Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Quatrième partie. Politique et création

Silence et prophétie : un siècle de poésie nicaraguayenne (1878-1979)

Claire Pailler

Résumé

RÉSUMÉ
L'essor de la poésie nicaraguayenne coïncide avec le début de la lutte pour l'autonomie que mène Augusto César Sandino contre l'intervention des marines états-uniens - et déjà au xixe siècle certains critiques avaient expressément établi une relation entre le sentiment national et la poésie. Il est de fait que le Nicaragua, terre tourmentée où s'affrontent les éléments et les hommes, se reflète dans ses poèmes. Mais si le pays a formé ses poètes, la poésie pour sa part apparaît comme un instrument de la prise de conscience nicaraguayenne : instrument, car elle a servi à l'élaborer et à la former, et parce qu'elle a permis de l'exprimer et de la chanter.

RESUMEN
El adelanto de la poesía nicaragüense coincide con el inicio de la lucha por la autonomía de Augusto César Sandino contra la intervención de los marinos estadounidenses ; ya en el siglo xix, algunos críticos establecieron una relación explicita entre sentimiento nacional y poesía. De hecho Nicaragua, como tierra en la que se enfrentan hombres y elementos, se refleja en su poesía. Pero si el país formó a sus poetas, la poesía por su parte apare-ce como un instrumenta de la toma de conciencia de lo nicaragüense : instrumenta porque sirvió para elaborar y formarla, y porque le dio su mayor expresión en el canto.

Texte intégral

  • * IPEALT-Toulouse.

1Note portant sur l'auteur*

Photographie n°1 9 - monument dédié à rubén dario, à managua (cliché : alain musset).

2Dire que la poésie, au Nicaragua, apparaît comme un instrument de la prise de conscience nationale - instrument car elle a servi à l'élaborer, à lui donner forme, et parce qu'elle lui a permis de s'exprimer et d'être, selon le mot d'Ernesto Cardenal à propos de Pablo Antonio Cuadra : « Una tierra que habla » -, dire cela n'est pas une formule plaquée de l'extérieur, mais l'expression d'une conviction qui se fait jour dans le pays presque conjointement avec la fondation même de la nation nicaraguayenne. Une première indication nous en est donnée, en 1878, par Félix Medina, auteur à présent bien oublié de la Lira nicaragüense, première anthologie de poésie nicaraguayenne : « Cuando tengamos patria [...] cuando por todas partes se eleven establecimientos literarios i hayan estimulos para el escritor ; entonces veremos levantarse sobre el horizonte, entre celajes de oro i purpura, el sol esplendoroso de la poesía... ».

3C'est précisément au moment où le Nicaragua commence à émerger des convulsions et des guerres civiles qui ont accompagné les premières décennies de son existence qu'apparaît Rubén Daróo, l'enfant-prodige, le poète universel qui allait rénover la poésie de langue espagnole dans le grand courant du modernisme (photographie n° 19). Certes, il n'a pas vécu, ni même résidé longtemps dans son pays natal, mais celui-ci, tout comme l'ensemble du continent hispano-américain, a été marqué de façon durable par son influence, qui ne concerne pas seulement ses recherches formelles : on sait que ses poèmes ont fréquemment exprimé des préoccupations politiques, soit en glorifiant, dans le genre épique, les héros de l'indépendance et le soleil de la liberté (Marcha triunfal, Canto a las glorias de Chile, Canto a la Argentina...), soit en prophétisant un avenir radieux à la « latina estirpe » (Salutación del optimista...). Grandiloquence et démonstrations oratoires, peut-être ; mais aussi rappels propitiatoires pour conjurer l'angoisse devant la menace - encore imprécise mais bien sensible - d'une perte d'identité et d'autonomie face à l'expansionnisme du voisin du Nord : « ¿Seremos entregados a los bárbaros fieros ? / ¿Tantos millones de hombres hablaremos inglés ? » (« Los Cisnes ») ; ou encore , « A Roosevelt » : « Tened cuidado. ¡Vive la América Española ! ¡Hay mil cachorros sueltos del León español ! » (Cantos de vida y esperanza, 1905).

