Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Quatrième partie. Guadalajara et Monterrey : (re)construire un espace de centralité monumentale

Guadalajara : nouvelles places et embellissement du centre-ville

Texte intégral

Spécificités d’une métropole régionale

Une ville coloniale modeste et une croissance forte durant le xixe siècle

1Guadalajara, située à 600 km de Mexico, est aujourd’hui la métropole régionale du centre ouest. C’est une ville coloniale de création relativement précoce, mais les premières années de son existence furent difficiles. Après plusieurs changements de sites et plusieurs années de conflits entre conquistadores, Guadalajara ne reçut le titre de ville qu’en 1539, soit neuf ans après la première implantation ; la localisation de la ville ne fut totalement stabilisée sur le site actuel qu’en 1541. Au cours du xviie siècle, la ville de Guadalajara resta une petite ville passant de 3 000 à 10 000 habitants (Calvo, 1987 ; 1992), alors que dès la fin du xvie siècle Mexico abritait 60 000 habitants et Puebla 20 000. Au xviiie siècle, la ville dépassa les 20 000 habitants, mais c’est au xixe siècle que la croissance de Guadalajara fut plus rapide que celle de nombreuses autres villes : en 1803 sa population n’était que de 35 000 habitants (pour 130 000 à Mexico et 67 000 à Puebla) mais elle atteint 80 000 habitants en 1887. Guadalajara est dès lors devenue la seconde ville mexicaine ; Puebla n’a alors que 75 000 hab. La ville fut peu affectée par les conflits de l’indépendance et bénéficia du déclin des villes minières, puis, dans la deuxième moitié du siècle, renforça son rôle de centre régional (Rivière D’Arc, 1970).

2Le tissu historique est constitué par un strict plan en damier, occupé peu à peu par la croissance de la ville. L’espace réservé pour l’extension de la ville lors de la fondation n’est totalement urbanisé qu’à la fin du xixe siècle. Le tissu historique est en grande partie constitué d’édifices du xixe qui souvent ont remplacé des constructions plus anciennes. Entre 1898 et 1910, 21 lotissements furent créés en périphérie de la ville, dont sept pour les classes aisées qui délaissent le centre (Lopez Moreno, 1995 : 277). La croissance se concentre à cette époque le long des axes des premiers tramways électriques (1907), essentiellement à l’ouest et au sud de la ville (Garcia Rojas, 1990).

Entre petites industries et haute technologie

3Jusque dans les années 1940, Guadalajara fut d’abord une ville de commerce et d’administration. Puis, une petite industrie desservant le marché régional se développa. Mais le véritable essor industriel n’intervint qu’à partir des années 1960 (Rivière D’Arc, 1981), essentiellement sous la forme de production de biens de consommation pour desservir la population de la région et de la ville en forte croissance, renforcée par l’arrivée des premiers investissements étrangers. Après 1965, une partie de ces investissements prend la forme de maquiladoras. Entre 1960 et 1970, Guadalajara fut la ville pour laquelle la croissance industrielle a été la plus forte. La croissance démographique - 7,8 % par an - a été entre 1950 et 1960 supérieure à celle de Mexico, Monterrey ou Puebla, et, entre 1960 et 1970, seule Monterrey, parmi les grandes villes mexicaines, eut une croissance supérieure à celle de Guadalajara. Cette expansion se ralentit entre 1970 et 1990, le taux de croissance a été inférieur à celui des autres métropoles mexicaines.

Agglomération de Guadalajara

Agglomération de Guadalajara
  • 1 La zone métropolitaine de la ville de Guadalajara est composée de quatre municipes : Guadalajara : (...)

4Avec 2,9 millions d’habitants en 1990, Guadalajara - zone métropolitaine1 - est la seconde ville mexicaine. Cependant, elle se place derrière Monterrey pour la production industrielle. La structure de l’activité industrielle est marquée par la présence de nombreuses petites et moyennes entreprises, les entreprises industrielles sont deux fois plus nombreuses à Guadalajara qu’à Monterrey. L’activité de la ville présente une double spécificité :

  • la forte présence d’industries « traditionnelles » de biens de consommation (agro-alimentaire, textile, chaussures), mais aussi d’industries du plastique et de la chimie ;
  • une structure industrielle composée essentiellement de petites et moyennes industries et plus récemment l’émergence de groupes locaux et l’implantation d’entreprises de haute technologie : matériel photographique, construction électrique et électronique, filiales d’entreprises multinationales (Kodak, Hewlett Packard, IBM, Siemens, Shizuki, Wang, etc.). La concentration d’activités liées à l’informatique et à la haute technologie a permis de comparer Guadalajara à un silicon valley mexicain, même si l’assemblage occupe ici une place importante.
  • 2 Les enquêtes réalisées par Augustin Escobar Latapi (1986) montrent la complexité des relations ent (...)

5A l’opposé de ce développement de métropole industrielle moderne, une partie importante du tissu industriel de la ville est constituée par des petites entreprises familiales à forte intensité de main-d’oeuvre. Pour reprendre le titre d’un livre édité par Patricia Arias (1985), il s’agit de la grande ville de la petite industrie. Si les principales zones industrielles se localisent au sud et sud-est de la ville, à proximité de la gare, de nombreuses petites industries ou ateliers plus ou moins formels sont implantés à l’est, disséminés dans le tissu urbain du centre et des lotissements populaires (secteur Libertad et Reforma)2.

Structures urbaines et aménagement des espaces centraux

Une forte ségrégation entre l’est et l’ouest de la ville

6La structure urbaine de Guadalajara est marquée par une forte ségrégation entre l’est et l’ouest de la ville. Le río San Juan de Dios, canalisé et transformé en avenue Independencia au début du siècle, forme une limite dans les perceptions, les pratiques et les stratégies de localisation. Dans le tracé colonial, la proximité du río San Juan de Dios, situé à 250 mètres de la place centrale mais à 12 mètres en contrebas, limitait la croissance de la ville à l’est (Calvo, 1987 : 77). Jusqu’au xviie siècle, cette rivière constitua la limite de l’extension de la ville historique ; par la suite, des quartiers populaires se sont développés sur la rive est. C’est dans cette partie de la ville que s’est établi le tianguis et, à partir de 1888, le grand marché couvert de San Juan de Dios, ainsi que les activités commerciales liées à la fonction de centre agricole. Dans les années 1920, avec l’aménagement de l’avenue Independencia, les activités commerciales formelles se sont multipliées dans la zone.

  • 3 Respectivement 500 et 250 hab. par hectare.

7A l’est du río San Juan de Dios, l’espace urbain dense était d’abord occupé par des vecindades. Les densités sont près de deux fois plus élevées dans le quartier San Juan de Dios que dans le centre historique autour de la place d’Armes3. La plus grande partie des 3 000 vecindades de la ville se concentrent dans le secteur Libertad (Zaryn Tomasz, 1984), alors que l’affinage commercial de l’ouest du centre historique et l’essor des activités tertiaires ont impulsé dans cette partie du centre la disparition des vecindades créées durant le xixe siècle.

8A la fin du xixe et au début du xxe siècle, la construction de nouveaux lotissements pour les classes hautes et moyennes à l’ouest de la ville, a instauré une nette séparation entre les types de populations vivant dans les périphéries. Les modalités de l’urbanisation du xxe siècle ont renforcé la distance entre les deux secteurs de la périphérie de la ville (Walton, 1978) : l’un caractérisé par des lotissements bien équipés disposant d’une bonne communication avec la partie ouest du centre historique, l’autre marqué par la proximité des quartiers populaires de l’est du centre au sein desquels se localisent de nombreuses activités industrielles et artisanales, et en périphérie par des lotissements sous-équipés et des ensembles de logements sociaux. La mise en service de la première ligne de métro en 1975 (tren ligero) selon un tracé nord-sud passant à l’ouest du centre renforça la structuration du secteur ouest de la ville.

9Le premier et plus important centre commercial périphérique, la Plaza del Sol a été implanté en 1969 au sud-ouest de la ville, en limite de l’urbanisation. Les principaux commerçants de la ville ont investi dans la promotion de ce centre commercial, dans lequel ils ont ouvert des succursales (Rivière D’Arc, 1973 : 289). Cette implantation a renforcé la tendance à la localisation des fonctions commerciales et tertiaires le long des principales avenues de la partie ouest du centre jusqu’à la place Minerva, puis entre celle-ci et la Plaza del Sol en direction du sud-ouest. Quelques années plus tard, en 1972, la Plaza Patria a été ouverte au nord ouest de la ville à proximité du Country club. Ces deux centres commerciaux périphériques constituent des espaces de centralité pour les nouveaux lotissements de classes moyennes et aisées ; ils seront complétés par la suite par la Plaza Mexico, à l’ouest, et l’implantation de grandes surfaces de chaînes nationales.

10L’avenue Independencia forme une limite symbolique. Les enquêtes sur la perception de l’espace urbain réalisées par German Solinis (1984 : 207) traduisent bien la prégnance de cette limite pour les classes moyennes et aisées. Il montre que ces populations excluent le centre populaire de l’agglomération de leur perception du centre. Franchir l’avenue Independencia, c’est s’aventurer dans un monde inconnu voué à des usages populaires de l’espace. En fait, il existe une distance entre les pratiques et les représentations. Le centre populaire exerce une forte attirance (commerciale, touristique et ludique) pour une grande partie de la population, mais cet espace est rejeté par les représentations dominantes de l’espace urbain. L’image de ce secteur du centre historique présente un caractère ambivalent, il incarne d’une part l’espace d’un mode vie populaire rejeté, et il symbolise d’autre part la vivacité de la culture populaire de la Guadalajara traditionnelle.

Réaménagement des espaces centraux

11Dès le début du siècle, entre 1906 et 1909, le río San Juan de Dios fut canalisé et transformé en axe urbain. Entre 1910 et 1935, l’avenue Independencia construite sur le tracé de la rivière a été élargie. De chaque côté du nouvel axe des opérations immobilières s’établirent sur les nouvelles façades des îlots restructurés (Lopez Moreno, 1995 : 383). Dans les années 1920, l’Alameda (parc Morelos), premier parc public de la ville réalisé au milieu du xviiie siècle, fut aménagée et agrandie et la rue fermée de la Compaña (Galeana) ouverte (Arreguín Gonzalez, 1984 : 137).

12Entre 1940 et 1960, la croissance de la ville fut très rapide, passant de 256 000 à 828 000 hab. C’est aussi dans cette période que l’espace central fut transformé par l’élargissement de deux avenues, Juarez et 16 de septiembre, et par l’ouverture de trois nouvelles places (1947) formant avec la place de Armas une « croix » de places autour de la cathédrale. Cette opération de rénovation urbaine réorganise à la fois l’espace central et les liaisons de celui-ci avec le reste de l’espace urbain. Dans le même temps, les principaux monuments du centre et en particulier le théâtre Degollado furent réhabilités.

13Les deux nouvelles avenues formaient, à l’époque, les principaux axes nord-sud et est-ouest de traversée de la ville. Elles furent financées grâce à la participation des propriétaires. Ces travaux seront l’occasion d’une prouesse technique symbolisant le réaménagement de la ville : l’immeuble de Telefonos de Mexico que se trouvait dans la zone d’alignement a été déplacé de plusieurs mètres sans être détruit. Si l’avenue Alcalde-16 de septiembre passe par la place de Armas, elle ne coupe l’avenue Juarez que deux « rues » plus au sud, constituant un autre point symbole de l’hypercentre. Une étude publiée par le gouvernement de l’État en 1959 notait que les terrains les plus chers de la ville se localisaient à l’intersection des deux nouveaux axes et le long de l’avenue Juarez à l’ouest du centre. Ces travaux, qui furent financés grâce à un impôt de plus-value perçu auprès des propriétaires des terrains proches des nouveaux axes, dynamisèrent la promotion immobilière et impulsèrent la construction d’une nouvelle génération d’immeubles à proximité et au centre de la ville. C’est le long de ces avenues, ainsi que plus à l’ouest le long de l’avenue Chapultepec, que prirent place les grands magasins de chaînes nationales et étrangères (Sears, Woolworth) et les supermarchés (Rivière D’Arc, 1973).

14Entre 1947 et 1953, pendant le mandat du gouverneur Jesus Gonzalez Gallo, considéré comme ayant impulsé la mutation de l’image et du tissu urbain de la ville, la réalisation de la « croix » de places constitua la première opération de rénovation urbaine : quatre îlots et plusieurs immeubles de valeurs historiques furent détruits. De nombreux commerçants furent déplacés, certains se sont relocalisés en proximité du l’avenue Independencia et du marché San Juan de Dios. Un parc de stationnement fut également construit sous la place de la Fundación. Non seulement cette opération ouvre de nouveaux espaces libres autour de la cathédrale mais elle introduit dans le tissu urbain une image propre à la ville de Guadalajara, celle de la croix, qui replace la cathédrale au centre et qui réaffirme l’importance de l’église catholique au sein de la société locale. Selon Salvador Diaz Berrio, la ville et son plan original ont été crucifiés (Vasquez, 1990 : 37). Nouveaux axes et « croix » de places se traduisent par une dilution du modèle centré autour d’une seule place centrale, en quelque sorte une banalisation de l’espace du cœur du centre, au sein duquel se multiplient les espaces avec une forte imagibilité.

  • 4 Le même architecte Vicente Mendiola construira dans le même style le palais municipal de Toluca, c (...)
  • 5 En 1991, le marché San Juan de Dios est le plus grand des 84 marchés avec 3 000 des 12 000 bancs d (...)

15Pendant la même période fut érigé le nouveau palais municipal, dans un style néocolonial (1952)4. Quelques années plus tard, en 1958, fut réaménagé le principal pôle commercial du centre-ville, le marché San Juan de Dios qui existait depuis 1888 et dont le bâtiment avait été reconstruit en 19255. Les fonctions de commerce de gros ne s’installèrent définitivement à la périphérie qu’après la mise en service du marché de gros en 1966 (Rivière D’Arc, 1973). Dans les années 1970, le gouverneur Alberto Orozco Romero (1971-1976) et le président municipal Juan Delgado Navarro (1974-1976) impulsèrent une série d’actions d’amélioration de l’image de l’ouest du centre-ville, autour des places centrales. La normalisation des enseignes, l’interdiction du stationnement et du commerce « ambulant », l’instauration de rues piétonnes et l’incitation à la réhabilitation des façades, contribuèrent à l’amélioration de l’image de cette partie du centre-ville et renforcèrent la distance entre les images urbaines et les perceptions de l’ouest et de l’est du centre-ville.

Amélioration des vecindades

16Guadalajara se caractérise par une série d’actions précoces de réaménagement du centre de la ville. Or, ces interventions ne se limitèrent pas à une rénovation ou une percée de nouvelles rues. Par deux fois, dans les années 1950 et les années 1970, les politiques de rénovation et d’aménagement de l’image du centre furent suivies de programmes mettant l’accent sur l’amélioration des logements (Gilbert, Varley, 1988 ; 1989). Tout se passe comme si des actions à forte visibilité sur l’ouest du centre devaient être complétées par une prise en compte de la situation des populations vivant en majorité dans l’est du centre-ville. Dès 1955, sous le mandat du gouverneur Agustin Yanez (1953-1959), l’accent est mis sur les conditions de logement dans le centre. Un ambitieux programme de réhabilitation de vecindades a dressé un recensement des conditions de logement et tenté d’inciter les propriétaires à effectuer des améliorations. En contrepartie, le gouvernement de l’Etat s’engageait à ne pas augmenter l’impôt foncier. Moins de 500 vecindades sur un total de 1 600 recensées furent réhabilitées dans le cadre de ce programme qui ne dura que le mandat d’un gouverneur. En 1975, un nouveau programme local fut mis en place, une Association pour l’amélioration des conditions de logement des familles vivant dans les vecindades fut créée. La stratégie reposait cette fois sur des relevés de l’état des constructions et sur une tentative d’obliger les propriétaires à entretenir et réaménager les vecindades en leur attribuant des crédits sans intérêt. Cette campagne n’eut que peu d’impacts réels sur les conditions de logement. Il n’en reste pas moins que l’existence de tels projets, tentatives de prise en compte institutionnelle du problème du logement, souligne la spécificité de la scène locale. L’accent porté sur le logement central traduit vraisemblablement le poids d’organisations populaires catholiques ayant des relais au sein de l’oligarchie et impulsant la prise en compte des conditions de vie des familles dans l’agenda des politiques locales, mais aussi l’impact du souvenir des luttes et des conflits des années 1920 autour du logement locatif.

Une pratique locale de protection du patrimoine

17Guadalajara, qui était restée une petite ville jusqu’au xixe, ne possède que peu d’édifices coloniaux importants. De plus, le tissu urbain du centre de la ville a été profondément modifié au cours du xixe et au début du xxe par la substitution au cas par cas des édifices existants ; après 1940, ce processus s’est amplifié. La réalisation de nouvelles avenues et les opérations de rénovation ont contribué à la construction d’une image du centre éclectique, sans unité, malgré un strict plan en damier. Le tissu urbain du centre-ville n’est pas protégé par un décret fédéral de zone de monuments historiques mais le municipe, en liaison avec l’INAH, exerce un contrôle sur les travaux dans les monuments historiques protégés par la loi fédérale et certains immeubles considérés comme ayant une valeur historique. Depuis 1986, la collaboration entre les autorités locales et les instances fédérales est étroite. La municipalité accorde une attention spécifique aux constructions du début du siècle, non prises en compte par l’INAH. Une liste des immeubles à protéger a été établie : elle se substitue donc à l’INBA qui n’est pas présent dans la ville. Néanmoins, ce type de contrôle est beaucoup moins strict que celui effectué dans le cadre d’une zone fédérale de protection. Un fonctionnaire de la délégation de l’INAH de Guadalajara soulignait que si le plus grand nombre de destructions ont eu lieu entre 1950 et 1980, entre 1982 et 1990 plus de 5 % des immeubles considérés comme ayant une valeur historique avaient été détruits. Une autre étude estime à 2 600 le nombre d’immeubles détruits dans le centre - sur un total approximatif de 20 000 lots - entre 1966 et 1986 : pour plus de la moitié il s’agit d’immeubles de logements transformés en locaux d’activités (Cuauthemoc de Regil, 1987).

18Une « zone de protection du centre historique et des quartiers traditionnels », périmètre de 1 052 îlots, a été délimitée en 1986 par la municipalité pour la réalisation d’un inventaire devant permettre la protection des éléments du patrimoine et de l’image urbaine. Toutes les modifications dans ces immeubles auxquels est attribuée une valeur architecturale et les constructions de plus de 15 mètres de hauteur sont soumises à une autorisation spéciale. Cette zone d’étude s’étend à l’ouest jusqu’à la place Minerva et l’avenue Lopez Mateos, et intègre donc l’ensemble du centre valorisé, au sein duquel se répartissent les fonctions commerciales et tertiaires, dans un tissu urbain qui date du début du xxe siècle. A l’est, la zone de protection se limite strictement à la ville de la fin du xixe. L’impact urbanistique de la politique de protection du patrimoine mise en place par la municipalité est donc encore une fois essentiellement une amélioration de l’image urbaine du centre valorisé. L’INAH considère cette zone comme trop étendue et limite sa collaboration avec la municipalité à l’intérieur d’une zone appelée « centre historique » qui correspond à la ville du xixe siècle.

Guadalajara : Plaza tapatia

Guadalajara : Plaza tapatia

Plaza tapatía : un centre commercial au cœur de la ville

Relier les quartiers pour construire un nouveau centre

  • 6 cf. Plan regulador de crecimiento de la Ciudad de Guadalajara.
  • 7 Théâtre néoclassique dont la première pierre fut posée en 1855.
  • 8 Hospicio Cabañas : casa de la misericordia, terminé en 1845, la décision de sa construction fut pr (...)
  • 9 cf. La Jornada, 19/12/85 entretien Ignacio Diaz Morales, et German R. Solinis (1984).

19Ignacio Diaz Morales, qui avait pris en charge la conception d’un Plan régulateur de la croissance de la ville de Guadalajara6 en 1943 et la réalisation de la « croix » de places, fut aussi l’auteur du premier projet de la Plaza tapatía. Dès 1947, une promenade de l’hospice était envisagée mais le projet fut formalisé en 1955 sous la forme d’une nouvelle place à l’échelle de l’agglomération. Il s’agissait d’abord de créer un nouvel espace ouvert en démolissant sept îlots, entre le théâtre Degollado7 et l’hospice Cabañas8, en utilisant la dépression du terrain pour réaliser un parking souterrain. Cet espace devait par-delà l’avenue Independencia unir « la Guadalajara pauvre et la Guadalajara riche ». Ce projet fut proposé à trois gouverneurs avant que Flavio Romero de Velazco (1977-1982) le reprenne à son compte, et, toujours selon le concepteur du projet, écarté par la suite de sa réalisation, le dénature en le transformant en un centre commercial9.

20Pour le nouveau gouverneur, il s’agissait d’abord d’adapter le centre de la ville à un changement de nature de Guadalajara, devenue métropole. Le premier projet de rénovation prit d’abord la forme d’un plan pour la création d’un centre métropolitain. Pour désigner la nouvelle place, on parlait en 1980 et 1981 de « grande place du centre métropolitain » ou de « place magnifique de Guadalajara », alors que certains commentateurs évoquaient le « Forum de Flavius » stigmatisant l’imposition du projet par le gouverneur. Lors de son inauguration en 1982 cette nouvelle place pris le nom de Plaza tapatía (Gallo Lozano, 1992), selon la dénomination des habitants de la ville.

21Dans les documents fondant en droit le projet de rénovation, l’utilité publique n’est pas justifiée par la nécessité de réaliser une nouvelle place pour l’agglomération mais par la volonté de réhabiliter la zone de San Juan de Dios. Le décret de 1979 note comme objectif principal l’amélioration des conditions de vie et la création d’espaces de diversion et de promenade pour les habitants de cette communauté. C’est donc l’objectif social qui est mis en avant, celui de l’équipement d’un quartier populaire. L’extension du quartier San Juan de Dios vers l’ouest apparaît comme plus facilement justifiable que la reconquête et la rénovation d’une zone populaire par une place prolongeant vers l’est l’espace central valorisé.

22Dans sa conception même, la Plaza tapatía s’inscrit donc dans la tradition des projets des années 1940 et 1950 d’ouverture de nouvelles places au centre de la ville. Les espaces ouverts, programmés pour être des lieux de promenade et pour magnifier les monuments proches en introduisant de nouvelles perspectives, étaient aménagés dans la tradition des places centrales mexicaines autour de jardins et kiosques. Dans cette conception urbanistique axée sur l’espace public, la promotion d’immeubles à vocation commerciale ne peut être perçue que comme une perversion du projet et de l’usage légitime de la centralité monumentale, comme l’expriment les oppositions d’Ignacio Diaz Morales.

23La rénovation urbaine à Guadalajara s’étend sur une superficie de 7 hectares, 9 îlots, situés en majorité dans la partie populaire du centre, soit 50 000 m2 de terrains privés et 20 000 m2 d’espace public. A l’exception de deux immeubles du xixe siècle, toutes les constructions ont été démolies. Plus de 200 commerçants ont été indemnisés sur la base de dix loyers mensuels, montant qui ne permet pas de compenser la perte de l’avantage de position que constituait l’occupation, en contrepartie d’un faible loyer, d’un local commercial dans la zone centrale.

