulier dans les rues proches des marchés municipaux. L’intervention des forces de l’ordre permet de « libérer » momentanément certaines rues. Expulsions violentes, laisser-faire. négociations, relocalisation dans des marchés ou sur des lots en périphérie se succèdent au rythme des échéances électorales locales et des mobilisations des commerçants « ambulants ». Dans les années 1970, les autorités municipales proposèrent de reloger les commerçants « ambulants » dans de nouveaux marchés municipaux ou de les incorporer au sein de réseaux de marchés périodiques. Ceux-ci refusèrent de s’installer sur un terrain libre dans le quartier d’Analco à l’est du centre et réclamèrent la construction de nouveaux marchés centraux (Ayuntamiento de Puebla, 1987). Devant l’impossibilité d’une relocalisation, la municipalité tenta de circonscrire le phénomène en autorisant la vente dans certaines rues contre le paiement d’un droit municipal. En 1979, un recensement dénombrait entre 2 500 et 3 000 commerçants « ambulants », 60 % utilisant des bancs aménagés. Tous les commerçants « ambulants » ne sont pas de petits entrepreneurs à leur compte initiant une activité dans la rue. Une partie des vendeurs a délaissé les marchés couverts de la périphérie, d’autres travaillent pour des commerçants établis, des grossistes ou des locataires de marchés municipaux et certains « ambulants » contrôlent plusieurs bancs.

Luttes et négociations pour le contrôle de l’espace de la rue

  • 5 Camara de la propiedad urbana.

29A la différence de Mexico, à Puebla le centre de la ville constituait la principale concentration de commerçants « ambulants ». Leur expulsion est liée à une stratégie de décentralisation commerciale, de réorganisation des flux à l’échelle de la ville. Les discours des autorités publiques ne mettent pas directement en avant la nécessité de protection du patrimoine. Il existe cependant des déclarations d’acteurs locaux se référant à une condition fixée par l’Unesco ou l’ICOMOS, avant le classement sur la liste du patrimoine mondial. Le président de la chambre de la propriété urbaine5dénonçait des dommages causés aux immeubles par la présence des commerçants « ambulants », il propose la promulgation d’une loi contre les agressions au centre historique, qui permettrait de contrôler strictement les usages de la rue.

30En 1986, les commerçants « ambulants » implantés dans le centre furent relocalisés dans sept nouveaux marchés et centres commerciaux en périphérie. Ces nouveaux marchés offrait 4 257 bancs aménagés et 1 813 espaces pour tianguis, qui sont vendus aux anciens « ambulants » à des conditions de crédit avantageuses. Cette procédure introduit une innovation dans le rapport entre les commerçants et la municipalité. Pour la première fois les commerçants deviennent propriétaires de leur étal, alors que dans le reste des marchés municipaux les commerçants sont locataires de la municipalité. Ce montage financier présentait plusieurs avantages : d’une part, il était possible d’argumenter sur la notion d’accès à la propriété d’un local commercial, de création d’un patrimoine familial, d’autre part la constitution d’un fonds spécifique de financement permettait de ne pas afficher directement l’importante subvention que constituait ce programme ; les remboursements sont relativement faibles et une partie des coûts de construction est absorbé directement par la municipalité.