4Par une coïncidence historique, donc, la grande figure poétique de Darío apparaît ainsi comme le fondateur et le substrat d'une poésie en prise sur le monde de son temps et sur les circonstances historiques de son « Nicaragua natal ». Nous suivons cette trajectoire Rubéndarienne au-delà même du triomphe du Front sandiniste, lorsque l'un des chefs du mouvement, Sergio Ramírez, publie, en 1983, El alba de oro, sous-titré : « La historia viva de Nicaragua », qui porte expressément en exergue, d'abord le vers de Darfo qui lui donne son titre : « ¡ Mas es mía el alba de oro ! » ; puis l'invocation nationaliste de Nicolas Guillén :

« Llamen a Rubén Darío,
díganle que venga y cante ;
que su clara voz levante
junto al claro pueblo mío.
No más el yanqui sombrío
nos quite la patria y decoro :
hable el caracol sonoro
y el mundo sepa por él
que no da tregua o cuartel
quien ya tiene el alba de oro ».

  • 1 On connaît les expressions proverbiales du type : « En Nicaragua de cada diez habitantes, cinco es (...)

5On ne saurait plus explicitement reconnaître une filiation et placer l'histoire sous le signe de Darío et de la poésie. De fait, le Nicaragua est une terre de poètes, et l'expression poétique accompagne habituellement la conscience et l'affirmation de son identité nationale, qu'il s'agisse des actes ordinaires d'une vie en société, ou des bouleversements de la politique et de l'histoire1.

6Au début du xxe siècle, la diffusion et l'influence du modernisme sont donc sensibles dans le pays, se surimposant à certains vestiges du romantisme. La vie littéraire connaît une extraordinaire effervescence, avec la formation de trois groupes qui se réunissent dans les villes de León, Masaya et Managua. Leur activité se reflète dans la parution d'innombrables revues, plus ou moins éphémères d'ailleurs : entre 1900 et 1925 on compte plus de trente-cinq titres. Et déjà on peut reconnaître, dans la production de poètes comme Solón Argüello (1879-1913) ou Lino Argüello/Lino de Luna (1887-1937), à côté d'une inspiration purement lyrique dans des chants d'amour et de mort, une approche de l'identité nationale qui, sous le choc de l'intervention brutale des marines états-uniens, devait bientôt se préciser et s'affirmer, que ce soit dans la forme épique et l'imprécation, ou dans la concision implacable de la satire et de l'épigramme.

7Trois personnalités ont su interpréter et adapter les acquis du modernisme pour leur propre création : le père Azarías Pallais (1884-1954), Alfonso Cortés (1893-1969) et Salomon de la Selva (1893-1958). Dans des genres très différents, chacun d'eux a tiré parti de l'esthétique héritée de leurs prédécesseurs tout en la renouvelant ; ils ont de la sorte préparé l'éclosion du Movimiento de Vanguardia qui ouvre définitivement la vie intellectuelle du Nicaragua aux grands courants poétiques et artistiques du xxe siècle. La préoccupation pour un Nicaragua libre de disposer de lui-même se trouve intégrée aux thèmes de leur univers poétique. Ainsi la figure franciscaine du père Pallais, longue silhouette ascétique pérégrinant par les chemins, sous la poussière ou « nuestra hermana la lluvia », l'eau ruisselante des pluies tropicales, tout en rêvant à sa « Brujas de Flandes », stigmatise les Yankees : « ¿ Los yankees ? Y pintadme las fauces muy abiertas / de un cocodrilo egipcio... » (« Yo ») ; et exalte le héros des humbles :

« Todos pasan, sólo queda
indeclinable Sandino.
Por sus pequeños hermanos
Dios se lo pague. Sandino
protesta con las dos manos alzadas... »
(Caminos, 1931)

8En un seul quatrain épigrammatique, il dénonce le cynisme de l'envahisseur et de son emblème :

« A la bandera americana
Quisieras decirme, bandera estrellada, que flotas hoydîa
manchando los aires tan puros y limpios de la patria mía,
¿por qué en vez de estrellas que gufan los pueblos al sol que redime
no adorna tus franjas de rubios colores, cadena que oprime ? »

9Alfonso Cortés, lui aussi, alors même qu'il s'évade d'un monde halluciné où le temps et l'espace vibrent dans un éther strident, pour se réfugier dans une folie schizophrène, dit sa répulsion : « ...viendo a los rubios bárbaros lleno de odio y de miedo... ». Salomon de la Selva, enfin, « el inmenso solitario », bien qu'il se soit formé aux États-Unis et qu'il ait publié son premier recueil de poèmes en anglais (Tropical town and other poems, 1918) en suivant le mouvement rénovateur de la « New American Poetry », y manifeste, de fait, son attachement à sa terre natale ; il l'évoque là avec nostalgie, et affirme déjà un anti-impérialisme qui s'exprime fortement quelques années plus tard, par exemple dans son « Canto a Costa Rica », où sont magnifiés non seulement la figure épique de Sandino, mais le peuple nicaraguayen tout entier :

« Hombre sencillo que brotó del campo
como la caña que nos da la espiga [...]
Y ante el peligro que a la raza arrolla,
y ante el dolor que al continente hostiga,
cada hoja de su tallo se hizo espada
ante la iniquidad de la conquista...

*

Así surgió Sandino [...] »

10Le poète désormais se présente comme le héraut - le porte-parole -de son peuple accablé ; ainsi dans le texte « Nicaragua », daté expressément de 1926, date du début de la guérilla de Sandino :

« ...y el hambre, como Circe, señora soberana
ultraja en nuestra gente la dignidad humana.
Y la tristeza impera : de tristeza se viste
cuanto hay en Nicaragua : yo mismo, j yo soy triste ! »

11Il appartenait au Movimiento de Vanguardia de donner une forme à ce qui était réaction immédiate, de se poser, et pas seulement de s'opposer, par la recherche et l'approfondissement de l'identité nicaraguayenne et de son sens. Le Movimiento naît de la rencontre de deux jeunes poètes, de retour de l'étranger où ils sont entrés en contact avec les bouleversements artistiques de l'après-guerre mondiale : José Coronel Urtecho (1906-1994), aux États-Unis, Luis Alberto Cabrales (1901-1974) en France - et l'on sait l'effervescence et la richesse du Paris des « années folles ». Ils trouvent au Nicaragua toute une jeune génération de poètes, cette fois originaires de Granada, dont l'œuvre et l'influence vont marquer la littérature nicaraguayenne ; entre autres : Octavio Rocha (1910), José Roman (1906-1983), Manolo Cuadra (1907-1957), Alberto Ordóhez Argüello (1914-1991) et les deux benjamins et les plus doués : Joaquín Pasos (1914-1947) et Pablo Antonio Cuadra (1912). Cette conjonction de talents coïncide avec un moment de l'histoire du pays porteur d'interrogations et d'angoisses :

  • 2 CUADRA P. A., Torres de Dios, « Los poetas en la torre » (Memorias del Movimiento de « Vanguardia  (...)

12« Sentíamos un cambio universal que nos obligaba a verter nuestro canto [...] en forma nueva. [...] Por otra parte, y agravando esta necesidad inefable de creación, sentíamos el enorme vacío de una Nicaragua inexpresada, en los mismos momentos en que el sacudimiento nacionalista de Sandino conmovía nuestros iniciales, puros y ardientes amores patrios2 ».

13Au-delà de manifestations destinées à « épater le bourgeois » et à publier leur anti-conformisme, le dessein de ces jeunes poètes apparaît dans le texte fondateur Ligera Exposición y Proclama de la Anti-Academia Nicaragüense, en 1930 :

14« 1- Formar un núcleo de vanguardia que trabaje por abrir la perspectiva de una literatura nacional [...].

153- El trabajo de la Anti-Academia [...] comprenderà dos movimientos : el de investigación y el de creación. El movimiento de investigación tiende a descubrir y a sacar a luz a toda manifestación artîstica nicaragüense del pasado [...]. El movimiento de creación se refiere a nuestras propias obras...»

  • 3 Op. cit., pp. 1 75-182.
  • 4 Pour cette longue tradition épigrammatique en Amérique centrale, mais surtout au Nicaragua, nous r (...)

16Il s'agissait, précise encore le texte, de permettre « a los jóvenes expresar sus emociones personales y su sentimiento nacional3 ». Leurs prises de position et leurs œuvres ont orienté durablement la création poétique au Nicaragua : qu'elle soit affirmation d'une identité nationale dans le chant de la terre, découverte et re-créée par le verbe dans sa flore, sa faune, ses paysages, mais aussi dans les hommes et les femmes du peuple indien et métis privé de voix et opprimé depuis des siècles, ou qu'elle soit lutte contre l'envahisseur ou l'oppresseur, dans l'épopée guerrière ou dans la forme lapidaire, allusive, entourée de silence4.

17C'est ainsi qu'apparaissent, de Joaquín Pasos, l'ensemble de Misterio indio, et le poème « Desocupación pronta, y si es necesario violenta », avec sa conjuration obsédante :

« Yankees, váyanse
váyanse, váyanse, yankees.
Váyanse, váyanse, váyanse,
váyanse, váyanse, yankees.
Esta es tierra con perfume sólo para nosotros ».

18Ce sont la « Oda al Mombacho » et la « Pequeña Oda a tío Coyote » (1931) de Coronel Urtecho et, plus encore, le recueil Poemas nicaragüenses (1930-1933) de Pablo Antonio Cuadra, avec le « Poema del momento extranjero en la selva » et « Introducción a la tierra prometida », qui se prolonge, quelques années plus tard (1946), avec l'« Himno Nacional - en vísperas de la luz ». Bien qu'il se tienne apparemment dans les limites des arts, on remarque que le Movimiento de Vanguardia est, de fait, fondé, et en prise, sur les réalités nationales. Sa volonté délibérée de nationalisme, son désir de nouveauté, naissent d'une réaction contre l'esprit provincial et conformiste qui prédominait dans les cercles intellectuels. Disons toutefois pour terminer que si, dans le domaine littéraire, il apparaît comme novateur, tourné vers l'expérimentation des techniques et du langage de l'avant-garde, sur le plan politique, en revanche, le nationalisme (légitime et justifié, sans doute) greffé sur la lecture de Maurras, l'a dans un premier temps conduit à des conclusions moins heureuses : justifier la conduite du pays par un homme fort, en l'occurrence Anastasio Somoza García - position que le mentor Coronel Urtecho conservait encore au début des années 1970.

19La dictature de plus en plus pesante instaurée par Somoza ne fait que fortifier les orientations déjà marquées par le Movimiento de Vanguardia. Au groupe toujours actif et productif se joignent bientôt ceux que l'on a appelés « La Generaciôn del 40 » : Ernesto Mejía Sánchez (1923-1985), Carlos Martínez Rivas (1924-1998), Ernesto Cardenal (1925). La glorification des héros fondateurs et l'allusion explicite au chef guérillero assassiné sont certes devenues difficiles, mais l'approfondissement de l'identité s'opère par un retour aux racines indiennes et au passé colonial, et par une expression plus offensive du refus de la tyrannie, avec un recours généralisé à la satire, au libelle et, plus précisément, à l'épigramme « militante » et meurtrière :

  • 5 CARDENAL E., Poesía nueva de Nicaragua, Buenos Aires, ed. Carlos Lohlé, 1974, p. 282.

