Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Introduction à la cinquième partie

Texte intégral

« l’aspect du centre était déprimant, comme le pire souk oriental, avec de la saleté, de la confusion et (une image) tiersmondiste », Miko Viya (1991 : 141), écrivain et chroniqueur poblanais.

1Puebla fut à l’époque coloniale la seconde ville du Mexique. Les édiles locaux ambitionnent alors de concurrencer Mexico. Le tissu urbain de la ville témoigne de cette grandeur passée. Le centre historique de Puebla est un des plus amples, des plus densément occupés par des monuments historiques et des mieux conservés dans sa structure, non seulement du Mexique mais aussi de l’Amérique Latine. La ville de Puebla a pu être décrite comme représentant un paradigme d’un développement urbain colonial reposant sur une base économique diversifiée (production agricole, manufactures) et sur la présence d’une classe de grands consommateurs rentiers (Duhau, 1988 :239). L’ampleur du tracé colonial et la préservation du plan en damier permettent aussi de considérer que le tissu urbain du centre de la ville constitue un paradigme du modèle de ville coloniale et de son adaptation à l’urbanisation contemporaine.

2Au xxe siècle, après une époque de rapide modernisation du tissu urbain central, de nouveaux espaces de centralité ont émergé en périphérie du centre, mais les espaces centraux paraissaient être restés en marge des tendances nationales de réorganisation des fonctions centrales traditionnelles. Au début des années 1980, marché de gros, terminaux d’autocars, marchés et commerçants « ambulants » étaient encore localisés dans le centre-ville, formant dans une partie du centre historique un centre commercial traditionnel attirant les populations de la région. Contrastant avec des décennies de laisser-faire, à partir de 1983, les pouvoirs locaux ont développé une action volontariste de « reconquête » et de requalification des espaces centraux. L’originalité du cas de Puebla repose sur la simultanéité de la mise en place de politiques de valorisation et de protection du patrimoine, d’une part, et de réorganisation des flux à l’échelle de l’ensemble de la ville, d’autre part. Après la publication en 1977 du décret de zone fédérale de monuments historiques, la possibilité de l’inscription de la ville sur la liste du patrimoine mondial (1987) constitua une incitation à la rapide mise en place d’actions sur le centre.

3D’importants travaux d’amélioration de l’image urbaine furent initiés, complétés par une réorganisation des fonctions et des flux à l’échelle de la ville. La délocalisation des fonctions centrales traditionnelles, qui dans de nombreuses autres villes s’est étalée sur trente ans, des années 1950 aux années 1980, a été réalisée à Puebla en quatre ans entre 1984 et 1988 : marché de gros et marché central, gares routières, commerçants « ambulants » furent expulsés du centre.

4Depuis 1984, l’image et les fonctions urbaines du centre ont été profondément modifiées. La plus grande partie des interventions publiques a été initiée entre 1984 et 1986, c’est-à-dire pendant le mandat de Jorge Murad à la présidence municipale et de Guillermo Jimenez Morales au gouvernement de l’État, dans un contexte politique particulier caractérisé pour la première fois par une forte pression de l’opposition de droite. L’action sur le centre est devenue un enjeu des conflits politiques locaux et une vitrine de la capacité d’action du système politique sur la ville. Mais c’est aussi une relation particulière entre une fondation privée et les pouvoirs locaux qui permit une concentration d’investissements dans le centre, dépassant les capacités de la municipalité et du gouvernement de l'Etat. Plus récemment, un projet de rénovation des barrios tenta d’impulser la création d’un espace de la modernité touristique et tertiaire dans le centre historique, susceptible d’accueillir des investissements étrangers. Ce projet, qui suscita une forte opposition d’une partie de l’opinion publique et des organismes de protection du patrimoine, sera par la suite limité dans ses ambitions et adapté à une intervention fine en tissu urbain ancien.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540