31Il s’agit d’un doublement de l’offre commerciale sous la forme de marchés municipaux qui accueillaient avant 1986 moins de 6 000 commerçants dans 23 marchés. Ces nouveaux « centres commerciaux populaires » devaient former de véritables pôles de centralité à la périphérie - « sous-centres urbains » dans le vocabulaire de la planification urbaine - et offrir non seulement les services d’un marché permanent couvert et d’une zone de tianguis en plein air, mais aussi des services administratifs et financiers afin de rendre inutile les déplacements jusqu’au centre, des implantations ultérieures d’écoles sont envisagées. La répartition dans la ville de ces nouveaux centres d’approvisionnement est présentée comme le résultat d’une étude de la demande potentielle au sein de chaque zone, dans l’optique d’offrir à chaque sous-ensemble de la périphérie les capacités « théoriques » d’une autosuffisance alimentaire. L’ouverture de nouvelles lignes de bus et de minibus doit permettre une desserte optimale de ces nouveaux espaces de centralité commerciale. Si les autorités publiques affichent une volonté de réorganisation planifiée de la fonction d’approvisionnement dans l’ensemble du tissu urbain pour contrôler les flux dans la ville, la réalisation de ce programme s’étend sur plusieurs années et restera partielle : les services annexes ne furent pas implantés dans les centres commerciaux et les nouvelles lignes de transports en commun ne suivent pas l’ouverture des nouveaux marchés. Le succès des nouveaux marchés périphériques fut très inégal. Au gré des localisations, du type de tissu urbain proche, des communications, certains sont devenus de nouveaux pôles d’approvisionnement pour d’amples secteurs de la périphérie, les fonctions commerciales s’étendant sur les terrains proches, et d’autres peu fréquentés sont désertés par les commerçants.

  • 6 Unión popular de Vendedores Ambulantes 28 de octubre (UPVA-28).

32Le processus de « libération » des rues du centre a nécessité plusieurs mois (d’avril à juillet 1986). Des négociations ont été menées avec chacune des organisations de commerçants « ambulants ». La majorité d’entre eux était regroupée dans une Union populaire des vendeurs « ambulants » 28 de octubre6. Cette organisation avait pris le pas dans les années 1970 sur les syndicats et regroupements liés au régime, mais cinq autres organisations dissidentes ou opposées persistaient, regroupant autour d’un leader entre 200 et 400 commerçants.

33Les unions d’ambulants sont organisées par tronçons de rue contrôlés par un leader représentant l’organisation. Les conflits pour le contrôle des territoires sont fréquents et des commerçants affiliés à des organisations en conflit ne peuvent coexister dans un même espace. Chaque organisation contrôle une partie du territoire et attribue des autorisations d’implantation et de vente, y compris pour les « vrais ambulants » déambulants dans « leurs » rues.

34Le départ des « ambulants » du centre s’est donc effectué rue par rue, au gré des accords avec les pouvoirs publics et de la construction de nouveaux marchés périphériques. La plus grande partie des commerçants a été déplacée le 3 juillet 1986, lorsque l’accord avec la 28 de octubre est entré en vigueur. Les organisations ont accepté les négociations et la relocalisation, seul un courant dissident de la 28 de octubre, regroupant 850 « vrais ambulants » qui considèrent ne pas avoir les moyens d’acheter un local dans les nouveaux marchés, réclament le droit de continuer à vendre dans la rue.

35La libération des rues du centre n’a duré que quelques mois. Dès le mois de septembre 1986, la municipalité doit multiplier les déclarations de fermeté face au retour de vendeurs autour des marchés et dans certaines rues du centre. En février 1987, la police expulsa par la force 600 « ambulants ». Une nouvelle fois, en mars 1987, une partie des commerçants relocalisés dans des marchés reprennent possession des rues du centre. La 28 de octubre accuse les autorités de n’avoir pas respecté leurs engagements : non seulement les nouveaux centres commerciaux ne sont pas totalement finis et de nombreuses malfaçons persistent, mais les travaux d’accompagnement - ouverture de nouvelles avenues, réorganisation de services de transports collectifs, introduction de bureaux d’administration et de guichets de banque - qui devaient permettre la réussite de la décentralisation commerciale n’ont pas été réalisés.

36L’espace central est l’enjeu d’une épreuve de force permanente entre les autorités et les commerçants « ambulants ». En août 1987, les forces de police encerclent une partie du centre correspondant à la principale zone de concentration de commerçants « ambulants » (de la 10 à la 20 poniente-oriente, de 5 de mayo à la 7 poniente), pour empêcher les commerçants de s’installer. Ce bouclage du centre est justifié formellement par la nécessité de permettre la réalisation des travaux de pavage des rues. De nouvelles interventions des forces de police eurent lieu en novembre 1987 et en avril 1988. Les municipalités successives ont créé des corps de police spécialisés dans le contrôle et la répression des usages non légitimes de la rue. En juin 1995, les commerçants des marchés et les « ambulants » demandent la suppression de la direction des voies publiques du municipe, accusée d’être un groupe armé violent. Les associations de commerçants et les journaux locaux publient régulièrement des photos pour stigmatiser l’incapacité des autorités à contrôler le retour des « ambulants ». Les représentants de la chambre de commerce de Puebla dénoncent violemment la concurrence illégale des commerçants « ambulants » qui ne payent pas d’impôts et dont une partie vend des articles de contrebande (fayuca).

