Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Troisième partie. L'État contre la société ?

Une exception en Amérique latine : Nicaragua, un gouvernement de droite et une armée de gauche

Enrique Fernandez Domingo

Résumé

RÉSUMÉ
Après de longues années de guerre civile, le Nicaragua a choisi la voie démocratique et libérale. Un des problèmes rencontrés par le nouveau régime est la continuité des structures institutionnelles sandinistes. Une fois les accords de paix signés, une nouvelle armée a été créée. Cette armée a hérité de l'Armée populaire sandiniste. Ses principaux cadres sont toujours d'origine sandiniste. Le gouvernement actuel soupçonne l'armée et essaie de la contrôler en exerçant le pouvoir civil : contrôle du budget de l'armée, licenciement de cadres militaires, etc., ce qui provoque la confrontation entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire, soulignant ainsi la fracture entre les sandinistes et le gouvernement conservateur.

RESUMEN
Después de largos años de guerra civil Nicaragua se ha convertido en una democracia liberal. Uno de los problemas a los cuales se enfrenta el nuevo régimen es la herencia de las instituciones sandinistas. Durante el proceso de paz se acordô la créación de un nuevo ejército national. Este ejército es heredero del antiguo Ejército Popular Sandinista. Los principales mandos provienen del sandinismo. El actual gobierno desconfia del ejército e intenta mantenerlo controlado por el poder civil: control del presupuesto del ejército, retiro obligado de los mandos sandinistas, etc., lo que provoca un enfrentamiento entre el poder civil y el poder militar, remarcando la división existente entre los sandinistas y el gobierno conservador.

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Photographie n° 15 - sandino et fonseca, ou les deux drapeaux du nicaragua révolutionnaire (fresque de l'église de santa maria de los angeles, barrio riguero, managua, cliché : alain musset).

« Y al grito de Patria libre o Morir, marcharemos al triunfo de la Revolución... » (Hymne officiel de l'armée nicaraguayenne).

1L'Armée nationale du Nicaragua a hérité de l'Armée populaire sandiniste fondée pendant la période sandiniste. Après de longues années de guerre civile, le Nicaragua a choisi la voie démocratique et libérale. Un des problèmes rencontrés par le nouveau régime est l'héritage des structures institutionnelles sandinistes. D'après les accords de paix signés au Nicaragua, au début des années 1990, une nouvelle armée a été créée. Ses effectifs ont alors subi une très importante chute. Cependant, les principaux cadres, ainsi que les officiers les moins gradés, sont toujours d'origine sandiniste. Au fil des ans, l'institution militaire a été considérablement réduite, sur le plan quantitatif, mais elle a conservé une grande influence, aussi bien dans les affaires politiques que dans les milieux économiques. L'exemple le plus clair est le chef de l'Armée nationale, Joaquín Cuadra, très populaire, qui dispose d'un pouvoir économique considérable, tout comme le chef de l'état-major Javier Carrión. Le gouvernement actuel soupçonne l'armée de menées subversives et essaie de la contrôler depuis le pouvoir civil : contrôle du budget de l'armée, contrôle des cadres militaires, etc., ce qui provoque une confrontation permanente entre le pouvoir civil et le pouvoir militaire, soulignant ainsi la fracture entre les sandinistes et le gouvernement conservateur. Dans ce contexte, la question est de savoir comment, malgré la défaite électorale des ex-guérilleros en 1990, l'armée a réussi à maintenir dans ses rangs l'influence d'une doctrine sandiniste qui semblait passée de mode.

DE LA GARDE PRÉTORIENNE À L'ARMÉE POPULAIRE

2Le 17 juillet 1979, Anastasio Somoza quitte le pays. La « garde prétorienne » de la dictature sait que le soutien américain n'existe plus et que son chef s'est enfui du pays. À ce moment, il se produit un vide de pouvoir. Celui-ci va être occupé par la coalition révolutionnaire formée par le FSLN, l'Église et la bourgeoisie nicaraguayenne. Pourtant, dès que le mouvement révolutionnaire prend le pouvoir, des divergences entre les divers membres de la coalition apparaissent. Dans la JGRN, en 1980, il y a une opposition extrême entre le FSLN et le reste de la coalition. La JGRN annonce les différents points de changement qui vont affecter la structure politique et institutionnelle du pays. Parmi ces points, s'impose la création d'une nouvelle armée nationale, ainsi qu'une nouvelle police. La JGRN reçoit toute sa légitimité de la réussite révolutionnaire. À présent, il faut construire la légalité du nouveau régime.

  • 1 À propos de ce processus révolutionnaire voir MARTI I PUIG S., 1997, La revolución enredada : Nicar (...)

3Pendant ce processus, les cadres sandinistes occupent les postes à haute responsabilité, non seulement dans l'appareil de l'État, mais aussi dans les espaces où la vie quotidienne se réorganise : les organisations de masses1. En même temps, le FSLN accapare toute la légitimité née de la révolution. L'exemple le plus représentatif de cette évolution est la formation de la nouvelle armée révolutionnaire, l'EPS (Ejercito Popular Sandinista), qui va adopter les symboles sandinistes : drapeau rouge et noir et appel à la personnalité de Sandino (photographie n° 15).

4La plupart des cadres de la nouvelle armée sortent des guérillas créées au cours les années soixante. A partir de 1975, les mouvements de guérilla finissent par avoir une réelle importance, et la majorité de leurs cadres est d'origine urbaine et universitaire. Cette armée a le soutien idéologique et politique de Cuba. Dans le même temps, les pays de l'ancien bloc soviétique fournissent un soutien logistique à la nouvelle armée populaire. Le nouveau gouvernement prend alors une mesure fondamentale, qui concerne toute la société nicaraguayenne : le service militaire devient obligatoire à partir de l'âge de 16 ans. L'armée se transforme de fait en gérant du pouvoir révolutionnaire. Elle doit défendre le nouveau régime issu de la révolution et aider à le développer. Ainsi, la troupe doit soutenir la campagne d'alphabétisation lancée en 1980, mais aussi aider aux travaux agricoles, comme pour la récolte du coton ou du café.

5En 1980, Ronald Reagan accède à la présidence des États-Unis. Une nouvelle politique envers le Nicaragua s'impose dans l'administration américaine. Cette nouvelle doctrine considère le régime sandiniste comme une menace communiste qui peut déstabiliser l'équilibre de forces sur l'ensemble du continent américain. L'administration Reagan ne veut pas s'engager directement dans le conflit, mais elle va soutenir une guerre larvée. Les clés de cette stratégie sont des opérations paramilitaires ; le soutien à la guérilla contre-révolutionnaire ; la déstabilisation économique du pays ; une propagande politique agressive ; une aide technique aux cadres de l'opposition nicaraguayenne.

6À partir de 1982, le conflit commence à affecter toutes les structures de l'État révolutionnaire. Cette confrontation est une vraie guerre civile dans le Nord et dans le Centre du pays. Les conséquences sur la société nicaraguayenne sont très importantes. Au cours de ces années noires, la défense est la priorité fondamentale du gouvernement. L'organisation de l'État est modelée par le conflit armé et les intérêts des cadres du FSLN. Dans les années 1980, on assiste à une vaste militarisation de la totalité de la société civile du Nicaragua, avec un accroissement de l'autoritarisme dans la police et dans l'armée. En 1985, le gouvernement sandiniste décrète l'état d'urgence. L'économie du Nicaragua se transforme en économie de guerre. La plus grande partie du budget de l'État est consacrée à l'effort militaire. En même temps, on assiste à une subordination de l'armée aux intérêts du FSLN. L'institution militaire est totalement contrôlée par le parti au pouvoir.

7Ce contrôle de l'armée fait partie d'une évolution qui englobe la subordination des organisations de masse aux intérêts du gouvernement sandiniste. Le résultat est la disparition de la participation populaire dans le processus d'institutionnalisation de la révolution. Parallèlement, la légitimité acquise après la réussite de l'insurrection armée contre le régime de Somoza est en train de disparaître. Cette institutionnalisation de la révolution a eu comme résultat la proclamation d'une nouvelle Constitution, en 1987. Pendant les années 1980, l'armée est devenue un noyau différent des autres institutions de l'État sandiniste. On constate au même moment une augmentation significative des effectifs militaires, qui finissent par rassembler 96 000 soldats sous le drapeau rouge et noir.

8À la fin des années 1980, on assiste à de grands changements sur la scène internationale, régionale et nationale. En 1988, le sommet de Reykjavik entre le président des États-Unis de l'époque, Ronald Reagan, et le premier mandataire soviétique, Mijail Gorbatchev, met fin aux conflits régionaux entretenus par les deux superpuissances. En Amérique centrale, on entame un processus de négociation dans lequel les armées doivent entamer une reconversion. Les réunions de Contadora et Esquipulas marquent le début d'une nouvelle étape qui doit mener la région à la démocratie. Au Nicaragua, les sandinistes dirigent un gouvernement épuisé. La guerre et la politique économique menées par le gouvernement ont fait plonger le pays dans une crise économique et sociale terrible. Or, à ce même moment, le soutien des pays de l'ancien bloc soviétique disparaît avec l'effondrement des sociétés communistes en Europe de l'Est : la légitimité révolutionnaire des sandinistes se volatilise.

DE L'ARMÉE POPULAIRE À L'ARMÉE NATIONALE

  • 2 Sur la transition nicaraguayenne voir CANADA E., 1996, « Nicaragua : le monde a changé, les sandini (...)

9Ce processus interne oblige les sandinistes à chercher une nouvelle légitimité fondée sur des élections libres, démocratiques et honnêtes. Les élections du 25 février 1990 consacrent la victoire du candidat de la coalition de l'opposition, Violeta Chamorro, tête de liste de l'UNO2. Les sandinistes étaient pourtant sûrs de gagner ces élections : ce n'était pas en vain qu'ils contrôlaient toutes les institutions de l'État, et notamment une armée très politisée à cette époque. En fait, la nouvelle équipe arrive au gouvernement dans une situation d'extrême faiblesse et dans un pays dont la tradition politique reste marquée par le fait que la confrontation armée est toujours un mécanisme accepté par tous pour conquérir le pouvoir. Violeta Chamorro, le nouveau président de la République, fait face à cette situation en optant pour la négociation avec le FSLN, au lieu de chercher une confrontation dont le gouvernement de l'UNO eût été l'inévitable perdant. C'est un gouvernement sur la défensive. Les conversations se développent dans le cadre du PTPE (Protócolo de Transición del Poder Ejecutivo, Protocole de transition du pouvoir exécutif)

  • 3 De 96 000 hommes à 14 000 entre 1990 et 1998. Données extraites de l'article du 11/09/1998 « Se con (...)

10Quant à l'armée, elle accepte le résultat des élections. Sa « subordination » au président de la République est assurée par la Constitution. Mais la question de la réforme militaire a un prix. Elle s'appuie d'abord sur la fin de la guerre civile, autrement dit, sur la paix. Ensuite, l'armée doit commencer un processus de professionnalisation qui implique la réduction de ses effectifs ainsi que la modification de ses structures. Mais le gouvernement a, dans cette perspective, un concurrent difficile à maîtriser. En échange de la réforme de l'armée, il doit respecter l'ordre juridique de l'Armée populaire sandiniste et de la police sandiniste. Il doit aussi ratifier les attributions de propriétés privées à la nomenklatura sandiniste. Les résultats de ces transactions sont ambigus : diminution significative des forces armées3 ; transformation de l'Armée populaire sandiniste en Armée nationale ; retraite du général Humberto Ortega (frère de l'ex-président Daniel Ortega) après 12 ans à la tête de l'armée ; nouvelle loi de l'armée dans laquelle les cadres supérieurs (sandinistes) restent en place ; élection du chef de l'Armée parmi trois candidats présentés au président de la République par l'état-major.

  • 4 chiffres cités dans le journal espagnol El País 8/12/1997.

11Dans le même temps, on approuve le statut social militaire dans lequel le gouvernement garantit les ressources financières des officiers. Le patrimoine que les cadres supérieurs (et l'armée en tant qu'institution) ont récolté pendant la décennie sandiniste reste intouchable. Parallèlement, l'IPSM (Instituto de Previsión Militar) est mis en place, avec un budget de 15 millions de dollars dont 3 millions ont été investis dans le système financier qui s'occupe de la surveillance des fonds destinés aux pensions des militaires à la retraite4.

  • 5 arreglismo : comportement culturel dont n'importe quelle issue est acceptée, qu'elle soit ou non lé (...)

12À la fin du processus de réforme, l'armée a un pouvoir réel aussi bien dans le domaine politique qu'économique. On voit apparaître un nouveau groupe de pression formé par les cadres de l'institution militaire. Mais, à vrai dire, pendant les années du gouvernement libéral de Violeta Chamorro, cette armée, en tant qu'institution, ne peut pas jouer un rôle politique indépendant. La réduction des effectifs (14 500 soldats ne peuvent pas diriger une nation d'environ quatre millions d'habitants), la semi-professionnalisation de la troupe et la soumission des autorités militaires au nouveau gouvernement réduisent sa marge d'action. Pourtant, de manière paradoxale, à l'ombre des concessions accordées par ce qu'on appelle un résultat pactado o arreglismo (un « arrangement »), les officiers se mêlent, de plus en plus, à la politique quotidienne5.

13La faiblesse du gouvernement civil, confronté à une crise institutionnelle permanente, une administration qui ne joue pas son rôle, un cadre politique instable, l'appauvrissement rapide des couches populaires, tous ces facteurs favorisent l'armée en tant que force de l'ordre et comme point d'appui du gouvernement de Violeta Chamorro. L'armée apparaît comme l'une des rares institutions, avec l'Église, qui ne traverse pas une grave crise interne. Elle devient en conséquence le garant d'un accord de gouvernement. Après la phase de transition, l'armée a donc émergé comme un facteur de stabilité. C'est une des rares institutions qui a su s'adapter aux nouveaux temps, réduire ses effectifs et accepter une baisse de son budget. Elle a admis l'autorité du pouvoir civil, limitée par les élections. Elle a modernisé sa base juridique et reformulé sa doctrine. Elle s'est en partie dépolitisée et a même échappé à la tentation d'être un acteur politique primordial.

14En 1996, Arnoldo Alemán, tête de liste de l'Alianza Liberal, gagne les élections. L'objectif du nouveau président du pays est alors le contrôle et la subordination totale de l'armée au pouvoir civil. Les secteurs les plus conservateurs du gouvernement accusent l'armée d'insubordination et parlent d'une possible rébellion. Mais la réalité est tout à fait différente. Pendant les années postrévolutionnaires, et parallèlement à la réduction et à la professionnalisation des forces armées, l'idéologie sandiniste s'est progressivement estompée. Pour les sandinistes orthodoxes, une alliance avec Alemán efface la confrontation armée et favorise la consolidation économique du nouveau groupe de pouvoir. Leur but n'est plus que de préserver leurs acquis de manière cohérente. On voit aussi dans cette évolution l'amorce d'efforts notables pour rapprocher le pouvoir militaire et le pouvoir civil.

  • 6 Dans le journal espagnol El Pais 8/12/1997.

15Le président Alemán déclarait alors que « la consolidation de la subordination des militaires au pouvoir civil est assez avancée »6. Il est certain que, au cours de ces dernières années, la cohabitation a été maintenue. Il est néanmoins important de dire que l'armée, compte tenu de la méfiance du gouvernement, a toujours du prouver son respect envers le régime politique issu des élections. Des exemples, comme son action pendant la grève nationale lancée par le FSLN en avril 1997 ou au cours des émeutes d'étudiants en mars de la même année, sont la preuve de son respect envers le pouvoir légal. Cela n'empêche pas les cadres militaires de se mobiliser quand le pouvoir civil tente de surveiller leurs finances : ce fut le cas lorsqu'un projet de loi a été présenté afin de contrôler le budget de l'armée et de partager le contrôle de l'institution entre le ministère de la Défense et le Haut Commandement. Dans le domaine politique, les cadres du FSLN critiquent eux aussi les licenciements d'officiers sandinistes. De nouvelles confrontations ont eu lieu en raison du licenciement, en avril dernier 1999, de Lenin Cerna et de quatre cadres de la Dirección de Information para la Defensa - ces limogeages ayant été perçus par les ex-révolutionnaires comme une revanche politique et comme une préparation de la mise à l'écart du chef de l'Armée nationale, le sandiniste Joaquín Cuadra.

  • 7 Pour élargir le débat sur la situation des armées en Amérique centrale, voir CAJINA R.J., novembre (...)

16Aujourd'hui, l'armée au Nicaragua est un géant économique avec un statut privilégié. Elle possède des participations financières dans tous les domaines : banques, hypermarchés, hôpitaux... Elle gère même un fonds de pensions de 15 millions de dollars. La compagnie Russell conseille l'armée. Les cadres militaires sont toujours méfiants vis-à-vis de n'importe quel contrôle venu du pouvoir civil, mais l'armée, en tant qu'institution, continue à être un enjeu important dans la stabilité politique du pays. En résumé, il ne faut pas oublier le rôle-clé des militaires dans la transition nicaraguayenne, mais l'opposition systématique entre pouvoir civil et pouvoir militaire reste très dangereuse, puisqu'elle remet en cause un des principes fondamentaux de l'institution démocratique : la subordination des militaires à l'autorité d'un pouvoir civil légitimé par des élections démocratiques7. Pourtant, fin 1999-début 2000, le regain des tensions frontalières entre le Honduras et le Nicaragua a redoré le blason de l'armée nicaraguayenne, présentée par le pouvoir comme l'ultime rempart de la Nation face aux appétits de ses voisins. Comme l'a déclaré le général Cuadra à cette occasion, les frontières du Nicaragua sont encore en litige « ce qui rend nécessaire la présence d'une institution, l'armée nicaraguayenne, très bien organisée, très prestigieuse, tant aimée et admirée pour son professionnalisme » (La Prensa, 17 décembre 1999).

Notes

1 À propos de ce processus révolutionnaire voir MARTI I PUIG S., 1997, La revolución enredada : Nicaragua 1977-1996. Barcelona, Los libros de la Catarata ; et VAYSSIERE P., 1988, Les contradictions du sandinisme. Paris, Presses de CNRS. Pour un regard sur la période sandiniste, voir ALVAREZ E., 1996 « La década sandinista », dans Débats, Spécial Nicaragua, pp. 37-40.

2 Sur la transition nicaraguayenne voir CANADA E., 1996, « Nicaragua : le monde a changé, les sandinistes aussi », dans Courrier international, n° 293 ; CŒUR G., 1996, « Nicaragua. La réconciliation à l'épreuve », dans Croissance, n° 397.

3 De 96 000 hommes à 14 000 entre 1990 et 1998. Données extraites de l'article du 11/09/1998 « Se consolida la readecuación castrense », dans Inforpress Centroamericana.

4 chiffres cités dans le journal espagnol El País 8/12/1997.

5 arreglismo : comportement culturel dont n'importe quelle issue est acceptée, qu'elle soit ou non légale, pourvu que cette issue résolve une crise (traduction personnelle). Définition faite par ALVAREZ MONTALBAN E., 1996 « Nicaragua, una transición sui generis », dans Débats, Spécial Nicaragua, pp. 45-48.

6 Dans le journal espagnol El Pais 8/12/1997.

7 Pour élargir le débat sur la situation des armées en Amérique centrale, voir CAJINA R.J., novembre 1 998, « Poder civil y Fuerzas Armadas en Centroamérica : los retos del siglo xxi », dans ! Al dia !, n° 15.

Notes de fin

1 Université de Bretagne-Sud, Solito.

Table des illustrations

Légende Photographie n° 15 - sandino et fonseca, ou les deux drapeaux du nicaragua révolutionnaire (fresque de l'église de santa maria de los angeles, barrio riguero, managua, cliché : alain musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 637k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540