Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Première partie. Genèse et spécifités des espaces centraux

Un mode d’habitat symbole des centres anciens : la vecindad

Texte intégral

1A la suite du départ des classes aisées et de la généralisation d’un mode de vie pavillonnaire, les quartiers anciens des villes mexicaines sont souvent assimilés à des espaces paupérisés en crise urbaine. La vecindad, forme particulière de l’habitat populaire, est devenue le symbole de cette dégradation de l’habitat ancien, même si cette forme d’habitat n’est pas majoritaire dans de nombreux quartiers centraux où dominent les immeubles locatifs. La vecindad stigmatisée par de nombreux discours, mais valorisée par d’autres comme le lieu d’une sociabilité populaire à préserver, a été un des lieux du développement de l’anthropologie urbaine et fut au cœur de l’élaboration d’un modèle d’analyse des mobilités intra-urbaines.

L’image ambivalente de la vecindad

Une forme d’habitat populaire locatif

2Le terme casa de vecindad ou vecindad, que l’on pourrait traduire par « maison de voisinage » ou « voisinage », regroupe deux types d’habitats distincts par leur genèse et leur image qui présentent cependant une identité commune caractérisée par des relations sociales spécifiques entre les locataires, et entre ceux-ci et les propriétaires. La vecindad est à la fois l’immeuble et la communauté formée par l’ensemble de ses habitants.

3Le premier type de vecindades est constitué par des immeubles anciens, délaissés, entre la seconde moitié du xixe et les années 1940, avec des temporalités différentes suivant les villes, par les familles aisées qui les occupaient sur le mode de l’hôtel particulier ou du palais. L’espace intérieur a été divisé en plusieurs appartements, et, dans certains cas, chaque pièce est devenue un nouveau logement - cuarto redondo - accueillant une famille sans que les services aient été introduits. Cette transformation constitue l’avènement de relations de voisinage dans des immeubles qui étaient habités par une seule famille. La seconde moitié du xixe siècle a été l’époque de généralisation de la vecindad comme forme de l’habitat populaire. Cependant des vecindades existaient depuis l’époque coloniale, essentiellement sous la forme de locations d’édifices non utilisés par l’église, les municipalités ou les particuliers. De plus, elles ne prennent pas seulement place dans des palais abandonnés par les familles riches, de nombreux couvents ou constructions dépendant des couvents, mesones (auberges) ou locaux d’activités furent aussi transformés en vecindades.

  • 1 A Mexico, la plupart des vecindades furent construites avant 1940, date à laquelle ce type de cons (...)
  • 2 Ce type d'organisation a permis de comparer la vecindad aux courées du nord de la France ou de tra (...)

4Des immeubles de rapport, construits en général avant 19401, constituent le deuxième type de vecindades. Ces constructions prennent place à la périphérie du centre ou sur des terrains vides ou libérés de leurs constructions historiques. Ce type de promotion était destiné à offrir un logement aux populations des classes populaires, artisans et ouvriers, dont l’essor fut rapide à la fin du xixe et au début du xxe siècle. Ces vecindades présentent une grande diversité d’images, depuis la maison individuelle à laquelle ont été progressivement ajoutées des pièces formant des cuartos redondos le long d’un couloir extérieur, jusqu’à l’immeuble de quatre ou cinq étages, toujours organisé autour d’un couloir ou d’un patio, formant en quelque sorte une vecindad en hauteur2.

5On retrouve ce type d’habitat dans une grande partie des villes latino-américaines : conventillos de Bolivie, Chili et Argentine, pasajes de Santiago, mesones au Salvador et en Amérique Centrale, corralones à Lima, casas de cômodo de Rio de Janeiro. A São Paulo, les andar-superior correspondent aux vecindades dans des édifices historiques alors que les nuia-agua sont des vecindades construites autour d’un couloir/patio (Brito, 1989 : 95). Il semble que le processus d’abandon des édifices centraux dans la seconde moitié du xixe siècle soit plus précoce dans la ville de Mexico ; dans d’autres villes importantes de l’Amérique latine, ce type d’habitat ne se développe qu’au début du xxe siècle (Van Lindert, 1988 : 5).