37Les principales fêtes nationales ou religieuses constituent un enjeu particulier, les organisations revendiquant une tolérance traditionnelle leur permettant de s’installer dans le centre et en particulier autour du zócalo. Certaines années l’administration municipale oppose un veto bien difficile à faire respecter, nécessitant une nombreuse présence policière dans les rues du centre-ville. Le plus souvent, seuls les membres d’associations proches du pouvoir obtiennent une autorisation exceptionnelle. L’association des commerçants du centre de la ville propose d’autoriser, pendant les fêtes de fin d’année, les commerçants « ambulants » à s’installer uniquement dans une partie du centre, entre la 10 et la 18 poniente, c’est-à-dire de les rejeter au nord du centre. La municipalité autorise d’ailleurs à certaines dates les commerçants « ambulants » à s’établir entre la 14 et 18 poniente, c’est-à-dire à reconstruire un tianguis dans les zones les plus populaires du centre. Dans ces conflits de position, des groupes de vendeurs peuvent tenter de pérenniser une position acquise pendant une période de fête. Les tolérances traditionnelles à renégocier chaque année constituent aussi pour les pouvoirs locaux un instrument de pression sur les différentes organisations, une récompense possible pour des leaders proches de certains représentants du PRI.

38Depuis 1988 de nombreux commerçants « ambulants » ont repris place au sein de l’espace central. En 1993, 2 300 vendeurs ont été recensés dans le centre et 1 000 autour de la gare routière, un nouveau programme de réaménagement commercial est mis en place. La commune a replacé les « ambulants » sur des terrains dans le centre ou à proximité, en réutilisant une partie des terrains laissés libres par les terminaux d’autobus délocalisés. La majorité des organisations - 20 sur 22 - a accepté cette relocalisation.

Principal mouvement d’opposition au pouvoir local

39L’Union populaire de vendeurs « ambulants » 28 de octubre existe depuis 1973 et l’expulsion violente des commerçants d’une partie du centre. Dès sa création, elle adopta une stratégie d’opposition aux pouvoirs locaux du PRI et de proximité avec des mouvements universitaires ou populaires de gauche ou d’extrême gauche. En 1988, les responsables de l’Union déclarent affilier plus de 3 015 commerçants « ambulants ». C’est une des principales organisations indépendantes sur la scène locale, alors que les syndicats sont pour la plupart liés au régime et que les rapports entre l’université et le gouvernement ont été pacifiés dans les années 1980. A l’échelle du Mexique, il s’agit de la plus grande organisation de vendeurs ambulants d’opposition et de la seconde instance de représentation d’ambulants après celle de Tepito qui est liée à la CNOP (Castillo Palma, 1984 :261).

40La 28 de octubre est devenue, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, une organisation qui dépasse la simple défense de l’intérêt des commerçants « ambulants », elle milite pour la régularisation de lotissements illégaux de la périphérie, négocie la mise en place de programmes de logements sociaux, distribue des autorisations de taxis, gère des lignes de minibus, protège des taxis fonctionnant sans autorisation, appuie des locataires de vecindades. L’élargissement de son champ d’action repose en partie sur les bénéfices obtenus grâce à sa position de force au moment des négociations pour la délocalisation. Face aux tentatives de division, la 28 de octubre cherche à maintenir un strict contrôle de ses membres au prix d’une absence de démocratie interne et de recours à la coercition, stigmatisés par certains commentateurs comme une dérive mafieuse. Le leader de la 28 octobre revendique un fonctionnement conforme au « centralisme démocratique » qui oblige l’individu à se soumettre à l’organisation.

  • 7 Ruben Sarabia Sanchez alias Simitrio Tzompazquelitl.

41Après la libération des rues du centre et la répartition des commerçants de la 28 de octubre dans plusieurs marchés, le conflit avec les autorités locales se déplace sur l’occupation de terrains et des espaces publics autour de la gare routière et des nouveaux marchés. Les malfaçons ou les délais dans la livraison des nouveaux marchés constituent un autre élément du conflit. Ne contrôlant plus les rues du centre, minée par les conflits internes et par 1’apparition de nouvelles organisations, le poids de la 28 de octubre sur la scène politique locale a fortement diminué. Le conflit avec le gouvernement va jusqu’à l’arrestation de dirigeants de la 28 de octobre, dont son principal leader7, en 1989 à la suite d’un complexe enlèvement d’un entrepreneur local et d’une accusation de trafic de drogue, de séquestration et de port d’armes.

  • 8 FCEP : Frente civivo y popular del Estado de Puebla, Front civique et populaire de l’Etat de Puebla
  • 9 UPR : Union popular revolucionaria, Union populaire révolutionnaire.
  • 10 CONAMUP : Coordinadora nacional del movimiento urbano popular, Coordination nationale du mouvement (...)
  • 11 UGOCP : Union general de obreros y campesinos de Puebla, Union générale des ouvriers et paysans de (...)
  • 12 Certains secteurs du syndicat ou d’organisations d’étudiants de l’Université Autonome de Puebla, à (...)
  • 13 FAR : Frente de activistas revolucionarios, Front d’activistes révolutionnaires, UGOCEM : Union gen (...)

42En 1990, la 28 de octubre a formé, avec une union de femmes au foyer et le Front civique et populaire de l’Etat de Puebla8 un parti politique local, l’Union populaire révolutionnaire9. Au niveau national, la 28 de octubre participe aux tentatives de coordination des mouvements populaires urbains10, et en 1993 à la création de l’Assemblée nationale du mouvement urbain, avec l’UGOCP11 et une vingtaine d’autres organisations. Les membres de la 28 de octubre participent et soutiennent les mouvements populaires d’opposition aux pouvoirs locaux12. Les alliances de la 28 de octubre consacrent une stratégie révolutionnaire de formation et de soutien a des mouvements populaires autour de militants et de groupes issus de formations d’extrême gauche (FAR, UGOCEM-ROJA, FROCEP13) refusant les évolutions de l’ex-parti communiste (PSUM puis PRD) vers la lutte électorale.

Ambulants et système politique local

43Les relations entre les organisations de commerçants « ambulants » et les autorités locales sont caractérisées par un processus constant de conflits et négociations, alternant laisser-faire et répression. Chaque nouvel accord donne lieu à la création d’associations dissidentes sur la base de leaders qui n’acceptent pas la négociation ou, à l’inverse, une fraction des groupes tentant l’épreuve de force avec les autorités en s’implantant dans une nouvelle zone peut accepter une relocalisation négociée et créer une nouvelle organisation.

44Les vendeurs « ambulants » sont devenus des pions sur l’échiquier politique local et un enjeu dans les stratégies de carrière de certains membres de l’administration ou du PRI. Les commerçants « ambulants » forment une clientèle toujours disponible pour la démonstration de l’ancrage « populaire » d’un leader du parti ou pour des manifestations d’appui au régime. Plusieurs groupes de commerçants ont choisi de s’affilier au PRI pour bénéficier d’une position de force ou de traitements de faveur. Les représentants de la 28 de octubre dénoncent les organisations liées au parti hégémonique qui profitent de leur appui politique pour reprendre place dans le centre, et accusent en particulier, en 1988, le président du comité municipal du PRI de contrôler directement plus de 250 « ambulants » de la principale artère piétonne et commerçante du nord du centre (5 de mayo).

