Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Repères chronologiques

Texte intégral

1502 : Christophe Colomb longe la côte Atlantique du Nicaragua et donne son nom au cap Gracias a Dios.

1522-1523 : parti du Panama, Cil González Dávila pénètre au Nicaragua et découvre le lac Cocibolca.

1523-1524 : Francisco Hernández de Córdoba fonde les villes de Granada et León et découvre le lac Xolotlán.

1527-1531 : Pedrarias Dávila, premier gouverneur de la province du Nicaragua, qui fait partie de la Capitainerie générale du Guatemala durant l'époque coloniale.

1643 : les pirates anglais détruisent Matagalpa.

1665 : les pirates anglais mettent à sac Granada.

1685 : les pirates anglais pillent Granada et incendient León.

1748 : les Anglais s'emparent de San Juan del Norte et étendent leur emprise sur la côte Caraïbe.

1821 : indépendance de l'Amérique centrale.

1822 : rattachement de l'isthme au Mexique.

1823 : l'isthme se sépare du Mexique pour constituer la Confédération des provinces unies d'Amérique centrale.

1824-1857 : période de grande instabilité politique marquée par de fréquentes guerres civiles entre conservateurs de Granada et libéraux de León.

1826 : première Constitution du Nicaragua et premier chef de l'État, Manuel Antonio de la Cerda.

1838 : le Nicaragua se sépare de la Confédération des Provinces unies d'Amérique centrale.

1838-1893 : période de suprématie des conservateurs.

1841 : la Mosquitia devient un protectorat anglais.

1844 : guerre contre le Honduras et ensuite contre El Salvador.

1845 : proclamation d'un royaume de Mosquitia par les Anglais.

1854-1855 : guerre civile entre conservateurs et libéraux ; ces derniers font appel à un mercenaire nord-américain, William Walker.

1854-1858 : Managua devient la capitale du pays.

1856-1857 : William Walker s'empare du pouvoir par la force et est vaincu par une coalition centraméricaine lors de la « Guerre nationale ».

1863, 1869, 1875, 1884, 1893 : tentatives de renversement du pouvoir conservateur par les libéraux, appuyés par d'autres pays centraméricains.

1869 : première médiation des États-Unis dans un conflit interne au Nicaragua.

1881 : révolte des indigènes de Matagalpa et répression brutale.

1893-1909 : le général José Santos Zelaya gouverne le Nicaragua ; période de suprématie libérale.

1894, 1897, 1898, 1899, 1903, 1907 : tentatives de renversement du pouvoir libéral par les conservateurs.

1895 : les Anglais renoncent à leurs prétentions sur la côte Atlantique.

1908 : rupture des relations diplomatiques avec les États-Unis.

1909 : renversement de Santos Zelaya par les conservateurs, soutenus par Washington.

1909-1912 : période d'instabilité.

1910 : signature avec le représentant nord-américain des Accords Dawson qui excluaient les libéraux de l'administration et établissaient de nouvelles bases politiques et économiques pour le Nicaragua.

1912-1925 : à la demande d'Adolfo Díaz, les troupes nord-américaines interviennent au Nicaragua.

1914 : signature du Traité Bryan-Chamorro qui concède aux États-Unis le droit de creuser et d'exploiter un canal au Nicaragua pendant 99 ans, avec transfert de souveraineté sur la zone concernée.

1925-1926 : les troupes nord-américaines évacuent le pays.

1927-1933 : Adolfo Díaz demande pour la seconde fois le soutien militaire des États-Unis ; Augusto César Sandino conduit la résistance anti-impérialiste jusqu'à l'évacuation des troupes nord-américaines ; création de la Carde nationale (1927).

1931 : un violent tremblement de terre détruit Managua.

1934 : assassinat de Augusto César Sandino.

1937-1947 : Anastasio Somoza García devient président de la République.

1947-1951 : période instable durant laquelle se succèdent plusieurs présidents.

1951-1956 : Anastasio Somoza García redevient président de la République.

1956 : assassinat d'Anastasio Somoza García.

1956-1963 : son fils Luis Somoza Debayle lui succède.

1961 : naissance du Front sandiniste de libération nationale (FSLN).

1963-1966 : présidence de René Schick.

1967-1972 : Anastasio Somoza Debayle devient à son tour président.

1972 : nouveau tremblement de terre qui détruit Managua.

1972-1974 : un triumvirat de transition (2 somozistes et 1 conservateur) dirige le pays.

1974-1979 : Anastasio Somoza Debayle revient à la présidence.

1978 : assassinat de Pedro Joaquín Chamorro, chef du parti conservateur et directeur du principal journal d'opposition, La Prensa.

1978 : un commando mené par Edén Pastora (Comandante Cero) s'empare du Palais national et de 500 otages.

1979 : victoire du Front sandiniste de libération nationale et de ses alliés ; une junte de 5 membres dirige le pays ; abrogation de la Constitution et mise en place de nouvelles institutions ; dissolution de la Garde nationale et création de l'Armée populaire sandiniste ; confiscation des biens des Somoza, planification économique et nationalisations.

1980 : assassinat d'Anastasio Somoza Debayle au Paraguay ; les représentants conservateurs Violeta Barrios de Chamorro et Alfonso Robelo, quittent la junte de gouvernement ; les commandants sandinistes exercent en réalité le pouvoir depuis la Direction nationale ; approfondissement du processus de transformation révolutionnaire.

1980-1989 : le front sandiniste au pouvoir doit combattre les troupes de la Contra, soutenues par les États-Unis.

1983 : proclamation de l'état d'urgence ; visite du pape Jean-Paul II qui réprouve l'église populaire.

1984-1990 : présidence de Daniel Ortega Saavedra.

1984 : déplacement forcé de 10 000 indiens Miskitos.

1985 : adoption de mesures d'austérité économique.

1986 : scandale Iran-contragate aux États-Unis.

1987 : adoption de mesures de rationnement (eau, électricité) ; offensive générale de la Contra ; adoption d'une nouvelle Constitution et création des régions autonomes de l'Atlantique ; signature des Accords d'Esquipulas II par les présidents centraméricains (cessez le feu, suppression de l'état d'urgence).

1988 : signature des Accords de Sapoá sur les conditions de paix ; adoption d'une nouvelle loi électorale.

1989 : signature d'un Accord politique national et désarmement de la Contra.

1990 : victoire électorale de l'Union nationale d'opposition (UNO).

1990-1996 : présidence de Violeta Barrios de Chamorro ; période de transition et de « réconciliation » ; libéralisation de l'économie.

1996 : deuxième visite du Pape ; présidence de Arnoldo Alemán Lacayo ; accélération des réformes néolibérales.

1998 : le cyclone Mitch dévaste le pays.

1999 : signature d'un traité de libre commerce avec le Chili ; vives tensions sur les frontières avec le Honduras et le Costa Rica.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable