Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Deuxième partie. Un pays, des nations

Moskitia nicaraguayenne : changements socio-politiques et égalisation des conditions (1979-1999)

Gilles Bataillon

Résumé

RÉSUMÉ
Pour qui compare la situation des Miskitus et des Mayangnas nicaraguayens au terme de ce siècle avec celle qu'ils connaissaient à la veille de la Révolution sandiniste, l'impression qui prévaut est celle de bouleversements radicaux. Trois phénomènes méritent tout spécialement de retenir l'attention l'affaiblissement de la discrimination ethnique et l'apparition de nouveaux marqueurs de la hiérarchie sociale, la remise en cause du rôle central de l'Église morave et enfin le renouveau des pratiques politiques.

RESUMEN
Al comparar la situación de los mayangnas y de los miskitus en este fin de siglo con la situación que vivían al principio de la revolución sandinista, prevalece la impresión de un cambio radical. Tres fenómenos merecen particularmente ser estudiados : el debilitamiento de la discriminación étnica y el surgimiento de muevos marcadores de la jerarquía social, el cuestionamiento del papel de la iglesia morava, y por fin la transformación de las prácticas políticas.

Texte intégral

  • * Université de Caen, Centre d'étude des mouvements sociaux (EHESS, Paris).

1Note portant sur l’auteur*

Photographie n° 11 - Église centrale de Puerto Cabezas : office morave pour le jour de l'action de Grace (cliché : Gilles Bataillon).

  • 1 On compte aujourd'hui quelque 100 000 Miskitus (traditionnellement appelés Miskitos ou Misquitos) (...)
  • 2 je reprends ce terme à Marcel Gauchet, « Secondarisation : entendons par là que l'ordre institutio (...)

2Pour qui compare la situation des Miskitus et des Mayangnas1 nicaraguayens au terme de ce siècle avec celle qu'ils connaissaient à la veille de la révolution sandiniste, l'impression qui prévaut est celle de bouleversements radicaux. Jadis cantonnés dans des positions subalternes du fait de leur indianité, Miskitus et Mayangnas jouissent aujourd'hui d'une dignité nouvelle face au restant des composantes hispanophones, anglophones ou créoles de la société nicaraguayenne. Cette égalisation des conditions entre Indiens et non-Indiens va de pair avec un processus d'accentuation des inégalités sociales au sein des ethnies mayangna et miskitu. De même, alors que les Miskitus étaient majoritairement de confession morave, et que cette Église représentait une institution dominante et centrale pour ceux-ci, celle-ci doit faire face à une double mutation. L'une, externe, tient au rôle nouveau des Églises pentecôtistes qui lui disputent avec succès sa vocation au monopole religieux. L'autre, interne, renvoie aux processus de « secondarisation2 » et de privatisation qui travaillent l'ensemble des institutions religieuses.

3Enfin, les institutions politiques du département de Zelaya ont été très largement remaniées. Les départements de Zelaya Norte et de Zelaya Sur (créés par la révolution sandiniste), ont depuis été transformés en régions autonomes, la Región Autónoma del Atlántico Norte et la Regin Autónoma del Atlántico Sur, gouvernées par un conseil régional élu. Les municipalités dont les autorités étaient autrefois désignées par le pouvoir exécutif, et largement encadrées par la Garde nationale, sont maintenant gouvernées par des autorités élues localement, qu'il s'agisse des conseils municipaux, des juges, des syndics ou du Conseil des anciens.

4Ces trois ordres de phénomènes sont inextricablement liés à d'autres événements et à différentes mutations survenus ces vingt dernières années sur la côte Atlantique. Les membres de ces deux ethnies ont en effet connu les contrecoups d'une mobilisation ethnique (1979-1981) et ceux d'une guerre civile (1982-1988) qui ont conduit à l'instauration d'un processus d'autonomie régionale. On a assisté parallèlement à une urbanisation de populations jadis majoritairement rurales et au désenclavement d'une région traditionnellement isolée du restant du pays et tournée vers le bassin Caraïbe. Des moyens de communication radiophoniques locaux sont apparus et émettent à destination de l'ensemble du territoire de la Moskitia. Les populations urbaines accèdent désormais aux chaînes de télévision nationales et internationales. La scolarisation bilingue concerne un nombre chaque jour accru de personnes, ce tant dans l'enseignement primaire que dans l'enseignement secondaire et supérieur. L'économie est, elle aussi, en pleine restructuration. Les secteurs agricole et minier sont en régression au profit de l'exploitation forestière, de la pêche semi-industrielle et du trafic de drogue. Enfin, de multiples ONG, financées par des organismes internationaux, sont devenues les partenaires incontournables des institutions étatiques.

5Si l'ensemble de ces phénomènes mériteraient à l'évidence des études per se, il ne saurait être question de tous les évoquer ici. Je m'attacherai donc avant tout à décrire et à saisir le sens de trois d'entre eux. J'étudierai ainsi successivement l'affaiblissement de la discrimination ethnique et l'apparition de nouveaux marqueurs de la hiérarchie sociale, la remise en cause du rôle central de l'Église morave et, enfin, le renouveau des pratiques politiques.

AFFAISSEMENT DES BARRIÈRES HIÉRARCHIQUES ET NOUVEAUX MARQUEURS DE LA HIÉRARCHIE SOCIALE

6S'il est un phénomène qu'il convient de souligner au premier chef, c'est bien évidemment le nouveau statut ethnique dont jouissent Miskitus et Mayangnas. En effet, jusqu'alors la culture et la langue des premiers étaient considérées comme autant de témoins d'une barbarie dont il convenait de se défaire, ce tant chez les libéraux que chez les conservateurs ou les sandinistes. Rien de plus éloquent à cet égard que les propos d'une des figures de proue de la poésie nicaraguayenne, Ernesto Cardenal, ou ceux d'un idéologue du FSLN, Jaime Wheelock. Le premier, dans un de ses poèmes (le royaume miskito), décrit le dernier roi miskitu (le rey mosco), sous les traits d'un simplet ivrogne manipulé par les Britanniques (Hale, 1994). Le second fait des Miskitus les jouets de l'impérialisme britannique en lutte contre la nation nicaraguayenne naissante (Wheelock, 1980). Loin d'être isolés, de tels propos font écho au qualificatif de mosco dont sont généralement affublés les Miskitus par les Nicaraguayens, qualificatif qui servait à désigner les chevaux noirs dans la langue coloniale, ou à celui de mosqulto qui désigne à la fois différents insectes, dont le moustique, mais aussi l'ivrogne. De même, l'idée que Miskitus et Mayangnas aient une culture digne d'intérêt est tout simplement impensable.

7Cette stigmatisation n'est nullement l'apanage du sens commun. Elle n'est pas moins présente en filigrane dans certaines œuvres savantes. Certes, une anthropologue nord-américaine comme Mary Helms (1969 et 1971) s'est attachée à montrer comment les Miskitus ont très tôt volontairement multiplié les contacts avec les pirates anglais et français puis, tour à tour, avec les représentants de la couronne britannique, de l'Église morave et enfin des compagnies étrangères, tout en préservant de réelles marges d'autonomie. Pourtant, sa thèse n'a longtemps eu aucun écho au Nicaragua. Ainsi, un anthropologue nicaraguayen, bon connaisseur des réalités miskitus, Jorge Jenkins Molieri (1986), discerne-t-il avant tout dans l'expérience historique des Miskitus celle de la prolétarisation et de la déculturation, en raison de leur participation à l'économie d'enclave. De même, c'est à peine si certains contes miskitus trouvent place dans les enquêtes des folkloristes nicaraguayens. Enfin, tout leur savoir chamanique comme leurs connaissances agronomiques, botaniques et zoologiques sont soit déniés soit passés sous silence.

8Le discrédit qui a longtemps frappé les Mayangnas s'inscrit avant tout sous ce registre de la dénégation. En effet, si l'on reconnaît l'existence de groupes d'Indiens non miskitus (panamahka, twahka et ulwa), vivant sur des territoires situés entre ceux des Miskitus et le front de colonisation des montagnes centrales du pays, ceux-ci ne sont jamais désignés par un ou des noms propres, mais par les termes d'indios, de caribe, ou de chato. Et ces Indiens sont perçus avant tout comme des groupes arriérés, amenés quasi mécaniquement à disparaître du fait de l'avancée de la frontière agricole.

  • 3 Cette connotation aujourd'hui tombée en désuétude renvoit à l'époque où les Mayangnas étaient les (...)

9Cette discrimination est redoublée par celle des Miskitus à l’encontre des Mayangnas. Les termes mêmes dont usaient les premiers pour désigner les seconds, albawina et sumu, signifiant respectivement en miskitu, chair d'esclave3 pour le premier et, peu ou prou, simplet pour le second. Enfin les Miskitus soulignent à l'envi le peu de raffinement et la primitivité des Mayangnas dans des termes qui n'ont rien à envier, pour ce qui est du mépris, à celui des hispanophones ou des anglophones à leur encontre. Dernier signe du mépris pour les Miskitus et les Mayangnas, jusqu'à ce jour très rares sont les Nicaraguayens hispanophones ou anglophones qui, même au contact quotidien des uns et des autres, font l'effort d'apprendre une de ces deux langues. Et l'usage de ces langues était d'ailleurs non seulement interdit dans les écoles, mais très sévèrement puni. Le dédain dans lequel étaient tenues ces langues était tel que les jeunes membres de ces ethnies hésitaient à les parler en public dans des localités comme Puerto Cabezas ou Waspam.

10Cette stigmatisation des cultures amérindiennes s'accompagnait d'une discrimination socio-économique à l’encontre de leurs membres. Mayangnas et Miskitus étaient écartés de tout poste de responsabilité dans les mines de Bonanza, Siuna et Rosita, dans les compagnies forestières, comme dans les entreprises ou les commerces implantées à Bluefield, Puerto Cabezas ou Waspam. Les postes de responsabilités étaient soit entre les mains de Nord-

11Américains, soit de Nicaraguayens hispanophones, de Chinois et parfois de Créoles. Il n'était pas jusque dans l'Église morave où cette relégation se faisait sentir. Il y avait certes des pasteurs et des révérends miskitus et quelques très rares mayangnas, mais l'ensemble des postes de responsabilités était entre les mains des Créoles anglophones et la lingua franca est l'anglais. Mieux, à l'exception des domestiques, les Indiens étaient interdits de séjour dans les zones résidentielles où sont logés ingénieurs et techniciens des mines ou des compagnies forestières, et à peine tolérés dans certains quartiers de Puerto Cabezas, de Bluefields ou de Waspam.

12En affirmant en 1987 que le Nicaragua est une nation « multiethnique », « pluriculturelle » et « multilingue », en reconnaissant un statut officiel aux langues indigènes, en appelant l'État à « préserver le patrimoine culturel des communautés indigènes » et à leur garantir des droits spécifiques sur la terre, la loi sur l'autonomie va ouvrir non seulement la voie à une véritable renaissance des langues et des cultures mayangna et miskitu, mais va de surcroît donner une nouvelle légitimité aux revendications foncières des communautés indigènes de la côte Atlantique (Hale, Gordon et Gurdian, 1999). Ce sont tout à la fois des sandinistes hispanophones (qui découvrent dans les Indiens de la côte Atlantique de nouveaux « sujets populaires »), comme des Miskitus et des Mayangnas liés au FSLN ou aux guérillas indiennes qui vont se faire les artisans de ce renouveau. Ainsi, une institution sandiniste comme le Centro de Investigación y de Desarollo de la Costa Atlántica (Cidca), au départ soucieuse de jouer un rôle de conseiller du parti-État se transforme peu à peu en un centre d'étude indépendant qui multiplie les enquêtes et les publications sur la langue, le folklore, la tradition orale, la médecine traditionnelle ou l'histoire des Miskitus, des Mayangnas comme des Créoles. Ainsi seront édités non seulement différents dictionnaires, des grammaires, des recueils de contes, mais aussi une revue, Wani, qui fait écho à toutes ces recherches.

13Parallèlement, d'anciens proches de la Contra et des sandinistes relancent un bulletin, Tininiska, où sont publiés tout à la fois des contes, des légendes, des poésies, recueillis dans les communautés miskitus auprès de conteurs et de guérisseurs. Ils rédigent aussi différents livres sur les conceptions du corps et de la nature chez les Miskitus et organisent des rencontres sur la médecine traditionnelle durant lesquelles des guérisseurs confirmés échangent leurs expériences et forment des plus jeunes. Les radios locales, liées aux ex-contras (Radio miskut) et aux sandinistes (Radio caribe), émettent non seulement en miskitu, mais consacrent aussi différentes émissions aux contes et légendes comme à la musique de la côte Atlantique. Enfin, différents écrivains et conteurs envisagent de fonder une académie de la langue miskitu sur le modèle de la Real Academia Española. Cette valorisation des cultures indigènes est renforcée par la mise en place d'un enseignement bilingue, tant chez les Mayangnas que chez les Miskitus, l'impression de manuels dans ces langues, la formation d'instituteurs et, enfin, la participation de certains d'entre eux à différents colloques internationaux sur le bilinguisme.

14Dernier signe de cette remise à l'honneur du passé mayangna et miskitu, les débats sur la question foncière qui ont accompagné la création de la réserve de Bosawas (1991) et les différents projets de démarcation des terres indigènes émanant tant d'ONG que des gouvernements régionaux et, tout dernièrement, de la présidence de la République (1999). Il est en effet peu à peu admis que les négociations entre les communautés (qui, parfois, revendiquent les mêmes parcelles de territoire), certains particuliers détenant des titres individuels et l'État nicaraguayen, devront prendre en compte les conceptions mayangna et miskitu de la terre, qui superposent inextricablement des ordres de réalité séparés. Les « terres indiennes » sont en effet à la fois des terrains pour lesquels certaines communautés se sont vues accorder des titres de propriété par l'État au moment de la « réincorporation » de la Moskitia (1894). Elles sont aussi des terroirs agricoles et forestiers utilisés et revendiqués par des communautés. Elles sont enfin la Yaptitasba (mère terre), c'est-à-dire le symbole de la permanence des Indiens dans l'histoire et celui de leur résistance à la colonisation.

15L'apparition de ce que Max Weber nommait un « honneur ethnique » (1971 : I-IV) chez les Miskitus et les Mayangnas n'a certes pas conduit à la fin de toutes les discriminations à leur encontre, et moins encore à la découverte d'une quelconque similitude entre ceux-ci et les Nicaraguayens hispanophones. Ce sentiment nouveau n'en a pas moins conduit à un affaiblissement des barrières hiérarchiques entre ethnies, à la découverte d'un principe de similitude entre les différents groupes ethniques de la côte Atlantique et à des expériences de mobilité sociale ascendante sans précédent pour les Mayangnas et bien plus encore pour les Miskitus.

16Le premier signe de cet affaiblissement des hiérarchies ethniques est le statut nouveau dont jouissent les Mayangnas. Ceux-ci ont réussi à imposer l'abandon du vocable sumu à leur encontre, et à rendre courant le terme par lequel Ils s'auto-désignent : mayangna (le terme signifie « nous autres »). De même toute une série de familles anglo-miskitu, créole-miskitu, germano-miskitu, hispano-miskitu ou chino-miskitu, dont les membres valorisaient jusqu'à il y a peu leur « sang » non miskitu font désormais l'inverse, ou bien valorisent leur métissage. Rien n'est plus parlant que les stratégies de certaines bonnes familles de Bluefields, Puerto Cabezas ou du Rio Coco qui désormais s'affirment miskitu, voyant là tout à la fois la marque d'une dignité nouvelle et des opportunités de mobilité sociale ascendante, du fait de la faveur dont jouissent les projets indianistes auprès de nombreux bailleurs de fonds internationaux. Il est un autre phénomène qui traduit cette égalisation des ethnies : l'apparition d'un sentiment d'unité costeña. Mayangna, Miskitus, Créoles, Métis hispanophones ou anglophones, autrefois en compétition pour se disputer la faveur des représentants du pouvoir central hispanophone, parlent maintenant d'une nécessaire unité des habitants de la côte contre la menace d'une domination des élites du Pacifique.

17On assiste parallèlement à l'apparition d'une différenciation sociale interne aux ethnies amérindiennes et tout spécialement chez les Miskitus. En effet, le personnel politique, les instituteurs étaient autrefois recrutés au sein du monde hispanophone, tout comme les responsables et les techniciens des mines ou des exploitations forestières. Le commerce de gros était aussi entre les mains de Chinois ou de Nicaraguayens hispanophones. Et les rares Miskitus et Mayangnas qui réussissaient dans ces professions se devaient d'abandonner leur culture d'origine. C'est aujourd'hui chose finie, comme en témoigne l'apparition d'un personnel politique, d'une intelligentsia, de profesionales, d'infirmiers, de médecins et d'entrepreneurs amérindiens.

18Les Miskitus ont ainsi non seulement vu l'un des leurs, Brooklin Rivera, nommé ministre dans le gouvernement de Violeta Chamorro, ou d'autres siéger à l'Assemblée nationale, mais de plus les institutions régionales comme l'assemblée régionale (90 sièges), les conseils municipaux sont en partie entre les mains d'élus mayangnas et miskitus. De même, l'existence du Cidca de Tininiska, la création d'une école normale d'instituteurs et de trois centres universitaires ont favorisé la formation d'une intelligentsia et d'une bureaucratie indigène. Ce sont non seulement des emplois nouveaux qui sont offerts à de jeunes diplômés des régions autonomes, mais certains de ces emplois leur sont en fait réservés, comme tous ceux qui réclament la connaissance des langues vernaculaies. Par ailleurs, la faveur dont jouissent les Amérindiens en Amérique du Nord comme en Europe, tant auprès de l'opinion publique que des responsables politiques ou administratifs, a assuré le financement de nombreux projets émanant d'ONG locales ou internationales comme des gouvernements régionaux. D'où l'apparition de carrières nouvelles pour des diplômés de l'enseignement supérieur, des licenciados, des juristes, des membres des professions de la santé et des techniciens en agronomie ou du bâtiment et des travaux publics.

19Enfin, la fuite de la plupart des commerçants chinois et créoles au moment des débuts de la révolution offre des opportunités nouvelles à de multiples commerçants de détail ou à de nouveaux venus dans le commerce de gros. Certains ont mobilisé des capitaux provenant de prêts consentis à leurs sympathisants par les sandinistes. D'autres, comme les enseignants ou les employés des multiples projets de développement, ont réinvesti leurs salaires. Et, pour finir, on ne saurait omettre que certains responsables politiques et associatifs ont détourné à cette fin des fonds destinés à des projets de développement ou plus récemment aux opérations de reconstruction post-Mitch.

LA DÉRÉGULATION DU RELIGIEUX

20Cet affaissement des barrières entre les ethnies s'est aussi fait sentir sur le plan religieux. Jusqu'en 1979 les Miskitus étaient dans leur immense majorité moraves, tout comme les Mayangnas et les Créoles, tandis que les Nicaraguayens hispanophones étaient catholiques. Si les Indiens et les Créoles appartenaient à une même Église, ceux-ci n en étaient pas moins membres de congrégations différentes, même dans les villes où ils vivaient côte à côte. Ainsi, Puerto Cabezas comportait des congrégations créoles et d'autres Miskitus (photographie n° 11, p.120). Depuis les années 1980, cette partition est battue en brèche par l'apparition de nouveaux acteurs religieux : les multiples Églises pentecôtistes. Le premier effet de la concurrence des Églises morave et catholique avec les évangélistes, les adventistes ou les témoins de Jéhovah est de remettre en cause le clivage ethnico-religieux qui prédominait jusqu'alors. Bien sûr, tous les Miskitus n'étaient pas moraves. Quelques-uns d'entre eux étaient catholiques et avaient été évangélisés par des missionnaires capucins venus s'installer sur le Rio Coco, dans le municipe de Waspam. Mais ces conversions s'étaient faites sans que les Miskitus soient mis au contact avec des fidèles hispanophones et entrent dans des processus d'échanges réguliers avec eux.

21Par ailleurs, le type d'organisation religieuse proposée par les capucins s'inscrivait dans une structure à bien des égards semblable à celle de l'Église morave. Le travail communautaire mis en avant conformément à l'esprit de Vatican Il apparaissait sur bien des plans comme un doublet de certaines pratiques en usage dans l'Église morave, tels le rôle dévolu au conseil de l'Église ou l'organisation de la jeunesse. De même, certains aménagements de la liturgie catholique n'étaient en rien des nouveautés, tels le prêche des fidèles, ou encore le souci d'évoquer dans le sermon les problèmes les plus immédiats de la communauté. Il faut en outre ajouter que les missionnaires capucins avaient travaillé en bonne intelligence avec nombre de pasteurs moraves soucieux d'assurer la promotion de leurs communautés, tels Widcliffe Diego et Tillith Mollins, comme en témoigne le lancement en commun d'un éphémère mouvement coopératif, l'Asociación de Clubes de Agricultores del Río Coco (Acaric).

22Cette situation va basculer avec l'arrivée en 1982 des Églises pentecôtistes dans les camps de réfugiés mayangnas et miskitus installés au Honduras. Bien accueillis par World Relief, l'organisation caritative américaine chargée par le HCR de gérer le camp de Mokoron, les évangélistes vont se trouver dans une situation particulièrement favorable pour mener leur campagne de prosélytisme. Les milliers de réfugiés sont pour beaucoup séparés de leurs pasteurs, qui sont restés au Honduras ou ont rejoint les camps d'entraînement de la guérilla. Ils sont de ce fait à la recherche de guides spirituels. Certains d'entre eux supportent par ailleurs fort mal les pressions conjointes des militaires honduriens et des guérilleros pour obliger les leurs, tout particulièrement les jeunes hommes, à participer à la guerre contre les sandinistes. De la même façon, une partie du personnel humanitaire voit d'un très mauvais œil cette volonté de mainmise de Misura sur les réfugiés.

23Venus des États-Unis mais aussi du Honduras, les évangélistes rencontreront d'autant plus de succès qu'ils vont offrir tout à la fois des secours matériels (vêtements et articles de toilette) et spirituels aux exilés. Mieux, du fait de leur anticommunisme, ils vont pouvoir offrir une alternative viable à ceux qui refusent de s'engager dans la guerre ou dans les travaux proposés par les organisations humanitaires et qui sont de ce fait soupçonnés soit de « faire le jeu des communistes », soit accusés de fainéantise. Aussi, tout leur travail d'encadrement de la jeunesse (des groupes de réflexion spirituelle aux possibilité d'études théologiques, comme l'organisation d'activités sportives), rencontre un écho certain. De même, leur capacité à accueillir tous ceux auxquels l'Église morave refuse la communion en raison de leur « immoralité », jeunes indociles, filles-mères, couples illégitimes, ivrognes, va attirer bon nombre de Miskitus et de Mayangnas qui trouvent là l'occasion de reconquérir une dignité perdue.

24Au lendemain de la guerre et du retour des réfugiés au Nicaragua, les pentecôtistes vont encore accroître leur audience, tout spécialement dans les zones urbaines. Leurs Églises offrent à nouveau une échappatoire à tous ceux qui sont stigmatisés par les catholiques et les moraves. En effet, bon nombre d'hommes et de femmes séparés de leurs conjoints par les aléas de la guerre se sont soit remis en ménage, soit n'envisagent pas de reprendre une vie commune avec leurs anciens époux. Tous vont trouver dans ce statut de reborn christians la possibilité de vivre une nouvelle vie. De plus, ces Églises, en tant qu'institutions nouvelles, offrent des positions de prestige et de responsabilité à des gens condamnés à patienter pour atteindre des positions équivalentes chez les moraves ou les catholiques. Les formes mêmes du rituel et de la liturgie donnent là encore infiniment plus d'occasions et de possibilités aux fidèles de se mettre en valeur et se distinguer.

25Du fait de leurs contenus émotionnels et leurs dimensions thérapeutiques, les pentecôtismes offrent en outre une issue à nombre de Miskitus et de Mayangnas. En effet, beaucoup d'entre eux, qui utilisent des rituels magiques de guérison directement inspirés de pratiques chamaniques, discernent dans ces aspects des pentecôtismes des prolongements efficaces à leurs rituels magiques. Cette dimension des pentecôtismes les rend d'autant plus attractifs que les Églises morave et catholique condamnent officiellement de manière catégorique les pratiques chamaniques. Or, celles-ci ont connu un regain de faveur du fait même de la guerre, comme en raison de la mise à l'honneur des traditions indigènes. Aussi, beaucoup de convertis mettent en avant les aspects émotionnels et thérapeutiques du pentecôtisme pour justifier leur conversion. Enfin, les Églises pentecôtistes vont promouvoir un autre changement en mettant non seulement au contact des individus naguère séparés par leur confession et leur statut ethnique, mais en les installant dans un rapport de similitude. Car tous leurs membres sont désormais, et ce pour la première fois, membres à part entière des mêmes congrégations, qu'ils soient Miskitus, Mayangnas, Créoles, hispanophones, et qu'ils aient été moraves, anglicans ou catholiques.

26Cette mise en concurrence des Églises morave et catholique avec les Églises pentecôtistes ne va pas simplement entraîner une lutte entre Églises mais relancer des affrontements internes à l'Église morave. Les polémiques entre évangélistes et moraves, notamment les accusations réciproques d'immoralité, vont favoriser un mouvement de contestation interne à l'Église morave. En effet, comme nombre de pasteurs et de révérends (ou de responsables laïcs des congrégations) entretiennent des liaisons adultères, consomment de l'alcool ou se sont rendu coupables de détournements de fonds en profitant des organisations de charité liées à l'Église, beaucoup de fidèles remettent en cause leur pouvoir spirituel. Certains refusent ainsi de se prêter au jeu des discussions inquisitoriales sur leur vie privée avec les pasteurs ou les laïcs responsables de la congrégation - rituel qui constitue un prélude obligé à l'obtention du droit à communier. D'autres exigent cette autorisation sans plus se soumettre à ce pouvoir discrétionnaire. De même, beaucoup prennent la liberté de ne plus assister à l'office, se contentant d'en écouter la retransmission radiophonique, ou choisissent de changer de congrégation dans des villes comme Puerto Cabezas.

  • 4 Comme le fait l'évêque Wilson dans son Obra morava en Nicaragua : trasfondo y breve historia, Edit (...)

27Ces gestes de contestation des fidèles se doublent de ceux de bon nombre de pasteurs qui contestent l'idée de devoir sacrifier tout leur bien être personnel ou familial et de n'avoir que les soucis de leur ministère, tandis que quelques-uns des plus hauts responsables de l'Église mènent une vie confortable. Ils en viennent même à exiger une meilleure répartition de l'aide offerte au titre de la coopération par les Églises allemandes et Scandinaves. Et certains demandent même une amélioration immédiate de leur sort matériel. De plus, un certain nombre de jeunes pasteurs, qui ont fait leurs les points de vue consacrant la pastorale indigène, mettent en cause certaines orientations théologiques de la hiérarchie. Deux thèses sont ainsi particulièrement débattues, celle de la nature de la religion des Miskitus avant leur évangélisation, et celle de la place de la médecine traditionnelle et du chamanisme. La désignation par le terme de « temps obscurs4 » des siècles précédant l'évangélisation est devenue inadmissible et fait pour eux figure d'assertion raciste. Les contestataires filent à l'opposé le parallèle suivant. De même que le christianisme primitif a largement emprunté au judaïsme, la religion morave se devrait-elle d'emprunter à la « spiritualité indigène ». Et d'avancer à ce propos que quels que soient les interdits qui pèsent à ce sujet, non seulement les fidèles, mais bon nombre de pasteurs usent en pratique de ces rituels chamaniques pour faire face aux aléas de la vie quotidienne et qu'une théologie authentiquement miskitu devrait faire place à ces croyances. De même soulignent-ils que toutes les croyances concernant les duendes (les esprits des espèces naturelles et des richesses naturelles), et leurs interdits de trop prélever dans la nature devraient être reprises en compte et valorisées par le dogme, dans la mesure où elles constituent des réponses indigènes aux problèmes qu'affrontent aujourd'hui les habitants de la côte Atlantique.

GÉNÉRALISATION DES ÉLECTIONS, RECONNAISSANCE DE LA DIVISION ET NAISSANCE D'UNE OPINION PUBLIQUE

28À l'ère des démonstrations de force (celle de la mobilisation ethnique), puis à l'époque des affrontements et des négociations entre groupes armés des années de la guerre civile a succédé celle des scrutins répétés. Ainsi, les habitants des régions autonomes ont non seulement participé aux élections générales de 1990 et de 1996, où ont été désignés le président de la République, les députés, les maires et les conseillers municipaux, mais à trois scrutins régionaux en 1990, en 1994 et en 1998, où ont été élus 90 conseillers régionaux (photographie n° 12).

29Ces élections témoignent d'un nouveau mode de désignation des autorités au sein des populations miskitus et mayangnas : le magistrat est élu à l'issue d'un scrutin démocratique où personne ne contrôle l'issue de l'élection et où l'élu est responsable devant ses électeurs. En effet, jusqu'alors, tant sous Somoza que sous les sandinistes, les candidats à la députation étaient désignés par le pouvoir central et les élections ne servaient qu'à ratifier cette désignation, tandis que les maires étaient purement et simplement nommés par les proches de la Présidence. Si certaines autorités locales (les juges, les syndics et les coordinateurs communaux), étaient désignés localement, ceux-ci l'étaient non pas par des communautés souveraines mais le plus souvent par les officiers de la Carde nationale, puis par les responsables du FSLN ou de son appareil politico-militaire. De même, les guérilleros antisandinistes ne s'étaient-ils pas privés de faire pression sur la désignation des autorités locales au Nicaragua, comme lors de la désignation de représentants au sein des populations de réfugiés.

Photographie n° 12 L'enjeu des élections dans la moskitia : unité et autonomie, embarcadere de Waspam sur le Rio Coco (cliché : Gilles Bataillon).

30Dans les communautés miskitus, le conseil des anciens de l'Église, comme le tunun muihni chez les Mayangnas, étaient des organismes délibératifs où pouvaient s'exprimer des opinions divergentes. Pourtant, jamais ces communautés n'avaient fait l'expérience de l'atomisation individualiste. Elles n'avaient pas non plus connu la division en une majorité et une minorité, suite à l'addition mécanique de préférences exprimées secrètement - et encore moins la prise de décision en fonction de ces principes. Le conseil des anciens de l'Église et le tunun muihni ne sont toujours pas à ce jour composés de membres élus par l'ensemble des membres adultes d'une communauté, mais cooptés par leurs prédécesseurs. Ils sont de plus, pour une part, sous l'autorité du pasteur chez les Miskitus, et de deux muih barak chez les Mayangnas (Rizo Zeledôn, 1991). De même, jusqu'à la fin des années 1980, pour la plupart des Miskitus et des Mayangnas, l'idée d'un conflit insurmontable entre les opinions et les intérêts d'individus appartenant au même ensemble social apparaissait comme particulièrement néfaste. Et, plus encore, l'idée d'une décision prise à la suite d'un vote dégageant une minorité et une majorité était tout simplement impensable. En effet, dans ces communautés amérindiennes, les décisions considérées comme légitimes sont encore aujourd'hui à bien des égards celles prises en commun (asla bapanka) et qui résultent d'une idée fédératrice (asla lukan-ka). D'où, dans la pratique, l'importance de mettre en scène l'idée d'unanimité et de consensus au sein de la communauté et le refus dans l'art oratoire de se mettre en avant et de commander.

  • 5 II est à noter que l'utilisation de ce terme par les Nicaraguayens hispanophones dans le sens d'un (...)

31L'idéal miskitu reste à bien des égards celui d'une harmonie (kupia kumi)5 entre les parties composant la communauté. C'est dire que la généralisation des élections introduit un principe qui non seulement consacre l'apparition d'un personnel politique nouveau, mais bouleverse certaines normes considérées comme à la base du fonctionnement social légitime dans l'existence quotidienne des communautés. Et si le fonctionnement interne de ces communautés était autrefois affecté par la désignation, par des autorités externes, de certains magistrats, ce sont aujourd'hui les comunitarios eux-mêmes qui consacrent de fait ce changement en élisant le plus souvent coordinateurs communaux, juges, syndics et membres du conseil des anciens selon le principe du scrutin majoritaire.

32L'apparition de ce nouveau personnel politique et ces règles du jeu inédites est allé de pair avec la transformation des modalités du marchandage politique et des échanges de faveurs qui l'accompagnent. Jusqu'alors, un petit nombre de personnalités contrôlait généralement depuis Managua les fonds publics destinés à la côte Atlantique et décidait de leur attribution comme de la nomination des fonctionnaires dans la zone. Le principe électif s'étant généralisé, les postes s'étant multipliés, tout comme les ressources affectées d'une façon ou d'une autre aux régions autonomes, les notables sont désormais obligés d'entrer dans de multiples marchandages pour imposer leurs dépendants et leurs options. D'où l'obligation dans laquelle ils sont de visiter régulièrement les multiples communautés de leurs fiefs et d'écouter les doléances de leurs habitants. Ainsi assiste-t-on à une généralisation des tournées de propagande, mais aussi des dons (cahiers et stylos billes, vêtements, articles de sport, semences et outils...), et des promesses de biens collectifs (écoles, postes de santé, moyens de transport, projets de développement agricole ou forestier...), qui en sont devenus les indispensables corollaires. Et comme les scrutins sont devenus réguliers et suivis, les élus sont tenus de tenir les promesses faites à leurs électeurs. En outre, ce ne sont plus simplement les figures de proue (députés ou maires des agglomérations urbaines) qui sont obligées de se plier à ce jeu de courtage, mais de multiples politiciens de rang intermédiaire (conseillers régionaux, membres des conseils municipaux, aspirants aux fonctions de maire).

33Cette multiplication des négociations entre élus ou candidats et électeurs a moins vu le développement de phénomènes de corruption que leur décentralisation à des niveaux jusqu'alors inconnus. On sait qu'à l'époque de la guerre civile, tant chez sandinistes que chez les contras, puis sous le gouvernement de Violeta Chamorro, au sein de l'Institut chargé du développement de la côte Atlantique (Indera) comme au sein du Conseil régional, les détournements de fonds publics furent nombreux. Mais ils étaient alors le fait d'un petit nombre qui redistribuaient ensuite une partie de leurs gains à leurs dépendants. Aujourd'hui, ce ne sont plus quelques personnages influents qui agissent de la sorte, mais tout un personnel intermédiaire qui a fait siennes ces pratiques.

  • 6 Cité par les rédacteurs du n° 23 de Wani, octobre-décembre l998, « Elecciones en la Costa, 1998 », (...)

34Les années de guerre, l'octroi du statut d'autonomie comme les expériences électorales répétées ont donné aux Mayangnas et aux Miskitus un sens nouveau de leur dignité. Comme l'expriment certains, l'autonomie n'a certes pas apporté de bénéfices matériels immédiats mais ce qu’Hannah Arendt appelait « le sentiment d'avoir des droits à avoir des droits » : « no le vemos beneficio a la Autonomía, pero si tiene mucho significado para nosotros. Sin Autonomía, el Gobierno Central y el Gobierno Regional ya hubieran dispuesto de nuestras tierras, dar concesiones ; como hay Autonomía, podemos reclamar nuestros derechos6 ». Ce sens nouveau de leur dignité conduit les électeurs à des attitudes beaucoup plus circonspectes et réfléchies vis à vis du personnel politique. Beaucoup, notamment au sein des démobilisés de la guérilla antisandiniste (Yatama), se sentent pour le moins à égalité avec le personnel politique. Ainsi, nombre d'entre eux font-ils remarquer que les élus de l'UNO, puis ceux de la coalition libérale de l'actuel président de la République, Amoldo Alemán, leur doivent leurs places : « si nous n'avions pas versé notre sang, ces messieurs seraient toujours à Miami ».

35Par ailleurs, toute une partie de l'électorat est devenue très circonspecte et n'hésite plus à sanctionner des élus ou leur parti s'ils ont par trop failli à leurs promesses. Ces attitudes nouvelles ont d'ailleurs permis à un mouvement composé d'ex-Yatama et d'anciens partisans des sandinistes (le Movimiento de Unidad Costeña - MUC), d'acquérir une certaine audience à Puerto Cabezas et à Waspam. De même, se fait jour l'idée qu'il convient de sanctionner la corruption et les détournements de fonds, même quand ils sont le fait de gens dont on se sent politiquement proche. Ainsi a-t-on vu d'ex-guérilleros de Yatama ou des proches du Parti libéral se féliciter qu'un des leurs ait été destitué en raison de ses nombreux abus alors qu'il était procureur des droits de l'homme, ou appeler à la destitution du maire de Waspam et de certains de ses conseillers. On constate un état d'esprit semblable au sein des rangs sandinistes face aux abus de la piñata, ou à la transformation d'ONG en entreprises familiales aux mains de responsables locaux du FSLN. De même se met-on à évoquer la nécessité d'attaquer en justice les gérants d'ONG indélicats et les politiciens corrompus, de telle sorte qu'un ex-gouverneur de la RAAN n'a échappé à un procès pour détournement de fonds publics que grâce à l'incendie providentiel de la casa de gobierno et à la destruction consécutive de tous ses documents comptables.

36Ce nouvel état d'esprit politique s'incarne aussi dans la faveur dont jouit une institution néo-traditionnelle, le Conseil des anciens qui est pour les Miskitus l'institution qu'ils estiment être la plus représentative et la mieux à même de défendre leurs intérêts, notamment leurs droits fonciers. Formé dans l'exil au Honduras, dans le souci de donner l'apparence la plus indianiste possible au combat des exilés et de servir de paravent à la guérilla, le Conseil des anciens s'est transformé à partir des années 1990 en un organisme rassemblant des représentants élus de l'ensemble des communautés miskitus et, dans une moindre mesure, des communautés mayangnas. Quelles qu'aient été les visées très prosaïques de certains de ses membres et plus encore de ses assesseurs, son rôle purement informel sur le plan légal lui a permis de devenir une manière de forum permanent capable d'adresser des remontrances tout à la fois aux élus locaux comme au gouvernement central. Il est aussi le lieu où sont en partie remises en cause les décisions prises en commun et les accords entre les parties, par delà les querelles politiciennes. Les décisions y sont prises par consensus, au terme d'interminables palabres où tout un chacun peut exprimer son point de vue.

37Le crédit moral dont jouit le Conseil des anciens l'a transformé en véritable contre-pouvoir. Ainsi ses membres ont-ils pu organiser en février 1998 une assemblée générale des communautés qui a regroupé plus de 1 000 délégués venus de quelque 386 communautés (principalement miskitus). Cette assemblée, réunie par une organisation sans statut légal, n'en a pas moins permis que des représentants de différentes institutions étatiques viennent s'expliquer devant les délégués réunis durant presque une semaine. Elle a aussi non seulement conduit à la relance du projet de loi de démarcation des terres des communautés indigènes, mais encore contribué à faire admettre que celui-ci soit soumis, avant tout vote à l'assemblée, aux comunitarios, afin que ceux-ci puissent formuler un certain nombre d'amendements et de critiques dont puisse tenir compte le législateur. Loin de rester lettre morte, ce projet de consultation a pour une part été mené à bien sous la responsabilité de l'université morave de la côte Atlantique en 1999, et il faut noter qu'il a mobilisé l'attention des Miskitus et des Mayangnas qui ont pris très au sérieux cette consultation, malgré toutes ses limites.

***

38Les phénomènes que je viens de décrire sont, à n'en pas douter, pour une part hétérogènes et pour une part contradictoires. C'est dire que l'affaissement des barrières ethniques, la dérégulation religieuse et la généralisation du principe de l'élection ne sont pas mécaniquement liés et que ces changements connaissent des tempi propres. Par ailleurs, l'effondrement de certaines barrières hiérarchiques s'est accompagné du surgissement de nouveaux clivages sociaux. Les formes que prennent la dérégulation religieuse, comme la généralisation du principe électif, sont elles aussi souvent ambiguës. Il convient toutefois de noter les rapports d'homologie qui existent entre ces différents ordres de phénomènes. Les uns et les autres sont pris dans des effets de résonance. C'est en ce sens que l'on peut parler de ces dynamiques comme participant d'un mouvement commun. C'est en ce sens aussi que la poursuite de l'analyse de ces transformations a tout à gagner à prendre le parti de décrire finement les chevauchements et les interactions entre des mutations que l'on a trop l'habitude de décrire sous les seuls registres du social, du religieux ou du politique.

Bibliographie

Bibliographie

HALE, Charles R., 1994, Resistance and contradiction, Miskitu indians and the Nicaraguan State 1894-1987. Standford university press, California.

HALE, Charles R., Edmund T. GORDON et Galio C. GURDIAN, 1999, Diagnóstico general sobre la tenencia de la tierra en las comunidades indígenas de la Costa atlántica. Central American and Caribbean Research Council, Consultoria n°084-96, Austin Texas, Bluefields y Puerto Cabezas, Nicaragua.

HELMS, Mary, 1969, « The purchase society : Adaptation to economic frontiers », dans Anthropological Quaterly, 42, 4 : 325-42.

HELMS, Mary, 1971, Asang, adaptation to culture contact in a Miskito community. Gainesville, University of Florida Press.

JENKINS MOLIERI, Jorge, 1986, El desafío indigena en Nicaragua : el caso de los mis-kitos. Managua, Editorial Vanguardia.

RIZO ZELEDÓN, Mario, 1991, « Tradición, Derecho, Autonomía : El ordenamiento consuetudinario en las comunidades indigenas de la RAAN », dans Wani, n°10 mai/aout 1991, Managua.

WEBER, Max, 1971, Économie et société. Paris, Plon.

WHEELOCK, Jaime, 1980, Raíces de la lucha anticolonialista en Nicaragua. Mexico, Siglo xxi.

Notes

1 On compte aujourd'hui quelque 100 000 Miskitus (traditionnellement appelés Miskitos ou Misquitos) et quelque 10 000 Sumus.

2 je reprends ce terme à Marcel Gauchet, « Secondarisation : entendons par là que l'ordre institutionnel, les règles formelles de la vie en commun sont tenus pour le résultat de la délibération et de la volonté des citoyens. Lesquels citoyens peuvent se prononcer éventuellement au nom de leurs convictions religieuses, mais sur la base d'une admission préalable que l'ordre politique n'est pas déterminé d'avance par la religion », La religion dans la démocratie, parcours dans la laïcité, Le débat - Gallimard, Paris, 1998, p.15.

3 Cette connotation aujourd'hui tombée en désuétude renvoit à l'époque où les Mayangnas étaient les victimes de prédilection des Miskitus dans leur trafic d'esclaves avec les pirates puis les Britanniques.

4 Comme le fait l'évêque Wilson dans son Obra morava en Nicaragua : trasfondo y breve historia, Editorial Union, Cardoza y Cia Ltda, 1990, Managua.

5 II est à noter que l'utilisation de ce terme par les Nicaraguayens hispanophones dans le sens d'un pacte entre oligarques, après démonstration de leurs forces mutuelles, est aux antipodes de la conception miskitu.

6 Cité par les rédacteurs du n° 23 de Wani, octobre-décembre l998, « Elecciones en la Costa, 1998 », p. 28.

Notes de fin

* Université de Caen, Centre d'étude des mouvements sociaux (EHESS, Paris).

Table des illustrations

Légende Photographie n° 11 - Église centrale de Puerto Cabezas : office morave pour le jour de l'action de Grace (cliché : Gilles Bataillon).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Photographie n° 12 L'enjeu des élections dans la moskitia : unité et autonomie, embarcadere de Waspam sur le Rio Coco (cliché : Gilles Bataillon).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable