Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nicaragua, dans l’œil du cyclone

 | 
Alain Musset
, 
Joël Delhom

Première partie. L'ouragan Mitch : reflets d'une société en crise

Entre cyclones et tremblements de terre : le Nicaragua face au risque naturel

Alain Musset

Résumé

RÉSUMÉ
Le Nicaragua est souvent considéré comme un pays " à risques ", menacé en permanence par les colères d'une nature incontrôlable. Pourtant, malgré la récurrence des catastrophes, les Nicaraguayens n'ont pas développé une " culture du risque naturel " et la société dans son ensemble reste particulièrement vulnérable, autant par manque de moyens matériels que par défaut d'éducation et d'information. Dans l'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine, le "risque naturel" apparaît donc surtout comme l'expression d'une réalité sociale, et parfois d'un enjeu politique. Dans ce contexte, la catastrophe occasionnée par le passage de l'ouragan Mitch sur le territoire nicaraguayen a servi de révélateur aux tensions qui, loin d'avoir été balayées par la défaite des sandinistes aux élections de 1990, continuent à peser sur un pays appauvri par vingt années de guerre civile.

RESUMEN
Nicaragua está a menudo considerado como un pais peligroso, amenazado por los furores de una naturaleza tuera de control. Sin embargo, a pesar de catástrofes recurrentes, los nicaraguenses nunca desarrollaron una " cultura del riesgo natural ", y la sociedad en su conjunto que-da particularmente vulnerable, tanto por falta de recursos materiales como por falta de educación y de informatión. En uno de los países más pobres de América latina, el "riesgo natural", no es sino la expresión de una realidad social, y a veces de juegos políticos. En este sentido, la catástrofe provocada por el huracán Mitch, despues del fracaso electoral de los sandinistas en 1990, puso en plena luz las tensiones acumuladas en un pals empobrecido por 20 años de guerra civil.

Texte intégral

  • * EHESS, Paris.

1Note portant sur l’auteur*

Figure n° 1 – Le Nicaragua et l’isthme centraméricain.

Figure n° 1 – Le Nicaragua et l’isthme centraméricain.

No hai cosa mas espantosa, mas terrible que estos sacudimientos que hacen estremecer hasta en sus cimientos el firmamento sobre el cual habitamos : asi como no hai tampoco cosa que dé a conocer de manera mas patente la grandeza y omnipotencia de Dios que como dice el Eclesiástico con una mirada suya conmueve al Universo.
El Ojo del Pueblo, Periódico de Granada, n° 19, 4 mai 1844.

2Régulièrement affecté par des tremblements de terre, comme celui qui détruisit Managua en 1972, exposé à de brusques éruptions volcaniques (il compte plusieurs volcans en activité, dont le fameux Cerro Negro), traversé par des cyclones (l'ouragan Mitch n'est que le dernier en date d'une longue série), le Nicaragua est souvent considéré comme un pays « à risques », menacé en permanence par les colères d'une nature incontrôlable. À l'époque coloniale, les Espagnols ont plusieurs fois subi des désastres d'une telle ampleur qu'ils ont été obligés d'abandonner des villes entières, comme celle de León, en 1610. Pourtant, malgré la récurrence des catastrophes, les Nicaraguayens n'ont pas développé une « culture du risque naturel » (contrairement au Japon, par exemple) et la société dans son ensemble reste particulièrement vulnérable, autant par manque de moyens matériels que par défaut d'éducation et d'information.

3Dans l'un des pays les plus pauvres d'Amérique, le « risque naturel » apparaît donc surtout comme l'expression d'une réalité sociale, et parfois d'un enjeu politique. Le « sous-développement », mais aussi l'ampleur des disparités économiques, expliquent en partie pourquoi la mise en place de différents outils d'analyse du risque, contrôlés par l'Institut nicaraguayen d'études territoriales (Ineter) n'a pas abouti à définir une politique de prévention véritablement efficace. Dans ce contexte, la catastrophe occasionnée par le passage de l'ouragan Mitch sur le territoire nicaraguayen a servi de révélateur aux tensions sociales, économiques et politiques qui, loin d'avoir été balayées par la défaite des sandinistes aux élections de 1990, continuent à peser sur un pays appauvri par vingt années de guerre civile.

4Les torrents de pluie, les coulées de boue, les rivières en crue, les effondrements de terrain qui ont fait tant de victimes en octobre 1998, ont aussi modifié la topographie locale et provoqué le déplacement et la dispersion de nombreux champs de mines méticuleusement installés, au cours des années 1980, par l'armée sandiniste et par les forces de la Contra. La polémique qui a suivi cette découverte est le reflet d'une grande vulnérabilité sociale aggravée par des tensions militaires auxquelles, aujourd'hui encore, la population nicaraguayenne paie un lourd tribut. En août 1999, alors que plus de 80 000 engins de mort étaient toujours disséminés sur le territoire national, sans qu'on puisse les localiser avec précision, l'Organisation des États américains (OEA) cherchait désespérément 27 millions de dollars pour financer son programme de déminage du Nicaragua...

LE NICARAGUA, UN PAYS À RISQUES

5Même si les civilisations préhispaniques d'Amérique centrale n'ont pas laissé de témoignage écrit, des indices géologiques précis montrent que la région Pacifique du Nicaragua a subi de nombreuses catastrophes naturelles bien avant l'arrivée des Espagnols. Dans le sous-sol de Managua, on a ainsi retrouvé les traces d'une famille entière qui fuyait devant une éruption du volcan Masaya dont les retombées, il y a plus de dix mille ans, ont dévasté toute la région. On voit nettement, conservées dans la boue solidifiée de ce qui était autrefois la rive du lac, les empreintes de pas de plusieurs adultes, d'enfants et d'animaux qui courent, trébuchent, tombent et se relèvent dans leur fuite éperdue pour échapper à la mort...

Des conditions naturelles potentiellement dangereuses

6À bien des égards, le Nicaragua accumule tous les risques, qu'ils soient d'origine climatique, sismique ou volcanique. On trouve sur le territoire national pas moins de neuf volcans en activité, tous alignés sur 300 kilomètres de long entre la péninsule de Cosigüina et l'île d'Ometepe (figure n° 2). Cet alignement correspond à une faille profonde de l'écorce terrestre, orientée nord-ouest / sud-est, qui marque de son empreinte toute la topographie du versant Pacifique. Certains volcans nicaraguayens sont vieux de plusieurs dizaines de milliers d'années (Chonco, Casita, Mombacho...), mais le Cerro Negro n'est apparu qu'en 1850. Depuis cette date, son cône s'est élevé de plus de 400 m par accumulation de laves et de matières pyroclastiques. Si le volcan Masaya, de type effusif, se caractérise par d'épisodiques épanchements de lave, les vulcanologues redoutent particulièrement les éruptions du Cerro Negro, qui peuvent se matérialiser par la projection de meurtrières nuées ardentes.

Figure n° 2 - La menace volcanique et sismique au Nicaragua.

Figure n° 2 - La menace volcanique et sismique au Nicaragua.

7C'est aussi dans la région Pacifique que la menace sismique est la plus forte. Il s'agit en effet d'une zone où de nombreuses failles sont encore actives. La dépression centrale où se situent les lacs de Managua (Xolotlán) et du Nicaragua (Cocibolca) est constituée par un vaste fossé d'effondrement (graben) long de 350 kilomètres et large de 40 kilomètres. Le Nicaragua appartient en outre, comme toute l'Amérique centrale, à la ceinture de feu du Pacifique : situé entre la plaque Caraïbes et la plaque Coco, il subit directement les effets des énormes tensions provoquées par le rejeu des plaques dans cette zone de convergence (phénomène de subduction et de collision).

8Le risque d'inondation, principalement lié à des précipitations intenses, touche surtout les bassins-versants des fleuves descendant vers le littoral Caraïbe du pays, même si des zones ponctuellement dangereuses ont été cataloguées dans la région Pacifique (figure n° 3). Cette façade est directement exposée au passage des ouragans et des tempêtes tropicales qui se forment dans les eaux chaudes de l'Atlantique et qui viennent régulièrement frapper les côtes de l'Amérique centrale et du Mexique, avant de remonter la côte Est des États-Unis (Texas, Louisiane, Floride, les deux Virginie). On peut donc considérer que, dans ce domaine, le Nicaragua cumule trois facteurs de risque : sa position au cœur de la zone intertropicale nord, et plus particulièrement sur la ligne de convergence intertropicale, marquée ici par une longue saison des pluies (de mai à octobre) ; sa situation dans l'isthme centraméricain, où dominent les vents humides en provenance de l'Atlantique et de la mer Caraïbe qui arrosent copieusement la Côte des Mosquitos ; un relief marqué par des chaînes montagneuses orientées nord-ouest/sud-est qui, du Pacifique à l'Atlantique, compartimentent le pays en quatre grandes zones et favorisent les précipitations orographiques sur le versant est du pays, où la saison des pluies dure entre neuf et dix mois (entre 2 500 et 5 000 mm d'eau par an).

Figure n° 3 - Risques d'inondation et trajectoires cycloniques au Nicaragua (1892-1996).

Figure n° 3 - Risques d'inondation et trajectoires cycloniques au Nicaragua (1892-1996).

9Cette cartographie de la menace naturelle doit être superposée à la carte des densités de population, si l'on veut comprendre comment le risque peut se convertir en désastre pour les habitants (figure n° 4). En effet, sur 15 % de la superficie totale s'entassent près des deux-tiers des Nicaraguayens, dans la zone où les menaces volcaniques et sismiques sont potentiellement les plus fortes. Cette répartition de la population s'explique autant par des critères naturels que par des raisons historiques et culturelles. En effet, dès le début du xvie siècle, les Espagnols ont bâti leurs principales villes au contact des principaux groupes indigènes (qui étaient destinés à leur servir de main-d'œuvre gratuite), dans la région dont le climat correspondait le mieux à leurs préoccupations philosophico-médicales, fondées sur les théories d'Hippocrate et de Galien. C'est ainsi que Juan de Pineda, qui rédigeait en 1595 ses Avisos tocante a la Provincia de Guatemala, soulignait clairement l'opposition entre les terres hautes (saines) et les terres basses (malsaines), mais aussi entre la côte Atlantique (malsaine) et la côte Pacifique (saine malgré la chaleur, parce qu'elle bénéficiait d'un climat plus sec).

Figure n° 4 - Les densités de population au Nicaragua (1995).

Figure n° 4 - Les densités de population au Nicaragua (1995).

10La distinction opérée par Juan de Pineda repose sur une perception exacte du climat mais aussi sur une interprétation « culturelle » des phénomènes décrits. Hippocrate, principale référence des Espagnols dans ce domaine, écrivait à cet égard que : « les habitants d'un pays enfoncé, couvert de pâturages, où règnent des chaleurs étouffantes, où soufflent les vents chauds de préférence aux vents froids, où les eaux potables sont chaudes, ne sont généralement ni grands ni bien proportionnés [...]. Le courage et l'aptitude au travail n'existent pas chez eux à un aussi haut degré » (Hippocrate, 1995 : 91 ). En 1544, désireux de prouver que leur patrie d'adoption, même si elle appartenait à la Torrida Zona, échappait à ce modèle, les habitants de la ville de Granada envoyèrent au roi une lettre où ils proclamaient toute la douceur d'un climat qui n'avait rien à envier à celui de la lointaine Castille, puisque la terre était « très saine » et fournissait à ses habitants tous les aliments dont ils avaient besoin (AGI, Guatemala, 44A, n° 4).

11Depuis cette époque, et malgré de récentes tentatives pour mettre en valeur le versant Atlantique du pays, tardivement rattaché au territoire national, les départements situés sur le versant Pacifique concentrent l'essentiel de la population et des activités. Le réseau urbain reste dominé par quatre villes situées à proximité des lacs de la dépression centrale : Managua (un million d'habitants sans compter les localités périphériques), León (160 000), Masaya (120 000) et Granada (97 000). Cette conjonction entre la diversité des menaces et la concentration de la population ne fait qu'accroître l'intensité du risque.

Photographie n° 3 les ruines de Leon Viejo (cliché : Alain Musset)

Photographie n° 3 les ruines de Leon Viejo (cliché : Alain Musset)

Un pays marqué par des catastrophes récurrentes

12En ce fondant sur les données enregistrées par la Cepal (Commission économique pour l'Amérique latine), l'État major de la Défense civile nicaraguayenne a recensé un minimum de 18 événements de nature catastrophique qui ont frappé le pays depuis la conquête espagnole. Dans une première catégorie entrent les éruptions volcaniques qui, régulièrement, affectent la région du littoral Pacifique (tableau I). L'éruption du Momotombo, en 1609, a ainsi entraîné l'abandon du premier site de la ville de León, fondée par Francisco Hernández de Córdoba sur les bords du lac Xolotlán. Aujourd'hui, les ruines de l'ancienne cité ont été en partie dégagées par les archéologues et le gouvernement essaie, sans grand succès, de transformer le site en lieu touristique (photographie n° 3).

Tableau i - Principales éruptions volcaniques.

Tableau i - Principales éruptions volcaniques.
  • * La manzana est une mesure de superficie correspondant à 0,7 hectare.

Note*

  • 1 Entre la cathédrale et la rive du lac, le président Arnoldo Alemán a décidé de construire le nouve (...)

13Dans la même zone, les tremblements de terre sont fréquents (tableau II). Celui de 1972 a été le plus meurtrier de toute l'histoire nicaraguayenne, puisqu'il a provoqué la mort de presque 10 000 personnes (officiellement : 6 000). Tout le centre de la capitale a été dévasté, sur une superficie de 13 km2. 54 000 habitations ont été détruites, ainsi que quatre hôpitaux, quatre marchés couverts et 740 salles de classe, sans compter les bureaux, les commerces, les entrepôts... Un quart de siècle après la catastrophe, rien n'a été reconstruit et la zone centrale n'est qu'un vaste désert quadrillé par la trame des anciennes rues1. À l'ombre des tours de la cathédrale, des vaches viennent paître l'herbe rase qui pousse à l'emplacement des immeubles disparus, tandis que les enfants des bidonvilles proches jouent au base-ball sans se préoccuper du monument élevé par les sandinistes à la mémoire des victimes de la nature et de Somoza (photographie n° 4).

14Les statistiques officielles montrent que les catastrophes les plus meurtrières sont provoquées par des tremblements de terre, puisque les secousses affectent la zone sismique (et très urbanisée) du littoral Pacifique. Cependant, le Nicaragua est presque chaque année touché par des cyclones dévastateurs, qui causent régulièrement d'énormes dégâts matériels (tableau III). En 1988, l'ouragan Joan a presque complètement rasé la ville de Bluefields, l'une des principales agglomérations de la côte Caraïbe, avec 37 000 habitants recensés en 1995 (photographie n° 5). À cette époque, le Nicaragua était plongé en pleine guerre civile et le pouvoir sandiniste entretenait de mauvaises relations avec les populations miskitos de la région. C'est pourquoi les travaux de reconstruction ont été longtemps retardés, certains quartiers de Bluefields conservant durant plusieurs années l'apparence d'une ville fantôme.

Photographie n° 4 Le centre ville de Managua (cliché : Alain Musset).

Photographie n° 4 Le centre ville de Managua (cliché : Alain Musset).

Tableau ii - Tremblements de terre et tsunamis.

Tableau ii - Tremblements de terre et tsunamis.

Photographie n° 5 - Les effets de l'ouragan Joan (cliché : Ihnca).

Photographie n° 5 - Les effets de l'ouragan Joan (cliché : Ihnca).

15Le catalogue des désastres établi par la Défense civile, même s'il est impressionnant, n'est pas exhaustif, puisqu'il ne prend en compte que les événements qui ont directement touché la population locale et dont il reste une trace dans les archives. C'est ce qui explique l'apparente accélération des catastrophes à partir de la deuxième moitié du xxe siècle. La figure n° 3, élaborée à partir des données de l'Ineter, montre ainsi que le Nicaragua a été touché par quarante cyclones entre 1892 et 1996. Si la grande majorité n'a pas atteint le littoral Pacifique, six d'entre eux, réduits à de simples dépressions tropicales, ont affecté cette zone densément peuplée, provoquant parfois d'importants dégâts (ce fut le cas d'Irène en 1971, de Joan en 1988, de Bret en 1993 et de César en 1996).

16On peut considérer que la mémoire des catastrophes a été souvent mal gérée par les autorités locales, et ce depuis le début de la Conquête. En fouillant dans les archives générales des Indes de Séville (AGI), j'ai ainsi retrouvé la trace d'un ouragan qui frappa le port de El Realejo en 1647, provoquant la destruction par le feu de plus de 60 maisons et de l'église paroissiale, qui venait à peine d'être achevée (AGI, Guatemala, 44B, n° 84). De manière plus étonnante, la Défense civile ne semble pas avoir enregistré la grande éruption du volcan Cosigüena, en 1835, qui a propulsé dans l'atmosphère environ 10 km3 de débris pyroclastiques et de cendres, dont on a retrouvé la trace jusqu'au Mexique, en Jamaïque et en Colombie.

Tableau iii - Cyclones et inondations.

Tableau iii - Cyclones et inondations.

PRÉVENTION DU RISQUE OU CONTRÔLE DE LA SOCIÉTÉ ?

17Mais le cycle des menaces n'est pas terminé, puisque le Cerro Negro a encore fait parler de lui en août 1999 : une série de mouvements telluriques a accompagné l'éruption d'une des bouches périphériques du volcan et l'apparition de trois nouveaux cratères à la base du cône principal. Plusieurs villes de la région (Telica, Chichigalpa, Chinadega, Corinto et Malpaisillo) ont été affectées par les secousses sismiques, tandis que les autorités locales étaient obligées de faire évacuer un des hôpitaux de León, dont les murs présentaient des signes de faiblesse. Pourtant, ce n'est que tardivement que les autorités nicaraguayennes ont décidé de répondre, de manière partielle et souvent ambiguë, au problème posé par la récurrence des catastrophes naturelles sur le sol national, en essayant de se donner de véritables moyens de prévention et d'intervention.

Un outil de prévention essentiel : l'Ineter

18L'Institut nicaraguayen d'études territoriales a été créé en 1981, à l'initiative des sandinistes qui venaient de renverser la dictature du clan Somoza. À l'origine, dans le cadre d'une politique d'inspiration socialiste, son but était de répertorier et de classifier les ressources naturelles du pays, afin de planifier l'aménagement du territoire. Depuis 1991, il dépend du ministère de la Construction et des Transports et se partage en plusieurs services dont les compétences touchent presque toutes les sciences de la terre : géodésie et cartographie, météorologie, ressources hydrauliques, géophysique et, plus accessoirement, aménagement du territoire. Cette réforme a été effectuée sous l'égide du gouvernement d'inspiration libérale de Violeta Chamorro, élue en 1990 à la présidence de la République. L'Ineter est directement impliqué dans la prévention du risque naturel, grâce à plusieurs services essentiels : les départements de sismologie et de vulcanologie (qui dépendent de la direction de géophysique), la direction de météorologie et la direction des ressources hydrauliques, dont un service est chargé de réaliser des études sur les risques d'inondation liés aux pluies intenses. Tout le territoire national est ainsi jalonné par des centres de contrôle qui analysent en permanence les mouvements du sol et l'évolution des masses d'air. Au total, le département de météorologie contrôle ainsi près de 300 stations de surveillance.

19L'une des principales tâches de l'Ineter est de réaliser la cartographie des menaces naturelles et d'élaborer des plans d'exposition aux risques (voir à ce sujet l'article de Sébastien Hardy). Un groupe de chercheurs et de techniciens de l'Ineter, spécialisé dans l'étude des désastres, travaille en collaboration directe avec le Comité national de la défense civile afin de déterminer les zones sensibles et de déclencher l'alerte en cas de danger pour les populations. Grâce à leurs analyses, les services de la Défense civile ont pu déterminer que 57 municipes nicaraguayens, sur un total de 147, présentent un degré de vulnérabilité élevé, combinant intensité de la menace et fragilité de la population.

20En se fondant sur les études réalisées antérieurement, c'est l'Ineter qui, en août 1999, suite à l'éruption du volcan Cerro Negro, a mis le département de León en état d'alerte maximum. Cette déclaration a eu des conséquences immédiates, puisque quelques jours ont suffi pour organiser le déplacement de plusieurs centaines de personnes directement menacées par les émissions de lave, de gaz et de cendres volcaniques. Plusieurs localités situées sur les flancs du volcan (El Porvenir, Palo de Lapa, los Caleros, Los Urroces, Kilómetros 16 y 18, Rota) ont été abandonnées par leurs habitants, venus se réfugier dans des camps mis en place par les autorités à Malpaisillo, à León et dans ses environs. Cependant, malgré le risque que faisait peser sur eux l'imminence d'une éruption, de nombreuses familles ont refusé d'abandonner leur maison, au grand dam des officiers de la Défense civile chargés par le gouvernement d'assurer la sécurité de la population locale.

Un outil d'intervention controversé : le Système national de la défense civile

21Ces officiers de l'armée appartiennent au Système national de la défense civile, mis en place par l'État afin de mettre en œuvre les recommandations de l'Ineter. La création de cet organisme répondait à un besoin, mais son fonctionnement est loin de faire l'unanimité. En effet, c'est en 1976, à la suite du tremblement de terre de 1972, que le régime de Somoza décida de créer l'Institut national de la défense civile qui dépendait d'un Comité de Emergencia Nacional, lui-même directement rattaché à la présidence de la République. En 1982, soucieux de se démarquer de la politique de l'ancien dictateur, les sandinistes créèrent leur propre organisme, l'État major de la défense civile, avec pour objectif d'anticiper les besoins de la population et d'organiser les secours en cas de désastre.

22La philosophie du Système national de la défense civile mis en place à partir de 1990 se fonde sur une approche très actuelle de la notion de risque naturel. Il ne s'agit plus seulement d'agir après la catastrophe afin de porter secours aux sinistrés, mais plutôt de limiter la vulnérabilité de la population en agissant en amont du désastre, par la mise en garde des habitants des zones à risque, l'amélioration des infrastructures locales, la création de centres de surveillance et d'intervention. Dans cette perspective, trois stations radio ont été installées sur la côte Atlantique et reliées à des antennes locales de la Défense civile, pour lutter contre les ouragans. De même, avec l'aide de l'Ineter, 35 plans d'urgence ont été conçus pour répondre à différents scénarios catastrophiques - la majorité d'entre eux (30) concernant la région très peuplée du Pacifique.

23En théorie, le système veut transcender les limites administratives, éliminer les pesanteurs institutionnelles et effacer les rivalités politiques qui empoisonnent la société nicaraguayenne en partageant les responsabilités de l'État avec la population et des autorités locales. La Défense civile s'organise donc selon cinq échelons où l'on retrouve les mêmes composantes, depuis le niveau national jusqu'au niveau local (quartiers urbains, communautés rurales), en passant par la hiérarchie classique des régions, des départements et des municipalités. Cette structure très pyramidale n'est pas sans rappeler l'organisation « socialiste » qui encadrait étroitement la population dans les années 1980, quand les sandinistes gouvernaient le pays. L'échelon de base est ainsi constitué par un Comité local de défense civile présidé par « le leader de la communauté », et composé de volontaires désireux de travailler de manière bénévole pour le bien de leurs concitoyens.

24Dans le même esprit ont été créées 360 « brigades » de défense civile, regroupant plus de 2 700 « brigadistes » en uniforme (chiffres d'avril 1999), effectifs répartis en différentes équipes : premiers secours, incendie, recherche et sauvetage, évacuation. Mais le vocabulaire n'est jamais neutre : « brigades », « brigadistes », « comités de défense », « leader de la communauté » renvoient de manière directe ou indirecte à l'idéologie et à la rhétorique du Front sandiniste de libération nationale. Ce n'est pas étonnant quand on sait que, si le chef de l'État a toute autorité pour déclarer l'état d'urgence, c'est l'armée qui est chargée de la direction de la Défense civile, c'est-à-dire de coordonner la planification, l'organisation, la direction et le contrôle de toutes les activités liées à la prévention des désastres mais aussi aux processus d'intervention en cas de catastrophe naturelle. Or, depuis 1990, la droite qui gouverne le pays doit composer avec des forces armées majoritairement de gauche, dont les membres les plus influents se considèrent toujours comme les héritiers de Sandino.

  • 2 Le décret a été signé le 30 octobre 1998, jour de la catastrophe du volcan Casita (2 000 victimes) (...)
  • 3 « En ocasiones, los militares se encuentran ante una disyuntiva : por una parte, no están seguros (...)

25Cette opposition politique entre les deux rouages essentiels du Système de défense civile explique en grande partie pourquoi la présidence de la République semble avoir hésité avant de déclarer officiellement l'état d'urgence, malgré l'ampleur des ravages provoqués par le passage du cyclone Mitch2. En fait, dans un pays encore traumatisé par la guerre civile des années 1980, la droite au pouvoir ne désirait pas laisser les mains libres à des militaires parfois soupçonnés de vouloir rétablir au Nicaragua, après la chute du mur de Berlin et la défaite électorale des sandinistes, une hypothétique « dictature du prolétariat ». D'ailleurs, au cours de la réunion organisée en février 1999 à Santo Domingo pour tirer les leçons des cyclones Georges et Mitch, la mauvaise coordination entre civils et militaires a fait l'objet de vives critiques de la part des experts de l'Organisation panaméricaine de la santé3.

