Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Naviguer dans le désert

 | 
Claudia Carolina Zamorano-Villarreal

Annexe : glossaire de mexicanismes

Texte intégral

1Arrimado : « une personne ou un ménage qui partage de façon stable le logement, ou la parcelle d'un autre ménage (locataire ou propriétaire), sans que cette cohabitation soit l'objet d'une transaction monétaire pour l'usage du logement (ou de la parcelle) ». René Coulomb, Habitat locatif populaire et dynamiques urbaines..., op. cit. p. 561.

2Bracero : paysan journalier mexicain qui travaille aux États-Unis.

3Programa : Programme qui permettait aux Mexicains de travailler légalement sur le territoire américain (1942-1965).

4Cholo : le mouvement cholo naît pendant les années trente au sein de la population d'origine mexicaine habitant aux États-Unis. Ses adhérents défient l'assimilation culturelle des immigrants. Ils se font remarquer par leurs vêtements bizarres, leur langage hybride (le spanglish) et d'autres maniérismes. Ils ont pris comme étendard des éléments symboliques de la culture mexicaine et ils font référence à la tradition ouvrière et paysanne des immigrés mexicains et aux discriminations que ceux-ci ont subies dans leur terre d'accueil. Ce mouvement, certes contestataire, emprunte en même temps beaucoup d'éléments à la culture nord-américaine : les voitures, les maisons, leur décor, etc.

5Dans le constant va-et-vient de la population entre le Mexique et les États-Unis, quelques éléments de ce mouvement furent importés dans les principales villes frontalières, ainsi que dans certains villages et petites villes de tradition migratoire. À Ciudad juárez le mouvement est représenté surtout parmi les autochtones et les immigrés de longue date. Pour une vue d'ensemble, voir Luis Hernández Palacios et juan Manuel Sandoval (comp.), Frontera Norte. Chicanos, pachucos y cholos, Éd. Ancien régime, Universidad Autónoma de Zacatecas y Universidad Autónoma Metropolitana, Zacatecas, 1989, et J. Manuel Valenzuela, « La obstinación de una cultura. Barrios y bandas juveniles », in El Cotidiano (Mexico), n° especial 1, 1987, p. 73-78.

6Colgarse : se brancher de façon illégale sur les installations de services d'eau et d'électricité grâce à des techniques rudimentaires.

7Navegar : (Littéralement : naviguer) Dans l'état de Chihuahua, travailler. Dans le Nord du pays, endurer, souffrir ou lutter pour sa survie ou pour atteindre un but. Exemple : « Moi je suis, comme toujours, en train de naviguer avec les enfants ». Diccionario del español usual en México, Colegio de México, Mexico, 1996.

8Maquiladora ou maquila : doit son nom à un vieux terme castillan. La maquila était la portion de farine que retenait le meunier en paiement de son service. De nos jours, elle peut être définie comme une unité productive qui réalise une ou plusieurs étapes de fabrication d'un produit appartenant à une autre entreprise. Sa logique fondamentale repose sur la délocalisation de certaines parties de la production - surtout celles qui exigent moins de technologie et plus de main-d'œuvre - vers les pays où celle-ci est moins coûteuse. Voir Odile Castel, « Les maquiladoras : firmes passives ou firmes actives ? », Document de travail ORSTOM, Département Sociétés en Développement Urbain, Paris, 1990 et Michel Portais, « Reconversion et nouveaux espaces réticulaires au Mexique », in Documents de recherche du CREDAL, n° 198, IHEAL, Paris, 1987, p. 2-15.

9Paisano : Personne du même pays, payse.

10Paracaidistas : (Litt. : parachutistes). Dans le langage familier, ce mot désigne les personnes qui, ayant adhéré à une organisation de quartier quelconque, occupent collectivement un lotissement. Cette métaphore évoque le caractère, sinon spontané, ou du moins rapide et inattendu de cette pratique.

11Population active occupée : est celle âgée de 12 ans ou plus qui dans la semaine de référence a réalisé une activité économique. La population active « desœuvrée » comprend les gens que dans la semaine de référence n'avaient pas de travail mais qu'ils en ont cherché activement. La notion de population active est résultat de l'addition des deux catégories précédentes. Glossaire de l'Instituto Nacional de Geografía y Estadística.

12Posesionado : (Litt : celui qui a pris possession d'une parcelle). Le contenu de ce terme est proche de la toute première acception de l'anglicisme américain squatter : « Aux États-Unis, pionnier qui s'installait sur une terre inexploitée de l'Ouest, sans titre légal de propriété et sans payer de redevance » (le Nouveau Petit Robert, 1993). Cependant, les posesionados ne sont pas des pionniers et parfois il leur arrive de payer une redevance au gouvernement, aux chefs porte-parole des organisations de quartier ou bien dans des transactions d'achat entre particuliers.

13Super-Barrio : (Litt. Super-Quartier) est un leader populaire de la ville de Mexico qui s'est montré pour la première fois en 1985, pour défendre la cause des sinistrés des tremblements de terre. Super-Barrio n'apparaît en public que le visage caché sous un masque et vêtu d'un costume évoquant le Superman de la bande dessinée. À présent il a pris une place très importante dans la Confédération Nationale des Mouvements Urbains Populaires et dans la vie politique du pays ; il a même obtenu une députation dans l'Assemblée de la Ville du Mexico.

14Tirar barra signifie « tirer au flan » pour chercher à ne rien faire dans l'argot local. Signalons que lorsqu'une jeune fille ne travaille pas et n'étudie pas, elle-même et les autres disent qu'elle « est à la maison » ce qui implique qu'elle prend soin des tâches menagères. Le terme tirar barra est donc réservé peu ou prou aux jeunes garçons désœuvrés. Alejandro Lugo nous apprend les nuances et l'utilisation de cette locution dans une étude anthropologique effectuée dans une usine. Voir « Economic development, maquiladoras, and cultural process in Ciudad juarez, Mexico », in Howard Daudistel and Chelyl Howard (éds.), Sociological explorations. Focus on the Southwest, West Publishing Company, El Paso, 1994, p. 161-173.

15Vecindad : bâtiment contenant un ensemble de petits logements où les habitants, généralement pauvres, partagent le patio et certains services (lavabos, toilettes, etc.). Ce type de logement est particulièrement connu dans le monde grâce à l'ouvrage de Oscar Lewis : Les enfants de Sánchez. (Traduction française Gallimard, Paris, 1963).

© Éditions de l’IHEAL, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter