Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Première partie. Genèse et spécifités des espaces centraux

Introduction à la première partie

Texte intégral

« une civilisation est avant tout un urbanisme, je veux dire, plus
qu’une vision du monde et des hommes, une civilisation est une
vision des hommes dans le monde et des hommes comme monde :
un ordre, une architecture sociale », Octavio Paz (1982 : 52).

1Un grand nombre de villes mexicaines ont été créées pendant les premières années de la conquête. Par leur genèse, ces villes de la colonisation espagnole constituent la réalisation d’un projet d’ordre urbain et de prise de contrôle de l’espace et des hommes. Cette histoire commune marque encore aujourd’hui les tissus hérités, non seulement une grande partie des villes importantes ont été tracées selon un plan en damier régulier autour d’une place centrale, mais la répartition des fonctions traditionnelles a suivi un même modèle de structuration de l’espace intra-urbain.

2Le modèle de centralité et le tracé colonial qui donnaient une certaine homogénéité au fonctionnement des villes mexicaines sont, depuis plusieurs décennies déjà, remis en cause par la pression de la croissance urbaine, la dynamique des marchés du logement et par l’éclatement des fonctions centrales. Le fonctionnement des espaces centraux a été profondément modifié ; plus exactement les relations entre éléments de centralité et espace urbain sont en constante recomposition.

3La croissance et l’extension des tissus urbains impliquent une modification de la structure urbaine, par une réorganisation, une adaptation, une mutation de l’ensemble des espaces urbains et en particulier des espaces de la centralité. La croissance urbaine ne se traduit pas seulement par une extension de la périphérie et un accroissement de la densité des fonctions du centre traditionnel, mais par une recomposition, une renégociation dynamique des relations centre-périphérie. La dynamique urbaine est aussi dynamique de la structuration intra-urbaine.

4Les populations aisées ont délaissé les espaces centraux entre la fin du xixe siècle et les années 1940, selon les villes. Les nouveaux espaces d’habitat pour classes moyennes comme la plus grande partie des logements populaires ont pris place en périphérie. L’extension urbaine a modifié l’utilisation et l’identité des espaces hérités. Un mode particulier d’habitat populaire locatif, la vecindad, est devenu le symbole de la crise et de la dégradation des centres-villes. Les premières extensions urbaines avaient introduit une distinction centre/périphérie ; l’apparition de nouveaux espaces de centralité et l’attribution d’une valeur patrimoniale au tissu ancien transforma l’espace, qui fut pendant longtemps l’intégralité du tissu urbain, en « centre historique ».

5Cette première partie se propose d’analyser les trois traits qui paraissent marquer le plus nettement l’identité et la dynamique des espaces centraux :

  • leur genèse, comme inscription spatiale d’un modèle de ville et de société et l’adaptation de ce modèle aux premières extensions urbaines ;
  • l’habitat populaire locatif, la vecindad, devenu le symbole de l’habitat central dégradé ;
  • l’éclatement des principales fonctions centrales sous l’impact de la croissance urbaine, de la multiplication des pôles de centralité commerciale, des actions des pouvoirs publics et des évolutions des pratiques de la ville.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540