45Les pouvoirs politiques locaux ont cherché à diviser les organisations et en particulier la 28 de octubre. Chaque leader tente de rendre son groupe autonome sur la base d’une négociation directe avec les représentants des pouvoirs locaux. Une alliance entre les associations liées au PRI est reconstruite dans un deuxième temps par l’intermédiaire des leaders politiques locaux à la fin des années 1980. Le dirigeant du PRI dans l’Etat, Victor Islas Hernandez, se présente comme l’intermédiaire entre les commerçants et la municipalité. Le contrôle et la représentation des commerçants « ambulants » constituent des enjeux au sein des rapports de force internes du PRI local.

  • 14 Comercio informal institucional, Frente nacional de organizaciones y ciudadanos.

46Le processus de négociation a conduit à l’éclatement des organisations représentant les intérêts des vendeurs « ambulants ». La 28 de octubre accuse les pouvoirs locaux de manoeuvres visant à rompre l’unité des vendeurs ; la Corriente Renovadora, dissidente de la 28 de octubre, a intégré le secteur populaire du PRI. En septembre 1993, les représentants de 40 organisations de commerçants « ambulants » - dont 20 représentées dans le centre de la ville - ont tenu la première rencontre du Commerce informel institutionnel14 (sic) dans le cadre du Front national d’organisations et de citoyens. Cette rencontre cherche à démontrer que l’époque des affrontements est terminée et que l’alliance entre le PRI et les organisations d’ambulants doit permettre de trouver des solutions acceptables par tous. Le secrétaire général du Front, Rodolfo Budib Lichte, membre d’une famille d’entrepreneurs libanais et homme politique du PRI, demande aux « ambulants » de proposer des solutions.

47Les commerçants « ambulants » sont devenus une clientèle, y compris pour l’opposition de droite traditionnellement liée aux secteurs de la bourgeoisie locale et de la chambre de commerce, stigmatisant l’occupation des rues du centre comme symbole du sous développement et de la mauvaise gestion des autorités priistes. Fin 1993, la député du PAN. Ana Teresa Aranda de Orea. affirma son soutien aux commerçants « ambulants » en considérant que les nouveaux marchés sont trop éloignés du centre, un autre dirigeant du PAN, Francisco Fraile, déclare comprendre et soutenir la révolte des vendeurs « ambulants » contre le gouvernement.

48Cependant, après la prise de fonction d’un président municipal du PAN en 1996, on note le retour d’organisations « d’ambulants » dans certains secteurs du centre. Le contrôle de l’espace de la rue est de nouveau au cœur des conflits locaux : la municipalité refusant d’assumer ce rôle particulièrement conflictuel demande au gouvernement de l’Etat de maintenir les rues libres de commerçants. Certains évoquent une incitation des autorités du PRI local cherchant à placer les nouvelles autorités municipales dans une situation difficile, alors même que le PAN avait utilisé un rapprochement avec certaines organisations de commerçants « ambulants » au moment de la campagne.

49L’implantation d’un commerçant dans la rue se fait grâce à l’encadrement par une organisation qui prend en charge la négociation du statu quo avec les autorités municipales. Le droit d’utiliser les trottoirs et les rues du centre fait l’objet d’une gestion politique, sociale et urbaine. Le laisser-faire est toujours négocié. A Puebla, la question du commerce de rue se doublait d’un problème politique de première ampleur, le contrôle des rues du centre par une organisation fortement structurée, très organisée et combative qui résista aux tentatives de répression, cooptation ou éclatement de plusieurs gouvernements successifs. L’ingénierie politique traditionnelle fut insuffisante pour réduire ce conflit. Une fois replacée dans des marchés périphériques, la visibilité de la présence de la 28 de octubre est moins importante. Les autorités ont pu poursuivre leur entreprise de dilution de l’organisation, facilitée par les conflits entre différents leaders, groupes de commerçants des nouveaux marchés. Selon Gareth Jones et Ann Varley, les « ambulants », en acceptant de quitter le centre, auraient perdu « l’identité spatiale » qui seule avait permis d’unifier des types différents de commerçants (Jones, Varley, 1994). Les commerçants « ambulants » ont quitté les rues du centre, mais les conflits persistent dans les nouveaux marchés, périodiquement des manifestations reprennent possession du centre-ville. Par ailleurs d’autres groupes se sont installés dans les rues du centre.

50Après la délocalisation de 1986, l’établissement dans certains secteurs du centre de commerçants ambulants transgressant les interdits municipaux peut aussi être analysée comme une invasion visant à ouvrir une négociation avec les autorités locales. La prise de contrôle par une organisation de parties de l’espace public oblige à l’ouverture de négociations, devant la difficulté d’une éviction par la force qui, fortement médiatisée, offrirait une image de conflits urbains violents préjudiciables pour l’ensemble des acteurs politiques locaux, démontrant ainsi leur incapacité du maintien d’un statu quo négocié. Les représentants des organisations déclarent être conscients de l’impossibilité de rester indéfiniment dans la rue, et acceptent la relocalisation contre une prise en compte de la volonté de leurs adhérents de s’établir comme commerçants dans une zone de tianguis permanent ou dans un marché municipal ; dans certains cas les contreparties peuvent être d’un autre ordre : attribution d’autorisations d’exploitation de taxi ou de microbus, de lots dans des lotissements populaires périphériques. En ce sens la relation de négociation mise en place est du même ordre que celles des invasions de terrains périphériques, qui le plus souvent mettent en jeu des terrains publics ou sur lesquelles les pouvoirs publics ont des projets non pour tenter une réelle appropriation mais pour rendre possible une négociation permettant l’attribution d’un autre terrain (Melé, 1986 ; 1994). Dans le cas d’une prise de contrôle des rues du centre, les organisations ont intérêt à tenter de maintenir le statu quo le plus longtemps possible.

51Les représentants des organisations revendiquent la référence au tianguis comme forme traditionnelle d’activité et de commercialisation. Les dirigeants de la 28 de octubre militent pour un droit à s’installer sur les espaces publics face à la défaillance des pouvoirs publics à créer les conditions pour une distribution et commercialisation moderne dans la ville. Le bon fonctionnement des étals dans la rue est utilisé comme argument pour démontrer leur nécessité pour le fonctionnement de la ville et le bon approvisionnement des populations.

52Pour justifier la transgression des réglementations municipales sur l’usage de la rue, les organisations d’ambulants évoquent un droit au travail pour des populations sans emplois et un droit au libre commerce. Alors que les commerçants établis leur opposent le respect de leur activité légale et de la liberté de circulation remise en cause par la congestion et la présence « d’ambulants » cachant leur vitrine. Le discours des autorités publiques reconnaît les difficultés d’emplois et les causes macro-économiques à l’origine de la multiplication des vendeurs de rue, mais tentent d’en circonscrire l’importance et de faire valoir la légitimité du contrôle des usages de la rue. Dans le cadre de la relocalisation dans des nouveaux marchés, l’attribution d’un patrimoine familial est évoquée avec l’utilisation d’une rhétorique proche de celle de la gestion et de la régularisation des espaces périphériques.

Informalité et commerce de rue

53Les discours sur la lutte contre le commerce « ambulant » utilisent souvent un vocabulaire militaire, il s’agit de reconquérir l’espace public, de libérer les rues du centre, de gagner la « bataille » du centre-ville, d’empêcher pour un déploiement de force le retour des commerçants. L’extension de la zone « d’ambulants » est assimilée à une prise de contrôle du centre par des pratiques populaires.

54Cette libération du centre semble se référer à une situation antérieure d’une ville qui n’était pas défigurée par les commerçants de rue. Or, à Puebla, il a été impossible de dater le développement du commerce de rue qui semble avoir, sous une forme ou sous une autre, toujours existé dans le centre. Si certaines analyses considèrent que la prolifération du commerce « ambulant » caractérise la situation récente de crise économique et de sous développement, il n’est pas possible de se référer à un fonctionnement de la ville où l’ensemble de l’approvisionnement se faisait par l’intermédiaire de commerces ou de marchés couverts. Non seulement le tianguis périodique constitue un antécédent de la prise de contrôle des rues par des marchands, mais autour des marchés, des places et dans une partie du centre les commerces de rue ont toujours existé, ainsi que les « vrais » commerçants « ambulants » marchant dans les rues. Ce qui est nouveau, c’est l’ampleur du phénomène, le contexte politique de conflits entre les commerçants et les autorités locales et la stigmatisation du problème « ambulants » comme principale manifestation de la crise urbaine du centre.

