Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Première partie. L'ouragan Mitch : reflets d'une société en crise

Risque naturel et vulnérabilité : une analyse de la catastrophe de Posoltega (30 octobre 1998)

Sébastien Hardy

Résumé

RÉSUMÉ
Le 30 octobre 1998, des coulées de boue provenant des flancs du volcan Casita ont fortement affecté le territoire du municipe de Posoltega. Cet événement, par l'ampleur des dégâts, se transforma en catastrophe nationale. Il est devenu en quelque sorte un symbole des conséquences du passage de l'ouragan Mitch à proximité du Nicaragua. À Posoltega, nous sommes face à une situation très complexe de vulnérabilité. Celle-ci tient à des conditions physiques singulières (instabilité de la roche en place, abat d'eau exceptionnel...). Cependant, plus encore, la vulnérabilité du territoire s'explique par des facteurs socio-politiques (pauvreté, installation de coopératives de réforme agraire sur des terrains soumis à des risques naturels...). À cet égard, le cas de Posoltega résume les contradictions qui non seulement caractérisent le Nicaragua, mais plus largement encore les pays en voie de développement.

RESUMEN
El 30 de octubre de 1998, un deslave de lodo procediente del volcan Casita asoló el territorio del municipio de Posoltega. Este evento, por la amplitud de los estragos que provocó, se convirtió en una catástrofe nacional. Está conside-rado como el símbolo de las consecuencias dramáticas del paso del huracán por Nicaragua. En Posoltega, enfrentamos una situación muy complicada de vulnerabilidad, relacionada tanto con condiciones físicas particulares (inestabilidad de las rocas, pluviosidad excepcional...), como con factores sociales y políticos agravantes (pobreza, ubicación de cooperativas de reforma agraria en terrenos peligrosos...). En este sentido, el caso de Posoltega es un resumen de todas las contradicciones que caracterizan no solo a Nicaragua, sino tambien a todos los países en vía de desarrollo.

Texte intégral

  • * Cemca, Managua.

1Note portant sur l’auteur**

2Le 30 octobre 1998, des coulées de boue provenant des flancs du volcan Casita (nord-ouest du Nicaragua, département de Chinandega) ont fortement affecté le territoire du municipe de Posoltega. Cet événement, par l'ampleur des dégâts, se transforma en catastrophe nationale. Il est devenu en quelque sorte un symbole des conséquences du passage de l'ouragan Mitch à proximité du Nicaragua. C'est pourquoi nous nous attacherons, à partir de cet événement, à présenter les facteurs physiques et sociaux qui expliquent la vulnérabilité de ce territoire qu'est Posoltega, ceci afin d'expliquer l'ampleur des dégâts causés par Mitch au Nicaragua.

3Par vulnérabilité, nous entendons la capacité pour une société donnée à subir des dommages, quels qu'ils soient, face à un événement catastrophique. La vulnérabilité représente donc la sensibilité potentielle ou réelle d'une société, d'un groupe ou d'un individu, à l'égard d'une action mettant en danger de réduction ou d'anéantissement son propre potentiel à vivre.

4Nous sommes à Posoltega face à une situation très complexe de vulnérabilité, qui emboîte plusieurs échelles :

  • La vulnérabilité du territoire tient tout d'abord aux conditions physiques singulières (volcan au matériel fragilisé) auxquelles peuvent s'adjoindre des événements exceptionnels (abat d'eau exceptionnel causé par le passage de Mitch).
  • Cependant, plus encore, la vulnérabilité du territoire s'explique par des facteurs socio-politiques. Posoltega, à cet égard, résume les contradictions qui non seulement traversent le Nicaragua, mais aussi plus largement les pays en voie de développement.

Figure n° 7 - Précipitations du mois d'octobre à Posoltega (1988-1998).

Figure n° 7 - Précipitations du mois d'octobre à Posoltega (1988-1998).

Photographie n° 6 - La coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).

Photographie n° 6 - La coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).

5Nous avons délibérément opté ici pour une analyse en retour de ce qui est aujourd'hui considéré comme « la catastrophe de Posoltega », afin de démontrer que l'analyse sociale, par l'introduction des éléments géopolitiques, offrait un cadre d'analyse de la vulnérabilité souvent peu abordée, quoique riche d'explications. Nous pensons effectivement qu'il existe une dimension géographique des faits politiques lorsqu'il s'agit de traiter de la notion de risque naturel.

ANALYSE EN RETOUR DE LA CATASTROPHE DU VOLCAN CASITA

6Le volcan Casita fait partie du complexe volcanique San Cristóbal, Cordillère de los Maribios. Il s'élève à 1 405 mètres au-dessus du niveau de la mer. C'est un volcan inactif, de type explosif. La présence de cônes volcaniques, composés de matériel pyroclastique, explique l'allure abrupte des pentes. Des ravins, rayonnant depuis le sommet, sillonnent les flancs du volcan et participent à en faire un édifice vulnérable à l'érosion. Différentes failles normales de direction nord-ouest / sud-est découpent l'aire sommitale et délimitent chaque côté du cratère.

Une conjonction de différents phénomènes exceptionnels

7Le passage de l'ouragan Mitch à proximité du Casita représente un facteur essentiel du déclenchement de l'avalanche de boue sur les flancs du volcan. En effet, des pluies anormalement abondantes, provoquées par Mitch furent enregistrées dans les environs de Chinandega dès le 25 octobre 1998. Ici, les moyennes connues jusqu'à présent dans le département depuis plus de 10 ans en matière de précipitation furent amplement franchies (figure n° 7). Ainsi, en octobre la moyenne des précipitations à Chinandega est-elle de 328,4 millimètres. Or, le 30 octobre 1998, uniquement, il tomba 484,8 millimètres d'eau. La quantité d'eau totale tombée en octobre 1998 à Chinandega atteint 1984,6 millimètres dont 1 597 en 10 jours. Aucun autre ouragan avant Mitch n'avait jusqu'alors provoqué autant de pluie. Les jours suivant le 30 octobre, l'intensité des pluies diminua progressivement pour atteindre le niveau saisonnier habituel.

8Le 30 octobre 1998, entre 10 heures 30 et 11 heures du matin, une violente avalanche de boue eut lieu dans le municipe de Posoltega. Il s'agit au départ du détachement d'un bloc de 60 mètres de haut par 150 mètres de large et 20 mètres d'épaisseur, dans la partie sud-ouest du sommet du volcan Casita. Le détachement du bloc déclencha par sa chute un « débris-avalanche » orienté vers le sud-est - affectant sur son passage le village d'Argelia - puis détourné vers le sud-ouest. Les matériaux mobilisés par cette avalanche se composent essentiellement de brèches altérées, de dimension métrique, cimentées par minéralisation hydrothermale.

9L'avalanche s'arrêta à une distance comprise entre deux et trois kilomètres depuis le sommet du volcan. Effectivement, à l'occasion d'une rupture de pente assez prononcée, le flux perdit une partie de son énergie cinétique. Les matériaux glissés formèrent alors sur le replat des accumulations qui constituèrent un barrage naturel fait de roches, d'arbres déracinés, de sable et autres matériaux arrachés sur le passage de l'avalanche. À cet endroit, les dépôts atteignirent une épaisseur de quatre à cinq mètres, mais sans aucune matrice pour les consolider. Vers 14 heures se déclencha la seconde partie de l'avalanche qui revêt toutes les caractéristiques d'un lahar. Il se déclencha après la rupture du barrage naturel formé par la première avalanche, suite à l'évacuation de grandes quantités d'eau depuis l'accumulation des débris (photographie n° 6, p. 42).

La coulée de boue : caractères physiques et géologiques

10Dans le cas de la coulée de boue du volcan Casita, nous sommes face à un phénomène qui fait intervenir à la fois des phénomènes d'instabilité de la roche en place - causée par les conditions structurelles et lithologiques - et des phénomènes de torrentialité. C'est donc une combinaison de processus successifs et juxtaposés qui explique le caractère exceptionnel du phénomène décrit ci-dessus. Trois étapes sont clairement identifiées et différenciées dans cet événement :

  • Tout d'abord, le glissement d'un bloc rocheux. Soulignons que la roche en place est particulièrement fracturée et affectée par l'altération hydrothermique. Sa déstabilisation s'explique en partie par le fait que les espaces interstitiels de la roche fracturée se sont gonflés d'eau, provoquant son basculement. En outre, l'effet des très fortes précipitations, intenses durant plusieurs jours, a été accentué par le facteur orographique. Une autre raison expliquant le basculement doit être recherchée dans les conditions structurelles. Nous sommes en effet sur le sommet du volcan Casita - d'après la carte géologique - en présence d'un graben délimité par deux failles parallèles de direction nord-ouest/sud-est. L'intersection des deux accidents structuraux définit une zone de faiblesse. Par ailleurs, du point de vue topographique, le profil de la pente du versant est particulièrement tendu au sommet du volcan.
  • Le glissement du bloc sur la partie supérieure du flanc a déclenché un flux de matériaux mobilisant les sols altérés. Les procédés agricoles et la déforestation, en favorisant l'érosion des sols, ont certainement joué un rôle non négligeable dans ce processus d'écoulement de débris.
  • Surtout, la masse de la coulée de débris a provoqué le long de son parcours un violent processus de désaturation en eau du sol. En effet, la masse du flux de matériaux a en quelque sorte drainé très rapidement le sol et l'horizon supérieur de la roche altérée. Or, bien que le niveau phréatique soit particulièrement profond dans cette région, la capacité de rétention d'eau des sols est très faible à cause de l'intercalation de couches de roches volcaniques.

11En ce qui concerne les caractéristiques granulométriques du sol, nous relevons qu'il y a une large prédominance de blocs et très peu de fines, ce qui implique une très basse capacité de rétention d'eau. Ceci laisse supposer, au vu des précipitations prolongées ayant affecté la zone, que le sol était largement saturé en eau au moment de la catastrophe et déjà très proche de l'état de liquéfaction.

Du phénomène « naturel » au désastre économique et social

12La coulée de boue a non seulement affecté des communautés villageoises qui vivaient sur les flancs du volcan mais encore des villages de la plaine et la petite ville de Posoltega (figure n° 8). Les coulées de boue ont dévasté une zone de 60 kilomètres carrés, provoquant la perte de 70 % des terres cultivables. Sur les flancs mêmes du Casita, la population des deux coopératives de Réforme agraire, El Porvenir et Rolando Rodriguez, était respectivement estimée à 600 et 1 250 habitants. Aujourd'hui, seul le GPS permet de localiser ces deux villages. Les deux villages ont été entièrement détruits et peu de personnes ont survécu au passage du lahar. Beaucoup d'autres endroits furent également affectés comme Argelia, Tololar I et Tololar II, El Bosque, Ojochal, Santa Narcisa, Villa Sandino, Torreon, La Virgen, Trianon.

Figure n° 8 - La coulée de boue du volcan casita.

Figure n° 8 - La coulée de boue du volcan casita.

13En contrebas, à plus de vingt kilomètres du sommet du Casita, à proximité de la route panaméricaine, le flux de boue conserve suffisamment de puissance pour emporter routes, ponts et habitations sur son passage (photographie n° 7). Cependant, la trajectoire du lahar est assez complexe. El Valle Las Moyorgas a été touché par la langue de boue principale, coulant à l'ouest de Posoltega. Des langues de boue secondaires ont contourné Posoltega par le nord-est pour ensuite revenir vers la petite ville. C'est ainsi que des habitations du quartier spontané appelé Posolteguilla furent emportées par la force des eaux. En 1998, le municipe de Posoltega comptabilisait 17 262 habitants. La population actuelle ne serait plus que de 14 749 habitants. Le passage de Mitch aurait entraîné la mort de 14,5 % de la population du municipe. Par ailleurs, près de 23 % des habitants vivaient en février 1999 dans des camps de réfugiés. Au mieux, ils logeaient sous des tentes.

Photographie n° 7 Maison dévastée par la coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).

Photographie n° 7 Maison dévastée par la coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).

ÉVALUATION DE L'ACCEPTABILITÉ DU RISQUE ENCOURU

14Nous devons à cet égard nous interroger sur les raisons pour lesquelles la catastrophe du volcan Casita a eu de telles incidences. Il nous semble intéressant d'analyser les informations disponibles, pour ensuite les confronter aux comportements des différents acteurs. Il s'agit en quelque sorte de se rendre compte de la manière dont ils ont été reçus et traités. À ce stade, nous abordons plus précisément le poids des inerties de la société nicaraguayenne et ses conséquences sur la notion de risque naturel. Transparaît alors assez clairement la responsabilité de la sphère politique dans la gestion/prévention des risques, que ce soit avant, immédiatement après, et longtemps après la catastrophe.

Informations et décisions politiques

15L'installation des communautés sur les flancs du volcan Casita s'est faite contre la logique initiale de déplacement du village indigène du flanc du volcan vers la plaine. En effet, les premiers habitants de Posoltega appartenaient très probablement à la tribu des « Marrabios » ou « Maribios ». Ils vivaient sur les flancs du volcan Casita. Le déplacement de l'établissement préhispanique vers son actuel site de plaine peut s'expliquer par la morphologie accidentée du terrain volcanique et la pénurie d'eau alors que la communauté s'agrandissait. Surtout, tout laisse supposer que l'image du volcan a toujours été fortement présente dans la communauté. L'analyse du nom « Posoltega » révèle en effet la racine étymologique « posolitecatl » qu'on interprète comme « poblado cerca de la tierra que arde » (« localité proche de la terre qui brûle »). Toutefois, il n'existe pas de données sur une quelconque activité volcanique à l'époque historique.

16Les villages de Rolando Rodriguez et El Porvenir furent installés sur les flancs du volcan comme coopératives de réforme agraire, par le pouvoir sandiniste, à la fin des années 1970. Ceci, apparemment, sans qu'aucune étude n'ait été menée au préalable (nous sommes, rappelons-le, sur les flancs d'un volcan) et sans tenir compte de l'histoire du site. La précipitation avec laquelle s'est effectuée cette opération s'explique par l'urgence de distribuer des terres à des familles pour qu'elles puissent subvenir à leurs besoins. Toutefois, elle trouve aussi une évidente raison dans la propagande politique au profit du Front sandiniste.

17Après entretien avec Madame le maire de Posoltega, Felícitas Zeledón, issue du parti sandiniste, il semble que l'existence de la carte intitulée Mapa de amenaza volcánica, publiée en 1995 par l'Ineter, était parfaitement connue. Or, ce document se fonde sur des travaux antérieurs qui, dès 1991, permettaient de disposer d'une cartographie précise de la menace volcanique dans la région du pays considérée comme la plus vulnérable (figure n° 9). Sur l'extrait présenté ici, qui concerne les volcans de la chaîne des Maribios, on voit que toute la zone située au nord de León et de Chinandega combine plusieurs types de menace : épanchement de lave, éjection de cendres et de scories (éruption strombolienne), activité hydro-magmatique, lahars, effondrements de terrain. Or, cette zone est l'une des plus peuplées du pays : en 1995, les départements de León et de Chinandega regroupaient 690 000 habitants (16 % de la population totale sur 4 % du territoire).

18La question consiste à savoir si cette cartographie était comprise. En effet, malgré le document assez explicite dont disposaient les autorités, aussi bien locales que nationales, rien ne semble avoir été fait pour mettre à l'abri les communautés soumises aux menaces potentielles.

19À Posoltega, la responsabilité humaine est encore renforcée par les déforestations effectuées sur les flancs du Casita. Même si des réserves forestières ont été établies par les pouvoirs publics sur les terres des haciendas Argelia, La Concha, Las Mercedes, elles ont été trop peu efficaces et trop peu respectées pour entraîner une stabilisation des versants. Pourtant, il serait erroné d'affirmer qu'en matière de prévention des risques rien ne se fait dans les pays en voie de développement. Dans le cas du Nicaragua, les risques volcaniques, les plus perceptibles pour des raisons visuelles et historiques, sont assez bien étudiés. Par conséquent, les défauts de crédits peuvent expliquer en partie pourquoi, dans le domaine des glissements, peu de choses ont été entreprises au Nicaragua. Toutefois, le clientélisme politique n'est également pas un élément à négliger. Dans cette perspective, nous pouvons nous demander dans quelle mesure les responsables politiques ne jouent pas du risque naturel pour mettre en pratique un certain mode de gestion sociale.

Figure n° 9 La menace volcanique dans la chaine des Maribios

Figure n° 9 La menace volcanique dans la chaine des Maribios

20Deux hypothèses au moins peuvent alors être émises pour expliquer cette situation. Il se peut en effet que les responsables locaux ne comprennent pas l'ampleur du risque. Dans ce cas, le gouvernement a également une certaine responsabilité dans l'information et la sensibilisation des acteurs locaux face au risque naturel. L'autre hypothèse met en avant le fait que les responsables, quoiqu'informés, n'ont pas les moyens (financiers, sociaux, législatifs) ou la volonté (pour raison politique, désintérêt, lassitude, dissonance cognitive) de réduire le risque. Nous aboutissons ainsi, dans un cas comme dans l'autre, à un sérieux problème politique autour du phénomène de risque naturel.

Une polémique politique qui freine l'action de gestion/prévention

21Nous sommes à Posoltega face à un cas de gestion de crise difficile. Cette situation n'est pas propre à Posoltega. Elle semble au contraire caractériser les situations de crise dans les pays en voie de développement. Il apparaît clairement que des discordes d'ordre politique ont retardé le travail des secours. La presse a alors joué le rôle de relais entre les différents acteurs des discordes. Tout d'abord, nous remarquons que la presse ne traite de l'avalanche de boue de Posoltega qu'à partir du 1er novembre 1998, alors que le phénomène a eu lieu deux jours auparavant. À cette occasion, le journal La Prensa a interrogé le représentant du gouvernement, Héctor Escato, présent dans les bureaux d'information de la Défense civile nicaraguayenne. Ce dernier nie qu'il y ait eu une gigantesque avalanche dans le municipe de Posoltega provoquant des milliers de victimes, contrairement à ce qu'affirme le maire de Posoltega, Felícitas Lucila Zeledón de Cortés.

22Par ailleurs, les sinistrés de Posoltega sont, pour une très grande majorité, des bénéficiaires de la Réforme agraire lancée par les sandinistes. À cet égard, Posoltega constitue un bastion politique sandiniste. La conscience politique de cette population est assez développée. Elle est ici entièrement acquise à la cause sandiniste. Par conséquent, jamais les critiques ne se porteraient contre la légèreté avec laquelle les sandinistes ont installé les communautés sur les terres de Réforme agraire. En revanche, le gouvernement, déclaré irresponsable par le maire sandiniste de Posoltega, subit les multiples critiques des sinistrés. De son côté, le maire de Posoltega joue sur cette image de non-intervention du gouvernement. Comment ne pas se demander si le maire ne se sert pas de cette image lorsqu'on lit dans la presse que : « Felícita se convirt[ío] en la portavo[z] de este clamor nacional movilizándose ante las máximas autoridades del país ».

Prévoir, et faire percevoir les conséquences dommageables d'un phénomène potentiel

23La catastrophe de Posoltega réveille de vieux débats portant sur le risque naturel. Le journal La Prensa du 9 novembre 1998 se fait ainsi l'écho d'interrogations : certains se demandent s'il faut considérer l'événement comme un châtiment de Dieu, tandis que d'autres pensent que c'est inhérent à la nature. Cet intérêt pour le risque naturel révèle que les catastrophes ont des conséquences positives en termes de reconstruction, de prise de conscience et de changement d'attitude. Ainsi, La Prensa, dans son édition du 6 novembre 1998, indiquait-il que le Nicaragua subissait fréquemment les effets d'ouragans et de tremblements de terre. Et malgré la récurrence de ces événements, il soulignait que le pays était encore très insuffisamment préparé à affronter rapidement et efficacement les effets de ces événements.

24Cette opinion des Nicaraguayens dans leur ensemble (dont La Prensa se fait le relais), oblige également à poser la question concernant la mémoire collective : y a-t-il à Posoltega, comme pour l'ensemble du Nicaragua, perte de la mémoire collective autour du risque naturel ? Nous avons vu précédemment que le village indigène de Posoltega avait été déplacé pour échapper au risque auquel il s'exposait. Si les hommes ont réoccupé ces terrains, cela implique-t-il, quelque part, une perte de la mémoire collective ?

25Tout d'abord, remarquons que la population dans le municipe de Posoltega a été multipliée par deux entre 1971 et 1995, pour passer de 7 140 habitants à 15 331, dont 73 % de ruraux. En 1995, le nombre de pauvres, considérés comme soumis à une grande pauvreté, représente 52 % de la population du municipe. À partir de ces données, nous émettons l'hypothèse que la croissance démographique et la grande pauvreté permettent d'expliquer l'extension des cultures et des déforestations sur les flancs du volcan Casita, et ce malgré la fragilité de ces terrains et les risques auxquels ils exposent les communautés rurales.

26Cependant, on peut aussi s'interroger sur le comportement des populations. Ne cherchent-elles pas à justifier leur présence sur les flancs du Casita en invoquant des contraintes de pauvreté (ce que sous-entend la Réforme agraire), se libérant de cette manière de leur responsabilité en se déchargeant sur les classes aisées et les experts qui les ont installées sur ces terrains ? À cette attitude, il faut ajouter l'absence de mémoire collective sur les flancs du volcan, pratiquement vide d'hommes il y a encore quelques décennies. C'est un facteur à prendre en compte pour mener une reconstruction efficace.

Les actions de reconstruction

27Le 16 novembre 1998, le vice-président du Nicaragua, Enrique Bolaños se rendit à Posoltega. Le maire rappela alors au gouvernement qu'il ne savait pas comment reloger les sinistrés et qu'il demandait une aide. Sur fond de rivalité politique, le gouvernement a alors entrepris de mener une action de construction pour venir en aide aux sinistrés de la coulée de boue sur les flancs du volcan Casita. Il s'agit de la construction de maisons, créant la colonie Villa Dolores. C'est ainsi que, le 10 février 1999, cent maisons furent inaugurées en grande pompe par le Président Alemán. L'installation des premières familles débuta en mars 1999. Au total, 240 logements sont prévus à Villa Dolores, financés par le gouvernement de la République. Les maisons préfabriquées comptent deux pièces, des latrines, l'eau potable et l'énergie électrique. Le coût de construction de chaque maison est estimé à 1 000 dollars.

28Apparemment, les maisons sont attribuées gratuitement aux sinistrés, sans aucune contrepartie financière. Ceci semble être une évolution positive par rapport à ce qui s'est fait au Guatemala en février 1976, où seuls les plus aisés des sinistrés avaient pu accéder aux crédits pour acheter les maisons préfabriquées. Par ailleurs, dans le discours d'inauguration, le Président Alemán insista sur le fait que les maisons seraient attribuées sans aucune discrimination politique et religieuse. Cependant, les actions ponctuelles de construction de logements, au-delà du caractère médiatique, hautement exploité par le Parti libéral constitutionnel, n'ont résolu en rien les difficultés des sinistrés de Posoltega.

***

29Même si les opérations de reconstruction ont commencé, il nous semble qu'elles restent insuffisantes et, surtout, trop lentes par rapport aux besoins réels. Ainsi avons-nous pu remarquer, en février 1999, que les populations sinistrées, installées provisoirement dans des camps de réfugiés, commençaient à construire par elles-mêmes des édifices en dur. C'est notamment le cas dans le camp El Tanque. Les réfugiés, désespérés par l'attente d'un changement de leur situation, ont mis en route la construction d'une église. En fait, le camp de réfugiés est en passe de se transformer en une communauté permanente.

30Cette situation ne va pas sans poser quelques problèmes. Tout d'abord pour le propriétaire du terrain qui réclame une indemnisation. Ensuite, l'installation des réfugiés fait fi des menaces naturelles potentielles. L'installation de nouvelles communautés rurales se sera faite sans véritable opération d'aménagement pensée. Par conséquent, la vulnérabilité ne sera pas réduite. Rien d'étonnant alors à lire dans le journal La Prensa, daté du 15 septembre 1999, que les pluies qui ont affecté l'ouest du Nicaragua ont provoqué de nouvelles inondations à Posoltega et le déplacement de 200 familles. Le 3 octobre 1999, le journal La Tribuna annonçait quant à lui de nouvelles évacuations de familles vivant dans la petite ville de Posoltega. Celles-ci seraient menacées par la possible destruction d'un mur de rétention d'un cours d'eau qui protégeait jusqu'ici le centre urbain de Posoltega.

31Une fois de plus, cet exemple révèle que le rôle des décideurs politiques apparaît essentiel face à la situation actuelle de gestion de post-crise. À Posoltega, les autorités tolèrent, voire impulsent (pour une pratique de gestion sociale), des attitudes privées, individuelles ou collectives, qui contribuent à créer des situations de vulnérabilité aggravée (invasion de terrains, absence de permis de construire...), à défaut d'avoir de véritables moyens de réduire le risque.

Notes de fin

* Cemca, Managua.

Table des illustrations

Titre Figure n° 7 - Précipitations du mois d'octobre à Posoltega (1988-1998).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Photographie n° 6 - La coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure n° 8 - La coulée de boue du volcan casita.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Photographie n° 7 Maison dévastée par la coulée de boue du volcan Casita (cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure n° 9 La menace volcanique dans la chaine des Maribios
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540