Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Première partie. L'ouragan Mitch : reflets d'une société en crise

L'ouragan Mitch au Nicaragua à travers la presse costaricienne

Mariannick Guennec

Résumé

RÉSUMÉ
Depuis des décennies, l'histoire, la politique, l'économie, opposent le Costa Rica et le Nicaragua, pourtant frontaliers. Nombreux sont donc les Nicaraguayens qui ont passé le rio San Juan pour des raisons politiques ou économiques, souvent de façon illégale, d'où la volonté du gouvernement costaricien de favoriser la paix dans l'Isthme, ce qui a d'ailleurs valu le Prix Nobel de la Paix au président Oscar Arias en 1987. On comptait cependant entre 600 et 800 000 Nicaraguayens au Costa Rica en octobre 1998, dont environ 350 000 illégaux, pour une population totale de 3 367 455 habitants selon les chiffres de 1996. C'est dans ce contexte que le cyclone Mitch a dévasté le Nicaragua et relativement épargné le Costa Rica. Il nous a donc semblé intéressant de voir comment les Costariciens ont réagi face aux conséquences du cyclone chez leurs voisins, et comment les relations entre les deux pays peuvent être interprétées à travers une lecture de La Nación, le principal journal costaricien.

RESUMEN
Desde hace varias décadas, la historia, la política, la economía, oponen Costa Rica y Nicaragua, aunque sean fronterizos. Muchos nicaragüenses trataron pues de cruzar el río San juan por razones políticas o económicas, a menudo ilegalmente. De allí la voluntad del gobierno costarricense de favorecer la paz en el istmo, lo que provocó el otorgamiento del Premio Nobel de la Paz a Oscar Arias en 1987. Sin embargo, habia entre 600 y 800.000 nicaragüenses en Costa Rica en octubre de 1998, entre los cuales unos 350.000 ilegales, para una población total de 3.367.455 habitantes según las titras de 1 996. Eue en tal contexto cuando el huracán Mitch devastó Nicaragua sin afectar apenas Costa Rica. Nos parece pues interesante ver cómo los costarricenses reaccionan frente a las consecuencias del huracán en el pais vecino y en las relaciones entre los dos países a través de la prensa costarricense y particularmente La Nación.

Texte intégral

  • * Université de Bretagne-Sud.

1Note portant sur l’auteur**

2Depuis des décennies, l'histoire, la politique, l'économie, opposent le Costa Rica et le Nicaragua, qui sont pourtant des pays frontaliers. État démocratique sans armée depuis 1948, le Costa Rica avait un PNB de 2 758 dollars par habitant en 1996, contre 448 au Nicaragua, pays marqué par la dictature somoziste puis par les affrontements armés entre le régime sandiniste de Daniel Ortega et la guérilla contre-révolutionnaire. Nombreux sont donc les Nicaraguayens qui ont passé le rio San Juan pour des raisons politiques ou économiques, souvent de façon illégale, d'où la volonté du gouvernement costaricien de favoriser la paix dans l'isthme, ce qui a d'ailleurs valu le Prix Nobel de la Paix au président Oscar Arias, en 1987. On comptait cependant entre 600 et 800 000 Nicaraguayens au Costa Rica en octobre 1998, dont environ 350 000 illégaux, pour une population totale de 3 367 455 habitants, selon les chiffres de 1996.

3C'est dans ce contexte que le cyclone Mitch a dévasté le Nicaragua, entre le 22 octobre et le 4 novembre 1998, alors que le Costa Rica a été relativement épargné : dans ce deuxième pays, on a dénombré 7 morts, 5 000 sinistrés, 48 millions de dollars de pertes, contre 1,5 milliard au Nicaragua. Ceci explique qu'après de nombreux articles faisant le descriptif précis des dommages aux cultures dans les différentes régions et des dégâts sur les infrastructures, le ministre costaricien de l'Agriculture et de l'Élevage déclare le 4 décembre : « en comparación con lo ocurrido en Nicaragua y Honduras, la producción agropecuaria no resultó gravemente afectada » (Quirós Robinson, 4 décembre 1999). Il nous a donc semblé intéressant de voir comment les Costariciens ont réagi face aux conséquences du cyclone chez leurs voisins et comment les relations entre les deux pays peuvent être interprétées à travers une lecture de La Nación, le principal journal costaricien.

