Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Première partie. L'ouragan Mitch : reflets d'une société en crise

Mitch : l'ouragan libéral

Joel Delhom

Résumé

RÉSUMÉ
Un an après le cyclone Mitch, nous connaissons avec précision l'ampleur des dégâts et pouvons proposer quelques réflexions sur la manière dont le gouvernement conçoit la reconstruction du pays. Notre approche s'appuie sur plusieurs documents officiels, produits à l'occasion de la réunion du Groupe consultatif pour la reconstruction et la transformation de l'Amérique centrale (Stockholm, 25-28 mai 1999), à laquelle ont participé les plus hauts responsables de l'État nicaraguayen et quelques représentants de la société civile. Il s'agit de programmes d'orientation de fa stratégie gouvernementale pour les années à venir. Après en avoir présenté les informations essentielles, nous soulignons leur nature néolibérale, dans la continuité des gestions antérieures au cyclone. Malgré quelques concessions en matière d'approfondissement de la démocratisation, le gouvernement Alemán semble tirer profit de l'aide internationale. Il n'est pas sûr, en revanche, que les plus pauvres voient leur sort s'améliorer.

RESUMEN
Un año después del huracán Mitch, conocemos exactamente la magnitud de los daños y podemos proponer algunas reflexiones sobre la forma en que el gobierno concibe la reconstrucción del pais. Nuestro análisis se basa en varios documentos oficiales, elaborados en vista de la reunión del Grupo Consultivo para la Reconstrucción y Transformación de América Central (Estocolmo, 25-28 de mayo de 1999) a la que participaron los mayores responsables del Estado nicaragüense y algunos representantes de la sociedad civil. Se trata de programas de orientación de la estrategia gubernamental para los próximos años. Después de presentar las informaciones fundamentales, subrayamos su índole neoliberal en consonancia con las gestiones anteriores al huracán. El gobierno Alemán parece sacar beneficio de la ayuda international, aunque tenga que hacer algunas concesiones en materia de democratización. Por otro lado, nada garantiza que la situation de los más pobres vaya a mejorar.

Texte intégral

  • * Université de Bretagne-Sud.

1Note portant sur l’auteur**

  • 1 Ce forum de coordination a réuni, sous les auspices de la Banque interaméricaine de développement (...)

2Du 28 au 31 octobre 1998, le Nicaragua a été balayé par le cyclone Mitch, le plus destructeur et meurtrier de l'histoire récente de l'Amérique centrale. Un an après, nous connaissons avec précision l'ampleur du désastre et pouvons proposer quelques réflexions sur la manière dont le gouvernement envisage la reconstruction du pays. Notre approche s'appuie sur plusieurs documents officiels produits à l'occasion de la réunion du Croupe consultatif pour la reconstruction et la transformation de l'Amérique centrale (Stockholm, 25-28 mai 1999), à laquelle ont participé les plus hauts responsables de l'État nicaraguayen et quelques représentants de la société civile1. Ces documents, qui ont valeur de programmes d'orientation, engagent le gouvernement vis-à-vis de « la communauté internationale ». Mais s'ils représentent bien le point de vue national, il ne faut pas négliger qu'ils sont aussi, dans une certaine mesure, prédéterminés de l'extérieur.

  • 2 Les documents étudiés ont été consultés en juin et juillet 1999 sur le site Internet du Secrétaria (...)

3D'une part, ils répondent à une demande des donateurs et l'obtention de nouveaux crédits dépend de leur approbation. D'autre part, ils sont le fruit d'une collaboration avec les experts du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) ou de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (Cepalc), organisations qui ont coordonné les missions d'évaluation des dommages et d'élaboration de propositions de reconstruction. Leur diffusion sur Internet2 confère à ces documents une autre caractéristique remarquable : ils participent d'une entreprise de communication sur la stratégie gouvernementale pour les années à venir, en direction de l'étranger, mais aussi des élites économiques et culturelles nationales. Ces documents présentent donc une finalité persuasive intrinsèque, articulée sur un discours de type technocratique. Après en avoir extrait les informations essentielles, nous en soulignerons le caractère fondamentalement idéologique.

UN PAYS DÉVASTÉ

4En 1997, la sécheresse engendrée par le phénomène climatique El Niño avait provoqué les pires incendies de forêts qu'ait connu le Nicaragua et déjà mis à mal son économie. L'année suivante, l'ironie du sort a voulu que ce soient les inondations causées par Mitch qui ravagent le pays. C'est l'équivalent d'une année de pluies qui est tombée en dix jours sur la moitié de l'État ! Environ 18 % de la population (près de 872 000 personnes) et 60 % du territoire ont été sinistrés, le Nord-Ouest surtout. Neuf des dix-sept départements du pays ont été particulièrement touchés : Chinandega et León au nord-ouest ; Matagalpa, Jinotega, Estelí, Nueva Segovia et Madriz au nord de la zone centrale ; Rivas et Granada au sud-ouest. Le bilan officiel du gouvernement nicaraguayen, arrêté au 22 février 1999, fait état de 3 045 morts, 885 disparus et 254 blessés. Sur le plan infectieux, on a observé une recrudescence de cas de malaria, de dengue, de choléra, de leptospirose et de méningite. Mais les conséquences profondes sur les personnes et les écosystèmes sont impossibles à évaluer. L'érosion par l'eau a détruit les rares sols aptes à l'agriculture dans le Nord et les meilleurs sols volcaniques de l'Ouest. La sédimentation dans les zones côtières et lacustres a rompu l'équilibre écologique, privant la population locale du poisson qu'elle consomme. Enfin, il ne faut pas négliger les phénomènes de pollution par infiltration dans les nappes phréatiques.

Photographie n° 8 Pont emporté sur le rio Telica, février 1999
(cliché : Alain Musset).

Photographie n° 8 Pont emporté sur le rio Telica, février 1999(cliché : Alain Musset).
  • 3 Évaluation au coût de reconstruction. Pour le secteur privé, n'ont été pris en compte que les domm (...)

5D'après le gouvernement (Nicaragua : Huracán Mitch. Daños, costos, acciones..., 1999), les dommages matériels s'élèveraient au total à 1,336 milliard de dollars3, soit près du double des recettes annuelles d'exportation et les deux-tiers du produit national brut (PNB). Les dégâts les plus importants concernent la voirie (804 millions de dollars ; 60 % du montant total), l'activité agricole et forestière (236 millions ; 17,5 %), le logement (144 millions ; 10 %), l'éducation (43 millions ; 3 %), les services de santé (35 millions ; 2,5 %), la production et distribution d'électricité (26 millions ; 2 %). On évalue à 12,5 millions de dollars la remise en état des infrastructures communales et à près de 11 millions celle du réseau téléphonique. La distribution d'eau potable, qui s'est effondrée de 60 % sur le plan national pendant une dizaine de jours, nécessite des travaux d'un montant de 9 millions de dollars. Ce sont près de 41 500 logements qui ont été endommagés, dont 58 % totalement détruits, plus de 500 écoles (6 % du total), une centaine de centres de santé dont un hôpital (12 % des services sanitaires), 5 centrales électriques et plus de 400 km de lignes, une trentaine de ponts et 8 000 km de routes et chemins, soit 43 % du réseau (photographie n° 8). Selon les autorités, le Nicaragua aurait fait un bond d'au moins 30 ans en arrière en matière d'infrastructures (Gobierno de Nicaragua, « Reconstrucción y Transformación »).

  • 4 En 1997, l'agriculture réalisait 34 % du produit intérieur brut (PIB), contre 22 % pour l'industri (...)
  • 5 Au titre de son Opération d'urgence, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué près de 36 (...)

6Avec des destructions estimées à 550 millions de dollars, le potentiel productif a été sérieusement entamé, surtout dans l'agriculture, le secteur-clé de l'économie nicaraguayenne4, qui a subi des dommages pour 196,5 millions (moitié en équipement et moitié en production). Dans un contexte agricole caractérisé par une faible productivité, un coût élevé, une détérioration de l'indice de production vivrière de 1980 à 1996 et un nombre considérable de paysans sans terre (World Food Programme, 1997), ce sont les petits producteurs et les cultures vivrières qui ont été les plus affectés : les surfaces semées et les volumes de production ont globalement été réduits d'un tiers environ. Mais, pour le haricot, la surface a diminué de moitié et la production de 71 % et, pour le maïs, la surface a diminué de 43 % et la production de moitié. La valeur des pertes pour les cultures de consommation intérieure s'élève à 46,5 millions de dollars. Il a donc fallu recourir massivement à l'aide internationale5. En ce qui concerne les cultures d'exportation, relativement moins touchées, les pertes en surface n'ont été que de 9 % globalement. Toutefois, la production de sésame a chuté de 65 %, d'arachide de 27 %, de banane de 18 % et de tabac de 10 %. Le café et la canne à sucre ont été atteints de manière plus marginale (respectivement 1,5 et 5 % de pertes en surface et 6,5 % chacun en volume). Au total, les dégâts sont évalués à 37 millions de dollars pour les cultures d'exportation. L'élevage a également subi des pertes pour une valeur de 15 millions, dont les deux-tiers en bovins (77 000 têtes).

7Ces destructions ont eu également des conséquences macro-économiques en termes de croissance, d'inflation, de déficit public, de déficit commercial, etc. Un certain nombre d'objectifs économiques prévus pour l'an 2 000 ne pourront donc pas être atteints et la reconstruction exigera un accroissement substantiel des dépenses publiques pour les années à venir, une perspective normalement incompatible avec les plans d'austérité budgétaire imposés par le Fonds monétaire international (FMI). Ce cyclone a surtout mis en lumière la vulnérabilité économique, écologique et sociale du pays, que le gouvernement prétend désormais vouloir réduire. En détruisant récoltes et stocks, Mitch n'a fait qu'aggraver considérablement l'insécurité alimentaire et la pauvreté rurale qui caractérisaient déjà le Nicaragua avant la catastrophe.

8Il convient en effet d'insister sur la précarité de la situation nutritionnelle de ce pays, le plus pauvre d'Amérique latine après Haïti. Le PNUD signale qu'en 1996, la disponibilité journalière en calories par habitant était inférieure à celle de 1970 (2 328 contre 2 411) (United Nations Development Programme, 1999). Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la malnutrition affectait 23,5 % des enfants de moins de cinq ans vers 1995 et, selon l'UNICEF, 15 % des nouveau-nés souffraient d'une insuffisance de poids (moins de 2,5 kg) en 1998 (World Health Organization, 1999 et World Food Programme, 1999, « Intervention prolongée de secours et de redressement... »). En 1997, le PAM constatait qu'en dépit d'une modeste amélioration des indicateurs économiques, la pauvreté et l'insécurité alimentaire s'étaient accrues, particulièrement dans les campagnes des régions centrales et septentrionales. La Nueva Segovia, la zone la plus pauvre, ainsi que Matagalpa et Jinotega, León et Chinandega concentraient déjà les interventions de cette organisation internationale (World Food Programme, 1997). En 1998, avant le cyclone, les troi-quarts des ruraux vivaient au-dessous du seuil national de pauvreté et les deux-tiers n'avaient pas accès à une eau salubre. En outre, de 25 à 30 % des familles rurales sont dirigées par des femmes seules, ce qui accroît leur vulnérabilité.

  • 6 D'après le PNUD et la Banque mondiale, le taux annuel moyen de déforestation sur la période 1990-1 (...)

9De l'avis général, les ravages auraient été moindres si des mesures préventives de sécurité civile avaient été prises, si les gouvernements successifs avaient conduit une politique responsable de gestion de l'environnement (contrôle de la déforestation6, reboisement, gestion des bassins versants, mesures de conservation des sols) et si la pauvreté ne contraignait pas les populations privées de bonnes terres à vivre dans des zones à haut risque, dans des conditions d'extrême précarité, sans la moindre assistance technique et financière. Puisque le gouvernement et les organisations internationales s'accordent sur ce constat de « mal-développement », il est légitime de se demander si le cyclone a fourni l'occasion d'une remise en cause des orientations socio-économiques et socio-politiques nationales, qui se trouverait matérialisée dans un projet de reconstruction novateur et audacieux.

DANS LA CONTINUITÉ NÉOLIBÉRALE

10Une telle rupture n'a pas eu lieu. Le programme de reconstruction présenté à Stockholm s'inscrit, au contraire, dans un schéma général de transformation bien connu des Nicaraguayens et qu'il convient de rappeler brièvement. Depuis le début de la décennie, sous la présidence de Violeta Chamorro, une politique de libéralisation et de privatisation de l'économie a été amorcée. Elle a été approfondie à partir de 1997 et étendue aux domaines plus politiques de la décentralisation et de l'autonomie municipale par Arnoldo Alemán, sous le nom de « restructuration institutionnelle » (Ley n° 40, Ley de Municipios). Un document officiel résume parfaitement l'action gouvernementale : « Nicaragua esta implementando un programa de reforma estructural que ha reducido considerablemente el tamaño del Gobierno, y esta convirtiendo el rol del Estado a uno de facilitador. Más de trescientas empresas públicas han sido privatiza-das en los últimos ocho años » (Nicaragua : de la reconstrucción a la transformatión, 1999 : 5). Les barrières douanières ont ainsi été abaissées, le contrôle des prix aboli, l'emploi et les dépenses publics réduits, etc. Le système financier a été réformé en profondeur : la Banque nationale de développement (Banades) a été fermée, la Banque nicaraguayenne de l'industrie et du commerce (Banic) privatisée, la Banque de crédit populaire et la Financière nicaraguayenne d'investissement (FNI) sont en passe de l'être à leur tour. Les secteurs des télécommunications (Enitel), de l'électricité (Enel) et des hydrocarbures (Petronic) sont en cours de privatisation.

11Un certain nombre de services assurés auparavant de manière centralisée par des entreprises publiques ont fait l'objet d'expériences de gestion municipale décentralisée : c'est le cas, par exemple, de la distribution d'eau dans les communes de Matagalpa et jinotega, de la réalisation et de l'entretien des chemins vicinaux à Matagalpa, Chontales et Boaco. La Loi n° 40 a aussi transféré aux municipalités des compétences en matière de développement des transports et des voies de communication. En 1998 a été mis en place un Système intégré de gestion financière et administrative (Sigfa) afin d'améliorer l'efficacité et la transparence des finances publiques, mais aussi d'approfondir la décentralisation. La gestion des services sociaux de base, de la santé et de l'éducation est déjà presque entièrement « municipalisée ». Les investissements sociaux ont été décentralisés au moyen d'un accord entre l'Institut nicaraguayen de développement (Inifom) et le Fonds d'investissement social d'urgence (FISE). La santé est gérée de manière décentralisée par le biais d'entités politico-administratives territoriales appelées Systèmes locaux de soins sanitaires intégraux (Silais). La police a été restructurée et l'administration de la Justice le sera prochainement par la création de tribunaux aux niveaux municipal et départemental (Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999 et Nicaragua : seguimiento a los temas de Ginebra, 1999).

  • 7 Le document Of Potholes, Mudslides and Crossroads : Reflections and Implications of Natural Disast (...)

12La stratégie de développement rural définie après le cyclone participe de la même inspiration libérale et prolonge celle d'avril 19987, malgré l'importance accordée aux incitations publiques. Afin de réduire la vulnérabilité des populations rurales, le gouvernement a élaboré un nouveau programme d'investissements dont le montant, évalué à 532 millions de dollars, devrait s'ajouter aux 800 millions déjà prévus en 1998 pour le secteur agricole (Of Potholes, Mudslides and Crossroads..., 1999). Cinq objectifs majeurs ont été définis : les investissements à long terme (formation, recherche, attribution de titres de propriété (187 millions de dollars, 35 % du total) ; la réduction de la vulnérabilité des agriculteurs (177 millions, 33,5 %) ; la protection de l'environnement (83 millions, 15,5 %) ; la réhabilitation des petites exploitations sinistrées par l'ouragan (61 millions, 11,5 %) et le développement de la côte Atlantique (24 millions, 4,5 %).

13La principale innovation par rapport au programme établi l'année précédente, qui prévoyait notamment de soutenir la petite et moyenne exploitation vivrière via le Fonds de crédit paysan, est l'accent mis sur la nécessité de développer l'arboriculture, les industries agro-alimentaires et la gestion des ressources naturelles. Cela suppose un effort important en matière de crédit et d'assurance agricoles (prêts à long terme, couverture des risques naturels et économiques), que le gouvernement souhaite voir réaliser par un secteur privé actuellement réticent. On espère ainsi créer un réseau bancaire de proximité et faciliter les procédures de nantissement pour les prêts aux petits producteurs. Dans les années 1990, l'accès des petits paysans aux marchés, au crédit et à la technologie était très limité et tendait même à se réduire du fait des politiques néolibérales. Par exemple en ce qui concerne le crédit, la Banades, aujourd'hui fermée, avait financé 210 000 hectares de production vivrière de base de 1985 à 1988 contre à peine plus de 87 000 hectares après 1993 (World Food Programme, 1997 : § 18-21). Les autorités souhaitent aussi développer l'irrigation, qui ne concernait que 3 % des terres exploitées au milieu de la décennie, et relancer les cultures de café et de cacao. L'amélioration du marché des facteurs de production (terre, crédit, technologie, travail), du niveau de formation des agriculteurs et des techniciens, des liens entre les organismes de recherche et le terrain, fait l'objet d'une attention particulière pour attirer les investissements privés dans le secteur. Parmi les moyens d'action, on peut citer l'introduction d'une taxe foncière visant à réduire le nombre de terres non mises en valeur, une nouvelle législation de l'exploitation forestière, la poursuite du programme de légalisation de titres de propriété, la privatisation de l'Entreprise nicaraguayenne des aliments de base (Enabas), et la création de fonds spécifiques (Fonds de développement paysan, Fonds de crédit rural, Fonds de soutien à la recherche technologique agricole du Nicaragua, Fonds d'investissement en capital humain, Fonds d'assistance technique). Le gouvernement a aussi pour priorité, dans le cadre d'un plan quinquennal d'investissements, d'améliorer les voies de communication, notamment afin d'abaisser les coûts du transport et de relancer la commercialisation des productions agricole et industrielle, avec des effets de création d'emplois. Le coût estimé pour les cinq ans est de 1,26 milliard de dollars. Bien sûr, les activités d'entretien du réseau seraient privatisées.

  • 8 Trois productions - le café, la banane et les produits de la mer (langouste et crevette)- assurent (...)

14De toute évidence, le gouvernement cherche à accroître l'insertion internationale de l'économie nicaraguayenne sur la base de ses avantages comparatifs, en développant les cultures d'exportation et les industries de transformation à forte utilisation de main-d'œuvre. Mais il est à craindre que ce projet de modernisation de l'agriculture, financé par l'aide internationale, n'accroisse la déjà forte dépendance extérieure du pays, tant du point de vue des exportations que des importations de produits agricoles8. On court le risque d'aggraver à la fois l'insécurité alimentaire et la vulnérabilité des populations rurales aux fluctuations des marchés, d'autant que les prix des productions agricoles nicaraguayennes sont orientés à la baisse ces dernières années (de l'ordre de -20 % en 1998 d'après Of Potholes, Mudslides..., 1999 : 12). N'eût-il pas mieux valu consolider la production vivrière, au lieu de la marginaliser encore davantage ? On peut douter que les mesures préconisées améliorent à long terme le sort des petits producteurs, qui risquent de se retrouver en situation de surendettement auprès du secteur bancaire privé. L'objectif inavouable du gouvernement Alemán ne serait-il pas de produire davantage de paysans sans terre à la faveur d'une concentration foncière, dont les gros propriétaires seraient les principaux bénéficiaires ? Mais alors on voit mal comment les plantations et l'industrie pourraient absorber autant de main-d'œuvre, quand on sait qu'environ 240 000 exploitations faisaient moins de 3,5 hectares en 1996 (World Food Programme, 1999 : § 27) !

  • 9 Il s'agit d'un mécanisme temporaire permettant d'accroître les dépenses de santé et d'éducation au (...)

15En ce qui concerne les services sociaux, le gouvernement affirme le caractère prioritaire de leur consolidation en augmentant les moyens financiers alloués, mais toujours par la voie de la décentralisation. Grâce au Fonds social supplémentaire9, créé en juin 1998 et alimenté par des crédits internationaux, les ressources destinées à l'action sociale auraient déjà augmenté de 56 % en 1999, pour atteindre 44 % des dépenses totales de l'État (Nicaragua : de la reconstrucción a la transformación, 1999 : 24). Or, ce taux est encore inférieur à celui qu'annonce la Banque mondiale pour 1996 (46,8 %), bien que les autorités n'avancent que 33 %. En outre, l'augmentation des dépenses publiques sera aussi financée par une hausse des impôts indirects, les plus injustes comme chacun sait. Le programme social complémentaire est évalué à 743 millions de dollars, dont 275 millions (37 %) pour le logement social, l'eau et l'assainissement, 186 millions (25 %) pour le développement local des régions les plus pauvres, 167 millions pour l'éducation (23 %) et 114 millions (15 %) pour la santé (Investing in our Best Resource..., 1999). Outre la reconstruction des infrastructures et la formation des personnels, ce programme vise officiellement à améliorer la protection des groupes les plus vulnérables. Mais on peut craindre, cependant, que le transfert de la gestion, du contrôle et de la planification des services sociaux au niveau départemental ou municipal n'aggrave les inégalités entre zones riches et pauvres, entre circonscriptions sous contrôle de la majorité politique et collectivités dominées par l'opposition. Par exemple, rien ne semble garantir l'égalité d'accès aux services. Au bout du compte, on risque de fragiliser davantage le système et de le rendre totalement inopérant.

16En ce qui concerne l'éducation, un plan national de long terme est en préparation, de même qu'une réforme de l'enseignement secondaire. La plupart des établissements secondaires bénéficient déjà d'une autonomie administrative, qui doit aussi prochainement concerner plus de la moitié des établissements primaires. Le contenu de la formation, le choix des livres de textes et les normes d'évaluation sont définis localement, ce qui laisse le champ libre à toutes les pressions économiques, idéologiques et religieuses. S'il est trop tôt pour évaluer les effets de la décentralisation, on peut au moins constater que les politiques libérales ont conduit à une division par deux des dépenses publiques en éducation, qui sont passées de 6,8 % du PNB en 1985 à 3,6 % en 1996, dans un contexte où l'analphabétisme affecte plus d'un tiers de la population adulte (United Nations Development Programme, 1999). Enfin, pour la santé, le gouvernement mettra l'accent sur les services primaires et l'autonomie financière et administrative des structures décentralisées ; mais en 1995, les dépenses de santé du secteur public ne représentaient déjà plus que 61 % du total des dépenses de santé au Nicaragua (World Health Organization, 1999 : 93). Une réforme de la protection sociale est aussi en cours et va introduire le système de capitalisation privée. Le rôle des ministères est ainsi restreint à la simple régulation.

17Restent à mesurer les effets réels de ces programmes, notamment en termes d'efficacité, d'égalité d'accès aux services et de coût pour les usagers, car certaines mesures pourraient bien avoir des conséquences sociales dramatiques au lieu de réduire la vulnérabilité. On peut déjà souligner qu'après le cyclone, l'Entreprise nicaraguayenne des aqueducs et égouts sanitaires (Enacal) est parvenue en dix jours à rétablir à 80 % la fourniture d'eau potable. En revanche, les autorités reconnaissent que l'efficacité a été bien moindre dans les municipalités de Jinotega et Matagalpa, qui sont précisément celles où est menée une expérience de décentralisation de la gestion et de l'entretien du service de l'eau et des égouts (Nicaragua : Huracán Mitch. Daños, costos, acciones..., 1999 : 31).

UNE DÉMOCRATISATION SOUS LA CONTRAINTE

  • 10 En 1997-1998, 4 734 titres de propriété ont été légalisés, soit une superficie de 157 51 7 ha. Du (...)
  • 11 Les fonctionnaires des pouvoirs législatif, judiciaire et électoral sont régis par d'autres textes (...)
  • 12 Durant les trois prochaines années se tiendront des élections importantes pour le pays : les munic (...)

18Le projet gouvernemental d'approfondissement de la démocratisation a également été reconsidéré sous la double pression de la société civile nicaraguayenne et de la communauté internationale. La démocratisation serait maintenant devenue une condition aussi nécessaire que la stabilité macro-économique pour parvenir à un développement durable et une société plus juste. Cinq axes prioritaires sont définis. On peut noter que le premier, le renforcement du pluralisme et de la participation des citoyens, est conçu comme un « processus » - ce qui implique une certaine lenteur dans la progression - en raison d'un « passé caractérisé par le totalitarisme autoritaire » (Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999 : 24). Et Mitch aurait eu pour effet de stimuler le rapprochement entre le gouvernement et la société civile ! Différentes instances de concertation entre l'État et la société ont donc été réactivées ou créées après la catastrophe : le Conseil national de planification économique et sociale, qui a pris le relais des Conseils consultatifs de la commission présidentielle pour la reconstruction et la transformation du Nicaragua, le Conseil national de l'éducation, le Conseil national de la santé, le Conseil consultatif de l'Institut de la femme, la Commission de lutte contre la mortalité maternelle, le Conseil national du développement durable et le Forum national sur la transparence et l'intégrité. En réalité, les donateurs ont exigé la plus ample participation des organisations non gouvernementales nicaraguayennes afin de prévenir les détournements de fonds et de favoriser la démocratisation. Le deuxième axe, la consolidation de l'État de droit, s'articule autour de la légalisation des titres de propriété et de la modernisation du pouvoir judiciaire. Malgré le retard pris, la question épineuse de la propriété est en passe d'être réglée10. En ce qui concerne le pouvoir judiciaire, il n'y a rien de nouveau depuis la Loi organique du 23 janvier 1998 devant favoriser l'accès aux services de justice et renforcer les systèmes de défense et d'assistance juridique. Le troisième volet, la professionnalisation du service public, fait l'objet d'un projet de loi sur les carrières des fonctionnaires du pouvoir exécutif (Ley de Carrera de Servicio Civil)11. Le renforcement de la transparence et de la probité constitue le quatrième axe du programme de démocratisation. Dans le prolongement du Comité national créé en mars 1998 pour combattre la corruption, de nouvelles mesures figurent sur l'agenda gouvernemental : discussion d'une loi sur le contentieux administratif pour lutter contre l'arbitraire, élaboration de nouveaux codes (code pénal et code de procédure pénale), modernisation de l'état civil et révision des listes électorales dans la perspective des prochaines élections12, préparation d'une loi sur l'information des citoyens, modernisation de la Division générale d'inspection civile du ministère de l'Intérieur chargée de garantir le respect des droits de la personne humaine, et renforcement du pouvoir de contrôle de la Contraloría General de la República (sorte de Cour des comptes), notamment sur l'utilisation des fonds de la coopération internationale. Le cinquième axe, l'approfondissement du processus de décentralisation et d'autonomie municipale, vise officiellement à rapprocher l'État des citoyens. Des délégations départementales et régionales du ministère de l'Intérieur devraient, par exemple, voir le jour. On étudie aussi la création de délégations régionales de la Contraloría General, prioritairement dans les régions autonomes de l'Atlantique Nord et Sud et à Juigalpa (département de Chontales).

19L'objectif du gouvernement, à terme, est d'améliorer le professionnalisme, l'efficacité et la transparence des services publics, tout en recherchant une plus grande participation de la société civile de manière à consolider la démocratisation. Mais on remarquera, au passage, que le discours idéologique ne s'embarrasse pas de quelques contradictions. Ainsi, on prétend lutter par la décentralisation administrative, la libéralisation de l'économie et la privatisation du secteur public contre une présence trop envahissante de l'État et on affirme par ailleurs :

20« En el caso nicaragüense, en el que aún es evidente la ausencia o la presencia reciente del Estado y sus instituciones en determinados territorios de nuestra geografía, este proceso [de descentralización] requiere de gradualidad que asegure que junto a las funciones transferidas también se transfieran las capa-cidades para asumirlas y los recursos para ejecutarlas, al mismo tiempo que se fortalecen los mecanismos que aseguren la participación activa y en igualdad de condiciones de todos los actores » (Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999 : 7).

  • 13 Voir par exemple, l'allocution du président de la BID, Enrique V. Iglesias, présentée dans le comm (...)
  • 14 « Para el país, lograr un equilibrio de cooperación recíproca con los donantes constituye uno de l (...)

21Il apparaît clairement que l'orientation de l'ensemble des réformes, tant économiques que politiques et sociales, répond fidèlement aux vœux exprimés par les organisations internationales telles que la Banque interaméricaine de développement (BID) : privatisation, décentralisation, transparence, participation des citoyens, lutte contre la pauvreté, réduction de la vulnérabilité écologique et sociale13. Mais ce programme laisse également filtrer une revendication d'autonomie nationale face à la pression exercée par la coopération extérieure, ce qui donne à penser que les autorités n'assument pas toutes les directives de plein gré, comme on a pu le percevoir à propos de la démocratisation14. S'il n'est pas en mesure d'infléchir les orientations imposées de l'extérieur, puisqu'il ne peut se passer de l'aide internationale, le gouvernement veut toutefois rester maître du rythme des réformes pour assurer sa propre stabilité et la pérennité de son pouvoir. N'oublions pas que les échéances électorales sont proches et qu'une démocratisation mal maîtrisée pourrait nuire au personnel politique en place.

  • 15 Depuis février 1999, les accusations d'enrichissement illicite, qui n'ont pas épargné le président (...)

22Les documents étudiés suggèrent d'autres réflexions. La question de la légitimité gouvernementale est omniprésente dans le discours sur la démocratisation, bien qu'elle soit plus ou moins explicite. Nous pensons qu'elle constitue un enjeu central du processus de reconstruction-transformation. Le projet de société revisité à l'occasion de Mitch cherche ainsi à consolider la légitimité interne et externe du gouvernement, d'où l'insistance sur la nécessaire participation active des citoyens et la concertation avec les représentants de la société civile. La consolidation de la « gouvernance » est au moins autant l'occasion de dégager le plus large consensus possible sur les politiques mises en œuvre que le moyen de renforcer l'efficacité administrative sur le terrain (Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999 : 4-5). La communication menée sur le registre de la transparence est ici une entreprise de séduction, destinée à contrer les accusations de corruption15, car la démocratie, ou son apparence, est devenue un label international de respectabilité, dont aucun régime ne saurait aujourd'hui faire l'économie. Mais, a contrario, ce besoin de renforcer la crédibilité du pouvoir, n'est-il pas l'aveu implicite d'un échec partiel des processus de démocratisation et de transformation du pays engagés depuis 1990 ? Il exprime probablement la crainte d'un désaveu populaire.

L'AIDE INTERNATIONALE : L'AIRBAG SOCIAL DU NÉOLIBÉRALISME ?

23Comme le soulignent tous les documents, le gouvernement inscrit le processus de reconstruction dans le cadre de la stratégie de transformation du pays déjà mise en œuvre par le président Alemán. Pilotée indirectement par les organismes multilatéraux et les pays riches via le Groupe consultatif de la BID, la reconstruction est totalement conçue dans une perspective néolibérale de désengagement de l'État et d'approfondissement des réformes structurelles. Le cyclone Mitch, s'il a bien contraint les autorités à reconsidérer leur stratégie nationale de développement sous la vigilance des donateurs et la pression de la société civile, n'a entraîné aucune remise en cause de fond (Investing in our Best Resource..., 1999 : 4-6). Il s'agit, au mieux, d'une nouvelle hiérarchisation des priorités en direction des plus défavorisés, avec une insistance particulière sur la démocratisation ; et, au pire, d'une accélération du programme défini à Genève en avril 1998 dans le cadre du Groupe consultatif.

24La catastrophe et la solidarité internationale qui en a résulté semblent être instrumentalisées pour accélérer la réinsertion du Nicaragua dans l'économie mondialisée, en procédant à la liquidation de ce qui demeure encore de l'expérience sandiniste (photographie n° 9). Paradoxalement, si elle a pu améliorer le sort des sinistrés, l'aide extérieure publique aura sans doute aussi dopé les membres les plus favorisés du corps social par une injection inespérée de capitaux dans l'organisme économique. La générosité internationale aura permis au gouvernement de Monsieur Alemán d'approfondir à moindre coût politique ses programmes de libéralisation, décentralisation et privatisation, en amortissant leurs impacts sociaux les plus brutaux. Cette manière de réduire la vulnérabilité sociale sans craindre d'accroître les inégalités n'occulte nullement l'absence de véritable politique de développement durable soucieuse des besoins élémentaires de la majorité des Nicaraguayens.

Photographie n° 9 Un paradoxe de l'histoire : l'armée nord-américaine au secours du Nicaragua, dans la région de Posoltega
(cliché : Alain Musset).

Photographie n° 9 Un paradoxe de l'histoire : l'armée nord-américaine au secours du Nicaragua, dans la région de Posoltega(cliché : Alain Musset).
  • 16 D'après les données de février 1999 fournies par le gouvernement nicaraguayen, les plus importants (...)

25Malgré la participation de quelques-uns de ses représentants à la réunion de Stockholm, on peut se demander de quel soutien bénéficie réellement auprès de la société civile le programme de transformation du pays proposé par le gouvernement. Quoi qu'il en soit, l'aspect le plus positif de ce que l'on pourrait appeler l'effet Mitch est la réactivation d'une dynamique sociale à travers les coordinations d'ONG et d'organisations populaires, qui ont contribué à la réflexion sur la reconstruction et ont été, en quelque sorte, légitimées par le Groupe consultatif. Plus de 300 organisations ont créé une Coordination civile pour l'urgence et la reconstruction, qui constitue, peut-être, l'expérience d'organisation sociale en marge des partis politiques la plus importante de l'histoire récente. Début 1999, il apparaissait que la société civile avait, grâce aux ONG, directement bénéficié d'un tiers de l'aide internationale, tandis que les institutions gouvernementales percevaient le reste16.

26Cette question de la canalisation des aides a d'ailleurs opposé le gouvernement, qui se voyait quelque peu désavoué, à la société civile. Il conviendrait, cependant, d'évaluer le degré de représentativité sociale de ces nouveaux acteurs, leur capacité de proposition, de contrôle et de mobilisation, leurs contradictions internes, les liens tissés avec les partis politiques, les risques de récupération et de manipulation, etc. Les champs d'investigation sont vastes. De toute façon, il faudra suivre de près les conséquences politiques et sociales de cette catastrophe. La manière dont est répartie l'aide internationale, dont est menée la reconstruction, pourrait bien provoquer de futures mobilisations socio-politiques, telles que les violentes manifestations de fin avril et début mai 1999, révélatrices d'un mécontentement général. Mais, dans le court terme, il semble bien que Mitch ait été une aubaine pour le gouvernement de Monsieur Alemán, ne serait-ce que parce que le Nicaragua a pu bénéficier de mesures favorables, telles que l'allègement du poids de l'endettement extérieur, dont le service absorbait du tiers à la moitié des recettes d'exportation, et l'admission en septembre 1999 à l'Initiative de la Banque mondiale et du FMI en faveur des pays pauvres hautement endettés (HIPC). Cette mesure, dont on ne pourrait que se réjouir si elle n'était assortie d'un engagement à poursuivre l'ajustement structurel, permettrait l'effacement de 80 % des 6 milliards de dollars de dette (soit trois fois le PIB ou 1 300 $ par habitant) dans un délai de trois ans.

Bibliographie

SOURCES ET RÉFÉRENCES SUR INTERNET

Gouvernement nicaraguayen

Avertissement : le Secrétariat à la coopération extérieure du Nicaragua, qui dépendait de la Présidence de la République, a changé l'adresse (URL) de son site Internet depuis la période à laquelle nous l'avons consulté (juillet 1999). Depuis décembre 1999, il dépend du ministère des Affaires étrangères (Ministerio de Relaciones Exteriores) et s'intitule Secretaría de Relaciones Económicas y Cooperación.

Son adresse est désormais <http://www.cancilleria.gob.ni/srec/index.asp>. En mars 2000, certains documents mentionnés ci-après n'étaient plus consultables en ligne.

Gobierno de Nicaragua, Presidencia de la República, Secretaría de Cooperación Externa " Nicaragua y el Grupo Consultivo de Estocolmo ", http://www.cancilleria.gob.ni/srec/estocolmo/index.html

Gobierno de Nicaragua, Presidencia de la República, Secretaría de Cooperación Externa, Grupo Consultivo de Estocolmo, " Camino a Estocolmo ", http://www.cancilleria.gob.ni/srec/estocolmo/camino.html

Gobierno de Nicaragua, Presidencia de la República, Secretaría de Cooperación Externa, Grupo Consultivo de Estocolmo, " Delegación Oficial ", http://www.cancilleria.gob.ni/srec/estocolmo/delegacion.html

Gobierno de Nicaragua, Presidencia de la República, Secretaría de Cooperación Externa, Grupo Consultivo de Estocolmo, " Más acerca de... ", http://www.cancilleria.gob.ni/srec/estocolmo/faq.html

Gobierno de Nicaragua, Presidencia de la República, Secretaría de Cooperación Externa, Grupo Consultivo de Estocolmo, " Reconstrucción y Transformación ", http://www.cancilleria.gob.ni/srec/estocolmo/pro.html

Republic of Nicaragua, Investing in our Best Resource. A revised Strategy, Post Hurricane Mitch. Social Sector. Policies, Strategies and Programs for Social Reconstruction and Transformation, Consultative Group Meeting, Stockholm, Sweden, May 25-28, 1999, 10 p.

http://www.cancilleria.gob.ni/docs/GCSocial_lngles.doc (n'aboutit plus).

Organisations internationales

Republic of Nicaragua, Of Potholes, Mudslides and Crossroads: Reflections and Implications of Natural Disasters for the Development of Rural Nicaragua, Consultative Group Meeting, Stockholm, Sweden, May 25-28, 1999, 28 p. http://www.cancilleria.gob.ni/docs/GCRural_Development.doc (n'aboutit plus).

República de Nicaragua, Mayo 1999, Nicaragua : de la reconstrucción a la transformación, Réunion del Grupo Consultivo, Estocolmo, Suecia, 25-28 mayo de 1999, Managua, 33 p.

http://www.cancilleria.gob.ni/docs/GCReconstruccion.doc (n'aboutit plus).

República de Nicaragua, Mayo 1999, Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, Reunión del Grupo Consultivo, Estocolmo, Suecia, 25-28 mayo de 1999, Managua, 28 p.

http://www.cancilleria.gob.ni/docs/GCGobernabilidad.doc (n'aboutit plus).

República de Nicaragua, Mayo 1999, Nicaragua : Huracán Mitch. Daños, costos, acciones de rehabilitación del Cobierno y la Cooperación International, Reunión del Crupo Consultivo, Estocolmo, Suecia, 25-28 mayo de 1999, Managua, 69 p. http://www.cancilleria.gob.ni/docs/GCInformeMitch.doc (n'aboutit plus).

Repûblica de Nicaragua, Mayo 1999, Nicaragua : seguimiento a los temas de Cinebra, Réunion del Grupo Consultivo, Estocolmo, Suecia, 25-28 mayo de 1999, Managua, 38 p.

http://www.cancilleria.gob.ni/docs/9Puntos.PDF (n'aboutit plus).

Inter-American Development Bank, 25 de mayo de 1999, Comunicado de prensa, " BID destinará más de $ 3.000 millones a América Central ", http://www.iadb.org/exr/prensa/1999/cpstockc.htm

United Nations Development Programme, Human Development Report 1999, http://www.undp.org/hdro/report.html

World Bank, World Development Report 1998-1999, Knowledge for Development, http://www.worldbank.org/wdr/wdr98/contents.htm

World Food Programme, 26 May 1997, " Country Strategy Outlines - Nicaragua - 2 April 1997 ", Executive Board, Resumed Second Regular Session, Rome, http://www.wfp.org/eb_public/EB.2R_97_English/eitem3_5.html

World Food Programme, 12 janvier 1999, " Intervention prolongée de secours et de redressement. Région Amérique centrale 6089.00 ", http://www.wfp.org/eb_public/EB.1_99_French/733f98.pdf

World Food Programme, Central America - WFP Bulletin n° 15, May 7, 1999, " Hurricane Mitch Emergency - Bulletin # 15- WFP Managua - May 07, 1999 ", http://www.wfp.Org/OP/Countries/mitch/990507.htm#Nicaragua

World Food Programme, Central America - WFP Bulletin n° 16, May 30, 1999, " Hurricane Mitch Emergency - Bulletin # 16- WFP Managua - May 30, 1999 ", http://www.wfp.Org/OP/Countries/mitch/990530.htm#Nicaragua

World Health Organization, The World Health Report 1999 - Making a difference, http://www.who.int/whr/1999/en/report.htm

Presse

"Mitch redefine escenario político y social ", 21 de mayo de 1999, dans Inforpress Centroamericana, Guatemala, p. 8-9.

FERRARI, Sergio, 3 juin 1999, " Ouragan Mitch, tornade humanitaire? ", dans Témoignage Chrétien, Paris, n° 2865, p. 9 (article repris partiellement et traduit du Courrier, Genève, 21 mai 1999).

Notes

1 Ce forum de coordination a réuni, sous les auspices de la Banque interaméricaine de développement (BID), des représentants des pays récepteurs d'aide (Honduras, Nicaragua, El Salvador, Guatemala, Costa Rica) et des délégués d'une cinquantaine de pays donateurs et organismes multilatéraux, soit au total plus de 400 personnes. La réunion de Stockholm fut décidée lors de la conférence précédente, organisée à Washington par la BID les 10-11 décembre 1998, au cours de laquelle les donateurs s'étaient engagés à apporter une aide de 6,2 milliards de dollars. Les groupes consultatifs, organisés par la BID ou la Banque mondiale, ont pour but de soutenir et d'évaluer les processus de restructuration économique et d'ajustement structurel imposés par les organisations internationales (Gobierno de Nicaragua, « Nicaragua y el Grupo Consultivo de Estocolmo », « Delegación Oficial », « Camino a Estocolmo », « Más acerca de... »). Pour les donateurs, ces réunions sont ainsi l'occasion d'orienter les politiques appliquées par les pays récepteurs d'aide extérieure.

2 Les documents étudiés ont été consultés en juin et juillet 1999 sur le site Internet du Secrétariat à la coopération extérieure du gouvernement nicaraguayen.

3 Évaluation au coût de reconstruction. Pour le secteur privé, n'ont été pris en compte que les dommages aux moyens de production.

4 En 1997, l'agriculture réalisait 34 % du produit intérieur brut (PIB), contre 22 % pour l'industrie (produits manufacturés 16 %). De 1990 à 1997, la valeur ajoutée agricole a connu une croissance annuelle moyenne de 8,7 %, tandis que la valeur ajoutée industrielle chutait de 4,8 % (World Bank, 1999 : 211 -213).

5 Au titre de son Opération d'urgence, le Programme alimentaire mondial (PAM) a distribué près de 36 000 tonnes de vivres à 400 000 bénéficiaires entre novembre 1998 et mai 1999. Les départements de León, Chinandega, Matagalpa, Estelí, Madriz et Jinotega étaient les plus concernés par ces distributions. À l'Opération d'urgence a succédé à partir de juin I' « Intervention prolongée de secours et de redressement », d'une durée de deux ans, qui devrait concerner à terme 730 000 personnes, auxquelles seront réparties 40 000 tonnes de vivres supplémentaires (World Food Programme, 1999, « Intervention prolongée de secours et de redressement... », Central America -WFP Bulletin n° 15 et 16).