« Una cosa me ha intrigado siempre.
Cuando sus hijos le pregunten :
¿ Papá, quién mató a Sandino ?
¿ Qué les dirá ? » (Fernando Gordillo, 1940-1967)5

20ou : « A los poetas en exilio » :

« No envidiamos vuestra comodidad
ni vuestros insultos al dictador
ni vuestras epopeyas a Sandino ;
eso bien puede hacerse fuera de las fronteras.

  • 6 MEJIA SANCHEZ E., Recolección a mediodía, México, Joaquí Mortiz, 1980, p. 97.

Preferimos estar aquí, hasta
que el dictador convierta nuestra
cobardía en heroísmo, cada palabra
que no hemos dicho, en certero proyectil :
queremos que Sandino renazca entre nosotros6 ».

  • 7 «»Exteriorismo« es una palabra creada en Nicaragua para designar el tipo de poesía que nosotros pr (...)

21Le Movimiento de Vanguardia n'était pas seulement porteur de préoccupations nouvelles : il avait aussi introduit, dans l'expression même, les innovations des avant-gardes européennes : rupture de rythmes et de versification, jitanjáforas, calligrammes, vers libre, allusions aux réalités « impures » et « anti-poétiques » du monde mécanique et matériel, etc. C'est dans ce contexte que Coronel Urtecho, puis Ernesto Cardenal vont développer la théorie - et la pratique - d'un « genre » (« un tipo de poesía ») qu'ils présentent comme essentiellement nicaraguayen (alors qu'en fait on le retrouve dans toute la poésie hispano-américaine contemporaine) : l’extériorisme7.

  • 8 Cf. notre étude : « Poésie matériale et cri métaphysique : de quelques concepts et de l'émergence (...)

22Mais, même si elle n'est pas spécifiquement nicaraguayenne, cette poésie, chargée de références à l'actualité ou à d'autres textes préexistants, élaborée à partir d'un matériau souvent brut - d'où le nom générique de poésie matériale que nous avons proposé8 -, cette poésie se trouve être la forme utilisée avec prédilection par l'ensemble des poètes du pays et constitue donc, en quelque sorte, un signe d'identité... Ces poètes sont, d'ailleurs, de plus en plus nombreux, et la critique a tenté, en fonction des dates de naissance ou de publication, de distinguer la « Generación de 1950 », la « Promoción entre los 50 y 60 », la « Generación del 60 », « del 70 »... sans compter les différents groupes qui se sont constitués par affinités : « el Frente Ventana », « el Grupo U », « el Grupo de Granada », « la Generación Traicionada », puis les « Bandoleros », « el Grupo M », et « Presencia », et « Gradas »...

23Cette profusion renouvelée de talents, où les voix féminines de Gioconda Belli, Ana llce Gómez, Vidaluz Meneses, Daisy Zamora, Michele Najlis et bien d'autres, se confirment, après les pionnières María Teresa Sánchez (1918-1996) et Mariana Sansón (1918), ce bouillonnement créatif, attestent et illustrent la permanence, auprès des jeunes générations, des orientations de leurs aînés : la poésie nicaraguayenne est une poésie résolument tournée vers les réalités sociales, économiques et politiques de son temps. Ainsi Ernesto Cardenal, après ses Épigrammes (1961), se consacre à des épopées : El estrecho dudoso (1966), Homenaje a los indios americanos (1969), Canto nacional (1972), Oráculo sobre Managua (1973), et Pablo Antonio Cuadra magnifie le petit peuple des anonymes en l'englobant dans les mythes cosmiques du monde indien : El jaguar y la luna (1959), Cantos de Cifar y del Mar Dulce (1971), Esos rostros que asoman en la multitud (1976), Siete árboles contra el atardecer (1980)... De même Fernando Silva célèbre l'homme de la terre (Barro en la sangre, 1952) et l'homme de l'eau (Agua arriba, 1968), tout comme Guillermo Rothschuh Tablada dans ses Poemas chontaleños (1960) ; Ernesto Gutiérrez passe de Poemas políticos (1970) a Motivos mayas 1980)..., etc.

24Parmi les composantes d'une identité nicaraguayenne il faut également signaler l'apparition d'un élément singulier, revendiqué dans sa particularité même comme facteur d'ouverture et d'enrichissement, qui est la présence de la côte Atlantique, longtemps marginalisée et ignorée, mais porteuse de l'éblouissement et de la magie du tropique : le Palo de Mayo, les rites « sukias », les souvenirs de la flibuste, les temples moraves..., chez Santos Cermeño (1903-1984), David Mcfield (1936), Carlos Rigby (1945) et Alí Alah/Santiago Navas (1955-1978).

***

25Dans le corpus que nous avons évoqué, une poésie en vers libre, sans rimes, au rythme irrégulier, domine. Poésie libre, mais où l'essentiel, fondamental pour la structure poétique, qu'est l'élément réitératif - c'est-à-dire l'accumulation ou l'opposition - reste présent, d'autant plus visible qu'il ne répond pas seulement à une obligation formelle, mais à une situation historique et personnelle. Le poète nicaraguayen « invente » la réalité de son pays, dans la mesure où l' « invention » reprend le sens de invenio, qui est : « trouver-imaginer » mais aussi « trouver-rencontrer » : la réalité nicaraguayenne existe, mais confusément, et le poète, maître des mots, du Verbe, mais aussi « voyant », lui permet d'accéder à l'être. Cette conception du poète comme le vates, prophète et voyant, n'est pas nouvelle. Elle prend cependant une nuance nouvelle au Nicaragua, lorsqu'il s'agit, non pas seulement de proclamer la vérité, mais de préserver la vérité même de la langue, adultérée par les agressions.

  • 9 Loc. cit., p. 11.
  • 10 Cf. par exemple Siete poetas jóvenes de Nicaragua, Managua, Instituto Nicaragüense de Cultura, 199 (...)

26Nous avons évoqué les deux tendances, complémentaires plus qu'antagoniques, qui durant un siècle prédominent dans la poésie nicaraguayenne : le souffle poétique de l'épopée et la tension de l'épigramme vers le silence. Le triomphe du sandinisme introduit à coup sûr une rupture dans la vie littéraire et la production poétique. La fondation des Ateliers populaires de poésie et l'institutionnalisation de l’extériorisme par le ministre de la Culture ont malheureusement sclérosé une bonne part de la création poétique, et l'affirmation utopique d'Ernesto Cardenal : « La poesía puede servir [...] para construir un país, y crear un hombre nuevo, cambiar la sociedad, hacer la futura Nicaragua9 », n'a guère tenu à l'épreuve des faits. Et, de fait, actuellement, les plus jeunes poètes de ce que la critique appelle déjà « el perfodo post-utópico » se tournent plutôt vers une poésie plus intimiste, plus lyrique10.

Fotografia n° 20 - granada y el volcan mombacho (cliché alain musset).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARELLANO J.E., 1982, Panorama de la literatura nicaragüense. Managua, Nueva Nicaragua.

CARDENAL E., 1966, El estrecho dudoso. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CARDENAL E., 1969, Homenaje a los indios americanos. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CARDENAL E., 1972, Epigramas. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CARDENAL E., 1973, Canto Nacional. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CARDENAL E., 1973, Oráculo sobre Managua. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CARDENAL E., 1974, Poesía nueva de Nicaragua. Buenos Aires, Carlos Lohlé.

CUADRA P.A., 1934, Poemas nicaragüenses (1930-1933). Santiago de Chile, Editorial Nascimento.

CUADRA P.A., 1958, Tones de Dios. Managua, Ediciones Lengua. CUADRA P.A., 1959, El jaguar y la luna. Managua, Artes gráficas.

CUADRA P.A., 1971, Cantos de Cifar y del Mar Duke. Managua, Ediciones de la Academia Nicaragüense de la Lengua.

CUADRA P.A., 1976, Esos rostros que asoman en la multitud. Managua, Ediciones del Pez y la Serpiente.

CUADRA P.A., 1980, Siete árboles contra el atardecer. Caracas, Ediciones de la Presidencia de la República.

CUADRA, P.A., 1999, Poèmes (édition bilingue français-espagnol). Choix des poèmes, introduction et traduction de Claire Pailler. Paris, L'Harmattan.

DARIO R., 1905, Cantos de vida y esperanza.

de la SELVA S., 1918, Tropical town and other poems.

de la SELVA S., s.d., « Canto a Costa Rica ».

MEDINA F., 1878, Lira nicaragüense. Managua.

MEJIA SANCHEZ E., 1980, Recolección a mediodía. México, Joaqum Mortiz.

PAILLER C, 1988, La poésie au-dessous des volcans. Toulouse, PUM.

PALLAIS A., 1931, Caminos. Managua.

RAMIREZ S., 1983, El alba de oro. Mexico, Siglo xx.

SOLIS P.X. (éd.), 1994, Siete poetas jóvenes de Nicaragua. Managua, Instituto Nicaragüense de Cultura.

Notes

1 On connaît les expressions proverbiales du type : « En Nicaragua de cada diez habitantes, cinco escriben versos », que José Coronel Urtecho a transposées en les revalorisant : « La poesfa es hasta ahora el ûnico producto nicaragüense de valor universal » (« Introduccion al tema de la universalidad nicaragüense », ap. ARELLANO J. E., Panorama de la literatura nicaragüense, Managua, 1982, p.190, n°1).

2 CUADRA P. A., Torres de Dios, « Los poetas en la torre » (Memorias del Movimiento de « Vanguardia »), Managua, Ediciones Lengua, 1958, p. 153.

3 Op. cit., pp. 1 75-182.

4 Pour cette longue tradition épigrammatique en Amérique centrale, mais surtout au Nicaragua, nous renvoyons à notre ouvrage La poésie au-dessous des volcans, Toulouse, PUM, 1988, pp.139-249.

5 CARDENAL E., Poesía nueva de Nicaragua, Buenos Aires, ed. Carlos Lohlé, 1974, p. 282.

6 MEJIA SANCHEZ E., Recolección a mediodía, México, Joaquí Mortiz, 1980, p. 97.

7 «»Exteriorismo« es una palabra creada en Nicaragua para designar el tipo de poesía que nosotros preferimos [...]. El exteriorismo es la poesía creada con las imágenes del mundo exterior [...] con cosas concretas, con nombres propios y detalles precisos y datos exactos y cifras y hechos y dichos », CARDENAL E., op. cit., « Presentación », p. 9).

8 Cf. notre étude : « Poésie matériale et cri métaphysique : de quelques concepts et de l'émergence d'un nouveau langage poétique », dans La poésie au-dessous des volcans, Toulouse, PUM, 1988, pp. 43-60.

9 Loc. cit., p. 11.

10 Cf. par exemple Siete poetas jóvenes de Nicaragua, Managua, Instituto Nicaragüense de Cultura, 1994. Les poètes présentés sont, dans l'ordre : Juan Carlos Vílchez, Ninfa Farrach, Blanca Castellón, Ariel Montoya, Silvio Páez, Marvin Chamorro et Pedro Xavier Solís.

Notes de fin

* IPEALT-Toulouse.

Table des illustrations

Légende Photographie n°1 9 - monument dédié à rubén dario, à managua (cliché : alain musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1979/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Fotografia n° 20 - granada y el volcan mombacho (cliché alain musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1979/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 954k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540