LA PETITE GUERRE DES BILANS

4Si on observe les articles qui traitent des conséquences du cyclone au Nicaragua, les informations sont plus ou moins les mêmes que celles qui sont diffusées par exemple par El País aux mêmes dates : numéros de compte des différentes associations humanitaires, nombre de morts, de sinistrés, montant des dégâts, bilan de l'aide internationale et problèmes posés par la corruption. Le premier article qui fait un bilan de la situation au Nicaragua est publié dans La Nación le 2 novembre, c'est-à-dire relativement tard par rapport à ceux qui parlent du Costa Rica, sans doute à cause de l'urgence de décrire les dangers, les consignes de sécurité, puis les dégâts, très détaillés, en particulier pour les infrastructures et les cultures, avec les conséquences immédiates dans la vie quotidienne des habitants. Contrairement à ce qui se passe pour ce pays, les informations fournies sur le Nicaragua restent globales : les destructions sont beaucoup plus importantes, ce qui empêche une description de chaque route coupée ou des dommages aux cultures région par région, et l'intérêt porté à un autre pays n'est jamais aussi grand que celui que l'on porte au sien.

5Comme en Espagne, les chiffres évoluent chaque jour au fur et à mesure que de nouveaux villages sont atteints par les services de secours ou que les routes sont rouvertes. Le 23 novembre, La Nación parle de 11 000 morts et disparus, 300 000 hectares de terres cultivées détruits. Surtout, cet article situe ces chiffres dans le contexte économique : 53 % de la population est sous-employée et 70 % vit dans la pauvreté (Quirós Robinson, 23 novembre 1998). Il faut souligner qu'une telle perspective est très rare dans la série d'articles que nous avons pu trouver, contrairement à celle qui est présente dans El Pais, aussi analytique que descriptive, factuelle. Ceci peut trouver une explication dans la distance géographique qui permet une meilleure analyse des faits. Mais dans cet article, comme le suggère le titre « Deportados 560 nicaraguenses [sic] en los últimos cuatro días », le point de vue n'est pas tant le contexte lui-même que les conséquences pour le Costa Rica d'un telle situation : de nombreux Nicaraguayens vont tenter de passer la frontière de manière illégale pour trouver des soins et du travail au Costa Rica. Autrement dit, comme ce sera le cas dans beaucoup d'autres articles sur le même thème, la vision reste centrée sur le Costa Rica.

6Un an plus tard, le 28 octobre, un article est consacré au Nicaragua pour dresser le bilan des conséquences de Mitch : 2 394 morts, 1,4 milliard de dégâts, 400 000 personnes évacuées, 28 000 sinistrés. Le nombre de personnes vivant dans une extrême pauvreté a été multiplié par deux, la participation du gouvernement est très faible et reste dans une vision à court terme, tandis que la moitié de la somme promise à Stockholm arrive sous forme de prêts, d'où un nouvel endettement (Quirós Robinson, 28 octobre 1999). Cet article est donc très critique vis-à-vis de l'attitude du pouvoir nicaraguayen face à l'aide internationale, décrite à d'autres reprises.

SOLIDARITÉ INTERNATIONALE ET JALOUSIES RÉGIONALES

7Différents pays ont aidé le Nicaragua dans les jours ou les mois qui ont suivi le passage de Mitch et les coulées de boue du volcan Casitas, qui ont elles aussi provoqué de nombreux décès. Parmi ceux cités par La Nación, il y a le Mexique, la France, le Venezuela, la Chine, Taiwan (Quirós Robinson, 6 novembre 1998), le Canada (Quirós Robinson, 12 janvier 1999) et les États-Unis. Si aucun détail n'est donné dans les premiers cas, le Canada associe l'aide financière, l'allègement de la dette et un soutien logistique pour récupérer les bombes antipersonnel, avec une évocation de la lutte contre la drogue, sujet d'une réunion prévue pour l'an 2000 au Canada. L'allègement de la dette ou de nouveaux crédits sont également accordés par le Fonds monétaire international, le Club de Paris, l'Autriche, la France, Cuba (Quirós Robinson, 8 décembre 1998), et l'Espagne. Cette aide ne va pas toujours sans poser de problèmes puisque, dans le cas de l'Espagne par exemple, El Pais explique que le mécanisme choisi par Madrid implique de travailler avec des entreprises espagnoles, information qui n'est pas reprise par La Nación (Monge, 13 novembre 1998). Ces articles semblent avoir comme intérêt principal, outre leur caractère informatif, de justifier l'appui du Costa Rica au Nicaragua par l'exemple d'autres nations, puis de servir d'argument à l'expulsion des Nicaraguayens, puisque leur pays reçoit l'appui nécessaire à son redressement.

8De prime abord, la presse rend donc compte du souci de la population de ne pas accepter de nouvelles vagues de migration, sources de troubles comme nous le verrons plus loin, tout en fournissant cette justification. C'est d'ailleurs une tendance que l'on retrouve en Europe chaque fois qu'un conflit, un tremblement de terre, une crise économique ou politique, peut provoquer l'arrivée de nombreux immigrés. L'aide humanitaire ou économique sert aussi à maintenir chez eux ceux qui voudraient chercher du secours ailleurs.

9Comme dans le cas du Canada, le Costa Rica intervient ainsi sur plusieurs plans. Juste après le passage de Mitch, 45 médecins et infirmières sont envoyés au Nicaragua, en même temps qu'une équipe pour retrouver les victimes, le tout financé par les États-Unis (Quirós Robinson, 3 novembre 1998). Parallèlement, des collectes de nourriture et de médicaments sont organisées. Des abris sont également envoyés pour héberger les personnes sinistrées (Quirós Robinson, 12 novembre 1998). En mars, des étudiants partent avec de la nourriture, des vêtements, des médicaments et des articles de première nécessité, pour donner des cours d'anglais et de mathématiques, repeindre des écoles et organiser des activités sportives. Le tout est détaillé dans un article qui fait écho à un autre papier, publié une semaine plus tôt, qui parlait de la nécessité d'un appui moral (Herrera, 10 mars 1999 ; Quirós Robinson, 3 mars 1999). Le Costa Rica ne dispose pas de ressources financières illimitées, ce qui explique en partie les résultats d'un sondage où les personnes interrogées refusaient à 87 % l'annulation de la dette nicaraguayenne. Dans un premier temps, le but des opérations semble avoir été de limiter au maximum les mouvements de population en répondant aux besoins de sinistrés, dans toute leur variété (Quirós Robinson, 11 novembre 1998).

10Cependant, un autre argument intervient dans le refus de fournir une aide financière : l'utilisation même de celle-ci. En effet, de nombreuses critiques sont faites contre l'utilisation de l'aide internationale en pleine situation de crise. La première porte sur l'attitude du pays voisin face aux propositions reçues. Ainsi, lorsque Cuba est prêt à envoyer des médecins, le gouvernement nicaraguayen répond, par l'intermédiaire de la ministre de la Santé, que le pays a suffisamment de médecins, mais qu'il accepte par contre les médicaments (Alemán, 6 novembre 1998). Dans un autre texte, quelques jours plus tard, l'opinion de spécialistes qui ne sont pas nommés est reprise. Selon eux, Mitch n'a fait qu'accélérer les éboulements du volcan Casitas, qui de toute façon auraient eu lieu dans un délai plus ou moins long (Quirós Robinson, 20 novembre 1998). Les mêmes arguments sont utilisés lors de l'effondrement de plusieurs maisons, le 9 août 1999, puisque, faute d'argent, les normes antisismiques n'avaient pas pu être respectées (ACAN-EFE, 9 août 1999 ; Quirós Robinson, 26 octobre 1999). Au mois d'avril, le chaos semble régner : « El presidente Arnoldo Alemán es acosado por la oposición sandinista que ha paralizado la Asamblea Nacional ; por los estudiantes que protestan violentamente en las calles ; y por el resultado de las últimas encuestas en que la opinión pública insiste en que existe corrupción en su gobierno » (Quirós Robinson, 15 avril 1999).

11Toujours à la même période, les attaques portent également contre la délégation nicaraguayenne à Stockholm, jugée trop importante. En outre, chaque délégué voyage en première classe avec toute sa famille, anecdote présentée comme une règle de mauvaise conduite, vérifiable par les instances internationales, sources de financement. Ce comportement frappe particulièrement les lecteurs parce qu'ils peuvent sans difficulté se représenter la scène (Ramírez, 26 avril 1999). Les accusations de corruption se multiplient, reprises par l'Église nicaraguayenne le 16 août, dans un contexte de misère exposée dans plusieurs paragraphes (AFP, 16 août 1999 ; Brenes, 1er novembre 1999). Elles sont d'ailleurs facilitées par le refus du gouvernement d'un contrôle sur l'argent reçu qui frappe autant la presse espagnole que Sergio Ramírez, dans La Nación (Ramírez, 26 avril 1999).