24Un nouveau type de centre commercial

25Le premier projet d’ouverture d’un vaste espace libre fut transformé en un ensemble mêlant locaux d’activités et espaces publics, organisé autour de trois places (place tapatía proprement dite d’une superficie de 5 600 m2, la place de la Libération entre la cathédrale et le théâtre Degollado, la place Orozco devant l’hospice Cabañas), reliées ensemble par deux promenades (Degollado et de l’hospice). Il s’agit donc d’une prolongation vers l’est de la zone d’espace public initiée par la « croix » de places, d’un développement du corps de la croix. Cet ensemble occupe une surface de plus de 40 000 m2 (hors voiries). Autour des promenades furent construits 70 bâtiments, soit une emprise au sol de 30 000 m2 et une surface utile de 150 000 m2. Ces bâtiments ont été soumis à un plan masse précis et à des critères d’homogénéité de l’image urbaine : la hauteur est limitée à 15 mètres et les façades doivent utiliser en rez-de-chaussée des arcs pour donner l’impression d’arcades et de galeries couvertes. Deux parkings d’une capacité totale de 1 500 places ont été construits en souterrain. Plus qu’une place, il s’agit de l’aménagement d’un nouveau quartier linéaire à vocation commerciale et tertiaire.

26Une grande surface spécialisée dans l’habillement et l’équipement de la personne et de la maison, Salinas y Rochas, s’implanta à proximité du marché San Juan de Dios. Le long des promenades 114 locaux commerciaux furent aménagés en rez-de-chaussée de petits immeubles. En 1990, 103 locaux étaient occupés, d’abord par des commerces d’équipement de la personne (11 magasins de chaussures, neuf de vêtements, six merceries), puis par des commerces de type bazar, petite bijouterie, artisanat, disques, magasins de photos, de petite alimentation (10 marchands de glaces et deux pâtisseries) ou de restaurants et de biens d’équipement. Les services administratifs et financiers sont peu nombreux : trois succursales bancaires et deux locaux administratifs ainsi qu’une agence de voyage.

27En fait, les commerces qui ont pris place autour de la Plaza tapatía semblent correspondre à plusieurs logiques différentes : d’une part celle de la constitution d’un centre commercial du type plaza périphérique adapté à une clientèle du centre-ville moins fortunée - vêtements, articles de sport - ; d’autre part le maintien d’activités caractéristiques des zones valorisées des centres - magasins de chaussures, appareil électrique et électroménager - ; enfin à proximité du marché San Juan de Dios et des secteurs plus populaires du centre, six magasins d’articles en plastique pour la maison situés en façades des îlots conservés, c’est-à-dire une activité typique des centres populaires. L’offre adaptée à la promenade est fortement présente puisque les marchands de glaces sont, après les magasins de chaussure, les plus nombreux. Si les commerces ont trouvé rapidement preneurs, l’occupation des étages fut plus difficile. De nombreux locaux restèrent vides pendant plusieurs années et l’occupation est encore incomplète. Les activités qui dominent sur la Plaza tapatía peuvent être retrouvées dans d’autres parties du centre : petits bureaux, écoles privées et centres de formation, activités administratives ou para-administratives.

28Le nouveau centre créé par la Plaza tapatía traduit une volonté de construire un nouvel espace des affaires, concentrant les locaux d’activités tertiaires prestigieuses. Tout se passe comme s’il s’agissait d’une opération immobilière permettant de constituer une offre dans le centre-ville pour des activités similaires à celle du reste du centre valorisé. Il y a bien eu un affinage commercial mais cet espace ne se caractérise pas par une concentration particulièrement forte de commerces anomaux et les locaux d’activités sont occupés par des activités banales dans le centre.

29La commercialisation des bureaux fut longue et difficile. La présence d’une grande surface d’habillement dans un espace où les activités commerciales dominent rapproche la Plaza tapatía des plazas commerciales de la périphérie. Toutefois, le nouveau dispositif commercial créé présente la particularité d’inclure le marché dans sa zone de fonctionnement. Or, le plan masse ne l’intègre pas, mais le cache derrière l’immeuble de Salinas et Rochas et des édifices occupés par le gouvernement de l’Etat, comme si la proximité du marché aurait pu freiner les investisseurs privés et rendu nécessaire un investissement public pour éviter la transformation des locaux commerciaux en annexe du marché. D’ailleurs, ce sont ces bâtiments qui ont été construits le plus tard. Huit ans après l’inauguration de la plaza tapatía, seule la façade avait été construite pour ne pas casser la perspective et l’image de reconstruction du tissu urbain. De plus, le marché San Juan de Dios constitue le principal pôle de diffusion-attraction dans les rues adjacentes de commerçants ambulants et à ce titre il est considéré comme une source de nuisance pour le centre-ville et le nouveau projet.

Un mode spécifique d’intégration des propriétaires au projet

30L’ingénierie financière du programme repose sur l’association entre acteurs publics et privés. Le gouvernement, par l’intermédiaire d’une société mixte immobilière, acheta les terrains au prix du marché. La rénovation devait rendre possible la revente avec une forte plus-value permettant de financer les travaux. Les acheteurs des terrains devaient s’engager à construire rapidement et en respectant des normes très strictes. Le projet associe les propriétaires au gouvernement de l’Etat : sur 50 000 m2 de terrains privés, 20 000 m2 furent attribués à l’Etat qui fournit 20 000 m2 pour créer une place de 40 000 m2. Sur les 30 000 m2 restant, 150 000 m2 de locaux ont été construits. Les propriétaires avaient le choix entre vendre au prix du marché ou accepter de participer au projet et échanger leur terrain contre un lot d’une superficie de 40 % inférieure. Chaque propriétaire offre donc 40 % de son terrain pour compenser la plus-value introduite par l’intervention publique. Les deux tiers des propriétaires de la zone de rénovation ont accepté de participer au programme.

31Ce programme prit la forme de la constitution d’une association d’intérêt social, la société immobilière d’intérêt public de l’État, créée en 1978, réunissant les propriétaires et les pouvoirs publics. Cette forme juridique avait été introduite la même année dans la nouvelle loi d’aménagement de l’État de Jalisco pour permettre cette modalité particulière d’union entre action publique et intérêts privés, sorte de société d’économie mixte, forme innovante des pratiques d’intervention urbaine à Guadalajara. Au total, les travaux auraient été financés à 90 % par l’apport de propriétaires privés, selon les bilans officiels. L’expropriation n’a pas été nécessaire, le document de présentation réalisé par le gouvernement de l’Etat note que le projet fut négocié entre l’ensemble des participants et qu’il constitue un bon exemple de la « capacité tapatía de faire les choses ensemble ».

32German Solinis (1984) analyse la Plaza tapatía comme une vaste opération de valorisation et de spéculation foncière prise en charge par l’Etat au bénéfice des propriétaires fonciers et du secteur immobilier. En effet, ce programme permit d’ouvrir au secteur privé 150 000 m2 de surface utile dans le centre réaménagé. Malgré le classement en espace public de 20 000 des 50 000 m2 de surface au sol occupés par les immeubles privés, la surface utile disponible pour les activités privées s’accroît de 187 %, grâce à une augmentation de 200 % du plafond de densité. L’emprise au sol des propriétés privées passe de 50 000 m2 à 30 000 m2 mais la surface utile augmente de 80 000 à 150 000 m2. L’intervention publique permet surtout de vider l’espace de rénovation de ses habitants, l’habitat de la zone de rénovation était constitué essentiellement de vecindades et d’immeubles en location. La plus-value moyenne entre 1976 et 1982 a été estimée à 650 % (Ortega Chavez, 1991).

33La création d’une société mixte constitue une modalité spécifique d’encadrement et de mobilisation des propriétaires des terrains. La réunion de l’ensemble des propriétaires au sein d’une société pour la participation sous l’égide des pouvoirs publics à une opération de rénovation n’est pas le résultat de la pression des propriétaires des terrains, conjonction d’acteurs individuels, plus que groupe de pression organisé pour la valorisation de leurs propriétés. Il n’en reste pas moins qu’analysée sur un long terme l’efficacité de la procédure est bien celle de la valorisation des espaces centraux. Mais celle ci, ne s’est pas faite par une amélioration de l’espace public permettant à chaque propriétaire de tenter une valorisation de son terrain. Par la mise en commun des terrains au sein d’une société mixte, une nouvelle donne a été réalisée qui place l’ensemble des propriétaires sur la même base, avec un produit spécifique à négocier sur le marché, dont les caractéristiques sont strictement fixées par le plan masse et le programme de construction.

34Seuls les propriétaires disposant d’une capacité financière suffisante ont pu prendre part au projet, puisqu’en échange de leur terrain, il leur a été remis une parcelle sur laquelle ils doivent construire avant cinq ans. Une grande partie des nouveaux bâtiments furent construits par de nouveaux investisseurs souvent liés au secteur commercial. Dans un contexte d’essor des centres commerciaux modernes à la périphérie de la ville, les commerçants locaux cherchaient à résister à la concurrence des succursales de sociétés de Mexico implantées dans ces nouveaux espaces commerciaux, en valorisant l’espace central - tirant les leçons de l’impact positif des premières rues piétonnes créées au début des années 1970- sans cesser pour autant d’implanter des succursales dans les plazas périphériques.

35Par l’union d’acteurs privés et des pouvoirs publics, la réalisation de la Plaza tapatía peut être perçue comme la poursuite des modalités spécifiques à la ville de relations entre les représentants de l’initiative privée et les pouvoirs publics. Cependant, ce sont bien les pouvoirs publics qui sont à l’origine de cette opération, les propriétaires fonciers furent d’abord réticents à participer à son financement. Pendant un temps, la Chambre de la propriété urbaine s’était déclarée opposée au projet, alors qu’un autre secteur de l’initiative privée, la Chambre de commerce, a fortement œuvré pour sa réalisation. La symbiose privé/public ne s’est pas faite sous la pression des principaux acteurs intéressés par l’utilisation de leur terrain, mais avec la mobilisation active d’un groupe de pression œuvrant pour la revitalisation du centre sur la base des activités commerciales.

Extension de la zone de rénovation par des projets de voiries

36Le réaménagement de l’espace central est complété par la réalisation d’une voie rapide souterraine d’un kilomètre et demi (Hidalgo) sous le centre, programmée dès 1978, c’est-à-dire avant la mise en route du projet de la Plaza tapatía et par une « double voie est-ouest » (mise en service fin 1981), organisant les axes de pénétration de la zone de rénovation depuis la place Minerva jusqu’à l’avenue Independencia, complétée à l’est par l’élargissement de la rue Republica (1980) qui a nécessité la démolition de 15 000 m2 et de 180 maisons supplémentaires. Dans l’axe de la voie souterraine, à l’est de l’avenue Independencia, l’avenue Hidalgo se prolongeait par la rue Republica plus étroite. L’élargissement de la rue Republica sur une longueur de 17 îlots fut financé par un impôt exceptionnel. Cet impôt de plus-value fut prélevé auprès des propriétaires sur 350 mètres de chaque côté du nouvel axe pour financer les acquisitions foncières et les travaux.

  • 10 Le président Lopez Portillo inaugura le même jour que la Plaza tapatía, l’hôtel Fiesta Americana c (...)

37Dans l’intervention publique d’amélioration de la circulation, on retrouve une différence de traitement entre l’ouest et l’est du centre historique. Dans la partie ouest du centre l’amélioration de la circulation s’est faite par adaptation des rues existantes - mises à sens unique - et par le percement d’une voie rapide souterraine - financée par les pouvoirs publics - alors que dans l’est une nouvelle percée urbaine fut réalisée. D’autre part, comme le souligne German Solinis, seuls les propriétaires de l’est, dont le pouvoir de négociation est moindre, ont dû acquitter un impôt de plus-value devant financer l’ensemble des travaux alors que dans le cadre de l’aménagement de la double voie, à l’ouest, seuls l’éclairage et l’amélioration des trottoirs ont été soumis à la « collaboration » des riverains, en majorité opposés à ces transformations. Par ailleurs, l’ensemble du projet qui consacre la place Minerva réaménagée10 comme le point d’entrée et de sortie de la zone centrale constitue essentiellement une amélioration des relations entre le centre et l’ouest de l’agglomération. L’ensemble los Arcos-Minerva, à partir d’un arc de triomphe construit dans les années 1950, constituait déjà la liaison entre le centre historique et les espaces valorisés de l’ouest de la ville. Le percement de l’avenue Republica, autant qu’une procédure d’amélioration de la circulation urbaine, constitue un processus d’extension de la zone de rénovation, au sein du tissu urbain de l’est du centre, sur le modèle des ejes viales.

