Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Requalification du centre-ville

Texte intégral

Protection du patrimoine historique

Emergence d’un intérêt pour la préservation des monuments

1Jusqu’aux années 1930, les pouvoirs publics n’interviennent pas sur le tissu urbain central au nom de la protection du patrimoine, mais de l’embellissement, la salubrité et la rationalisation du fonctionnement de la ville. A la fin du xixe, les autorités municipales cherchèrent à imposer aux propriétaires la reconstruction des bâtiments détruits par les conflits armés. En 1887, un règlement municipal de lutte contre les édifices dangereux sommait les propriétaires d’entretenir leurs immeubles. Les autorités publiques étaient dotées de la capacité d’obliger les propriétaires à réaliser les travaux ; une période d’un an était prévue pour la réfection des façades, qui devient obligatoire tous les six ans. Après la révolution, une nouvelle étape de mesures hygiénistes tente d’améliorer l’entretien des rues et de réglementer les usages du centre. Dans les années 1920, obligation est faite aux propriétaires de laver la rue, pour lutter contre les épidémies. En 1925, pour limiter la pollution de l’air, l’implantation de fabriques textiles dans le centre est interdite ; un périmètre de protection de cinq îlots est délimité autour du zócalo. Les industries sont aussi interdites autour de l’avenue la Paz et du Paseo Nuevo (Hernandez Enriquez, 1988).

2A partir des années 1930, les pouvoirs locaux issus de la révolution manifestèrent un intérêt pour certains monuments. Une première législation locale de protection a été adoptée en 1932 ; une zone typique est délimitée autour du zócalo et une première liste de monuments fut élaborée en 1937. Celle-ci répertorie 255 édifices coloniaux. Une des conséquences de la publication de ce catalogue fut, a contrario, de délimiter l’ensemble des bâtiments qui pouvaient être démolis (Castro Morales, 1973 : 114). A cette époque, les interventions sur les édifices historiques cherchent à renforcer l’image coloniale, certains monuments sont recouverts d’azulejos pour leur donner un cachet plus historique, des édifices coloniaux sont démolis et remplacés par des pastiches en style colonial. En 1952, une nouvelle loi supprime la délimitation de la zone typique, après cette date les destructions les plus importantes se feront avec l’autorisation d’une commission de monuments et de la direction des travaux publics du gouvernement de l’Etat. En 1967, une nouvelle législation locale protège plus efficacement les monuments coloniaux mais ne prend pas en considération les constructions du xixe siècle.

3L’essor économique et la croissance de la ville dans les années 1940-1970 impulsa de nombreuses constructions dans le centre causant la disparition d’édifices historiques. La démolition d’édifices anciens et leur remplacement par des immeubles modernes est alors considérée comme un signe d’accès à la modernité. Banques, hôtels, édifices de bureaux, grands magasins dans les rues proches du zócalo, et dans tout l’espace central, des immeubles d’appartements remplacent des bâtiments historiques par une architecture moderniste. On dénombre la destruction de 140 monuments importants entre 1940 et 1970, au total 30 % des bâtiments hérités ont été détruits à cette époque.

  • 1 Comité defensor dei patrimonio cultural poblano A. C.
  • 2 18 du xvie, 285 du xviie, 487 du xviiie, 800 du xixe, un du xxe, cf. Gobierno del estado de Puebla (...)

4En 1954, un nouveau terminal d’autocars fut construit à la place d’un édifice du xvie. A la même époque, l’édification d’une grande surface d’habillement (Almacenes Rodriguez) remplaça, en face de la Cathédrale, un édifice du xviie. A proximité, la Casa del Dean (xvie) est en partie détruite pour construire un cinéma. Ces destructions touchant des monuments coloniaux furent à l’origine de la mobilisation d’un groupe d’artistes, historiens et d’intellectuels qui permit de sauver une partie de la Casa del Dean. La première association locale militant pour la protection du patrimoine et s’opposant aux destructions fut créée en 1952, autour d’un groupe de graveurs, illustrateurs et peintres. Cette association fut transformée en 1971 en Comité de défense du patrimoine culturel de Puebla1. Le premier centre régional de l’TNAH fut ouvert en 1958, une nouvelle liste de 822 monuments est dressée en 1966. En 1970, Efrain Castro Morales dénombre 1 591 édifices ayant une valeur historique2.

5A cette époque, au sein d’un microcosme artistico-intellectuel local prédomine le sentiment que les autorités et les habitants ne sont pas à la hauteur de l’héritage architectural de la ville, comme le formule Miko Viya (1991), en préface de chroniques exaltant la grandeur passée et la douceur de vivre dans la ville coloniale opposées aux dégradations contemporaines et à l’agitation politique dégradant le centre par la peinture de slogans sur les murs : « Puebla est une ville trop belle et noble pour les gens qui y vivent. Ils ne la méritent pas ». Le rôle de l’intellectuel amoureux de sa ville serait dès lors de multiplier les interventions didactiques pour modifier la perception dominante de l’héritage historique. Cette référence à un temps historique idéalisé est aussi une perception élitiste de la ville, la dégradation ayant pour cause la modernité mais surtout la croissance urbaine rapide et la généralisation de l’habitat populaire dans le centre.

Outils et instances de protection du patrimoine

  • 3 La zone de protection de Puebla est divisée en une zone A de 597,4 hectares et une zone B de 101,5 (...)

6Le décret fédéral de zone de monuments historiques de Puebla fut publié en 1977. Il s’agit, on l’a vu, du troisième décret fédéral adopté après la loi de 1972 (après San Cristobal de las Casas et Oaxaca), c’est la première zone délimitée dans une ville importante où le centre est soumis à la pression de la croissance urbaine rapide. Puebla fut prise en compte en 1987 avec Mexico et Oaxaca dans la première vague de classement sur la liste du patrimoine mondial. La zone de monuments historiques particulièrement ample, près de 7 km2 et 391 îlots3 (troisième zone en superficie après Mexico et Mérida), comporte 2 619 monuments. C’est la deuxième zone pour le nombre de monuments après Merida, elle réunit 1 200 monuments de plus que le centre historique de Mexico (1 436 monuments). La plus grande partie des immeubles protégés correspond à des constructions du xixe siècle (57 %), 18 % du xviiie, 23 % du xviie et seulement un pour cent du xvie siècle. Les monuments historiques représentent près de 40 % des 6 639 bâtiments de la zone. Si l’on exclut du calcul la zone des forts de Loreto et Guadalupe, espace vert de 1,2 km2, la densité de monuments est la plus importante des 41 zones fédérales.

7En 1987, un Conseil consultatif du centre historique fut mis en place. Il s’agit d’une instance de concertation entre la municipalité, le gouvernement de l’Etat, les représentants du gouvernement fédéral, et 106 organisations dont les universités, les chambres de commerces et d’industries, les syndicats, les clubs et associations. Créé en 1991, le Conseil du centre historique conserve un rôle de concertation entre les différentes instances chargées de la protection du patrimoine et des organisations de la « société civile », mais est doté de facultés de contrôle et de proposition pour la protection et la valorisation du patrimoine. Cette nouvelle instance, présidée conjointement par le gouverneur et le maire, est plus proche institutionnellement de la municipalité, elle s’implante symboliquement au coeur des barrios dans un monument historique réhabilité à l’emplacement de la première fondation de la ville. Selon un décret de création, le conseil doit contrôler le respect des mesures de protection du patrimoine et effectuer les travaux de restauration, réhabilitation, entretien ou promotion immobilière nécessaires à la protection du patrimoine. Néanmoins cet organisme est doté de peu de moyens et se limite à une fonction de promotion culturelle et à un rôle consultatif auprès de la municipalité pour l’établissement de programmes et de normes pour l’intervention dans le centre.

Restauration des monuments historiques

  • 4 Selon les chiffres du centre régional de l’INAH cités par Gareth A. Jones, Ann Varley (1994).
  • 5 Relevé de l’auteur à partir de la correspondance entre l’INAH et les propriétaires, Centre régiona (...)

8Les autorisations par l’TNAH de travaux et de ventes dans la zone fédérale montrent un processus de restauration relativement lent. Entre 1980 et 1993, l’INAH a autorisé 230 projets de restauration et 170 ventes d’immeubles4. Les mutations de propriétés sont peu dynamiques avant 1984, plus nombreuses entre 1984 et 1987, et se situent entre 10 et 20 par an après 1988. L’annonce du programme de remodelage du centre a donc impulsé de nombreux achats cherchant à anticiper les mutations de l’image du centre, le départ des ambulants et les nouvelles potentialités offertes par le centre-ville réhabilité. Les autorisations de restauration sont plus nombreuses après 1988, date à laquelle les principales mesures de réorganisation des flux ont été réalisées. Les liens entre restauration et changement de propriétaire sont faibles ; dans seulement 10 cas un permis de vente est suivi d’une restauration et six cas concernent une restauration antérieure à une vente. Ces statistiques concernent les projets de restaurations « lourdes » justifiant non seulement une demande de permis mais visites et expertises de l’INAH. La dynamique des travaux entrepris au sein de la zone fédérale est plus importante. Une étude des archives de la direction des monuments du centre régional de l’INAH en 19895 fait apparaître non seulement 22 autorisations de projets de restaurations « lourdes » et 10 ventes, mais 18 autorisations de constructions nouvelles (souvent des étages ou des pièces supplémentaires), 100 autorisations de nouvelles ouvertures de portes ou fenêtres, 25 de peinture d’édifice. Les autorités de contrôle ont aussi un rôle coercitif, en 1989, 31 chantiers ont été arrêtés à la suite de visite de terrain, il s’agit soit de travaux sans autorisation soit de chantiers autorisés ne respectant pas les projets.

9Les autorités municipales ont mis en place des programmes d’aide au ravalement des façades. Cependant, il n’y a pas de continuité des procédures, chaque équipe municipale propose son propre programme avec différentes mesures d’incitations : gratuité des démarches administratives, exemptions d’impôts ; la municipalité peut fournir la main d’œuvre ou la peinture. Or, il n’existe aucune procédure d’alignement obligeant les propriétaires à entretenir régulièrement les façades. Certains secteurs qui ont fait l’objet d’une action sur l’image urbaine au début des années 1980 présentent aujourd’hui une image dégradée. En 1993, le Conseil du centre historique relance une nouvelle étape de l’amélioration de l’image des rues du centre, en commençant par la principale rue piétonne : 5 de mayo. Le centre régional de l’INAH tente d’impulser le curetage des îlots et des patios, mais aussi la libération des entrées occupées par des commerces. Dans la zone d’ambulants, mais aussi dans l’ensemble de l’espace urbain dense, ce type d’usage s’est généralisé essentiellement sous la forme de vente d’en-cas, mais aussi de commerces de vêtements ou de chaussures : depuis la personne âgée ou l’enfant dans l’entrée d’une vecindad sur une chaise avec un panier, jusqu’à de véritables vitrines construites sur une partie de l’entrée des édifices de logements. Le comité de défense du patrimoine historique a réalisé en 1990 un relevé de 500 monuments dont les entrées sont occupées par des commerces. L’INAH, sur la base de ses propres visites de contrôle, met en demeure les propriétaires de libérer les entrées.

10L’adaptation des édifices historiques à un usage commercial est une cause ancienne de destruction ou de modification de la structure des bâtiments. Ce fut le cas pour le stockage de fruits et légumes par les grossistes, mais plus récemment ce sont les nouveaux investissements de chaînes de magasins de chaussures qui ont été dénoncés par les associations de protection du patrimoine. Dans certains immeubles, le patio est fermé pour constituer une ample surface de vente. Il semble d’ailleurs que certains propriétaires de magasins de chaussures aient une politique systématique d’achat d’immeubles historiques.

11Un type particulier de restauration s’est développé récemment à Puebla, induisant une mutation des pratiques du centre. Il s’agit de la création d’enclaves restaurées dans des quartiers non valorisés : des monuments sont réhabilités pour être transformés en un type d’espace nouveau comportant hôtels, restaurants et boutiques touristiques. Leur emplacement dépend des possibilités d’achat des édifices plus que des activités proches, ces restaurations lourdes sont le résultat d’investissements importants de la part d’acteurs souvent liés à des hommes politiques locaux qui ont pu s’assurer le contrôle des bâtiments au moment de leur passage à la municipalité ou grâce à leur proximité avec le système politique local. Ce nouveau type d’espace connaît un vif succès d’abord auprès de la population locale, qui intègre ces nouveaux espaces dans leurs pratiques de déjeuners familiaux du dimanche, de déjeuners politiques ou d’affaires ou de dîners. Certains de ces nouveaux espaces se trouvent dans des zones où la classe moyenne et la bourgeoisie poblanaise auraient jugé impensable de se rendre dîner il y a encore quelques années. Ces espaces commerciaux sont, comme les édifices historiques, tournés vers l’intérieur ; des terrasses prennent place sur les patios. Sur un mode mineur, la réfection de restaurants existants ou l’implantation de nouveaux petits restaurants, diffuse au sein des espaces des barrios et du « centre commercial populaire » une mutation des pratiques impulsant des travaux d’amélioration des édifices.

Restauration à usage culturel et éducatif

12Ancien collège jésuite, l’Université Autonome de Puebla a fonctionné dans le centre à l’est du zócalo jusqu’à la construction d’un campus en périphérie en 1968. Après cette date seule l’administration, des centres de recherche et certaines facultés ont été maintenues dans le centre, au sein de l’édifice Carolino et dans des édifices historiques proches. A partir de 1982, les autorités universitaires adoptèrent une stratégie systématique de croissance dans le centre par acquisition et restauration d’immeubles historiques. Pour les autorités de la UAP, il s’agit non seulement de participer à la préservation du centre historique mais d’affirmer une position sur les rapports entre l’université et la ville. La répartition des fonctions universitaires dans le centre permettrait une meilleure insertion de l’université dans la société locale ; musées, bibliothèques, expositions et spectacles organisés par l’université sont ouverts à l’ensemble de la population. Au total, une quinzaine d’édifices ont été restaurés. Localisés principalement à proximité de l’édifice Carolino, ils forment entre le zócalo et le boulevard 5 de mayo une véritable zone universitaire dispersée dans le tissu urbain. Plus éloignés du Carolino, d’autres monuments sont réaménagés pour accueillir des lycées dépendant de l’université. Avec le gouvernement de l’Etat, la municipalité et les fondations, l’Université Autonome de Puebla est devenue un des principaux acteurs de la restauration et de la mutation des fonctions des monuments historiques. L’action de la UAP renforce aussi la tendance au développement de la fonction éducative dans le centre ; c’est une fonction traditionnelle qui se développe avec un recrutement sur l’ensemble de la ville, y compris dans la partie populaire du centre. On dénombre neuf écoles maternelles, 18 écoles secondaires, 12 lycées, 16 établissements d’enseignement supérieur, quatre écoles d’art, 53 académies commerciales ou de coutures (Ayuntamiento de Puebla, 1993). Une grande partie sont des établissements privés. En décembre 1994, l’UPAEP, université privée, a ouvert un musée dans un monument historique rénové. Aujourd’hui la fonction éducative et culturelle occupe plus d’immeubles dans le centre que les administrations (56 édifices) ou les usages religieux (68).

Le centre historique priorité de l’action publique locale

  • 6 Jorge Murad Macluff, qui a été député et membre du comité local du PRI, apparaît lors de son élect (...)

13Ce n’est qu’à partir des années 1970 que les autorités locales et certains secteurs de la « société civile » considèrent l’amélioration de l’image du centre historique comme une des priorités de leur action. En 1975, la Junta de Mejoramiento Moral, Civico y Material, organisme d’intégration et de participation des représentants du secteur privé à la gestion urbaine, proposa un premier plan d’action sur l’image des rues du centre historique. Pendant le mandat de Miguel Quiroz Perez (maire de 1979 à 1981), un programme de travaux sur l’image des rues du centre fut mis en place : la réfection des façades est impulsée, les propriétaires ne payant que 50 % du coût des travaux ; des rues piétonnes sont créées (5 de mayo, 2 norte) ; un programme d’amélioration des services dans les quartiers (barrios) est lancé. Mais, c’est à partir de l’arrivée de Jorge Murad à la mairie en 19846 que fut instaurée une politique volontariste de revitalisation du centre historique présentée comme une des priorités de l’action municipale. Pour la première fois, en 1983, le thème de la crise du centre fut au coeur d’une campagne municipale, le candidat du PRI déclara que cette priorité est issue de l’expression d’une demande populaire, d’une injonction à protéger et à sauver le centre historique. Dès la campagne, fut annoncée la mise en place d’actions sur le centre grâce à l’appui du gouvernement de l’Etat, qui autorisa l'utilisation de 100 millions de pesos (1983) du programme d’urgence d’emploi dans les zones urbaines critiques.

14A une époque où pour la première fois le PAN paraît en mesure de remporter la mairie de la ville, Jorge Murad se présente comme un maire qui rompt avec les modalités d’action et le laisser-faire traditionnel des représentants du pouvoir municipal, mobilisant à la fois les ressources traditionnelles de l’alchimie électorale, la négociation et intégration de secteurs proches de l'opposition de droite et la reconquête d’une opinion publique électoralement active et des classes moyennes par la démonstration de l’effectivité de l’action publique. La simultanéité de l’engagement de travaux dans l’espace central accorde une grande visibilité à l’action sur le centre. Le directeur national de l'TNAH, Enrique Florescano, présente à l’époque le programme de remodelage du centre de Puebla comme le plus ambitieux programme de mise en valeur et de protection des monuments historiques du pays, mais aussi une des actions les plus importantes à l’échelle de l’Amérique Latine.

15Le projet du nouveau maire pour le centre historique consistait d’abord en une stratégie d’image visant à transformer la perception du centre historique. Le pavage des rues du centre, le réaménagement des trottoirs et de l’éclairage public, l’enfouissement des réseaux électriques et de téléphone, l’interdiction et la suppression des auvents en béton qui protégeaient de la pluie les commerces, la réglementation de l’affichage publicitaire, la réhabilitation des façades, la restauration de certains édifices publics et l’amélioration de l’image des places publiques ont contribué à renforcer l’identité du centre comme espace spécifique et à reconstruire les profondes perspectives urbaines caractéristiques du plan en damier. Les travaux commencèrent en 1984 par les principaux axes (16 de septiembre, 5 de mayo, 2 oriente) et se poursuivirent jusqu’en 1992 sur l’ensemble du centre historique, étendu à l’avenue Juarez. En 1989, les plaques de rues furent modifiées, elles portent désormais la mention « centre historique » et l’ancien nom de la rue avant l’adoption de la nomenclature numérique.

16Parallèlement, la municipalité entreprit la récupération de certains espaces publics ou semi-publics. En 1985-1986, le parvis de l’église Santo Domingo, au nord du zócalo, qui était occupé par des constructions à usage commercial depuis les années 1920 fut restitué comme espace libre, grâce à l’expropriation et la démolition par la municipalité des immeubles et des terrains. Cette expropriation de commerçants et propriétaires insérés dans le milieu politique local suscita une forte opposition et nécessita la mobilisation des instances fédérales de protection du patrimoine durant de nombreuses années.

17En limite ouest du centre historique, l’ancienne prison, construite entre 1840 et 1891 à l’emplacement d’un couvent jésuite, qui fonctionna jusqu’en 1984 fut transformée en 1985 en Institut culturel poblanais, centre culturel dépendant du gouvernement de l’Etat. En 1972, l’TNAH avait dû s’opposer à un premier projet de transformation en grande surface. Les instances fédérales ont ordonné, en 1984, l’arrêt des travaux d’aménagement considérés comme dangereux pour l’édifice. La pression pour un usage commercial de cet espace semble importante, des campagnes dans la presse locale et des représentants de « l’initiative privée » soulignent la sous-utilisation de l’édifice. Depuis fin 1993, un projet d’hôtel est envisagé qui permettrait de financer le fonctionnement de l’Institut culturel limité à une partie du bâtiment, projet qui semble avoir l’appui du gouverneur actuel. La possibilité d’un bail emphytéotique a été évoquée, une chaîne nationale d’hôtels de luxe s’est déclarée intéressée ; mais ce type de cession est jugé incompatible avec le statut de l’édifice.

18A proximité, en 1986 et 1987, le Paseo Bravo - Alameda créé en 1846 - fut réaménagé, les commerçants ambulants et la fête foraine déplacés, les travaux d’amélioration de ce jardin public se poursuivirent jusqu’en 1990. Toujours dans le même secteur, l’ancienne gare fut transformée, en 1988, en Musée national du chemin de fer et les terrains, propriétés des chemins de fer, libérés pour créer un nouveau parc, étendu au nord par l’expropriation des terrains proches. En 1990, les trois stations-service qui fonctionnaient dans le centre furent expropriées par la municipalité et cette activité interdite. En limite ouest de la ville historique, l’ancien aéroport fut transformé en jardin écologique, après l’ouverture en 1985 d’un nouvel aéroport à Huejotzingo, à distance de la ville.

19Ces actions sur l’image urbaine et les espaces publics furent complétées par la relocalisation des fonctions centrales traditionnelles. Un marché de gros (1985) et une gare routière (1988) ont été construits en périphérie. Les commerçants « ambulants » déplacés vers des nouveaux marchés périphériques (1986) et le principal marché de la ville (la Victoria) ont été transformés en un centre commercial moderne (1986-1994).

Fondations : entre intervention subsidiaire et appropriation

  • 7 Les sociétés de Williams Jenkins exerçaient dans les années 1940 et 1950 un monopole de fait sur l (...)
  • 8 Des trois frères Avila Camacho, chefs révolutionnaires de la Sierra Norte de Puebla, l’un (Maximin (...)

20Une partie importante des travaux de restauration et d’amélioration de l’image du centre, programmés à partir de 1983, ont été en totalité ou en partie financés par deux fondations privées fortement liées entre-elles : les fondations Mary Street Jenkins et Amparo. Williams Jenkins (1878-1963), citoyen américain résidant à Puebla, fit fortune dans le textile avant la révolution, il fut aussi le premier producteur de sucre de canne du pays avant la nationalisation (raffinerie d’Atencingo), et investit dans la spéculation immobilière et une entreprise de construction et gestion de salles de cinéma7. La plus grande partie de ses actifs furent intégrés à la fondation Mary Street Jenkins, créée en 1954, à laquelle il légua à sa mort toute sa fortune, soit 60 millions de dollars. Du vivant de Jenkins, la fondation fonctionnait comme un instrument de gestion et comme un moyen d’échapper au fisc, tout en gardant le contrôle sur les sommes redistribuées dans des actions philanthropiques. William Jenkins est une personnalité très controversée, y compris au sein de la bourgeoisie locale pour son poids politique et économique dans l’Etat de Puebla, le contrôle et l’exploitation d’amples haciendas rurales bien après la révolution et sa proximité avec le pouvoir avilacamachiste8.

21Mais les interventions des fondations Mary Street Jenkins et Amparo marquent surtout le poids de leur dirigeant actuel, Manuel Espinosa Yglesias, sur la vie politique et économique locale. D’abord associé de William Jenkins, en particulier dans une entreprise de construction et d’exploitation de salles de cinéma, Manuel Espinosa Yglesias, dont le père fut maire de Puebla de 1905 à 1907, devint par la suite un acteur économique de premier plan au niveau national. Il dirigeait et était le principal actionnaire de Bancomer, la première banque du pays avant la nationalisation de 1982. Il était considéré dans les années 1980 comme un des hommes les plus riches du pays.

22Manuel Espinosa Yglesias créa la fondation Amparo au début des années 1970, organisme qui semble lui avoir permis de restructurer une partie de ses affaires après la nationalisation de la banque. Si la fondation Amparo aide des organismes de charité et finança une partie des travaux du Templo mayor à Mexico, elle est aussi directement partie prenante d’activités commerciales. Par exemple, les actions de CONFRACO, entreprise de construction et promoteur privé à l’échelle nationale, qui appartenait à Bancomer ont été attribuées à la fondation Amparo qui possède aujourd’hui 50 % du capital, le reste des actions (48 %) étant aux mains de la fondation Jenkins (Schteingart, 1990 : 222). C’est cette entreprise qui réalisa à Puebla les travaux financés par les fondations. Les fondations jouent un rôle dans la réorganisation et la poursuite des affaires de Manuel Espinosa Yglesias, rôle qui dépasse la simple action philanthropique.

Charité, formation des élites et sauvetage du centre

23L’objectif fixé par Jenkins à sa fondation est de « faire le bien, d’améliorer la qualité de la vie et de promouvoir l’élévation morale et spirituelle des habitants de son pays d’adoption ». Celle-ci intervient principalement dans l’Etat de Puebla, même si des aides à l’éducation, la restauration de monuments, la santé, des associations de charité ont été attribuées dans l’ensemble du pays. L’action de la fondation dans la ville de Puebla a pris des formes différentes suivant les époques. Dans les années 1960 et 1970, ses apports financiers ont été essentiellement destinés à des monuments religieux et à la constitution d’une offre d’enseignement supérieur privé de qualité dans la ville. Près d’un million de dollars furent investis dans des restaurations d’édifices religieux, mais elle participa aussi aux travaux de réaménagement du théâtre de la ville et de la Casa del Dean, palais d’un conquistador en partie détruit, restauré et transformé en musée.

24Son principal investissement a été consacré à la création d’une université privée. Issue du Mexico city college, qui fonctionna dans la ville de Mexico dans les années 1940, l’Université des Amériques fut créée en 1967 en périphérie de la ville, à Cholula - un terrain de 70 hect. fut apporté par le gouvernement de l’Etat - grâce à un don de cinq millions de dollars et à un financement de l’Agence Interaméricaine de Développement. Il s’agissait de mettre en place une institution de prestige, du type du Technologico de Monterrey, et un centre d’enseignement supérieur épargné par l’influence des groupes de gauche de plus en plus présents dans l’université publique. La fondation finança aussi une partie de la voie rapide reliant Cholula à Puebla et desservant l’université. Au total depuis 1967, la fondation a investi plus de 27 millions de dollars dans l’Université de Las Americas, et Manuel Espinosa Yglesias préside le conseil de direction.

25Pendant les années 1960 et 1970, la fondation se concentra essentiellement sur des actions en faveur de l’église catholique et de l’éducation privée, c’est-à-dire une série d’actions autonomes, marquant une certaine distance par rapport aux pouvoirs locaux. Elle finança néanmoins la construction de l’hôpital et du campus périphérique de l’université publique (1964-1974), contribuant ainsi à éloigner la grande masse des étudiants du centre de la ville, et, par l’attribution de crédits importants, à pacifier les relations entre le gouvernement de l’Etat et la gauche universitaire. Elle participa aussi dans les années 1950 au financement d’un collège pilote d’enseignement secondaire public (centro escolar) créé en proximité du centre.

26Moins directement liée à une action philanthropique, mais poursuivant les intérêts de William Jenkins, la fondation est propriétaire des Clubs Alpha, clubs de sport de la bourgeoisie et des classes moyennes aisées de la ville ; des aides ponctuelles ont aussi été accordées pour la réalisation d’infrastructures sportives dans la ville. Un hôtel de luxe, l’hôtel Mission, a été créé en 1984, en réhabilitant une ancienne clinique privée, les bénéfices de cette activité totalement commerciale alimentent les caisses de la fondation.

27A partir des années 1980, la fondation Jenkins concentre son action sur la ville sur des projets dans le centre, l’intervention se fait cette fois en complément et en liaison directe avec les autorités locales. En effet, le programme de Jorge Murad a pu être mené à bien grâce à la participation financière de la fondation, qui, depuis 1983, a investi dans le centre de la ville près de quatre millions de dollars pour financer : le pavage et la réhabilitation des rues du centre, la réhabilitation du parvis de Santo Domingo, le réaménagement du Paseo Bravo, l’aménagement de l’Alameda et du musée des chemins de fer, la restauration du marché la Victoria. Par ailleurs, quatre autres millions de dollars ont été dépensés pour le parc écologique créé sur les terrains de l’ancien aéroport.

28Les financements des travaux réalisés en liaison avec les pouvoirs publics proviennent essentiellement de la fondation Jenkins, la fondation Amparo finance d’autres projets, seule ou en complément de la première :

  • un musée privé d’anthropologie a été ouvert en 1991 à proximité du zócalo par la réunion des espaces intérieurs de deux monuments coloniaux résidence de la famille Espinosa Yglesias ;
  • l’ancienne résidence de Williams Jenkins a été réaménagée, il s’agit d’un immeuble construit au début du siècle pour abriter un grand magasin dont le rez-de-chaussée a été transformé en cafétéria ;
  • un nouveau centre de convention est en travaux depuis 1989, en réutilisant deux anciens cinémas propriétés de la fondation (Variedades et Coliceo) ;
  • Manuel Espinosa Yglesia a aussi tenté un temps de promouvoir la réalisation d’un parking souterrain sous le zócalo ou sous le marché de la Victoria.

Fondations et pouvoirs locaux

29Les fondations liées à Manuel Espinosa Yglesias apparaissent donc comme acteurs de premier plan de la requalification de l’espace central. Sans leurs interventions une grande partie des projets publics n’auraient pu être réalisés. Néanmoins, les fondations sont peu présentes sur la scène médiatique locale, Manuel Espinosa Yglesias n’apparaît que pour recevoir les remerciements des pouvoirs publics mais ne prend pas position sur le futur du centre. Les fondations n’accordent que peu d’importance à la communication. Elles n’ont pas publié de plans ou d’études sur le centre et ne disposent pas de publications périodiques, de lettre ou de bilan d’activité amplement diffusés. Les formes sont respectées, la fondation apparaît comme apportant son concours aux pouvoirs locaux qui gardent en apparence l’initiative. Mais dans un ouvrage publié à l’occasion du 25e anniversaire de la mort de William Jenkins et qui présente le bilan de l’action de la fondation, les travaux sur le centre sont décrits comme des décisions de la fondation. Celle-ci considère que la dégradation du centre de Puebla a pour cause l’absence d’un organisme prenant en charge la restauration du centre et se présente comme jouant de fait ce rôle.

30Justifiée par une volonté de rentabilisation des investissements, l’intervention d’une entreprise de travaux publics appartenant à la fondation Jenkins a aussi un impact économique direct. CONFRACO peut par ailleurs réaliser une partie des travaux financés sur argent public. Il semble aussi possible d’évoquer une fonctionnalité du système fondations-CONFRACO qui permettrait en période de très forte réduction des travaux financés sur fonds publics de maintenir l’entreprise active, tout en bénéficiant de déductions d’impôts significatives.

31A partir des années 1980 et de l’arrivée au pouvoir du gouvernement de l’Etat de Guillermo Jimenez Morales, les relations entre la fondation et les pouvoirs publics ont évolué. On assiste à la généralisation d’une intervention subsidiaire mais coordonnée et intégrée au sein des programmes publics. La fondation apporte non seulement un financement complémentaire à des projets publics mais finance intégralement d’autres actions. Dans certains cas, tout se passe comme si l’intervention des pouvoirs publics était mobilisée pour rendre possible les projets des fondations. Dans certains discours du maire, les fondations sont présentées comme une source de financement externe de la municipalité au même rang que le gouvernement de l’Etat ou la fédération, et seule une étude plus approfondie fait apparaître un poids plus important des fondations dans la maîtrise d’ouvrage et dans la programmation. Entre subvention et intervention directe, les modalités d’action des fondations se caractérisent par une grande opacité. Si l’on rappelle que la fondation Jenkins était intervenue dans la ville de Mexico au début des années 1980 à l’est du centre historique, dans un programme qui ressemble fort à celui réalisé sur l’image des rues du centre de Puebla, on peut penser que les fondations eurent un rôle de proposition et de diffusion d’un modèle d’intervention à mettre en place.

32Par ailleurs, tout semble indiquer l’existence d’une alliance entre Guillermo Jimenez Morales, qui avait occupé plusieurs postes politiques de niveau national avant de postuler au gouvernement de Puebla, et Manuel Espinosa Yglesias, homme d’affaires de premier plan qui a toujours maintenu une position d’appui au régime. Cette alliance prend la forme d’un financement du programme de Jorge Murad. L’action de la fondation ne se limite pas à une revitalisation du centre historique, mais elle participe d’une stratégie de revalorisation de l’instance municipale et de démonstration de la capacité d’action locale sur l’organisation et le fonctionnement de la ville.

33Les rapports entre le président de la fondation Jenkins et le système politique ne doivent pas être analysés seulement au niveau local, mais directement comme des relations avec chaque président de la république. Fortement affecté par l’expropriation bancaire de 1982, il considère avoir été marginalisé par les ministres de Miguel de la Madrid, au moment de l’indemnisation et de la réorganisation des investissements financiers dans les années qui suivirent l’expropriation et surtout avoir été maintenu à l’écart de la reprivatisation bancaire par Salinas de Gortari. Le moment de plus grande proximité entre le pouvoir local et Manuel Espinosa Yglesias correspond au pouvoir d’un gouverneur « nommé » par José Lopez Portillo, et se poursuit pendant la présidence de Miguel de la Madrid. A partir de 1988, la fondation semble prendre ses distances par rapport aux pouvoirs locaux, aucun nouvel investissement n’est décidé et les travaux de restauration du marché de la Victoria sont arrêtés. En 1989, Manuel Espinosa Yglesias annonce une réduction des dépenses de la fondation dans le but de reconstituer son capital, les subventions doivent se concentrer sur la poursuite des programmes en cours dans le centre de Puebla et le financement de l’Université des Amériques.

34Si les fondations ont réussi à assumer le contrôle total sur la réutilisation du marché de la Victoria à partir de 1993, ce n’est plus sous la forme d’une intégration avec les projets publics mais par une appropriation légale du bâtiment pour 99 ans après plusieurs années de conflits. Les fondations sont absentes des projets de Manuel Bartlett sur le centre historique ; seule la réalisation d’un nouveau centre de convention sur les Forts de Loreto et Guadalupe doit être pris en charge par la fondation.

Multiplication des documents d’études et de planification

  • 9 SAHOP, Plan parcial de desarrollo urbano del centro histórico de Puebla, Puebla, 1982 ; Miguel Pav (...)

35Depuis les années 1980, les pouvoirs locaux ont commandité plusieurs études9 qui se présentent comme des plans de diagnostic et d’action pour le centre historique, mais jusqu’au programme approuvé en 1995 ces documents n’avaient aucune valeur normative ni même de programmation de l’action de la municipalité et du gouvernement de l’Etat. Ils ne furent jamais approuvés ni publiés officiellement et ne constituent que des moments de l’étude et des propositions sur le centre. A chaque changement de gouverneur ou de municipalité, ils deviennent obsolètes. La chambre de commerce a aussi diffusé un document regroupant ses propositions pour l’aménagement du centre historique, texte cherchant à influencer les positions publiques. Mais les fondations privées ayant eu l’impact le plus important sur les actions mises en place sur le centre n’ont diffusé aucun document d’ensemble. Le programme d’actions volontaristes sur l’espace central, initié en 1983 par Jorge Murad, se présentait comme la mise en œuvre d’un Plan Puebla de la même façon que les actions de relocalisation des activités centrales correspondaient à un « Plan de déconcentration commerciale », alors que ces documents n’existent pas. Il ne s’agit pas de la mise en œuvre d’un document de programmation et de planification, mais de la réalisation d’une série d’actions, dont certaines étaient envisagées depuis de nombreuses années. Il n’en reste pas moins que la publication d’une action spécifique sur l’espace central apparaît comme nécessaire aussi dans l’ordre de l’aménagement urbain et de la planification. Indépendamment de leur consistance juridique ou de leurs mises en application, ces documents traduisent les conceptions dominantes sur l’avenir du centre-ville à l’époque de leur rédaction.

Un strict contrôle des flux et des activités

  • 10 cf. Miguel Pavon Rivero (1982).

36On peut trouver une bonne illustration des conceptions de séparation des flux et de relocalisation des fonctions centrales traditionnelles dans un « Plan de revitalisation du centre historique » réalisé en 198210. Ce document, non approuvé mais commandité par le gouvernement de l’Etat et la municipalité, délimitait précisément les fonctions et usages à relocaliser en périphérie : marchés et « ambulants », industries, gares routières, stations-service, entrepôts, parking, mais aussi les huit cinémas et 39 bars et cantinas.

37Le même document soulignait que les administrations publiques, les banques ainsi que les supérettes et grands magasins devraient à terme être déplacés, dans le but de limiter le plus possible le nombre de personnes fréquentant le centre, seuls des bureaux fermés au public pourraient être autorisés. C’est dans cette logique qu’il avait été envisagé de créer sur les terrains de l’ancien aéroport une cité administrative regroupant les édifices des pouvoirs publics. Ce sont bien toutes les fonctions centrales, au sens d’activités avec une capacité à impulser des flux, qui devaient être déplacées. Se profile l’image d’un centre réhabilité, vidé de ses fonctions traditionnelles, auquel l’accès est limité à la promenade ou au tourisme, la mise en valeur ne pouvant se faire que par la mise à distance de la foule et des éléments de la centralité traditionnelle. Il s’agit d’une interprétation stricte du règlement de la zone fédérale de protection qui précise qu’aucune nouvelle autorisation ne sera accordée pour l’implantation à l’intérieur de la zone d’usages susceptibles d’endommager les édifices, toutefois ce règlement ne concerne que les projets de réutilisation de monuments et non la relocalisation des activités existantes.

Concentrer l’intervention publique sur la traza

38Si le périmètre de la zone fédérale de protection apparaît aujourd’hui comme devant constituer le cadre de chaque nouvel exercice de planification, notons que les deux plans réalisés par Miguel Pavon, en 1982 et 1987, proposaient une réflexion concentrée sur un espace central réduit à un « centre traza », définit comme le centre historique du xvie, et excluant non seulement les barrios mais aussi la plus grande partie du « centre commercial populaire » au nord entre la 10 et la 18 oriente-poniente, et le sud de l’espace central au-delà de la 9 oriente-poniente. Ce « centre historique du xvie » (99 ha.) est entouré d’une zone dénommée centre historique qui est globalement inférieure à la zone A du décret de protection. Ces documents constituent donc une tentative d’instaurer comme cadre de l’intervention publique des pouvoirs locaux un zonage différent de celui du décret de protection.

39Exclure les barrios et le nord du centre de la principale zone de protection et d’intervention autorisait la mise en place d’éventuelles actions de rénovation dans ces quartiers. Ces études correspondent à la vision de certains secteurs des pouvoirs locaux et à celle d’un architecte inséré dans le milieu professionnel local de la promotion et de la construction. On peut lire dans la différence entre ces deux zonages, une divergence de vision du centre historique, entre les acteurs locaux et les rédacteurs du décret fédéral. Notons d’ailleurs que le centre à préserver, dans la définition de Miguel Pavon, est une conception amplement partagée des limites du centre que l’on retrouve dans nos enquêtes. La zone sur laquelle doit se concentrer l’intervention publique est aussi la zone actuellement la plus valorisée. La tentative de sanctionner ce périmètre par la publication d’un décret d’actualisation du plan du centre historique signé conjointement par le gouverneur et le maire n’a pu être mené à bien. D’une part le personnel politique ayant lancé cette étude n’était plus en place, d’autre part l’affichage de la concentration de l’action municipale de protection du patrimoine sur une zone plus réduite que la zone de protection fédérale aurait fait apparaître trop clairement les contradictions entre les perceptions locales et celles de l’INAH.

Puebla : limites d’études et d’intervention

Puebla : limites d’études et d’intervention

Plaza comercial centro : proposition de la chambre de commerce

  • 11 Le tianguis est aussi traditionnellement nommé plaza, de dia de plaza, jour du marché se déroulant (...)

40La chambre de commerce diffusa en 1988 sa propre vision de l’aménagement du centre historique sous la forme d’un plan de réorganisation du transport et du stationnement comportant une proposition cartographique de réorganisation économique. Au sein d’un périmètre central délimité schématiquement par le boulevard 5 de mayo, la 11 norte/sur, les rues 13 oriente/poniente et 18 oriente/poniente, deux grandes zones ont été délimitées, une zone définie comme centre commercial : Plaza comercial centro historico, autour du marché de la Victoria, et une zone touristique à l’est, autour de la zone de brocante et du marché d’artisanat. Le tissu urbain situé au nord-ouest et au nord de ces deux zones doit faire l’objet de programmes de réhabilitation et de rénovation des logements. Au sud, doit prendre place une zone de service et certains espaces sont réservés aux activités financières. La proposition de la chambre de commerce, au sein de laquelle l’association des commerçants du centre exerce une influence déterminante, vise donc à réutiliser les espaces « libérés » par la relocalisation du marché et des commerçants « ambulants ». Une partie du centre historique est désignée comme centre commercial - plaza - en référence aux centres commerciaux périphériques et non au tianguis11. La réutilisation du marché, à cette époque en discussion, devait constituer le cœur de ce nouveau centre commercial inséré dans le tissu urbain existant. Une voie rapide et un parking souterrain devaient permettre de transformer le zócalo en zone piétonnière.

41On peut considérer qu’il s’agit de planifier une intervention du même ordre que la Plaza tapatía, mais en préservant l’espace urbain existant. Les rues du centre doivent constituer le cadre de cette évolution du « centre commercial populaire » traditionnel vers un centre commercial moderne qui, dénommé « plaza centre historique », prendrait place au sein du système de centres commerciaux dispersés dans l’espace urbain. Dans la perception de la chambre de commerce, le réinvestissement du centre par les pratiques commerciales des habitants passe par un affichage de la mutation d’un espace ancien dévalorisé occupé par des activités commerciales dévaluées en terme d’image, marché, grossistes, commerçants « ambulants », vers un centre réaménagé au sein duquel il est possible de se promener et d’acheter comme dans un centre commercial de la périphérie. Pour rendre possible cette mutation, la chambre de commerce propose de réserver certaines rues au stationnement, d’autres aux transports en commun et de repenser la répartition des rues piétonnes. Ce programme délimite l’espace utile du centre dans une vision de réinvestissement commercial et touristique, les barrios sont absents du zonage, même s’il est proposé un remodelage de la zone située autour du boulevard 5 de mayo.

Puebla : zonage du programme du centre historique, 1993

Puebla : zonage du programme du centre historique, 1993

Restructurer les barrios

42Un programme de réutilisation et de revitalisation du centre historique avait été réalisé en 1993. Ce programme proposait une typologie de l’intervention publique dans le centre, au sein de laquelle les barrios du nord comme de l’est apparaissaient comme les principaux espaces à restructurer et réhabiliter. Certaines zones de transition entre la traza et les zones périphériques du centre sont proposées pour accueillir l’implantation de nouveaux équipements culturels et de loisir. Par ailleurs, la commercialisation de denrées périssables est exclue du coeur de la traza, dans une zone correspondant schématiquement à l’espace que l’on a défini comme zone commerciale valorisée.

Ancrer en droit la planification de l’action sur le centre

  • 12 Il s’agit d’un plan de zone prévu par le programme de développement urbain de la ville de Puebla a (...)

43Le seul document de planification ayant été approuvé par les autorités locales est un programme de développement urbain et de conservation du centre historique de 1995 (Lopez Tamayo, 1995). La réalisation de ce document apparaît comme un élément du processus d’ancrage des projets du nouveau gouverneur dans une légalité urbanistique12. Rédigé dans le contexte des nombreuses oppositions aux tentatives de mise en œuvre d’un projet de rénovation et de réhabilitation des barrios, ce programme portant sur l’ensemble du centre historique encadre la zone de rénovation qui est exclue de sa compétence. Confié par la municipalité à un architecte de l’Université de Puebla collaborant avec le Conseil du centre historique, ce processus d’étude a aussi pour efficacité de publier une capacité d’action de la municipalité sur le centre, malgré le poids des programmes du gouvernement de l’Etat. Une des propositions de ce plan est la création d’une direction municipale du centre historique, c’est-à-dire l’intégration de la notion de centre historique dans l’organigramme de l’action publique municipale. En outre, la mobilisation d’une équipe locale permet de désamorcer les critiques des architectes locaux à des études et projets confiés à des cabinets étrangers (du Texas) et des intervenants de l’Université Autonome sont réputés pouvoir dialoguer plus facilement avec les organisations d’opposition. Dans le contexte particulier des conflits autour de l’aménagement de la zone de San Francisco, ce programme cherche à établir un consensus sur une vision de l’intervention globale sur le centre. Cette fonction de mise à plat des différentes propositions sur le centre et d’ouverture d’un espace de négociation est nouvelle, les documents de planification précédents se limitaient le plus souvent à des exercices de diagnostic et la publication d’une liste de propositions.

44L’existence d’un programme approuvé sur l’ensemble du centre est théoriquement obligatoire avant la mise en œuvre de projets de zone comme le programme de San Francisco. Le programme de développement urbain du centre permet aussi de désamorcer d’éventuels recours juridiques contre les projets du gouvernement de l’Etat. En outre, en réalisant selon l’ensemble des procédures légales un programme de planification avant la première alternance avec le PAN (1996), prévisible dès le lancement de ce processus d’étude, les autorités locales obligent la nouvelle municipalité à prendre en compte les options avancées ou à mettre en place une procédure longue et coûteuse de modification du plan existant.

45Pour la mise en œuvre de la protection du patrimoine ce programme propose, après avoir effectué un nouveau recensement des édifices et constaté que de nombreux monuments inscrits ont été fortement altérés, de distinguer entre les édifices à valeur architecturale historique et artistique (1 266 monuments) et les immeubles à valeur de contexte (1 597 bâtiments), classification conditionnant les interventions autorisées. Il est proposé par ailleurs une prise en compte spécifique de l’architecture contemporaine jusqu’aux années 1960.

46Ce programme s’éloigne de la conception qui prévalait au début des années 1980, la relocalisation de l’ensemble des activités en dehors du centre historique. Les principales fonctions centrales ayant été déplacées, il s’agit aujourd’hui de permettre le maintien et le développement des fonctions et du rôle économique du centre. Seules les activités de prostitution doivent être expulsées du centre. Le diagnostic souligne la diversité des espaces composant le centre historique et propose un zonage des différents espaces et des usages autorisés, visant en particulier à renforcer les fonctions commerciales dans les barrios.

47Pour réussir la « refonctionnalisation » du centre, il est proposé d’utiliser en priorité terrains et constructions non occupées, soit 105 terrains, 491 bâtiments et les 1 550 édifices en partie non occupés. La moitié des bâtiments non occupés se localise dans la traza, dans les rues proches du zócalo. Cette stratégie vise à éviter la substitution des logements par des activités commerciales. Une intervention sur les conditions de logement est considérée comme nécessaire, sans qu’il soit proposé de modalités précises de mise en oeuvre et de financement. La stratégie évoquée est d’impulser l’accès à la propriété, jugée plus capable que la location de résister aux pressions des activités commerciales et de maintenir une fonction d’habitat dans le centre.

48Les modalités d’intervention récentes dans la ville de Mexico sont explicitement considérées comme un modèle. Il est proposé la mise en place d’un programme de « transfert de potentialité de développement » et la création d’un fideicomiso du centre historique pour canaliser la participation de l’initiative privée et des fondations, et un patronato pour le développement économique du centre historique.

49Le processus de requalification des espaces centraux initié à partir de 1983 est le résultat de la conjonction de trois ordres d’intervention sur l’espace central :

  • la prégnance de plus en plus forte de la politique du patrimoine après la publication du décret fédéral en 1977, la généralisation des contrôles de l’INAH et la perspective de l’inscription sur la liste du patrimoine mondial ;
  • la mise en œuvre depuis la municipalité, avec l’appui du gouvernement de l'Etat, d’une action volontariste sur l’espace central symbole d’une nouvelle forme d’intervention sur la ville, se donnant les moyens par la délocalisation des fonctions centrales traditionnelles, des politiques d’image et d’aménagement d’espaces publics, de modifier les perceptions et les fonctions du centre historique ;
  • l’importante participation de fondations privées, qui grâce à une proximité avec le pouvoir local et national réalisent avec une grande autonomie leurs propres projets, en échange d’une forte participation financière à des actions d’amélioration de l’image des mes du centre ou de récupération d’espaces publics.

50C’est la conjonction de ces trois ordres d’intervention disposant chacun de sa propre logique qui constitue la principale originalité de la requalification des espaces centraux de Puebla. Ces trois ordres d’intervention sont fortement imbriqués au point qu’il est difficile de reconstituer la genèse des programmes mis en place, les fondations influençant les choix des autorités publiques, elles-mêmes marquées par les conceptions diffusées par les organismes officiels ou les associations de protection du patrimoine. Il ne s’agit pas de la réalisation d’un programme d’action formulé explicitement dans son intégralité et élaboré en coordination entre les trois parties, mais plutôt d’une dynamique conflictuelle entre trois ordres d’intervention revendiquant leur propre légitimité. Tout se passe comme si la coopération entre ces trois niveaux n’avait été possible que grâce à la volonté politique d’un gouverneur (Guillermo Jimenez Morales) et d’un maire incarnant la nouvelle politique sur les espaces centraux. Dans la mise en œuvre des actions de nombreux conflits sont apparus : entre la municipalité et l’INAH, entre les fondations et l’INAH, entre la municipalité et les fondations ; conflits qui ont ralenti la réalisation des programmes et bloqué la relation entre les fondations et les autorités locales après le départ de Guillermo Jimenez Morales du gouvernement de l’Etat.

51Si la requalification du centre de Puebla n’est pas le résultat de la mise en oeuvre d’un programme unique et continue, chaque administration semble ressentir la nécessité de réaliser un document offrant dans le champ de la planification une rationalité formelle aux interventions et aux projets sur le centre. Paradoxalement, ces documents sont le plus souvent rendus publics à la fin des mandats des commanditaires et abandonnés par leur successeur, comme si le plus important était de pouvoir annoncer la mise en route de la procédure d’étude et d’inscrire le document dans son bilan d’activité final. Généralement, comme de nombreux documents d’urbanisme au Mexique, ces programmes réalisés par des consultants privés n’ont pas de réelle fonction de concertation, en dehors d’une mise en relation des visions des instances commanditaires. De plus, ils ne sont pas approuvés ni publiés selon les normes qui régissent la mise en œuvre des documents d’urbanisme. A cet égard la dernière procédure d’étude présente l’originalité d’avoir été approuvée officiellement et d’avoir un rôle de concertation entre les différents intervenants, dans un contexte de conflits autour d’un projet de rénovation des barrios.

52Comme dans le cas de Mexico, la publication d’une ample zone fédérale de protection a eu pour première efficacité de créer une solidarité de destin entre la traza et les barrios. Par rapport aux perceptions dominantes, il s’agit d’un processus d’expansion du centre historique comme espace de projet mais aussi, grâce aux politiques d’image, d’un renforcement de la cohésion et de la lisibilité de cet espace. Ce processus apparaît explicitement en 1987 dans la présentation par le maire d’un programme d’amélioration de l’image des barrios. Celui-ci déclare que ce programme a pour but « l’extension du centre historique » vers les barrios qui constituent pourtant la partie la plus ancienne de la ville. Ce n’est pas le caractère historique des barrios qui est problématique mais leur assimilation à l’espace central. Les tentatives des documents d’étude et de planification d’introduire des zonages internes au centre historique permettant de définir la traza comme espace privilégié d’intervention ou d’introduire une action spécifique sur les barrios tendent à reproduire une séparation entre ces deux espaces.

Notes

1 Comité defensor dei patrimonio cultural poblano A. C.

2 18 du xvie, 285 du xviie, 487 du xviiie, 800 du xixe, un du xxe, cf. Gobierno del estado de Puebla (1985).

3 La zone de protection de Puebla est divisée en une zone A de 597,4 hectares et une zone B de 101,5 hectares.

4 Selon les chiffres du centre régional de l’INAH cités par Gareth A. Jones, Ann Varley (1994).

5 Relevé de l’auteur à partir de la correspondance entre l’INAH et les propriétaires, Centre régional de l’INAH, Puebla, 1989.

6 Jorge Murad Macluff, qui a été député et membre du comité local du PRI, apparaît lors de son élection comme un collaborateur direct du gouverneur. Guillermo Jimenez Morales. Il quitte le poste de ministre des finances du gouvernement de l’Etat pour mener à bien les projets du gouverneur dans la ville. Dans un contexte de fortes pressions du PAN, sa campagne rompt avec les déclarations générales traditionnelles et annonce la mise en place, grâce à une action conjointe, des solutions aux principaux problèmes urbains de la ville (la revitalisation du centre-ville, mais aussi le transport et l’approvisionnement en eau). Décédé dans un accident en 1987, il n’effectua pas la totalité de son mandat.

7 Les sociétés de Williams Jenkins exerçaient dans les années 1940 et 1950 un monopole de fait sur la distribution cinématographique dans l’ensemble du pays.

8 Des trois frères Avila Camacho, chefs révolutionnaires de la Sierra Norte de Puebla, l’un (Maximino) fut gouverneur de l’Etat de Puebla (1937-1940) puis ministre des communications lors du sexennat de son frère (Manuel) à la présidence de la république (1940-1946), le troisième frère (Rafael) fut maire de Puebla (1939-1941), président local du PRM et député fédéral avait d’être gouverneur de l’Etat (1951 -1957), cf. Panters (1992) et Melé (1990).

9 SAHOP, Plan parcial de desarrollo urbano del centro histórico de Puebla, Puebla, 1982 ; Miguel Pavon Rivero, Plan de revitalización del casco histórico de la ciudad de Puebla, 1982 ; Miguel Pavon Rivera, Actualización del plan parcial del centro histórico, Ayuntamiento de Puebla, Gobierno del Estado, INAH, SEDUE, 1987 ; Ayuntamiento del municipio de Puebla, Programa operativo de reutilización y revitalización del centro histórico, Dirección general de desarrollo urbano, 1993, 254 p.

10 cf. Miguel Pavon Rivero (1982).

11 Le tianguis est aussi traditionnellement nommé plaza, de dia de plaza, jour du marché se déroulant sur la place.

12 Il s’agit d’un plan de zone prévu par le programme de développement urbain de la ville de Puebla approuvé en 1992, Programa de desarrollo urbano de la ciudad de Puebla.

Table des illustrations

Titre Puebla : limites d’études et d’intervention
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2027/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Puebla : zonage du programme du centre historique, 1993
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2027/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540