Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Deuxième partie. Un pays, des nations

Du magasin paysan à la coopérative multisecteurs de la vallée d'Achuapa1: évolution et rôle des ONG (1982-1999)

Corinne Espagno

Résumé

RÉSUMÉ
La Coopérative Juan Francisco Paz Silva (Cjfps) située dans la municipalité d'Achuapa, au nord-ouest du Nicaragua (département de León), est une des dernières coopératives toujours en activité au Nicaragua. Mais pour combien de temps encore ? En effet, le contexte économique et politique actuel laisse peu de place à ce genre d'organisations. L'évolution de cette entité, qui est passée de l'état de magasin municipal en 1982 à celui de coopérative multisecteurs en 1994, nous plonge dans la réalité nicaraguayenne, et nous montre le rôle capital de l'organisation populaire et des organisation non gouvernementales locales et étrangères dans la mise en place d'actions destinées à encourager le développement municipal et à fournir un support moral à la population.

RESUMEN
La Cooperativa Juan Francisco Paz Silva (Cjfps) situada en el municipio de Achuapa, en el noroeste de Nicaragua (departamento de León), es una de las últimas cooperativas todavía en actividad en Nicaragua. Pero, ¿para cuanto tiempo mas? En efecto, el contexto económico y político deja poca posibilidad de sobrevivir a este tipo de organizaciones. La evolución de esta entidad que pasó de tienda municipal en 1982 a cooperativa multisectorial en 1994, nos hace penetrar en la realidad nicaragüense, y pone de relieve el papel capital de la organización popular y de las organizaciones no gubernamentales locales y extranjeras, en la implementación de acciones destinadas a fomentar el desarrollo municipal y a dar un apoyo moral a la población.

Texte intégral

  • 1 Département de León, Nicaragua.
  • * Université de Toulouse Le Mirail, Association Achuapa.

1Note portant sur l'auteur*

2Aujourd'hui, le processus de privatisations menace le Nicaragua d'un retour à la situation agraire antérieure à la révolution, et beaucoup de coopératives sont rachetées, notamment par le président de la République en personne. La Coopérative Juan Francisco Paz Silva (Cjfps), objet de notre étude, est quant à elle actuellement intégrée dans un système qui lui a permis de résister jusqu'à ce jour, malgré les événements politiques et notamment les changements d'orientation des différents gouvernements au pouvoir depuis 1990. En effet, elle continue à fonctionner grâce aux relations qu'elle entretient avec plusieurs organisations non gouvernementales et associations étrangères. Celles-ci soutiennent les projets que la coopérative mène dans la quasi totalité des 36 communautés rurales qui composent le municipe d'Achuapa, autant dans le domaine du développement agricole que dans le domaine social, culturel et celui de la santé. En outre, le lien solide qui s'est créé au sein d'Achuapa, entre les différentes organisations locales, et son appartenance à l'union de coopératives départementale, Ucoom (Unión de Cooperativas Multisectoriales), ont permis à la coopérative de se maintenir.

LES ORGANISATIONS DE SOUTIEN

  • 2 Achuapa est une municipalité d'environ 14 000 habitants.

3Il est nécessaire, avant de présenter son évolution dans le contexte politique des deux dernières décennies, de présenter dans un premier temps les différents acteurs qui ont contribué au succès de la Coopérative Juan Francisco Paz Silva, qui est la coopérative multisecteurs de la Vallée d'Achuapa2.

L'Unag

4L'Unag, créée en 1981, était une organisation paysanne soutenue par l'État sandiniste. Elle avait pour objectif de soutenir une large couche d'agriculteurs et d'éleveurs, indépendamment de leur niveau social. Elle était le canal par lequel l'État promouvait le développement des coopératives, prêtait des services d'assistance technique ou de formation, et facilitait l'accès des coopératives aux crédits. Parmi ses actions l'Unag a, entre autres, développé Ecodepa, un réseau de coopératives de consommation : les tiendas campesinas (magasins paysans), dont fera partie la Cjfps. Aujourd'hui l'Unag existe toujours. C'est une organisation représentative des revendications sociales du secteur agricole, mais elle ne promeut plus le développement des coopératives. Elle défend l'ensemble des propriétaires contre les éventuels abus de l'État. À l'heure actuelle la Cjfps n'entretient plus de relations avec l'Unag.

L'Ecodepa

5Ce réseau, dont l'Unag était à l'origine, constituait le principal canal de ravitaillement de la population rurale. Soutenu par une organisation non gouvernementale (IBIS Danemark), Ecodepa permettait aux magasins paysans de fournir des crédits sans intérêts à leurs membres. À partir de 1992 ce réseau a disparu. Il a été remplacé dans ses fonctions, au niveau du département de León, par une union de coopératives multisecteurs dont fait partie la Cjfps : la Ucoom (Unión de Cooperativas Multisectoriales).

L'Ucoom

6Cette organisation regroupe à ce jour dix coopératives. Cependant, les crédits ne sont plus fournis par l'aide étrangère et, par conséquent, l'accès à ceux-ci est devenu plus difficile. En effet, l'Ucoom a actuellement une fonction d'intermédiaire entre les coopératives et les banques et entreprises privées en ce qui concerne l'octroi de crédits. Elle a en outre une fonction éducative auprès des coopératives qui bénéficient d'une assistance technique mise en place par l'Union, mais aussi une fonction commerciale, depuis la naissance de Del Campo, l'entreprise coopérative d'exportation créée en 1997. Cette entreprise a vu le jour au sein de l'Ucoom en association avec la Codepach, qui est son équivalent pour le département voisin de Chinandega, grâce au soutien d'une ONG danoise, IBIS Danemark.

Les associations de solidarité

  • 3 La BMZP porte le nom d'une jeune fille tuée en 1984 par les contre-révolutionnaires lors de l'atta (...)

7Les initiatives locales de la vallée d'Achuapa n'auraient pu être menées à bien sans la participation de diverses ONG. C'est une association anglaise de solidarité créée en 1988, la Brigada María Zunilda Pérez (BMZP)3, qui a permis d'éviter la faillite du magasin (alors une entité municipale), en 1989. Aujourd'hui, cette association a développé ses activités en relation directe avec la Cjfps, grâce à un accord de partenariat. Elle soutient les divers projets de développement agricole et social mis en place par celle-ci, en collaboration avec une autre association, française quant à elle : l'Association Achuapa, créée en 1997 aux environs de Toulouse.

L'Aapic

8L'Aapic (Association achuapéenne pour l'intégration communautaire) comprend les différentes organisations locales d'Achuapa qui ont compris que leur force dépend avant tout de leur propre capacité à s'organiser et à collaborer. Cette association, qui a vu le jour en 1997, est composée de la Cjfps, de la Clinique vétérinaire, de la Casa de la Mujer (maison de la femme) María Zunilda Pérez, et de El Bloque - une autre organisation paysanne. Grâce à ce lien étroit, la Cjfps, tout comme chacune de ces structures, a pris un souffle nouveau, puisque le but de cette union est de mettre en commun les compétences et les expériences de chacun, afin de mieux définir les besoins de l'ensemble de la population, ainsi que les projets de développement qui en découlent. Actuellement, les projets d'Aapic prévus pour une période de cinq ans sont soutenus par IBIS, qui a elle même participé à la mise en place de cette union.

9Tous les organismes de soutien que nous venons de décrire ont eu un rôle prépondérant dans l'évolution de la Cjfps, depuis son état embryonnaire de magasin municipal en 1982, jusqu'à sa transformation - suite à l'expansion de ses services - en coopérative multisecteurs, en 1994.

LES ÉTAPES DE LA CRÉATION DE LA COOPÉRATIVE JUAN FRANCISCO PAZ SILVA

Ie étape : le magasin municipal (1982-1989)

10Dans un premier temps, la mairie sandiniste assura le fonctionnement d'un magasin municipal, qui permettait le ravitaillement du village en cette période de guerre, offrait à la population des produits de base à bas prix, et utilisait en grande partie les facilités offertes par les institutions nationales d'achat et de marché telles que Enabas. Au cours des derniers mois de l'année 1987, le pays était tombé dans une situation de crise économique profonde. L'inflation dépassait les 50 %mensuels. Cela entraîna la mise en place d'une réforme en 1988, et de fréquentes dévaluations finirent par obliger l'État à mettre fin non seulement aux subventions des moyens de production importés - qui acquirent alors leur valeur réelle -, mais aussi aux aides en matière de crédits. Devant cette situation de crise généralisée, la mairie d'Achuapa se trouva dans l'impossibilité de continuer à assurer le fonctionnement du magasin municipal. C'est la raison pour laquelle, en 1989, le maire fit appel à la Brigada Maria Zunilda Pérez (BMZP), afin de soutenir le magasin - ce qui permit de relancer son activite. La BMZP avait déjà une expérience dans la région, puisqu'elle travaillait dans des communautés de la vallée à la construction d'écoles et de maisons.

2e étape : le magasin indépendant (avril 1990)

11Suite à l'arrivée de Violeta Chamorro à la tête du nouveau gouvernement de coalition de l'UNO (Union Nacional de Oposición), après les élections de 1990, de nouvelles orientations politiques furent prises, concernant notamment le problème de la propriété de la terre, ainsi que le soutien à la production collective. Sous couvert d'une politique de pacification qui l'amena à désarmer la Contra et d'un souci apparent de ne pas agir contre les sandinistes, elle procéda à des modifications structurelles qui entraînèrent le retour progressif à une situation agraire similaire à la période pré-révolutionnaire. En effet, une des conséquences de la politique de privatisation mise en place à ce moment fut le retour d'anciens gros propriétaires exilés après la révolution.

12La décision du nouveau maire d'Achuapa, membre du parti au pouvoir, qui manifesta son refus de travailler avec les employés du magasin municipal en raison de leur participation au mouvement sandiniste, entraîna la fermeture de ce dernier en avril 1990. Après de nombreuses négociations avec le représentant de la BMZP, il accepta malgré tout que le magasin reprenne son activité, mais seulement en tant que magasin indépendant de la mairie. Malgré de nombreuses difficultés, le magasin fonctionna ainsi pendant quelques mois, jusqu'à l'arrivée de l'Unag et de son projet de création d'un magasin paysan.

3e étape : de la «La tienda campesina» à la coopérative de crédits et services Carlos Nuñez Tellez (Octobre 1990)

13La révolution avait mené une politique acharnée de développement des coopératives et soutenu la création d'un réseau de tiendas campesinas lancé par l'Unag. Ces magasins paysans étaient des sortes de coopératives de consommation où l'on écoulait produits alimentaires et facteurs de production agricole -outils, fertilisants etc. Ils sont apparus au milieu de la guerre, à un moment où les paysans avaient de sérieuses difficultés pour se ravitailler en biens de consommation et de production. À la différence des autres coopératives, ils sont nés en tant que projet propre de l'Unag pendant la période sandiniste. À cette époque, un accord de coopération entre l'Unag et le Centre coopératif suédois avait permis de disposer d'une aide financière pour l'achat de biens d'utilité paysanne. Ceux-ci étaient canalisés à travers un réseau de distribution dont l'axe principal était les magasins paysans. Comme dans le cas d'Achuapa, les tiendas campesinas pouvaient constituer le centre d'une coopérative agricole, de crédits et services, ou multisecteurs.

14Avec l'arrivée du nouveau gouvernement en 1990, l'accès aux crédits devint plus difficile : en raison de taux d'intérêts élevés, mais aussi d'un niveau de garanties impossibles à fournir par les petits agriculteurs. À ce sujet, il est notamment intéressant de rappeler, par exemple, le problème posé par la non possession de titres de propriété, ceux-ci étant souvent une condition requise au moment de la sollicitation d'un crédit. La révolution n'avait pas distribué de titres de propriété mais seulement des titres de réforme agraire qui ne donnaient accès qu'à l'exploitation de la terre. Le but de l'opération était d'éviter que les parcelles ne soient revendues, car on considérait que «la tierra es para trabajarla». Par la suite, Violeta Chamorro mit en place une distribution, bien que partielle, de titres de propriété, en direction de paysans organisés ou non en coopératives. Cependant, cette distribution ne fut pas suivie de politiques de soutien à la production. En outre, il fallut faire face à des taux d'intérêts trop élevés pour la plupart des producteurs. Par conséquent, beaucoup de paysans sans ressources commencèrent à vendre leurs terres.

15En octobre 1990, des représentants de l'Unag se présentèrent donc à Achuapa afin de proposer la création d'un magasin paysan. C'est ainsi qu'après de nombreuses négociations, il fut décidé de procéder à une fusion du magasin indépendant et de ce projet. Une solution intermédiaire entre un fonctionnement conventionnellement axé sur l'intérêt des membres de la tienda et une entité ouverte aux non-membres fut trouvée, à travers la décision de créer une structure dans laquelle les membres auraient la priorité sur les autres en ce qui concerne la distribution des crédits. En outre, ils seraient exemptés d'intérêts à payer. De par sa condition de magasin-coopérative, la nouvelle entité fut automatiquement affiliée à Ecodepa, comme tous les magasins paysans.

16En 1991, au cours d'une assemblée constitutive, la coopérative Carlos Nunez Tellez fut constituée légalement. En tant que Coopérative de crédits et services (CCS), elle commença alors non seulement à accorder des crédits sans intérêt à la production, par l'intermédiaire d'Ecodepa (soutenu et financé par l'aide extérieure), mais aussi à exercer une activité commerciale, qui fonctionne depuis lors dans un souci de l'éthique au sein de la tienda. En effet, celle-ci offre des crédits à la consommation sans intérêts à l'ensemble de la population pour l'achat de produits de base. De plus, la concurrence avec les autres commerces du village, qui profitaient de la conjoncture pour pratiquer des prix peu équitables, fut stimulée par une pratique de faibles prix. Celle-ci entraîna une régulation des prix au sein de la municipalité, rendit les produits de base accessibles aux plus démunis. À cela s'ajoutait le souci de proposer des prix plus équitables aux petits producteurs membres de la coopérative, au moment de l'achat de leur production.

4e étape : constitution de la Coopérative Juan Francisco Paz Silva (1994)

17Ce n'est qu'en 1994, suite à l'expansion de ses services, que la CCS Carlos Nunez Tellez fut transformée en une coopérative multisecteurs : la Cooperativa Juan Francisco Paz Silva, membre de l'Ucoom, et dont le centre stratégique et géographique reste le magasin paysan. À partir de ce moment, la coopérative diversifia ses activités. Elle devint d'une part prestataire de services, par le biais d'un moulin à maïs qui resta en activité jusqu'en 1993, facilitant la fabrication familiale de la tortilla (galette de maïs), mais aussi grâce à la location d'une voiture tous terrains et, depuis 1999, d'un tracteur acquis postérieurement aux dégâts provoqués par l'ouragan Mitch.

18D'autre part, la Cjfps développa ses activités dans le domaine de la petite industrie, au moment où la chute dramatique des prix du sésame laissait de nombreux paysans dans l'impossibilité d'écouler leur production. Ainsi, la production de plusieurs tonnes d'huile de sésame exportées depuis 1992 en Grande Bretagne à travers un des marchés du commerce équitable, constitue aujourd'hui la seule et unique source de revenus extérieurs. Elle représente non seulement un débouché pour le sésame, mais elle permet aussi de retenir des emplois salariés au niveau local, puisqu'elle est effectuée dans les locaux de la tienda campesina.

19En outre, à travers ses relations avec les deux associations décrites précédemment (la BMZP et l'Association Achuapa), la coopérative met en place des projets dans le domaine du développement agricole et social. En effet, en soutenant les initiatives des communautés, elle encourage leur organisation sociale, permet la construction d'écoles, l'installation de points d'eau courante, etc. De même, elle promeut les activités des groupes culturels, en particulier les troupes de théâtre dont le travail a généralement un but d'information et d'éducation. Tous ces projets sont destinés aussi bien aux membres de la coopérative qu'à ceux qui n'en font pas partie. Ils couvrent l'ensemble des communautés en fonction des demandes formulées par ces dernières. C'est ainsi que la coopérative a étendu ses services au domaine de la santé, avec l'ouverture d'une clinique d'acupuncture qui permet aux plus pauvres d'avoir accès à des soins médicaux.

20Il convient de signaler le souci fondamental de cette coopérative, dont le but est d'encourager l'initiative et de mettre en place une organisation participative au sein de laquelle chacun des membres a un rôle à jouer, indépendamment de ses prises de position politique. Ainsi, par exemple, après le passage du cyclone Mitch (fin 1998), un comité d'urgence composé de tous les organismes non gouvernementaux d'Achuapa composant l'Aapic, des deux institutions religieuses présentes sur le village (Églises catholique et évangélique) et de la mairie, mit en place un programme selon lequel chacune des organisations reçut une fonction précise. En ce qui concerne la Cjfps, la responsabilité de la réactivation de la production agricole et de l'élevage lui fut attribuée. C'est donc grâce au Presidente Mitch, comme le surnomment ironiquement les Achuapéens, que la solidarité s'est manifestée une fois de plus comme étant la seule réponse aux difficultés du pays.

21De fait, les effets du cyclone furent dramatiques. Celui-ci s'abattit sur Achuapa, détruisant 120 maisons, la majorité des puits et des latrines, ainsi qu'une grande partie des cultures (50 %de la production de maïs et 80 %de celle du sésame), transformant de nombreuses parcelles de terre en étendues de sable, stériles et incultivables. Devant une aide gouvernementale sélective, devant un État absent ou dont les politiques économiques et sociales dépendent des intérêts du FMI et des capitaux étrangers, et face à une corruption tenace, les ONG restent la seule bouffée d'oxygène pour les populations les plus pauvres du Nicaragua. C'est l'organisation de ces populations dans des initiatives faisant appel à la solidarité qui leur donne la possibilité d'aller de l'avant, comme l'illustre l'exemple de la coopérative et des autres institutions communautaires d'Achuapa.

22Il est donc important de souligner que cette coopérative héritée de la révolution émane non pas d'une logique d'apparatchik, mais d'une forte dynamique populaire qui lui a permis de subsister. Il ne s'agit pas d'un sandinisme institutionnel mais de groupes d'individus qui, malgré une situation économique désastreuse, malgré les sécheresses, les inondations, les politiques gouvernementales et autres catastrophes plus ou moins naturelles, continuent à chercher des solutions, et ceci à travers une organisation collective et démocratique.

Notes

1 Département de León, Nicaragua.

2 Achuapa est une municipalité d'environ 14 000 habitants.

3 La BMZP porte le nom d'une jeune fille tuée en 1984 par les contre-révolutionnaires lors de l'attaque de la coopérative de El Lagartillo (une des communautés d'Achuapa).

Notes de fin

* Université de Toulouse Le Mirail, Association Achuapa.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540