55L’analyse sur un temps long des conflits pour le contrôle des rues du centre montre qu’à Puebla l’existence des commerçants « ambulants » constitue la poursuite d’un processus ancien caractéristique des relations entre vente dans la rue, tianguis, et construction de marchés municipaux. Les marchés existants ont été le plus souvent construits pour abriter des commerçants de rue. A l’extension et la pérennisation du tianguis, au débordement des marchés sur la rue fait suite une intervention publique relocalisant les commerces dans des marchés couverts. Or, depuis le début des années 1970 ce système est en crise, la construction de nouveaux marchés ne permet plus d’absorber une part significative des nouveaux commerçants et le nombre de commerçants de rue a fortement augmenté. Les commerçants des marchés couverts, pour beaucoup anciens « ambulants », se mobilisent pour demander aux autorités publiques de faire respecter l’interdiction de vente dans les rues. Par ailleurs, pour certains secteurs de la société locale l’existence d’un marché urbain permanent dans les rues est devenue un signe inacceptable du retard de la modernisation de la ville et de la dégradation du centre. Les journaux publient des photographies des rues du centre encombrées de commerçants en sommant la municipalité de prendre des mesures.

56Entre les années 1970 et 1983, une grande partie des rues du centre-ville a été occupée par un marché (tianguis) permanent, le nombre de commerçants augmentant progressivement. Toutes les tentatives d’évictions sans relocalisation furent des échecs, chaque durcissement des autorités locales a contribué au renforcement de la cohésion des organisations de commerçants et à l’émergence d’une organisation hégémonique d’opposition. Les autorités locales semblaient avoir abandonné le terrain en laissant les commerçants de rue s’établir autour du marché la Victoria et vers le nord et le marché de la 18 poniente. La présence des marchés et des grossistes, de nombreux ambulants de fruits et légumes renforce l’image d’un vaste tianguis permanent au cœur de la ville.

57Le conflit n’a pu être résolu que par la mise en place d’un programme de création de nouveaux marchés dans les périphéries, élément d’un plan de déconcentration commerciale du centre de la ville, qui doubla pratiquement 1’offre commerciale dans les marchés de la ville. Malgré l’ampleur de ce processus, les rues du centre conservent leur pouvoir d’attraction pour de nouveaux commerçants, pour ceux s’estimant mal lotis dans les nouveaux marchés, ou simplement pour des commerçants cherchant à diversifier leurs lieux de vente. La présence de la foule constitue une opportunité dont les actions répressives ne peuvent éliminer le grand pouvoir attractif. Malgré les crises successives, la chute du pouvoir d’achat, la ville semble toujours en mesure d’absorber un élément de plus dans la chaîne de commercialisation, même si pour de nombreux commerçants la rémunération devient minime. Pour les anciens « ambulants » les rues du centre restent le souvenir d’un âge d’or, la présence constante de la foule multipliait les opportunités de vente, malgré les conditions matérielles plus difficiles, la précarité et le fait qu’ils sont maintenant propriétaires de leur local.

58Le développement d’une offre commerciale dans les rues du centre-ville en dehors des établissements commerciaux et des marchés n’est pas caractérisé par l’informalité de personnes utilisant la vente dans la rue comme unique moyen de survie. Il s’agit d’un investissement à analyser comme une stratégie « professionnelle », chaque emplacement devant être acheté ou loué, et « négocié » avec les organisations, dans certains cas l’investissement en marchandises est important. Les « ambulants » sont dans leur grande majorité les derniers intermédiaires de la chaîne de distribution. Même en ce qui concerne les petits vendeurs de fruits et légumes sur le sol présentant l’image de populations indigènes, il ne s’agit pratiquement jamais de producteurs ou d’artisans. Comme dans les tianguis (Schott, 1985), la majorité des personnes présentes, même lorsqu’elles proviennent des localités proches, achètent leurs produits aux grossistes de la ville ou sur le marché la Victoria pour les revendre dans la rue. En ce sens la comparaison entre les zones de commerçants « ambulants » et un tianguis permanent semble tout à fait valide, il semble d’ailleurs qu’une partie des ambulants de produits frais ne recourent à la vente dans la rue que de manière périodique, reproduisant directement le type de rapport à la ville du tianguis.

59Quoi qu’il en soit, la possibilité de devenir commerçant avec un investissement minimal constitue une opportunité pour de nombreux habitants de la ville. Suivant le type de produit, la localisation du banc, cette activité peut constituer une ressource majeure fortement professionnalisée. ou simplement une entrée minimum d’argent permettant de stabiliser l’économie familiale. Refuge en cas de perte d’emploi, deuxième activité de salariés, appoint pour de jeunes étudiants, ou profession permettant d’obtenir rapidement des ressources plus importantes que celles des ouvriers et employés, l’activité commerciale, sous toutes ses formes, attire. Le commerce de rue n’est qu’une des formes professionnalisées de cette activité d’achat/vente pratiquée par une grande partie de la population sous une forme domestique (revente de produits aux amis, connaissances, voisins, collègues) ou réellement ambulantes (démarchage à domicile ou sur les lieux de travail). On a noté qu’il n’existe pas de différences structurelles entre les commerçants de rue et les commerçants des marchés couverts, de nombreux commerçants des marchés ont commencé dans la rue, et un banc bien placé dans la zone « d’ambulants » assurait des revenus plus importants que ceux de nombreux commerçants des marchés. Par ailleurs une partie des « ambulants » sont des employés au service de commerçants fixes, des marchés ou « d’ambulants » accaparant plusieurs bancs. Plus qu’une simple « armée industrielle de réserve » autorisant la flexibilité du marché de l’emploi, le commerce de rue, au même titre que les marchés, constitue une des fonctions de base de la ville, autorisant l’activité d’une part significative de la population grâce à la démultiplication des modalités de l’approvisionnement.

Notes

1 Déclaration d’un représentant des locataires du marché la Victoria, Sol de Puebla, 18/10/86.

2 Confederación nacional de organizaciones populares, Confédération nationale des organisations populaires, organisation constituant un secteur du PRI.

3 German Mendez. L’Union de locatarios, comerciantes en pequenos y ambulantes de la Victoria regroupe la majorité des locataire, le Comité Pro Defensa de la Victoria formé par 200 à 250 vendeurs s’opposa plus longtemps à la délocalisation, par ailleurs les commerçants de vêtements possèdent leur propre organisation (150 personnes).

4 cf. Josefina Aranda (1982 :136).

5 Camara de la propiedad urbana.

6 Unión popular de Vendedores Ambulantes 28 de octubre (UPVA-28).

7 Ruben Sarabia Sanchez alias Simitrio Tzompazquelitl.

8 FCEP : Frente civivo y popular del Estado de Puebla, Front civique et populaire de l’Etat de Puebla.

9 UPR : Union popular revolucionaria, Union populaire révolutionnaire.

10 CONAMUP : Coordinadora nacional del movimiento urbano popular, Coordination nationale du mouvement urbain populaire.

11 UGOCP : Union general de obreros y campesinos de Puebla, Union générale des ouvriers et paysans de Puebla.

12 Certains secteurs du syndicat ou d’organisations d’étudiants de l’Université Autonome de Puebla, à une époque le syndicat indépendant de Volkswagen, les ejidatarios expropriés par le gouvernement de l’Etat, les paysans opposés à la construction de puits pour approvisionner la ville en eau, l’Union de Barrios qui proteste contre le projet de rénovation de San Francisco.

13 FAR : Frente de activistas revolucionarios, Front d’activistes révolutionnaires, UGOCEM : Union general de obreros y campesinos de Mexico, Union générale des ouvriers et des paysans du Mexique, FROCEP : Frente regional obrero estudientil y popular, Front régional ouvrier étudiant et populaire.

14 Comercio informal institucional, Frente nacional de organizaciones y ciudadanos.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable