Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Puebla, paradigme de l’urbanisation coloniale

Texte intégral

Fonctions et croissance urbaine

Un projet original de peuplement espagnol

1Puebla, fondée en 1531, bénéficia d’une localisation stratégique entre Veracruz, où Hernan Cortés avait débarqué en 1519, et Mexico-Tenochtiflán aux mains des Espagnols depuis 1521. La route de la conquête sera pendant toute l’époque coloniale l’axe privilégié de la vie économique et politique de la Nouvelle Espagne. L’implantation d’une ville espagnole entre la côte et Mexico était nécessaire pour protéger l’arrivée des marchandises, permettre une halte et renforcer la sécurité du trajet. Jusqu’en 1721, les foires où se négociaient les marchandises arrivées d’Espagne par Veracruz se déroulèrent dans la ville. L’axe Veracruz-Mexico a été le premier axe de développement des infrastructures de communication, ces deux villes ont été reliées en 1867 par la première voie ferrée, en 1913 par le premier trajet aménagé pour les automobiles et, dès 1962, une autoroute fut construite de Mexico à Puebla.

2Puebla a été implantée dans une zone où l’organisation urbaine précoloniale était dense : à 16 km de Cholula, centre religieux préhispanique de premier plan et à proximité des señorios de Tlaxcala, alliés à Cortés dans la lutte contre Tenochtitlán, et de nombreuses autres localités importantes (Totimehuacan, Huequechula, Cuautinchán, Tepeaca). Si toutes les villes coloniales constituèrent des centres de drainage et de contrôle, Puebla présente la spécificité d’avoir été planifiée dès sa création pour devenir une ville accueillant un important peuplement espagnol. Un ample espace fut délimité pour l’urbanisation et le titre de ville lui fut attribué quelques mois après sa fondation, puis elle reçut rapidement tous les titres honorifiques fondant la hiérarchie urbaine coloniale, les nouveaux résidents bénéficiant d’avantages fiscaux.

  • 1 Ce fut en particulier le cas à la suite de l'inondation de 1629, cf. Alejandra Moreno Toscano (199 (...)

3La création de Puebla devait rendre possible la sédentarisation de nombreux Espagnols qui n’avaient pas reçu d’encomienda et constituer un modèle de peuplement alternatif en permettant la constitution d’un groupe d’agriculteurs espagnols ne dépendant pas de l’exploitation directe de la population indienne. Dans ce but, les premiers habitants de la ville reçurent des terres dans la région d’Atlixco (Villa de Carrión). Le développement de la ville fut rapide, les encomenderos de la région y construisirent des résidences et « la Puebla » reçut, en période de crise, l’apport de migrants de Mexico1.

Centre agricole et textile de premier plan

4L’essor de la ville ne repose pas sur l’exploitation d’une ressource minière spécifique, mais sur l’ampleur de la production agricole. La région de Puebla devint une des principales zones de production de blé de Nouvelle Espagne, activité complétée par l’installation précoce de manufactures textiles. Au xvie siècle se développa le tissage de la soie qui déclina dès le xviie siècle, laissant place au tissage de la laine et surtout du coton. Les manufactures (obrajes) coloniales fonctionnaient avec une main d’œuvre indigène et plus faiblement noire et métisse. Au début du xixe siècle, les fabriques textiles les plus importantes du pays se localisaient à Puebla et à Querétaro. La première usine textile modernisée du Mexique fut construite à Puebla en 1835. Durant le xixe et le début du xxe siècle de nombreux entrepreneurs étrangers (français, espagnols, libanais) implantèrent des usines à Puebla. Cette tradition textile, dans la ville et la région se poursuivit au xxe siècle : en 1960, l’État de Puebla regroupait un tiers des métiers à tisser installés dans le pays. En 1989, les 541 entreprises textiles du municipe de Puebla occupaient encore 46 % des personnels industriels (23 000 emplois). Mais la ville a été durement touchée, à partir de l’entrée du Mexique dans le GATT en 1986, par la crise textile provoquée par l’ouverture des frontières.

Agglomération de Puebla

Agglomération de Puebla

5Dans les années 1960 s’installa à proximité de la ville un nouveau type d’industries liées à des grands groupes nationaux ou transnationaux de métallurgie, sidérurgie (Hylsa), chimie (Pemex) et production d’automobiles (Volkswagen). La région centre des États de Puebla et Tlaxcala présente l’avantage de disposer de bonnes infrastructures (chemin de fer, gazoduc, lignes à haute tension, ressources en eau), de la disponibilité de main d’œuvre dans une région densément peuplée, et de la proximité de Mexico, du premier marché du pays, comme du port de Veracruz. C’est aussi dans cette zone que de nouveaux parcs industriels ont été créés au début des années 1980 pour abriter des entreprises délocalisées de Mexico.

La deuxième ville mexicaine jusqu’à la fin du xixe siècle

6Malgré une faible croissance démographique aux xviiie et xixe siècle, Puebla est restée longtemps la seconde ville du pays et une ville d’une taille comparable à celle de nombreuses capitales d’Amérique Latine. A la fin du xviiie, 57 000 personnes vivaient à Puebla, soit une population inférieure de moitié à celle de Mexico (113 000 hab.). A cette époque, en Amérique Latine seules Mexico et Salvador de Bahia dépassaient les 100 000 habitants, Santiago, Rio, Caracas, Buenos Aires avaient des populations de 30 % inférieures à celle de Puebla, Lima une population similaire.

7L’indépendance et l’instabilité politique du xixe siècle se traduiront par un recul de la place de Puebla dans la hiérarchie urbaine. Non seulement Mexico concentre une part de plus en plus importante de la population urbaine mais les métropoles régionales de Guadalajara, à partir de la fin du xixe, et de Monterrey, à partir de 1930, dépassent en population la ville de Puebla.

Structures urbaines de la ville historique

Puebla de los Angeles : le damier parfait des anges fondateurs

  • 2 Vara : 83,5 cm.

8La fondation de Puebla prit la forme de la délimitation d’un damier parfait. Chaque îlot (cuadra) de 100 par 200 varas2 était conçu pour pouvoir être divisé en huit lots, de 50 par 50. Les rues, d’une largeur de 15 varas, se croisent selon un angle droit. Il n’existe aucune carte du tracé originel (la première représentation graphique utilisable date de 1698) selon des estimations divergentes son extension se situerait entre 150 et 250 îlots. Quoi qu’il en soit, pendant longtemps, seulement une partie des îlots délimités furent urbanisés et la croissance de la ville se fit, pratiquement jusqu’au la fin du xixe siècle, à l’intérieur du tracé colonial et des barrios.

9Attribué selon la légende aux anges par le songe de l’évêque de Tlaxcala qui décida du lieu de l’implantation, le plan en damier (la traza) de Puebla de los Angeles a été considéré par les chroniqueurs, mais aussi par des architectes et urbanistes locaux comme une réussite de l’urbanisme espagnol. L’orientation aurait été choisie pour préserver la ville de l’engouffrement des vents dominants nord-sud et prévoir une période maximale d’ombre sur les trottoirs. Toutefois, il existe une autre explication de l’orientation de la ville et des localités de la zone. Une étude des plans des villes et des localités proches a permis de définir plusieurs systèmes comportant la même orientation (similitude remarquable sur les plans de Puebla et Cholula). Frantz Tichy (1974) explique ces similitudes par l’existence d’un lien entre l’axe des pyramides, correspondant aussi à la délimitation des terrains cultivés dans la zone, et les axes des tracés urbains coloniaux. D’autant plus que si l’on a longtemps pensé que la présence d’une localité préhispanisque (Cuetlaxcohuapan), évoquée par certains commentateurs, à l’emplacement de Puebla n’était qu’un mythe, certains travaux récents considèrent qu’il existait réellement une ville ou plusieurs localités à l’emplacement choisi pour la fondation. Les déplacements de population auraient été volontairement sous-estimés (Barbosa Cano, 1994) à une époque où la couronne manifestait une volonté de protection des populations indigènes. Certaines fouilles récentes dans le centre-ville ont mis à jour des vestiges préhispaniques.

Puebla : toponymie

Puebla : toponymie

10L’adoption d’une nomenclature numérique renforça la perception d’une organisation du tissu urbain centrée sur le zócalo et organisée autour des deux seuls axes auxquels a été attribué un nom : aujourd’hui Reforma/Maximino Avila Camacho, d’une part, et 16 de septiembre/5 de mayo, d’autre part. Ces deux axes apparaissent désignés comme les axes principaux de la traza dans un recueil d’actes municipaux de 1584 (Leicht, 1986). Ils constituèrent les plans du partage de l’espace urbain en « quartiers », au sens premier du mot, quatre cuarteles instaurés dans un but fiscal en 1781. La nomenclature actuelle, mise endans un but fiscal en 1781. place en 1917 à partir d’un projet de 1883, se présente comme une reproduction du modèle utilisé pour Washington. Les premières plaques de rues furent d’ailleurs réalisées aux Etats-Unis.

11Pour les commentateurs locaux, l’abandon du plan en damier, par les espaces de nouvelle urbanisation, a été considéré comme une des causes des problèmes urbains de la ville. Miko Viya, écrivain poblanais, pouvait considérer en 1975 que les diagonales et boulevards périphériques compliquaient le transit dans la ville. Il proposait de poursuivre la croissance par extension du damier original (1975 :186).

Barrios entourant la ville espagnole

12En avril 1531, la première tentative de fondation de la ville fut un échec. Les Espagnols s’étaient installés à l’est du río San Francisco mais de nombreuses inondations les obligèrent cinq mois plus tard à se déplacer vers un site proche de l’autre côté de la rivière, présentant une légère pente permettant un drainage naturel. Certains Espagnols décidèrent de rester à l’emplacement de la première fondation et formèrent un des premiers barrios, El Alto, qui se développa comme une zone de contact entre Indiens et Espagnols, où de nombreux métis s’implantèrent par la suite.

  • 3 Al otro lado dei río, de l'autre coté de la rivière.
  • 4 El Alto-San Francisco, Analco, Santiago, San Miguel, Santa Ana, San Sebastian, San Pablo, Au pied (...)

13Pour la construction des édifices publics, de la cathédrale mais aussi des résidences des Espagnols, des Indiens de Cholula, Tlaxcala et des autres localités de la région furent réquisitionnés. Ces populations indigènes amenées dans la ville, s’établirent dans des barrios dirigés par des autorités indigènes, en dehors de la traza espagnole. Les tlaxcaltèques se regroupèrent à l’est dans le barrio de Tlaxcaltecapan, connu aussi sous le nom San Juan de Dios, qui formera les quartiers de San Francisco et El Alto. Les implantations s’étendront au sud-est pour constituer le barrio de Analco3. Les cholultèques s’implantèrent au sud-ouest à Santiago. L’organisation coloniale de la ville considérait l’existence de sept barrios indigènes4, divisés en sous quartiers (arrabales, parcialidades), auxquels on doit ajouter des localités ou villages créés à distance de la ville qui sont aujourd’hui insérés dans le tissu urbain. Les barrios furent le lieu d’un métissage rapide. Si la ségrégation devint plus sociale qu’ethnique, dans les pratiques résidentielles comme dans les mentalités, une séparation stricte perdure entre les barrios et la traza. Les réseaux techniques urbains (drainage, électricité, eau potable) furent implantés plus tard dans les barrios, qui n’ont été intégrés que récemment dans les programmes d’amélioration de l’image du centre. Par ailleurs, l’analyse des résultats des recensements (cf. infra) fait apparaître plusieurs distinctions importantes entre les barrios et l’espace de la traza. Dans les barrios vit une population plus jeune ; les ouvriers sont nombreux ; la location constitue la forme d’habitat principal au sein de très nombreuses vecindades. Au sein même des barrios, en particulier à proximité du río San Francisco, on note la présence de nombreux établissements industriels textiles. Le río San Francisco a joué, on l’a vu, un rôle important lors de la fondation de la ville. Par la suite, tanneries, moulins et les premières usines textiles se sont installés le long de cette rivière puis au sein des barrios d’Analco, de la Luz, del Alto. Le río San Francisco, traversé par sept ponts, constitua une rupture urbaine forte entre la traza et les barrios ; le boulevard 5 de mayo construit sur la rivière en 1966 ne fit que recréer cette limite sous une autre forme.

Destructions et rénovations du xixe siècle

14Pour la ville de Puebla, le xixe siècle a été une époque de destruction rapide du tissu urbain hérité à cause des conflits armés puis de l’intense période de modernisation du porfiriato. Entre l’indépendance (1821) et la prise du pouvoir par Porfilio Diaz (1876), la ville fut assiégée onze fois ; Puebla constituait un centre stratégique à contrôler sur le chemin de la prise du pouvoir national. Ces batailles causèrent de grandes destructions, certains couvents furent démolis (Contreras Cruz, 1986 :23).

15La construction du nouveau palais municipal (1897-1906) sur le projet d’un architecte anglais (Charles Hall) remplaçant l’ancien édifice inauguré en 1714 symbolise l’époque de rapide modernisation urbaine durant le second mandat de Porfirio Diaz. C’est une période d’intense reconstruction des immeubles endommagés lors des conflits récents mais aussi de rénovation de constructions coloniales. Le long des principaux axes de la ville (avenue Reforma, 2 poniente) de nombreux immeubles nouveaux ont pris la place de constructions historiques. Bordant le nouveau palais municipal, reliant le zócalo à l’avenue 2 oriente, la « première » galerie couverte du pays fut inaugurée par Porfírio Diaz en 1901 (Viya, 1989 : 62). Un projet de nouveau palais du gouverneur qui devait prendre place sur le zócalo fut abandonné lorsque la révolution éclata (Hans, 1991). Entre 1907-1910, pendant le mandat municipal de Francisco Velasco, la ville fut le cadre d’une modernisation rapide : réfection des rues, aménagement des places et jardins, électrification et éclairage publics, et début de la construction du nouveau marché la Victoria. Pendant la révolution, entre 1911 et 1915, la ville fut à nouveau le théâtre d’affrontements violents.

Extensions urbaines

16Durant le xixe siècle et au début du xxe, les périphéries de l’ouest de la ville, en direction de Cholula et Mexico ont été aménagées en premier. Le Paseo Bravo ou Alameda Nueva, inauguré en 1838, clôt la traza dans cette direction. La voirie a été réorganisée et les constructions de trois îlots sont détruites pour laisser la place à un jardin qui fait l’admiration des visiteurs du xixe. Une arène pour corridas a été construite à proximité en 1841, qui sera détruite un siècle plus tard pour lotir. A partir du Paseo Bravo, l’avenue La Paz (calle Ancha) est ouverte en 1903. La construction d’une somptueuse villa par un ancien gouverneur renforça cette zone comme le premier espace périphérique valorisé pour la résidence de la bourgeoisie locale.

17Les premiers lotissements furent délimités à partir de 1920. Jusqu’à cette époque, la croissance se faisait par densification de l’espace urbain ou par constructions périphériques isolées qui peu à peu formaient de nouvelles cuadras (îlots) qui s’intégraient au périmètre urbain. Les colonias Humboldt et Humboldt sud ont été créées en 1920 en continuité du tissu urbain au sud de la ville. Dans les années 1930, c’est aussi le cas de la colonia Santa Maria. Le lotissement San Francisco, prend place à l’est de la ville, dès la fin des années 1930 entre la rivière San Francisco et la route à Veracruz ; c’est le premier lotissement qui n’est pas en continuité directe avec l’espace urbain existant. Ces lotissements, qui ont tous repris le plan en damier, sont aujourd’hui totalement intégrés à l’espace urbain central. Représentant l’opportunité pour une petite classe moyenne de reproduire le nouveau mode de vie de la bourgeoisie locale, ils mettront toutefois très longtemps pour se densifier. La carte de l’extension de la croissance urbaine montre la faible superficie occupée par la croissance urbaine jusqu’en 1930.

18A partir des années 1940, la croissance urbaine prendra la forme de l’implantation de lotissements à distance de la ville, puis du remplissage de l’espace les séparant du tissu urbain dense. Le lotissement la Paz (1 831 lots) a été créé en 1947, sur une colline (Cerro de San Juan) entre la ville historique et Cholula. Le site exclusif et le tracé concentrique unique à Puebla permettent une lisibilité immédiate sur le plan de la ville et constituent la première modification importante du tracé urbain. Cette extension urbaine prend place au bout de ce qui deviendra l'avenue Juarez dont la partie la plus proche de la ville avait vu l’implantation de villas de la bourgeoisie. L’avenue entre le lotissement et la ville deviendra un des nouveaux espaces de centralité. Au sud, le lotissement San Manuel (3 388 lots) destiné à des classes moyennes salariées est autorisé en 1953 à un kilomètre de la première maison de la ville. La croissance va se faire par la suite dans toutes les directions sous cette forme d’implantations de lotissements à distance de la ville puis de la densification de l’espace interstitiel.

19Non seulement Puebla fut planifiée pour devenir rapidement une ville de peuplement espagnol au sein d’une zone à forte densité de peuplement indigène, mais la réussite de la colonisation agricole de la région, l’implantation précoce de manufactures textiles et l’emplacement privilégié entre Mexico et Veracruz ont rendu possible un essor rapide de la ville pendant la période coloniale. L’ample tracé urbain, maintenu dans sa structure, donne une grande unité à la ville historique, c’est-à-dire au tissu urbain constituant l’essentiel de la ville jusqu’à début du xxe siècle. L’adoption d’une nomenclature numérique en 1917 renforce la lisibilité de la grille urbaine du centre. Au sein de cet espace historique perdure une forte séparation dans les pratiques, les perceptions et le peuplement entre l’espace de la traza espagnole, dont le centre a été profondément rénové durant le xixe siècle, les barrios, anciens quartiers indigènes, lieu d’un métissage rapide puis d’habitat de couches populaires salariées, et les espaces des premières extensions urbaines de la première moitié du siècle.

Notes

1 Ce fut en particulier le cas à la suite de l'inondation de 1629, cf. Alejandra Moreno Toscano (1993 : 361).

2 Vara : 83,5 cm.

3 Al otro lado dei río, de l'autre coté de la rivière.

4 El Alto-San Francisco, Analco, Santiago, San Miguel, Santa Ana, San Sebastian, San Pablo, Au pied de la colline (aujourd'hui fort de Loreto et Guadalupe) une localité fut créée par des indiens employés dans des manufactures de briques, Xanenetla, qui n'avait pas le statut de barrio.

Table des illustrations

Titre Agglomération de Puebla
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 673k
Titre Puebla : toponymie
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 714k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540