6 D'après le PNUD et la Banque mondiale, le taux annuel moyen de déforestation sur la période 1990-1995 a atteint 2,5 %, soit plus de 1 500 km2 par an, contre 1,4 % de 1980 à 1990 (United Nations Development Programme, 1999 et World Bank, 1999).

7 Le document Of Potholes, Mudslides and Crossroads : Reflections and Implications of Natural Disasters for the Development of Rural Nicaragua, de mai 1999, actualise le programme A Road Map for Modernizing Rural Nicaragua, présenté en avril 1998 à la réunion du Groupe consultatif à Genève. Un autre document intitulé Environment Plan et réalisé par le Conseil national pour le développement durable en 1999 traite plus particulièrement des questions de protection de l'environnement. Soulignons que de 1990 à 1997 aucune stratégie de développement n'a tenté, de manière spécifique, de remédier au problème de la pauvreté rurale et de l'insécurité alimentaire. Malgré leur importance pour le pays, les politiques agricoles ne s'inséraient pas non plus dans une stratégie macro-économique globale (World Food Programme, 1997 : § 16, 1 7 et 68).

8 Trois productions - le café, la banane et les produits de la mer (langouste et crevette)- assurent 80 % des exportations. La sécurité alimentaire n'est assurée qu'aux deux tiers, le reste devant être importé (les importations de denrées alimentaires représentaient 14 % des importations de marchandises avant la catastrophe). Le pays est aussi fortement dépendant de l'aide internationale qui s'élevait déjà à 33 000 tonnes de céréales en 1994-1995. Pour 1999, le PAM prévoyait de distribuer 23 500 tonnes de denrées alimentaires de base.

9 Il s'agit d'un mécanisme temporaire permettant d'accroître les dépenses de santé et d'éducation au-delà des seuils de dépense publique autorisés dans le cadre de l'accord d'ajustement structurel conclu avec le FMI (ESAF). Ce fonds est exclusivement réservé aux projets sociaux.

10 En 1997-1998, 4 734 titres de propriété ont été légalisés, soit une superficie de 157 51 7 ha. Du 1er février 1993 au 31 mars 1999, l'Intendance de la propriété du ministère des Finances et du Crédit public a enregistré les réclamations de 6 463 personnes concernant un total de 15 824 propriétés. La Commission nationale de révision des confiscations (CNRC) a tranché sur plus de 95 % des cas et seulement 725 litiges n'avaient pas encore été résolus fin mars. Voir le bilan proposé dans Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999, p. 22-23 et Of Potholes, Mudslides..., p. 18.

11 Les fonctionnaires des pouvoirs législatif, judiciaire et électoral sont régis par d'autres textes. Une Ley de Carrera Judicial a déjà fait l'objet d'un avant-projet. En ce qui concerne la carrière des militaires, le 2 novembre 1998 est entrée en vigueur la Normativa Interna Militar du ministère de la Défense.

12 Durant les trois prochaines années se tiendront des élections importantes pour le pays : les municipales en l'an 2000, la présidentielle ainsi que les législatives en 2001 et les régionales en 2002.

13 Voir par exemple, l'allocution du président de la BID, Enrique V. Iglesias, présentée dans le communiqué de presse émis par la Banque au sujet de la réunion de Stockholm (Inter-American Development Bank, 1999).

14 « Para el país, lograr un equilibrio de cooperación recíproca con los donantes constituye uno de los ejes claves de nuestra política. [...] Alguien muy pragmático dijo un día que "para acertar hay que primero errar", y los proyectos en última instancia no son perfectos, tienen margen de error, sobre todo porque son hipótesis de desarrollo social que requieren el cambio de conducta de muchos actores involucrados, inclusive nuestros socios los donantes, que deben también acostumbrarse a que no todo se puede hacer como a ellos les gustaría que se hiciese. La Cooperación Internacional no debe estar dirigida a reproducir la dependencia. Por el contrario nuestro objetivo es crear la capacidad interna y mantener las estructuras creadas y su personal de manera que los logros sean sustentables. En este sentido, concebimos la consolidación de la gobernabilidad como una condición básica para asegurar la sostenibilidad de las acciones emprendidas en otras áreas para solucionar los problemas de Nicaragua » (Nicaragua : Fortaleciendo la Gobernabilidad Democrática, 1999 : 4).

15 Depuis février 1999, les accusations d'enrichissement illicite, qui n'ont pas épargné le président Alemán, étaient si virulentes qu'une marche de protestation a eu lieu à Managua le 25 mars, débouchant sur la création d'une Coordination contre la corruption (« Mitch redefine escenario político y social », 1999 : 8-9). Fin mai, une enquête du PAM a révélé que de la nourriture, distribuée aux sinistrés par cette organisation, était revendue sur le Marché oriental. Par ailleurs, un article du Courrier de Genève, paru le 21 mai 1999, attirait l'attention sur le résultat « accablant » d'une enquête effectuée au Nicaragua par la Coordination de la société civile auprès de 10 529 foyers et 152 communautés des 70 municipalités les plus touchées par le cyclone. D'après cette source, « 30 % des sinistrés déclarent n'avoir reçu aucune aide. Paradoxalement, 62 % des personnes de ces régions déclarant n'avoir rien perdu ont reçu de l'aide. Cas extrême : dans la région de Boaco, 94 % des personnes assistées appartiennent à cette dernière catégorie » (Ferrari, 1999 : 9).

16 D'après les données de février 1999 fournies par le gouvernement nicaraguayen, les plus importants donateurs furent le Japon (1 3,8 millions de dollars), les États-Unis (7,5 dont 4,7 via les ONG), l'Espagne (7 dont 3,1 via les ONG), la Suède (3,4) et le Mexique (3). La France n'apparaît qu'en 6e position avec 2,6 millions de dollars, en nature exclusivement. L'aide de l'Union européenne ne s'élevait qu'à 2,5 millions de dollars, en nature par le canal privé (Nicaragua : de la reconstrucción a la transformación, 1999 : 12 et Nicaragua : Huracán Mitch. Daños, costos, acciones..., 1999 : 54).

Notes de fin

* Université de Bretagne-Sud.

Table des illustrations

Titre Photographie n° 8 Pont emporté sur le rio Telica, février 1999(cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Photographie n° 9 Un paradoxe de l'histoire : l'armée nord-américaine au secours du Nicaragua, dans la région de Posoltega(cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540