Espace postmoderne et projet urbain

38Pour son caractère hybride d’espace public et commercial, mais aussi par le traitement des espaces publics et l’homogénéisation des nouvelles constructions dans un plan masse et une réglementation spécifique, les pouvoirs locaux de la ville ont construit avec la Plaza tapatía un nouveau type d’espace urbain homogène, sans équivalent au Mexique. Daniel Gonzalez Romer (1986) analysa la Plaza tapatía comme l’exemple latino-américain du postmodernisme, définit dans le même ouvrage par Rafael Lopez Rangel comme l’introduction du pastiche des volumes et de l’architecture traditionnelle du centre-ville marquant la superficialité commerciale de certains projets (Lopez Rangel, 1986).

39La Plaza tapatía a aussi attiré l’attention d’un jury français cherchant à établir un palmarès mondial des projets urbains. La place a été classée en 1991 par la Direction de l’Architecture et de l’Urbanisme du ministère français de l’équipement et la revue Urbanisme et architecture (1991) parmi les 15 projets urbains qui ont marqué la décennie écoulée et qui « valent le voyage ». Selon les auteurs de ce palmarès, celui-ci est le fruit d’une « sélection rigoureuse » qui avait pour objet, dans un univers où les références urbanistiques se diluent, de lister les opérations incontournables, symboles d’une nouvelle approche de l’intervention sur la ville qualifiée de « projet urbain », c’est-à-dire des expériences conçues sur le long terme, basées sur le dialogue, le tissage en réseaux, avec une composition urbaine forte, affichant une volonté de réaliser de vrais morceaux de ville. Les réalisations choisies se distinguent par la qualité du processus d’étude ou de construction, et sont soucieuses de l’existant, de l’histoire de la ville et de générer la perméabilité des espaces et des croisements sociaux ; elles intègrent à des degrés divers un partenariat privé-public. Le projet de la Plaza tapatía a retenu l’attention car il réunit deux secteurs du centre en éliminant une barrière urbaine, et reconstitue un tissu urbain en mettant en œuvre un partenariat privé-public. La qualité des espaces publics créés a aussi été soulignée : une photographie d’une partie de la place montrant un cheminement le long d’un plan d’eau est légendée : « à l’échelle humaine, de petites places évoquant l’ambiance espagnole se succèdent », l’ambiance espagnole à laquelle il est fait référence n’est pas celle de l’urbanisme ibéro-américain, des places centrales ou zócalo, mais bien d’un urbanisme hispano-mauresque généralement absent de l’aménagement des espaces publics au Mexique.

  • 11 Sydney, New York, Baltimore, Washington, Sao Paulo, Manchester, Ballerup, Stockholm, Hambourg, Ber (...)

40Au même titre que 13 villes du monde11, Guadalajara se trouve donc hissée au rang des villes qui prennent en main leur « destin » et l’évolution de leur tissu urbain par des interventions fines marquant une « volonté constante et continue des pouvoirs publics et des équipes techniques ». On peut en effet trouver certaines similitudes entre la Plaza tapatía et le projet de la vallée D’Anhangabau à Sao Paulo, qui se propose de récupérer un espace de 84 hectares, dont 37 d’espaces libres, par l’enfouissement de voies rapides au centre de la ville, ou avec le projet du deuxième cinturón de Barcelone qui se concentre sur le traitement et le franchissement d’un axe rapide, puisque le recouvrement d’une partie de l’avenue Independencia pour faire le lien entre les quartiers est du même ordre. De grandes différences d’ampleur, de traitement architectural et de continuité du réinvestissement urbain apparaissent cependant avec le deuxième groupe de projets exemplaires pour la DAU qui constituent des réaménagements d’anciens ports ou docks à proximité des centres-villes (Inner Harbor à Baltimore, du Centre Culturel de Belém à Lisbonne, de Salford Quays à Manchester, de Battery Park à New York ou Darling Harbour à Sydney). De plus, lorsque la continuité des projets est présentée comme un critère de sélection, le rang de Guadalajara apparaît plus difficile à justifier. La Plaza tapatía fut au contraire réalisée à un rythme rapide pour pouvoir s’inscrire dans un mandat de gouverneur. Sauf à se référer à une continuité programmatique artificielle depuis la réalisation de la « croix » de places, ou à l’opiniâtreté revendiquée par l’architecte concepteur du projet, les conditions de réalisation de la Plaza tapatía apparaissent représentatives des grands travaux dans les villes mexicaines : c’est-à-dire liées le plus souvent à la volonté politique d’un gouverneur ou d’un maire qui ne reste au pouvoir qu’un seul mandat. Dans ces conditions le classement de la Plaza tapatía dans le même groupe que ces processus de reconquête des ports ou des fronts de mer qui possèdent leur dynamique propre depuis plusieurs dizaines d’années apparaît quelque peu abusif : le projet Inner Harbor à Baltimore affiche une continuité avec un plan directeur réalisé en 1956 et mis en oeuvre par la chambre de commerce et les municipalités successives. Notons néanmoins qu’encore une fois, ici, sur le mode de la reconnaissance critique ou laudative par des spécialistes de l’architecture et de l’urbanisme, les modalités tapatías de faire la ville concentrent l’attention et constituent un modèle et un exemple. Les autorités locales revendiquent d’ailleurs l’antériorité sur le projet de la Gran plaza de Monterrey.

41Depuis le début du siècle, l’espace central de Guadalajara a été restructuré par une série d’interventions publiques de rénovations, d’ouvertures de nouvelles places et de voiries :

  • entre 1906 et 1909, canalisation du río San Juan de Dios, et aménagement de l’avenue Independencia entre 1910 et 1935 ;
  • les années 1947 et 1953 sont celles de l’ouverture de la « croix » de places et de l’élargissement des avenues Juarez et 16 de septiembre ;
  • construction d’un nouvel édifice pour le marché San Juan de Dios en 1958, et ouverture du marché de gros en 1966 ;
  • amélioration de l’image urbaine de l’ouest du centre dans les années 1970 ;
  • Plaza tapatía, voies souterraines, double voie est-ouest et élargissement de la rue Républica entre 1978 et 1982.

42La ville de Guadalajara se caractérise par le maintien d’une partie importante des activités commerciales et tertiaires dans le centre, qui conserve aussi une fonction d’habitat relativement diversifiée. Le processus d’abandon du centre par les classes aisées et moyennes, et une grande partie des activités liées à la vie de ces populations, est moins marqué que dans d’autres villes. La partie ouest du centre-ville et son extension vers la place Minerva constitue un espace valorisé.

43A partir des années 1940, la grande majorité des actions d’aménagement concourent à l’amélioration de l’image urbaine de la partie ouest du centre. La Plaza tapatía perpétue d’une certaine façon la pratique inaugurée avec la réalisation de la « croix » de places dans les années 1950, qui avait organisé l’espace central non plus autour d’une place unique mais autour de quatre places entourant la cathédrale et les édifices publics. A cette époque, ce sont essentiellement des activités commerciales et de bureaux qui avaient été exclues de l’hypercentre par la démolition de trois îlots. La Plaza tapatía conserve quant à elle les édifices publics et les relie entre eux par un nouveau type d’espace, pastiche de l’architecture traditionnelle, reproduisant un nouveau type de centre commercial, cherchant à attirer les activités de bureaux mais excluant les logements et masquant les activités commerciales non légitimes du marché.

44La réalisation de la place eut peu d’impacts directs sur l’aménagement du quartier San Juan de Dios. Bien sûr, le franchissement de l’avenue Independencia par l’espace de rénovation constitue un lien symbolique et réel permettant un accès piétonnier entre l’est et l’ouest du centre, mais on a vu que l’aménagement de la place tourne le dos au marché San Juan de Dios. Le principal centre d’attraction pour les habitants de l’ensemble du centre n’est pas intégré au plan masse. Symboliquement la place forme un dispositif permettant d’intégrer l’hospice Cabañas à la zone monumentale du centre : celui-ci a en quelque sorte été sauvé d’un environnement dégradant et de la proximité du marché. L’hospice qui dans sa fonction traditionnelle constituait une enclave monumentale et hygiéniste au sein de la principale zone populaire de la ville du xixe siècle, forme aujourd’hui avec « la promenade de l’hospice », une enclave valorisée marquée par un traitement architectural spécifique éloigné de l’image du reste de ce quartier populaire. La réalisation de la Plaza tapatía s’est donc fort éloignée de la production d’un espace de diversion pour les populations de San Juan de Dios pourtant principal objectif de l’opération de rénovation selon le décret autorisant sa mise en œuvre.

45Malgré la réalisation de la Plaza tapatía, la revitalisation du centre reste à effectuer. Le président municipal de Guadalajara pouvait souligner sept ans après l’inauguration de la place : « ...l’urgence de revitaliser le centre historique de Guadalajara face aux coûts que représentent pour la ville son abandon, non seulement coûts économiques mais aussi important coût social pouvant créer des conflits, qui ne seront peut être pas irréversibles mais dont il sera difficile de se remettre » (Covarrubias Ibarra, 1989).

Agglomération de Monterrey

Agglomération de Monterrey

Notes

1 La zone métropolitaine de la ville de Guadalajara est composée de quatre municipes : Guadalajara : 1 650 205 hab., Zapopan : 712 008 hab., Tlaquepaque : 177 324 hab., Tonalá : 168 555 hab. (recensement de 1990).

2 Les enquêtes réalisées par Augustin Escobar Latapi (1986) montrent la complexité des relations entre espace de production et espace urbain, et la multiplicité des formes de « l’informalité » ainsi que ces liens avec l’industrie formelle, voir aussi Carlos Alba Vega y Dirk Kruijt (1988) et Jean Rivelois (1991).

3 Respectivement 500 et 250 hab. par hectare.

4 Le même architecte Vicente Mendiola construira dans le même style le palais municipal de Toluca, cf. Gonzalez Cabrai Gregorio (1981).

5 En 1991, le marché San Juan de Dios est le plus grand des 84 marchés avec 3 000 des 12 000 bancs de marché de la ville.

6 cf. Plan regulador de crecimiento de la Ciudad de Guadalajara.

7 Théâtre néoclassique dont la première pierre fut posée en 1855.

8 Hospicio Cabañas : casa de la misericordia, terminé en 1845, la décision de sa construction fut prise au xviiie dans le but de retirer les indigents et handicapés de la rue, José Clemente Orozco y peint une série de fresques dont l’homme de feu ; l’Hospice Cabañas fonctionne jusqu’en 1980 comme orphelinat et hospice, cette fonction est relocalisée au sud de la ville en 1980 et le bâtiment fut réhabilité et transformé en un centre culturel, cf. Muria José Maria(1982 : 41).

9 cf. La Jornada, 19/12/85 entretien Ignacio Diaz Morales, et German R. Solinis (1984).

10 Le président Lopez Portillo inaugura le même jour que la Plaza tapatía, l’hôtel Fiesta Americana construit sur la place Minerva.

11 Sydney, New York, Baltimore, Washington, Sao Paulo, Manchester, Ballerup, Stockholm, Hambourg, Berlin, Barcelone, Lisbonne et Séville.

Table des illustrations

Titre Agglomération de Guadalajara
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 706k
Titre Guadalajara : Plaza tapatia
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2021/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Agglomération de Monterrey
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2021/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 941k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable