Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Première partie. Genèse et spécifités des espaces centraux

De la ville coloniale au centre historique

Texte intégral

Un modèle de ville

1Le modèle classique de la colonisation espagnole, la fondation de villes selon un plan en damier régulier organisé autour d’une place centrale, est une des caractéristiques qui donnent une certaine homogénéité aux villes d’Amérique Latine. Ce modèle de ville est aussi un modèle de centralité puisque autour de la place centrale prennent place les édifices des autorités civiles, la cathédrale, les résidences des notables, les principaux commerces ; un marché périodique (tianguis) se déroule sur la place.

2Ce modèle colonial de centralité considéré ici dans son rôle de structuration de l’espace urbain était aussi un modèle d’organisation régionale et sociale autour du centre de la ville espagnole. Le plan en damier est aussi utilisé comme la marque de la (re)fondation ou des regroupements de villages indigènes accompagnant la mise en place des institutions coloniales. C’est à partir des nouveaux centres que la prise de contrôle du territoire et des hommes est réalisée. Les établissements urbains de la colonisation espagnole ont une organisation centrifuge, des fonctions de contrôle et d’administration de l’espace rural, qui les distinguent très nettement des villes européennes qui concentrent et organisent les commerces et les activités de leur région (Morse, 1962).

3La colonisation fut d’abord la création d’un réseau de villes. Selon George Kubler (1982), ce processus de fondations urbaines en Nouvelle Espagne constitue un moment important de l’urbanisme mondial. Depuis l’empire Romain et jusqu’à la création de nouvelles villes industrielles du xixe siècle, aucun autre espace n’a fait l’objet d’un processus systématique d’implantations d’établissements humains présentant une unité conceptuelle et de fonctionnement et la mobilisation de ressources « illimitées ». Pour Octavio Paz : « Places, églises, municipalités, aqueducs, hôpitaux, couvents, palais, collèges : les villes de Nouvelle Espagne constituent l’image d’un ordre qui s’étendait sur toute la société, le monde et l’au-delà » (1982 : 52).

Entre utopie et métrage

4Les ordonnances de découverte et de peuplement publiées en 1573 ne constituent pas l’instrument privilégié de normalisation du processus de création urbaine. A cette date plus de 200 villes ont déjà été fondées en Amérique ibérique, dont 30 en Nouvelle Espagne. Il s’agit plutôt d’une tentative de compilation des principales règles d’un processus qui était déjà engagé sous la forme de plusieurs variantes du plan en damier. Prenant en compte les expériences réalisées lors de la Reconquête et en Amérique, les ordonnances constituent à la fois l’image de la ville parfaite - de l’utopie urbaine - selon la couronne espagnole et un des premiers textes d’urbanisme de l’âge moderne (Hardoy, 1987 : 97).

5Si dès 1514, une des premières ordonnances royales concernant la fondation de villes conseille d’utiliser un plan régulier (Weckmann, 1983 : 518), avant la publication des textes de 1573 aucune norme n’oblige à utiliser le plan en damier ; celui-ci semble s’être imposé de lui-même. En effet, le damier est d’abord la forme la plus simple pour une rapide délimitation du terrain et une distribution équitable des lots, c’est de plus un plan facilement réalisable, reproduit d’une ville à l’autre par les moines ou conquistadores spécialisés. Le plan en damier est en fait une des structures de base des établissements humains, un « lieu commun de l’urbanisme de toutes les époques » (Alomar, 1987 : 22).

6Pendant la Reconquête, qui fut aussi un processus de repeuplement, ce type de plan a été utilisé. Briviesca au nord de Burgos, fondée en 1314, serait la première ville de la Reconquête tracée selon un plan en damier, plus tard Santa Fe de Grenade fondée en 1490 à partir d’un camp militaire est évoquée comme modèle. Ce type de tracé perpétue une tradition ancienne utilisée dans le castrum romain comme dans les bastides françaises du xiiie siècle ; c’est aussi une forme de ville valorisée par le savoir urbain et philosophique de l’époque : les textes de Thomas d’Aquin (1228-1274) (De Regimini Principum), du moine Francisco Eximenis (1340-1409), L’utopie (1516) de Thomas More. Les ordonnances s’inspirent largement de Vitruve, architecte romain dont l’ouvrage De architectura fut admiré et réutilisé par les hommes de la renaissance, en particulier par Leon Battista Alberti (1404-1472) qui rédigea De Re Aedificatoria au milieu du xve siècle.

Un modèle de structure intra-urbaine

  • 1 Se sont essentiellement les ports qui sont planifiés avec des défenses et murailles : Veracruz, La (...)

7Les modalités de la fondation des villes de l’Amérique ibérique ne constituent pas un transfert direct des conceptions sur la ville en vigueur en Espagne ou en Europe à cette époque, mais une création d’un modèle particulier de ville. Dans leur grande majorité, les villes coloniales espagnoles ne sont pas des villes entourées de murailles1. L’acte de fondation ne s’attache pas à circonscrire le périmètre de la ville, mais à marquer un centre à partir duquel le tissu urbain peut s’étendre. Lors de la cérémonie de fondation, les textes de la couronne conseillent de placer un signe au centre, acte de prise de possession et de sacralisation du lieu, qui dès lors n’appartient plus au monde sauvage de la nature proche.

8La place centrale est étrangère à la ville médiévale européenne, elle a comme référence les théoriciens italiens de l’architecture. La position centrale, la localisation des édifices publics et les arcades sont des éléments présents chez Léon Battista Alberti. Les places des villes espagnoles de cette époque sont petites et irrégulières. Les plazas mayores, en grande partie postérieures aux fondations américaines, sont conçues comme des espaces fermés qui s’insèrent dans le tissu urbain existant. Si leur origine est souvent liée à la localisation du marché, il ne s’agit pas de places centrales, leur principale fonction est le spectacle, la parade ou la course de taureau. A l’époque contemporaine la plaza mayor forme dans de nombreuses villes espagnoles un centre civique sur lequel prennent place les édifices de la mairie et des représentants de l’État, alors que la place de l’église, distincte, fonctionne comme un centre religieux traditionnel autour d’une place souvent plus ancienne.

9Plus directement que le tracé, les institutions municipales mises en place dès la fondation dans les villes d’Amérique constituent un transfert direct des modalités d’organisation des villes et villages repeuplés pendant la Reconquête. Le municipe existe en Castille, sous une forme similaire à celle mise en œuvre en Amérique, dès le xie siècle pour intégrer les nouveaux espaces repris aux « maures ».

10La nécessité de commencer le tracé par la place centrale organisée selon les principaux axes de communication et laissant une grande surface libre, qui est reprise dans les ordonnances de 1573, a pu être identifiée dans un texte signé en 1523 par Carlos V (Hardoy, 1987 : 104). Selon les ordonnances de 1573, la place centrale doit être entourée d’arcades et les terrains situés autour de la place, réservés pour la construction de l’église, des édifices des pouvoirs publics et des commerces, ne doivent pas être attribués à des particuliers. Cette disposition constitue une limitation des pratiques existantes, les principaux fondateurs s’attribuant généralement des terrains autour des places. Des critères de taille de la place par rapport au tracé, de volume des constructions sont aussi proposés qui ne seront jamais réellement appliqués : les ordonnances préconisent des places amples d’une superficie correspondant à quatre îlots, alors que les places construites en Amérique ibérique se limitent généralement à l’utilisation d’un îlot laissé libre (de Solano, 1983 : 127).

11Jorge Hardoy (1983) a montré que la fondation de villes en Amérique ibérique n’a pas été l’application d’un modèle unique mais qu’une série d’adaptations existent à partir d’un modèle classique régulier organisé autour d’une place centrale. Dans certaines villes, la place se trouve à proximité de la côte ou d’un fleuve et dans d’autres elle n’est pas au centre (Campeche), des villes possèdent deux places principales (Veracruz). Certaines villes comme Guadalajara et Morelia (Valladolid) ont une place centrale dédoublée ; un espace libre forme une seconde place devant l’église qui s’implante sur le coté de la place principale. A Mexico et Puebla, le tracé a été réalisé à partir d’îlots rectangulaires alors que Guadalajara, Oaxaca, San Luis Potosi, Morelia et de nombreuses autres villes adoptent un tracé à partir d’îlots carrés. Le tracé peut aussi être adapté à la topographie (Guanajuato) et un nombre non négligeable de petits centres urbains n’ont pas été planifiés.

12Il n’en reste pas moins que plus de 80 % des villes latino-américaines étudiées par Jorge Hardoy ont été créées selon un modèle classique ou régulier, et plus de 40 % avec une seule place centrale. Le modèle classique domine pour les villes importantes. La ville de Puebla est considérée comme le meilleur exemple de l'application du modèle classique de place centrale. Le tissu urbain de Puebla serait donc une des manifestations les plus pures de l’idée urbaine coloniale et se rapprocherait d’une représentation idéaltypique ou paradigmatique de l’idée de ville coloniale.

Un centre unique pour la ville coloniale

13La principale originalité de la place centrale de l’Amérique ibérique ne réside pas dans sa fonction ni dans sa localisation mais dans son insertion dans la conception même de la ville. Dans la construction de l’espace urbain spécifique aux villes latino-américaines, la place et le plan en damier sont indissociables ; c’est la place qui donne un sens à la ville.

14Pour Miguel Rojas Mix (1978), la plaza mayor coloniale constitue un dispositif doté d’une fonction idéologique particulière. La réunion en un même lieu des autorités espagnoles, de la cathédrale et du tianguis indigène permettait non seulement de contrôler les indigènes et de les intégrer à l’économie coloniale par le marché, mais aussi, grâce à la proximité de l’église, de faciliter les conversions. La place est l’expression concrète de la volonté colonisatrice ; celle-ci ne se manifeste pas dans un premier temps par une prise de possession des territoires ou des hommes mais par l’introduction d’éléments de centralité qui donnent sens et structurent fonctionnellement la nouvelle organisation de l’espace et de la société.

15La place, dénommée plaza mayor ou plaza de armas, sert au début de la colonie à la réunion des Espagnols à cheval et en armes, qui selon un édit de Cortés, devait se tenir tous les quatre mois pour démontrer la préparation des conquistadores face à une possible révolte indigène. Au centre de la place centrale s’élevait un pilori, symbole de la justice. La place est aussi le lieu principal des cérémonies et des démonstrations d’allégeance. C’est sur la plaza mayor de San Cristobal que les Indiens de la région remettaient leur tribut deux fois par an (de Vos, 1986 : 47).

16La position centrale de la place et de la cathédrale est le résultat d’une volonté de construction urbaine qui doit néanmoins être renforcée par une stricte réglementation. A Puebla, dans les premières années de la fondation, la municipalité dut rappeler cette nécessité. En 1536, pour maintenir la symétrie de l’espace construit, toute distribution de nouveaux lots fut bloquée tant que les lots situés au sud de l’église n’auraient pas été occupés (Marin Tamayo, 1972 : 20).

17Pendant les premiers temps de la colonie, les tianguis périodiques se déroulent sur les places centrales. L’organisation, le contrôle et l’aménagement des marchés font l’objet des premières mesures d’édilité. Les arcades sont souvent occupées par des étals en bois (Leon Cazares, 1982), qui au cours du xviie ou du xviiie seront relocalisés dans un marché. A Mexico, le Parián construit sur la place même en 1692 sera détruit en 1843. A Puebla, un nouveau marché qui prend aussi le nom de Parián est construit à distance de la ville en 1801. A la fin du xviiie, la plaza mayor de Mexico est réaménagée, les étals sont relocalisés sur trois places proches, le sol est pavé. En 1803, une statue de Carlos IV est construite au centre de la place.

18Toutes les places du pays s’identifient par leurs fonctions et réaménagements successifs à la place centrale de Mexico. A partir de la seconde moitié du xixe, le langage populaire leur attribue un nom qui se réfère directement à la ville de Mexico : zócalo. Au centre de la plaza mayor de Mexico, seul le socle d’un grand projet de construction d’une colonne de l’indépendance avait pu être construit dans les années 1830.

19Les fonctions et pratiques de la place centrale ont évolué au cours des siècles. La place coloniale était le cœur fonctionnel de la ville, elle était ouverte au trafic, au marché, aux mendiants, elle constituait le lieu de contact entre Indiens et Espagnols. Sur la place s’inscrivaient toutes les fonctions centrales de la ville, alors que dès le xixe siècle, la place n’abrite plus que certaines fonctions, un certain type de commerces et les fonctions politiques et religieuses. A Mexico, au début du xxe, la plaza de la constitución, occupée par un jardin public, formait le cœur du réseau de tramway. Par la suite le jardin fut supprimé comme les lignes de transports publics, la place fut en partie fermée à la circulation. La place vide accueille la foule des fêtes populaires et des démonstrations d’appui au régime, ainsi que plus rarement les manifestations de l’opposition. La ville coloniale était d’abord une place entourée d’un certain nombre de rues (Rojas-Mix, 1978 : 114) ; alors qu’au sein de la ville du xxe et du xxe la place centrale n’est plus qu’un des jardins aménagés au cœur de la ville, aujourd’hui le zócalo de Mexico est un espace vide, symbole du pouvoir central : « le zócalo est le socle sur lequel s’érige la nation » (Monnet, 1993 : 100).

20Dans les villes de province, les zócalos sont en majorité occupés par un jardin public, dans certains cas organisé autour d’un kiosque. Ils constituent des lieux de promenade, mais aussi, aux pieds des édifices des autorités municipales et gouvernementales, des lieux de démonstrations politiques, de manifestations ou de meetings permanents d’opposants demandant justice. Signe du raidissement de la situation politique, l’accès des manifestations d’opposition au zócalo de Mexico fut interdit pendant de nombreuses années après 1968. Le libre accès à la place centrale pour manifester semble être une constante des situations politiques locales et un des moyens de publiciser les conflits pour obtenir une attention privilégiée des pouvoirs publics et, le plus souvent, un règlement négocié.

21La place de Mexico constitue l’exemple type du foyer central évoqué par Roland Barthes : « Les études faites sur le noyau urbain de différentes villes ont montré que le point central du centre de la ville...que nous appelons « noyau solide » ne constitue le point culminant d’aucune activité, mais une espèce de « foyer » vide de l’image que la communauté se fait du centre. Nous avons là une place en quelque sorte vide qui est nécessaire à l’organisation du reste de la ville » (1967 : 267).

Structure de la ville historique

Traza et barrios

  • 2 Mexico et Cholula au Mexique mais aussi Santa fe de Bogota, Quito, Guatemala, Lima, La Paz.

22Les villes latino-américaines sont marquées par la négation du fait urbain précolonial. C’est une différence fondamentale avec d’autres types de villes coloniales, en particulier avec la ville arabe où la médina précède la colonisation et persiste comme élément du patrimoine bâti. Si les sociétés précoloniales furent d’importantes sociétés urbaines, la ville latino-américaine nie l’organisation urbaine précoloniale. Dans les cas de superposition2 celle-ci se fait par destruction du cœur de la ville préexistante ; les populations indigènes sont déplacées.

23Les villes de l’Amérique ibérique sont néanmoins un lieu de contact entre les populations espagnoles et indiennes. La ville coloniale était théoriquement organisée selon une stricte ségrégation résidentielle : les indigènes n’étaient pas autorisés à résider dans la traza, et les Espagnols, métis et noirs ne devaient pas habiter dans les barrios (quartiers indigènes). L’imposition d’une stricte séparation repose sur la peur d’une révolte indigène et sur la volonté des religieux de protéger les Indiens du contact et de l’exploitation coloniale.

24La « fondation » de Mexico, qui constitue une destruction du cœur de la Tenochtitlán, repousse les indigènes vers les périphéries : la traza espagnole était entourée de 70 barrios indigènes (de Rojas, 1986 : 45). Par ailleurs, une séparation entre deux secteurs (parcialidades) - San Juan Tenochtitlán et Santiago Tlatelolco -perdure au sein de la ville coloniale. Au xvie siècle la ville indigène entoure la ville espagnole (Gruzinski, 1996 : 223) ; le plan régulier ne couvre que le centre de la ville.

25A Puebla, les Indiens déplacés pour l’édification de la ville ont formé la base de barrios regroupant les populations selon le lieu de provenance. On retrouve ce type d’organisation au sein des six barrios de San Cristobal de Las Casas, des quartiers sont réservés aux Indiens « amis » provenant de Mexico, Tlaxcala, Oaxaca qui ont participé à la conquête et l’édification de la ville, d’autres aux tzotziles, tzeltales et zoques (de Vos, 1986 : 25). A Guadalajara, les Indiens provenant de Mexico et de F Anahuac ont créé leur propre barrio : Mexicalzingo (Calvo, 1987 : 143). A Mérida, les Indiens d’Azcapotzalco qui accompagnaient les conquistadores se regroupèrent dans le barrio de San Cristobal.

26Dans d’autres villes, la séparation est moins nette, le peuplement espagnol moins important et les nobles indigènes ont obtenu des privilèges et des biens, en particulier grâce aux mariages avec des conquistadores. Au début du xviie à Queretaro, des indigènes possédaient des lots au sein de la traza et encore à la fin du xviiie des Indiens étaient propriétaires d’édifices autour de la place centrale (Super, 1983 : 26-27).

  • 3 On retrouve à l'époque contemporaine ce type d'organisation dans certaines petites villes (Bonfil (...)
  • 4 Que l'on peut traduire à la fois par quartier (barrio) et lignage, le calpulli formait un clan qui (...)

27Les ordres religieux ont pris en charge le contrôle et l’organisation des barrios indigènes (Gibson, 1978 : 380), qui deviennent des espaces d’organisation administrative, religieuse et sociale de la population indigène. Il s’agit de paroisses et F institution du saint patron qui donne son nom au quartier et constitue la base d’un système de charges politico-religieuses structure les barrios à l’image des communautés indigènes3. Dans la ville de Mexico, les barrios indigènes reprennent l’organisation des calpullis4, unité de base de l’organisation de la ville et de la tenure de la terre de la ville précoloniale. Jusqu’au milieu du xvii e, les représentants des calpullis forment la base de l’administration locale. Dans le cas de Oaxaca, l’utilisation du náhualt et les différentiations internes à la population indigène persistent jusqu’à la fin du xviiie siècle en milieu urbain (Chance, 1982 : 193).

28Une stricte séparation s’avéra impossible à faire respecter, de nombreux indigènes étaient logés dans des manufactures, commerces ou palais au sein de la traza et des Espagnols ou métis se sont implantés dans les barrios. A Mexico, les autorités municipales, contre l’avis de la couronne et des autorités ecclésiastiques, attribuent dans la seconde moitié du xvie siècle des terrains à des Espagnols au sein des barrios. A la fin du xviie siècle, la municipalité tente de réactiver une stricte séparation et d’obliger les Espagnols résidant dans les barrios à déménager (Gibson, 1978 : 385). A la même époque, Carlos Sigüenza y Gongora se plaint du grand nombre d’Indiens qui vivent dans le centre, ce qui complique l’imposition, et stigmatise les noirs et métis qui s’implantent dans les barrios (Morse, 1989). Les Espagnols sont périodiquement rappelés à l’ordre ; des mesures administratives tentent de les obliger à construire au sein de la traza (Sanchez de Carmona, 1989 : 31).

29A Puebla. comme dans toutes les villes, de nombreux décrets municipaux tentèrent au cours du xvie ou du xviie siècle de faire appliquer ou de renforcer la ségrégation résidentielle. La présence d’Espagnols dans les barrios est considérée comme un danger et un mauvais exemple pour les Indiens. Les tavernes exploitées dans les barrios par des Espagnols furent déplacées vers la traza en 1564 (Marin Tamayo, 1972).

30Cette ségrégation ethnique n’a été qu’une volonté de l’administration coloniale, très rapidement l’ampleur des métissages résista non seulement aux assignations à résidence mais à toutes velléités de classement ou d’organisation de castes auxquelles étaient attribuées certains privilèges. Les institutions spécifiques des « républiques de Indios » perdurent néanmoins jusqu’au début du xixe siècle, mais leur importance est fortement réduite et les barrios deviennent des espaces urbains occupés par des populations en majorité métisse. Il n’en reste pas moins qu’une forte différentiation de type de construction et d’occupation persiste avec le coeur de la traza où à proximité de la place centrale, du siège de l’administration coloniale et de l’évêché, résident les grandes familles espagnoles.

Organisation interne de la ville coloniale

31Même si le fonctionnement de la ville coloniale provoquait un mélange de populations sur les places et dans les rues ou même les patios des palais, remplis d’une foule de serviteurs, commerçants, solliciteurs et si les commerçants espagnols, les confréries religieuses et l’ample gamme des métissages instauraient une diversité importante dans la population résidant dans les barrios, la ville coloniale peut être schématisée comme organisée autour de deux pôles : le centre de la traza, la place centrale et les barrios de la périphérie. Il ne s’agit pas d’une stricte ségrégation résidentielle, mais de lignes de force qui structurent la ville traditionnelle à partir de distinctions qui sont beaucoup plus sociales qu’ethniques.

32La ville du début du xixe peut encore être décrite par l’image de cercles concentriques ; les Espagnols occupant le centre, la structure de la population devient plus composite lorsque l’on s’écarte du centre, la périphérie étant occupée par les quartiers indigènes (Gruzinski, 1996 : 321). Le recensement de 1811 offre des informations sur 15 barrios dont 11 sont occupés principalement par une population indigène (Brun, 1978). Les études de démographie historique ont montré la persistance au milieu du xixe de profondes inégalités d’espérance de vie entre les paroisses du centre et les anciennes paroisses indigènes (Calvo, 1994, 150). Sur les marges de la ville coloniale, des villages proches, des implantations le long des voies d’accès se sont transformés en barrios ou faubourgs (arrabales).

33Sous la plume des chroniqueurs du xixe siècle, les barrios sont décrits comme des lieux d’insalubrité où les infrastructures urbaines sont absentes (Duclas, 1993 : 21). La littérature du xixe illustre abondamment l’effroi de la bourgeoisie mexicaine et des visiteurs étrangers devant l’invasion de la ville par les léperos (Moreno Toscano, 1978). Ce vocable stigmatisant les plus pauvres potentiellement agressifs ne comporte pas une désignation raciale très nette ; les léperos peuvent être Indiens ou métis.

34La structure des villes historiques mexicaines ne peut être analysée uniquement à partir d’une opposition centre/périphérie, traza/barrios ; d’autres modalités de structuration de l’espace urbain se superposent à cette opposition. Une géographie interne de la ville historique devrait prendre en compte le rôle des principaux accès, des marchés, des manufactures, de la proximité des fleuves et ressources en eaux. Le séminaire d’histoire urbaine de l’INAH impulsé par Alejandra Moreno Toscano (1978 : 5) se fixait comme but d’initier une connaissance précise du fonctionnement de la ville du xixe siècle pour sortir d’une vision uniquement concentrique de son organisation interne.

35Dans de nombreuses villes, apparaît dès l’époque coloniale une dissymétrie de l’espace intra-urbain entre un secteur dévalorisé et un secteur de la ville valorisé où se concentrent les premières extensions urbaines et la pression des implantations espagnoles sur les barrios. A Puebla comme à Guadalajara, une rivière sépare les quartiers de l’est facilement inondables de la place centrale, l’ouest et le sud de ces villes se sont développés comme secteurs valorisés. Dans le site particulier de Mexico, l’accès à l’eau a impulsé une opposition entre l’est et l’ouest de la ville (Porras Muñoz, 1982 : 22). Dès le xviie siècle, les classes aisées espagnoles délaissèrent l’est de la ville au profit de l’ouest où arrivent les deux principaux aqueducs. La chaussée de Tacuba, à l’ouest, fut un des principaux axes de développement de la ville coloniale ; l’aqueduc renforça le rôle de cet axe qui constituait aussi la seule zone où des terrains avaient été attribués dans un but stratégique aux Espagnols en dehors de la traza, pour préserver la possibilité d’une sortie de la ville vers la terre ferme en cas de révolte indigène. Jusqu’au xixe siècle les aqueducs joueront un rôle structurant dans l’organisation du tissu urbain. Les quartiers de l’est proches du lac salé sont dévalorisés, c’est dans la zone de San Lazaro que fut installé l’hôpital des lépreux (Musset, 1991 : 142-143). Lors de l’expansion de la ville à la fin du xixe et au début du xxe, on retrouve cette opposition entre les deux secteurs de la ville, la croissance de la ville sous forme de lotissements est beaucoup plus rapide au sud-ouest et à l’ouest. A l’est les terrains proches du canal de drainage et du lac salé ne sont pas attractifs (Morales, 1978 : 191).

Croissance urbaine et espace intra-urbain

« La lente conquête de l’espace interne5 »

  • 5 On reprend ici un titre de Thomas Calvo (1987 : 87).

36Le plus souvent, en tout cas dans les villes qui furent des centres coloniaux importants, le tracé original très ample - plus de 100 îlots dans le cas de Mexico et Puebla -intégrait de nombreux espaces vides, réserves pour urbanisation ou pour des cultures vivrières. De plus les rues tracées au xvie siècle sont larges (entre 8 et 10 m.) ce qui a facilité l’adaptation des centres aux flux de la ville moderne. La croissance urbaine jusqu’à la fin du xixe siècle va se faire par densification de la traza coloniale et par intégration des barrios ou des villages indigènes qui entouraient la ville espagnole. Ce processus est particulièrement net à Mexico, la ville espagnole croît sur les quartiers indigènes, les archives municipales préservent les traces des luttes des autorités indigènes pour maintenir leur existence et privilèges (Lira, 1983 : 31). A l’image de la Guadalajara du xviie étudiée par Thomas Calvo, la croissance urbaine des villes pendant la colonie peut être caractérisée comme une « lente conquête de l’espace interne », de nombreux espaces libres se maintiennent pendant longtemps au sein de l’espace urbanisé qui présente une image semi-rurale, inachevée (Calvo, 1987 : 87). Ce type de processus est particulièrement net pour les villes qui furent des centres coloniaux importants mais dont la croissance fut plus faible par la suite : c’est le cas à Puebla, comme à Oaxaca, ville pour laquelle les limites de la ville des années 1950 sont pratiquement les mêmes que celles de la ville du xvie siècle. La croissance de la ville s’est faite sur des jardins et espaces cultivés internes ou des réserves pour l’urbanisation délimitées dès la fondation (Aguilar Medina, 1980 :22).

Mettre fin au désordre de la ville baroque

37L’espace interne de la traza a bien évidemment connu des modifications dans son organisation. Dès la seconde moitié du xviiie, le despotisme éclairé des Bourbons impulse la mise en place de réformes de l’administration urbaine et la généralisation des mesures d’embellissement de la ville, de mise en ordre de l’espace de la rue. A Mexico, ces réformes permettront le pavage des rues, l’ouverture de nouvelles places et jardins, des mesures sanitaires de propreté et d’éclairage, de contrôle des commerces de rues, des tentatives de réactiver la ségrégation résidentielle en obligeant les populations indigènes à retourner vivre dans les barrios. Une grande partie de ces interventions sur l’espace urbain se concrétiseront pendant la gestion du vice roi Revillagigedo (1789-1794). Un premier plan « régulateur » propose de poursuivre le tracé en damier régulier au sein des barrios en éliminant toutes les irrégularités du tracé, ce projet de voirie est aussi destiné à faciliter la circulation de l’air et donc la salubrité des barrios, la numérotation des édifices, le recensement et la levée des impôts, l’attribution d’espaces réservés pour les activités artisanales ou industrielles c’est-à-dire une mise en ordre de l’espace des barrios (de Gortari, Franyuti, 1988 : 48). A la même époque on note des tentatives du même type dans toutes les grandes villes mexicaines.

38C’est aussi l’époque de l’application des mesures hygiénistes de création de cimetières en périphérie, de la généralisation du drainage et du nettoyage des villes. Un des thèmes de prédilection du Discours sur la police de Mexico, document anonyme de 1788 retrouvé dans les archives de la mairie de Mexico, est la lutte contre l’invasion des rues par les commerçants « ambulants » (Lombardo de Ruiz : 1978).

39A la fin du xviiie et au début du xixe siècle, les nuisances des activités productives sont stigmatisées. A Mexico en 1811, l’expulsion des fonctions productives du centre vers la périphérie est à cette époque déjà largement réalisée, au cœur de la ville les manufactures et locaux d’artisans sont remplacés par des locaux commerciaux (Angulo Aguirre, 1983).

  • 6 Hospice Cabañas de Guadalajara, la Alhóndiga de Granaditas à Guanajuato (1796-1809), à Mexico, La (...)

40Ces réformes constituent dans le domaine de l’urbanisme l’application des principes néoclassiques qui rendent obsolète la ville baroque. L’Académie de Bellas Artes de San Carlos, première institution en Amérique spécialisée dans l’enseignement des beaux-arts, a été créée en 1783. Cette institution diffusera le néoclassique comme style dominant, l’intérêt artistique du baroque qualifié de confus et d’arbitraire n’est plus reconnu. Au début du xixe siècle, les tissus urbains des centres sont soumis à une modernisation à partir de nombreuses constructions publiques ou privées néoclassiques6.

Aliénation des biens de mainmorte

41Jusqu’au milieu du xixe, l’église et les ordres religieux concentrent une part importante des terres urbaines et du patrimoine immobilier urbain. La libération de ces propriétés par les lois de réforme permettra la réalisation de nouveaux aménagements et impulsera l’urbanisation des terrains périphériques.

42L’entreprise de colonisation, de fondations des villes et des villages fut au xvie siècle en grande partie l’œuvre des ordres mendiants : franciscains, dominicains et augustins. Dès le tracé des villes, de nombreux lots sont réservés pour l’établissement de couvents. Les édifices religieux, dans ces villes ouvertes qui vivent dans la hantise d’un soulèvement indien, ont aussi une fonction de place forte. Selon certains historiens, le nombre de couvents, plus que celui des églises ou palais, constitue un critère de mesure de l’importance des villes coloniales (Rodriguez Alpuche, 1986 : 247). Les autorités civiles tentèrent de limiter la mainmise des ordres religieux sur la ville. En 1664, le conseil municipal de Mexico demanda au roi d’interdire aux ordres religieux de fonder de nouveaux couvents et d’acheter de nouvelles terres. La ville de Mexico du début du xixe siècle visitée par Humboldt abritait 23 monastères et 15 couvents avec plus de 3 300 résidents (Haring, 1990 : 251). Par l’intermédiaire de legs et de dons, mais aussi en raison de leur rôle financier les ordres religieux ont acquis le contrôle d’une part importante des propriétés rurales et urbaines ; ils fonctionnaient comme de véritables institutions de crédits, fonction qui renforçait leur poids sur la propriété. La plupart des biens que possède l’église sont loués et occupés par des logements ou des commerces.

43Au début du xixe siècle, diverses mesures préparent la réduction du poids de l’église sur la société. Mais se sont les réformes de la propriété mises en place par les libéraux - essentiellement la loi Lerdo de « désamortissement » (desamortización) de 1856 - qui ont constitué te principal bouleversement de la propriété urbaine. Cette loi attribue la pleine propriété des biens des corporations (église, ordres religieux, mais aussi municipalités et collèges) aux locataires contre un montant calculé à partir de la valeur de location ; si le locataire ne peut acheter la propriété, elle doit être mise en vente (de Gortari, Franyuti, 1988 : 57). Cette mesure visait à créer une classe de propriétaires capables d’appuyer le pouvoir libéral.

44A Mexico, l’église était propriétaire en 1813 de 48 % de la valeur des biens immobiliers de la ville (hors couvent et lieu de culte) et de 36 % des immeubles, alors que les pouvoirs civils ne possédaient que 8 % des biens (Dolores Morales, 1978 : 71 -96). A Puebla, l’église était propriétaire de la moitié des biens immobiliers et des terrains proches de la ville. Les principaux bénéficiaires de la mise en vente des biens de l’église furent des hommes politiques et commerçants, notamment les principaux commerçants étrangers.

45Les lois de désamortissement ont aussi permis l’ouverture de nouvelles places, de nouvelles rues par la modification des grands îlots appartenant aux couvents. A Mexico, le tracé du damier régulier s’étend sur les couvents de San Francisco, La Concepción, Santo Domingo, San Fernando, puis Santa Clara (de Anda, 1987 : 149 ; Dolores Morales, 1978 : 189). C’est aussi le cas dans de nombreuses villes du pays : à Mérida, la destruction du couvent des sœurs de la Concepción permit l’ouverture de nouvelles rues et la construction d’une école. Les nouveaux espaces publics de la ville du xixe sont en grande partie gagnés sur des terrains occupés jusqu’alors par l’église et les ordres religieux (Estela Eguiarte, 1986 : 91 -106).

Modernisation et croissance urbaine de la fin du xixe siècle

46Dans la seconde moitié du xixe siècle, des boulevards créés à la périphérie de la ville historique délimitent les nouveaux secteurs valorisés de l’expansion de la ville. C’est à Mexico, le Paseo de la Reforma (calzada del Emperador puis de Chapultepec) construit en 1865 par Maximilien pour relier le centre-ville au Palais de Chapultepec et où, à partir des années 1880, se construisent les villas de la bourgeoisie. Dans les villes de province, ce type d’extension urbaine à lieu plus tard : à Mérida, le Paseo Montejo date de 1897 ; à Puebla, l’ouverture de l’Avenue Juarez se fait en 1903. On retrouve des tendances similaires de nouvelles avenues se référant aux boulevards parisiens dans de nombreuses grandes villes d’Amérique Latine : avenue de Mayo inaugurée en 1896 à Buenos Aires, l’avenue 9 de julio (1850) et l’avenue Paulista (1891) à São Paulo, avenue Río Blanco à Rio de Janeiro (1902-1906).

47Au sein de la traza, de nouveaux éléments de centralité apparaissent au tournant du siècle, sur le mode de grands magasins qui s’installent à proximité de la place centrale ou autour des nouvelles places. La rue de Plateros, aujourd’hui Madero entre le zócalo et l’Alameda constituait la principale artère commerciale de luxe du xixe, c’est dans cette rue que l’on trouve les magasins les mieux aménagés de la ville. A la fin du siècle, dans la même zone se développe un secteur commercial de grands magasins, essentiellement sur la base d’investissements étrangers : El palacio de Hierro, El Puerto de Veracruz, La Ciudad de Londres, El Puerto de Liverpool, La Francia Maritima, etc. ; qui s’affichent comme vecteurs de la modernité. Ces nouveaux espaces commerciaux prennent place dans le même secteur du centre de la ville, entre le zócalo et l’Alameda, qui fait l’objet à cette époque d’un intense processus de rénovation. A Puebla, on a pu analyser le même type de processus de constitution d’un secteur commercial valorisé autour du zócalo et des avenues Reforma et 2 poniente/oriente.

48La modernisation porfirienne prendra aussi la forme de (re)constructions d’édifices publics : le Palais législatif de Guanajuato, de Toluca, le Palais de l’executif à Mérida, le Palais municipal de Puebla, à Mexico la chambre des députés, le Palacio de comunicaciones, le Palacio de Correos, ainsi que le projet du Palacio de Bellas Artes qui n’a été achevé qu’en 1934. Réalisations complétées par la création de nouvelles banques, de marchés, de théâtres mais aussi en périphérie de la ville du début du siècle des nouveaux édifices rationalisés des prisons (Lecumberri à Mexico, et les nouvelles prisons de Guadalajara et de Puebla). Des architectes français, anglais, italiens ont amplement participé à ce processus.

49Le fonctionnement de la ville du xixe siècle n’est plus celui de la ville du xvie siècle. Le marché a été expulsé de la place centrale et a intégré des bâtiments en dur à quelques îlots de celle-ci. Les Alamedas, parcs aménagés à « la française », se sont généralisées à la fin du xviiie siècle (Guadalajara 1750, Querétaro 1797-1803, Mérida 1789-1792) ainsi que la construction de nouvelles places et dans certains cas de nouvelles rues qui ne suivent plus le plan en damier. Sous l’influence des idées hygiénistes, dès la première moitié du xixe, des jardins publics sont aménagés ; les cimetières sont rejetés en périphérie. Les municipalités tentent de limiter l’impact de l’occupation des rues par les nombreux étals de vendeurs « ambulants » (de Gortari, Hernandez, 1988).

50Ces nouveaux éléments rendent plus complexe le fonctionnement de la ville, diversifient les lieux de centralité, mais l’ensemble reste compris dans un espace urbain relativement compact avec un centre unique. La ville du xixe siècle est encore plus marquée par les différences de bâti - ou de groupes sociaux - que par une distinction centre/périphérie.

Premières extensions urbaines

51La construction des premiers lotissements, dans la seconde moitié du xixe siècle à Mexico, plus tard dans les villes de province, s’est faite le plus souvent en poursuivant le plan en damier ; ces espaces sont aujourd’hui intégrés aux centres historiques. La mise en vente des biens de mainmorte impulsa le lotissement de propriétés périphériques et, dans la ville de Mexico, la constitution des premiers lotissements. A Mexico, le premier lotissement, la colonia Francesa, date de 1848 et prend place sur un faubourg indigène. A la fin du xixe et début xxe, la croissance urbaine prend la forme de quartiers populaires au nord-est et au sud-ouest celle de lotissements pour classes aisées, qui ne suivent plus le plan en damier : la Teja, Roma et Condesa. L’expansion de la ville est aussi favorisée par l’essor du tramway et du chemin de fer : en 1857 est inauguré le premier tramway à mules, en 1900 le premier tramway électrique. Dans les années 1920 de nombreuses haciendas localisées autour de Mexico furent transformées en lotissement, la volonté d’échapper à une expropriation dans la cadre de la réforme agraire accéléra vraisemblablement ce processus (Delgado, 1988 : 105).

52Dans les villes de province, l’expansion périphérique sous la forme de lotissements se fit généralement plus tard. A Guadalajara, les premiers lotissements, colonias Francesa et Americana datent de 1898. A Puebla, les colonias Humboldt et Humboldt-sud ont été créées en 1920 en conservant le plan en damier. A Mérida, les deux premiers lotissements datent de 1880 et 1904.

53Une stricte distinction entre la ville centrale et les nouveaux espaces de la mosaïque urbaine naissante n’apparaîtra qu’à partir de la création d’un nouveau tissu urbain abandonnant le plan en damier généralisé. Ces nouveaux espaces se distinguent de la ville centrale par leur structure mais aussi leur aménagement : dans la ville du début du siècle, les espaces des nouveaux lotissements pour classes aisées sont dotés de tous les services urbains et de l’éclairage public, alors que ces infrastructures et services ne sont pas présents dans tous les quartiers centraux. Les espaces périphériques connaîtront un essor important à partir du début du siècle et la croissance rapide des quartiers populaires périphériques après les années 1940.

Spécificités des espaces centraux des villes mexicaines

54Le plan en damier et l’organisation autour de la place centrale constitue donc une spécificité majeure des villes mexicaines et de l’Amérique ibérique, même si sous la pression de la croissance urbaine rapide et de l’émergence d’un intérêt pour l’historicité des bâtiments, l’espace hérité, c’est-à-dire l’intégralité de la ville de la fin du xixe siècle, n’est plus considéré que comme un des secteurs de la ville : le centre historique. Malgré les réaménagements successifs et l’accroissement des tissus urbains, la place centrale est restée le cœur de la ville, perception renforcée par la localisation des pouvoirs politiques, mais aussi le rôle de l’église et des fêtes traditionnelles.

55Le centre historique des villes mexicaines se localise au centre de la ville, proposition qui n’est pas vérifiée pour tous les types de villes. Dans les villes européennes, les « centres historiques », les espaces qui ont fait l’objet d’une politique de mise en valeur de l’historicité correspondent souvent au centre de la ville médiévale qui peut occuper une position périphérique par rapport au centre de la ville du xviiie ou du xixe. Chaque étape de la croissance urbaine a généré un espace de centralité valorisée. Dans le cas des villes mexicaines, les réaménagements successifs se sont fait en conservant l’organisation autour de la place centrale, par rénovation des édifices coloniaux. En terme de structure et de tracé urbain, on est passé directement de l’espace de la ville coloniale, traza et barrios, complété des premières extensions urbaines de la fin du xixe et du début du xxe, aux espaces de la modernité périphérique contemporaine.

56Pendant longtemps, le plan en damier a permis l’extension du tissu urbain sans rupture, par prolongation du tracé historique. A l’opposé, les remparts des villes européennes enserraient le tissu urbain, la muraille de la médina délimitait dans la ville arabe le cœur de la ville, il s’agissait de villes closes, dont le tissu urbain possédait une unité, une densité que n’avaient pas les villes ibéro-américaines de la période coloniale. En Europe, la destruction et l’amplification des enceintes fortifiées rythment la croissance de la ville et leurs empreintes perdurent dans l’espace urbain, souvent sous la forme de boulevards périphériques. Dans la ville européenne, les rues ou les boulevards du xviiie ou xixe siècle, par leur linéarité, sont essentiellement une remise en ordre du chaos de la ville médiévale. La création de nouveaux espaces selon un plan régulier - les extensions du xviie et les faubourgs du xixe des villes françaises, l’ensanche de Barcelone ou de Madrid - s’oppose au centre ancien. La ville latino-américaine conserve son unité jusqu’à la création des nouveaux lotissements au début du xxe siècle, alors apparaît nettement une distinction centre/périphérie. Sur les plans des villes latino-américaines, le centre est l’espace de l’ordre, celui d’un projet urbain global, alors que les périphéries - les lotissements des classes moyennes comme les quartiers populaires - rompent par leur tracé l’homogénéité de la ville.

57Ce n’est pas seulement le quadrillage urbain qui constitue l’originalité des villes de l’Amérique ibérique. Les villes des Etats-Unis ont été tracées selon un plan en damier, mais la signification de la grille urbaine est différente. Les places ne sont pas au centre mais dispersées dans l’espace urbain. La grille des villes américaines neutralise l’espace, le réduisant à sa valeur de distribution ou d’appropriation, et permet une croissance sans limite (Sennet, 1991, 1992), alors que la grille des villes latino-américaines n’existe qu’en référence au centre et à la place centrale. L’urbanisation aux États-Unis a donné naissance, malgré l’existence d’un plan en damier, à des tissus urbains diffus et non centrés, au sein desquels les références à la centralité sont exclusivement commerciales ou tertiaires. Les centres d’affaires constituent dans les villes centres des « îlots spécialisés » (Grandsart, 1970 ; Jacob, 1991). Los Angeles présente l’image « d’une structure spatiale à centres multiples » dont la forme évolue en fonction de réseaux économiques et sociaux (Ghorra-Gobbin, 1992). Pour Jacques Lévy, la ville nord-américaine apparaît plus comme une « juxtaposition de fonctions centrales distinctes qu’une centralité synergique » (1986, 54). Les structures urbaines des villes des Etats-Unis sont plus marquées par la fragmentation sociale et la spécialisation fonctionnelle que par la référence à une centralité unique historique, politique ou symbolique. Les processus de gentrification ne caractérisent que la formation d’îlots de résidences pour certains groupes sociaux et non un nouvel engouement pour la fréquentation ou l’usage des centres (Corboz, 1987 : 49). Comme le rappelle Paul Claval (1989 : 263), aux États-Unis « ...la ville n’est chargée d’aucune connotation positive ; la cité, la « polis », n’est pas le cadre où est née et où se vit la citoyenneté américaine...le centre n’est pas, comme ailleurs, chargé de valeurs positives ». Les villes mexicaines comme de l’Amérique ibérique pourraient être décrites en prenant l’exacte contre-pied de cette citation : la ville a été l’instrument privilégié de l’établissement de la colonie, comme de l’identité criolla. Le centre des villes, malgré les évolutions des tissus urbains et la dégradation des édifices est toujours chargé de valeurs positives par les pouvoirs publics et une partie de la population.

Notes

1 Se sont essentiellement les ports qui sont planifiés avec des défenses et murailles : Veracruz, La Havane, Cartagène, Callao ; ainsi que Lima à cause de la proximité de la mer. C'est l'absence de fortifications caractéristique surprenante à cette époque, qui a permis de comparer Mexico à la ville idéale (Kubler, 1982 : 81).

2 Mexico et Cholula au Mexique mais aussi Santa fe de Bogota, Quito, Guatemala, Lima, La Paz.

3 On retrouve à l'époque contemporaine ce type d'organisation dans certaines petites villes (Bonfil Batalla, 1973).

4 Que l'on peut traduire à la fois par quartier (barrio) et lignage, le calpulli formait un clan qui en milieu urbain pouvait aussi être spécialisé dans une production, il a été aussi assimilé par les colonisateurs à des corporations dirigées par des autorités propres, (de Rojas, 1986).

5 On reprend ici un titre de Thomas Calvo (1987 : 87).

6 Hospice Cabañas de Guadalajara, la Alhóndiga de Granaditas à Guanajuato (1796-1809), à Mexico, La ciudadela, manufacture de tabac (1795), Palais de Mineria (1797-1811) et Musée de San Carlos, ainsi que de nombreux théâtres au milieu du xixe siècle (Lira Vasquez, 1986).

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540