6Au début du siècle, l’achat et la construction de vecindades étaient considérés comme des placements assurant un revenu stable, opposés au commerce, activité spéculative. Certains auteurs considèrent que les investisseurs mexicains ayant une mentalité de rentiers préféraient ce type d’investissement laissant le commerce aux étrangers, distinction vraisemblablement artificielle puisque de nombreux commerçants ont investi dans ce secteur. L’activité de propriétaire-bailleur est définie comme une activité de « veuves », car de nombreux propriétaires actuels ont hérité de leur(s) immeuble(s). C’est aussi une façon de rappeler qu’il s’agit d’une activité souvent non rentable d’un point de vue d’investisseur, qui peut, au mieux, apporter l’équivalent d’une pension ou un revenu complémentaire (Gilbert, Varley, 1988 : 240). Dans une proportion non négligeable, les propriétaires vivent au sein même de leur vecindad (5 % dans le nord de la colonia Guerrero), certains pouvant avoir un niveau socio-économique proche de celui de leurs locataires. Ces propriétaires pratiquant une location « domestique » constituent un des pôles d’une typologie des propriétaires-bailleurs élaborée par René Coulomb (1995) qui distingue par ailleurs les propriétaires « rentiers patrimonialistes » et les propriétaires « rentiers capitalistes ». Dans le centre dominent les propriétaires se référant à une logique patrimoniale dont le comportement ne peut être analysé uniquement en fonction d’un strict calcul de rendement de l’investissement comparé aux revenus financiers.

Un modèle particulier de croissance urbaine de la fin du xixe siècle et du début du xxe

7Dans la ville de Mexico, les vecindades comme forme de promotion immobilière se concentrent à la périphérie immédiate du centre ancien, au nord, est et sud-est. Suivant les zones de concentration de la première industrialisation, elles s’établissent dans les nouveaux quartiers créés à la fin du xixe et au début du xxe siècle et sont, à cette époque, le mode d’habitat principal de la nouvelle main d’œuvre ouvrière. La promotion se fait sous la forme du lotissement, par les nouveaux propriétaires, des grandes propriétés foncières et des terrains des institutions religieuses à la suite des lois de desamortización. Des petits investisseurs achètent des lots pour construire et louer des vecindades. Ce type d’urbanisation, avec une infrastructure minimale et pratiquement sans introduction de services, donna naissance à des quartiers aujourd’hui intégrés à l’espace central. A Mexico, la vecindad comme principale modalité de logement pour ouvriers, artisans et petits employés a été, pendant un temps, une forme importante de croissance urbaine, donnant naissance à des quartiers entiers d’urbanisation nouvelle ou prolongement des quartiers indigènes (une partie de Tepito, Doctores, Obrera, Transito, Rastro, Guerrero, etc.). Un recensement des logements du centre historique réalisé au début des années 1970 montre que 25 % des immeubles antérieurs à 1925 ont été construits pour être des vecindades, type d’habitat représentant plus de 69 % des logements de la zone centrale (Rojas Loa, 1978 : 232).

8Dans le District Fédéral, sur le total des permis de construire attribués pour construction d’immeubles pour location entre 1938 et 1941, soit l’équivalent de 92 500 pièces utiles, seulement 6 à 8 000 furent classifiées comme vecindad (Perlo, 1981) ; forme de promotion qui constitue donc à cette époque une faible part de la promotion locative. Ces chiffres sont vraisemblablement fortement sous-estimés : d’une part de nombreuses vecindades sont construites sans autorisation et d’autre part des immeubles locatifs non classés comme vecindad le seraient aujourd’hui. Néanmoins, ils montrent que la promotion de logements locatifs hors vecindad était importante et, malgré la forte visibilité symbolique de la vecindad, rappellent que les immeubles locatifs sont dans de nombreux quartiers autant, sinon plus nombreux, que les vecindades.

9Dans de nombreuses villes de province, la croissance urbaine et industrielle du Porfiriato a été moins importante et de nombreuses opportunités de logement existaient dans les centres historiques ou les anciens quartiers indigènes (barrios). Ce fut en particulier le cas dans la ville de Puebla où la croissance urbaine à l’extérieur de la traza coloniale est plus récente - essentiellement après la Révolution - et la part des zones loties sur les haciendas ou terrains appartenant à l’église plus faible. Si la construction de vecindades a bien été, au début du siècle, une forme de promotion immobilière, celle-ci est moins importante que dans la ville de Mexico. Elle est en quelque sorte interstitielle, par destruction et reconstruction dans le centre ou sur des terrains vides à proximité. Il semble que l’on passe directement, en ce qui concerne la création d’espace urbain, de l’occupation des immeubles du centre historique à l’étape des nouveaux lotissements « populaires » où dominent les maisons individuelles, malgré la présence de nombreuses vecindades.