12Cet article explique en partie les critiques portées contre le gouvernement nicaraguayen. Outre l'attitude des autorités en elle-même et ses conséquences pour la population, ce sont les retombées possibles pour l'ensemble de l'isthme, et donc pour le Costa Rica, qui sont envisagées. En effet, la peur d'une généralisation de l'attitude critiquable du Nicaragua à l'ensemble des pays centraméricains est clairement décrite, avec la crainte que l'aide promise à l'Amérique centrale ne soit annulée ou limitée, malgré les efforts de certains, comme au Honduras, pour qu'elle soit répartie le plus équitablement possible.

13Aucune critique n'est d'ailleurs portée contre le Honduras, dont le gouvernement reçoit au contraire des éloges. C'est aussi une façon de justifier l'attitude costaricienne, qui refuse dans un premier temps d'annuler la dette nicaraguayenne, comme nous l'avons déjà dit, préférant lancer une grande campagne de légalisation pour les sans papiers nicaraguayens. C'est cette campagne que nous allons aborder maintenant.

L'IMMIGRATION NICARAGUAYENNE ET LE PROBLÈME DES SANS PAPIERS

14Comme le laissaient penser les mouvements habituels de population entre le Nicaragua et le Costa Rica, le cyclone Mitch entraîne une nouvelle migration massive et clandestine entre les deux pays, ce qui provoque dans un premier temps l'installation de dispensaires le long de la frontière pour pallier les risques de contamination, puisque les autorités craignent le choléra, la dengue, la malaria et la leptospirose (Ávalos, 12 novembre 1998). L'envoi d'abris au Nicaragua, pour que la population reste sur place, n'a pas d'effet : dès le 23 novembre, les autorités costariciennes reconnaissent avoir renvoyé dans leur pays 560 Nicaraguayens (Quirós Robinson, 23 novembre 1998). Il est alors décidé de lancer une grande campagne entre le 1er février 1999 et le 31 juillet pour accorder un permis de travail et de séjour d'un an aux Centraméricains arrivés au Costa Rica avant le 9 novembre 1998. La Nación explique quels sont les papiers à fournir, l'intérêt d'une telle démarche pour les immigrés et quels avantages va pouvoir tirer le pays de cette campagne : calculer le nombre d'immigrés présents, les faire participer aux dépenses de l'État et de la Santé, alors que, de toute façon, ils bénéficient déjà des services hospitaliers et scolaires (Quirós Robinson, 24 novembre 1998). Ces démarches sont présentées comme obligatoires, puisque des vérifications auprès des chefs d'entreprise et des organismes sociaux sont prévues après le 31 juillet, ainsi que le renvoi chez eux des immigrés illégaux (Feigenblatt, 26 juillet 1999). Le rôle du journal est donc de susciter l'intérêt des immigrés et d'expliquer aux Costariciens l'avantage pour le pays de ne pas renvoyer tous les sans papiers.

15L'article du 24 novembre complète ces explications en insérant la vague de légalisation dans le contexte international, avec une citation du président du Costa Rica, Miguel Ángel Rodríguez : « Estamos de esta manera honrando un compromiso adquirido en la reunión de presidentes celebrada en El Salvador el 9 de noviembre, de no deportación de los centroamericanos que viven ilegalmente fuera de sus países, en otras partes del istmo » (Quirós Robinson, 24 novembre 1998).

16Surtout, la situation est mise en parallèle avec les accords signés avec les États-Unis, qui acceptent de ne pas expulser les immigrants centraméricains de façon à ne pas aggraver la situation des pays concernés : l'argent envoyé par les émigrés à leur famille permet en effet à celle-ci de pallier les pertes subies après le passage de Mitch tout en injectant de l'argent dans les circuits de consommation. En plus du système de loterie qui attribue un certain nombre de « cartes vertes » (cartes de séjour et permis de travail), nombre qui devrait être augmenté pour les Centraméricains cette année (AFP, 4 août 1999), des permis sont accordés pour rester 18 mois aux Etats-Unis. Mais, comme dans le cas du Costa Rica, le nombre de personnes qui demandent ce permis est relativement faible : 5 467 Nicaraguayens sur 90 000 qui se seraient réfugiés pour 18 mois dans ce pays après le passage du cyclone (EFE, 18 août 1999).

17Ce même décalage existe au Costa Rica, avec, dès le début, une inquiétude pour le nombre d'immigrants qui risquent de recourir à la légalisation. En juillet 1998, avant le passage de Mitch, l'ambassadeur costaricien au Nicaragua parlait de 500 000 immigrants dont 350 000 sans papiers (Quiros Robinson, 27 juillet 1998). Il faut savoir que, selon lui, 50 % des Nicaraguayens restent après l'expiration du visa valable un mois (Feigenblatt, 26 juillet 1999). Quatre mois plus tard, les chiffres montent à 600 voire 800 000, selon des sources non-officielles, les Nicaraguayens travaillant dans l'agriculture (récolte de la canne à sucre, du café, plantations bananières), le bâtiment, la sécurité et comme employés de maison (Quirós Robinson, 12 novembre 1998). Ces chiffres sont corrigés par la police le 24 novembre. Il y aurait en fait 700 000 Nicaraguayens sur le territoire costaricien, dont 300 à 500 000 sans papiers (Quirós Robinson, 24 novembre 1998). Le fait que ce soit ce deuxième chiffre qui est repris dans le titre de l'article montre la préoccupation des Costariciens, leur peur des immigrants.

18Sur l'ensemble des sans papiers, 163 200 demandent un permis de séjour entre le 1er février et le 31 juillet 1999, soit 32,6 % si on considère le chiffre le plus élevé d'illégaux, qui est le plus souvent repris, ou 54,4 % si on considère le plus faible, sachant que les Nicaraguayens représentent 96 % des immigrés illégaux ayant déposé une demande de régularisation. Pendant cette même période, 54 000 Nicaraguayens entrés illégalement sur le territoire costaricien sont renvoyés dans leur pays (Quirós Robinson, 30 juillet 1999). Mais de toute façon, du fait même de cette illégalité, les chiffres ne sont que des approximations, peu fiables et invérifiables, utilisées pour renforcer les peurs inhérentes à l'immigration ou suggérer l'idée de profit : ici comme ailleurs, les immigrés sont sous-payés pour des tâches difficiles et rarement valorisantes. D'ailleurs, l'imprécision, les interprétations multiples et contradictoires, sont facilitées par le flou dans lequel reste la plupart des sources. Cela donne l'impression d'une volonté de révéler une information sans en dire trop, de façon à pouvoir donner une interprétation différente, si besoin est.

19Les raisons qui expliquent que tous n'ont pas fait les démarches nécessaires à l'obtention du permis de séjour, malgré les menaces de renvoi et les limites annoncées à la délivrance d'un visa dans l'avenir, ne sont pas abordées. Un article parle de « diversos factores » (Quirós Robinson, 22 juillet 1999). Une des explications peut résider dans les documents à fournir : « Quienes deseen aco-gerse a la amnistía deberán demostrar que estaban en Costa Rica antes del 9 de noviembre, ya sea mediante datos de los servicios laborales, de salud y educación, o declaraciones juradas ante notarios públicos » (Quirós Robinson, 24 novembre 1 998).

20En dehors de la difficulté de produire ces documents, il y a sans doute la peur d'être renvoyé au bout d'un an - les autorités ayant la liste des personnes immigrées, voire avant, puisque certaines demandes ont été refusées, sans parler du cas des immigrés arrivés après le 9 novembre. Il y a sans doute aussi le désir de garder un travail qui n'est donné que parce que les employeurs peuvent payer moins cher les employés illégaux, sans charges et sans contraintes sociales, par exemple en cas de licenciement. Peut-être y a-t-il également la peur de la réaction des habitants du pays face à un nombre trop élevé de légalisations. Mais l'important semble, là encore, de garder le point de vue costaricien, ce qui explique l'absence d'individualisation, de témoignages personnels, alors qu'il y en avait eu quelques-uns après le passage de Mitch (Ávalos, 6 décembre 1998). Les données restent économiques, diplomatiques, statistiques, et non pas humaines, sans doute pour éviter la compassion. Nous retrouvons donc l'hésitation perpétuelle des Costariciens qui balancent entre la peur et la solidarité.

21En dehors du nombre des immigrés légalisés ou non, un autre chiffre apparaît à plusieurs reprises : celui du montant des dépenses que représente une telle vague de légalisation, soit 2 millions de dollars de frais (Quirós Robinson, 30 juillet 1999). Ce chiffre justifie les demandes de coopération auprès des différentes instances internationales, alors que celles-ci s'intéressent essentiellement au Nicaragua et au Honduras, les deux pays les plus touchés par la catastrophe. L'immigration depuis le Nicaragua étant une conséquence de Mitch, le Costa Rica devrait toucher une partie de l'argent prévu, par les États-Unis en particulier, comme le rappelle l'auteur anonyme d'un article symboliquement sous-titré : « Comunidad internacional no ha valorado nuestra actitud » (anonyme, 29 juillet 1999).

22Le président du Costa Rica présente ainsi à un membre démocrate du Congrès américain 16 programmes sociaux pour un montant de 37 millions de dollars dans les domaines de l'éducation, du logement, de la santé et de l'emploi, lors de sa visite fin août (Cárdenas, 31 août 1999). La même demande est présentée à Lionel Jospin en septembre, pour une contribution européenne cette fois, toujours pour les mêmes raisons. Ces articles montrent les efforts du gouvernement, conscient des problèmes posés par les phénomènes migratoires incontournables, qui sont d'ailleurs les seules justifications pour obtenir des avantages financiers après le passage du cyclone. En même temps, l'idée que tous aident le Nicaragua est sous-jacente, d'où pour le Costa Rica l'obligation d'en faire autant mais avec des subventions internationales, pour le moment réservées à d'autres pays - ce qui provoque une certaine jalousie du côté de San José. Une telle attitude avait été reprochée à Miguel Ángel Rodríguez par le vice-président de la Commission européenne, en décembre, parce que le président costaricien prêchait un peu trop pour sa chapelle et pas assez pour l'ensemble de l'Amérique centrale (Méndez, 11 décembre 1998).

23Tout en mettant en valeur les efforts gouvernementaux, la presse a recours à un témoignage présenté comme au dessus de tout soupçon pour prouver que l'aide fournie au Nicaragua permet au pays de sortir de la crise : « Stanley Fischer, subdirector gerente del FMI, destacó que a pesar del impacto adver-so del huracán Mitch a fines de 1998 el desempeño económico de Nicaragua se fortaleció en 1999, con un crecimiento más rápido del Producto Interno Bruto (PIB), disminución de la inflación, aumento de las reservas internacio-nales y reducción del desempleo. El FMI preveé [sic] que el PIB de Nicaragua crecerá un 6 % en 1999 y 6,5 % en los dos años siguientes, mientras que la inflación debería bajar de entre 12 % y 14 % este año a 10 % en el 2000 y 7 % en el 2001 » (Quirós Robinson, 17 septembre 1999).

24Ces prévisions optimistes ne sont que des hypothèses, mais elles permettent de justifier aux yeux du monde le monde l'absence d'aide financière importante, ou alors sous la forme de prêts remboursables et non de dons. Elles ne tiennent pas compte des aléas politiques, économiques (comme la chute des cours des produits agricoles), ou climatiques, qui sont pourtant responsables de la situation actuelle du pays. Dans le cas du Costa Rica, ces données économiques positives, bien différentes de celles que l'on citait quand il s'agissait de monter en épingle les accusations de corruption, permettent de justifier les expulsions. Un autre article du 22 juillet parle ainsi des possibilités d'emploi ouvertes dans leur pays d'origine pour les Nicaraguayens expulsés, en particulier dans le secteur du bâtiment (Quirós Robinson, 22 juillet 1999). De telles informations justifient également le refus costaricien de répondre à la demande nicaraguayenne de prolonger les délais accordés aux immigrés pour régler leurs démarches administratives. Aucun commentaire n'accompagne le discours du président Alemán appelant au respect des droits de l'homme, notamment quand celui-ci demande de ne pas séparer les familles, contrairement à ce qui semble s'être passé au mois de juin pour trente-trois Nicaraguayens qui occupaient illégalement des terres (Quirós Robinson, 30 juillet 1999).

25Les tensions entre les deux pays ressurgissent donc, malgré l'annulation du visa nécessaire pour aller au Nicaragua à partir du 1er janvier 1999 (Quirós, 7 décembre 1998). Le Costa Rica refuse d'y répondre, même lorsque la discussion passe à l'échelle centraméricaine, dans la mesure où il considère être un pays qui reçoit et qui doit donc limiter le nombre des immigrés, tandis que le Guatemala, le Honduras, le Salvador et le Nicaragua permettent déjà de passer d'un pays à l'autre avec une simple carte d'identité (Quirós Robinson, 8 octobre 1999). Lors de la réunion entre les deux gouvernements, en juillet 1999, on aborde les mêmes thèmes qu'un an plus tôt : accrochages sur la frontière, car les policiers nicaraguayens empêchent les gardes costariciens de circuler armés (cela date en fait du 15 juillet 1998) ; mines posées le long de la frontière, où manquent en revanche les bornes destinées à définir clairement le tracé ; dette du Nicaragua ; controverses commerciales, comme le prix du riz vendu par les Costariciens, jugé beaucoup trop faible par les autorités de Managua, ce qui entraîne une concurrence déloyale sur le marché nicaraguayen (Guevara, 13 juillet 1999). Le cyclone Mitch n'est présenté que comme une parenthèse : « Durante ocho meses los destrozos causados por el huracán Mitch monopolizaron la atención de los gobiernos centroamerica-nos, pero ahora - sin olvidar aquel tema - Costa Rica quiere que el istmo vuelva a hablar de integración económica » (Herrera Ulloa, 13 juillet 1999).

26On note une pointe d'énervement dans beaucoup d'articles, comme si la presse regrettait que les efforts costariciens ne fussent pas mieux valorisés, que ce soit par les organismes internationaux ou par leurs voisins nicaraguayens, comme le soulignait un titre déjà cité.

***

27La majorité des articles publiés dans La Nación sont donc plus descriptifs qu'analytiques. Ils sont souvent critiques dès qu'il s'agit de parler du gouvernement accusé d'improvisation ou de manque de réflexion à long terme, sans parler des soupçons (souvent justifiés) de corruption. Quant à l'attitude face aux Nicaraguayens, il y a une grande ambiguïté. La presse semble partagée entre l'idée de les aider, d'autant que les flux migratoires sont incontrôlables, et la peur de ne pas voir l'action gouvernementale reconnue, y compris financièrement, par d'autres pays. Il y a sans doute aussi une appréhension vis-à-vis de la réaction des lecteurs costariciens. Ces craintes sont d'ailleurs reprises dans la presse : immigrés malades, qui prennent leur travail aux Costariciens et profitent des services de santé et d'éducation sans participer aux dépenses ; augmentation de la délinquance... La presse a donc un rôle explicatif. Elle doit en outre rassurer son public, d'où les nombreuses références à l'obtention d'une aide internationale, aux limites fixées à la légalisation et à l'attribution de visas dans l'avenir, à l'annonce d'expulsions pour les contrevenants.

28Cette volonté explicative a été efficace. Un sondage qui porte en partie sur la perception qu'ont les Costariciens des Nicaraguayens permet de comparer les opinions entre décembre 1997 et juillet 1999 (Collectif, juillet 1999). On constate une baisse de 12 % sur la question « les Nicaraguayens n'apportent que des problèmes » et une augmentation du taux de satisfaction quant à leur qualité comme main-d'œuvre. Au moins dans l'opinion exprimée, le discours de la presse et des politiques, lorsqu'il se montre rassurant, semble écouté. Par contre, il y a une légère augmentation, de 2,4 %, des sondés qui souhaiteraient interdire à leurs voisins l'entrée du pays. En ce qui concerne les illégaux, une grande partie de la population se déclare favorable à l'expulsion, mais le pourcentage ne dépasse pas 36,8 % pour les classes moyennes et supérieures, alors qu'il atteint 37,6 % parmi les classes pauvres. Quant à la légalisation, 43,1 % des sondés l'approuvent, 42,4 % s'y opposent, 14,6 % n'expriment aucun avis pour la première catégorie ; en revanche, 37,9 % des personnes interrogées des classes les plus pauvres approuvent la légalisation, 25,7 % sont contre, et 36,2 % ne se déterminent pas.

29Les avis restent donc très mitigés. Les différences d'opinion entre les classes moyennes et supérieures, d'une part, et les classes les moins favorisées d'autre part, peuvent s'expliquer par un accès inégal à la presse et à l'information, mais aussi par le fait que les plus pauvres voient dans les immigrés des concurrents sur le marché de l'emploi et une menace pour les droits sociaux des travailleurs - d'où une plus grande hésitation. Il est difficile de savoir si, en profondeur, les uns ou les autres ont réussi à dépasser les hésitations et les contradictions exprimées dans la presse au cours de cette période particulière, qui a mis en lumière toute l'ambiguïté des relations entre les deux pays.

Bibliographie

Bibliographie

ACAN-EFE : « Alemán promete viviendas », La Nación, 9 août 1999.

AFP : « Corrupción con ayuda a nicas », La Nación, 16 août 1999.

ALEMÁN, Filadelfo : « Nicaragua aceptarìa ayuda cubana con ciertas condiciones », La Nación, 6 novembre 1998.

Anonyme : « Por los inmigrantes », La Nación, 29 juillet 1999.

ÁVALOS, Angela : « Alerta sanitaria en el norte », La Nación, 12 novembre 1998.

ÁVALOS, Angela : « A seguir viviendo », La Nación, 6 décembre 1998.

BRENES, Lidiette : « Fuerte ayuda a Nicaragua », La Nación, 1er novembre 1999.

CÁRDENAS, Fernando : « Cita con congresista de EE.UU. », La Nación, 31 août 1999.

Collectif : Estudio : Ticos ante crisis, inmigración e instituciones públicas, Instituto de Estudios Sociales en Población (Idespo), Facultad de Ciencias Sociales, juillet 1999.

EFE : « Inmigración cambia reglas », La Nación, 18 août 1999.

FEIGENBLATT, Hazel : « llegales verán duras condiciones », La Nación, 26 juillet 1999.

GUEVARA M., José David : « Lento diálogo con Nicaragua », La Nación, 13 juillet 1999.

HERRERA, Adriana : « Una cuestión de voluntad », La Nación, 10 mars 1999.

HERRERA ULLOA, Mauricio : « Procuran reanimar la unión económica », La Nación 13 juillet 1999.

MÉNDEZ, William : « Masiva ayuda a istmo », La Nación, 11 décembre 1998.

MONGE, Yolanda : « Las ONG consideran 'insuficiente' la ayuda gubernamental para Centroamérica », El País, 13 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Alemán vuelve a negar porte de armas a policías ticos en río San Juan », La Nación, 27 juillet 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Costa Rica enviará ayuda humanitaria a Nicaragua », La Nación, 3 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Víctimas mortales en Nicaragua ascienden a 3.800 », La Nación, 6 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Costa Rica no condenará deuda nicaragüense », La Nación, 11 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Prevén impactos económicos y sociales de Mitch en Costa Rica », La Nación, 12 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Volcán Casitas amenaza con nuevo alud », La Nación, 20 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Deportados 560 nicaraguenses en los últimos cuatro días », La Nación, 23 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Amnistía a 500.000 nicaragüenses para que resuel-van situación migratoria », La Nación, 24 novembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Nicaragua elimina visa a costarricenses », La Nación, 7 décembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Deuda externa de Nicaragua se redujo en un 20 por ciento », La Nación, 8 décembre 1998.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Ministro canadiense reitera promesa de ayudar a Nicaragua », La Nación, 12 janvier 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Lenta recuperación de comunidades nicaragüenses devastadas por Mitch », La Nación, 3 mars 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Empresa privada preocupada por crisis de gobier-no nicaragüense », La Nación, 15 avril 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Nicaragua creó comité para recibir posibles deportados desde Costa Rica », La Nación, 22 juillet 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Gobierno descarta deportaciones masivas tras cierre de amnistía », La Nación, 30 juillet 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « FMI aprueba desembolso y participación de Nicaragua en alivio de deuda », La Nación, 17 septembre 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Centroamérica pedirá ayuda a EE.UU. para rein-serciôn de deportados », La Nación, 8 octobre 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Hace un año, huracán Mitch inició su paso devas-tador por Centroamérica », La Nación, 26 octobre 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Un año después de Mitch, más de la mitad de los damnificados están peor o igual », La Nación, 28 octobre 1999.

QUIRÓS ROBINSON, Adriana : « Pérdidas por Mitch en agricultura ascienden a $ 24 millones en Costa Rica », La Nación, 4 décembre 1999.

RAMÍREZ, Sergio : « Un huracán demasiado lejos », La Nación, 26 avril 1999.

Notes de fin

* Université de Bretagne-Sud.

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540