26Cependant, les leçons de Mitch n'ont pas suffi pour atténuer l'intensité des rivalités politiques qui, au Nicaragua, se sont souvent révélées plus dangereuses que les catastrophes naturelles. Ainsi, en août 1999, le président de la République a profité de l'éruption du Cerro Negro pour provoquer à nouveau la colère des sandinistes. Dès le début de l'alerte, le maire de León, Rigoberto Sampson, avait commencé à mettre en place un comité d'urgence comprenant la Croix rouge, la Défense civile, les pompiers, la police, l'armée et des ONG, avec l'aide des habitants. Pourtant, dès son arrivée sur place, Arnoldo Alemán décida de créer un autre comité, situé sur l'échelon supérieur dans le Système national de la défense civile, en faisant appel aux autorités du département, au lieu de travailler avec la municipalité. Ce choix s'explique parce que, dans le contexte national, les différents échelons de la défense civile ne peuvent fonctionner que si les forces politiques en présence sont du même bord. Or, traditionnellement, la ville de León est un bastion de la gauche nicaraguayenne et un président de droite ne peut que se méfier d'une population qui lui est a priori hostile.

La difficile mise en place d'une coopération régionale

27Ces rivalités à l'échelle nationale sont tout aussi fortes quand il s'agit de traiter le problème au niveau centraméricain. Plusieurs décennies de guerres civiles et d'affrontements inter-étatiques n'ont pas favorisé la mise en place d'un système régional de surveillance et de prévention des risques naturels dans la région de l'isthme. Pourtant, même si les effets des éruptions volcaniques et des tremblements de terre sont généralement très localisés, les cyclones se moquent des frontières - Mitch l'a clairement montré en frappant durement le Nicaragua, le Honduras et le Guatemala. Vieilles rancœurs nationalistes, méfiances politiques, tensions économiques, querelles frontalières ont trop longtemps ralenti ou empêché les processus d'intégration régionale, limitant les efforts de coopération à des mesures symboliques.

  • 4 C'est en 1990 qu'est lancé à Panama le Plan d'action économique d'Amérique centrale (Paeca), relay (...)

28Il a fallu attendre 1990 pour que soit fondé à San José (Costa Rica) le Centro Regional de Documentación de Desastres (CDD). Ni la date ni le lieu de cette création ne sont dus au hasard. En effet, le Costa Rica est le seul pays de la région qui, malgré ses turbulents voisins, n'a jamais été entraîné dans la tourmente des guérillas et des dictatures. En outre, 1990 correspond à la fin progressive des luttes armées au Guatemala et au Salvador, ainsi qu'à la victoire de l'opposition de droite au Nicaragua, à la suite d'élections libres. L'apaisement des tensions et la recherche de nouvelles voies de développement ont favorisé le rapprochement économique et politique des nations de l'isthme4. Elles ont aussi contribué à faciliter la prise en compte, au niveau régional, de problèmes qui jusqu'alors ne pouvaient être traités qu'à l'échelle des États, quand ceux-ci avaient le temps ou les moyens de le faire.

29La fonction première du CDD était de mettre à la disposition des États latino-américains et des institutions spécialisées toute la documentation technique disponible sur les désastres. Progressivement, son champ de compétence s'est élargi afin de créer des centres régionaux d'étude et de documentation et de développer un Système régional d'information sur les désastres. Devenu en 1997 le Centro Regional de Información sobre Desastres para América y el Caribe (CRID), il regroupe plusieurs institutions de niveau régional (la Comisión Nacional de Emergencia du Costa Rica ou Le Centro de Prevención de Desastres Naturales en America Central), mais aussi des ONG présentes dans le monde entier (Médecins sans frontières, la Croix rouge), ainsi que des organismes rattachés à des organisations continentales ou mondiales (Organisation panaméricaine de la santé, Département des affaires humanitaires des Nations Unies).

30Le Centro de Prevención de Desastres Naturales en América Central (Cepredenac) a été créé en 1994, à l'initiative des présidents centraméricains, afin d'assurer la coordination des différents organismes régionaux chargés de veiller à la prévention des catastrophes naturelles. Cette décision, ratifiée en 1995 par les parlements nationaux des six États membres (le Bélize ne participe pas au programme pour des raisons historiques, politiques et culturelles) est un pas de plus dans les processus d'intégration régionale qui ont été réactivés depuis le début des années 1990. Même si les accords signés par les pays de l'isthme se limitent trop souvent à des échanges d'information et de documentation, ils correspondent à une volonté affichée de traiter les problèmes de manière globale. C'est ainsi qu'en août 1999 a été lancé un nouveau programme de prévention des désastres, coordonné par le Cepredenac et financé par la Banque interaméricaine de développement à hauteur d'un million de dollars.

  • 5 On ne peut cependant pas en demander plus à des commissions dont le rôle n'est pas de proposer une (...)

31Il ne fait pas de doute que les dégâts occasionnés par l'ouragan Mitch au Nicaragua et au Honduras ont accéléré les prises de décision dans ce domaine et encouragé les membres de la BID à soutenir le projet : ce n'est peut-être pas un hasard si, à la date de la signature, la présidence du Cepredenac était assurée par le propre directeur de l'Institut nicaraguayen d'études territoriales, Claudio Gutiérrez. Mais si l'on fait le compte des mesures envisagées pour tenter de limiter l'ampleur des désastres en Amérique centrale, on se rend compte que seuls les aspects techniques sont retenus : en amont, amélioration des connaissances, élaboration d'une cartographie du risque, préparation de plans d'urgence et d'intervention, diffusion de l'information sur les risques naturels ; en aval, meilleure coordination des organismes de secours... En fait, rien n'est envisagé pour tenter de résorber la principale cause de la grande vulnérabilité des populations locales, le sous-développement ou, pour reprendre une formule devenue célèbre, le « mal-développement » qui caractérise tous les pays d'Amérique latine est dont le Nicaragua, à bien des égards, est une caricature5.

MITCH, CHRONIQUE D'UN DÉSASTRE ANNONCÉ

  • 6 En février 2000, presque tous les ponts étaient reconstruits.

32En février 1998, alors que je me rendais en voiture vers la ville de León, mes amis nicaraguayens me faisaient remarquer que, grâce à l'aide internationale, presque tous les ponts situés sur la route avaient été reconstruits : on effaçait ainsi les traces les plus voyantes de la guerre civile. Un an plus tard, après le passage du cyclone, tous les ouvrages d'art qui faisaient la fierté des automobilistes avaient disparu6. Ce désastre est symbolique de la situation du pays, qui doit non seulement affronter les forces de la nature mais aussi ses propres capacités d'autodestruction. Déjà, en 1972, la gestion du tremblement de terre de Managua par le gouvernement nicaraguayen avait mis en lumière toutes les pratiques mafieuses du clan Somoza (corruption, népotisme, violence) et favorisé le combat des rebelles sandinistes. De la même manière, le Nicaragua de 1999 ne peut se comprendre sans l'ouragan Mitch, qui a révélé les fractures sociales, économiques et politiques d'un pays à peine sorti de la guerre civile et qui essayait, non sans difficulté, de retrouver la voie du développement.

33Malgré le caractère exceptionnel du cyclone Mitch, on peut considérer que les failles du Système national de défense civile et les atermoiements du pouvoir politique sont en partie à l'origine de l'ampleur des dégâts provoqués par les pluies diluviennes d'octobre 1998 dans les départements très peuplés d'Esteli, de León et de Chinandega. Or, l'accélération du nombre des catastrophes enregistrées au xxe siècle n'est pas seulement due au fait que l'on dispose aujourd'hui de meilleurs instruments de mesure. Elle est à mettre en relation directe avec l'explosion démographique qu'a connue le pays depuis un demi-siècle (4,4 millions d'habitants recensés en 1995 contre seulement 1,8 million en 1971). Mais si la forte croissance des villes (54 % d'urbains en 1995, contre 47 % en 1971) rend sans doute la population plus vulnérable, cette vulnérabilité correspond surtout à un état de pauvreté persistant, aggravé par de trop longues années de guerre civile.

Mitch, une catastrophe « naturelle » ?

34Incontestablement, le cyclone Mitch est, par sa puissance, un phénomène météorologique de nature exceptionnelle, même dans une région habituée à de telles manifestations. Apparu le 22 octobre 1998 au large des côtes centraméricaines, l'ouragan, alimenté par les eaux chaudes de la mer Caraïbe, a rapidement pris de l'ampleur pour atteindre des dimensions inhabituelles. En un peu plus de deux jours, entre le 24 et le 26 octobre, il est passé de l'échelle I à l'échelle V. De très basses pressions (906 hectopascals) ont entraîné la formation de vents constants d'une violence extrême (285 km/h). Il s'est ensuite dirigé vers le Honduras en suivant une course erratique, très difficile à interpréter et à prévoir, même par les meilleurs spécialistes - ce qui explique en partie pourquoi l'alerte a été donnée aussi tardivement par les autorités locales (figure n° 5).

Figure n° 5 - La trajectoire du cyclone Mitch (21 octobre 1998-1er novembre 1998)

Figure n° 5 - La trajectoire du cyclone Mitch (21 octobre 1998-1er novembre 1998)
  • 7 Voir texte de Sébastien Hardy, dans ce même ouvrage.

35Le Nicaragua n'a été touché que par la frange extérieure du cyclone, mais celle-ci a provoqué des pluies intenses, particulièrement sur la façade Pacifique du pays, qui est normalement la moins arrosée7. À la suite de ces pluies torrentielles, le niveau du lac de Managua s'est élevé de quatre mètres, provoquant de graves inondations dans les quartiers de la capitale bâtis sur le rivage. Pour la première fois depuis 1955, la communication entre les deux lacs (Managua-Xolotlán et Nicaragua-Cocibolca) a été rétablie par l'intermédiaire d'un torrent impétueux dont le débit a atteint, à son maximum, 86 m3/seconde. Trois mois après le désastre, on pouvait encore voir les populations locales profiter de cette rivière inattendue et provisoire, destinée à disparaître après la saison des pluies. Alors que les femmes lavaient le linge familial dans des eaux de couleur brune, quelques adolescents presque nus lançaient leur filet au milieu du courant, en quête d'une pêche miraculeuse.

36Ce sont néanmoins les régions proches de la frontière hondurienne qui ont été le plus durement touchées, même s'il apparaît difficile, un an après la catastrophe, d'évaluer correctement les dégâts provoqués dans les zones rurales peu peuplées des départements de Jinotega et de Nueva Segovia ou de la Région autonome de l'Atlantique nord (RAAN), qui restent souvent mal contrôlées par le pouvoir central (figure n° 6). Ces territoires montagneux, accidentés, recouverts par une forêt dense, ont été pendant des années le refuge des guérilleros de la Contra. Ils sont aujourd'hui encore largement « gouvernés » par d'anciens chefs de guerre reconvertis dans le trafic de drogue. Comme le rappelle Sébastien Hardy dans cet ouvrage, c'est à Posoltega, dans le département de Chinandega, que se sont déroulés les événements les plus dramatiques de cette fin du mois d'octobre 1998. Le 30 octobre, entre 10 heures 30 et 11 heures du matin, tout un pan du volcan Casita s'est effondré, balayant sur son passage les communautés rurales de El Porvenir et de Rolando Rodríguez. En ce seul endroit, érigé depuis en monument national à la mémoire des victimes de Mitch, on compte 2 500 morts et disparus.

Figure n° 6 - Les sinistrés de l'ouragan Mitch, par départements

Figure n° 6 - Les sinistrés de l'ouragan Mitch, par départements

37Le bilan du cyclone est en effet particulièrement lourd, même si une polémique inutile concernant l'évaluation du nombre des morts a été lancée par les médias - principalement au Honduras. Les chiffres définitifs peuvent parfois diverger selon la source, mais on compte près de 24 000 habitations détruites et plus de 17 000 endommagées sur l'ensemble du territoire nicaraguayen. Le nombre des sinistrés frôle la barre des 370 000 (le chiffre de 600 000 a parfois été avancé), dont plus de 65 000 ont été obligés de trouver un abri provisoire dans des camps de fortune. Le chiffre des morts dépasse les 3 000, auxquels il faut ajouter un nombre mal déterminé de disparus. L'impact économique de l'ouragan a été très fort : on évalue que les pertes liées à la destruction des infrastructures, aux dégâts matériels et humains, à la perte des récoltes et au ralentissement général de la production correspondent 48 % du PIB annuel et à 114 % de la valeur totale des exportations (voir à ce sujet le travail de Joël Delhom : Mitch, l'ouragan libéral).

Les conditions sociales du désastre

38Le bilan de la catastrophe est d'autant plus lourd que le Nicaragua n'a pas les moyens de faire face à une telle épreuve. Il s'agit en effet d'un des pays les plus pauvres d'Amérique latine, où plus de 70 % des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté. Le taux de mortalité infantile, révélateur des carences du système social, atteint 52 ‰ et l'indice de développement humain établi par le PNUD n'est que de 0,616 en 1999 - soit le plus bas du sous-continent avant Haïti. Les services de base sont encore très réduits, puisque seulement 54 % de la population dispose d'un accès à l'eau potable. Périodiquement, les journaux nationaux évoquent les ravages provoqués par les rats qui pullulent dans les décharges sauvages, les quartiers sous-intégrés des grandes villes et dans certaines zones rurales où ni les municipalités ni les habitants n'ont les moyens de lutter contre ce fléau. À cet égard, le cyclone est à l'origine d'un véritable cercle vicieux, puisque ses effets dévastateurs ont été aggravés par la pauvreté de la population et que les destructions occasionnées par son passage ont entraîné l'appauvrissement général du pays. En août 1999, le ministère de l'Industrie et du Commerce invoquait à la fois la baisse des cours mondiaux et le fléchissement de la production nationale, directement ou indirectement provoqué par l'ouragan, pour expliquer l'inquiétant creusement du déficit commercial.

39Afin de réparer les dommages occasionnés par Mitch, la communauté internationale s'est rapidement mobilisée. Dès le mois de novembre 1998, la France a décidé d'effacer la dette bilatérale du Nicaragua, du Honduras, du Guatemala et du Salvador. La dette publique totale du Nicaragua s'élevait alors à 6,1 milliards de dollars, dont les deux-tiers étaient dus à des institutions internationales (les échéances dues à la France par le Nicaragua s'élevaient plus modestement à 392 millions de francs). À ces remises de dette, souvent limitées à un simple rééchelonnement des versements, il faut ajouter une aide financière directe, qui a été réclamée par les gouvernements centraméricains dans le cadre d'un véritable « plan Marshall » pour la reconstruction. En décembre 1998, cinquante organisations multilatérales et donateurs bilatéraux, réunis dans le groupe de Stockholm, se sont engagés à fournir aux pays victimes de Mitch, et principalement au Honduras et au Nicaragua, 6,3 milliards de dollars destinés à remettre en état les infrastructures détruites et à réactiver le secteur productif. À elles seules, la Banque interaméricaine de développement (BID) et la Banque mondiale ont décidé de consacrer 5,3 milliards de dollars sur quatre ans à cette double tâche.

40Pourtant, de manière perverse, les programmes d'aide à l'Amérique centrale ne font que renforcer la dépendance extérieure des pays de l'isthme, dont les gouvernements tendent à se défausser d'une partie de leurs responsabilités sur les organisations humanitaires et les instances internationales. Cette tendance est particulièrement sensible au Nicaragua où, pour faire face au repli programmé de l'État, la société civile s'organise et se prend en charge de manière de plus en plus autonome, dans le cadre d'une multitude d'ONG, de syndicats, de corporations, de fédérations, d'associations de producteurs, etc. L'un des effets de l'ouragan a été de faire prendre conscience à tous ces groupes qu'ils pouvaient jouer un rôle important dans la reconstruction du pays, quelle que fût leur taille, leur audience réelle, leurs moyens financiers ou leurs objectifs initiaux. Au lendemain du désastre, environ 320 organisations se sont ainsi réunies dans le cadre d'une Coordination civile qui s'est fixé pour but d'orchestrer les efforts dispersés de tous leurs membres et de suppléer les carences de l'État dans l'organisation des secours et dans l'élaboration des programmes de reconstruction.

Des blessures toujours ouvertes

41Cette initiative exprime le désarroi d'une population qui, mal informée par les pouvoirs publics, mal préparée à répondre à un tel désastre, a brutalement pris conscience de sa vulnérabilité face au risque naturel. En mettant en lumière les paradoxes d'une société très inégalitaire et d'une économie de marché dont les bénéfices réels sont mal distribués, Mitch a ravivé de vieilles querelles politiques sur fond de recrudescence des tensions sociales. Ainsi, malgré la présence sur place d'un grand nombre d'observateurs étrangers, la gestion de l'aide d'urgence a suscité de vives controverses à l'échelle locale et nationale. Pourtant, afin de ne pas être accusé de détournements de fonds, comme après le tremblement de terre de 1972, le gouvernement avait choisi un intermédiaire a priori neutre, l'Église catholique, pour assurer, dans chaque communauté touchée par le cyclone, une distribution équitable des premiers secours (aliments, vêtements, produits pharmaceutiques).

42La décision présidentielle, en apparence destinée à prévenir toute polémique, n'a fait que renforcer la rancœur de nombreux sandinistes, toujours résolument hostiles au clergé nicaraguayen, accusé de n'avoir jamais pris ouvertement parti contre le clan Somoza, même aux pires moments de la dictature. La direction nationale du FSLN, avec à sa tête Daniel Ortega, a alors décidé d'apporter son aide à des populations qui se considéraient comme défavorisées par le gouvernement parce qu'elles n'avaient pas voté pour le parti libéral aux dernières élections. Des colonnes de secours ont été organisées pour rejoindre des villages « sandinistes » situées dans les départements d'Esteli, de León et de Chinandega, tandis que les convois « officiels » semblaient se détourner de ces territoires hostiles.

43Ces tensions ponctuelles s'inscrivent dans un schéma politique plus large. Déjà, en 1979, le futur président Miguel Alemán avait refusé de descendre dans les rues de Managua afin de fêter l'arrivée triomphale des vainqueurs de Somoza. Depuis son arrivée au pouvoir, en 1996, il s'est comporté en adversaire déclaré du sandinisme, faisant tout son possible pour ancrer le pays dans un modèle de développement néolibéral et pour accélérer la liquidation du système économique mis en place, au cours des années 1980, par les anciens rebelles du FSLN. Dans les milieux politiques proches de la présidence, Mitch a été parfois présenté comme une occasion unique d'en finir une fois pour toute avec un héritage socialiste honni : grâce à l'appui des institutions internationales, on pouvait reconstruire le pays sur de nouvelles bases. Le président Miguel Alemán a ainsi prétendu que l'aide étrangère avait été accordée facilement aux populations sinistrées parce que les Nicaraguayens avaient choisi la voie de la sagesse en refusant à deux reprises (1990 et 1996) de mettre en œuvre le programme électoral des sandinistes.

44À l'inverse, la Coordination civile des ONG présentes au Nicaragua a profité de l'ouragan pour proposer un projet de société fondé sur un nouveau cheval de bataille, le « développement durable ». Sans évoquer les moyens nécessaires pour mettre en œuvre leur programme, les dirigeants de la Coordination ont suggéré de transformer radicalement le système productif nicaraguayen et de mieux aménager le territoire national, afin de préserver les grands équilibres écologiques qui, seuls, peuvent garantir la sécurité alimentaire et le bien-être des générations futures. Dans ce contexte, il leur est apparu nécessaire de se détourner du modèle économique imposé aussi bien par le socialisme productiviste que par le capitalisme de rente. La reconstruction du pays doit commencer par la résurrection des campagnes, considérées comme le cœur de la culture et de l'économie nicaraguayennes, et par la constitution d'une véritable agriculture paysanne. Décentralisation, éducation, protection de l'environnement, sont les maîtres de mots d'un projet économique et social qui doit être mis en œuvre par la « société civile », parée de toutes les vertus, puisque ni l'État ni les partis politiques traditionnels ne semblent capables de répondre aux vrais besoins de la population.

45Le terme de « réforme agraire », trop chargé de promesses et de menaces, semble avoir été volontairement banni du discours de la Coordination. Pourtant, dans ce domaine, certaines propositions se font l'écho des vieilles luttes agraires qui, au moins depuis Zapata, ont nourri les principaux courants révolutionnaires d'Amérique latine. Sans beaucoup d'espoir de voir aboutir un jour leur revendication, les dirigeants de la Coordination ont ainsi proposé de faire reconnaître, de délimiter et de légaliser les propriétés communautaires indigènes qui n'ont aucune existence légale dans le système juridique nicaraguayen.

***

46Le cyclone Mitch a souvent été présenté comme un révélateur des fractures de la société nicaraguayenne. Pour les sandinistes, il est la preuve que l'imposition d'un modèle libéral ne fait qu'accroître les disparités sociales et augmente la vulnérabilité de la population. Ce n'est pas sans arrière-pensée qu'ils évoquent le passage de l'ouragan Joan (Juana) en 1988. À cette époque, ils étaient au pouvoir et le gouvernement de Daniel Ortega n'avait pas hésité à déclencher l'alerte jaune (état de prévention) avant qu'il ne soit trop tard pour assurer la sécurité des zones menacées. Pour les libéraux, l'ampleur du désastre s'explique par le caractère exceptionnel du phénomène météorologique, mais aussi parce que la politique socialiste mise en place au cours des années 1980 a entravé le développement économique du pays.

  • 8 Message internet transmis par la Coordination civile le 2 décembre 1998. Sur ce point, voir l'opin (...)

47Dans les deux cas, Mitch a pu être considéré comme une occasion de repartir sur de nouvelles bases. L'idée d'une tabula rasa sur laquelle on pouvait bâtir une autre société, plus juste, plus équilibrée, mais aussi plus dynamique, a souvent été évoquée par tous les acteurs de la vie publique nicaraguayenne. Comme l'ont écrit les représentants de la Coordination civile : « nous devons surmonter le défi de la reconstruction et de la transformation du pays. Mais pas du "même" pays. Nous ne voulons pas d'une reconstruction qui nous fasse revenir à la "normalité" que nous connaissions avant l'ouragan »8. Cette volonté affichée de ne pas se contenter, pour relancer la machine économique, de rebâtir les ponts ou de réparer les routes, se heurte cependant aux réalités d'une nation déchirée par des tensions que les exigences du deuil et les élans de la solidarité n'ont jamais pu résoudre. Il faut donc redonner à Mitch sa place véritable dans l'histoire du Nicaragua : celle d'un accident météorologique d'ampleur exceptionnelle qui n'a changé ni les règles sociales, ni les structures économiques d'un petit pays d'Amérique centrale que plusieurs décennies de guerre civile et de tempêtes politiques ont rendu particulièrement vulnérable.

Bibliographie

Bibliographie

ACUÑA, René (comp.), 1982, Relaciones geográficas del siglo xvi : Guatemala. Mexico, UNAM.

ARGÜELLO ARGÜELLO, Alfonso, 1994, Historia de León Viejo. León (Nicaragua), Editorial Hospicio.

HIPPOCRATE (traduit du grec par Émile Littré), 1995, Les airs, les eaux et les lieux. Paris, Arléa.

INETER, 1999, Las Iluvias del siglo. Managua (Nicaragua), Ineter.

INCER, jaime, 1995, Geografía dinámica de Nicaragua. Managua (Nicaragua), Editorial Hispamer.

JARRY, Irène, 2000, Cyclone de l'enfer. Paris, Carnot, collection Cicéron.

MUSSET, Alain, 1998, L'Amérique centrale et les Antilles, une approche géographique. Paris, Armand Colin.

REVELLI, Philippe, 2000, Le Nicaragua après l'ouragan. Paris, Les Éditions de l'Atelier/Les Éditions Ouvières.

Notes

1 Entre la cathédrale et la rive du lac, le président Arnoldo Alemán a décidé de construire le nouveau palais présidentiel, inauguré au début de l'an 2000. Dès septembre 1999, des travaux étaient entrepris pour élever une gigantesque fontaine monumentale sur la Place de la République, face au Palais national de la culture et à l'ancienne cathédrale de Managua, dans le cadre de la réhabilitation de la zone du palais présidentiel.

2 Le décret a été signé le 30 octobre 1998, jour de la catastrophe du volcan Casita (2 000 victimes), alors que des pluies torrentielles affectaient la région de Posoltega depuis le 25 octobre et que l'Ineter avait répertorié cette région comme une zone à risque.

3 « En ocasiones, los militares se encuentran ante una disyuntiva : por una parte, no están seguros de que las iniciativas humanitarias sean buenas para su apoyo y relaciones públicas, y por otra, desconocen si se tomará la decisión política para su movilización ». Evaluación de los preparativos y respuesta a los huracanes Georges y Mitch, 16-19 février, Santo Domingo, République dominicaine.

4 C'est en 1990 qu'est lancé à Panama le Plan d'action économique d'Amérique centrale (Paeca), relayé en décembre 1991 par la fondation, à Tegucigalpa, du Système d'intégration centraméricaine (SICA), qui a permis la réactivation du Marché commun centraméricain.

5 On ne peut cependant pas en demander plus à des commissions dont le rôle n'est pas de proposer une réforme du système économique et social des pays de l'isthme...

6 En février 2000, presque tous les ponts étaient reconstruits.

7 Voir texte de Sébastien Hardy, dans ce même ouvrage.

8 Message internet transmis par la Coordination civile le 2 décembre 1998. Sur ce point, voir l'opinion d'Andrés Pérez Baltodano, dans le même ouvrage.

Notes de fin

* EHESS, Paris.

* La manzana est une mesure de superficie correspondant à 0,7 hectare.

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 – Le Nicaragua et l’isthme centraméricain.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure n° 2 - La menace volcanique et sismique au Nicaragua.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure n° 3 - Risques d'inondation et trajectoires cycloniques au Nicaragua (1892-1996).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure n° 4 - Les densités de population au Nicaragua (1995).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie n° 3 les ruines de Leon Viejo (cliché : Alain Musset)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau i - Principales éruptions volcaniques.
Légende Note*
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Photographie n° 4 Le centre ville de Managua (cliché : Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau ii - Tremblements de terre et tsunamis.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Photographie n° 5 - Les effets de l'ouragan Joan (cliché : Ihnca).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Tableau iii - Cyclones et inondations.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure n° 5 - La trajectoire du cyclone Mitch (21 octobre 1998-1er novembre 1998)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure n° 6 - Les sinistrés de l'ouragan Mitch, par départements
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/1952/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540