10Face à la pénurie d’appartements locatifs pour des revenus moyens, les vecindades ne sont pas seulement occupées par les populations les plus pauvres mais aussi, en proportion très importante dans la ville de Mexico, par des familles de couches moyennes, ouvriers qualifiés, employés, professions libérales. Par ailleurs, l’état du logement (vecindad en bon état ou très détériorée, immeuble d’appartements) et le niveau de revenu ne présentent pas toujours, dans un même quartier, une corrélation immédiate et évidente. C’est en particulier le cas dans des zones où se localisent des activités traditionnelles, à proximité des marchés et des possibilités de vente dans la rue, à Tepito ou à la Merced par exemple. Une étude réalisée avant la délocalisation du marché de gros de la Merced montre que des familles disposant de plus de cinq salaires minimum vivent dans des vecindades, présentant les pires conditions de manque de services et de surpopulation. L’explication n’est pas toujours celle du blocage des loyers puisque la même étude note que des appartements en bon état ont des loyers plus bas que des logements dans des vecindades en très mauvais état et qu’à niveau de service équivalent, les loyers étaient plus chers à la Merced dans les vecindades que dans les appartements (DDF, 1983 : 11).

11Il faudrait donc conclure à une valeur de localisation forte et un enracinement dans le quartier qui poussent les habitants à payer des loyers très élevés par rapport au niveau de confort moyen de la zone, et à vivre dans des conditions moins bonnes que celles que leur permettrait leur revenu, privilégiant la proximité de leur travail ou de leur commerce. Explication renforcée par la forte concurrence pour l’utilisation des appartements pour un usage commercial ou de stockage ; concurrence et pénurie d’espace utilisable qui rendent possibles tous les types de spéculation. Paradoxalement, il s’agit ici d’un processus de dégradation lié à l’essor d’une activité très rémunératrice et à une modalité particulière de l’inscription spatiale de ces activités dans l’espace (marché de gros, commerce traditionnel, tianguis), à l’opposé d’une dégradation par abandon ou constitution de réserve immobilière et foncière, c’est-à-dire d’une logique de dégradation du type de celle des ghettos des villes des États-Unis. Si la Merced ou Tepito correspondent à des situations spécifiques, celles de fortes centrantés commerciales, on retrouve ce processus, d’une ampleur variable, dans toutes les villes mexicaines, autour des marchés centraux et des zones de fortes concentrations de commerçants « ambulants ».

12A Guadalajara et à Puebla, dans deux villes qui n’ont pas connu de décret de blocage des loyers, Alan Gilbert et Ann Varley concluent que les loyers sont trop bas pour permettre de maintenir en bon état les édifices, la pression pour le changement d’usage est très forte puisque même un usage comme parking semble être plus rémunérateur et, avantage important, permet de vendre rapidement si l’opportunité se présente. Une grande partie des propriétaires cherchent à vider leur vecindad des locataires pour attendre une opportunité de vente. La valeur du terrain est plus importante que celle de l’immeuble et des revenus des locations.

13René Coulomb (1995 : 236) propose une interprétation convaincante du système de la vecindad, en considérant que ce n’est pas le blocage des loyers ou le bas niveau de la location qui est la cause de la dégradation des vecindades, mais que les difficiles conditions d’habitat sont consubstantielles de cette forme d’habitat. Les conditions de rentabilité ne sont obtenues que grâce à un faible investissement de départ, à F utilisation de matériaux bon marché et au surpeuplement. A partir des années 1940, les nouveaux règlements de construction ont rendu non rentable la promotion de nouvelles vecindades respectant la réglementation. Néanmoins, la demande reste forte pour ce type de logement, malgré les déficiences de confort, en raison des avantages de localisation et de la pénurie persistante de logements populaires locatifs.

Taudis et communauté

  • 3 Dans le District Fédéral dans les années 1940, une série de décrets instaurèrent un blocage des lo (...)

14Les vecindades sont devenues le symbole de la pauvreté urbaine. L’assimilation entre vecindad et taudis est ancienne, selon le rapport annuel du District Fédéral de 1934, celles-ci sont décrites comme un mode de vie dans des conditions « non humaines ». Pour Federico Gertz, qui en 1966 publia un plaidoyer en faveur de l’abandon du blocage des loyers3, la vecindad est non seulement le mode d’habitat des quartiers populaires qui entourent le centre, mais aussi le symbole de l’invasion du centre (traza) par les taudis et les pauvres.

15Dans les vecindades historiques, les chambres/appartements sont organisés autour des patios, alors que dans les vecindades modernes, le patio prend souvent la forme d’un couloir central extérieur sur lequel s’ouvre chaque appartement. La densité de logements peut être très forte, tous les espaces disponibles étant occupés, jusqu’à des constructions précaires sur les toits (azoteas), mais dans certains cas une partie de l’immeuble peut être vide, abandonnée ou détruite. L’espace de la vecindad est le plus souvent séparé de l’extérieur par un porche et une porte fermée gardée par un(e) concierge. La spécificité des espaces publics de la vecindad, communs mais très clairement séparés de la rue, comme le partage des services (lavoirs, WC, eau), la présence d’une statue de la vierge et d’un autel recevant fleurs et offrandes, et l’organisation commune de festivités (fêtes du saint patron, mariages, fêtes des 15 ans) ont permis de considérer la vecindad non seulement comme un type particulier d’habitat mais aussi comme une échelle privilégiée de la sociabilité et de la convivialité urbaine. La vecindad est devenue le symbole de relations sociales populaires « traditionnelles et vraies » fondées sur l’entraide, l’échange, la convivialité, contreparties positives aux conditions de vie difficiles de la promiscuité et la coexistence non choisie. Enrique Marroquín, qui a travaillé sur les vecindades de Puebla, décrit les formes particulières de l’être-ensemble de la vecindad : « La conversation informelle est le plus grand avantage de la vie en vecindad. L’immeuble colonial est adapté à une répartition de l’espace et du temps entre les différents groupes d’habitants : les lavoirs et étendoirs constituent le champ féminin, les enfants ont pris possession du patio central, mais aussi du toit, des couloirs, de l’arrière des escaliers ; les jeunes de l’entrée et du couloir, alors que les recoins les plus discrets sont le terrain des buveurs invétérés. En ce qui concerne la distribution du temps : le matin appartient aux dames, l’après midi aux enfants et le soir aux jeunes » (1985 : 228).

  • 4 Campeón sin corona : Champion sans couronne, Esquina....bajan Terminus...tout le monde descend, Cu (...)

16On retrouve cette image ambivalente de la vecindad magnifiée dans le cinéma mexicain des années 1940 et 1950, dont les figures emblématiques restent le film d’Ismael Rodríguez, Nosotros los pobres (nous les pauvres) et les films d’Alejandro Galindo4, puis jusqu’à nos jours par d’innombrables mélodrames et comédies. La peinture idéalisée des malheurs acceptés avec dignité par le petit peuple des villes est une des mythologies constitutives de la mémoire du cinéma mexicain.

17La peinture du monde de la vecindad prend souvent la forme de la description des malheurs d’un petit peuple honnête et droit. Un poète poblanais, Ernesto Moreno Machuca, louant la ville et ses quartiers en offre un exemple quelque peu caricatural sous la forme d’une ode à la vecindad où chaque voisin décline ses malheurs (chômage, boisson, maladie, viol, extorsion par les politiques et propriétaires) mais proclame son honnêteté et sa foie chrétienne (1959 : 59-69).

18L’éloge de la vecindad comme lieu d’une sociabilité populaire intacte, opposée à la froideur des programmes publics de logements ou à la difficulté des contacts interpersonnels dans les nouvelles périphéries urbaines, se rapproche d’une tendance constante d’un certain type de discours sur la pauvreté urbaine quelle que soit la latitude du terrain d’étude : celle d’une réification de l’espace social de la pauvreté. Dans les analyses des pauvres et des taudis s’opposent, se recouvrent, s’interpénètrent deux traditions : celle d’une vision « romantique et conviviale » et celle d’une « tradition péjorative », qui sous certaines plumes recoupe l’opposition entre prolétariat et sous-prolétariat : « on peut ainsi séparer un bon coté des pauvres (communautaires) en l’expliquant par l’authenticité populaire et un mauvais coté (anomique) qui serait produit par un environnement hostile » (Ogien, 1983 : 58). La vecindad est ici à la fois l’instrument rendant possible le maintien de pratiques communautaires et une des causes des conditions difficiles de vie.

Un des lieux de construction de l’anthropologie urbaine

19Dans le cadre d’études sur la migration et l’impact de l’urbanisation sur les comportements culturels des populations rurales ou indigènes, la vecindad a été le terrain de prédilection de l’élaboration, à partir des années 1950, de travaux d’anthropologie urbaine. Les premières enquêtes d’Oscar Lewis en milieu urbain avaient pour objet la migration des habitants de Tepoztlan vers la ville de Mexico.

20Dans les années 1970 et au début des années 1980, les espaces centraux avaient perdu leur rôle de laboratoire pour les études anthropologiques au profit des nouveaux quartiers périphériques dont les habitants étaient étudiés dans leurs relations au système politique et aux mouvements sociaux urbains (Sariego Rodriguez, 1987). A la suite des tremblements de terre de 1985, les anthropologues et les chercheurs en sciences sociales se sont à nouveau préoccupés de l’identité de la vecindad et des spécificités des habitants du centre de la ville.

21Les analyses sur les habitants pauvres du centre des villes mexicaines restent dominées par des références explicites ou implicites aux travaux d’Oscar Lewis. Dans la conception de Lewis, la vecindad constitue un mode particulier d’habitat permettant pour les immigrants une transition en douceur entre les modes de vie ruraux et urbains. Les caractéristiques culturelles des habitants des vecindades sont décrites comme similaires sur de nombreux points à celles des communautés rurales (Lewis, 1958).

22A l’image de la Casa Grande occupant un îlot entier et regroupant plus de 700 habitants, la vecindad est présentée comme un monde clos qui possède les caractéristiques d’une communauté. Les habitants, souvent liés par des liens de parenté ou de parrainage (compadrazgo), y résident souvent depuis de nombreuses années. Les multiples interactions quotidiennes dans les espaces communs renforcent ce sentiment de communauté.

  • 5 Oscar Lewis publia en 1951, Life in a mexican village, Tepoztlan reestudied, en réponse aux travau (...)

23Les vecindades de Mexico ont été le lieu de l’élaboration du concept majeur de Lewis : la « culture de la pauvreté », définie comme adaptation et réaction des marginaux à leurs conditions de vie. Le concept de culture de la pauvreté est décrit comme l’intégration de valeurs et d’une image commune des possibilités de l’existence, sorte d’habitus conditionnant les réactions face aux difficultés de la vie. Dans la reproduction de cette forme spécifique de culture urbaine le milieu - ici la vecindad - joue un rôle déterminant. Cette insistance de Lewis sur le caractère communautaire de la vie dans les vecindades, révèle aussi une volonté de se dégager des thèses de Louis Wirth (1938, Lewis, 1965) sur l’anomie et la désintégration comme caractéristique de la vie dans la grande ville, faisant suite à sa réaction à l’idéalisation de la culture folk et au concept de continuum folk-urbain défini par Robert Redfield5. La vecindad se caractérisait donc par le maintien d’une sociabilité d’inter-connaissance dans un contexte urbain marqué par la multiplicité de la coprésence, des rencontres et des interactions avec des étrangers.

24Oscar Lewis a été critiqué ou occulté par de nombreux anthropologues urbains mexicains qui cherchaient à construire une anthropologie urbaine marxiste avec les outils de la sociologie urbaine marxiste. Pourtant, il revendique une posture progressiste et note que la généralisation d’une conscience de classe ou la construction du socialisme constituent les seules possibilités de sortir de la culture de la pauvreté. Pour lui, la culture de la pauvreté est aussi aliénation, intégration d’une infériorité, obstacle à la prise de conscience de l’exploitation. Il constate que dans des conditions d’habitat et de vie équivalentes, cette culture n’existe pas chez les militants de partis politiques ou d’associations de lutte pour l’amélioration des conditions de vie. De retour d’un voyage à Cuba, il déclarait que la culture de la pauvreté ne peut être observée dans les régimes communistes malgré les conditions de vies difficiles d’une partie de la population. Ce qui lui permet d’introduire une distinction fondamentale entre culture de la pauvreté et conditions de vie objectives, deux éléments qui ne sont pas forcément solidaires, l’abandon de la culture de la pauvreté pouvait se faire sans modification des conditions de vie objectives et inversement. La référence à un effet de destin et à l’explication « culturelle » de la reproduction de la pauvreté constitue néanmoins une incompatibilité théorique avec le fonctionnalisme marxiste dominant au Mexique à cette époque. Est-ce la cause du rendez-vous manqué entre l’éclairage sur les quartiers centraux initiés par les travaux de Lewis et la recherche en science sociale au Mexique ? L’héritage de Lewis n’est pas revendiqué et les chercheurs et les militants ont délaissé les vecindades pour analyser les mouvements sociaux dans les périphéries urbaines. Jusqu’au milieu des années 1980, peu d’anthropologues utilisèrent la méthode de l’histoire de vie.

25Dans les analyses de Lewis sont présents et pas toujours réconciliés les deux pôles de l’image ambivalente de la vecindad, une image positive celle du maintien de relations communautaires face à l’anomie de la grande ville, une image négative de lieu de construction d’une culture de la pauvreté, influençant fortement les comportements et formant un obstacle à l’amélioration des situations personnelles. La description des caractéristiques de cette culture de la pauvreté prend souvent la forme de l’analyse de « pathologies sociales », violences interpersonnelles et familiales, alcoolisme, abandon des faibles, la solidarité familiale n’apparaissant que comme un idéal jamais réalisé. Pour Lewis (1961) les pauvres se bricoleraient un système de valeurs et de croyances à partir de références d’origines diverses. La « culture de la pauvreté » n’est donc, pas plus que la « culture populaire », une contre-culture opposée à la culture dominante, que les militants appellent de leurs vœux (Bourdieu, 1978 : 459).

26L’aspect positif de cette « culture de la pauvreté » serait de permettre de vivre sans conflit le présent et donc d’autoriser une plus grande capacité de spontanéité, de tolérance des passions humaines, d’acceptation des avantages et des inconvénients d’une sociabilité et d’une convivialité ou simplement d’une co-présence de tous les instants. Capacité que ne posséderait plus la classe moyenne émergente tournée vers le futur (Lewis, 1963).

  • 6 Demande non retenue par le procureur de la république, voir la résolution officielle en annexe de (...)

27L’impact en dehors du champ des sciences sociales des travaux de Lewis, a surtout été celui de la publication d’une parole populaire, se présentant comme brute malgré le travail de montage et de sélection, décrivant les difficiles conditions de vie dans la ville de Mexico. C’est cette peinture crue du monde de la vecindad, dans « les enfants de Sanchez », qui lors de sa publication en espagnol (1965) suscita de la part des membres de la Société mexicaine de géographie et de statistique, une plainte demandant l’interdiction du livre qualifié d’œuvre obscène dénigrant le Mexique6.

Vecindad et marché du logement

La vecindad, lieu privilégié pour l’accueil des migrants ?

28Les diverses formes d’habitats locatifs centraux et en particulier la vecindad sont au cœur d’un schéma fonctionnel des relations entre les divers types d’habitat formant le stock global de logement. John Turner a proposé dès 1966, à partir d’études de cas dans des villes péruviennes, un modèle dans lequel les nouveaux migrants choisissent d’abord de louer un logement bon marché dans le centre, à proximité des opportunités d’emploi et, dans un deuxième temps, lorsque leur famille s’agrandit et leurs ressources s’accroissent, d’acheter un lot à la périphérie pour accéder à un logement plus grand. Dans ce schéma, le rôle joué par l’habitat locatif central est celui d’une localisation transitoire (Coulomb, Sanchez Mejorada, 1991 : 60) et d’un instrument de socialisation urbaine. Les habitants accepteraient de perdre les avantages de la centralité pour assurer la sécurité de leur logement. Certains auteurs ont cherché à vérifier l’hypothèse selon laquelle cette fonction d’accueil provisoire des centres serait une caractéristique des dynamiques de l’habitat populaire dans les villes du tiers monde, des tendances similaires ont été mises à jour en Afrique pour Kinshasa, Ouagadougou, Brazzaville et Dakar, pour l’Asie les analyses sont contradictoires selon les villes (Durand-Lasserve, 1986).

29A partir des remarques de Jane Cowan Brown (1972) qui étudia la ville Mexico en 1972, Turner a intégré le rôle très important dans le cas des grandes villes, des espaces intermédiaires entre le centre et les périphéries, lotissements consolidés ou zones interstitielles taudifiées. Dans le cas du Mexique, la grande majorité des études disponibles remettent en effet en cause le modèle fonctionnel de Turner : soit en montrant que les migrations du centre vers la périphérie ne sont pas forcément synonymes de changement de statut d’occupation ; soit en soulignant l’enracinement des populations des quartiers centraux. René Coulomb et Cristina Sanchez Mejorada ont montré que l’habitat locatif du centre se caractérisait par une très faible mobilité résidentielle : dans le cas du quartier Doctores à Mexico l’ancienneté moyenne dans le logement est de 17 ans ; alors que dans les logements loués de la périphérie consolidée, elle n’est que de trois ans. Ils soulignent aussi l’importance des changements de logement dans le même secteur du centre ; dans le cas des locataires de la Doctores plus de 95 % louaient leur logement antérieur dans un rayon de 5 km autour de leur logement actuel. L’enracinement des populations du centre de la ville aurait un sens encore plus fort à l’échelle du quartier, de la zone urbaine que du logement.

30Dans d’autres villes, à Guadalajara et Puebla (Gilbert, Varley, 1989), on retrouve cet enracinement dans les vecindades du centre que l’on peut déduire de l’âge moyen plus élevé des habitants des vecindades du centre, plus 6 à 10 ans en relation tant aux locataires des quartiers consolidés qu’aux propriétaires des quartiers périphériques. D’autre part 67 % des chefs de famille locataires dans le centre-ville de Guadalajara occupaient un logement antérieur dans le même quartier, 50 % à Puebla. Les pourcentages sont plus faibles dans le cas des locataires de la périphérie consolidée (respectivement 38 et 45 %), ou des propriétaires des quartiers consolidés (27 % et 47 %) ou de la périphérie (5 % et 3 %). Même si pour le cas de Puebla la stabilité est forte pour tous les quartiers, sauf pour les quartiers périphériques, la durée de résidence moyenne des locataires du centre est plus du double que celle des locataires des quartiers consolidés (à Guadalajara 10,4 ans et à Puebla 11,5 ans).

31Dans l’optique des analyses de Turner c’est non seulement la localisation centrale mais aussi la location qui constituent une situation transitoire. René Coulomb (1995 : 537) réfute cette thèse en montrant que le destin de tous les locataires n’est pas de devenir propriétaire, que l’accès à la propriété périphérique ne pouvait pas être considéré comme une amélioration des conditions de vie. Par ailleurs, aucune corrélation n’a pu être démontrée entre la propriété et le cycle de vie, ou des revenus supérieurs et plus stables. A l’opposé le taux de ménages dont le chef de famille possède un emploi stable est plus important dans le cas des locataires. Par contre l’accès à la propriété constitue la formation d’un patrimoine et permet d’acquérir sécurité et tranquillité alors qu’une part notable des habitants ont vécu des conflits avec les propriétaires ou les autres locataires.

32Loin de considérer la location comme résiduelle et transitoire, il propose l’interprétation contraire, c’est la propriété dans les quartiers périphériques récents qui serait « résiduelle » pour un certain type de familles exclues de la location : « La propriété du logement représente plutôt une condition indispensable de survie pour ceux qui sont justement dépourvus de travail ou de revenus fixes. La propriété de logement devient un mécanisme de « sécurité informelle », qui les aide à surmonter les difficultés provenant de revenus insuffisants et plus généralement d’une insertion incertaine dans la sphère de l’emploi et de l’économie. » (Coulomb, 1995 : 556).

33Indépendamment du statut d’occupation, la localisation en centre-ville apporte des avantages importants. En ce sens : « on peut se demander si le facteur dominant n’est pas celui de l’insertion différentielle de l’habitation dans la structure ségrégative de la grande ville. La question n’est alors pas seulement celle de savoir qui est propriétaire et qui est locataire, mais où dans la ville ? Un logement, c’est beaucoup plus que quatre murs, un toit et un titre de propriété (ou un contrat de bail). C’est aussi l’accessibilité aux services, aux équipements, aux opportunités d’emploi, aux réseaux sociaux de solidarité » (Coulomb, Sánchez Mejorada, 1995 : 526).

Enracinement dans un milieu urbain spécifique

34Jusque dans les années 1940, la location d’une vecindad dans le centre demeure la principale solution au problème du logement pour les migrants vers la ville de Mexico et la plupart des grandes villes mexicaines (Connolly, 1982). Plus récemment, Peter Ward (1991), étudiant les périphéries de Mexico, distingue deux étapes des relations entre flux de population et marché du logement. D’abord, les années 1940 et 1950, au cours desquelles une partie importante des résidents des lotissements illégaux de la périphérie ont commencé leur trajectoire résidentielle dans le centre de la ville. Ensuite, après la fin des années 1970, il est difficile de trouver dans les lotissements illégaux périphériques des nouveaux habitants ayant vécus dans le centre, pour la grande majorité la résidence antérieure était louée ou partagée dans un lotissement de la périphérie consolidée. Les villages intégrés au tissu urbain offrent aussi de nombreux logements locatifs pour les nouveaux arrivants.

35Le principal apport du modèle de Turner était d’insister sur le rôle des migrations intra-urbaines dans le peuplement des nouveaux lotissements périphériques que l’on considérait jusqu’alors comme un exutoire pour les nouveaux migrants. Cependant, il sous-estime la complexité du fonctionnement des marchés du logement et des migrations intra-urbaines. La distinction généralement acceptée entre l’espace central, domaine de l’habitat locatif, et les nouvelles périphéries, domaine de la propriété individuelle, s’avère particulièrement réductrice dans la mesure où l’habitat locatif se répartit sur tout le territoire de la ville (Coulomb, 1995).

36L’hypothèse d’un modèle dominant les migrations intra-urbaines amenant les populations à quitter les vecindades du centre, à proximité des marchés et des opportunités d’emploi, pour partir vers les nouveaux quartiers périphériques lorsqu’ils peuvent acheter un terrain n’est donc pas validée. Si à une époque plus ou moins ancienne selon les villes - jusqu’aux années 1940 à Mexico, plus tard dans de nombreuses villes de province - les vecindades centrales constituaient les principales opportunités de logement pour les nouveaux migrants, aujourd’hui la vecindad n’est pas un habitat locatif transitoire assurant par la rotation des populations une fonction de flexibilité et d’adaptation de l’offre de logements aux flux migratoires. Au contraire les traits dominants des vecindades semblent être la grande stabilité des populations et même un fort enracinement dans les quartiers centraux malgré les évolutions de revenus. Si la propriété apparaît pour la grande majorité des habitants des vecindades comme une solution « souhaitable », beaucoup n’en ont pas les moyens, ou ne sont pas prêts à abandonner un logement relativement bon marché dans le centre pour l’éloignement et le manque de services d’un lot en périphérie. Expulsions, destructions des logements, augmentation des loyers peuvent constituer des causes de perte de l’avantage de position que représente un logement dans le centre, difficile à retrouver dans les mêmes conditions dans un contexte de chute de l’offre de logement en location. La propriété en périphérie peut aussi constituer un projet réel pour de nombreuses familles vivant dans un logement locatif de la périphérie consolidée, favorisé par le montant élevé des loyers et par une situation de service et d’éloignement qui souvent n’est pas réellement meilleure que dans les nouveaux lotissements.

37L’habitat populaire locatif sous le mode de la vecindad a souvent été assimilé à un mode d’habitat spécifique des quartiers anciens dégradés. On a vu que cette assimilation est à relativiser : d’une part une partie de l’habitat des centres-villes est composé d’immeubles d’appartements : d’autre part on retrouve les vecindades et les logements locatifs dans l’ensemble de l’espace urbain consolidé. Il n’en reste pas moins que les centres anciens constituent encore un espace urbain fortement marqué par l’habitat locatif, malgré les tendances au développement de l’accession à la propriété des immeubles d’appartements et dans le cadre de programmes publics des vecindades. Dans de nombreux quartiers les vecindades sont très présentes et forment la base d’un milieu particulier caractérisé par l’ancienneté de la résidence, la dégradation progressive de l’habitat et les conflits avec les propriétaires, mais aussi par la proximité des commerces, des services publics et des infrastructures bien meilleures que dans les périphéries populaires.

38En ce sens, les quartiers centraux forment un système d’habitat très stable, ils constituent en quelque sorte un milieu spécifique. Les enfants cherchent souvent à rester dans le quartier. Certaines familles achètent un lot en périphérie, pour la création d’un patrimoine familial, en maintenant une location dans le centre. Les nouveaux immigrants trouvent leur premier logement dans des quartiers de la périphérie consolidée où l’offre de logements locatifs est nombreuse.

39Les analyses de d’Oscar Lewis ont amplement contribué à la construction de l’image de la vecindad comme milieu spécifique destiné à une population particulière composée de sous-prolétaires ou de marginaux. Non seulement, comme dans une grande partie des théories de la pauvreté, une dissociation de l’univers des pauvres du reste de la société est effectuée (Paugam, 1993), mais cet univers est assimilé à une forme urbaine précise ; alors même que les vecindades des quartiers centraux offrent une gamme très importante de conditions d’habitabilité comme de niveaux socio-économiques des populations logées.

Notes

1 A Mexico, la plupart des vecindades furent construites avant 1940, date à laquelle ce type de construction fut interdit par la réglementation du DF, de nombreuses vecindades furent néamoins construites illégalement par la suite, cf. René Coulomb (1988 : 13).

2 Ce type d'organisation a permis de comparer la vecindad aux courées du nord de la France ou de traduire vecindad par courée.

3 Dans le District Fédéral dans les années 1940, une série de décrets instaurèrent un blocage des loyers (cf. chapitre Mexico).

4 Campeón sin corona : Champion sans couronne, Esquina....bajan Terminus...tout le monde descend, Cuaîro contra el mundo : quatre contre le monde, Los Fernandez de Peralvillo, voir aussi dès 1938 la première reconstitution complète en studio d'une vecindad pour le tournage de La Casa del Ogro (La maison de l'ogre) de Fernando de Fuentes, qui fit l'objet d'un remake en 1960 sous le titre de Casa de vecindad de Juan Bustillo Oro. cf. Centre Georges Pompidou (1992).

5 Oscar Lewis publia en 1951, Life in a mexican village, Tepoztlan reestudied, en réponse aux travaux de Robert Redfield publié en 1926, Tepoztlan a mexican village.

6 Demande non retenue par le procureur de la république, voir la résolution officielle en annexe de Oscar Lewis (1982).

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540