Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Quatrième partie. Guadalajara et Monterrey : (re)construire un espace de centralité monumentale

Monterrey : construire un centre pour la métropole moderne

Texte intégral

Monterrey : métropole industrielle

La ville des grands groupes industriels

  • 1 Je tiens à remercier Gustavo Garza, Colegio de México et conseiller du gouvernement de l’Etat de N (...)
  • 2 L’aire métropolitaine de Monterrey (AMM) est composée du municipe de Monterrey (1,07 million d’hab (...)

1Troisième ville mexicaine, avec 2,5 millions d’habitants, Monterrey1 est située au nord est du pays, à 200 Km de la frontière avec le Texas2. Depuis le début du siècle, l’agglomération de Monterrey constitue le principal centre industriel en dehors de Mexico. Bien que durement touchée par la crise du début des années 1980, l’aire métropolitaine de Monterrey représentait encore 8,8 % de la production industrielle du pays en 1988 (10 % en 1980) (Garza, 1993).

2Fondée en 1596 après plusieurs tentatives infructueuses, la ville ne se développa réellement, après de grandes difficultés au xviiie siècle, que dans la seconde moitié du xixe siècle (15 000 habitants en 1846 et 60 000 au recensement de 1900). La fixation de la nouvelle frontière en 1848 et la guerre de sécession (1861-1864) ont permis un essor commercial qui forma la base d’un développement industriel durant la paix porfirienne, qui pris la forme, à Monterrey, du maintien de Bernardo Reyes au gouvernement de l’État de 1889 à 1909. Les grandes entreprises sur lesquelles repose l’essor de la ville datent d’avant la révolution : Cerveceria Cuauhtémoc a été créée en 1890, Fundidora de Fierro y Acero en 1900 et Vidriera Monterrey en 1907 (Revel Mouroz, 1969). En 1902, la production industrielle de l’État du Nuevo Leon était la plus importante du pays (13,5 % du total national), elle dépassait le District Fédéral (11,7 %) et l’État de Mexico (11,2 %)(Cerutti, 1983 : 14). Un temps freinée par la période de troubles révolutionnaires, l’activité industrielle de Monterrey fut une des principales bénéficiaires de la croissance mexicaine pendant la seconde guerre mondiale et de la politique de substitution d’importation (Mauro, 1964).

3Les principales activités (sidérurgie, métallurgie, verrerie, brasserie) sont dominées par de grandes entreprises qui constituèrent la base de groupes industriels intégrant, dès les années 1940, activités industrielles et bancaires (Garza, 1988). Ceux-ci ont renforcé, à partir des années 1970, leur stratégie de diversification par d’importantes prises de participation dans les secteurs financiers et des services (SERFIN et BANPAIS jusqu’à la nationalisation du secteur bancaire en 1982). La relation entre la fédération et les groupes locaux a été conflictuelle sous le mandat d’Etcheverria (1970-1976) mais l’Alliance pour le progrès pendant le sexennat de José Lopez Portillo (1976-1982) scella une nouvelle entente entre l’État central et les groupes de Monterrey. Dès la fin des années 1970, les industriels de Monterrey contrôlaient ou possédaient une influence décisive sur tous les organes de représentation de « l’initiative privée ». Fortement endettés, ils furent durement touchés par la crise financière de 1982 et par la dévaluation de décembre 1994. Les groupes industriels de Monterrey (Alfa, Vitro, Cemex, Femsa, Visa, Cydsa) sont néanmoins dans une phase d’internationalisation. Après le rachat d’une partie des banques reprivatisées par Carlos Salinas de Gortari leurs états-majors contrôlent une part importante de l’activité économique et financière.

4Les élites régiomontaises ont cherché et cherchent encore aujourd’hui à incarner une certaine forme de modernité, leur relation avec le reste du Mexique a souvent été problématique. La société locale aspire à affirmer sa spécificité et son identité. Ce poids économique de la ville se traduit par une volonté d’autonomie d’action par rapport aux pouvoirs politiques et économiques de la ville de Mexico. Pendant le sexennat de Carlos Salinas de Gortari, le Nuevo Leon fut présenté comme un modèle de la réussite de la nouvelle politique économique et de nouvelles formes d’interventions des pouvoirs publics.

Un tissu historique de petite ville

5Le tissu urbain du centre de la ville transcrit cette histoire difficile. Il n’existe pas de centre historique monumental de l’époque coloniale. Au début du xixe, les descriptions de la ville soulignent la banalité du tissu urbain historique (Sanchez, 1828). Les principaux immeubles du centre datent de la fin du xixe ou du début du xxe siècle. Le tracé urbain n’était pas organisé autour d’une place centrale unique. La cathédrale commencée dans la seconde moitié du xviiie siècle mais terminée au xixe siècle et l’ancien palais municipal inauguré en 1853 se localisaient autour de la place de Armas (Zaragoza) à proximité du río Santa Catarina, autour de laquelle s’était établi en 1867 le Casino Monterrey, club de la bourgeoisie locale. Le Palais du gouverneur fut construit, entre 1895 et 1908, plus au nord autour de la place Juarez, derrière laquelle fut créée, entre 1928 et 1930, une nouvelle place, cadre de l’édification du palais fédéral. Jusque dans les années 1930, les résidences de la bourgeoisie locale étaient regroupées à proximité de la place de Armas ou de l’Alameda au nord ouest du centre historique. Jusqu’à la construction de la Gran plaza, chacun des trois niveaux de pouvoir se localisait sur une place distincte mais située sur un même axe ; c’est cet axe central d’inscription des pouvoirs qui fut aménagé pour créer la Gran plaza.

6Au nord et à l’est, en périphérie du municipe de Monterrey, les implantations industrielles précoces avaient entouré la ville du xixe siècle. La croissance récente sous la forme de lotissements populaires, d’invasions régularisées ou de programmes publics de logement s’est faite essentiellement dans les mêmes directions mais sur les municipes proches. A l’opposé les lotissements pour classes aisées se sont implantés, à partir des années 1940, au sud, dans le municipe de San Pedro Garza García (club de golf, lotissement del Valle puis Fuentes del Valle), où les ressources en eau sont importantes et qui accueillait depuis la fin du xixe de nombreuses maisons de campagne de la bourgeoisie locale. Ce développement résidentiel forma, à partir des années 1970, la base d’une zone de nouvelle centralité commerciale et tertiaire. L’opposition entre deux secteurs de la croissance urbaine, que l’on retrouve dans de nombreuses villes mexicaines est ici particulièrement nette : certains auteurs évoquent une « ville bicéphale » (Barragan, 1992) pour décrire la forte ségrégation entre la « ville industrielle » du nord et de l’est (municipes de San Nicolas de los Garza, Apodaca, Guadalupe, Escobedo) et une « ville des services » au sud et à l’ouest du municipe de Monterrey et dans le municipe de Garza García. Ségrégation qui est ici renforcée par l’émiettement municipal, les différences de ressources entre les différents municipes et l’absence d’un organisme de gestion de l’agglomération, ce rôle étant de fait dévolu au gouvernement de l’État.

7Jusque dans les années 1960, la croissance périphérique sous la forme de lotissements pour classes aisées ne s’est pas accompagnée de création de nouveaux pôles de centralité commerciale. La proximité des États-Unis a retardé l’apparition d’une offre commerciale pour les classes aisées et moyennes qui réalisaient massivement leurs achats de l’autre côté de la frontière ; Jean Revel Mouroz notait en 1969 l’absence de magasins de vêtements de qualité dans la ville de Monterrey. Le premier centre commercial moderne ne fut construit qu’en 1982 (Liverpool), la dévaluation qui avait rendu plus cher le recours aux États-Unis se traduisit par un essor du commerce local. L’équipement commercial des périphéries populaires du nord et de l’est de l’agglomération était très peu développé. Le centre de la ville continuait à concentrer les activités commerciales essentiellement pour les couches populaires et moyennes. C’est aussi dans le centre, le long des principaux axes, que se localisa à partir des années 1950 la promotion d’immeubles de bureaux, sous la forme de tours de plus de 10 étages disséminées dans un tissu urbain médiocre (Chapa, El Roble, Condominio Acero), phénomène qui s’accentua dans les années 1960-1980.

8Roberto García Ortega (1988 : 133) analyse la réalisation de la Gran plaza comme la poursuite de cette tendance de reconquête du centre par les groupes dirigeants, sur un modèle plus proche de celui des villes du Texas que des évolutions urbaines des villes mexicaines. La Gran plaza serait l’instrument privilégié de cette reconquête urbaine par la libération de nouveaux terrains pour la promotion d’immeubles tertiaires et d’activités commerciales. Reconquête qui devrait se conclure par la réalisation d’immeubles de copropriétés de luxe autour de la nouvelle place permettant le retour des classes aisées au centre. Cette interprétation est révélatrice des référents explicites ou implicites des concepteurs de ce projet de rénovation urbaine qui devait constituer un « détonateur » urbain pour impulser la réhabilitation de l’ensemble du centre de la ville.

Réaménagement de la centralité et grands travaux

  • 3 plus de 5 % par an entre 1940 et 1970 et supérieure aux villes de Mexico, Guadalajara et Puebla en (...)

9Dans un contexte de croissance urbaine rapide3 les autorités semblaient avoir concentré leurs interventions sur la gestion des périphéries urbaines, la mise en place de nouvelles infrastructures et l’approvisionnement en eau et avaient peu investi dans l’amélioration du tissu urbain du centre de la ville. Les seules interventions publiques ayant un impact notable sur le centre-ville furent :

  • l’élargissement de l’avenue Morelos, principale artère commerciale dans les années 1930, suivie de l’élargissement de la rue Zaragoza ;
  • la construction du Palais fédéral entre 1928 et 1930 ;
  • la canalisation du río Santa Catarina (1949-1952) dans le but d’éviter les fréquentes inondations, qui permit de récupérer 850 000 m2 de terrains constructibles en limite de l’espace urbain dense, 110 000 furent utilisés pour la réalisation de jardins, 420 000 pour de nouvelles voiries, et 320 000 m2 furent vendus pour rentabiliser le coût des travaux. Sur une partie de ces terrains, à l’ouest du centre, furent construits des immeubles d’habitation en copropriété pour classes moyennes (Condominios Constitución) (Mendichaga, 1985 : 415).

10Le plan directeur de 1967 avait proposé d’impulser la création d’un centre administratif au sud du río Santa Catarina, à la hauteur de l’avenue Cuauhtémoc et de relier cette zone par un tunnel sous la Loma Larga en direction du municipe de San Pedro Garza García. Il s’agissait donc de créer un nouveau centre plus proche et plus accessible à partir du secteur des lotissements de luxe en développement rapide. Mais la construction en 1970 du nouveau palais municipal à proximité de l’ancien consacra l’échec des projets du plan directeur, en maintenant le siège des pouvoirs locaux au nord du río Santa Catarina.

Monterrey : restructuration du centre

Monterrey : restructuration du centre

11La première tentative de réorganisation du centre a été prise en charge par les commerçants qui financèrent en 1977 l’aménagement de la rue Morelos, à l’ouest du palais municipal, qui fut transformée ainsi que quelques rues adjacentes en une zone commerciale piétonne (Crowley, 1984). Cette zone prolongée par une zone hôtelière, en direction du río Santa Catarina, prit le nom, en référence à la ville de Mexico, de Zona rosa.

Gran plaza

Genèse du projet de rénovation urbaine

12La construction de la Gran plaza est liée à la personne d’Alfonso Martínez Domínguez, élu gouverneur en 1979, qui publia dès la fin de l’année 1980 un programme de revitalisation de la zone. Le seul antécédent qu’il ait été possible d’identifier est une thèse de la faculté d’architecture qui, dans les années 1950, proposait la rénovation du centre et la constitution de macro-manzanas et de macro-plazas suivant les formes de l’urbanisme dominant à cette époque. Les documents de PROURBE présentant le projet se réfèrent néanmoins à un souhait ancien de la population pour la création d’une place « de palais à palais » unissant le siège du pouvoir municipal et celui du gouvernement de l’État, et expliquent l’essor du projet par une proposition de « l’initiative privée » pendant la campagne du futur gouverneur. L’influence de bureaux d’études canadiens ou de consultants texans liés à des groupes industriels locaux a aussi été évoquée. Néanmoins, plus que d’une demande des groupes locaux, il s’agit clairement d’un projet émanant du secteur public se proposant de libérer des terrains en centre-ville pour impulser l’investissement d’acteurs privés. La Gran plaza constitue une partie du programme de gouvernement d’Alfonso Martínez Domínguez, qui avait été président du Comité exécutif du PRI en 1968, responsable de l’administration du District Fédéral dans les années 1970 et avait eu un temps des ambitions politiques nationales. Dès son entrée en fonction, il afficha la volonté de marquer son mandat par la réalisation de grands travaux (plan hydraulique pour l’approvisionnement en eau, programmes publics de logements, régularisation des invasions, nouvelles infrastructures routières et autoroutières). PROURBE, société autonome, dont le conseil d’administration regroupe plusieurs organismes du gouvernement de l’État, la municipalité, les chambres de commerce et d’industrie, la CNOP, et des syndicats liés au PRI (CTM et CROC), prit en charge le projet. Celui-ci est présenté comme devant s’autofinancer. Sur les 400 000 mètres carrés de la zone de rénovation (31 îlots), 70 000 furent occupés par la place constituant une perspective urbaine entre les deux palais, le reste des terrains hors voirie, soit 95 000 m2, furent aménagés pour être vendus. Par ailleurs, une taxe spéciale est imposée aux propriétaires des terrains proches (un ou deux îlots dans toutes les directions). Le montant de cette taxe doit permettre de récupérer 45 % des investissements. Elle est présentée comme une nécessaire contrepartie des propriétaires à l’augmentation de la valeur des terrains introduite par l’intervention publique.

Entre zócalo et central business district

  • 4 cf. Gran Plaza, numéro spécial du journal municipal de Monterrey, 1982.

13On peut analyser le projet de la Gran plaza comme une volonté de mettre en adéquation l’image du centre avec la place de la ville dans la hiérarchie urbaine, celle de la principale métropole industrielle moderne du Mexique. Les documents officiels de présentation du projet soulignent aussi la nécessité de doter la ville d’un espace pour les manifestations de la vie publique de la métropole4, qualifié de recinto civico dans la tradition des places centrales des villes mexicaines et en particulier de la ville de Mexico. C’est donc aussi l’ancrage dans une modalité typiquement mexicaine de territorialisation de la vie publique qui est revendiquée pour légitimer l’action publique de rénovation.

  • 5 Les généraux Bernardo Reyes, José Silvestre Aramberri, Francisco Naranjo, José Maria Mier, Juan Zu (...)

14Situé face au palais du gouvernement de l’État au nord de la Gran Plaza, un espace ouvert de 19 400 m2, « l’esplanade des héros », extension de l’ancienne place Juarez, est vouée à cette fonction de centre civique. Elle est présentée comme le zócalo de la ville, pouvant recevoir plus de 50 000 personnes. Sous les statues d’Hidalgo, de Juarez, de Morelos et du général Mariano Escobedo ont été placés les restes des principales figures historiques de l’histoire regiomontaine5. Monument intentionnel élevé pour édifier les populations, « l’esplanade des héros » doit « aviver la conscience civique du peuple et renforcer les valeurs citoyennes » (Prourbe, 1985). Elle constitue, par la présence même des reliques des acteurs de la construction de l’identité historique de la ville et de l’État, un dispositif d’ancrage symbolique du projet au sein de la tradition mexicaine.

15La Gran plaza, en reliant par un espace ouvert les deux principales places (Zaragoza et Juarez), réunit en une même place centrale les deux lieux les plus chargés d’histoire de la ville :

  • au nord à proximité de la place Juarez, la source autour de laquelle s’est effectuée la première fondation de la ville, marquée aujourd’hui par une fontaine, la Fuente de la Vida - qui a aussi pour fonction de rappeler les grands travaux réalisés par le gouvernement de l’État pour l’approvisionnement en eau - et une statue de Diego de Montemayor le fondateur de la ville ;
  • et plus au sud, la place de Armas (Zaragoza), un peu plus élevée, lieu vers lequel les premiers habitants s’étaient déplacés après l’inondation de 1611.

16C’est en ce sens que le projet de rénovation est décrit comme respectant les vraies « reliques » qui évoquent le passé de la ville tout en supprimant les constructions anciennes inadaptées ; il s’agit donc de conserver ou de recréer la référence historique par la construction de monuments intentionnels tout en supprimant les marques de l’ancienneté du tissu urbain.

  • 6 cf. Gran Plaza, numéro spécial du journal municipal de Monterrey, 1982.

17Dans le même temps, le modèle de la ville nord-américaine est revendiqué. Pour les autorités publiques, le tissu urbain du centre, en majorité composé de constructions basses de deux à quatre étages au sein desquelles sont disséminés quelques immeubles de plus de dix étages, doit être modifié pour créer une skyline, à l’image du central business district dans les villes américaines. Il s’agissait d’en finir avec l’image de Monterrey comme une ville basse et laide (chaparra y fea). Le projet de la Gran plaza, en ouvrant les terrains proches à la construction d’immeubles de grande hauteur, doit permettre de construire cette skyline, à la hauteur du poids économique de la ville et de sa place dans la hiérarchie urbaine. L’amélioration de l’image de la ville est liée à une croissance en hauteur. Le nouveau gouverneur note dans son second rapport de gouvernement que « le moment est arrivé de croître verticalement. La Macro-plaza doit être la traduction urbanistique de la grandeur de la ville, de sa puissance industrielle, de son rôle dans l’éducation » (Crowley, 1984 : 2). La construction d’une skyline et d’un CBD devait forger l’image de la ville du xxie siècle6.

18Le projet de Gran plaza revendique donc l’ancrage dans deux traditions, celle de l’urbanisme des États-Unis en proclamant la nécessaire constitution d’une skyline et celle de la tradition urbaine mexicaine en organisant la reconquête urbaine autour d’une nouvelle place d’une ampleur inégalée. En ce sens, il s’agit bien d’un projet caractéristique d’une métropole jeune de style hybride « mexicano-nord-américain » (Garcia, 1988 : 130).

Destruction d’un espace urbain « en crise »

19L’acquisition des terrains et les démolitions ont commencé au début de 1981, alors que le projet n’a été approuvé officiellement par le congrès de l’État qu’en novembre de la même année. La déclaration d’utilité publique permettait d’exproprier les terrains, mais ce recours ne fut pas utilisé. Tous les propriétaires acceptèrent de vendre sous la pression de PROURBE et du gouvernement de l’État, même si certains d’entre eux dénoncèrent dans la presse locale les pressions du gouvernement (services coupés, difficultés administratives). Mais c’est surtout une volonté politique clairement affichée et la promesse d’un paiement plus rapide et plus important que l’incertaine indemnisation d’une expropriation qui permit l’acquisition de la maîtrise foncière par le gouvernement. Une association de défense des propriétaires de la zone s’opposa néanmoins à la déclaration d’utilité publique d’un projet visant à exproprier des petits propriétaires pour permettre l’arrivée de nouveaux investisseurs. Elle proposa que l’argent public soit investi dans des crédits pour aider les propriétaires et commerçants à réhabiliter leur logement, et de construire un complexe administratif et hôtelier sur les friches industrielles qui entourent le centre.

20PROURBE a acquis 730 propriétés, appartenant à 350 propriétaires d’immeubles et 370 commerçants et propriétaires de locaux d’activité. 340 familles ont dû être déplacées, 80 % habitaient des logements loués en majorité dans des vecindades. La densité d’habitants dans la zone était donc très faible. Le gouvernement de l’État a offert aux locataires l’accès à un logement en propriété dans un programme public. L’aide au déménagement fut pris en charge par la section locale du PRI. La grande majorité des commerçants ont cherché un nouveau local dans la zone centrale.

21Les documents et les discours du gouvernement de l’État et de PROURBE présentent la zone démolie comme une zone en décadence où l’habitat était composé de vecindades décrites comme un « cancer urbain », où se concentraient des activités « conflictuelles » (bars, cantinas, cabarets, prostitution), une zone dangereuse, dont les propriétaires et les utilisateurs étaient incapables d’assurer le re-développement, situation aggravée par les problèmes de congestion et de parking. La destruction-reconstruction apparaît donc comme la seule intervention possible.

22L’étude de William Crowley sur les activités présentes dans la zone avant la démolition a montré que cette stigmatisation reposait sur une dramatisation de la situation. Seulement 14 % des constructions pouvaient être classées comme en très mauvais état. Sur les 571 lots de la zone de rénovation, 240 avaient un usage mixte commercial et résidentiel, 170 un usage résidentiel, 76 étaient occupés par des bureaux, 16 par des administrations. On notait aussi la présence de 33 terrains utilisés comme parkings et de 13 lots vides. La majorité des opticiens du centre de la ville se concentraient sur cet espace. Au sud, partie intégrante du centre commercial de la ville, en continuité avec la nouvelle zone piétonne créée en 1970, un secteur était occupé en majorité par des commerces.

23Toutes les constructions furent détruites à l’exception du Casino Monterrey, de la cathédrale, d’une église du xixe siècle, et de quelques immeubles de bureaux à la périphérie de la zone qui furent maintenus car ils correspondaient au type d’usage souhaité.

La défaillance des grands investisseurs privés

24Selon le premier projet seuls des grands lots devaient être vendus et les immeubles construits autour de la place devaient comporter au moins 10 étages. Les responsables de PROURBE rendirent publiques, non seulement l’intention de certains grands groupes (Alfa, Cemex, Vitro, Protexa-Gamesa) d’acheter plusieurs lots, mais aussi la construction de plusieurs hôtels financés par BANAMEX et Nacional Hotelera. Mais la commercialisation des terrains fut beaucoup plus difficile que prévu. A cause de la crise financière de 1982 qui réduisit fortement les capacités d’investissements mais aussi, et peut-être surtout, car ces groupes avaient choisi, au même moment, de réaliser de nouveaux investissements immobiliers dans le municipe de Garza García. Les groupes locaux, qui n’avaient pas pris part à la conception ni à la réalisation du projet, restèrent à l’écart de la Gran plaza et les promoteurs du projet durent réduire leurs ambitions et accroître la part des projets publics.

25Les limitations concernant la taille des lots et la hauteur des constructions furent supprimées. Le parking sous la place fut réduit de 3 000 à 900 places. Dans le projet initial, un théâtre de la ville, une bibliothèque et le nouveau palais législatif devaient constituer les seuls projets publics, mais devant les difficultés de commercialisation des terrains, trois autres immeubles furent construits sur financements publics : deux tours administratives (trésorerie générale et ministère de l’éducation et de la culture de l’État) et, en souterrain, les archives de l’État. INFONAVIT, organisme national de promotion publique de logement pour les travailleurs salariés y édifia aussi son siège local, et plus récemment la cour supérieure de justice s’est établie sur la place. Le budget prévisionnel fut largement dépassé.

26Devant les difficultés de commercialisation le successeur d’Alfonso Martínez Domínguez, Jorge Trevino Martinez, gouverneur de 1985 à 1991, décida de geler les terrains restant disponibles et de les transformer en espaces verts. Plutôt que de laisser se construire autour de la place des immeubles de bureaux ou des activités d’un niveau inférieur à ceux espérés, la stratégie des autorités publiques fut dès lors de canaliser les éventuels nouveaux projets sur la zone de taxation à l’extérieur de la zone de rénovation, c’est-à-dire de les diluer dans le tissu urbain du centre. Stratégie affichée dans un contexte où les nouveaux projets privés étaient de toute façon très peu nombreux.

27Ces difficultés ont remis en cause l’autofinancement du projet, qui n’a pu être que formellement établi par le rachat de terrains à PROURBE par des organismes publics et par la taxe sur la propriété payée par les propriétaires des zones adjacentes. L’imposition de la plus-value devait être perçue en une fois (payable en trois ans), mais la taxe foncière a aussi été augmentée. La valeur moyenne de la taxe représente plus d’un sixième du prix du terrain, avec de grandes différences suivant la proximité de la zone d’intervention. Les propriétaires ont dû commencer à payer dès 1982 alors que les travaux n’étaient pas achevés et que les commerçants protestaient contre les nuisances et la baisse de leur chiffre d’affaires. Cette modalité de financement de la Gran plaza eut un impact immédiat sur la mutation de la propriété dans la zone. L’augmentation de la taxation avant tout avantage réel perçu par les propriétaires a fonctionné comme une incitation à la vente pour les propriétaires qui n’avaient pas les capacités financières nécessaires pour anticiper des usages futurs : ce fut en particulier le cas à l’est de la zone composée en partie de maisons individuelles. Les terrains furent achetés par des spéculateurs ou des investisseurs gelant la propriété en attente de l’essor de la Gran plaza pour la réalisation d’un projet immobilier. Mais l’impact immédiat a été l’abandon de nombreuses propriétés. Dans la zone de taxation on note, encore aujourd’hui, la présence de nombreux commerces ou maisons fermés. Certains commentateurs considèrent que les propriétaires de la zone de taxation spéciale furent plus mal lotis que les propriétaires de la zone de rénovation qui furent indemnisés, alors que les propriétaires obligés de vendre avant la fin des travaux, pour ne pas payer la taxe, ont dû brader leur terrain.

28L’intervention publique de rénovation n’a donc pas réussi à impulser la création d’une skyline à partir des édifices des grands groupes locaux. L’objectif de marquage de l’espace central n’a pas été totalement abandonné, mais seuls quelques immeubles dispersés autour de la place ont été réalisés et l’image globale reste très éloignée du CBD dense présenté sur les premières maquettes. Néanmoins, le marquage de l’image urbaine fut réalisé d’une manière résiduelle par l’édification d’un point de repère renforçant l’imagibilité de la zone de rénovation au sein du tissu urbain central : une tour de béton armé de 70 mètres de haut, 12,5 mètres de large et 1,8 mètre d’épaisseur, surmontée d’un laser projetant son rayon vers le ciel ou vers d’autres parties de la ville. Ce monument conçu par Luis Barragan et donné à la ville par la Chambre de commerce se limite à cette fonction de marquage. La volonté d’instaurer une verticalité généralisée pour le tissu urbain central a été réduite à un signe symbole de la pure intentionnalité. Symbole qui prend place sur l’ancienne place de Armas et domine la tour de la cathédrale.

29Cette verticalité monumentale qui devait signifier la puissance industrielle et financière de la ville a été remplacée par un monument à la gloire du commerce : « le phare du commerce ». L’activité commerciale au sein de la zone de rénovation est essentiellement représentée par un petit centre commercial en sous-sol, à proximité du « phare du commerce », regroupant pratiquement uniquement des commerces occasionnels pour promeneurs et population jeune (boutiques de cadeaux et gadget, jeux, café, etc). L’espace de la Gran plaza est donc marqué par une série de symboles, monuments à la gloire de l’histoire de l’État et de la nation, d’une part, d’édifices illustrant la puissance des autorités publiques et de la Chambre de commerce, d’autre part. Alors même qu’ils constituent une des composantes principales de l’identité de la ville et que la Gran plaza avait été conçue comme un dispositif devant permettre leur inscription monumentale dans le centre de la ville, les groupes industriels locaux sont totalement absents du projet.

30Le projet de rénovation n’a pas été impulsé par les groupes industriels et financiers locaux, aucune concertation réelle n’a eu lieu avant la publication du projet par le gouvernement de l’État ; William Crowley (1984) note que leur première réaction fut de « surprise et de rejet ». Les associations de commerçants ont manifesté dans un premier temps leur opposition au projet, redoutant l’implantation d’une grande chaîne de supermarchés autour de la Gran plaza. Elles ont néanmoins par la suite apporté leur soutien au programme sous la pression des commerçants du centre, en particulier de la zone piétonne, favorables à la réalisation d’un parking en centre-ville et qui espéraient être les premiers bénéficiaires du changement d’image du centre.

31Sept ans après l’inauguration de la place, en juin 1991, l’inauguration du Musée d’Art Contemporain de Monterrey, le Marco, financé par une association d’industriels locaux, scelle d’une certaine façon la réconciliation entre les milieux d’affaires et le projet de rénovation. Prenant place au sud de la place à proximité de la cathédrale et du palais municipal, le Marco, réalisé par Ricardo Legorreta, se présente comme le plus grand musée mexicain d’art moderne. La présence du Marco a relancé les projets de construction d’hôtels de luxe autour de la place.

Garza García : un nouvel espace pour la ville des affaires

Construction de sièges sociaux monumentaux

32L’impact de la crise financière de 1982 est régulièrement invoqué pour expliquer la défaillance de l’implantation des grands groupes industriels autour de la Gran plaza. S’il est vrai que les principaux groupes furent durement affectés par la crise de la dette, la dévaluation et la nationalisation des banques, leur absence du projet doit être analysé comme le résultat d’une stratégie divergente de localisation au sein de l’agglomération et non comme une incapacité à réaliser de nouveaux investissements immobiliers. En effet, à l’époque de la mise en place du projet de Gran plaza, les groupes industriels étaient impliqués dans une stratégie de regroupement de leurs sièges au sud de la ville dans le municipe de Garza García (Urbis-Barragan, 1992). Les activités de direction et de gestion furent séparées des espaces de la production du nord de la ville ou relocalisées à partir d’immeubles de bureaux dans la zone centrale. Les principaux groupes ont construit ici des tours à l’architecture prestigieuse entourées de vastes espaces verts, appelés Corporativos : Cydsa, Alfa, Vitro, Seguros la commercial, seguros Monterrey, Grupo Copamex (consorcio papelero mexicano), Gamesa, Pulsar, Cigarrera la Moderna, etc.

  • 7 En particulier Casolar, filiale du groupe Alfa qui lança la construction d’un grand complexe de bu (...)
  • 8 Au cours du premier trimestre de 1995, le marché de l’art de la ville de Monterrey s’est effondré, (...)

33Cydsa, Celulosa y derivados, a été le premier groupe à construire son nouveau siège social, entre 1979 et 1980, sur un terrain de 10 hectares. Alfa a inauguré son immeuble en 1982, puis ouvert un planétarium et un centre culturel autour de vitraux de Rufino Tamayo. Le siège de Vitro a été terminé en 1985 sur 18 hectares de terrains achetés en 1978. Dans la même zone furent construits de nombreux immeubles de bureaux pour les multiples sociétés de services travaillant pour les grands groupes, les banques et les sociétés de bourses (casas de boisas) qui ont proliféré à partir de 1982 et de la nationalisation du secteur bancaire. Hôtels et commerces de luxe, restaurants, galeries d’art, et un grand centre commercial, Moll del Valle, sont venus compléter l’équipement de cette zone où quelques années auparavant n’existaient qu’une juxtaposition de lotissements pour classes aisées et un club de golf. Des sociétés de promotion liées aux grands groupes ont pris en charge une partie de ces opérations immobilières7, et les casas de boisas créées par les groupes industriels et financiers, rentabilisent la construction de sièges prestigieux en louant une partie des locaux. C’est dans ce secteur que s’investissent des capitaux rapatriés des États-Unis à la suite du nouvel essor financier et commercial du Mexique de la fin des années 1980 et au début des années 1990. Des immeubles d’appartements de luxe furent édifiés, tel le Capitolio achevé en 1989, ou l’édifice Cristal proposant des appartements modulables de 325 m2, rivalisant avec les meilleures zones de Mexico. La fin de « l’argent facile » des années Salinas sanctionnée par la dévaluation de décembre 1994 affecta le dynamisme des activités de services, de commerces et de promotion de logements de luxe dans la zone8.

Un nouveau type de quartier d’affaires

  • 9 A partir de 1964, le maire du municipe de García Garza est issu de la nouvelle population des loti (...)

34L’est du municipe de García est donc devenu le centre des affaires de l’agglomération de Monterrey. L’échec de la Gran plaza n’est pas assimilable à l’impossibilité de construire un CBD, mais bien à l’échec de l’intervention publique visant à inciter les grands groupes à localiser leurs sièges autour de la place centrale. Au moment de l’annonce de la création de la Gran plaza, les principaux groupes avaient déjà acheté des terrains dans le municipe de Garza García. Si les inaugurations des sièges sociaux monumentaux qui ont attiré de nombreux investisseurs dans la zone s’échelonnent entre 1979 et 1985, les choix de localisation, la décision de regrouper une partie des activités de direction et d’administration au sein d’immeubles prestigieux a été prise dans les années 1970 à une époque d’essor, de diversification et de renforcement de leur présence dans le secteur financier. Il s’agit d’une nouvelle étape de l’organisation interne des groupes mais aussi de leur relation à l’espace urbain. Le municipe de Garza García offrait de nombreux avantages, la disponibilité de terrains et de ressources en eau, l’absence presque totale de règlements d’urbanisme, une certaine connivence avec les autorités municipales9, la proximité des résidences d’une grande partie du personnel dirigeant et de la haute administration des groupes.

35Le municipe de Garza García constitue donc un espace urbain spécifique, où se localisent les sièges sociaux des principales entreprises de la ville et du pays réunis dans un nouvel espace de centralité sans équivalent au Mexique. Le reste du municipe étant occupé par des lotissements de luxe. Cette spécificité transparaît clairement des chiffres du dernier recensement (1990) : près de 70 % des logements ont été construits après 1970, la population totale du municipe est passée de 45 983 en 1970 à 113 040 en 1990 soit un taux de croissance annuel de 4,6 % alors qu’il a été de 1,1 % pour le municipe de Monterrey. La distribution de la population occupée montre clairement l’originalité du peuplement : la catégorie « chefs d’entreprises » représente 11,3 % du total alors que la moyenne pour l’Aire métropolitaine de Monterrey est de 2,5 % (2,8 % dans le municipe de Monterrey, 1,8 % pour San Nicolas et Guadalupe et moins de 1 % dans le reste des municipes). La population occupée déclarant gagner plus de 5 fois le salaire minimum est de 26,9 % à Garza García, 11,7 % pour l’Aire Métropolitaine de Monterrey, 12,8 % pour le municipe de Monterrey et 13,9 % pour San Nicolas, 9,3 % pour Guadalupe et moins de 5 % pour le reste des municipes de l’AMM. Les autorités locales présentent Garza García comme le municipe le plus riche du pays, affirmation qui semble plausible.

Investissements publics pour l’aménagement de la ville des affaires

36On ne doit pas considérer l’opposition entre la Gran plaza regroupant les édifices des pouvoirs publics et le secteur de Corporativos de Garza García comme représentative d’une contradiction entre la volonté exclusive des pouvoirs publics de créer un CBD en centre-ville, face au développement « spontané » et autofinancé d’un nouveau centre des affaires à l’échelle de l’agglomération. Certes, le secteur des Corporativos a été construit sans aucun projet d’ensemble, ni plan directeur ou plan masse, par la dissémination des projets des grands groupes, puis la multiplication le long de larges avenues d’immeubles de bureaux et de commerces, formant un espace urbain peu dense qui présente l’image de certaines zones du sud de Mexico, mais l’urbanisation de cet espace a aussi été accompagnée et rendue possible par d’importants investissements publics sous la forme de voiries et de services.

37En 1984, année de l’inauguration de la Gran plaza, Miguel de la Madrid inaugura un autre investissement important : l’avenue Lázaro Cardenas - connue aussi sous le nom de l’avenue de las Torres - améliorant la desserte de l’est du municipe de Garza García et sa liaison avec le reste de l’agglomération. Cette avenue et une série d’autres voiries nouvelles permirent la constitution du nouveau centre des affaires sur les terrains libres dans le municipe de Garza García. Ces investissements furent dans leur grande majorité réalisés pendant le mandat d’Alfonso Dominguez Martinez, et sous le contrôle de présidents municipaux du PRI liés au gouverneur. L’ampleur de ces investissements, qui dépassent très vraisemblablement l’apport public pour la réalisation de la Gran plaza, oblige à relativiser l’analyse de la Gran plaza comme une volonté affirmée de concentrer l’investissement public et privé dans le centre-ville. Lors de la conception de la Gran plaza, la stratégie de construction de sièges sociaux prestigieux dans le municipe de Garza García était déjà engagée ; on peut considérer dès lors la Gran plaza comme une tentative d’offrir en centre-ville des terrains pour attirer une partie des nouvelles constructions. Cependant la vision de la ville des autorités publiques et celle des grands groupes se sont avérées divergentes. La Gran plaza avait été conçue comme un dispositif permettant de concentrer la construction d’immeubles de bureaux en un même lieu alors que dans les années 1970 de nombreuses tours avaient été disséminées dans l’espace central le long des principaux axes urbains. Il s’agissait donc d’aménager les tendances de localisation des activités tertiaires des années 1970, en présupposant que les grands groupes étudiaient des projets en périphérie essentiellement à cause du manque de terrains d’ampleur suffisante et de la dévalorisation de l’image urbaine du centre-ville et qu’ils étaient prêts à participer à la construction d’un CBD en centre-ville à l’image des villes des États-Unis.

38Au moment de sa mise en œuvre les promoteurs, suivant les Corporativos, avaient modifié leur stratégie de localisation. La crise de 1982 a limité les nouveaux projets et la nouvelle étape de constructions rapides de nouveaux immeubles de bureaux après 1985 a surtout permis de densifier le nouvel espace urbain à l’est du municipe de Garza García, devenu dès lors un espace symbole de la métropole moderne. En ouvrant de nouveaux espaces pour la promotion privée au centre de la ville, les concepteurs de la Gran plaza cherchaient donc à canaliser vers le centre-ville une partie des projets de grands groupes. Cependant les disponibilités d’espace, les contraintes d’une implantation dans le centre, la volonté de se situer près de centres directionnels des principaux groupes n’a pas permis la répartition des activités directionnelles des entreprises locales dans deux zones.

39Le processus en jeu à Monterrey a été - malgré la Gran plaza - la séparation entre les espaces de la centralité administrative et du petit commerce, d’une part, et celle de la ville des affaires, d’autre part. Le réinvestissement dans le centre a été limité aux projets publics même s’il a été financé en partie par les propriétaires des terrains adjacents. L’action publique a bien impulsé une certaine revalorisation de la zone, mais cette revalorisation a été uniquement commerciale ou d’activités tertiaires liées au secteur public, une partie des terrains proches ont été gelés dans l’attente d’une valorisation ultérieure. Dix ans après, certaines activités nouvelles se sont implantées dans le centre, mais il ne s’agit pas d’un réinvestissement massif des activités de direction liées à l’essor de la ville comme métropole industrielle moderne. Dans cette remise en ordre des relations entre espaces urbains et centres directionnels privés, le projet public d’instaurer un réinvestissement sur le centre a été un échec. La Gran plaza n’a constitué que la création d’une nouvelle place et la réorganisation de l’inscription spatiale des espaces des pouvoirs publics dans le centre de la ville.

40A l’opposé, dans le municipe de Garza García, la juxtaposition de lotissements de luxe, d’activités tertiaires de direction et de services à forte attraction a permis la création d’un nouvel espace de centralité moderne, présentant l’image de la réussite de la ville, et rivalisant avec les meilleurs quartiers de Mexico comme des métropoles du Texas proche ; industries, mais aussi habitat et commerces pour couches populaires étant exclus de cet espace de la modernité. Les commerces, restaurants, boites de nuits, galeries d’art, expositions financées par les grands groupes ont une attraction à l’échelle de l’agglomération. De plus, malgré l’ampleur de la rénovation, la Gran plaza ne saurait rivaliser avec la construction d’un nouveau type d’espace urbain dans une zone où les disponibilités en eau permettent de maintenir une image verdoyante et où l’ampleur des terrains autorise une mise en scène de constructions monumentales.

41La séparation entre un espace central modelé par l’action des pouvoirs publics et le développement d’un centre des affaires périphérique sur la base d’investissements privés n’est qu’apparente. D’importants investissements publics ont accompagné cette valorisation dont les répercussions pour les propriétaires des terrains, les promoteurs et investisseurs sont sans communes mesures avec les tentatives de réinvestissement et de valorisation de l’espace situé autour de la Gran plaza. A la fin des années 1980, les terrains dans le municipe de Garza García étaient moins chers que dans la zone centrale, mais après 1985, ils se négocient à des prix plus élevés. La diffusion d’activités tertiaires valorise aussi la promotion de nouveaux lotissements et immeubles en copropriétés pour population à hauts revenus. Entre 1985 et 1990, 45 nouveaux lotissements furent créés dans le municipe de Garza García.

Poursuivre la réorganisation de l’espace central

La constitution d’un quartier historique pour la métropole moderne

  • 10 L’intérêt pour cette zone est cependant plus ancien puisque le Plan directeur de 1986 soulignait l (...)

42A partir de 1988, dans le but de protéger une partie du tissu urbain historique composé de quelques immeubles du xviiie, mais surtout de constructions du xixe et début du xxe, fut mis en place un projet de conservation du Barrio antiguo de Monterrey10. A la suite d’études menées en relation avec l’INAH, une « zone de conservation » fut délimitée par le gouvernement de l’État. La municipalité et le gouvernement de l’État impulsèrent une politique de construction d’une image historique : pavage des rues, peinture des façades, réglementation des enseignes. Un organisme de promotion, le Fideicomiso Barrio antiguo, fut créé en 1992 pour canaliser des ressources vers l’amélioration des infrastructures et des bâtiments publics et pour informer les propriétaires des aides disponibles pour la restauration et réhabilitation des façades. Il ne s’agit pas du quartier le plus ancien de la ville - les immeubles anciens les plus détériorés se localisent au nord de la zone de protection - mais du secteur où se concentraient jusqu’au début du siècle les logements de la bourgeoisie et des notables locaux. Encore aujourd’hui, certaines familles de notables ont conservé une maison dans la zone. Si les logements loués sont majoritaires, de nombreuses maisons sont occupées par leurs propriétaires. C’est vraisemblablement en partie la persistance d’un habitat individuel dans la zone qui a limité la destruction des constructions historiques. La constitution du Barrio antiguo permet d’organiser une amélioration de l’image urbaine dans une zone qui avait été valorisée par la rénovation du centre puis par l’implantation du Marco. La façade de la zone de protection donnant sur la Gran plaza est aujourd’hui constituée par le casino Monterrey, la cathédrale et le Marco. A proximité, dans le quartier historique, se développe une activité commerciale ou de restauration liée à l’attraction de cette partie de la Gran plaza.

43Pour la réhabilitation de cet espace historique, une série de procédures permettant la mutation de l’image urbaine et la construction d’une ambiance d’historicité valorisée ont été utilisées, procédures du même ordre que les pratiques analysées dans la présentation de la diffusion d’une action publique sur le patrimoine. Cependant, par rapport à la stratégie mise en place par l’INAH ou par les autorités locales dans de nombreuses villes, le Barrio antiguo de Monterrey présente une certaine originalité. La zone de protection est limitée à un seul quartier (13 îlots et 145 000 m2 soit une superficie 3,5 fois moins importante que la zone de rénovation de la Gran plaza) et exclue au nord des espaces où l’on peut identifier des constructions anciennes dégradées. La limite nord de la zone de protection ne prend en compte que les constructions en façade de la rue Teresa de Mier. A l’opposé des pratiques mexicaines de délimitation de zones de protection qui se caractérisent par la création d’amples secteurs, il s’agit plus d’un périmètre opérationnel pour la promotion de pratiques de restauration que d’un secteur à finalité de contrôle des nouvelles constructions. Seuls les immeubles à l’intérieur de la zone sont protégés et aucune limitation particulière ou zone de transition n’a été mise en place autour du Barrio Antiguo pour protéger l’image urbaine globale.

44A Monterrey, la politique de protection du patrimoine historique n’a pas été conçue comme une alternative à la rénovation du centre, ni comme élément d’un projet global de revitalisation de l’espace central. La stratégie de constitution d’une image de quartier historique a été mise en place près de dix ans après les premiers projets de la Gran plaza, elle apparaît comme un attribut supplémentaire à l’évolution de l’espace central. D’une certaine façon, la politique mise en œuvre à Monterrey est plus proche de la création de certains secteurs sauvegardés en France que de la pratique mexicaine de déclaration de zones de patrimoine historique. Au sens où rénovation et restauration peuvent apparaître comme des politiques complémentaires appliquées à des espaces différents à des époques différentes, mais aussi parce qu’une petite partie seulement de l’espace central historique est ici en jeu et que la délimitation d’un secteur de protection apparaît comme le cadre d’une politique de revitalisation plutôt que comme la création d’un espace pour le contrôle de l’évolution des constructions de l’ensemble du centre de la ville (Soucy, 1989). Mais on a vu que la réduction des espaces sur lesquels s’applique une réglementation spécifique est aussi une caractéristique de l’évolution des pratiques nationales de la politique du patrimoine.

  • 11 Ley de protección al patrimonio cultural del estado, Periódico Oficial del Estado de Nuevo León, 2 (...)

45Par ailleurs, malgré la participation de l’INAH aux études, la politique de préservation du patrimoine est uniquement locale. Prise en charge par la municipalité et le gouvernement de l’État, il s’agit aussi d’une vitrine et d’un espace d’application de procédures relativement classiques d’amélioration de l’image urbaine mais qui se présentent comme pilotes car gérées par les autorités locales. Dans un État où les pouvoirs publics et la bourgeoisie locale souhaitent afficher leur autonomie par rapport aux politiques fédérales, et dans une ville où l’absence d’architectures historiques monumentales est surtout le symbole des difficultés de l’émergence de la ville avant le début du xxe, créer un espace historique rebaptisé « quartier historique » peut être analysé comme la volonté de démontrer la capacité locale à ancrer la modernité dans la continuité historique et à mettre en œuvre les pratiques d’aménagement urbain qui se sont développées dans toutes les villes mexicaines au cours des vingt dernières années. La création du Barrio antiguo est contemporaine d’une volonté de l’État du Nuevo Leon de légiférer dans le domaine du patrimoine culturel, l’intervention des autorités locales est légitimée par la promulgation en 1991, d’une loi de protection du patrimoine culturel de l’État11 ; loi qui rendit possible le classement du Barrio antiguo comme « zone historique protégée ». La statuaire et les reliques des héros locaux se sont donc avérées un dispositif insuffisant de réintroduction d’une historicité positive dans la zone de rénovation, c’est bien l’ambiance urbaine d’une ville historique rêvée qu’il s’agit de reconstruire, dans un espace témoin limité, comme dispositif d’ancrage de l’espace central dans une mexicanité revendiquée.

Un dispositif de reconquête de l’est du centre-ville : la promenade du río Santa Lucia (Canalón)

  • 12 Fonctionnant depuis le début du siècle, Fundidora fut intégrée à l’entreprise publique SIDERMEX en (...)
  • 13 CINTERMEX : Centre international d’affaires de Monterrey, Centro international de negocios de Mont (...)

46Depuis 1992, les autorités locales se proposent d’impulser un nouveau projet dans le centre-ville. Il s’agit du réaménagement du Canalón, créé dans les années 1885-1887 par canalisation du río Santa Lucia, pour lutter contre les inondations mais surtout comme mesure hygiéniste d’assèchement des marais proches, canal transformé en drainage à l’air libre en partie recouvert par voiries et constructions. Le réaménagement du Canalon doit permettre de relier la Gran plaza à la friche industrielle de 124 hect. créée, à l’est du centre historique, par la fermeture de Fundidora en 198612, terrain sur lequel a été aménagé un musée industriel et un parc écologique mais aussi un centre de conventions et d’expositions qui doit constituer la base d’une série d’équipements hôteliers et tertiaires. Les terrains de Fundidora ont été donnés au gouvernement de l’État pour la réalisation d’un parc écologique. Sur une partie des terrains, CINTERMEX13, centre d’affaires et de conventions internationales, inauguré au début de 1991, regroupe, sur 64 000 m2, construits un centre d’exposition permanente de 12 000 m2 où sont présentes 150 entreprises et un centre de conventions, salons et foires. Il s’agit d’un organisme de promotion, administré par les dix principaux chefs d’entreprises de la ville, lié à la Chambre de l’industrie de la transformation du Nuevo Leon. Autour du centre d’expositions et de conventions plusieurs projets de grands hôtels de chaînes internationales et une tour de bureaux sont à l’étude. CINTERMEX se présente comme un des principaux centres d’affaires d’Amérique Latine et le symbole de la volonté d’ouverture du Mexique sur le commerce mondial.

47Le bâtiment incarnant la pérennité de la vocation industrielle de Monterrey n’a pas pris place autour de la Gran plaza, ni dans le secteur des Corporativos voué à la célébration des activités de direction, financières et de service. Cet espace situé sur le site même de l’entreprise symbole de l’essor industriel de la ville cherche à apparaître comme la vitrine de l’industrie régiomontaine de la fin du siècle, alliant la mémoire industrielle (une partie des bâtiments de Fundidora ont été conservés) et la promotion des aspects les plus modernes de l’industrie locale. La promenade du río Santa Lucia peut être dès lors être analysée comme une nouvelle tentative de relier la Gran plaza à l’espace des activités industrielles cette fois en créant un couloir touristique et financier, stratégie permettant d’utiliser les deux pôles Gran plaza et CINTERMEX pour attirer des promoteurs de bureaux et activités tertiaires et bancaires.

  • 14 La River Walk de San Antonio est un projet de rénovation du centre ancien qui a débuté en 1939, gr (...)

48Une zone de rénovation a été délimitée de part et d’autre du canal, les constructions actuelles doivent être détruites et les berges du canal aménagées pour permettre l’installation d’activités touristiques, de restauration ou de commerces. Il s’agit d’impulser la réhabilitation du Barrio de Santa Lucia à l’est de la Gran plaza et au nord du Barrio antiguo, présenté aujourd’hui comme une des zones les plus détériorées du centre, où l’on note la présence de vecindades et d’immeubles abandonnés. La majorité des immeubles qui doivent être détruits ne sont pas les immeubles les plus anciens mais ceux qui ont été construits sur ou à proximité du Canalón malgré une servitude ancienne de non constructibilité de 13 mètres de part et d’autre du canal. La réactivation de cette servitude est utilisée aujourd’hui pour justifier l’intervention publique. La référence explicitement présentée comme modèle pour ce projet est la river walk de San Antonio, où l’aménagement de la rivière a permis la création en centre-ville d’une zone de promenade bordée de restaurants, instrument de la réhabilitation et du maintien d’activités au centre de la ville14.

49La création d’une promenade du río Santa Lucia, organisée autour du canal réaménagé - en grande partie reconstruit - pour permettre le transit de barques, doit constituer un nouveau pôle d’attraction pour la rénovation ou la réhabilitation du secteur traversé. Les projets prévoient la revitalisation d’une zone entre 40 et 60 hectares. Du côté de la Gran plaza, l’inauguration du Musée d’histoire mexicaine fin 1994, entouré d’un plan d’eau et localisé à proximité du site de création de la ville, sur la source de Santa Lucia, préfigure la mise en place du Paseo, tout en renforçant le rôle de centralité « culturelle » de la Gran plaza.

50Un Conseil et un Fideicomiso de réhabilitation métropolitaine ont été créés pour canaliser les investissements et encadrer la participation des propriétaires. Selon un des responsables de cet organisme, réhabilitation est à entendre ici au sens de changement d’usage : seule l’augmentation des prix des terrains et des immeubles témoignera d’une réhabilitation réussie. FIRME présente son mode d’action comme opposé à celui de la rénovation massive du projet Gran plaza, initiative du gouvernement de l’État qui ne fut pas reprise par les acteurs locaux et qui ne réussit pas à impulser une revitalisation des secteurs proches. L’intervention publique autour du Paseo du río Santa Lucia cherche à obtenir l’aval des investisseurs locaux et la participation des propriétaires de la zone, il s’agit de réussir un « projet de ville » et une meilleure re-mobilisation des investisseurs autour des espaces centraux.

51L’espace central de Monterrey peut être décrit comme réorganisé sous l’impact des interventions publiques en quatre types d’espace correspondant à des époques différentes :

  • l’ouest du centre-ville, centre commercial et tertiaire du début du siècle remodelé une première fois dans les années 1930 par l’élargissement des avenues Morelos et Zaragoza, puis transformé en une zone piétonne en 1977 ; zone commerciale et tertiaire prolongée le long de l’avenue Juarez et des principaux axes de l’ouest de la zone centrale du municipe de Monterrey par la diffusion d’immeubles de bureaux et complétée par une zone hôtelière en direction du río Santa Catarina ;
  • la zone de rénovation de la Gran plaza (1981-1984) qui par la défaillance des investisseurs privés peut être assimilée à l’éradication d’une partie de la zone commerciale et de quartiers peu valorisés pour réorganiser l’inscription et la visibilité des espaces des pouvoirs publics dans la ville ;
  • le sud-est de la zone centrale, où se concentraient les résidences de la bourgeoisie de la fin du xixe, transformé en Barrio antiguo à partir de 1988 ;
  • l’est de la Gran plaza, le barrio Santa Lucia, par la promenade du río Santa Lucia, cherchant depuis 1992 à reproduire une zone de touristique et de récréation autour d’un canal à l’image du succès de la river walk de San Antonio, mais qui effectue aussi un lien symbolique avec l’espace de l’activité industrielle réutilisé sous la forme d’un centre de convention ;

52Dans le même temps, la réorganisation des relations entre activités tertiaires de gestion des groupes industriels et financiers locaux et l’espace urbain est restée à l’écart des projets publics, en constituant un nouvel espace de la centralité « moderne » autour du secteur des Corporativos dans le municipe de Garza García et par l’établissement d’un centre de convention sur les friches industrielles de Fundidora pensé pour devenir, malgré des difficultés de démarrage, un nouvel espace d’accueil des activités de promotion de l’industrie locale.

Notes

1 Je tiens à remercier Gustavo Garza, Colegio de México et conseiller du gouvernement de l’Etat de Nuevo Léon, Everardo Garza Guerra, directeur du réaménagement urbain du municipe de Monterrey et ancien chef de projet de PROURBE, Roberto García Ortega, directeur de planification urbaine de l’Etat de Nuevo Leon et Fernando Rodriguez Urrutia, responsable de la recherche de la faculté d’architecture de l’Université de Monterrey pour leur aide dans l’approche de la réalité régiomontaine.

2 L’aire métropolitaine de Monterrey (AMM) est composée du municipe de Monterrey (1,07 million d’habitants) et de sept autres municipes : Apodaca : 115 913 hab., Garza García : 113 040, Escobedo : 98 147, Guadalupe : 535 560, Juarez : 28 014, San Nicolas : 436 238, Santa Catarina : 163 848 (recensement de 1990).

3 plus de 5 % par an entre 1940 et 1970 et supérieure aux villes de Mexico, Guadalajara et Puebla entre 1970 et 1980 (4,6 %) et entre 1980 et 1990 (2,4 %).

4 cf. Gran Plaza, numéro spécial du journal municipal de Monterrey, 1982.

5 Les généraux Bernardo Reyes, José Silvestre Aramberri, Francisco Naranjo, José Maria Mier, Juan Zuazua, Antonio I. Villareal, Pablo Gonzalez Garza c’est-à-dire les principaux chefs militaires de la réforme, la lutte contre l’intervention française et américaine, de la révolution, et un gouverneur de l’époque de Porfirio Diaz : Bernardo Reyes.

6 cf. Gran Plaza, numéro spécial du journal municipal de Monterrey, 1982.

7 En particulier Casolar, filiale du groupe Alfa qui lança la construction d’un grand complexe de bureaux « Los Soles ».

8 Au cours du premier trimestre de 1995, le marché de l’art de la ville de Monterrey s’est effondré, affectant en particulier les nombreuses galeries qui avaient été ouvertes dans le municipe de Garza García.

9 A partir de 1964, le maire du municipe de García Garza est issu de la nouvelle population des lotissements de luxe. La présidence municipale fut occupée en alternance par le PAN et le PRI, mais quelle que soit l’affiliation du candidat les liens avec les associations des lotissements et la grande bourgeoisie de Monterrey sont forts. Entre 1978 et 1989, période de mutation rapide du municipe et de construction du nouveau centre des affaires, le PRI garda le contrôle du municipe.

10 L’intérêt pour cette zone est cependant plus ancien puisque le Plan directeur de 1986 soulignait la nécessité de protéger le patrimoine architectural existant à l’est de la cathédrale.

11 Ley de protección al patrimonio cultural del estado, Periódico Oficial del Estado de Nuevo León, 23/12/91.

12 Fonctionnant depuis le début du siècle, Fundidora fut intégrée à l’entreprise publique SIDERMEX en 1976, qui employait sur ce site près de 10 000 personnes, cf. Daniel Hiernaux, Sonia Bass (1988).

13 CINTERMEX : Centre international d’affaires de Monterrey, Centro international de negocios de Monterrey, International Business Trade Center.

14 La River Walk de San Antonio est un projet de rénovation du centre ancien qui a débuté en 1939, grâce à un programme de travaux publics devant impulser la sortie de la dépression. Sa réalisation dura de longues années, la dernière extension de la rivière date de 1988. Si pendant longtemps cette promenade ne fut pas un succès, le centre-ville était considéré comme dangereux, à partir des années 1970, la River Walk devient le cadre de nouveaux projets immobiliers (hôtels, centres commerciaux, zone de restauration, théâtres), aujourd’hui, il s’agit d’une attraction touristique majeure de la ville, cf. Vernon G. Zuncker (1994).

Table des illustrations

Titre Monterrey : restructuration du centre
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2022/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 540k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540