Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Première partie. Genèse et spécifités des espaces centraux

Éclatement des centres, action publique et pratiques de la ville

Texte intégral

Modélisation de la dynamique des structures urbaines

Structures urbaines et nouveaux espaces de la centralité

  • 1 cf. Dotson (1955), Bahr et Mertins (1983), Borsdorf (1982), Czerny (1989).

1Les tentatives de modélisation de la structure urbaine des villes latino-américaines1 se présentent généralement comme une adaptation du modèle concentrique de Ernest W. Burgess (1925), dont la principale originalité est l’extension du centre à partir du foyer historique vers les zones résidentielles pour populations aisées. Cette extension prend place autour d’une avenue reliant ces deux parties de la ville, constituant un nouvel axe de centralité linéaire qui regroupe les activités commerciales et tertiaires supérieures. Au Mexique, on peut effectivement identifier ce type d’évolution : (l’avenue de la Reforma ou Insurgentes à Mexico, l’avenue Juarez à Puebla). Toutefois ces extensions linéaires du centre à partir du tissu urbain historique ne constituent que le premier élément d’une multiplication des pôles et des espaces de centralité.

  • 2 A des niveaux différents, on retrouve ce phénomène dans de nombreuses villes latino-américaines ; (...)

2A partir des années 1950, une grande partie des villes mexicaines connut ce processus d’extension linéaire du centre « moderne » en direction des lotissements anciens pour classes aisées, mais aussi, dans de nombreux cas, la création plus récente de nouveaux espaces de centralité sans continuité avec le centre historique2, implantés généralement dans une zone de nouveaux lotissements de classes moyennes ou aisées autour des premiers centres commerciaux. Ces nouveaux espaces ont d’abord une vocation commerciale et de services pour la population aisée. Les premiers centres commerciaux qui constituent le cœur de ces nouveaux espaces de centralité ont permis la valorisation de secteurs entiers de l’agglomération se traduisant par la réalisation d’immeubles tertiaires ou de logements le long des axes proches, la diffusion d’activités commerciales au sein des quartiers adjacents et l’implantation de nouveaux lotissements à proximité.

3Le modèle de l’espace métropolitain des villes d’Amérique latine élaboré par Jean Paul Deler ( 1988) reprend ces éléments et les synthétise sur la base de la superposition de quatre logiques d’organisation spatiale :

  • un modèle centre-périphérie dont on a analysé la genèse dans la ville historique et qui est toujours fortement présent dans la perception centrée de l’espace urbain ;
  • un modèle de dissymétrie opposant un secteur valorisé de la ville regroupant les lotissements pour classes aisées et un secteur où l’urbanisation périphérique est essentiellement constituée de quartiers populaires et de zones industrielles. Cette dissymétrie à l’échelle de l’agglomération est aussi présente au sein de l’espace central opposant une zone valorisée, à proximité du zócalo, où se regroupent les fonctions politiques, administratives et tertiaires supérieures et certains types de commerces, à des espaces où dominent l’habitat populaire et les modalités traditionnelles de commercialisation : marchés et commerçants « ambulants ». On a retrouvé cette tendance d’organisation de l’espace sous des formes différentes à Mexico, Monterrey, Guadalajara et Puebla ;
  • un modèle d’axes avec relais hiérarchisés, constituant des nouveaux espaces de centralité, dans le secteur de la ville regroupant les populations aisées ;
  • un modèle « bandé », caractérisant l’implantation des entreprises et des entrepôts autour des principaux axes de circulation dans le secteur de la ville le moins favorisé.

4La superposition de ces quatre logiques permet d’élaborer un modèle d’organisation de l’espace des villes latino-américaines qui en comparaison des espaces concrets des villes mexicaines apparaît assez convaincant. On peut repérer chacune des logiques en œuvre autour de la dissymétrie de la valorisation de l’espace urbain, des nouveaux axes de centralité linéaire, des centres commerciaux s’implantant d’abord dans les secteurs valorisés de la ville. Il semble d’ailleurs que dans le cas du Mexique ce modèle ne rende pas seulement compte des logiques à l’œuvre au sein des espaces métropolitains mais aussi des petites villes et villes moyennes.

5Les forces en jeu semblent bien définies mais leurs modalités de spatialisation sont néanmoins plus complexes. Peter Ward (1991 : 96) propose une première complexification à partir du diagramme des zones « écologiques » de Mexico, qui, s’il n’intègre pas le rôle des axes de communication, fait apparaître une imbrication des différents secteurs se rapprochant plus du modèle de Hoyt que de celui de Burgess.

6Au total, pour construire un schéma rendant compte de la structure urbaine des villes mexicaines, il faudrait introduire une série de nuances. D’abord, la structuration de l’agglomération ne peut se lire uniquement à partir d’un modèle de dissymétrie. Même s’il est possible d’identifier des secteurs où s’implantent une grande partie des espaces voués aux classes aisées, la périphérie des villes mexicaines doit être plutôt assimilée à une mosaïque composée de types différents de lotissements. Au gré des opportunités foncières la croissance urbaine se fait par saut, par une implantation d’un lotissement à distance de la ville et urbanisation de l’espace intermédiaire ; en ce sens les premiers lotissements importants pour classes aisées, en introduisant une valorisation de l’espace entre le lotissement et le tissu urbain dense, ont profondément conditionné le type d’espace urbain dans une direction particulière. Mais la structure foncière spécifique des périphéries mexicaines, l’existence d’ejidos dans toutes les directions de la croissance urbaine rend plus complexe la lisibilité des phénomènes de ségrégation de l’espace urbain, en dispersant une modalité d’urbanisation qui, au moins au moment de sa création, concentre des populations à faible revenus y compris à proximité des espaces les mieux aménagés des périphéries urbaines.

7Ensuite, la stricte séparation entre deux types d’impacts des axes de communication semble devoir être relativisée. Certes les principaux boulevards et les extensions vers les quartiers périphériques aisés constituent des espaces particuliers de développement commercial ; mais les axes de communication traversant d’autres secteurs de la ville ne sont pas seulement assimilables à l’application d’un modèle « bandé » considéré comme espace des entreprises et des entrepôts. On peut en effet identifier une diffusion commerciale sur un grand nombre d’axes, y compris dans les zones les plus populaires. L’offre commerciale et la population visée sont différentes mais le type de fonction centrale est bien du même ordre : celui d’une offre commerciale s’adressant à un secteur de l’agglomération grâce à une localisation rendant possible un accès en voiture. Quelle que soit la taille des villes, entreprises et entrepôts s’implantent sur les principaux axes à la périphérie ; lorsque ces axes pénètrent au sein des espaces consolidés, ils tendent à devenir des espaces mixtes sur lesquels prennent place des moyennes surfaces, des magasins offrants de grandes surfaces de ventes et des parkings, s’intercalant entre des entreprises et des locaux artisanaux. On pourrait considérer que cette dynamique est caractéristique de la généralisation d’une logique de localisation de type californien, qui ne se limite plus aux espaces valorisés par les classes moyennes et aisées, mais concerne l’ensemble de l’offre commerciale.

  • 3 Ces mutations peuvent néanmoins déclencher des réactions d’opposition des résidents qui en appelle (...)
  • 4 C’est une des principales conclusions de l’étude de Rosa Maria Rubalcava et Martha Schteingart (19 (...)

8Enfin, on peut penser qu’une part importante de l’espace urbain des grandes villes mexicaines tend à se rapprocher de la catégorie « quartiers péricentraux aux fonctions multiples ». Ce phénomène semble caractéristique d’une forme particulière de production d’espace urbain par consolidation, densification et structuration autour de certains axes d’espaces qui ont été produits sous la forme du lotissement. Une des spécificités des espaces urbains des villes mexicaines, rendue possible par la faible prégnance des règlements de lotissement3, est leur évolution rapide vers un espace multifonctionnel, par implantation des activités au sein des maisons individuelles ou le remplacement de celles-ci par des commerces, immeubles de bureaux ou d’activités artisanales. Dans la ville de Mexico les espaces de la ville intermédiaire jouent un rôle particulièrement important. Il s’agit des périphéries des années 1850-1950 ; dont la colonia Roma (le premier projet date de 1902) et ses prolongements vers le sud consolidés dans les années 1930 (Roma Sur) constituent le modèle. Jusqu’au tremblement de terre de 1985, qui se traduira par la dévalorisation d’une partie de ces espaces, ces quartiers sont soumis à la pression de changements d’usage vers des fonctions commerciales et tertiaires et d’une perte et paupérisation des logements dont le tremblement de terre a révélé certaines situations dramatiques ; ce processus se poursuit aujourd’hui mais les activités valorisées se sont portées vers d’autres secteurs de l’agglomération (Bisogno, Lee et ail, 1993). Plus généralement, ce sont des secteurs entiers de l’agglomération que l’on peut caractériser comme inscrits dans un processus rapide de consolidation, amélioration des services et du type de population4, mais aussi de l’offre commerciale, et diversification des fonctions.

  • 5 Des constatations du même type induisent la généralisation de l’usage du terme de fragmentation po (...)

9L’organisation interne des villes mexicaines actuelles ne peut être analysée à partir d’un schéma d’organisation simple du type centre/périphérie, même en introduisant les catégories de ville intermédiaire ou de périphéries consolidées. Pour rendre compte de la structuration particulière des villes mexicaines, il faudrait donc tenter de saisir une géographie complexe de pôles de centralité à différentes échelles, le long des axes de communications et à partir de nouveaux centres commerciaux qui ont proliféré dans les années 1990 y compris dans les périphéries peu valorisées, en prenant en compte aussi bien l’offre commerciale et les activités du secteur moderne et les activités traditionnelles et populaires. La géographie des activités des grandes agglomérations peut être assimilée à celle d’un espace urbain « fragmenté » au sein des quartiers consolidés qui occupent une part de plus en plus importante des tissus urbains5.

Dynamiques des espaces centraux

10Parallèlement à la diffusion des éléments de centralité, l'espace central historique subit un processus de différenciation interne sous l’influence de trois types de phénomènes. D’abord ; la dégradation du bâti, de nombreux bâtiments abandonnés par la bourgeoisie au début du siècle ont été divisés sur le mode de la vecindad, au sein des nouveaux quartiers populaires du début du siècle la vecindad domine comme mode de croissance urbaine. Ensuite, la constitution et le maintien dans ces mêmes zones d’un « centre commercial populaire », formé par la prolifération de commerçants « ambulants » autour des marchés centraux qui jouent pendant longtemps le rôle de marché de gros pour l’ensemble de la ville, auxquels viennent s’ajouter petites industries, artisanat et services pour les couches populaires. La conjonction d’un mode d’habitat (la vecindad), de nombreuses possibilités d’emploi dans le secteur informel, d’une grande densité de résidents, et la présence constante de la foule, crée un milieu urbain spécifique, désigné comme l’espace de la dégradation, de la crise urbaine, de la congestion, mais qui dans de nombreuses villes forme, pour la majorité des populations, le véritable centre fonctionnel de la ville. Enfin, un processus de destruction d’édifices anciens ou d’occupation des espaces libres par de nouvelles constructions, que l’on peut identifier comme particulièrement actif entre 1940 et 1970. Cette « rénovation privée » se caractérise par des opérations au coup par coup dont 1 ’ envergure varie beaucoup selon les villes et les réalisations ; des tours de bureaux (la tour Latino-américaine à Mexico construite en 1953) jusqu’à la construction de petits appartements pour couches populaires dans les parties dégradées du centre. Les acteurs de cette rénovation privée sont multiples, des grandes banques aux petits commerçants spéculateurs. Ce processus de rénovation est particulièrement dynamique dans un secteur valorisé du centre, ou un espace généralement situé autour de la place centrale ou des nouvelles places du xixe où se localisent toujours les édifices publics les plus importants et de nombreuses activités commerciales et de services.

11Les tendances à l’éclatement des fonctions commerciales et tertiaires doivent être relativisées. Le centre historique n’est plus le seul espace d’approvisionnement, de nouveaux espaces de centralité sont apparus à proximité et en périphérie, cependant à l’échelle des agglomérations c’est encore dans la zone centrale que l’offre commerciale est la plus importante et la plus diversifiée. L’hypercentre de Mexico, tel que le définit Jérôme Monnet (1990), qui intègre le centre historique et un espace à l’ouest, qualifié de centre moderne des services, concentre un quart des commerces non alimentaires de la ville et un tiers des succursales bancaires. L’étude de la structure commerciale de Puebla permet d’aboutir à une conclusion similaire, la zone centrale reste la principale concentration d’activités commerciales et tertiaires.

Dispersion de pôles de centralité commerciale

12La multiplication des centres commerciaux en périphérie, comme la diffusion le long des axes urbains des activités tertiaires, aboutissent à une diffusion de pôles de centralité d’intensité variable et renforcent cette dissociation entre le centre-ville et les lieux de la centralité « moderne » commerciale et tertiaire (Bonnet, Tomas, 1989).

  • 6 Sur 850 hectares en limites de la délégation Alvaro Obregon et de Huixquilucan, municipalité de l’ (...)

13A Mexico, l’ouverture de Plaza Satelite et de Plaza Universidad dans les années 1970, de Perisur et la consolidation des secteurs financiers de Reforma et du Périphérique dans les années 1980 ont pu être considérées comme la généralisation d’un modèle nord-américain de ville. Dans les années 1990, le projet Santa Fe6 se propose de créer un nouvel espace de centralité à la périphérie de la ville, sur une zone minière utilisée comme décharge, à partir d’un centre commercial et d’immeubles de bureaux de grandes entreprises et d’une université privée. Il s’agit de contribuer à la valorisation de cette zone et de permettre la poursuite de la consolidation d’un secteur valorisé de l’agglomération vers le sud-ouest.

14A Guadalajara, la Plaza del sol a été ouverte en 1969. A Puebla, la proximité de Mexico a retardé l’implantation de ce type d’espace, Plaza dorada ouvre ses portes en 1979. A Monterrey, c’est la proximité de la frontière qui repousse au début des années 1980 l’implantation de grandes surfaces et de centres commerciaux. La multiplication des centres commerciaux semble constituer une tendance généralisée à toutes les tailles de villes. Au début des années 1990, il existait à Mexico une vingtaine de centres commerciaux et ceux-ci se sont multipliés pendant la période saliniste ; en 1990, il existait neuf centres commerciaux à Aguascalientes (Gormsen, Klein Lüpke ; 1991), actuellement ils sont une quinzaine à Puebla. Tous les centres commerciaux n’impulsent pas la consolidation de nouveaux pôles de centralité à l’échelle de la ville, certains ne sont qu’un attribut des nouveaux lotissements périphériques ; ils participent néanmoins à la diffusion de nouveaux espaces de centralité adaptés à la généralisation d’un mode de vie pavillonnaire.

  • 7 cf. les enquêtes de Maritza Urteaga Castro-Pozo et Inés Cornejo Portugal (1995) qui montrent que d (...)

15Les fonctions des centres commerciaux dépassent le simple approvisionnement pour classes moyennes et aisées, les cafétérias, restaurants, nombreux postes d’en-cas et cinémas transforment l’espace intérieur en un lieu de promenade, de réunion et de rencontre, y compris pour les populations qui n’achètent rien. Le dimanche matin des familles entières viennent prendre leur petit déjeuner. Toute la semaine, petit déjeuners, déjeuners ou dîners d’affaires ou politiques se déroulent dans les cafétérias et drugstores. Dans des villes où la rue est marquée dans la perception des classes moyennes et aisées, en dehors de quelques zones particulières, par une insécurité ou du moins par la promiscuité du contact avec des populations défavorisées, ces espaces privés à usage public reconstruisent un espace de convivialité non seulement protégé du soleil et de la pluie, mais aussi fortement policé, interdit aux mendiants et personnes dont l’apparence est jugée incompatible avec l’image du lieu. Pour les femmes et les jeunes de classes moyennes ou aisées, ces espaces sont perçus comme offrant la liberté d’une promenade sans surprise. Les espaces intérieurs, y compris dans des petits centres commerciaux de villes de province, font l’objet d’aménagements spectaculaires et luxueux recréant de véritables espaces d’une centralité multifonctionnelle avec reconstruction de rues, passages, fontaines, espaces de repos à distance des difficultés et des conflits de la ville réelle. Au sein d’une typologie des espaces publics urbains, la promenade du centre commercial constituerait le pôle opposé de la rue du centre occupée par les commerçants « ambulants » ; même si dans les deux cas la fonction commerciale domine et si une partie de la population pratique les deux types d’espace pour des achats différents. Par leur reproductibilité, leur caractère artificiel et construit, ce type d’espace urbain a pu être considéré comme des « non lieux » (Augé, 1992), ils forment néanmoins des espaces marqués par des pratiques spécifiques, clairement identifiés les uns des autres. Il s’agit de lieux auxquels s’attachent une sociabilité particulière, une mythologie propre qui ne les rend pas interchangeables dans la perception des habitants. Ces nouveaux types d’espaces urbains célèbrent l’entre-soi de la classe moyenne échappant à la dureté de l’espace de la rue, mais ils sont aussi une vitrine fréquentée par des populations de tous les secteurs de la ville, en particulier par les jeunes qui, à Mexico, peuvent traverser l’agglomération pour se rendre dans des centres commerciaux du sud de la ville7. Les centres commerciaux constituent une immersion directe dans le monde de la consommation moderne et internationale, du luxe présent dans la vie quotidienne de l’ensemble de la population par la publicité et la télévision. La diffusion de centres commerciaux dans les périphéries peut être assimilée à une autonomisation de secteurs entiers de la ville, une fragmentation de l’espace urbain, selon le modèle des périphéries des villes américaines préfigurant la ville « postmoderne », au sein de laquelle se multiplient les centres en périphérie (Guénola, 1995).

16L’ouverture d’un centre commercial moderne au sein de l’ancien marché central de la Victoria à Puebla, qui participe d’un projet de reconquête du centre-ville, semble inaugurer au Mexique une tendance présente dans d’autres villes latino-américaines (Buenos Aires, São Paulo) depuis la seconde moitié des années 1980 (Geraiges de Lemos, 1991). Sous une forme ouverte, la Plaza tapatía à Guadalajara peut être considérée, on le verra, comme un centre commercial implanté au cœur de la ville. Il s’agit d’une certaine façon d’une banalisation de l’espace central, considéré en lui même une fois restauré et requalifié comme un espace possible d’inscription de ce type d’offre commerciale. Dans l’ordre de l’investissement urbain, l’implantation d’une offre commerciale moderne en centre-ville doit contribuer à sa valorisation. Plus qu’un retour au centre, cette tendance caractériserait une phase ultime de fragmentation de l’espace urbain.

Un modèle urbain implicite

17L’aménagement des fonctions centrales, la rénovation ou la préservation des espaces centraux occupent une place particulière au sein des politiques urbaines mexicaines. Ces actions des pouvoirs publics semblent avoir été laissées de côté lors de la mise en place du système de planification, qui se concentre sur les problèmes de contrôle et de zonage de la croissance urbaine, d’infrastructure urbaine et de mise en place d’un réseau urbain hiérarchisé. Les plans directeurs urbains ne comportent généralement que peu de références à ce type d’actions, et se contentent de présenter les projets en cours. Ce n’est que récemment qu’apparaissent des plans des centres urbains qui tentent de donner une cohérence à posteriori à des réalisations isolées.

  • 8 Instituto Nacional de Antropología e Historia, Institut National d’Anthropologie et d’Histoire.

18Paradoxalement, si le discours institutionnel sous forme de plans et de programmes est particulièrement pauvre, les fonctions centrales et les centres urbains concentrent depuis les années 1950, dans un grand nombre de villes, l’attention et les investissements des pouvoirs locaux. Les réalisations prennent le plus souvent la forme de « grands travaux » (nouveaux marchés, terminaux d’autocars, aménagement de places) qui restent attachés au nom d’un maire ou d’un gouverneur. Chaque situation urbaine semble présenter des conditions différentes de mise en place des actions sur les centres, qui relèvent plus de politiques sectorielles (transport, approvisionnement, etc.) que de la mise en place d’une politique d’aménagement urbain. Seules les mesures de préservation des centres historiques ont fait l’objet d’une formulation plus précise, à partir de la loi de 1972 et de la généralisation du rôle de l’INAH8.

19Devant l’inefficacité avérée des politiques de planification urbaine, du contrôle de la croissance, et la difficulté du maintien d’une bonne qualité des infrastructures dans une grande partie de l’espace périphérique, la structuration et l’organisation fonctionnelle des nouvelles étendues urbaines, comme leur articulation avec la ville historique et la création de nouvelles centralités urbaines comme stratégie d’action sur la ville deviennent des enjeux de première ampleur pour les politiques urbaines. Les actions sur les espaces centraux présentent l’avantage d’une forte visibilité pour l’action publique.

20Malgré une première impression de spécificité totale de l’évolution des structures urbaines, des espaces centraux et des éléments de centralité dans chaque ville, on peut délimiter assez précisément un petit nombre de mesures et de réalisations ayant un impact direct ou indirect sur les espaces centraux. Malgré d’importantes variations, les solutions apportées à ce qui est défini comme la crise des centres, et les moyens de l’aménagement de nouvelles centralités à l’échelle métropolitaine sont similaires, caractérisant à la fois l’état de la réflexion « urbanistique » et les rapports de force entre les différents acteurs urbains. En première analyse, on peut délimiter trois types d’actions, qui visent, d’abord à revaloriser l’espace central et mettre en place une stratégie d’image du centre-ville, ensuite à rompre avec la concentration des flux de toutes natures au sein d’un espace central multifonctionnel, et enfin à mettre fin au désordre et à la congestion de la rue.

21La revalorisation de l’espace central et la mise en place d’une stratégie d’image peut se faire par la mise en valeur de l’historicité du centre, l’aménagement des façades, l’homogénéisation de l’image urbaine, la restauration de monuments, l’utilisation d’édifices à forte valeur historique par des organismes publics ; ou par la création de nouveaux espaces de monumentalité au centre de la ville, la destruction d’une partie du tissu historique et la réalisation de nouvelles places à forte image urbaine, nouveau symbole du centre qui doit concentrer les investissements publics et privés (Plaza tapatía à Guadalajara inaugurée en 1982, Gran plaza à Monterrey en 1984).

22Pour rompre avec la concentration des flux de toutes natures, une partie des équipements à forte centralité sont déconcentrés. Marché de gros, terminaux d’autocar, gares, perdent leurs localisations centrales ou péricentrales. Les friches urbaines ainsi créées sont converties soit en espaces administratifs ou culturels, soit en places, jardins ou espaces piétonniers. Le principal objectif fixé à ces délocalisations n’est pas l’aménagement des espaces libérés, mais bien la réorganisation des flux d’échange, de trafic et d’approvisionnement à l’échelle de l’agglomération. En l’absence de projets publics, la délocalisation n’impulse pas une revalorisation mais accroît la paupérisation et la dégradation des quartiers touchés, d’abord par la création d’une friche urbaine au cœur ou en périphérie immédiate du centre, qui devient le refuge d’activités illicites, ensuite par le maintien dans la zone d’une partie des activités greffées sur l’ancien marché, la gare ou le terminal de bus. En effet certains commerçants sont exclus de la nouvelle donne que constitue un transfert, qui, le plus souvent, privilégie une concentration des activités entre les mains des acteurs disposant du capital économique ou politique le plus important. La fermeture de la Merced, marché central de Mexico et la mise en service d’un nouveau marché de gros en périphérie, fin 1982, constitue l’exemple le plus spectaculaire de cet effet négatif de la délocalisation. Le quartier de la Merced est devenu un espace résiduel. Il y eut en quelque sorte dédoublement spatial de la fonction d’approvisionnement de la ville, d’une part le réaménagement à l’échelle de l’agglomération des flux d’échange, d’autre part autour de l'inertie des pratiques - des populations de la ville de Mexico comme d’une grande partie de la région centre - et de l’enracinement d’activités dont la localisation constituait le principal actif : le maintien d’une zone d’échanges en quelque sorte secondaire, reproduisant sur un mode mineur l’ensemble des activités au sein d’un espace dégradé. Malgré de nombreux projets de réutilisation, la faible capacité d’intervention des pouvoirs publics en tissu ancien et la dévalorisation du quartier n’ont pas permis la mise en place de programmes de rénovation et le réaménagement de la zone. En l’absence d’un projet public de réutilisation des terrains ou des locaux, des activités considérées comme des nuisances par la congestion qu’elles engendraient, déclenchent par leur absence même, un cycle de dégradation et de paupérisation dans leur zone d’influence directe. On retrouve cette logique à des échelles différentes dans de nombreuses villes pour toutes les activités, la mise en place de jardins publics ou de parkings privés constituant une solution transitoire souvent utilisée. Entre 1950 et le début des années 1990, des gares routières ont été construites dans une centaine de villes. Les diverses compagnies de transports de passagers qui étaient dispersées dans le centre des villes sont relocalisées en périphérie, le plus souvent au sein d’un espace unique même si les compagnies de première classe sont parfois séparées de celles de seconde classe. Dans certaines villes (Guadalajara, Zacatecas) une deuxième génération de gare routière implantée à distance de la ville est construite dans les années 1980 pour remplacer une première gare localisée en périphérie immédiate du centre construite dans les années 1950 ou 1960. Dans d’autres villes, les divers terminaux sont restés localisés dans le centre jusqu’à la fin des années 1980, c’est le cas dans la ville de Puebla où la gare routière ne sera construite qu’en 1988. La gare routière est devenue un attribut fonctionnel des agglomérations urbaines mexicaines. La temporalité de sa réalisation, qui constitue une étape de la réorganisation des espaces centraux, semble conditionnée par la capacité des pouvoirs publics à impulser une réorganisation des flux, et par la volonté des compagnies de disposer d’espaces dotés d’une meilleure accessibilité, marque fortement les dynamiques des espaces centraux des villes mexicaines.

23Pour mettre fin au désordre et à la congestion de la rue, les pouvoirs publics aménagent de nouveaux axes urbains, réorganisent les transports en commun, limitent et réglementent le stationnement, créent des espaces piétonniers ; et tentent aussi d’éloigner des activités non « légitimes », des commerçants « ambulants » ainsi que les activités des « zones rouges » (prostitution, cabarets, centres nocturnes populaires).

24Les éléments d’intervention relevés ne sont qu’une première approche de l’étude de ce que l’on pourrait appeler le vocabulaire de l’aménagement des espaces centraux et des fonctions centrales. La somme de solutions partielles à des problèmes urbains contribue à la production d’un nouveau fonctionnement de la structure urbaine. On assiste donc à la mise en place d’un modèle urbain implicite - conditionnant des actions présentées comme « techniques »- appliqué de façon disloqué et selon des temporalités différentes.

25On retrouve l’influence de ce modèle d’évolution des fonctions et de l’image urbaine dans tous les types de villes y compris dans certaines bourgades rurales sous la forme de l’embellissement de la place centrale, et du rejet des activités en périphérie. La ville de Tlaxcala présente une image épurée de l’application de ce modèle urbain implicite. Dans cette petite ville de 20 000 hab., capitale de l’État du même nom, au début des années 1980, l’ensemble du processus de réaménagement de la structure urbaine a été mené à bien. En 1980, le marché permanent et le tianguis ont été rejeté en périphérie du centre et une nouvelle gare routière a été construite en 1981 (Schott, 1984). Le centre ancien présentant peu d’édifices historiques a fait l’objet d’une politique de peinture systématique des façades, de contrôle des enseignes, d’enfouissement des réseaux, un parking souterrain a été installé sous une place à proximité du centre. Autour du zócalo, les différents ministères du gouvernement de l’État occupent des édifices restaurés. Un campus a été créé en périphérie. L’impact des actions des pouvoirs publics est ici visible sans la pression de la croissance urbaine massive. La ville ne s’est pas adaptée à un fonctionnement à l’échelle de l’agglomération, mais a été dotée de tous les attributs d’une ville mexicaine moderne. La ville de Tlaxcala semble constituer le centre d’une agglomération inexistante ; en fait la ville est le centre d’un réseau dense de petites villes s’étendant sur l’ensemble de l’État. Cette modernisation prise en charge par le gouverneur de l’époque (Tulio Hernandez) ne se limite pas à la capitale de l’État, toutes les petites villes font l’objet, avec des investissements moindres, de politiques similaires.

26Dès le début des années 1970, dans la ville de Toluca, capitale de l'État de Mexico, Hank Gonzalez, gouverneur de 1969 à 1975, a mené à bien une réorganisation des flux et une rénovation du centre de la ville. Non seulement le marché principal, le marché de gros et le tianguis ont été déplacés vers les nouvelles installations du marché Juarez, les transports urbains réorganisés et une nouvelle gare routière inaugurée, mais un nouveau palais du gouvernement de l’État a été construit, des bâtiments démolis pour créer de nouvelles places, de nouvelles arcades et des immeubles de bureaux au cœur de la ville. L’occupation de ces locaux fut en dehors d’organismes liés aux pouvoirs publics lente et difficile. Cette rénovation du centre qui semble à l’époque disproportionnée avec la taille et le fonctionnement de la ville, malgré la rapidité de la croissance urbaine et du développement industriel, représente une réorganisation de l’inscription territoriale des pouvoirs locaux qui se trouvent dans la situation de gérer, depuis Toluca, une partie de plus en plus importante de la périphérie de Mexico et donc de renforcer leur poids sur la politique nationale. C’est aussi pour Hank Gonzalez qui avait été président municipal de Toluca et qui sera régent du DF, entre 1976 et 1982, l’occasion de démontrer sa « vocation » de bâtisseur.

27Les mesures que l’on a citées concernent essentiellement les équipements à forte centralité et l’aménagement des espaces publics. En dehors des grandes opérations de rénovation ou de percée de voies urbaines, et de certaines restaurations à usage de musées ou de services publics, les pouvoirs publics n’ont joué qu’un faible rôle dans le changement d’usage des édifices des zones centrales. Si à partir des années 1950 de nombreux projets insistent sur la nécessité d’éradication des « taudis » centraux, et proposent de réaliser une rénovation de grande ampleur, peu de projets publics de modification du type d’habitat ont vu le jour dans les espaces centraux. La mise en valeur de l’historicité des centres et les politiques de préservation du patrimoine rendent aujourd’hui plus difficile la réalisation d’importants projets de rénovation en tissu historique et il n’existe aucune procédure généralisée de réhabilitation du logement.

28Comme on l’a noté, les acteurs urbains privés jouent un rôle important dans la dynamique des centres, que ce soit dans la modification du bâti des espaces centraux historiques, ou dans la constitution des nouveaux espaces de centralité. D’autre part les aménageurs et les pouvoirs publics leur confèrent la capacité de réaliser, à partir de la dynamique créée par les investissements publics et les actions de revalorisation de l’espace central, un véritable réinvestissement urbain. En effet, les discours qui accompagnent la mise en place de politiques de rénovation, comme les actions d’aménagement de la centralité et d’amélioration de l’image de la ville, présentent l’intervention publique comme un premier temps de la modification de F espace central, le relais devant être pris par des investissements privés. Les planificateurs et les hommes politiques locaux invoquent le retour de la classe moyenne dans les centres, et la valorisation de l’espace central créée par les politiques publiques, qui en ferait un lieu d’investissement privilégié.

29Si des effets existent, ils sont limités le plus souvent à un affinage commercial, à l’installation de nouveaux types de commerces ou à l’amélioration des installations existantes, et à une tendance au renforcement de la spéculation sur les terrains libres. Si des groupes financiers ou des industriels importants participent aux opérations publiques, c’est le plus souvent sur un mode « philanthropique » de subvention au « sauvetage » de la ville historique. Le réinvestissement n’existe le plus souvent que dans les discours des aménageurs et des pouvoirs politiques, qui semblent imprégnés implicitement d’un modèle d’évolution des centres calqué sur une certaine conception de la dynamique des centres européens ou des États-Unis, qualifiée de reconquête urbaine et de gentrification.

Pratiques et perceptions des espaces centraux

30Les principales fonctions centrales ont été déconcentrées, le « centre commercial populaire », symbole de la crise des centres mais aussi d’une certaine forme d’appropriation de l’espace urbain a été dans de nombreuses villes détruit dans sa multifonctionnalité ; mais le centre ne perd pas son caractère populaire. Malgré le transfert des marchés centraux et des éléments de centralité, des pratiques populaires se sont maintenues dans les centres. Le type d’habitat dominant est, dans toutes les villes, un habitat populaire. En l’absence de pression immobilière ou de politique publique de logement, les actions sur les centres ne se sont pas traduites par une mutation de la population ; même si un changement d’usage des édifices au profit d’activités commerciales est perceptible dans de nombreuses villes. La fréquentation du centre, par les habitants des quartiers périphériques populaires, fondée sur des pratiques d’approvisionnement, de loisirs et de déambulations reste très importante. C’est encore au centre que les ruraux, venant en ville, effectuent la plus grande partie de leur approvisionnement, et réalisent démarches administratives et politiques et les achats liés aux pratiques religieuses.

31La stabilité de ces pratiques révèle la complexité du fonctionnement et des conditions de l’attractivité des espaces centraux - dont le dynamisme est fait de tradition, d’ancrage dans les mentalités, de multiplicité des fonctions - et la fragilité des conceptions purement fonctionnalistes de la ville. En déplaçant les marchés et les commerçants « ambulants », on a créé de nouveaux pôles de centralité, réduit la congestion des centres, mais on n’a pas supprimé cette autre symbole du « centre-populaire » : la foule. Le recours quotidien au centre pour des usages d’approvisionnement ou de loisirs est encore une pratique très présente dans de nombreuses villes. Même si dans les grandes villes et en particulier à Mexico, une grande partie des couches populaires vivent dans un repli sur l’espace du logement, du quartier ou du secteur de l’agglomération, le recours au centre étant occasionnel (García Canclini, 1993). La séparation semble particulièrement marquée au Mexique entre deux types de comportements caractéristiques de deux types de populations : d’un coté, ceux qui ont recours aux marchés (qui furent ou sont centraux) et aux zones d’achat spécialisées du centre permettant un achat à crédit de meubles ou de matériels pour la maison ; de l’autre, une population de centre commercial, classes moyennes et salariées, qui par leurs pratiques commerciales ont des rapports différents au centre-ville.

32Bien sur, le développement d’usages secondaires de l’espace (promenade et pique-niques populaires dans les centres commerciaux) et un certain affinage d’une partie de l’espace central introduisent des nuances dans cette partition centre/périphérie. Pour l’achat de fruits et légumes une partie importante des classes moyennes a recours, directement ou par l’intermédiaire de personnels de maison, aux marchés. Il n’en reste pas moins que les comportements semblent beaucoup plus ségrégués qu’en France, où les pratiques d’achat semblent évoluer vers une certaine homogénéisation entre les groupes sociaux.

33Pour les classes moyennes et aisées, la généralisation d’un mode de vie pavillonnaire - dans des lotissements de plus en plus fermés, coupés de la ville par une privatisation des espaces communs - et la création des nouveaux espaces de centralité en périphérie se sont traduites par l’émergence d’un nouveau rapport à la ville. Les populations aisées et une grande partie des classes moyennes ont une pratique urbaine qui se limite souvent aux nouveaux centres commerciaux et de loisir, aux immeubles de bureaux et aux lotissements. Pour une part de la grande bourgeoisie de Mexico qui a un recours régulier aux États-Unis (dont l’intensité varie en fonction des taux de change), ou pour les bourgeoisies de province qui possèdent une résidence dans la capitale, les pratiques de la ville sont particulièrement éclatées, limitées à leur résidence et aux résidences de leurs alter-ego. La perception du centre de la ville est aussi fortement marquée par celle de la distance des classes moyennes aux quartiers populaires. En fonction de ses modèles culturels chaque famille développe une place idéale de son inscription résidentielle dans le tissu urbain, image qui conditionne les pratiques. La perception de la distance sociale renforce la différentiation spatiale (Bailly, 1983).

34C’est la contradiction entre la dévalorisation du centre populaire et la persistance d’une fonction symbolique valorisée par le pouvoir politique qui est à la base de la stratégie des pouvoirs publics sur les centres. Les aménageurs veulent rompre cette logique et impulser un « réinvestissement » du centre au moyen de politiques de décentralisation commerciale, de transfert des éléments de la centralité populaire, et d’actions qui renforcent l’image et la monumentalité du centre-ville et donc la fonction symbolique du centre. La « reconquête » attendue, d’abord des investisseurs, commerciaux ou immobiliers, puis des classes moyennes et supérieures ne s’est pas produite, malgré l’ampleur de l’investissement public. Les politiques urbaines se sont heurtées aux pratiques, aux comportements, et à la conception de la ville des populations. La dévalorisation du centre est non seulement le reflet des évolutions du bâti, des fonctions urbaines, elle est aussi profondément ancrée dans les modes de vie, dans les pratiques de résidence et d’achat, dans la conception de la ville et de la vie urbaine des classes supérieures et moyennes.

35Pour ce type de population, le centre n’est plus qu’une référence abstraite sur laquelle ne se greffe aucune pratique. Le centre est souvent perçu comme un espace réservé aux pratiques populaires de l’espace urbain. L’accroissement de la distance spatiale au centre - si ce n’est dans l’habitat du moins dans les pratiques - est un moyen de renforcer la distance sociale avec les habitants du centre, avec les couches populaires, avec un espace marqué par l’image du sous développement. Lorsque le centre historique est doté d’une valeur positive, c’est plus sur le mode d’un attribut de la ville qu’il faut sauver de la dégradation, d’un symbole de l’identité locale que d’un espace qu’il serait nécessaire, souhaitable ou possible d’intégrer à ses pratiques quotidiennes.

36Il ne s’agit pas de limiter d’emblée l’analyse à une conception « duale » de la société urbaine où une partie de la population aurait une relation quotidienne et directe au centre et une autre se tiendrait à distance dans un repli sur les nouveaux espaces de la centralité et de la résidence pavillonnaire, mais de noter l’existence de deux pôles des pratiques et conceptions de la vie en ville qui marquent la dynamique de l’espace urbain au Mexique. Deux pôles qui correspondent à deux types de modèle culturel, de perception de la ville : l’un centrifuge et l’autre centripète.

  • 9 On entend ici par modèle culturel ce que Guy Di Méo (1991 : 217) qualifie de « schèmes structurels (...)

37Certes, la segmentation sociale des sociétés latino-américaines, aggravée par la crise économique et financière des années 1980 puis de 1995 est aussi une segmentation urbaine, de l’habitat et des pratiques. Mais si le comportement des classes supérieures et moyennes correspond plutôt à un modèle culturel9 « centrifuge », centré sur la maison et l’espace privé ou de l’homogénéité sociale, et les pratiques populaires pouvant s’identifier à un modèle culturel « centripète », fondé sur des pratiques, des traditions, d’appropriation et de relation directe aux espaces centraux ; on ne peut réduire les types de relation au centre à cette opposition.

38La structure sociale des villes mexicaines ne saurait être limitée à ces deux pôles ; une partie de la classe moyenne peut maintenir des pratiques populaires de relation au centre, alors qu’à revenus égaux une autre partie se caractérise par sa volonté d’assimilation au mode de vie des classes supérieures. Plus qu’aux couches populaires, il faudrait se référer à une catégorie de population du même ordre que celle évoquée par Pierre Sansot (1992 : 14) sous le vocable de « gens de peu », groupes caractérisés par des pratiques ordinaires « fédérées par des plaisirs, besoins et usages », ici par des pratiques de l’espace urbain et une certaine perception de l’organisation de la ville, plus que par des niveaux de revenu.

39La persistance d’une conception de la ville fondée sur le modèle colonial de centralité, et les pratiques concrètes et symboliques attachées aux activités politiques, religieuses et culturelles constituent un autre plan de partage des conceptions et des pratiques. D’autres plans de partage existent, en particulier les itinéraires personnels urbains et sociaux comme le niveau d’enracinement local, qui influent sur les perceptions des centres et sur les pratiques. Dans les petits villes et villes moyennes, l’expansion périphérique des classes moyennes et aisées est plus récente et une partie de la population adulte vivant aujourd’hui en périphérie a grandi dans le centre.

40Il est important d’insister sur le rôle des modèles culturels, des visions de la ville et de son organisation non seulement pour saisir les images mentales créées par les structures urbaines et les pratiques mais bien pour évoquer les « effets de retour » : c’est-à-dire les effets des conceptions et des perceptions de la ville sur les comportements et sur les structures spatiales et leurs évolutions (Racine, 1981 : 111). Comme le note André Vant (1975, 220), « l’image est en même temps en deçà et en delà de la pratique du centre ; si elle en est issue, elle est également créatrice ».

41Depuis une trentaine d’années, la conjonction de tout ou partie de ces facteurs se traduit dans les villes mexicaines par d’importantes modifications des structures urbaines et de l’organisation de la centralité, qui bouleversent à la fois la forme, le fonctionnement de l’espace urbain et le rapport à la ville et à l’espace central des populations. L’impact des mesures publiques renforce et dans certains cas précède les dynamiques d’éclatement et de diffusion des fonctions commerciales à l’échelle de l’agglomération. Les principales fonctions centrales traditionnelles sont délocalisées et contribuent à créer au sein des espaces périphériques des pôles de centralités sur lesquels viennent se greffer d’autres types d’activités. Ces tendances à l’éclatement des centres sont renforcées par la généralisation pour une grande partie de la population de pratiques de la ville « centripète » centrées sur la maison et les nouveaux espaces de centralité. Néanmoins, pour une part importante des habitants, la ville reste perçue comme organisée autour d’un centre unique et les espaces centraux restent fortement attractifs.

ESPACES CENTRAUX ET MODÈLES CULTURELS

42Dans les villes mexicaines, la généralisation du plan en damier permet une grande lisibilité de l’espace urbain. Celui-ci est ou était organisé autour d’un centre unique : la place centrale. Aujourd’hui, la dispersion des fonctions urbaines et l’extension du tissu urbain - la mosaïque de lotissements rompant avec le plan en damier comme principe unique - rendent plus difficile cette perception de l’organisation de la ville, toutefois la nécessité d’un centre unique clairement identifiable est ressentie dans toutes les villes latino-américaines. En mettant en scène le désarroi d’un latino-américain dans une ville allemande se trouvant dans l’incapacité de définir le centre, d’identifier un centre unique et les axes du tracé urbain, et donc de comprendre l’organisation de la ville et de se repérer, Miguel Rojas-Mix (1979) montre bien l’importance du modèle colonial de centralité dans la conception de la ville et les pratiques des habitants des villes latino-américaines. Les centres-villes restent le lieu du pouvoir politique, même si de nouveaux espaces administratifs ont été créés en périphérie, les sièges des municipalités, des gouvernements des États, et même le palais présidentiel à Mexico se localisent sur les places centrales ou à proximité immédiate.

  • 10 Les universités publiques, dans de nombreuses villes principaux pôles d’opposition de gauche, fonc (...)

43Les centres-villes sont aussi les centres des scènes politiques locales, le lieu de l’affrontement entre les élites locales, intellectuelles et politiques10 ; et de l’expression des demandes politiques par les partis d’opposition ou les mouvements populaires (manifestations), comme le cadre de la réaffirmation de la légitimité populaire du régime (regroupement, fêtes officielles). Les grandes processions ou fêtes religieuses se déroulent dans les centres, autour de la cathédrale et des nombreuses églises héritées de la ville coloniale.

44La vie sociale, politique, culturelle et religieuse de la ville mexicaine est donc fortement centrée. Le centre est le territoire où se déroulent ces pratiques sociales constitutives de l’identité de la ville et des sociétés locales. Le modèle colonial de ville et de centralité est renforcé par ces pratiques symboliques de la ville.

45Plusieurs types de pratiques, plusieurs idées de la ville, plusieurs modèles culturels se superposent, et influent sur les comportements des populations, sur les stratégies des acteurs urbains, sur les actions des pouvoirs locaux. Dans la production et le fonctionnement de l’espace urbain, des centres et de la centralité, entrent en relation, s’opposent, se renforcent ou s’excluent plusieurs modèles et types de pratiques de la centralité, de la relation aux espaces centraux :

  • un modèle historique, celui de la ville coloniale, qui marque encore le paysage urbain, mais aussi les représentations de la ville et de la place du pouvoir politique dans la ville ;
  • des modèles implicites aux actions d’aménagements, aux techniciens de l’urbanisme comme aux politiques, qui tentent d’impulser un réinvestissement urbain, un retour des classes moyennes et des activités valorisées dans les centres, par des politiques volontaristes qui peuvent prendre la forme de rénovation ou de restauration ;
  • un modèle patrimonial, qui au Mexique prend la forme d’une tentative de protéger l’ensemble des tissus urbains hérités, c’est-à-dire de maintenir en l’état la ville du début du siècle, et de mettre en valeur les éléments de l’historité des bâtiments et de l’image urbaine ;
  • des pratiques et modèles pavillonnaires de relation à la ville des classes moyennes, marquées par de nouveaux espaces de la centralité périphérique et la dépréciation du centre, l’impossibilité d’un retour au centre ;
  • une série de représentations et un modèle populaire de relation à la ville, impulsant des pratiques fortement centrées, qui se maintiennent même après la délocalisation des principales fonctions centrales, sous la forme de relations ludiques et de promenade, ou symboliques religieuses et politiques au centre.

46Suivant les situations locales, ces modèles ont des temporalités différentes de mise en place, des modes différents d’interaction qui dépendent, en grande partie, des stratégies locales des acteurs urbains, des rapports de force et des relations au sein de systèmes d’acteurs locaux, où chacun possède une idée, une conception de ce que doit être le centre et l’organisation des pratiques et des flux dans la ville.

Notes

1 cf. Dotson (1955), Bahr et Mertins (1983), Borsdorf (1982), Czerny (1989).

2 A des niveaux différents, on retrouve ce phénomène dans de nombreuses villes latino-américaines ; c’est l’avenue Paulista à São Paulo, le quartier Mariscal Sucre à Quito.

3 Ces mutations peuvent néanmoins déclencher des réactions d’opposition des résidents qui en appellent au respect d’un espace voué à la seule fonction de résidence, par ailleurs dans certaines zones les règlements de lotissements réussissent à maintenir l’image urbaine d’origine et à empêcher la multiplication des commerces ou immeubles de bureau, cf. Patrice Melé (1986, 1994).

4 C’est une des principales conclusions de l’étude de Rosa Maria Rubalcava et Martha Schteingart (1985).

5 Des constatations du même type induisent la généralisation de l’usage du terme de fragmentation pour décrire les processus en jeu dans les métropoles brésiliennes, cf. Laurent Vidal (1994).

6 Sur 850 hectares en limites de la délégation Alvaro Obregon et de Huixquilucan, municipalité de l’État de Mexico.

7 cf. les enquêtes de Maritza Urteaga Castro-Pozo et Inés Cornejo Portugal (1995) qui montrent que des jeunes de toutes catégories sociales peuvent traverser la ville pour se rendre à Plaza Universidad.

8 Instituto Nacional de Antropología e Historia, Institut National d’Anthropologie et d’Histoire.

9 On entend ici par modèle culturel ce que Guy Di Méo (1991 : 217) qualifie de « schèmes structurels enfouis dans les représentations, la culture, les valeurs et les idées que se font d’eux-mêmes et de leurs rapports, tant sociaux que spatiaux, les hommes vivant en société ».

10 Les universités publiques, dans de nombreuses villes principaux pôles d’opposition de gauche, fonctionnent souvent encore en partie dans le centre ; les journaux locaux, les partis politiques, les syndicats ont leur siège en centre-ville.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540